Catégories
Uncategorized

La faute harmonique

accédant
au livre maudit
qui ouvrait la leçon du mal
j'appris à trahir mon maître sans jamais sortir
du paradis pâlissant qui m'avait jadis empli d'un bouillant amour pour l'art

sombre nuit
où chancelai nu
sous la main noire qui flattait
mû par un fol instinct comme couru d'un sang d'or

haletant
j'ai mangé sans faim
un poison fade m'a nourri

tout devint
sauvage jardin

où m'enfouis 

Dans ce bigollo lipogramme en E chaque vers présente toutefois une faute ( ou un clinamen ) dont, relativement au nombre de syllabes, l’emplacement se rapproche de plus en plus du nombre d’or [ou de son inverse selon le calcul] au fur et à mesure que croît la longueur du vers : 2/3 ; 3/5 ; 5/8 ; 8/13 ; 13/21.
Publié sur la liste Oulipo le 10 mai 2022

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Poèmes accueillis Uncategorized

La ronde : mai

La ronde est un échange périodique bimestriel de blog à blog sous forme de boucle. Le premier écrit chez le deuxième, qui écrit chez le troisième, et ainsi de suite. Pour chaque échange, un thème, un simple mot : aujourd’hui «Mai».

Je suis heureux d’accueillir cette fois-ci Quotiriens.

Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s’éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains…
C’est en musique qu’il me revient, un La mineur, un Ré mineur, notes laborieuses sous des doigts gourds, déclamé en confession aux accents trop sourds, trahis par des fusées de décibels vertes quand la voix, comme le corps, hésitent encore. Apollinaire n’était alors qu’un sujet du bac de français; Alcools, un terme agréable au contenu vide. Les guitares étaient nos mandolines, un feu étrange nous parcourait qui, à notre grande honte, finissait par trahir ce que nous tenions tant à cacher quand il provoquait à fleur de peau ses terribles volcans. Plus tard, mais le Rhin toujours, la Bavière, les cygnes, les sorcières et les jeunes filles, les chevaliers les rois les armures étincelantes, les longues chevelures au fil du courant entre les branches noyées des saules. Albertine bien sûr, l’odeur d’aubépine après la pluie de printemps sur la route de Méséglise. Valkyries, ondines, sirènes, Ophélia que je cherche dans chaque cours d’eau qui passe. Ces jeunes filles drapées en des lins transparents resteront inaccessibles en haut des hautes berges, reflets évanescents entre deux eaux. Le Mai, le joli mien, quand je ferme les yeux, est avant tout médiéval, romantique, germanique et préraphaélite.
Celui des années 70, un siècle trop tard.
…Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes.
La nature reprend ses droits, la sève bouillonne à nouveau et dans l’air frissonnent des milliards d’élytres. Allongé dans l’herbe jeune, un vent léger fait frémir l’atmosphère quand pointent ça et là quelques farfadets. Surtout garder les yeux fermés, tenir pour ne pas laisser s’enfuir l’instant et ses graciles demoiselles.

Pour ma part je suis très honoré d’être accueilli chez Gilbert Pinna qui publie «La ronde de mai». Voici comment, ce mois-ci, va la ronde :

Noël Bernard
chez Gilbert Pinna
chez Cécile R
chez Wana
chez Dominique Boudou
chez Hélène Verdier
chez Jean-Pierre Boureux
chez Elise
chez Dominique Autrou
chez Quotiriens
chez Noël Bernard

[ première publication sur l’ancien Talipo 15 mars 2015 ]

Poèmes accueillis : Précédent Suivant

Catégories
Uncategorized

La ronde : juin 2017

[ Restauration d’une page de Talipo du 15 juin 2016 ]

La ronde est un échange périodique bimestriel de blog à blog sous forme de boucle. Le premier écrit chez le deuxième, qui écrit chez le troisième, et ainsi de suite. Pour chaque échange, un thème, un simple mot : aujourd’hui « parfum(s) ».

Je suis très heureux d’accueillir Guy Deflaux

Pour ma part j’ai la chance d’être accueilli chez Dominique Autrou qui publie « L’éternelle rencontre ». Voici comment, ce mois-ci, va la ronde :
Dominique A. La distance au personnage
chez…
Élise Même si
Dominique H. Métronomiques
Giovanni le portrait inconscient
Hélène Simultanées
Jacques jfrisch
Jean-Pierre Voir et le dire, mais comment ?
Franck à l’envi
Marie-Christine Promenades en ailleurs
Guy Emaux et gemmes des mots que j’aime
Noël talipo (ici)
chez Dominique A. etc.

Poèmes accueillis : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux Uncategorized

l’abeille

m'éveille,
douceur
dans la treille,
ma sœur
l'abeille 

Cette structure 2,2,3,2,2 est un exemple de l’architog, forme inventée par Gilles Esposito-Farèse parmi les généralisations du tanka initiées par Jacques Roubaud et étendues par lui.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Uncategorized

Héméroméride – avril

L’héméroméride, projet d’un an, conçu par Bernard Maréchal, débute le 1er mai 2021. Il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Une activité journalière est proposée : l’écriture d’un micro poème sur le thème de la journée, au format haïku, additionné d’une contrainte à son propre choix. On trouvera ci-dessous les contributions du mois d’avril.

1er avril – Journée internationale de la blague

Bernard Maréchal

Belle blague belge :
Bébel, le bel abbé bègue,
À l’aube a la gaule.

La belle l’élague là :
L’abbé, allégé, ulule.

(tanka et beau présent)

et

Journée de la blague :
Imite le loup la nuit :
De jour, l'agneau bêle.

(haïkūnagramme)

Nicolas Graner

Le pélican porte
Une poche marsupiale.
Non, c'est une blague !

Rémi Schulz

La truite adverbiale
Ne se pêche qu’un seul jour,
Le premier avril.

( marsupiailku )

Annie

Bal à Balagué.
Élague le bla-bla-bla
la belle, l'élue
l'égale à la blague belge
"eau gelée, blé bleu".

( beau présent Hogué )

Jacqueline Morel

Le cuir craquelé
Laisse s'échapper
L'odeur de vieux gris
Acre et épicée
Suscitant nausée
L'étui tout moisi
Épargné par les souris
Dort en veston rapiécé
Spectre de l'aïeul surgit
Éclat de rire édenté
Sa pipe cassée ci-gît

( fatrasie )

Jacqueline Jacquadit

Bientôt l'élection 
Avril est nom du poisson
Intellection bote !

( haïkunagramme )

et

Élu découverte, Avril bon à anoblir va être vu : Ô cédule !

( palindrome )

Noël Bernard-Talipo

Histoire d'un fou
Qui rencontre un autre fou
Peignant le plafond
Accroche-toi au pinceau
J'enlève l'échelle

( ready made à la manière de Marcel Duchamp ; architog )

2 avril – Journée du livre jeunesse

Bernard Maréchal

J’éveille, j’enivre
Une jeunesse enlisée,
Je lève ses leurres.

Je suis lu, je suis relu,
Je suis le livre jeunesse.

(tanka et beau présent)

Alexandre Carret

L’ivre jeu n’est sans
Doute qu’à lécher, du verre,
Le givre naissant.

(Haïku - caillou)

et

S'il pond un savoir
aujourd'hui, nous croirons à
Un poisson d'avril.

(haïkūnagramme et lipogramme)

et

Luce, L'osée blague
Sur tes fesses (ça m'aura
eu !) galbées : Ô le Cul !

(Haïkukïah)

Nicolas Graner

Paul-Jacques Bonzon, Anthony Buckeridge, Maxwell Eaton, Paul Féval.

( pangramme en 55 lettres et 4 auteurs, entre autres, de livres jeunesse )

Annie

si le jeune dévers ....

n'eussé-je de livre

les jeudis en rêve

jeu vide, sens réel

( anagrammes de : livre de jeunesse )

Jacqueline Morel

Sous la couverture
Vacille lueur
Secrète aventure
En monde enchanteur

Un enfant dévore
Caché des regards
L'album qu'il adore
Brille son regard

( sélénet )

Noël Bernard-Talipo

Vivent emmurés,
Et gisent dessus le grès,
Liés, englués.
Les libérer ? Une clé ?
L'ivresse du Rêve.

( architog et suite vocalique IEEUEE... )

3 avril – Journée mondiale de la fête

[ Certaines contributions sont écrites en relation avec un anniversaire ]

Bernard Maréchal

On fait la foraine
De fin d’année nationale
Du travail des mères,

Lendemain de patronale
De charité et légale.

(tanka filigrane)

et

Dansons la java,
Courons à la bamboula,
Voyons-y nos psys !

Sourions à la nouba :
Voulons-nous mourir sans jouir ?

(tanka lipogramme en [FETE])

et

Allons à la boum,
Bambochons, courons aux bals,
Saoulons-nous aux zincs !

Puis oublions nos chagrins
Dans du pinard, dans l’humour.

(tanka lipogramme en [FETE])

Alexandre Carret

J'ordonne une enquête
Que justice soit fête
Qu'on tranche la tête 

( haïku isocèle )

Annie

graine d'avril, départ facile
à fille d'avril, plaît le persil
fille d'avril renaît en mai
janvier chagrine fille d'avril
fille d'avril cherche la rive
marine afflige fille d'avril
escale en avril, réveil en l'an mil
nadir hélas ! brille sans rime
avril et laine, sabirs défaits

( « anniversaire d'avril, m'égratigne caprice à six vers » )

Nicolas Graner

Bébé d'avril, charmant babil
Naissance en avril, mariage à Chaville *
Fille d'avril a l'âme tendre
Femme d'avril sait l'art de plaire
Avril en fête, Annie en tête

( « Happi birthdai ! » )

Jacqueline Morel

Pétille la vie
Chanter, danser et puis rire
S'étourdir l'esprit

Chasser la mélancolie
Radieux sourires amis

( tanka sur le thème )

Noël Bernard-Talipo

la pimbêche était trop fate
pour faire au sage une fête
craignant qu'icelui profite
pour signaler quelque faute
qu'elle ergote et la réfute

( babebine isocèle )

4 avril – Journée mondiale de batailles d’oreillers

Bernard Maréchal

Zéro de conduite !
C’est la bataille au dortoir.
Panique des pions.
***
Quand les polochons éclatent
Leurs plumes montent au ciel.

(tanka pour Jean Vigo)

Annie

plutôt les combattre ainsi
coups plaies ridicules ont
par bonne rencontre écarté
nombre des champions ratés

( quatrine de longueur des mots )

Alexandre Carret

Visant la néphile,
Ces veufs noirs bandent ; mais fuient
Devant une argiope.

(Chez les araignées, la néphile est dorée,
le veuf noir et le mari de qui l’on sait
et l’argiope est une épeire fasciée)

soit :

Là-bas ! Taille d’or !
Ayez (censuré) la batte !
Aïe ! Dos rayé. 

( homophonie )

Jacqueline Jacquadit

Batailles : le cours de l'or est impacté !

Là l'or brille tiédasse
L'or déstabilisé : aller !
Batailles d'oreillers
L'or déraille : balistes* !

*catapultes

( anagrammes )

Nicolas Graner

Le soldat rebelle
Sort l'oreiller de sa taie
Et le laisse à terre.

La très barbare soierie,
Dit-il, doit être abolie !

( tanka et beau présent )

Jacqueline Morel

Duveteux délire
Offensive cotonneuse
Rires emplumés

Vieux polochon éventré
Libère agressivité

( tanka sur le thème )

Noël Bernard-Talipo

Soldats qui cherchez la bagarre
Venez prendre sur mon plumard
Cet oreiller dont chacun narre
La douce plume de canard

Laissez vos frappes criminelles
Vos mines antipersonnels
S'il vous faut montrer votre sexe
Jouez aux poupées en latex

Quelqu'un vous a promis la gloire
Vous connaîtrez seul le parloir
Des prisons pour crime de guerre
Où s'en vont les fans de Luger

Soldats qui bavez de folie
Nul n'abattez comme bétail
Cet oreiller pour la bataille
Venez le prendre sur mon lit

( rimes fautives )

5 avril – Journée de l’entretien des tombes

Bernard Maréchal

Hécatombe.
Explose la bombe !
Et maintenant il nous incombe
D’attendre la fin du monde dans les catacombes.
Au-dessus de nos têtes plane encore le joli nuage qui nous surplombe
Puis retombe.
***
Les voix des colombes,
Les sinistres voix d’outre-tombe
Nous rappellent la journée de l’entretien des tombes.
***
Dans la combe,
Dès que la nuit tombe
C’est le silence qui nous plombe.
***
Dans ma tombe,
Mort, je fais la bombe.
***
La pluie tombe.


(grand bigollo)

Alexandre Carret

J'entre. Tiens, des tombes !
J'interroge les squelettes
Bien qu'ils soient mutiques.

Je repose ma question.
Hélas ! J'entretiens des tombes !

( homophonie )

et

L’entretien des tombes
Commence par composter
Les bien tendres tontes.

(haïku - caillou)

Annie

( quatrine de longueur des mots )

Nicolas Graner

Sandrine Destombes
Nous accorde un entretien
Sur ses derniers livres

On parle de Max Tellier
Et des Jumeaux de Piolenc

( tanka )

Jacqueline Jacquadit

L'entretien des tombes
Elles n'ont plus rien à dire
Des mots, lent bien-être.

( haïkunagramme )

Jacqueline Morel

( mésostiche )

Noël Bernard-Talipo

Ils le laissent là, comme il tombe,
Boue aux lèvres, mouches à l'œil.
Tôles et gravats sont sa tombe.
La neige lui fait un cercueil.

Est-ce le glas qui se désole ?
Qu'entend-on sans fin gémissant ?
De ce cortège sans étole
Quel prêtre avance bénissant ?

Du canon c'est l'âme qui tonne.
Des sirènes c'est la strideur.
Des tanks c'est la brune colonne
Dont l'officiant chante l'horreur.

La neige lui fait un cercueil.
Tôles et gravats sont sa tombe.
Boue aux lèvres, mouches à l'œil,
Il restera là. La nuit tombe.


( damnet à fin renversée )

6 avril – Journée internationale du sport au service du développement et de la paix

Bernard Maréchal

( petite morale élémentaire portative )

Annie

sport pour la paix
score pour le pèze
corps pour la pute
chair pour le père
croix pour la pile
cœurs pour le pire
colle pour la page
curée pour le pain
crème pour la peau
chêne pour le porc
chien pour la puce

( isocélisme et allitération )

Alexandre Carret

Tiens-toi droit !
-----------------

Le sport pour la paix
Un moyen pour une fin
Le port pour l'aspect

( haïku - caillou - hasardeusement isocèle )

et

La paix par le sport
Qui vide la rage et perce
L'abcès par le pore.

(haïku - gaillou)

Daniel Bilous

Que si résolument, mon ami, par un esse
Tu veux crocher la paix,
Ne te dépêche point, calme-toi. Prends de l'eau
(Il n'est pas besoin d'air),
Et de feuilles choisies, fais-toi d'abord un thé.

( télostiche en épellation lexicalisée )

Jacqueline Morel

Socialisation Santé
Persévérance Progrès
Olympisme Obligations
Respect Règles Relations
Talent Trève Tolérance

( acrostiche – tous les mots de chaque heptasyllabe commencent par la même initiale )

Jacqueline Jacquadit

L'absorption de céleri avant l'effort peut entrainer l’apparition de démangeaisons et de sensations de brûlure à la bouche, aux lèvres et à la gorge et, curieusement l'impossibilité de lever le bras, d'où :

Verbe : le céleri ôta du sport trop sudatoire le célèbre V*

*V de la victoire naturellement !

( palindrome )

Noël Bernard-Talipo

Non je ne ris pas du sport
Il me rend le nord
Tant sur nos corps cet art mord
On y vit plus fort
Et gît hors du temps la mort

( architog monorime - une voyelle par mot )

7 avril – Journée mondiale de la santé

Bernard Maréchal

En bonne santé,
Tu fais l’hypocondriaque
Et ronges tes sangs.

(médaille)

et

Être à Fontevraud ?
Mieux vaut avoir la Santé,
On y est faraud.

Et à Fleury-Mérogis ?
On mange comme à Rungis.

(tanka)

Alexandre Carret

Je suis équerre, herbe, 
enveloppe d'oreiller, 
infusion, dancing.

Vous y prenez un moka
Ou un maxi Schweppes gazeux.

- Anka - 
(Tanka - pangramme sans T - pourtant partout -)

Jacqueline Morel

Je lève mon verre
S'y mire un ciel sans nuage
En bulles dorées

Je le vois à moitié plein
Des vœux les meilleurs. Santé !

( tanka – utilisation du mot-clé )

Annie

sans thé
sans toit
tu as tout
n'es-tu
sadhu ?

( architog )

Nicolas Graner

Jean Genet et Booba, Carlos et Xavier Niel
Comme Léon Daudet, Jacques Crozemarie,
Mitterrand (Jean-Christophe) ou Jérôme Kerviel,
Et Patrick Balkany, Papon, Bernard Tapie,
Même Claude Guéant et Ahmed Ben Bella,
Mesrine, Georges Tron, Guillaume Apollinaire,
Puis Yvan Colonna, Joey Starr, Benalla :
La Santé se souvient de chaque pensionnaire.

( accumulation en alexandrins )

Noël Bernard-Talipo

Satan se sent net
A ses antennes testé
Assène sa nasse

Tentée Anne a sens tannés
Sa tête tâte néant.

( beau présent )

8 avril – Journée nationale des ambulanciers

Bernard Maréchal

Je suis l’ambulance…
On m’enfourne un corps tout chaud,
Ça me met en transe,

Et je monte la cadence,
Fais « pin-pon-pin » sur trois tons.

(tanka)

et

Trois imbus lanciers
S’engagèrent au Bengale
Comme ambulanciers.

Un tigre eut des officiers
Pour apaiser sa fringale.

(tanka)

Annie

m b l n c r s

mai, blanc rosé
aimable noce iroise
mobile en Corse
mai, bilan : c r s

( correspondance de consonnes )

Jacqueline Morel

Dans la nuit sombre
Rodent les ombres
Éclair bleu
Dans les cieux

( ouïseaunet )

Jacqueline Jacquadit

Les ambulanciers 
Ils actionnent leurs sirènes 
"Branle samu" : ciels !

( haïkunagramme )

Nicolas Graner

À l'usine nucléaire,
un salarié surmené
a eu la main écrasée,
l'auriculaire brisé.
Un ambulancier s'amène,
un ancien marin musclé.
Il amarre le blessé,
bien sécurisé, à l'aise.
Il allume sa lumière,
lance même sa sirène,
l'emmène à un clinicien.
Là, le blessé se rassure.
Il aura une IRM,
un scanner si nécessaire.
Il sera rasséréné.

( beau présent )

Alexandre Carret

Tire le cochon !
Ca nous fera quatre poingues !
En but, lance ! Yeah !

( haïkembour : version haïku de la fable express )

et

- Que dit l’ambulancier ?
- Colorons tout ! Exprime-toi, Copie, dessine !
- Quoi ?
- Pimpons, pimpin, ponts, pains, pins. Pompe un peint ! Ponds ! Peins !

Noël Bernard-Talipo

les ambulanciers
avec les sirènes vont
tout vêtus de blanc

( marsupiailku )

9 avril – Journée mondiale de la licorne

Bernard Maréchal

C’est le jour de la Licorne
Cheval mythique et cornu.
Cette tapisserie orne
Un musée très bien connu.
Elle dresse sa crinière,
Fière de son poil si blanc,
La Dame fait sa prière,
C’est un spectacle troublant.

( tourniquet )

et

Journal d'écolier.
On fête les poneys roses :
Jour de la Licorne !

( haïkūnagramme )

et

Une vieille carne,
Qu’un maître violent décharne,
Persiste et s’acharne,

Se laissant pousser la corne,
Réincarnée en licorne.

(tanka)

et

Du chaud poney noir
Qu'aima la jeune licorne
Un week-end pluvieux,

Naquit le zèbre cornu,
Faisant la gloire au zoo.

(tanka pangramme de 91 lettres)

Jacqueline Morel

Une licorne
La corne d'une licorne
La poudre de la corne d'une licorne
Le dragon avec la poudre de la corne d'une licorne
La bave du dragon avec la poudre de la corne d'une licorne
Le mélange de la bave du dragon avec la poudre de la corne d'une licorne
Le pouvoir du mélange de la bave du dragon avec la poudre de la corne d'une licorne

( boule de neige de génitifs )

Nicolas Graner

Invisible et rose
La licorne en qui je crois
Aime la pizza

Elle ravit les chaussettes
Que bénis soient ses sabots

( cf la Licorne Rose Invisible ) 

et

L'icône licorne
Lie sa corne, cône en or,
À ce con de lion.

(marsupiailku multipare, ou escadrille d'avions)

Annie

licorne entêta
mère parfaite, sa gloire
tente Cornélia 

( haïkunagramme ) 

Cornélia : mère des Gracques

Alexandre Carret

Écrire, créer,
Croire encorneiller, relire,
Noircir, réécrire.

Relire encore, crier,
Colorer,orner,coller.

(tanka - beau présent)

Jacqueline Jacquadit

Licorne et Alice
L'autre côté du miroir 
Recelaient Clio

( haïkunagramme )

et

Et s'il a vu la licorne de Paca à Cap-Eden-Roc, il a lu :" va, liste " !

( palindrome )

Robert Rapilly

En roc il alerte
Polydecte répudie
être la Licorne

( haïkukïah )

Noël Bernard-Talipo

Dam ! Hallali corne !
Furieux abois
D'amas... La licorne
Fut rieuse à bois.

Cavale aimant songe,
-Tuss !- heure a morts sceaux.
Cas valait mensonge :
Tu seras morceaux.

( sélénet d'holorimes )

À noter un illustre prédécesseur, Gilles Esposito-Farèse

10 avril – Journée internationale des frères et sœurs

Bernard Maréchal

C’est le Jour des sœurs et frères ?
Vive les fraternités !
Nous avons tous nos misères,
Même les célébrités.

C’est le drame des Lagides
Qui régnaient au bord du Nil :
Des générations limpides,
Pourvu qu’on suive le fil.

La dynastie Ptolémée
Ne manque pas d’agrément :
Si d’un frère elle est aimée,
Une sœur devient maman.

Le papa de Cléopâtre,
Surnommé Philopator
Car son papa l’idolâtre,
Épousa sa sœur senior,

Cléopâtre Sept, à Delphes,
Sur les conseils du pater.
On le nomma Philadelphe :
« Qui aime bien son frater ».

Et sans se laisser abattre
Il lui fit quelques enfants
Du même nom, le folâtre !
Ce patronyme est bluffant…

Après un premier mariage
Avec son frère germain,
La guerre au pays fit rage,
Son sort devint inhumain.

Lors la belle au teint d’albâtre
Avec César fit union.
Le grand Jules, ce bellâtre,
L’engrossa d’un Césarion.

Quand arriva Marc Antoine,
Elle lui offrit sa main.
Mais ce n’était pas un moine,
Il lui donna trois gamins :

Une fille, Cléopâtre,
Et un frère moins connu.
Shakespeare en fit du théâtre,
C’est ce que j’ai retenu.

Et Pascal, cet opiniâtre,
A prétendu que son nez
(C’est un point qu’on peut débattre)
Était beau à se damner.

Cette histoire vous inquiète ?
C’est le manège des rois.
Ça vous fait tourner la tête ?
Il faut la mettre à l’endroit.


( grand tourniquet ) ( trop grand... )

et

Mon enfant, ma bonne
Cadette de charité,
Petite des Pauvres,

Jumelle germaine,
Benjamine de couleur,
Et ta consanguine ?

Faux mineurs de lait,
Puînés hétérozygotes,
Aînés de la côte,

Jumeaux utérins,
Mes bien chers homozygotes,
Ennemis siamois.

( 4 haïkus en filigrane )

Jacqueline Morel

Fragiles repères
Liens du sang et liens du cœur
Sourdent les rancœurs
( mots-clés fracturés )

Alexandre Carret

Je te reconnais.
Quand tu ris, je te ressemble.
Dans tes yeux, je vois.

Dans tes silences, j'entends
Mes failles les plus intimes.

et

Six, frère, ont le cœur
Inquiet en voyant l’air fourbe
Qu’ont leurs fières sœurs.

(haïku - caillou)

et

Sa sororité,
Au petit jour, de bouton
À rose, rosit.

-

La fraternité
S'écoule dans cette immense
artère, filant.

-

(haïkūnagrammes)

et

( architog )

Annie

( isocélisme et suite vocalique EEEŒU )

Rémi Schulz

mes frères et sœurs,
Cain, Seth, Isis, Antigone…
éros, fesse, meurtres

( haïkūnagramme )

Noël Bernard-Talipo

( isocélisme pour un doublet de Caroll de frère à soeur )

11 avril – Journée mondiale de la maladie de Parkinson

Bernard Maréchal

( petite morale élémentaire portative )

Annie

damné Parkinson
sans pinsons ni raisons, rode
ladre emprisonné

pâle, élimé, ramolli
modèle son idéal 

Nicolas Graner

Cette main qui tremble
Est aussi ta main ;
Chaque homme rassemble
Tout le genre humain.

Comme eût dit John Donne :
Ne demande pas,
Quand meurt un neurone,
Parkinson le glas.

( sélénet )

Jacqueline Jacquadit

Une suite possible du sélénet précédent :

Parkinson le glas
Des traits passés sous silence :
Plagions le snark !

( haïkunagramme )

Jacqueline Morel

Le mal galopant
Envahit son corps
Le bloque, le mord
Affreux tremblements
Les mots désarticulés
Sur ses lèvres échoués
N'expriment plus ses pensées
Il pleure, affolé
Violente dégringolade
Dans les bas-fonds d'un EHPAD
La peur et le froid l'enserrent
Démuni, sans préavis
Il sombre en enfer
Suffoque sa vie
On l'a privé d'air

Alexandre Carret

Sans frapper, il entre,
Te frappe. Entretemps, esquive,
Pare qui ne sonne.

(haïkulembour)

Noël Bernard-Talipo

se lève se penche
ses tremblements gênent
elle se démène

rentre ses tendres pensées
sent ses rêves se fêler

( HOG monovocalique )

12 avril – Journée internationale du vol spatial habité

Bernard Maréchal

Canard en ballon,
Laïka, chienne en Spoutnik,
Youri en Vostok.

Qui, chez les cow-boys d'Houston,
Rejouera aux Montgolfier ?

( tanka et pangramme de 96 lettres )

Alexandre Carret

Sans frapper, il entre,
Te frappe. Entretemps, esquive,
Pare qui ne sonne.

( haïkulembour )

et

Enfin dans mes bras,
Ton vol spatial habité
Commence aujourd'hui.

Et c'est parti pour un tour
Du couloir et du Soleil.

et

Dans cette berline,
Ils noircissent des poèmes
En fumant du gris.

Soit :

Volutes spartiates,
Habitacle figeant trois
Tueurs d'hypoxeuzes.

( 3-bambochade moyennée : chaque mot contient en moyenne 3 lettres consécutives)

Jacqueline Morel

Ultra fortunés
Les cieux ont accaparé
Jusqu'à la nausée

Virées ultra-carbonées
Lune si pâle, attristée

( tanka monorime )

Annie

Le vol spatial habité ? Sur le vol spatial habité, je n'ai rien à dire.
Je regarde, cet astre luit
Que nul ne salisse ce fruit.
Les touristes ? Sur les touristes, je n'ai rien à dire.

( cf « L'herbe » de Queneau )

Alain Zalmanski

ESSAIM	BAIN	    DO	    SN
ARNAQUE	PROTECTRICE TUBE    CAPONE
LARCIN	JACUZZI	    ÉGOÏNE  SB

???	???	    ??	    ??

( chicago )

Noël Bernard-Talipo

sans bouger
tu fermes les yeux
ton âme d'un coup prend son vol
pour un exode spatial habité de silence

long ton vol
bleu le temps spatial
cœur habité de lueurs douces

vol d'un son
spatial habité

d'échos vagues


( bigollo ; mots clefs en boucle )

13 avril – Journée du scrabble

Bernard Maréchal

Trouvez moi le malade qui a tout placé :
Aiglons baveux, baragouiné, chinons pirates,
Entrefilets, demi whisky, journées de fer.

( panscrabblogramme )

et

Impôt ou guignon :
Un voyou voit mon pognon.
Punition : un gnon !

Un moignon fou ? Un chignon ?
Ou un tondu tout mignon ?

 ( lipogramme en [SCRABBLE] )

Alexandre Carret

- Scrabe-les, grive ! Ois
ce que Rabelais, gris, voit :
scrabble et grivois.

(haïku nord-sud)

et

Scrabble ou puzzle ? en France,
Il faut choisir. But here, it's
Scrabble and puzzle.

(juste pour le plaisir de perdre pied)

et

Essayez l'art panscrabblogrammatique,
Exigeant  un  temp*  de  wiktionnaristes,
Un   jou*  de   fièvre  où   l'hiver   filoche,
désaoulé.

(panscrabblogramme)

Annie

Cabale à Barbès.
Barrabas rase le blé
À bas le barbare
la sale carcasse à barbe!
César le rase, l'écrase.

Caresse à Babel.
Cérès berce le bel arbre
le scarabée sacré, rare
les belles bécasses
sarcle les serres arables

À Arras l’abbesse
a brassé, brassé
accablée, lassée,
elle erre, ababa
bêle, se casse le bras
l'escale sera
serrée, carcérale 

( HOG )

et

scrabble signifie
malin bricolage
respectant graphie, nombres. 

( bambochade de rang 3 ; HOG )

Jacqueline Jacquadit

La journée du scrabble
Qui a trop l'amour des mots
Sur Babel nord éjacule

( katautanagramme )

Jacqueline Morel

Le crabe carré
Racle le sable brassé
Râle le ressac

( beau présent )

Nicolas Graner

Cette phrase vaut cinquante-huit points.
Celle-là, qui parle d'un kiwi et trois lynx, vaut cent seize points.
Ici, il y en a pour cinquante neuf points.
Vingt et un points.
Dix-n*uf.

-- Nicolas [9]

(autoréférence)

Alain Zalmanski

SCOPA
CANASTA
RAMI
ALUETTE
BRIDGE
BELOTE
LANSQUENET
ÉCARTÉ

( acrostiche de jeux de cartes )

Noël Bernard-Talipo

Boutcha horrifiée voyait
Les cadavres dénazifiés
Par jeux d'un Kremlin
Qui butait les gens.
Ô parte le wagon :
Où l'emmène Seth ?

( panscrabblogramme )

14 avril – Journée mondiale de la maladie de Chagas

Bernard Maréchal

Cher Carlos Chagas,
Nous avions la belle vie,
Tu nous la gâchas.

(Médaille)

Alexandre Carret

Trie pas nos zoos ! Ma
mère y vit la réduve à
Trypanosoma.

(haïkūlorimes)

Annie

La maladie de Chagas ? Sur la maladie de Chagas, je n'ai rien à dire.
Consultez Calchas, il sait lui,
ce que j'ignore il vous le dit.
Les devins ? Sur les devins, je n'ai rien à dire.

(cf « L'herbe » de Queneau)

Jacqueline Morel

Punaise vampire
Harponne le derme, avide
Distille poison

De sève rouge s'enivre
Essaime nuisible engeance

Noël Bernard-Talipo

Chagas accusa
Trypanosoma cruzi
D'ouvrir l'huis au mal.

Quand Darwin dans la pampa
L'attrapa, souffrit la mort.

( lipogramme en E )

15 avril – Journée mondiale de l’art

Bernard Maréchal

( haïkupé double )

et

J'évite les gens chic qui tremblent pour du fric,
Qui m'affligent beaucoup ; je devine les hommes,
Je hais ces laids pignoufs que mon job donne à voir.

(belle absente)

Gérard Le Goff

Tous ceux qui se piquent d'art
Vivent bouffée d'air
Du désir avant des ires!
C'est paillette d'or
Brillante au sein de l'ordure.

Ils ont besoin de ce dard
Tous ils y adhèrent
Ardemment et c'est peu dire
Quand ailleurs tout dort
Muré dans un monde dur.

(architogs et babebines)

Annie

Penser, dire l'art ?
Est-ce un jeu barbare
qui part en autocar ?
Tu cours dare-dare
au pays sans cafard
sourire à Lehár.
Tu jettes un regard
à ce bobard, le zohar
‒ lis un poème goliard !
Décor mudéjar
ou mozarabe à Dakar...
C'est du cochon ou du lard ?
Article de cauchemar.
Je me marre et narre
des canulars, Lecroart
nous fait parfois part
bonne des croqarts
croquis, crobards, rares.
Arches de César ?
Je saurai plus tard
si c'est un douar
un pont dans le Var
le Gard ou le Delaware.
Chartre d'un exar-
que byzantino-magyar
qui nargue Mozart ?


( alfabart ardécelé ou alpharimes )

Alexandre Carret

La crotte de nez
habilement façonnée
Devient un cornet.

Soit :

Abracadabra !
Rhinotillexomaniaques,
Transubstantiez !

( haïkrūstiche et 4-bambochade )
(le 2ème est même un double 4-bambochade)

Nicolas Graner

Métiers appliqués :
Martial, vivre de la guerre.
Essai d'état brut.

Ou beau, nouveau, libéral,
Décoratif, poétique.

(tanka en filigrane)

Jacqueline Jacquadit

L'art hait la manière 
Et le maniérisme alors ?
Animalier, théâtral !

( katautanagramme )

et

Nature contre culture :

Égaré de l'art, épelé le pet râle de rage !

( palindrome )

Jacqueline Morel

Mon âme éblouie
Au sublime s'abandonne
l'extase l'emporte

Alain Le Pourhiet

Gabrielle d’amour, un courant schismatique
Te mène au chevalet d’un peintre novateur ;
Il te prouve au pinceau ses talents de bretteur
Puis, reçu comme amant, s’ancre dans ta boutique. 

Pour un tableau cubiste ou néo-synthétique
Tu te présentes nue à ce déchiqueteur
Qui révèle au final — étrange séducteur ! —
De ton corps écorché le concept esthétique.

Tes chats en septuor, à ta pose invités,
Ronronnent de concert sans paraître affectés
Par le dessin tordu de ton anatomie.

De ta chambre l’artiste a fait son atelier ;
Et moi, mis à l’écart de ton académie,
J’écris ces vers, hélas, à poil sur le palier !

( écho en prosodie classique - voir le site de l'auteur )

Noël Bernard-Talipo

arts graphiques ? - non.
littéraires ? - point monsieur.
pourquoi ça ? - calembredaines !

freluquet ! - aboyez donc,
vaniteux ponte oulipien

( 3-bambochade cyclique assouplie )

16 avril – Journée mondiale de la voix

Bernard Maréchal

Tant de jugements faux qui me crispent la bouche,
Mes cris qu'un vif chagrin ne dit jamais publics,
Quelques gouffres méchants déjà parlent et bravent
Le grand pouvoir des fables que j'aimais chanter.

(belle absente)

et

Actives, passives,
Exprimées de la conscience,
Grosses de son maître,

Les chères qui se sont tues
Sans timbre de Jeanne d’Arc.

(tanka filigrane)

Jacqueline Morel

V ocifèrent lucifériens
O urdissent sombres desseins
I nstillent fiel en esprits
X énophobes nauséeux

( acrostiche )

Annie

Tu donnes à la blanche colombe
te prêtes à la sagesse
te refuses au sang, aux urnes
à l'outre-tombe.

Du peuple ou de Dieu
lequel écoute ?
Jeanne entend
vive, se porte haute contre
les ténors, les stentors.

Les sirènes ?
Sirène : le fausset de son maître.

(filigrane)

Alexandre Carret

Il se murmura 
Que la piste était bénie
Et qu'Elle s'en vient.

Soit :

Vois ! La Voix voua 
La voie, l'avoua, voila,
Voit l'hâve Oie ! Voilà !

( homophonie )

et

Échange de dupes :
Je vous donne ma parole,
Donnez-moi vos voix !

et

J'entendis sa voix
Cherchant, dans l'écho, sa voie
En Haute-Savoie.

( homophonie )

Anthony Pecqueux

D'abord toute fluette
Comme un appel de couleurs
Sa voix tapa l’œil 
Épiphanie de présence
Première orchidée de l'an

( tanka )

Alain Le Pourhiet

Gabrielle me trompe avec un ténor

Gabrielle d’amour, ici pas de chantage,
Adieu sole mio ! Car voilà qu’un ténor,
Caruso de retour en star du Mogador, 
Arrive dans ton lit sûr de son avantage.

Le bel canto succède à notre chuchotage.
Tu écoutes Mozart, Rossini… mais encor
Francis Lopez parfois. Ta chambre est le décor
Où ce nouvel amant t’offre son héritage.

Polyglottes tes chats répondent au galant ;
À Cadix en français les voici miaulant ;
L’italien demain ce sera pour Séville.

Hélas ! je n’eus jamais ton goût pour l’opéra
Sauf pour nos duos quand, soulevant ta mantille,
Je mêlais mon murmure au tien, ma señora.

Noël Bernard-Talipo

le soupir ténu
la sonore ondulation
la voix qu'on module

du rêve ardeur partagée
assouvit la faim ultime

( accumulation agréable )

17 avril – Journée mondiale des luttes paysannes

Bernard Maréchal

Moderne Karl Marx,
Le français José Bové,
Cow-boy du Larzac,

A imaginé un show
Pour le paysan qui lutte.

(pangramme de 81 lettres)

Alexandre Carret

Lutte, ah, paysanne
Repeins le monde avec ton
Usine à pétales !

(vers 1 et 3 en contrepets)

Lutte, oh, paysanne
T’effraies ton coq au pré mais 
N’y hantes ta poule.

(vers 1 et 3 en anagrammes)

Lutte, eh, paysanne !
Danse contre le roi, le
Nazi … et pétule !

(vers 1 et 3 en palindrome sonore)

Jacqueline Morel

Gronde jacquerie
Nuée de fourches brandies
Tremblent les nantis

( monorime )

Annie

là où tout spuise en ânes
lie-toi à tes pies naines
alouette s'apaise en nous

(suite des consonnes l t t s p s n n s )

Noël Bernard-Talipo

Au juge il vend son champ sous le fusil braqué :
Du labour joug fait trou, quand mord chairs plomb volant.
Déjà va galopin chômant, bas, efflanqué.
Feu vide pueblos. Jongle chaman toqué.
Jadis fauchait gamin qui prit bon vin soûlant.

( belle absente )

18 avril – Journée mondiale des radio amateurs

Bernard Maréchal

Radioactifs,
Amateurs du monde entier,
Dansez sur les ondes,

Internationalement,
Opérateurs de services.

(tanka acrostiche)

et

Radioamateurs,
Agioteurs vêtus d’un beau
Maillot à traders.

(Haïku-caillou)

et

Radioamateurs
Suivent l’onde autour du monde,
Rame des rimeurs.

(Marsupiailku)

et

Radioamateur,
Ta radio susurrera
Sur mer et sur terre

Des murmures maraudeurs,
Tu ameuteras des rois.

(tanka beau présent)

Annie

Radio amateur :
À mardi ! A. outré
a mordu (à taire).

( anagrammes )

Alexandre Carret

Audiard rameuta
Sa gouaille au micro de ma
Radio amateur.

(Vers 1 et 3 en contrepet)

Jacqueline Jacquadit

Radio amateur

Art audio rame
Ralliez la cryptomonnaie :
Ada* roi mature !

*Vive le Cardano !

( haïkunagramme )

Jacqueline Morel

Amer ramera
À marée amarrera
Armée armera

( quatre-san-ku  sur les 4 lettres a,m,e,r - avion du mot-clef )

Noël Bernard-Talipo

ma terre se meurt
ses artères se saturent
marasme muet

semeur amer emmuré
émet ses terreurs ses stress

( beau présent sur « amateurs » )

19 avril – Journée du cannabis thérapeutique

Bernard Maréchal

Mon cher fils, ton wagon de cannabis thérapeutique est arrivé enfumé.
Tu peux téléguider les abeilles au zoo.
O.K. ! J’y vais mardi.

(panscrabblogramme)

et

Stupéfiant afghan,
Cannabis thérapeutique,
Topique clément.

(bambochade stricte d’ordre 3, ou 3-bambochade)

Annie

barcasse suspecte
pouvant conduire direct
fichage‒cabane

brancard désintoxiqué
corbillard moins lamentable

( tanka, bambochade de 3° classe )

Jacqueline Jacquadit

Cannabis thérapeutique *
Confus, il ne comprend plus ce qu'il a écrit :
Ta phrase t'a niqué, incubé !*

( *anagramme )

Jacqueline Morel

Au Soleil déploie
Fins folioles dentelés
Seshat enivrée

Nicolas Graner

Na ne veut plus boire
De l'eau pure. Pour ses noces,
Il la change en vin.
    Qu'a Na ?

Na ne fume plus
De tabac pur. Il y joint
Comme un air de beuh.
    Qu'a Na ? (bis)

( sollicitudes en haïkus )

Alexandre Carret

Anna t'as mis au
Cannabis thérapeutique
Mais hélas, toujours,
Ce crack t'habite. À peine, i'
Te pique, Anna bisque, à terre.

( « tanka - quanta » : vers 2, 4 et 5 en contrepet )

et

Il mourut encore
Mais il ressassera sa
Maladie de Lyme.

Soit

Cana (bis), taira peu tique.

( haïku en fable express )

Robert Rapilly

À fumer des joints
j'ai pris la beuh pour de l'herbe
ah ! j'humais des foins

( haïku-caillou )

et

La guerre prit fin
qu'allumait le calumet
round about midnight

Paix tard

( « aïe-coup », forme de fable express )

Noël Bernard-Talipo

Fin câline ( bas ) :
Thérapeute shoote-moi
File cannabis.

( haïkunagramme )

20 avril – Journée de la langue chinoise

Bernard Maréchal

C’est le jour de la langue chinoise,
À Pékin s’écrit le mandarin.
Les idéogrammes de l’ardoise
Se tatouent sur le bras au surin.

C’est la langue de la République
Populaire au bon temps de Mao.
Avec moins de rigueur on l’applique
Sur les murs et les dazibao.

( dégrafet )

et

Dialectes secrets,
Hiéroglyphes formosans, 
Écrits pékinois,

Décodage délicat :
Apprentissage requis.

( bambochade stricte d’ordre 3 ) 

et

Les idéogrammes
Des dazibaos chinois
Racontent des drames.

( marsupiailku )

Alexandre Carret

La langue chinoise
Goûte fort le berger belge
Ou le chien anglais.

(haïkūnagramme)

Annie

vertu lorsque
graphie mystérieuse
maîtrisée
musicalement
signifie

( bambochade de degré 3, HOG )

Nicolas Graner

Bien laver à grande eau la langue de canard.
Blanchir rapidement et laisser refroidir.
Saler, puis macérer au vinaigre trois heures.
La laver à nouveau. La saisir à feu vif.
Ajouter piments secs, cannelle, coriandre,
Cumin, poivre, gingembre et bouillon de légumes.
Cuire à feu doux une heure et laisser refroidir.
Laisser toute la nuit mariner dans le jus.
C'est un amuse-bouche apprécié des Chinois.

( je n'ai rien inventé : http://cuisinebizarre.unblog.fr/2010/08/03/langues-de-canard/ )

Jacqueline Morel

Cang Jig aux quatre yeux
Vit secrets des Ciel et Terre
Phénix l'inspira

Noël Bernard-Talipo

L'orante
Au grès
N'a frais
Gisante.

Une ante
Exprès
Chut très
Heurtante.

Instant
N'ouis tant
Où reine

Iodla
Sereine
En la.

( sonnet de dissyllabes acrostiche )

21 avril – Journée de la crèche

Bernard Maréchal

On nous dit que Jésus dans la paille
Est tranquille entre l’âne et le bœuf,
Que chez lui on ne fait pas ripaille,
Ses parents interdisent la teuf.

À la ZUP on te pose à la crèche,
On reviendra te chercher ce soir.
Tes parents sont toujours dans la dèche,
Mais au moins tu n’as pas peur du noir.

(dégrafet)

et

Tout doux dans son foin,
Bavant, un divin gamin
Finit son dodo.

Sa maman a du bon lait.
Mais s’il finit mal ? Tant pis !

( lipogramme en [CRÈCHE] )

Nicolas Graner

Jadis dans leurs crèches
Les fermiers versaient
Grains ou herbes sèches
Que les bœufs paissaient.

Depuis que Marie
Y mit son petit,
La ménagerie
N'a plus d'appétit.

( sélénet )

et

Le premier miracle
De Jésus : dès sa naissance,
Une place en crèche !

( haïku dédié aux jeunes parents en difficulté )

Alexandre Carret

L'aimé crèchait
L'homme aux crocs chauds.
Lama cracha,
L'eũt mû, crut, chut,
L'y mit, crie, chie.

( babebine améliorée )

Annie

Jeux au parc Monceau 
nounous noires pour bébés 
blonds, rose saumon. 

( médaille )

Alain Zalmanski

CHAUMIÈRE
RÉSIDENCE
ÉDIFICE
CABANE
HABITATION
ENTREPRISE

PAVILLON
ASILE
LOGIS
ABRI
IMMEUBLE
SUITE

(Acrostiches de circonstance)

Jacqueline Morel

Crèche au foin sec rêche
Âne et bœuf un air chaud soufflent
Dort un roi si frêle

( monosyllabes )

Noël Bernard-Talipo

rentre au jour tombé
le marmot mis à la crèche
il dit à sa mère
d'une voix en clarinette
j'ai fait un soleil
avec un jaune pinceau
et puis doux il dort

( architog et règle sage ou 1-bambochade stricte )

22 avril – Journée internationale de la terre nourricière

Bernard Maréchal

Ne la mange pas !
C’est la terre nourricière,
Tu lui dois la vie.

Si tu ne la nourris pas
Elle te dévorera.

(tanka sur mot-clef)

Nicolas Graner

Terre noire et nue,
Terne, trouée, encroûtée,
Contrée éreintée.

Un crétin inconnu court,
Tout nu, tout crotté, tout con.

( tanka, beau présent )

Jacqueline Morel

Au pied mort de l'arbre
Mêle larmes à l'humus
Navrée, accablée

Le cœur blotti contre Terre
Ardentes sont mes prières

Annie

   La lumière,  ô  Nour,
si terne qu'elle arrive, entre.
   Recule       sorcière

(haïkupé)

Alexandre Carret

Terre nourricière
Qui s'épuise en suivant les
Sirènes routières.

(haïku - caillou)

Jacqueline Jacquadit

Terre nourricière 
Des hommes ont toujours faim
Erreur ce noir rite

( haïkunagramme )

et

Elle a l'ambition de fonder une famille, d'où l'annonce suivante :

Terre nourricière
Reine recruter roi

( anagramme )

Noël Bernard-Talipo

Nourricière,
La terre
M'a doucement
Regardé
Sans un blâme

Et puis a
Disparu

( hypertog littéral )

Citons deux poèmes monovocaliques se répondant l’un à l’autre pour la journée de la terre il y a 7 ans :

Terre

Vers terrestres (de Timothy Adès )

23 avril – Journée Mondiale du Livre et du Droit D’Auteur

Bernard Maréchal

Les livres sont morts
Si un jour le droit d’auteur
Ne pèse plus rien.

( morseku sur le mot-clef « livre » )

et

Toujours incompris,
Mélancoliques auteurs,
Furtifs, indomptés,

Mollement récompensés,
Malheureusement frustrés.

( bambochade stricte d’ordre 4 )

Jacqueline Morel

Des mots pour créer
Refuges et univers
Explorer des mondes

S'y perdre ou s'y retrouver
Voyager dans l'infini

Annie

Le livre ? Sur le livre, je n'ai rien à dire.
Je prends un livre, je le lis
quelquefois ce n'est qu'un produit.
Les droits d'auteur ? Sur les droits d'auteur, je n'ai rien à dire.

(cf «L'herbe» de Queneau)

Alexandre Carret

Non, Victor Hugo
N'a jamais écrit de livre
Contrairement à
L'un de ses contemporains
Dénommé Victor Hugo.

et

Lecteurs ingrats
-----
Vois ! Nos droits d'auteurs
N'ont consisté qu'à subir
Vos trois doigts d'honneur.

(haïku - caillou)

Nicolas Graner

Qui publie un livre
Pour les droits d'auteur
Voudrait bien en vivre
C'est son vrai moteur

Qui publie en libre
Pour les droits d'honneur
Voudrait bien qu'on vibre
C'est son vrai bonheur

(sélénet)

Noël Bernard-Talipo

scribouillards pompants
défricheurs artisanaux
auteurs monstrueux

monacales écritures
impressions tonitruantes

( 4-bambochade stricte )

24 avril – Journée de la révolution dans la mode

Bernard Maréchal

Mettez des bretelles,
C’est le dernier cri.
Osons les dentelles,
Tentez le pari.

Habit toujours moche
Porté sans pudeur ?
Quelque chose cloche :
Sapez-vous sans peur !

( morsélénet sur le mot Carmagnole : -.-. .- .-. -- .- --. -. --- .-.. . )

et

La mode est à la carmagnole,
Le jour du vote est arrivé.
Sapons-nous, courons à l’école,
Car le scrutin est activé.

Falzar en soie artificielle ?
Robe en coton, laine ou satin ?
La tenue est présidentielle :
Choisissons le bon bulletin.

( damnet )

et

"En dévots du dollar, jeune, on a aimé l'or."

( anagramme )

et

La révolution,
Je la ferai dans la mode :
Mon pantalon se démode ?
J’ai la solution !

Plus de pollution,
De coton qui incommode,
De trous que je raccommode :
La dissolution !

Oui, j’irai tout nu !
Et je ferai voir mon cul
Ma peau roturière.

Les fesses à l’air
Je vous montrerai la chair
De mon beau derrière.

(sonnaïku)

Jacqueline Morel

Démoder le monde
Le recréer en couleur
Aller de l'avant

Avec ses rêves, son cœur
Tombent les murs et les chaînes

( tanka - référence au livre de Bernard WERBER : « Livre du voyage » )

Annie

révolution dans la mode
avons lu : monde idolâtre

Ô l'Inde ! désamour volant
va nu, idolâtrons modèle
vendu, l'idolâtre n'osa "Om" 

( anagrammes )

Alexandre Carret

La révolution dans la mode :
Crée avant que tu ne te perdes
Dans ce monde hideux et ses codes.
Ô ! L’ovulation dans la merde.

( vers 1 et 4 en contrepet et anagrammes)

et

Perec offrit un livre où les mots, dedans, ploient
Sous la révolution dans les modes d’emplois
De lecture des vies, entre-deux, ordinaires,
Comme ces amants qui, un soir, dehors, dînèrent.

Nicolas Graner

Mon utile dame
Refuse de céder à
La mode mutine

( haïkunagrammokapi )

Jacqueline Jacquadit

Révolution dans la mode*
Vive le métal
Vantons Dior modèle alu !*

( *anagramme )

Noël Bernard-Talipo

« vieillot » date en diable,
« démodé » vaut « révolu ».
« dead » : quel avenir ?

la langue si bien pendue
ailleurs fumera la came

( accumulation agréable )

25 avril – Journée mondiale contre le paludisme

Bernard Maréchal

Madame s’épuise,
Elle se lasse des spasmes ?
Mais elle se pâme…

Le paludisme l’amuse :
Allumée, elle pépie… 

(tanka et beau présent sur le mot-clef)

et

L’allumeuse passe,
Elle simule le spasme
Au seuil du malade.

Le mâle se pâme,
Mais le malaise s’apaise,
Le palu l’épuise.

Las du paludisme,
Le malade la supplie,
L’âme se délie.

La lampe s’allume,
Le séisme se dilue.
Elle le délaisse.

L’idéal se lasse :
La maladie l’a dupé.
Adieu le passé !

(5 haïkus en beau présent sur le mot-clef)

et

Non, le paludisme
Ne peut pas être soigné
À l’huile de palme.

(Marsupiailku)

Alexandre Carret

Conférencier érudit en Cher
-------
Celui-ci qui cause
Du paludisme au Blétois
Sait du simple au double

(vers 2 et 3 anagrammes)

et

Maudit paludisme
Qui te guette dans la mare
Juste après la pluie.

(marsupiailku)

Annie

Pluie de mars enclot
ce démon pâli lustré
code mille-un trépas.

Drame celé "Ont-ils pu ?" 

( anagrammes de : contre le paludisme )

Nicolas Graner

Craignez pas luddisme !
Soutenez les ouvriers !
Flinguez les machines !

( haïku isocèle )

Jacqueline Morel

La brume
Son vent
De plume
Étend

Il règne
Ici
De sphaigne
L'esprit

Fétide
Étang
Avide
De sang

Eau noire
Fadets
Vont boire
Follets...

( double muret – sur le thème )

Jacqueline Jacquadit

Contre le paludisme
Le président M coula !

( anagramme )

Noël Bernard-Talipo

Anophèle et paludisme
Un pacte étrange ont scellé :
Dame Nature en cynisme
Égale l'Homme au cœur gelé.

Le petit corps qui grelotte
De l'enfant qu'elle perdra
Brise celle qui sanglote
Quand la fièvre mouille le drap.

Le pauvre abri d'une case
Est le chœur inconsacré
D'un temple au rite sans phrase.
Le dieu des gueux y vient pleurer.

( Clotilde )

26 avril – Journée internationale du souvenir de la catastrophe de Tchernobyl

Bernard Maréchal

Jazz à Tchernobyl
Dans un vieux wagon fumant,
Et panique à Kiev.

(pangramme de 51 lettres)

et

La légende dit qu’à Bâle
Devant l’atome on ne bêle.
L’UBS, très volubile,
Donne aux irradiés l’obole :
Tout banquier est funambule.
Mais un Suisse à Tchernobyl
Ne perdrait-il pas la boule ?

(babebine)

Annie

Osez Gravelines
j'explique Windscale,
Tchernobyl, Fukushima.

( pangramme 51 lettres, HOG  )

Jacqueline Morel

Dans son sarcophage
Spectre de l'apocalypse
Guette, attend son heure

Nicolas Graner

Cyclone moyen :
foyers noyés, oxydés,
embryons broyés.

Oyez doyens flytoxés,
voyez lymphomes, syndromes.

( tanka ; tous les mots ont pour voyelles E, O, Y )

Alexandre Carret

Peuchère ! Nos billes
Cherchèrent Nono pis Bill
Près de Tchernobyl.

Noël Bernard-Talipo

Ni finir, ni fuir.
Unis d'un flux incisif,
Punir vil hubris.

Nul gri-gri, nul divisi,
Nul rif : un jury civil !

( tanka sans ATOME )

27 avril – Journée du code Morse

Bernard Maréchal

Codez Zed ainsi : −−••
Un double tiret d’abord,
Suivi de deux points.

(Morseku sur le mot « code » pour écrire « Zed » en code morse)

Code = −•−• −−− −•• •

et

Code « Morse » ainsi : −− −−− •−• ••• •
Trait doublé, ensuite espace
Suivi de trois traits ;

Poursuis : point tiret
Point ; ensuite écris encore 
Triple point, puis point.

(double Morseku sur le mot « code » pour écrire « Morse » en code morse…)

Code = −•−• −−− −•• •

Annie

Le code morse ? Sur le code morse, je n'ai rien à dire.
Si vous pouvez lire ceci
−··· ·−· ·− ···− −−− et −− · ·−· −·−· ·· C'est écrit.
La traduction ? Sur la traduction, je n'ai rien à dire.

( cf « L'herbe » de Queneau )

Nicolas Graner

·–·· ·   –·–· –––
–·· ·– ––· ·   · –·
–– ––– ·–· ··· ·
··–· ·– ·· –   –··
· ···   ···– · ·–·
···   –·· ·   ·––––
··–––   ·––· ·· ·
–·· ··· ·–·–·–

titatiti ti   tatitati tatata
tatiti tita tatati ti   ti tati
tata tatata titati tititi ti
tititati tita titi ta   tatiti
ti tititi   tititita ti titati
tititi   tatiti ti   titatatata
tititatata   titatati titi ti
tatiti tititi titatitatita

(traduction : Le co|dage en| Morse| fait d|es ver|s de 1|2 pie|ds.)

Jacqueline Morel

Pitié ! Au secours !
Son appel poignant résonne
L'écho vain se perd...

( Morseku avec pour titre le mot-clé :
CODE : -.-|. --- | -.. . )

Alexandre Carret

Si l'aveugle est sourd,
Préfère le code en Braille
A celui en Morse.
Mais s'il vient avec des moufles
Ne cherche plus ! Tu l'ennuies.

et

Morse et Braille ont inspiré à Juan
Miro, sa noble lettre, à Paris, en juin.

( anagramme )

et

Oh Samuel Morse, on
lit ce télex d'un chien qui
Mord son os à moelle.

(haïku - caillou)

Jacqueline Jacquadit

··−· −−− ·−· −− ·− −−· ·−·· ·· ··−  ·−−· · −·−· ··− ·−· ·−

Vue en code morse
Du fromage de brebis 
A la mode corse

Formagliu pecura

( calembourg )

et

Relevé, rasé tôt, Il se mania : morse lu, Jules Romain* a mes litotes à révéler.

* c'est un Jules Romains sans s !

( palindrome )

Noël Bernard-Talipo

Non, je ne verrai jamais finir le long cours
De ce noir fleuve glacial traînant ma vie orde.
Ne va Dieu laisser enfin peser sur la corde
Mon cou de bagnard, posant scellés sur mes jours ?

Va mon cœur amer, longtemps bercé des sons sourds
Du vent mort glissant, mauvais, pendant que la horde
Des gens biens toujours cherche moyen qu'on me morde.
Va aux cieux trouver quelque repos loin des bourgs.

Je ne sais pourquoi l'hiver revient sur la terre
Et sur moi s'abat, plantant l'ongle de sa serre.
J'ai si froid dessous l'étau glacé qui me prend.

De ton nœud coulant, rêche câble qui me croche,
Fais de moi, jadis radieux rêveur, pur et franc,
Un bloc mou, tordu, croulant, couleur de la roche.


( sosnet ) 

28 avril – Journée Mondiale sur la sécurité et la santé au travail

Bernard Maréchal

La sécurité,
C’est la santé sans travail.
L’essentiel est là.

(beau présent)

Jacqueline Morel

Besoin d'une pause
Urgent : stopper stress
Respirer, dormir
Noyer l'incendie
Ondulent les blés
Un souffle balaie
Tout : l'avant, l'après

( acrostiche en lien avec le thème )

Annie

In memoriam Christine Renon

Santé et sécurité
au travail. Peut-être
voulez-vous parler
d'agents d'assurance
dont le travail est
d'encaisser, puis retourner
l'argent d'assurés.
Routiers sur la route
pompiers dans le doute
Infirmières, médecins
aide-soignantes souffrant
de ne pas pouvoir soigner
leurs patients souffrants.
Intérimaires maliens
et autres forçats
meurent aux chantiers.
À l'école, même
maternelle, on meurt
écrasé par son métier

 ( HOG 12x5+7x7=109 )

Alexandre Carret

Ces culs irrités
et lassants ! Théo travaille
Aux tests, chez Lotus.

(les deux premiers vers se lisent à peu près :
« sécurité et la santé au travail »)

Noël Bernard-Talipo

L'amant, seul, espère
Comme un rare idiot.
Triste enfance enterre,
Tue l'autoradio.

Son amour nu traîne.
Enfle, âcre, un tourment.
Rien. Attente vaine.
Aime Io lâchement.

( solénet ; en acronyme « la sécurité et la santé au travail » )

29 avril – Journée mondiale de la danse

Bernard Maréchal

Badinguet, tu danses,
Mais ton armée est tombée :
Tu perds à Sedan.

(Médaille)

et

Madisons fringants,
Bergamasques stupéfiantes,
Astaire épuisant :

Charleston estomaquant,
Claquettes éblouissantes.

(bambochade stricte d’ordre 3) 

Annie

Nous n'irons plus à Sète
les lauriers sont coupés
dansez Marie, Lisette
avant de vous faner.

La colombe est gentille
le pivert insensé
la maclotte sautille
les filles vont danser. 

( fontanet, pensé pour être chanté sur l'air de « Nous n'irons plus au bois » )

Jacqueline Morel

Les feuilles dansent
Tout là-haut sous la canopée
Les feuilles dansent
Le grand vieux hêtre me balance
Sur sa forte branche allongée
Par le vent me laisse bercer
Les feuilles dansent

( rondelet )

Alain Zalmanski

Dansons la carmagnole
Le boléro et la java
Dansons la farandole
Le menuet et la salsa

Aimons la contredanse
La mazurka et la roulée
Faisons la révérence
Dans la csardas et la raclée

( Dansons sur l’air voulu )

et

DOUNDOUNBA
AN-DRO
NOVA
SAMBA
ESTAMPIE

( acrostiche de circonsdanse )

Alexandre Carret

Dansent mes mots, dansent
Sous l'averse de tes yeux
Dans ce mémo dense.

(haïkūlorime)

et

Arès sera !
------------

Arès, Odette dosera !
Arès, Sibelle bissera !
Arès, Olga glosera !
Arès, Éve sera !
Arès, Iris irisera !
Arès, Sam massera !

(palindromes)

Arès, Nadège dansera !

Anthony Pecqueux

Bras liés jambes lancées
Fièvre du parterre ordinaire
Printemps en folie

Nicolas Graner

Allemande, branle,
Ballet, marche, ländler, valse,
Lambeth walk, set dance...

Traversant les ans, les bals,
Les danses changent d'aspect.

( alternance A-E )

Noël Bernard-Talipo

Nuptiale leçon.
Piste où des étoiles entrent.
Macabre salon.

Promettez, exécutez :
Ventre de l'ours mène sabre.

( filigrane )

30 avril – Journée internationale du jazz

Bernard Maréchal

Monk, Sidney Bechet,
Gillespie ou John Coltrane,
Quel swing ont ces vieux !

Billie Holiday pleurait,
Ella Fitzgerald chantait.

(tanka et pangramme de 102 lettres)

et

Passant par hasard,
Campagnard à Manhattan,
Dansas la samba.

L’agaçant jazz t’attrapa,
Battant la java d’antan.

(tanka et monovocalisme en [A])

et

Pour que les vieux Duke Ellington, Bechet, Farmer,
Comptent toujours, tu dois guincher quel subversif ?
Charlie Parker? Buddy Johnson ? Armstrong ? Quels fauves !
Kenny Dorham joue Clifford Brown qui vous piégeait.

(Belle absente)

et

Qui écoute encore
Le cornet de Beiderbecke,
Brubeck et Rollins ?

Ellington The Duke,
Les six cordes de Scofield,
Et Sonny Rollins ?

L’époque Blue Note,
Thelonious Monk, Round Midnight,
Et puis Bud Powell,

Willie Smith le Lion
Le trombone de Mingus
Et son violoncelle ?

Remémorons-nous
Ces musiciens du désordre,
Écoutons-les bien.

Billie pleure les pendus,
Qu’un souffle de vent remue,
Les fruits noirs lynchés.

Le souffle de Miles,
Be-bop, cool, fusion ou free,
Trompette en quintet.

Privé de trompette,
Gillespie perd son tempo
Et le be-bop meurt.

Les petites fleurs
De Sidney Bechet éclosent
En bouquet sonore.

(bouquet de 9 haïkus en lipogramme de [JAZZ])

Jacqueline Morel

( calligramme )

Nicolas Graner

Vivez ce boeuf carrément listoulipique ! GEF swingue dur au saxo ;
à la batterie, Noël, habile, impose son rythme dansant de jerk.

( panscrabblogramme )

et

Quand le jazz est là
La java s'en va avec
L'héméroméride...

Jacqueline Jacquadit

Ce jazz à laïus
Ses ritournelles l'ennuient
Zazie jasa cul

( haïkunagramme )

Annie

New-York ? jazz ambigu, faux plats de chaque vie

( pangramme )

Gérard Le Goff

Sur le sol
"L'oeil , d'abord , glisserait sur la moquette grise d'un long
corridor, haut et étroit"
Haut et étroit , un long corridor,dessus la moquette grise, l'oeil,
d'abord glisserait.
Sur la moquette grise, d'abord, l'oeil glisserait, la moquette d'un
haut et étroit corridor.

L'oeil , eh l'oeil! avoir l'oeil! l Le bon! L'affûté! Le perçant!
L'attention , qualité première! La perception précise des images! Sans
ostentation! Sans désir de percer à jour des secrets enfouis! L'oeil
non agressif! Il ne va pas scruter, inciser! Il ne va pas analyser!
Tout simplement, il s"en va glisser sur les choses! Sur la moquette
grise! Sur le doux tissu gris de la moquette.
L'oeil , d'abord, glisserait sur la moquette grise.
Sur la moquette grise d'un long corridor.
Un long corridor haut et étroit.

La moquette couvre le sol. Elle est grise. Couleur neutre. On a envie
de la caresser. De marcher dessus pieds nus. Belle moquette à
respecter. Ne nous moquons des moquettes! Ne nous moquons des
moquettes! Ne nous moquons des moquettes! Grises, jaunâtres,
lie-de-vin,ocres, vermillon, magenta, bleutées, bordeaux, unies,
striées, rayées, bigarrées, quadrillées, ne nous moquons des
moquettes, dit la mouette, dit la moukère, dit la ménagère, dit le
divin vent sur le velin velours des choses.

Voici un corridor. ça c'est impressionnant! ça c'est du sérieux! Du
stress à venir . Des pas précautionneux s'imaginent sur le duveté des
moquettes, longeant le corridor long et étroit. Des portes fermées.
Vont-elles s'ouvrir? Lesquelles? On va voir la réalité cachée des
choses. Attention, c'est peut-être maintenant. Une poignée bouge.
Qu'y-a-t-il derrière la porte des choses? D'autres choses qui cachent
d'autres choses, à l'infini? Un silence de fin du monde? Une ville
bombardée? Un cataclysme qui se prépare? Une peluche? Quelques
confettis? Une guitare? Un chapeau? Un vieux sac? Un papier couvert
d'une écriture illisible? Un sérial killer?
Une star?

Sur la moquette grise, d'abord, l'oeil glisserait...
"L'oeil , d'abord, glisserait sur la moquette grise d'un long
corridor, haut et étroit

(Première phrase des "choses" de G. Perec, traitée façon jazz)

et

Excités, qu'ils swinguent
Bien fort les mots! Du Vian pour
Haïku jazzy!

( haïku-pangramme 56 lettres )

Anthony Pecqueux

Swing à toute allure
Les jambes se délient - s'affolent
Quintet au sommet

et

Un jazz effréné!
Déontologie élue -
Concert arrêté...

et

La note pique le cœur
Tel trouver un quadrutrèfle
Flegme sur le carreau

et

L'ennemi public 
& le saxo archi(e) libre
Le rythme est rossé

cf Archie Shepp en duo avec ChuckD de Public Enemy

Alexandre Carret

Jarrett, Armstrong, Zawinul, Zwingenberger
Jasent, agassent, zinzinulent, zinzibulent
Juvénilement, acribiquement, zénithalement, zygomatiquement.

( acronyme et allitération )

Noël Bernard

Picaillons,
Veut poupon ? Beaucoup ?
Presque accordé, mon camarade.
Cependant comprends juste certains trucs importants.
Surtout lorsque, retrouvant bercail, ouvrant maison commune entres, montre respect.

Star, déstresse :
Stopperai toujours
Tours bancals, fangeux, indécents,
Moyennant douceur longtemps défaillante : respect.

Combien forts
Tous poutous charmants,
Trésor. Pourquoi moins mon pognon ?

Fatiguée.
Gaffe ! Plaquerais...

Respect. Point.


( bigollo en bambochade d'ordre 3 )

Inspiré de  « Respect »  ( Otis Redding / Aretha Franklin ) 

et

... et un petit scat

babedidouda
dabedidebaba wouah
dabe bedi Houuu

wouah wouah badabadaba
badebadebadewouah

#héméroméride ( tanka lipogramme en CFGJKLMNPQRSTVXYZ )

et

Héméro
Et la vie était rose
Oulipo
Et rien n'était morose

Rime était riche
Anagramme jolie
C'est fini ma biche
Pas la folie

( sur l'air de « Summertime » de Gershwin )

Un grand merci à tous ceux qui ont participé à ce projet avec une avalanche de contributions qui nous ont ravis par leur créativité et leur beauté !

Catégories
Uncategorized

Héméroméride – mars

L’héméroméride, projet d’un an, conçu par Bernard Maréchal, débute le 1er mai 2021. Il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Une activité journalière est proposée : l’écriture d’un micro poème sur le thème de la journée, au format haïku, additionné d’une contrainte à son propre choix. On trouvera ci-dessous les contributions du mois de mars.

1er mars – Journée mondiale du compliment

Bernard Maréchal

Seize
Ans,
Fillotte,
Aujourd’hui
Ton anniversaire
Mérite bien un compliment.

(FIB pour les 16 ans de ma petite-fille)

Nicolas Graner

Un compliment élémentaire est une simagrée élémentaire dont le but est
de fournir un compliment au détriment des substantifs ayant un effet
relationnel ou psychologique (gamines, généraux placides, gars avides
ou avinés) marquants ou en qualité insuffisante dans l'intime
élémentaire moral d'un individu.

( version à peine retouchée de la première phrase d'une page de Wikipédia )

Annie

j'aurais aimé ma belle
t'écrire un compliment
un peu de bagatelle
doré à l'orpiment

mais la journée rebelle
me chicane le temps
je nettoie la poubelle
j'arrache le chiendent

( fontanet = sélénet à 6 pattes )

Alexandre Carret

Jour des compliments : 
Envoie un truc isocèle 
Et, peinard, attends !

Jacqueline Morel

Se laisser bercer
Envelopper, caresser
Par le compliment

S'épanouir sous le soleil
De mots chauds qui nous sourient

( tanka – utilisation du mot-clé )

Jacqueline Jacquadit

Chien joyeux aboie
Il complimente son maître
C'est sa raison d'être.

Ronflaguer les compliments ?
Il m'est flagorneur mon cleps !

( anagramme )

Alain Zalmanski

Sans la liberté de blâmer,
il n’est point d’éloge flatteur
En ce jour on se doit d’aimer
En chassant ces mots de licteur
     Critique
     Observation
     Médisance
   réPrimande
    bLâme
     Insulte
   adMonestation
     Epigramme
    iNsulte
   ouTrage

( acrostiche en creux ? )

Noël Bernard-Talipo

Cool, super, jouissif !
Extra, dément, fab, géant !
Chié, giga, magique !

2 mars – Journée des vieux objets

Bernard Maréchal

Bradez vos greniers,
Vieux K-way foutus, jouets
Moches qui plaisaient.

( pangramme de 57 lettres )

Alexandre Carret

Mon premier ne se dresse plus.
Mon deuxième est la première syllabe de :
     J'ai tellement honte
  que je n'avouerai jamais
       en être l'auteur.

( charade )

Annie

( petite morale élémentaire portative )

Jacqueline Morel

Au fond de l'armoire
Écrin oublié
Garde la mémoire
D'un trésor passé

Une main curieuse
Dévoile en l'objet
La pierre précieuse
D'un amour secret

( sélénet – sur le thème )

Jacqueline Jacquadit

Arquez ce vieux kandjar afghan du psy mort woke blasé !

( pangramme 44 lettres )

Alain Zalmanski

Ces vieux objets (de collection) ont-ils besoin d’être surqualifiés ?

Octavin obsolète
Boucan démodé
Joliette antique
Ecang préhistorique
Tonilière archaïque

Pour les très rares qui ne le sauraient pas : 

    Octavin : petite flûte d'orchestre
    Boucan : sorte de gril en bois utilisé dans les Caraïbes pour faire sécher la viande
    Joliette : planche couverte de potée d’étain
    Ecang : sorte couperet servant à broyer les tiges de lin et de chanvre
    Tonilière : râteau dont la tête est munie d’un filet

et

Mon premier se goinfre (facile)
Mon second donne sa langue au chat
Mon troisième s’amuse à la maison
Mon quatrième échoue chez lui

L’Acropole ou le Colisée, 
Mon tout peuvent symboliser
Vous trouverez antiquité
Mais le jeu c’est de l’expliquer

( charade )

Noël Bernard-Talipo

Les vieux objets ?
Job se vexe : il sut.
« J'eus vol ! bit ! sexe !

Je veux tels obis.
Je vêts luxes bio. »

( mini-tanka 4/5/4 5/5 en anagrammes )

3 mars – Journée mondiale de la vie sauvage

Bernard Maréchal

Pangolins, tatous,
Gorilles, rhinos et tigres,
Unissez-vous tous

Contre tous les prédateurs,
Les humains, bien entendu…

(tanka)

et

Mammouths ? Disparus !
Pangolins, rhinos, pandas,
Crapauds ou tritons,

Coraux, albatros, dauphins,
Disparaîtront. Pas l’humain…

(tanka lipogramme en [E] pour l’anniversaire de la mort de Perec, quarante ans déjà)

Jacqueline Morel

Retrouver sa place
Dans l'immensité du monde
Loin de tout tapage
Sensible reliance
Se fondre dans le sauvage
Discrétion et harmonie
Pureté des sensations
Admirer les êtres
Et les paysages
Accepter l'inouï cadeau
De la beauté de la vie


(HOG)

Annie

La vie sauvage
avalise vague
visa, égal aveu.
Aveugle avisa. 

( anagrammes )

Jacqueline Jacquadit

La vie sauvage
La saïga veuve,
Vu la gaie vase,
Laveuse a vagi.

( anagrammes )

Alexandre Carret

Va, Aigle ! Sauve
La vie sauvage !
Avale, si vague,
A la vive sauge.

( anagrammes )

Noël Bernard-Talipo

il faut emplir le seau
cours aux fontaines va
fille suspends ton jeu

pourquoi cesser le jeu
pour qui tenir le seau
amour vers qui s'en va

monde triche à tout va
chacun joue double jeu
je reste avec mon seau

( terine isocèle )

4 mars – Journée mondiale de l’obésité

Bernard Maréchal

À l’apéritif,
Un obèse dépité
Se tâte le bide,

S’il a relativisé
La menace du régime.

et

L’obèse se pèse,
Rêve de légèreté,
De menu ténu.

Se désole du régime :
L’apéro vitaminé…

et

Péril adoré,
L’obésité le menace,
Dévitalisé,

De finir éliminé.
L’obèse miné s’exile.

( 3 tankas en okapi sur le mot-clef )

et

Poutine a un creux.
Voici, qu'il mange l'Ukraine :
« J'avais faim, dit-il. »

Waouh ! Sera-t-il obèse ?
Zelensky est indigeste.

(pangramme de 89 lettres)

Alexandre Carret

Illich théorise
la perte du but premier
d'une association

Qui, petit à petit, tend
vers son unique survie.

A l'organisation internationale
du travail, Illich prédit : O baise IT !

(HOG )

Nicolas Graner

Avaler un âne ?
L'obésité te menace !
Vas-y pas à pas.

( okapi )

Annie

Ô, délice
Bêtise -hélas
Écume de
Sirop, or
Inégalé.

Tout de suite
Encore une !

( acrostiche et okapi dans la 1° partie
et la photo pour que personne ne s'y trompe )

Jacqueline Morel

Rondeur de la Terre
Rondeur douce de ton être
Rondeur de la mère

( anaphore )

Jacqueline Jacquadit

Libé libelle l'obésité ?

Libé liste les bêtises, toilette les élites, lobe les télés :

"Le site lesté obèse "Belles-Bites" est obsolète ! "

( beau présent sur l'obésité )

Alain Zalmanski

Mon premier fait la chose
Mes deux premiers font aussi la chose
Mon troisième s’y prend à deux fois pour faire la chose
Mon salaud de quatrième fait encore la chose
Mon tout peut rendre la chose difficile

(charade)

et

Deux mariés se mirent au régime
Leur vie de couple en fut vite victime
L’un d’entre eux voulut reprendre du poids
Un nouveau lien couronna cet exploit

Moralité
Un embonpoint vaut mieux que deux tuent le gras

Gérard Le Goff

Sur l'obésité
Faut pas en faire des tonnes
C'est de l'évidence

Juste dire quelques mots
Sans trop de détails, en gros.

( tanka )

Noël Bernard-Talipo

elle boite et tisse
bot il lite toile et soie
elle bosse il bosse

belle étoile il s'ose leste
sitôt elle se blottit

( beau présent sur « l'obésité » )

5 mars – Journée de l’absinthe

Bernard Maréchal

Bannis tes absinthes,
Tes sabbats si insensés
Et tes anisettes.

Satan t’a tétanisé,
Hébété, anesthésié.

(tanka et beau présent sur mot-clef)

Annie

Aïe, aïe, aïe,
traître habile, pair de famine, l'ami s'enracine, sa mine attire, sait se faire câline.
Annie salive, s'agite, s'aligne. Gaie, la fille aime sa riche, fraîche patrie...
Mais cet abri précaire a brisé, calciné sa vie.

( suite vocalique A I E )

Jacqueline Morel

M'enivrer de la puissance de la fée verte
Goutte à goutte raison floutée court à sa perte

( courte échelle )

Rémi Schulz

Esthète bibine,
Hit anesthésiant,
Hantant ta babine,
Shabbat entêtant.

Sa bise t’hébète,
Inhibe assassin,
Absente anisette,
Habitat si sain.

( beau présent )

Alexandre Carret

Nulle âme à l’abside,
L’ascète est absente.
La scène est absurde !
Qui priera l’absoute
Si ma plaie s’abcéde
Et l’abbé s’absinthe ?

(Presque babebine quasiment isocèle)

Alain Zalmanski

Amis, il faut boire une dose,
J’aperçois l’ombre d’une pinte,
Buvons jusqu’à l’apothéose
Enivrons nous avec l’absinthe

Refrain
Ah ! que son entretien rend saoul
C’est son mérite et c’est sa gloire
Elle aide à vivre,  elle aide à boire
Elle aide à boire tels des trous
Oui, tels des trous !

( air connu )

et

Américano
Baccardi
Side car
Irish car bomb
Négroni
Ti-punch
Hemingway special 
Egg nog

( acrostiche de coquetèles )

et

Hommage 

N’oublions pas Raoul Ponchon
Son ode au vin et ses chansons
Sa raison de vivre et sa perte
Furent sa muse, la fée verte

Elle lui fit supporter la vie
Tel un vain paradis
En l’habituant à la mort
Qui l’attendait au port

(en italique des « centons » de L’Absinthe, de Raoul Ponchon)

Robert Rapilly

À moins d’ivrognesse descente,
deux verres – bonjour le Degas –
suggèrent qu’à côté du gars
siège sa copine l’Absente.

Noël Bernard-Talipo

Nuit sainte
S'étend,
L'absinthe
Flottant.

À l'âme
L'ennui.
Ma flamme
S'enfuit.

( muret )

6 mars – Journée des dentistes

Bernard Maréchal

L’arracheur dedans,
Et trente-deux dents dehors ?
Il sent l’accident…

À la vue du cannibale,
Le dentiste fou détale.

(tanka sur mot-clef)

Annie

Les dentistes ? Sur les dentistes je n'ai rien à dire.
La fraise surtout fait du bruit
Et je n'aime que le kiwi.
Les glaciers ? Sur les glaciers je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Jacqueline Morel

Place du marché
Forte musique enjouée
Concourt à masquer
Cris de douleur des patients
Du sombre arracheur de dents

( HOG )

Alexandre Carret

AU CABINET VERT
---------------

Depuis huit jours, j’avais déchiré ma dentine
Aux cailles des chemins. J’entrais chez Charles-Henry.
Au cabinet vert, je demandai à Martine
Un fort meulage, en bon client, à moitié prix.

Très anxieux, j’allongeais la bouche sous la lampe
Verte. Je contemplais l'objet acuminé
De l’odontologie. - Quand elle prit la clampe
Et la vrille au coton énorme, j’ai couiné.

« Celui-là, ce n’est pas un bébé que j’épeure ? »
Rieuse, elle posa l’écarteur. Est-ce un leurre ?
D’abord tiède, elle dit sur un ton corrosif

Que ces tons – rose et blanc – la rendent maladive.
Aïe ! Sa main pliée chope mon incisive
Je mords. Un oreillon m’assomme, décisif. 

( réécriture de  Au cabaret vert d'Arthur Rimbaud )

Robert Rapilly

Un été d’incisive sans orge
le gros n’a sévi (sic) ni détenu

Si Robert sa canine décède
ce déni n’a castré Boris

Eh ! cafétéria l’omet-on amère ?
ma note molaire te fâche

( 3 palindromes )

Noël Bernard-Talipo

Trente-deux dents


À l'ombre du redan
S'abritent, chargés d'ans,
Quatre ancêtres prudents
Du soleil trop mordant.

Tout le jour, lézardant,
Palabrent, se tordant,
Une flasque vidant
D'un vin noir et ardent.

Passe le claquedent
Riant et gambadant.
Sitôt cris abondants
Se déchaînent, stridents.

Hors d'ici l'excédent,
À nos biens prétendant.
Nos poulaillers sondant
Tu voles nos houdans.

On voit briller tes dents
De fils du ramadan.
Défendons l'occident,
Nous, ses fiers descendants !

Prends garde : nos bidents
T'arracheront, chiendent.
Dieu père nous aidant,
Tu seras le perdant.

Que fait le président ?
Siffle un vieil adjudant.
Il dort, c'est évident,
Ce bobo, ce pédant.

L'homme est parti pendant
Que ces héros, grondant,
Remisent leurs tridents,
Fiers d'un bel incident.

7 mars – Journée des céréales

Bernard Maréchal

Faut avoir du blé,
Pour sucer des sucres d’orge,
Fumer des maïs,

Biftons en papier de riz,
Et sans se faire avoiner.

(tanka)

Alexandre Carret

L'ARS aide Kev avecque des céréales.

(Palindrome sonore :
l-a-é-r-é-s-é-d-e-k-é-v-a-v-é-k-e-d-é-s-é-r-é-a-l
)

Annie

Cérès créa-t-elle
blé, millet, seigle, orge, épautre
riz et sarrasin
- j'en oublie peut-être,
par amour des animaux ?

( HOG léger )

Jacqueline Morel

Ces galions
Ces goélettes
Ces galiotes
Ces galères

Ces réales

( chicago )

Robert Rapilly

À l’ouest du Péloponnèse, le blé
importé de la Mer Ionienne sèche
au vent tournant du Silo d’Éole.
D’où cette moralité palindrome :

Élide l’aère cette céréale d’île

Noël Bernard

Ah blé, céréale dorée !
Épis fous, graminée hardie !
Immole jonc kaki le moissonneur.
N'oublie pas que retourna sa terre
Un vieux woofer xylophobe.
Yoyotant zigomar !

( abécédaire )

8 mars – Journée internationale des droits des femmes

Bernard Maréchal

Droits des femmes
Recroquevillées
Ou soumises par un conjoint
Ignorant le droit et criant plus fort que la loi,
Toutes les fois qu’on les bafoue, qu’on les écrase et qu’on les tue, c’est le droit des femmes,
***
Sourdement,
Durement, les femmes
Entendent mourir tous leurs droits
Sous les coups mauvais du conjoint violent qui les tue,
***
Forcément
Exécrablement,
Mais très définitivement,
***
Méchamment,
Et les droits des femmes
***
Sont bien morts.


(bigollo acrostiche)

Alexandre Carret

Le huit mars, c’est la
Journée internationale
Des droits des madames
Arrachés à ceux-là qui
Célèbrent le Dieu Zizi

( tanka isocèle )

Alain Zalmanski

Sur les droits de la femme, j’ai beaucoup à dire
La femme est l’avenir de l’homme, elle est la couleur de son âme
Sur l’homme je n’ai rien à dire

Sur les pâtes Panzani non plus

Annie

Mère, dites-moi
Déméter est morte ?
Dites-moi mes frères
tristesse est métier ?
Être fessée, rossée est sort mérité ?

Frémir est désordre
et rimer témérité
Imiter, rester derrière
sorties timorées, toit étroit, soirées froides.
Offertoire de misère.

Femmes fortes d'oser rire, désirer
d'offrir des miettes, de tisser des trésors
fières de tresser trois rides de mémoire.


( beau présent en HOG 101 syllabes, 13 vers )

Jacqueline Morel

Clos voie de l'enfer
Écoute la voix des mères
La voix de la Terre

( monorimes )

Nicolas Graner

Pour le droit des fanes
De radis ou de carottes
Aux vieilles recettes !

En pesto, en garniture,
En soupe, dégustez-les.

(tanka isocèle)

Jacqueline Jacquadit

À femme qui montre la lune
On ne regarde le doigt
Pour corriger cette lacune
Voici la journée des doigts

D'où le doigt à l'image.

Noël Bernard-Talipo

Les
Droits
Seront
Adjugés
À ceux frappant dur
Ainsi Esprit a décrété

( dans ce Fib chaque mot comporte un nombre pair de consonnes )

9 mars – Journée de la poupée Barbie

Bernard Maréchal

Ken, Barbie, allez sans risque,
Car le grand moulin mixeur
De Jean-Christophe Averty
A fini, hélas, le show.

(pangramme de 84 lettres)

Annie

Hantise d'acier, assise d'argile, laisse sa grise famille à l'index.
La fille transie, ravie d'absinthe, admire la triste magie Barbie.

( suite de voyelles A-I-E  )

Jacqueline Morel

Physique improbable
Mais plastique inaltérable
Ken en perd la tête

Alexandre Carret

Barbie art-déco :
Supprimez ventres et hanches !
Barbarie des corps.

( haïku-caillou : contrepet entre vers 1 et 3 )

Jacqueline Jacquadit

La poupée Barbie
Opéra pipe au rabbi
Pépié priapé.

Beau pape paré barbu
Au bar épuré pria.

( beau présent )

Alain Zalmanski

De bois ou de chiffon
Le boucher de Lyon,
N’a rien d’une poupée
Plutôt une poutrône*
Comme on dit dans le Rhône
D’une prostituée
J’ai désigné Barbie
Presqu’une nécrobie

Robert Rapilly

Barbie en poupée
au rebut mord la poussière
papille embourbée

( haïku-caillou )

Noël Bernard-Talipo

Érèbe a barré
Erre à Ibère barbare.
Baba, a barri.

Rire aère barbe rare.
Arbre à baie ira à bière.

( beau présent sur Barbie )

10 mars – La Journée Mario

Bernard Maréchal

Marionnette absurde,
Aux pixels inanimés,
Rangé dans ta boîte,

Inconsolé, Nintendo.
On préfère Superman.

(tanka acrostiche et isocèle)

et

La Journée Mario ?
Si ton cœur brésilien gèle,
L’amour neige à Rio.

La Journée Mario ?
Trop nul à l’auto-école,
Ajourné, mariolle !

La Journée Mario ?
Un flot de bêtes noie Lyon,
Loups morts, Herriot nage.

( 3 contrepets médailles )

Annie

Mario et Barbie
barrio et abîme.
Marions les ! ils sèmeront
beaucoup de petits
abonnés à facebook

( HOG 29 syllabes, 5 vers )

Jacqueline Morel

Mario le plombier
À grosse moustache
Rêve de sauver
Innocente Peach
Ombrageux Bowser
La tient prisonnière
En sombre château
Prêt à affronter
Les pires dangers
Oubliant tuyaux
Mario mange fleurs
Brandit des étoiles
Invincible ardeur
Ennemis affole
Recluse l'attend

(Potence)

Marc Parayre

Mais ai-je dit qu’on en a marre
Assez du gars droit comme un I
Rebondissant mais pas bien haut
Il a une moustache en brosse
On opte pour la « gamme au vert ».

( acrostiche )

Alexandre Carret

Juste un Mario Bros
Puis il fera le ménage.
Justin, mari aux brosses.

(haïku - aïe-cou)

et

Super Mario Bros
Fit le beau dans le Jura,
Posa sur Morbier.

(haïku - au khi)
(anagrammes entre les vers 1 et 3)

Noël Bernard-Talipo

le vent souffle serre les ris
fais gaffe on prend des paquets d'eau
hauban se plaint grince le mât

beau matelot monta au mât
au hunier faut prendre trois ris
beau matelot tomba dans l'eau

frémit l'épouse au bord de l'eau
à l'horizon cherche le mât
fini l'étreinte adieu les ris

( terine sur mât-ris-eau )

11 mars – Journée mondiale de la plomberie

Bernard Maréchal

Siphon qui fuit ?
Joint de l'évier ?
Tuyaux zingués ?
WC bouché ?
OK ! Plombier !

(pangramme de 57 lettres)

et

L’étameur du bac

« C’est un trou qui perdure, et ça coule derrière !
Je vous l’avais bien dit qu’il y avait trop d’ pression ! »
C’est ainsi qu’en gueulant s’exprime la rombière
Accueillant le plombier qui vient voir son siphon.
 
Celui-ci lui répond : « Je vous avais prév’nue,
Fallait pas l’ nettoyer avec des trucs foireux ! »
« J’ l’ai jamais nettoyé » lui répond l’ingénue,
« C’est votre faute à vous, vos tuyaux sont poreux ! »
 
« Vous voulez pas m’ fair’ croir’ que j’ai mis du ch’wing-gomme ?
Moi, quand j’ répare un joint, j’y coll’ du chattertomme.
Si vous en voulez pas, z’avez qu’à mett’ le doigt,
 
Pendant qu’ vous appuierez, ça servira d’ rustine. »
« Non mais quoi, ça suffit, lui répond la taquine,
C’était pour rigoler, perdez pas vot’ sang-froid. »

 ( vieux pastiche retrouvé (décembre 2013) du Dormeur du val )

et

Plombs de Notre-Dame
Vous êtes fondus.
Voilà de la came
Pour poumons perdus.

Après l’incendie,
Au lieu des pompiers,
Quelle tragédie,
Faudrait des plombiers.

(sélénet)

Annie

j'avise cinq, six aghas du Koweït - fuyez plombiers !

( pangramme 40 lettres )

Pierre Lamy

Une senteur nauséabonde
avilissant son bel évier,
la romanesque Floribonde
a mandé son pote Olivier.
 

Inspiré, l'humeur vagabonde,
tel un poète à son clavier,
il dévisse l'écrou de bonde
en ce clair matin de janvier.

En position mahométane,
dans les effluves de méthane,
il offre au regard son aubier.

Floribonde, habile au smartphone,
vite capture en polissonne,
le frais sourire du plombier.

Alexandre Carret

Le plombier sourit
- Tout en conservant son masque -
De toute sa raie.

( haïku - écho au poème de Pierre )

et

Plombiers à l’Est
Ne travaillant pas au noir,
Peu l’on biaisa leste.

(haïku - aïeux coup)
(vers 1 et 3 - nord-sud)

et

Mon premier se moqua de mon troisième
Mes deuxième, quatrième et sixième en firent autant
Mon cinquième le fit juste avant eux
Mon tout est une conversion de temps bien connue de tous.

( charade )
Solution :
Mon premier se moqua de mon troisième :
Mon premier est « la » car « la » rit (Larry)
Mon troisième est « vaut » car UN rit de « vaut » (un ris de veau)

Mes deuxième, quatrième et sixième en firent autant
C’est « plombe » car « plombe » rit (plomberie)
« soi » car « soi » rit  (soierie)
et « minutes » car « minutes » rit (minuterie)

Mon cinquième le fit juste avant eux
C’est « sante » car « sante » eut ri (centurie)

Mon tout est une conversion de temps bien connue de tous.
« La plombe vaut soixante minutes »

Nicolas Graner

Soleil de Venise
Ciel de mine blanc dans l'aile
Ceinture de fil

Les années dans la cervelle
Ont fait sauter le sommeil

( filigrane )

Noël Bernard-Talipo

dans la fuite
nul salut
sous poursuite
du chalut

l'enfer ruse
nul écu
nulle excuse
au vaincu

(  mômet )

Rapport avec le mot-clef ? ben ça parle de fuite...

et

il vit au Kremlin
un plombier qu'on voit boucher
toujours il dessoude

sa méthode c'est le plomb
quand il passe c'est la fuite

( tank ah ? )

12 mars – Journée contre la censure sur internet

Bernard Maréchal

La cybercensure,
Chez certains cerveaux,
C'est la fermeture,
Le web des barreaux.

Big Brother adore
Punir, surveiller.
Le geek qu'il dévore,
Je vais l'éveiller.

( sélénet et pangramme de 126 lettres )

et

Du Kremlin, jusqu'à Pékin,
Chez Vladimir, Xi Jinping,
Fermeras ton bec, cow-boy.

( pangramme isocèle de 61 lettres )

Nicolas Graner

XXXXXX XX censure
XXX X XXXX susurré
X XXXXX XX serrure
XXXX XXX XX curé

Enserré XXX XXX
XX recense XXXX
XXXX X encre XXXX
Succès XXXXXXXXX

( XXXXXet, beau XXXXXXX )

Jacqueline Morel

Censure et torture
Motus et bouche cousue
Prudence, danger

Avec les non-dits jouer
Propos détourner

( tanka )

Annie

( haïkupé double )

Alexandre Carret

Il est interdit
d'interdire d'interdire
de se censurer.

et

Rue ! Ce Russe encense 
Sa sœur Essence et ressasse
cent censures sûres.

(palindrome sonore)
(haïku - Où qu'y'a ...)

Alain Le Pourhiet

Mon premier n'a aucun besoin d'être censuré ;
Mon deuxième est rarement censuré ;
Mon troisième fut une championne de la censure ;
Mon tout EST la censure. 

Pierre Lamy

Fatrasie pour Anasthasie

Frappée d’aphasie,
Dame Anasthasie
pond des vers en vrac.
Nul ne s’extasie
en Papouasie
ni même en Aubrac.

Si l’on suit mon beauf (un crack) :
— Foin de jargonaphasie,
je vous le dis tout à trac.
Il faut qu’on l’euthanasie.
Censurons son bric-à-brac.

( 11 vers de 5 et 7 syllabes : pas très loin du HOG )

Jacqueline Jacquadit

Contre la censure, la contre-censure :

Censure sans mesure n'est que ruine du slame !
Censure sans bavure n'est que ruine du drame !
Censure sans exclure n'est que ruine d'amalgame !
Censure sans lecture n'est que ruine de réclame !
Censure sans murmure n'est que ruine du brame !
Censure sans procure n'est que ruine du blame !
Censure sans roulure n'est que ruine d'igame !


Censure sans culture n'est que ruine de l'âme !

Noël Bernard-Talipo

Remède,
grogna Mort,
n'a ni la censure sur internet
( ô brut aveu que va turbot en ret ),

ni ruse :
rus ne câlinant
roman gorgé de mer.

( palindrome )

Note : Furetière admet ret comme autre écriture de rets.

13 mars – Journée mondiale de la schizophrénie

Bernard Maréchal

La schizophrénie ?
Quand tu bois mon vieux whisky,
Je flaire du gin !

( pangramme de 53 lettres )

et

La schizophrénie
Montre un chauve reposé
Au skin las frisé.

( contrepet médaille, ou haïku-caillou )

et

La schizophrénie ?
Ni oui, ni non, dédoublée,
Sophie niait la crise.

(contrepet médaille, ou Haïku-caillou)

Robert Rapilly

Ô schizophrénie
hurlement de Pan mon double
faune et cri sosie

( haïku-caillou )

Annie

n'écris ni zéro
ni encore zéro, rien
n'écris rien. Sophie

( beau présent )

et

Criez : Non, Zénon !
Cherchez hors ces spires perses
hors ces herses resserrées
ces porcheries insensées.
Cherchez sorciers encornés
sorcières en pierre ponce
rois croisés, épine noire
Reprisez prose, horizon
repos, soir. Ironisez
ni essor, ni score
en rien honorés.

( HOG  et beau présent )

Alexandre Carret

S'il me suit, je suis
Celui qui suit en retour.
S'il m'est, je le suis.

Bref,
Sur la schizophrénie, je n'ai rien à dire
Mais encore, quelles sont ces identités
multiples qui se déploient frénétiquement
Twitter : Sur Twitter, je n'ai rien à dire

( cf. « L'herbe » de Queneau )

et

La schizophrénie
La prit sur la piste bleue.
Lise, au ski, freina.

(haïku - caillou)

Jacqueline Morel

Rêves se bousculent
En son esprit éprouvé
Mais qui donc est-il ?

Erre une âme hallucinée
En délires insensés

( tanka )

Nicolas Graner

Une voix m'a dit :
« Va, tu n'es plus schizophrène ! »
Me voilà guéri.

D'autres voix disent l'inverse,
Je sais bien qu'elles me mentent.

( tanka )

Jacqueline Jacquadit

L’oisillon en sol
Ses ailes séparées hop !
Il caresse l’air.

Pinacle en apnée si proche
L’acné s’aliène la roche

( beau présent )

et

Paf ! J'y moque le vieux schizo borgne du Koweit !

( pangramme hétéroconsonantique de 37 lettres )

Noël Bernard-Talipo

je suis là
je ne suis pas là
je suis ce que je ne suis pas
je ne sais pas que ce que je suis a fui de moi

on me suit
on me veut du mal
on suit ce que je ne suis pas

je suis vu
je vois qui me voit

je le fuis


( bigollo de monosyllabes ) 

14 mars – Journée mondiale du nombre Pi

Bernard Maréchal

– Le pape Pie Trois* ?
– Quatorze cent quinze, ou seize.
– Non ! Quinze cent trois !

Le cercle vicieux des Pie
Est un sombre irrationnel.

(tanka)

* Francesco Todeschini Piccolomini,  215e pape, le 22 septembre 1503.

et

À la Sixtine, en douce, un pape s’est tapi.
Dans un cercle vicieux il se terre accroupi.
En enfer, bien plus bas, le diable rit sous cape,

Car le Pie est cerné d’un nombre irrationnel.

Il ne pourra sortir de cette chausse-trape
Où Lucifer peinard le retient assoupi :
C’est lui qui inventa le fumeux nombre pi,
Et, diabolique, avance toujours d’une étape,

Car le Pie est cerné d’un nombre irrationnel,

Et dans son désarroi s’efforce de compter.
Il divise vingt-deux par sept, il recopie,
Il sait qu’au bout du compte il devra confronter
Ces chiffres infernaux que Satan sait dompter
À celui que son dieu regarde comme impie.


(Sonnet irrationnel)

Gérard Le Goff

Pi

Piment mathématique des plus forts
Piaffante joie devant l'infinitude
Pieuse lecture dans la solitude

Pi nombre obsessionnel illimité

Pie qui jacasse en parler sans effort
Pipe éternelle à fumer en silence
Piège infini chemin de la démence
Pianotage à lasser tous les pianistes

Pi nombre obsessionnel illimité

Pire suite en interminable liste
Pile inusable en une  éternité
Pièce sans fin d'un Beckett entêté
Piste où chaque jour se pose le sable
Pic enivrant du calcul insondable

Pi

( sonnet irrationnel )

Annie

un sonnet se doit de parler d'amour, celui-ci est un sonnet pis


Je l'aime, elle me repousse
je me déclare, elle tousse
que faire en ce mauvais pas ?

L'infortune me désole.

Si pénibles les tracas
que m'inflige cette rousse
la mort me serait plus douce
que chaque jour un trépas.

L'infortune me désole.

Que j'aille me perdre au pôle
-moins cruels y sont les ours
ou qu'au désert je m'isole,
je sais qu'avec la frivole
ils s'en amuseront tous.

( sonnet irrationnel )

et

cloués au monde en périls
quand la saveur des avrils
nous offre un port de fortune

quand minuit verse son baume

la fièvre nous est commune
bonnes gens, méchants profils
se jouent des calculs subtils
indifférence opportune

quand minuit verse son baume

se résoudra pourtant l'homme
aux pas mis en équations
- scansion de bêtes de somme
à courir, à concourir 
combien de fois ? Puis mourir.


( un autre  sonnet irrationnel )
J'ai observé que l'exemple cité dans la définition sur le site oulipo, ne respecte pas le schéma de rimes proposé.

Nicolas Graner

Trois virgule un quatre
Un cinq neuf deux six cinq trois
Cinq huit neuf sept neuf

( haïku paresseux )

et

Il y a
pi
sortes de gens :
ceux
qui sont amateurs
d'humour irrationnel, et les autres.

( découpage en lignes de 3, 1, 4, 1, 5, 9 syllabes )

Jacqueline Morel

Fin du monde

3 « La Terre aspire à respirer »,
14 Annonce le grand érudit,
15 « Elle s'apprête à exploser.
9 De diamants son ventre est empli.
2 Voyons comment les exploiter.
6 Je propose des solutions :
5 Déluge d'abord provoquer ;
3 Des tempêtes et des typhons
5 Grand nettoyage assureront.
8 Prenez des notes, cela presse.
9 Pensez ressources et richesses.
7 Nous excaverons, creuserons... »

(Les crobards muets de Lécroart en Pi= 3,1415926535897...)

Claire Grivet

Moi, j'irai à grand chauffage de braise cuire une pizza sûrement orientale : papille réveillée !

( mots de longueurs 3,1,4,1,5,... )

Alain Zalmanski

Albert Einstein et Johann Strauss (père)
Patrick Dupond fut aussi expert
Tous les trois sont, de plus, transcendants

Albert II de Monaco aussi
Toutefois il n’a pas réussi
À mettre son chiffre en base Pi

Alexandre Carret

Sir', la conférence
sur Pi débutera par
La circonférence.

( haïku-caillou )

et

Toto fait tapis.
Il parie qu'hier, modeste,
Tau, tôt, fêta Pi. 

( haïku et homophonie )

Rémi Schulz

3-14 > 17 alexandrins, soit 204 pieds
TROIS QUATORZE = 81 + 123 = 204 ( gématrie* )
204 = (3*1*4)(1+5+9+2)

Voici le fameux mnémonique dont j’ai adapté les trois premiers vers. Ce texte  est de gématrie 7056 pour les 3+14 vers, soit 84^2 ou (3.14.2)^2

---

Que j'aime à faire apprendre un nombre utile aux ronds!
Craquant, paradoxal, loquace compagnon,
Tel est Pi, constant acte infini du patron…

Sans lui, tel cylindre est en tristes psychoses…
Jadis, mystérieux, un problème bloquait
Tout l'admirable procédé, l'œuvre grandiose
que Pythagore découvrit aux anciens grecs.
O, quadrature ! vieux tourment du philosophe !
Insoluble rondeur, trop longtemps vous avez
Défié Pythagore et ses imitateurs.
Comment intégrer l'espace bien circulaire ?
Former un triangle auquel il équivaudra ?
Nouvelle invention : Archimède inscrira
Dedans un hexagone, appréciera son aire
Fonction du rayon. Pas trop ne s'y tiendra
Dédoublera chaque élément antérieur ;
Toujours de l'orbe calculée approchera.

(*) Gématrie d'un mot ( ou d'un texte ) = somme des rangs des lettres le constituant ( a=1, b=2, etc.)

Noël Bernard-Talipo

Un vieux maître
Fit connaître
Ce savoir :

Roue !

Et nous fit voir
Par une lettre
Combien peut être
Grand son pouvoir.

Roue !

Ton centre qu'on troue
Dans sa rotation
Grince. Ainsi s'enroue
L'homme qui boit broue,
Fêtant l'invention.


( sonnet irrationno-irrationnel : strophes de 3,1,4,1,5 vers, et de plus ici les vers sont, dans chaque strophe, de longueurs respectivement 3,1,4,1,5 )

Broue : au Québec la mousse, et par extension la bière.

et

A peine
Là, reine
Brûlant,

Étoile,

Régnait
Ta traîne
En thrène
Igné.

Nu voile

Sans toile
Tomba.
Et poêle
-In foille-
Nimba.

( pour les 143 ans d'A. Einstein, sonnet irrationnel acrostiche )

15 mars – Journée contre la brutalité policière

Bernard Maréchal

Il circulait là.
Le policier l’arrêta,
Cria, le palpa,

Le battit, et le tua,
Et, troublé, le libéra.

et

La brutalité 
Policière et tolérée
A la loi pour elle :

La bureaucratie recrute,
La police électrocute.

et

Il a beau tirer,
Le policier réputé
A raté la cible.

La patrouille le rattrape.
Patati et patata…

(3 beaux présents)

et

Rustre souffrant
Violent malade
Sauvage étendu
Barbare couché

Brute alitée

Rousse jadis
Garde autrefois
Milice naguère
Armée avant-hier

Police hier

(chicago en partie double)

Annie

( petite morale élémentaire portative )

Jacqueline Jacquadit

La mère police mêle le feu : tue fêlé ! Le mec, il opère mal.

( palindrome )

Jacqueline Morel

Brandit sa matraque
Regard de haine et d'acier
Fureur déchaînée

( haïku guère sympathique... )

Alexandre Carret

( cf. « Voyelles » de Rimbaud )

et

Talipo brûle, hier, la cité ! 
La brutalité policière !

(contrepèterie)

Noël Bernard-Talipo

Une brute
Portant l'uniforme
Fait une clé d'étranglement.
Est-il innocent, coupable, celui qui suffoque ?

Une brute
Dans un uniforme
Clé de l'ordre clé de la paix

Policière
La brutalité

Plaît aux nasses


( bigollo express ) 

16 mars – Journée des cœurs d’artichaut

Bernard Maréchal

De l'ail, de la crème,
Faites revenir au wok
Deux cœurs d’artichaut.

Découpez-y du jambon,
Poivrez, goûtez. Que c’est bon !

(tanka et pangramme de 93 lettres)

et

Un cœur d’artichaut
Pique ma dame de trèfle,
Tricheur d’un carreau.

(contrepet médaille ou haïku-caillou)

Nicolas Graner

Les cœurs d'artichaut
Sont arrivés par le train
D'Autriche à quelle heure ?

Les cœurs d'artichaut
Ont rôti dans le grand four,
Chaleur qu'est torride.

Les cœurs d'artichaut
Mixés à la viande ? Pouah !
Trop d'hachis l'écœure.

Les cœurs d'artichaut
Finis, pour se rincer il
Torcha des liqueurs.

(haïkus cailloux)

Annie

côtes de blettes
pieds de champignons
yeux de pommes de terre 
tête de chou
sang de navet
....
cœur d'artichaut

( chicago )

Alexandre carret

Son torse poilu
Et son air piquant cachaient
un cœur d'artichaut.

et

Le mâle alfalfa
a des couilles d'artichaut
au cul d'artichaut.

Alain Zalmanski

On a besoin de vinaigrette
Pour manger les coeurs d’artichaut
Il faut aimer la clarinette
Pour apprécier Artie Shaw

( homophonie )

et

De Jérusalem (ou Sion)
L’artichaut est le pâtisson
De même goût que le cardon
Dégusté à la moelle, à Lyon

( monorime )

et

Mon premier se paie une lettre
Mon second se paie quiconque comme une chèvre
Mon troisième se paie à tout va

( charade )

Jacqueline Morel

Vert
Dur
Piquant
En ses feuilles
Cache le secret
De son tendre cœur d'artichaut

( Fib )

et

Fin des haricots
Avec son cœur d'artichaut
Il a fait chou blanc

Noël Bernard-Talipo

cassez-leur la tige
coupez la pointe des feuilles
retirez le foin

ail oignons lardons carottes
couvrir de vin mijoter

17 mars – Saint Patrick

Bernard Maréchal

Patrick ? sur Patrick je n’ai rien à dire.
L’Irlande est le plus beau pays,
La bière toujours y jaillit.
Les saints ? Sur les saints je n’ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

et

Plaisante baguette
Gracieuse chicotte
Amicale cravache
Cordiale badine
***
Sympa trique

( chicago )

Annie

Pas marrant Saint Glinglin
dans vingt ans, vrai marin.

Saint Martin si martial
si charmant gai canal.

L'Irlandais Saint Patrick
paradait, grand trafic.

Climat frais, sans amis
nirvana mal parti
sans isba, ni palais
vivra gars à Calais. 

( bivocalisme )

Jacqueline Jacquadit

Patrick n'a trouvé
Que des trèfles à trois feuilles
Sainte trinité !

Des trèfles à quatre feuilles
C'est sainte quaternité !

Nicolas Graner

Elle aurait bien aimé ce soir au pub
Pouvoir pécho une teub
Mais elle a beau étaler ses nibards
Elle reste seule au bar

Moralité :
Seins, pas trique.

( fable express )

[sur l'air de la « Ballade irlandaise » : un oranger sur le sol irlandais...]

et

À trop fêter la sympatrique,
Il est tombé allopatrique.
L'adieu de ma parapatrique :
« Tu as trop tôt péripatrique ! »

(rimes riches avec les quatre modes de spéciation géographique, cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9ciation )

Jacqueline Morel

( mots croisés )

Alexandre Carret

Hola ! Saint Patrick !
Pourquoi bénir ce docteur
Qui r'tape un salaud ?

(haïku - Où qu'y a)
(vers 1 et 3 en palindrome sonore)

Noël Bernard-Talipot

les serpents... le trèfle...
des gens errent éméchés
en vêtements verts

de ce père révéré
reste le verre levé

( monovocalisme )

18 mars – Journée du biodiesel

Bernard Maréchal

Les belles bisbilles :
Les obsédés de Belle-Île,
Le diesel les blesse…

Les bolides des débiles ?
Le biodiesel les délie !

 ( beau présent )

et

Biodiésel
À la pompe dieu déboise
Idole bisé

(haïkūnagramme)

Jacqueline Morel

À la barbe de Total
Bricoler du biodiesel
En remplir tout un baril
Se méfier du méthanol
Bien réussir son calcul

( babebine - forme faible )

Robert Rapilly

Biodiésel
Survivrons-nous goutte-à-goutte
Liés au débit

Biodiésel
L’air d’un paradis fiscal
Iodez Bélize

Biodiésel
Carmen t’enfume prends garde
Olé dit Bizet

Biodiésel
Pleins crétins au lieu de pain
Hé ! blés idiots

Biodiésel
Piston qui pousse en nos têtes
Bielle aux idées
En "haïkucaillou" les vers 1 et 3
font contrepèterie dont le vers 2
énonce irréfutable exégèse / Rbt_

et

Biodiésel
Un bol de méthane à vache
Sébile d’Io
Forme apparentée au haïkucaillou
& à la médaille, l’haïkūnagramme
(subst. fém.) se caractérise par
des vers 1 et 3 anagrammes, le 2
en donnant cinglante exégèse. R_

Annie

Le biodiesel ? Sur le biodiesel je n'ai rien à dire.
Qui dit "bio", fronce les sourcils
Carbure et fonce au paradis.
Les transports ? Sur les transports je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Alexandre Carret

Tête en TT, Eve
Erre et se cèle. Vers Leer,
elle est étêtée.

Soit

Bille au dièse, elle
Fuit loin mais en Basse Saxe :
« Billot », dit Hesel.

(heëke + haïkolorime)
Etre en TT (TopTweet) signifie être parmi les hashtags les + mentionnés du moment sur le réseau (pour le pire ou le pire)
"Tête en TT" est donc la traduction fidèle de "Bille au dièse"
Hesel est une municipalité de Basse Saxe dans l'arrondissement de Leer

et

Biodiesel !
Naturel ? écologique ?
Bois l'idée !

(haïkūnagramme )

et

Biodiesels,
Trompez la Ford à la pompe !
Biaisez l’Audi !

(haïkūntrepet ou haïku - caillou  )

Alain Zalmanski

Thème connu

Mon premier fait la bête à deux dos
Mon deuxième donne un coup de guiseau
Mon troisième trousse comme un ovin
Mon quatrième te donne le picotin
Mon cinquième se plait à défoncer

Mon tout génère du tourteau (et chacun sait que le tour nique et teau nique aussi)

et

Vêtements, jeans et accessoires
La marque Diesel est illusoire
Le Diesel n’est pas écolo
Seul s’y fait prendre le gogo

Jacqueline Jacquadit

Biodiesel
Copie de l'original ?
Débile iso !

( haïkūnagramme )

Noël Bernard-Talipo

un hydrocarbure
booste mon auto
qui forçant l'allure
fonce agitato

manant qui pédales
roule de côté
car sardanapales
rient de ta santé

( sélénet )

19 mars – Journée nationale du sommeil

Bernard Maréchal

On a bien dormi,
Vendredi complet, hier.
Et ce samedi

C’est le jour du canari !
On fait beaucoup moins le fier…

(tanka d’excuse : la journée du sommeil tombe le vendredi qui précède l'équinoxe de mars)

et

Millième soleil…
Moïse mime l’émoi,
Le messie sommeille.

Mélo ? Mimesis ? Osmose ?
Le môme ose les mélismes.

(beau présent)

et

J’attends que passe le marchand.
Mes yeux se ferment au demi.
J’aurai les douceurs du premier,
Du grand paradoxal de plomb.
Je ferai peut-être un bon gros,
Puis dormirai de l’éternel.
Ne me réveillez pas en plein.

(filigrane)

Annie

Suffit ! j'ai sommeil
On verra plus tard.
Maintenant, j'embarque
Mon bateau m'attend.
En vogue bateau
Ivre ! Emporte-moi
Loin du monde en feu.

( acrostiche )

Jacqueline Morel

( astérie : SOMMEIL réparti aux sommets et au centre, puis par symétrie et rétrécissement ; on lit :

« Satin élimé pour mes émois et six mois d'hôtel » )

Alexandre Carret

Vous, pauvres Martins,
toujours bêchant, sans repos.
Misère que vous
En somme, ayez, l'an, biné.
Ensommeillés, lambinez !

(tankolorime - les deux derniers vers holoriment - le reste n'est q’exégèse -)

et

Journée nationale du sommeil
Où je m'endormis tel un aï à Noël.

( anagrammes )

Anthony Pecqueux

Piqué par une mouche
Le sommeil est r'venu t'sais -
Rêvé des tropiques...

Noël Bernard-Talipo

las il dort
recroquevillé
dans la boue et dans le froid
la couleur de sa peau n'est pas celle qu'on accueille
dans sa fuite il a tout perdu langue famille espoir et droit à la dignité

il est jeune
mais dans son sourire
se lit cette étrange vieillesse
des spectres qu'on a poussés de côté pour toujours

dans son rêve
tournent des étoiles
qui s'éteignent à tour de rôle

et la pluie
cruellement berce

son sommeil

( bigollo ) 

20 mars – Journée internationale de la francophonie

Bernard Maréchal

Luxembourg, Rwanda,
Djibouti, Québec, Seychelles,
Burkina Faso,

Soyez la francophonie
Du Vietnam à l'Arménie.

(tanka et pangramme de 88 lettres)

Annie

La start-up nation
du clic et des claques
à Choose France est mise en vente.

( HOG - choose france comme on l'entend à la radio : 2 syllabes )

Alexandre Carret

La francophonie
Met la langue en croustille et
L'aphone en fricot.

(haïku - caillou)

Jacqueline Morel

Français en commun
Liberté puis droit humain
Pays divers, paix

Anthony Pecqueux

FRANc du COllier
Devenu aPHOne et chauve
NIa le forfait

( utilisation dans l'ordre des lettres du mot-clef )

Alain Zalmanski

On peut tout faire avec les mots de la francophonie

Faire boutique son cul (Côte d’Ivoire)
Faire couloir (Mali) se faire recommander
Faire caïman (Côte d’Ivoire) travailler de nuit pour un étudiant
Faire coup d’état (Mali) prendre à quelqu’un son ou sa petit(e) ami(e)
Faire le boum boum (Cameroun) jouer sans finesse - au football entre autres.
Faire le chat (Belgique) faire l'école buissonnière 
Faire le deux doigts (Mali) voler à la tire
Faire le ronron ((Côte d’Ivoire) se rendre intéressant 
Faire longue table (Belgique) banqueter
Faire ses besoins (Sénégal) vaquer à ses occupations
Faire un tour de lit avec quelqu’un (Quebec) coucher avec quelqu’un

et

La francophonie et les mots de l’amour ou pouvant  s’y rapporter

Fiançailles académiques (Zaïre) liaison éphémère entre étudiants
Rincer ses yeux (Louisiane)
Accoté(e) (Québec) concubin(e)
Natte (Mali) appellatif d'affection
Cour d’amour (Laos) faire la cour en chantant
Occasion (Niger), 
Parcourir (Tchad) faire la cour
Hisser-pousser (Maurice) marchander
Ouvrir le linge (Réunion) à toute fins utiles
Nobscuriter (Cameroun) faire l'amour
Injection (Tchad) piqure par seringue
Enfant de fortune (Val d’Aoste) enfant du péché

( acrostiche )

Noël Bernard-Talipo

ce grand âge que je nie
me fut expédié franco
par la dame qui tient la faux

j'ai beau dire que c'est faux
plus je clame et plus je nie
et plus fort rient amis franco

moi je chevauche franco
sans souci de cette faux
fendant la brume qui me nie

( terine à la mode clotilde : strophes en 7/7/8 )

21 mars – Journée mondiale de la marionnette

Bernard Maréchal

Un mari honnête
Devra consentir
Qu’à sa marionnette
Il ne peut mentir.

Aux yeux des pucelles
C’est un bon montreur :
Tirer les ficelles
Est à son honneur.

(sélénet)

et

Ami téméraire,
Ma main montre à ta menotte
Mon itinéraire.

Marionnette inanimée,
Éternité imminente.

(tanka en beau présent)

et

La marionnette
Épuise son vieux chameau,
Méhari l’atone.

La marionnette,
Inquiétante étrangeté
Mâtinée Horla.

La marionnette
Voulant suivre La Callas
Talonnait Marie.


(trois haïku-caillou)

Annie

Polichinelle
tout guilleret
monte à l'échelle
se cass' le nez

Lafleur y monte
mieux dégourdi
Picard sans honte
est applaudi.

(sur l'air de la comptine : Polichinelle / monte à l'échelle / monte plus haut /...
Lafleur est à Amiens ce que Guignol est à Lyon)

Nicolas Graner

Ainsi font font font
Les petites marionnettes
Ainsi font font font
Trois p'tits tours et puis s'en vont

Ainsi fond fond fond
La banquise mignonnette
Ainsi vont au fond
Trois p'tits ours sur un glaçon

Ainsi font font font
Les élites malhonnêtes
Un cirque bouffon
Trois p'tits jours les satisfont

Jacqueline Morel

Dans un recoin noir du grenier
Une très vieille malle gît
Sous bric-à-brac empoussiéré

Délicatement je l'ouvris
Brocart coloré apparut
Fine soierie d'or embellie

J'écartai les plis du tissu
Étrange sourire de bois
Moqueur et ridé m'apparut

Je l'effleurai du bout des doigts
La marionnette s'anima
Ébahie j'en restai sans voix

Tirant sur fils elle dansa
Soudain les liens usés cédèrent
Encore elle virevolta

Tourbillonna libre dans l'air

( terza rima )

Alexandre Carret

Mario, n'étant qu'ombre
Sous l'estrade, est l'homme qu'une
Marionnette encombre.

(haïkolorime : les vers 1 et 3 sont holorimes)

et

Ma marionnette
Me fait la tête

Tête de bois,
Elle est chiffon
Comme ainsi font
Ceux qui aboient

Ma marionnette
Me fait la fête

Frappe trois fois
Sans balafon
S’emballe à fond
et trop parfois.

Elle s’agite
Si sagement
Remet sa jupe
Prête à jouer
Et sa jeunesse
Met à genoux
Moins vieux que nous
Pourvu que naisse
Ce secouer
Qui préoccupe.
Qui sait comment
Elle s’acquitte ?

Donc, écartons
Le voile orange
sur l’épopée
de mes poupées
Déjà qu’on range
Dans les cartons.

( SOG avec rimes en étreinte )

Noël Bernard-Talipo

partenaire fiable ne dure qu'un contrat
amant fidèle ne dure qu'un moment
amour sincère ne dure qu'un printemps
compagne franche ne dure qu'un laps

mari honnête ne dure

( chicago )

22 mars – Journée(s) internationale(s) du livre voyageur

Bernard Maréchal

Le livre voyage.
Vogue la galère ! Il va,
Arrive à la gare,

À la ville, à la rivière,
Éveiller la rêverie.

(tanka en beau présent)

et

Vouloir lire, aveugle,
Avoir la rage à la gorge,
Avaler le livre,

Rêver le verre à la lèvre,
À la geôle grillagée.

(tanka en beau présent)

Robert Rapilly

Livre voyageur
Origami sous Éole
Y gaver voilure

Livre voyageur
Pour fendre l’onde Odyssée
Avoyer virgule

Livre voyageur
Souffle sirène en Ulysse
Orgue l’y ravive

( 3 haïkūnagrammes )
Plus difficile qu’en médaille ou
en haïkucaillou, l’haïkūnagramme
s’attachera à compter 5 syllabes
dans le troisième vers anagramme
du premier, 7 au vers médian qui
préfère une transition implicite
d’autant mieux poétique. Robert_

Jacqueline Morel

Reine Terre pare
De ses inouïes fééries
Le lac ondulé

( sublimation : texte formé de lettres empruntées dans l'ordre à l'extrait de Sylvain Tesson ci-dessous )
« Vénérer ce qui se tient devant nous.
Ne rien attendre. Se souvenir beaucoup.
Se garder des espérances, fumées au-dessus des ruines.
Jouir de ce qui s'offre. Chercher les symboles
et croire la poésie plus solide que la foi.
Se contenter du monde.
Lutter pour qu'il demeure. »

( Citation de l'écrivain voyageur Sylvain TESSON. - La panthère des neiges )

Alexandre Carret

L'ivre voyageur
En exhibant sa baguette
Givra le voyeur.

et

L'ivre voyageur
Fut pêcheur, coupeur de
Goyave, livreur.

et

L’ivre voyageur
Aime une fille d’Y mais
Va guère l'y voir.

( haïkūnagrammes )

et

Livre voyageur
Mélangeant plusieurs dialectes,
Give your ravel !

(haïkūnagramme - moins un pied - à récupérer dans la prononciation anglaise ????? -)

(Give your ravel ! : Livre ton enchevêtrement !)

et

Livre voyageur
Qui nous transporte là où
Vivre l’Art joyeux.

(haïku - caillou)

Nicolas Graner

Vu grive royale !
L'y revoir, vague ?
Voyeur, il grave :
« Agur, vive le Roy ! »

( anagrammes )

Jacqueline Jacquadit

Livre voyageur
Tu le mets dans tes baskets
Il y ouvre grave !

( haïkūnagramme )

Gilles Esposito-Farèse

Y vagir l'œuvre

« Vive Orly ! », argue
Valéry, « Ove rugi ! »
Lyre ivre vogua,
y revigora velu 
vil yoga rêveur :
y a vu léviger or
via ru lévogyre.

( hypertog 5+7+5+7+5+7+5 anagrammatique )

Alain Zalmanski

1) Un Voyageur (Marcel Ophuls, 2013 )
2) Si par une nuit d’hiver un voyageur (Italo Calvino)
3 Le Voyage d’hiver (Georges Perec)
4)Voyage au bout de la nuit (Céline)
5) Voyage autour du monde sans la lettre A (Jacques Arago)
6) Voyage au centre de la terre (Jules Verne)
7) Voyage sur la lune (Méliès, 1902)
8) Le Voyageur sans bagage (Jean Anouilh)
9) Le Voyageur imprudent (René Barjavel)
10) Le Voyageur de la Toussaint (Georges Simenon)
11) Bon voyage (Alfred Hitchkock 1943)
12) Voyage sans retour (François Gérard, 2013)


*Qui aurait dû s’appeler : "Périple autour du monde dont la première lettre de notre lexique est exempte »

Il s’agit d’un récit à graphe indéterminé que le lecteur peut composer à son gré .
Ainsi je propose : l’histoire d’un voyageur (1) ses hypothèses de calendrier de départ (2) (3) sa décision finale (10)
les conditions matérielle (8) (9) les destinations envisagées (4) (5) (6) les diverses conclusions possibles (11) (12)

et

On peut-être commis sans être voyageur
Ou faux con pèlerin sans être migrateur
Le touriste est souvent un simple visiteur
De nombreux vagabonds sont des globe-trotteurs
Un pérégrin parfois était un  bourlingueur
L’ambulant au marché est toujours un vendeur
Et le nomade a tout pour être explorateur

Accumulation d’itinérants à rime unique

Noël Bernard-Talipo

une main
a tenu ce livre
dans un lit sur un banc sous l'ombre
des doigts ont effleuré ces pages avec douceur

un regard
embué de larmes
s'est ému de ces mots de braise

je respire
le souffle d'une autre

qui rêva


( bigollo  : surnom de Fibonacci « celui qui voyage loin » )

et

Journée internationale de l'eau

De glace et de brume
De sel de sable et de feu
S'arrachent les pages
De ce livre desséché
Que la terre en pleurs
Tient en ses mains de squelette
Lancée à jamais
Dans une fuite sans but
Et qui cherche en vain
Sur ces lignes qui s'effacent
Quelque vérité
Quelque vague de fraîcheur
Qui apaiserait
Cette fièvre inextinguible
Ce mal qui la mine
Cette géhenne infligée
Par l'enfant gâté

( TOG sans O )

22 mars – Journée internationale du livre voyageur
et 23 mars – Journée Mondiale de la météorologie

Annie

les livres voyageurs, les oiseaux migrateurs
consultent la météo, et partent à l'heure

23 mars – Journée Mondiale de la météorologie

Bernard Maréchal

Bel éclair en faisceau,
Détonant tel un diable,
Change tonnerre en eau,
Bon nimbus en coupable.

( quenine de longueur de mots et proverbe de météorologue )

Robert Rapilly

Météorologue
Juliette est au chaud inside
Roméo gèle out

Météorologue
chenilles sur le verglas
ou moto légère ?

Météorologue
en Terre de Feu ça neige
ou grêle ô Tomé !

Météorologue
aux vents l’adieu de Spirou
tue Éole groom
Entre les vers 1 et 3 le rapport
est strictement mécanique : cinq
syllabes en anagramme. Le vers 2
d’une haïkūnagramme est beaucoup
plus délicat à régler, puisqu’il
s’agit d’éclairer sémantiquement
une zone de proxémie commune. R_

Nicolas Graner

Qu'il fasse beau, qu'il fasse laid,
Chaque jour Diderot allait
Se promener près du Palais
Où sur un banc il s'installait.

Moralité :
La météorologie,
Là, mettait hors au logis.

( en référence à l'incipit du « Neveu de Rameau » )

Alexandre Carret

C'est la météo :
Hiver rude, printemps sec
et été calmos.

(haïkūnagramme)

et

C'est la météo :
La grisaille est à se pendre.
Ôtez mes lacets !

(vers 1 et 3 en palindromes syllabiques)

et

Scène quotidienne chez la
grand-mère des scénaristes
de la série American Crime Story
--------------------------------

Mettez au logis
Mes météorologies,
Mes théologies.

Mémé, Théo rôle O.J. !
Et Joey ! T'as l'holorime ?

(holorime et contrepet)

et

Météorologue,
Poète et poteux s'emporte :
Ô mégot ! Roulée !

(haïkūnagramme)

et

A la météo,
Catherine, d’Evelyne,
A ôté l’amé.

(haïkūnagramme)
(amé est un synomyme désuet d’aimé)

et

A la météo,
Dieu, tu commandes, tout comme
à l'âme et t'es haut !

(haïkūlorime) 

et

A la météo,
- Les Matelots sous les flots -
Ohé matez là !

(haïkūntrepet) 

Jacqueline Jacquadit

Météorologue
Ses prévisions il assume
Ô morgue tôlée !

( haïkūnagramme )

et

La météorologie
Ô Léo mate l'orgie !

( anagramme )

Rémi Schulz

C’était un soir de vent,
de tonnerre et de pluie.
Les Hauts de Hurlevent,
météorologie ?
A la lueur de l’éclair,
Catherine s’alarme : 
« La goutte sur mon blair,
ne serait-ce une larme ?

( cf. « Sainte Catherine » de Mathews, Oulipien de l'année 2012 )

Jacqueline Morel

Aujourd'hui le gris
Demain tout resplendira
Grêle puis orage

Blizzard ou crachin
Instabilité du temps
En moi grand tumulte

( double haïku, chaque vers appliquant séparément la contrainte snob : deux mots successifs n'ont aucune lettre commune )

Alain Zalmanski

Noël Bernard-Talipo

Folle météo,
Quelle guêpe vous darda ?
Zeus tonne, insensé.

Vieille hahane, groggy.
Sort, appelle bêtes,
Rentre vite, referme huis.

Tempête hulule.

( HOG de 4-oligogrammes forts = mots formés de 4 lettres différentes )

24 mars – Journée européenne de la glace artisanale

Bernard Maréchal

Bon sorbet si moelleux,
Chocolat que je guette,
Glaces pistache en jeu,
Sur citron ou noisette.

(Quenine de longueur de mots)

et

Glace artisanale,
Où la belle qui s’enflamme
S'éclaira, galante.

(haïkūnagramme)

Annie

La glace artisanale ? Sur la glace artisanale je n'ai rien à dire.
Le dentiste l'a déjà dit
rachetez vos dents à crédit.
La santé mentale ? Sur la santé mentale je n'ai rien à dire. 

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Jacqueline Morel

Gelato o sorbetto ?
Les mots chantent gouleyants
Asticotent les papilles
Cajolent, exquis, gourmands
Enchanteurs et parfumés

( acrostiche )

Jacqueline Jacquadit

Glace artisanale
Gluante, son apparence
N'écarta la glaise.

( haïkunagramme )

Nicolas Graner

Lâchez-vous ! Je mange
deux boules kiwi-pastèque,
il faut y aller.

( haïku pangramme )

Alexandre Carret

Glace artisanale,
à l'anis grec et à la
gala claire, en tas.

( haïkūnanagramme - les 3 vers sont anagrammes )

Alain Zalmanski

Je suis le bien crémeux*, l’esquimau, le parfait
Tranche napolitaine ou sorbet en cornet
Mon seul glaçon liégeois complète les mystères
De bombe** noire et de cassate ou de plombières

*ice-cream bien sûr
** truffée

( vocabulaire explicite  ; cf. « El Desdichado » de Nerval )

Noël Bernard-Talipo

Fis samedi-glace béni.
Artisanale saveur, César !
Cédrat tard écrasé, cru :
évase l'ana, si traîne bec.
Algide ! Massif !

( palindrome avec les mots-clefs )

25 mars- Journée mondiale de la procrastination

Bernard Maréchal

Au jour d’aujourd’hui
Je veux attendre demain,
Ou après-demain.

Je crois que ma vocation,
C’est la procrastination.

(tanka et mot-clef)

et

N’anticipons pas !
Ratiocinons sans action,
Traînons sans passion.

Posons nos pions à tâtons,
Procrastinons pas à pas.

(beau présent sur le mot-clef)

et

Procrastination ?
Tu as trop tardé, l’évêque :
Nation prit ta crosse.

(Haïku-caillou)

Annie

précaire soutien a tenu
parcours ton atonie 

( remploi des consonnes )

Jacqueline Morel

La liste s'allonge
De tâches qui s'amoncellent
Par quoi commencer ?

J'y songerai tout à l'heure
Ou alors demain... Peut-être...

Alexandre Carret

Après-demain sera peut-être
Le premier jour
Du reste de ma vie.

( SOG polymétrique )

Nicolas Graner

[ voir cette contribution à la date du 26 mars ]

Solution : Solution : pro – crasse – tee – nation

Noël Bernard-Talipo

Procrastination !
Nul n'a jamais vu futur
Plus fort ni plus doux.

Procrastination !
Qui m'aurait pu sans mourir
Ravir son cocon ?

Procrastination !
J'y consacrais mon action
Sans jamais faillir.

( lipogramme en E )

et

procrastination
dès qu'enfin seul je t'adore
copain sort tarin

( haïkunagramme )

26 mars – Journée des épinards

Bernard Maréchal

Oui, Popeye en mangeait,
Pourtant, cru, ça énerve.
Brutal, soignait le jet
Des boîtes de conserve.

( quenine de longueur de mots )

et

Popeye abusait
Des épinards en conserve
Pour séduire Olive.

(haïku sur mot-clef)

Nicolas Graner

Mon premier gagne sa vie en jouant au golf.
Mon second couvre parfois les chaussures du golfeur.
Mon troisième est à l'origine d'un parcours de golf.
Ma quatrième peut en affronter une autre dans un tournoi de golf.
Mon tout empêche de jouer au golf aujourd'hui.

( charade )

Précision de l'auteur : pas d'erreur, c'est exprès que cet envoi est à la date d'aujourd'hui et pas d'hier. Non, il n'y a pas de rapport avec les épinards, même si le golf brasse pas mal d'oseille. 

Solution

et

baragne piot
fourré ginglet
buisson criquet
hallier guinguet
bouchure reginglard

→ haie pinard

( chicago )

Jacqueline Jacquadit

Repas d'épinards
On écarte ses deux pieds
Prise de panards !

( haïkunagramme )

Annie

( haïkupé )

Jacqueline Morel

Pénurie de beurre
Bien que vie de dur labeur
C'est la dernière heure

Rongerons par les racines
Épinards tout desséchés

Alexandre Carret

Voyage de Pi
------------

Épie loups, renards 
Et tire pies, paons, canards 
Et fameux pinards.

Robert Rapilly

Sublime déport
les exos de style sont
trope de mil bus


En roc il assume
toi lui dédiant l’onyx
émus sa licorne


Égale pudeur
contre une nixe ce feu
rué du pelage
haïkukïah :

Vers 1 + 3 = palindrome,
vers 2 = exégèse mandant
un auteur, ici RQ et SM.
( dans le 1er haïku, de plus, le nombre de lettres (44)  et la gématrie (575) sont aussi palindromes )

Noël Bernard-Talipo

Du beurre
Dans mes
Épinards ?
Quel mets !
Que meure.

( architog )

27 mars – Journée nationale du fromage

Bernard Maréchal

Géromé âgé,
Ma fromagère affamée
Me réformera.

Arôme fermé, amer,
Ma méforme m’agréera.

( tanka et beau présent )

et

Sandwich au Limbourg ?
Vous kiffez plus que jamais :
J'y mets deux Maroilles !

( pangramme de 60 lettres )

Annie

épinards fromage
se marient parfois
étrange ménage
ils sont au moins trois

anecdote absurde
qui ne parle pas
de Nartes, de Kurdes
mais conte un repas.

( sélénet )

Jacqueline Jacquadit

Fromage qui pue
A vite trouvé son maitre :
Ego qui parfume !


La pita fromage
On la garde sous le coude :
Amor fati, plage !


( deux haïkunagrammes )

Alexandre Carret

Plaïkuteau de fromages
---------------------

Quand t’allais, poisseux,
Paver d’harengs Berlin, - God ! -
Hubert gemottait. 

( haïkumulation )
( Cantal - Époisses - Pavé d'Aremberg - Lingot du Berger - Mothais )

et

T'es con, debout, hein ?
Sans même une bière ni
Un bout de comté.

( haïkukuhaï )
( les vers 1 et 3 sont des palindromes syllabiques )

et

Est-on que doux ? Ben,
oui, sauf s'il ne reste plus
Un bout de comté.

( haïkuoukya )
( vers 1 et 3 en palindromes phonétiques )

et

Art de la réception
------------------

Un as à cela,
Sur son plateau de fromages,
A le casanu.

( haïkukïah )
( vers 1 et 3 en palindromes )

et

Ah ! L’emmental est
La joie de cet homme qui
A les mains talées.

( haïkolorime )
( vers 1 et 3 holorimes )

et

Plateau de fromages,
Champagne, trois statues en
Faux plâtre. Dommage !

( haïku-caillou )
( vers 1 et 3 en contrepet )

Jacqueline Morel

Grimper le Mont d'Or ?
Comptez sur moi, je m'y colle
Je n'suis pas un bleu !

(Jeux de mots avec des fromages franc-comtois : Mont d'Or, comté, cancoillotte (« la colle ») et bleu (de Gex)

Nicolas Graner

Métathèse étrange
Le mot grec morphê
En latin se change
En forma tôt fait

Le français formage
Décalant les sons
Devient le fromage
Que nous connaissons

( sélénet )

Noël Bernard-Talipo

L'heure a un raté
Donnons unanimité
Au Beaufort d'Été 

et

Moulant mon fromage,
Tressaille : opaque senteur,
Délice poignant.

Aussitôt chagrin remonte,
Berçante passion déçue.


( 3-bambochade : chaque mot comporte trois lettres consécutives ) 

28 mars – Journée des mauvaises herbes

Bernard Maréchal

Les mauvaises herbes ? Sur l’herbe je n’ai rien à dire.
Le chiendent pousse on le détruit.
Il est mauvais, on vous l’a dit.
Le glyphosate ? Sur le glyphosate je n’ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Annie

( morale élémentaire )

Jacqueline Jacquadit

Les mauvaises herbes
Bouder ou brouter ? Dilemne !
Avale ! Bisser ses "meuh" ?

( HOG - 1er et 3e vers anagrammes )

Alexandre Carret

Les mauvaises herbes
Inspirent aux Oulipotes
Les verbes et mots.

(haïku - caillou)

et

Mauvaise, ces herbes
Sont utiles. Nourris-les !
Va chier bas, semeuse !

(haïkunagramme)

Alain Zalmanski

1) Mon premier et mon second condamnent
Mon troisième exécute la condamnation
Mon tout en fait une vraie salade


2) Mon premier et mon second sont des assassins
Les bienfaits de mon tout étaient sus des Romains

3) Mon premier découpe des filles de joie
Mon second découpe des vers
Mon troisième découpe des lettres
Mon tout est pain de coucou, alleluia !


Rappel pour mémoire le classique
Mon premier se sert de mon second pour manger mon entier

( charades )

et

Dans les jardins de Croatie
Certains jardiniers génocides
Utilisent des herbicides
Jetons les hors de Dalmatie.

Moralité : Éliminons les mauvais Serbes

( fable express )

Nicolas graner

Si les mauvais zèbres
Envahissent le jardin
Il faut sans attendre
Se hâter de les rayer
Du nombre des invités

( tanka isocèle )

Jacqueline Morel

En monde vivant
Il n'est pas d'herbes mauvaises
Vil regard de l'homme

Noël Bernard-Talipo

Frères, désherbez !
Enlevez ce vert des prés,
Créez le désert,
Ensemencez-le de sel.
Renversez les frênes,
Les chênes mettez en cendres !
Et règne le vent.

( architog et monovocalisme )

29 mars – Journée du tour de passe-passe

Bernard Maréchal

Tu regardes bien,
Mais l’escamoteur* t’arnaque,
Ni vu ni connu.

Il est passé par ici ?
Il revient : passez, muscade !

(tanka) 

Annie

tôt ou tard tu passes
- ordre des rousses déesses
au port de détresse

pas de porte de retour
pas d'art, de dorure. Saute! 

( beau présent, tanka )

Nicolas Graner

Distique ou haïku ?
J'escamote la syllabe
inutilisée.

Distique ou haïku ? J'escamote
la syllabe inutilisée.

( haïku de 17 syllabes devenant distique de 16 syllabes )

Alexandre Carret

Tour de passe-passe :
Le jour meurt. Vont, dans la nuit
Tard, deux pousse-pousse.

(haïku - huïka : les "a" du vers 1 deviennent des "ou" du vers 3 et inversement)

et

Tour de passe-passe :
Dans l'impasse de Tourtour,
Passent deux pastours.

Jacqueline Jacquadit

Tour de passe-passe 
Information mensongère
Pétasse russe dopa.

( « katautanagramme » : katauta (structure 5/7/7)  et vers 1 et 3 anagrammes )

Jacqueline Morel

Bonneteur habile
Arnaque et poliment ruse
À flots l'argent coule

Alain Zalmanski

Coucou à Tourtour ou cachecache  à Singsing : Passe-passe ?`
Dans un bouiboui de Baden Baden,  les loulous Tintin et son toutou chowshow, Nini avec son tutu, et Nono cracra vont leur traintrain planplan, mangeant couscous au pilipili et buvant du jaja à gogo. Miammiam. Jojo joue du tamtam dans son youyou, et Isis dans son poussepousse fait zigzig vitevite avec un pioupiou . Quinquin dans son quatrequatre joue daredare à touche touche et à zizi panpan avec Fifi. Pas jolijoli ! Tous vont chercher mémé à Tourtour et rentrent avec pépé , tonton et tata à Quemuquemu. Histoire zinzin ! Bye bye

Zaza (au doudou parfumé à l’ylangylang)

( tout petit extrait de 510 mots doublons )

Noël Bernard-Talipo

ô passe-passe
ton joli tour
à nulle trace
chipa l'amour

et de la rose
fragile fleur
perdit morose
toute couleur

( lanet isocèle )

30 mars – Journée mondiale des troubles bipolaires

Bernard Maréchal

Si ta vue se trouble,
La vodka ne vaut qu’un rouble,
Et tout se dédouble :

La double étoile polaire
N’en est qu’une, bipolaire.

-----

Un ours bipolaire,
De l’arctique à l’antarctique,
C’est un ours qui erre.

Il a la bonne tactique :
C’est sa fourrure polaire.

-----

Une belle étoile
Est maniaco-dépressive,
C’est la Petite Ourse.

La Grande Ourse est bipolaire,
Mais elle est inoffensive.

(trois tankas)

et

Troubles bipolaires ?
Va négocier chez Poutine
Roubles bio partiels.

-----

Troubles bipolaires ?
Le courrier caractériel
Barbouille postiers.


(deux haïkūnagrammes)

Nicolas Graner

Trouble bipolaire,
Le chirurgien veut l'extraire :
Trou bleu, Bill opère.

Trouble bipolaire
Est discret chez les hobbits :
Bilbo troue peu l'air.

Trouble bipolaire,
La religion le rejette :
Pour Bible, trop laid.

( haïkus cailloux )

Annie

"troubles bipolaires"
fait entendre un air ancien
l'air : bible et troupeau

( haïku avec permutation de syllabes)

Jacqueline Jacquadit

Troubles bipolaires 
Du pôle sud ou bien nord
Pilote sobre l'airbus

( katautanagramme )

Jacqueline Morel

Ce jour sombre abîme
Délire exalté demain
Redouter folie

Alexandre Carret

Sonnet bipolaire
---------------

Deux pôles : L’ouïe et l’œil
Imposent le dilemme
Du poète en éveil
Qui rencontre une femme.

Flatte-t-on son oreille
Au risque du grand dam
que le mot qu’elle accueille
trouble l’œil ibidem ?

Ou faut-il pour l’aimer
- Ô pavillons amers -
Dessiner les amers ?

A ses yeux arrimer
Les rimes éphémères ?
Ô, Villon ! Ô, Homère !

Mais plutôt que Villon
Ronsard s’impose-t-il ?
Certes, ces pavillons
tendus, sont bien gentils

Mais le lourd handicap
du second, en l'action,
Mettrait dans de beaux draps
Si jamais nous l’actions.

( SOG, valse-hésitation entre rimes pour l’œil et rimes pour l'oreille.)
(Ronsard était sourd et Homère, aveugle)

Alain Zalmanski

Bipolaire
Brie à poil
Le pari bio
L’obier api

( anagrammes )

et

BIPOLAIRE
OBIR ALPE ville autrichienne
BALOIRE gabarit d’un bateau
ABLIER filet de pèche
BARIL
RAIL
LAI
IA
A

( escalettres )

Noël Bernard-Talipo

Ô terre de joie
Oh que de pourriture oh que de chairs putréfiées
Déployant mes ailes
Sur mon front le baiser de la mort laisse une cendre
Dans l'azur je danse
Le poids de tant d'horreurs m'entraîne et s'ouvre l'abysse
Pour l'éternité


( métatog ) 

31 mars – Journée mondiale de la sauvegarde des données informatiques

Bernard Maréchal

Gouge sans vergogne,
Une gueuse vous dévore ?
Rêve sans danger !
***
Un nuage de sagesse
Vous sauvera des névroses.

-----

Rêves de drogués :
Dans un verre d’eau de rose
Nage une daurade.
***
Un veau désossé se gorge
D’orangeade ou de dragées.

-----

Une odeur de sauge ?
Un ogre dodu se gave
D’un graves suave,
***
Ou dévore une daurade,
Ou une darne de sandre ?


(trois tankas en beau présent)

Annie

La sauvegarde des données informatiques ? Sur la sauvegarde des données informatiques, je n'ai rien à dire.
Ce que je garde, je l'écris
Avec moi le papier vieillit.
Les albums photo ? Sur les albums photo, je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Nicolas Graner

Juste avant la panne
J'avais recopié
Sur un disque idoine
Mes derniers fichiers

Mais cette mesure
N'a que peu d'izcnpg
Si rien bs a'oggifs
Qu'irpicx tgjtbts ax

( sélénet )

Jacqueline Morel

Il eut une longue vie
Scrute recoins de mémoire
Que de souvenirs enfuis !

Hélas il peine à les voir
Car se vide son esprit
Qui le regarde en miroir ?

Il aurait dû tout noter
Belles années, non les pires

Pourrait alors s'en aller
Avec aux lèvres sourire

(Sonnetin sur le thème)

Noël Bernard-Talipo

elle se sauve
fuyant la garde
la mort donnée
la ruine informe

nul ne l'informe
rien ne la sauve
on l'a donnée
elle est sous garde

en son coeur garde
dans l'ombre informe
la foi donnée
la fierté sauve

( quatrine sur sauve-garde-donnée-informe )
Catégories
Uncategorized

Héméroméride – février

L’héméroméride, projet d’un an, conçu par Bernard Maréchal, débute le 1er mai 2021. Il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Une activité journalière est proposée : l’écriture d’un micro poème sur le thème de la journée, au format haïku, additionné d’une contrainte à son propre choix. On trouvera ci-dessous les contributions du mois de février.

1er février – Journée internationale du sport féminin

Bernard Maréchal

Ministre sportif
Reste fier, omniprésent,
Fête ses sprinters,

Méprise sport féminin :
« Prétentions imméritées… »

(tanka et beau présent)

et

Être femme en sport ?
Effort immense et pérenne,
Notion optimiste…
***
Métiers féminins sportifs ?
Fermière, mère, infirmière.

(tanka et beau présent)

(en souvenir de ma mère, de ma mère et de ma mère)

Alexandre Carret

Haussant les épaules,
Passe-Partout gagne en taille.
(Ce port fait mi-nain)

et

Le sport féminin
Détourne gloire et record.
- Ni flore ni temps -

( vers 1 et 3 anagrammes )

Nicolas graner

L'aviron et l'athlétisme
Tous les sports au masculin
Emmènent par élitisme
L'humanité vers son déclin

Champignons, mousses, fougères
Au moindre souffle de vent
Lancent leurs spores légères
Propagatrices du vivant

( clotilde )

Annie

le sport pour les filles
c'est l'équitation
elles sont gentilles
le cheval mignon

et puis on s'équipe
bottes, pantalons
le casque est unique
pas de confusion

( sélénet )

Jacqueline Morel

Image
( charade )
Solution : spores – fée – mit – nain

Jacqueline Jacquadit

Le sport féminin
C'est déjà du masculin 
Émasculons le !

Alain Le Pourhiet

La Bulgare au marteau,
Son mec prend un rateau.

Hormones et muscu,
C’est fini pour le cu.

Ruskoffes à la boxe,
Leurs maris au boxon.

La gonzesse aux haltères
Et son mec aux ouatères.

Femme qui joue en poule,
Se fiche de son coq.

Femmes en pantalon,
Pas bon pour l’étalon.

Femme cycliste en selle,
Te laisse à la pédale.

Nana qui joue au foot
Se fiche de ton pied.

Pour elle c’est la coupe
Et pour son mec la pinte.

Fini le bas nylon,
C’est tout chez Décathlon.

Championne au javelot
Te fout le bec dans l’eau.

Elle au green en un coup :
Tu vas perdre le trou.
Elle, dans les piscines,
T’abandonne aux bassines ;
Puis de trois coups de brasse
De toi se débarrasse.

Etc.

Alain Zalmanski

Féminisation :
Gymnaste, pongiste, trapéziste, antipodiste et athlète sont épicènes
sauteuse, plongeuse, danseuse, peuvent prêter à confusion mais sont dans la ligne de lutteuse, basketteuse, escrimeuse ou sprinteuse
Cavalière, aviatrice ou navigatrice dénote mais on pourrait uniformiser avec cavaleuse, aviateuse et navigateuse. Cela n’est pas nouveau car on trouvait déjà dans La Bruyère
  Je ne sais qui est plus à plaindre, ou d’une navigateuse qui a besoin d’un jeune cavalier, ou d’une cavaleuse qui a besoin d’un vieux. 
                                                       LA BRUYÈRE,les Caractères,
© 2022 Dictionnaires Le Robert - Le Grand Robert de la langue française

Noël Bernard-Talipo

cross foot golf moto
tennis tir step drift escrime
honorons nos corps

unanime feu ami
espoir te rit tu respires

( chaque vers a soit les mêmes voyelles, soit les mêmes consonnes que l'un des deux mots clefs )

1er et 3 février – Journée internationale du sport féminin et Journée du gâteau à la carotte

Annie

vrai ! qui je préfère
à propos de sport
est la pâtissière
et mitron consort

ce peu que demande
mon goût des couleurs
carotte et amande
mêlant leurs saveurs

( sélénet )

2 février – Journée mondiale du ukulélé

Bernard Maréchal

Hawaï, sa plage…
Quel ukulélé bravait
Ces zones humides ?
***
On y jouait faux, en nage,
Nos amours étaient timides.

(tanka et pangramme de 87 lettres, en association avec la Journée Mondiale des Zones Humides)

et

Son nom, dit-elle, c’est Leila.
Elle a toujours un bel élan,
La lady au ukulélé.
Elle aime la soie et les lins,
Elle refuse tous les lits,
Elle aime hurler avec les loups,
Et le plus beau de tous les lots,
Elle le réserve à l’élu.

-----

Elle a bien vécu, Leila,
Mais son véhicule est lent,
Et d’un majuscule élan
Elle prend l’ukulélé.
L’autre veut bousculer l’un,
Qui, désarticulé, lit.
Elle gesticule : « Hello ! »
Et gueule : « Reculez, loups ! »
Qui a survécu ? L’élu !

-----

Elle a un beau cul, Leila,
Et donne à son cul l’élan
Pour jouer l’ukulélé
Elle aime à son cul les lins
Des draps sur son cul, les lits.
Elle crie « Au cul les loups ! »
Gagne avec son cul les lots…
Qui baise son cul ? L’élu !

(babebines de plus en plus explicites)

Annie

Ubu germe, Hun superbe
Ubu est seul, quel chef !
Un duc, menteur juré, très dur, cruel, exclu du cercle,
murmure : éduqué, en fugue, je fus hué... Bref.

Tu scrutes, le futur semble sûr, tu ne peux plus trembler
nuque en rupture, les purs muscles déchus.
Que de culture, jeux rusés, clefs brusquement !
Du punch réel.

(suite de voyelles U U E E)

Jacqueline Morel

Sonne bandola
Chante doux ukulélé
Tinte vieux gousli

Souffle trilles piccolo
Résonne fort arc villu

( tanka - babebine )

Nicolas Graner

L'hawaïenne guitare 
À l'aspect singulier
Émet un son bizarre
Comme un cri de bélier

Couché au pied d'un arbre
Dort l'unique auditeur
Le visage de marbre
Une pierre en son cœur

Moralité :
Un roc, si bêle l'ukulélé biscornu.

( « sélénet hawaïen » ou « fontanet » comme le sélénet mais en vers de 6 syllabes, à l'instar de « À la claire fontaine » + palindrome )

Bituur esztreym aka E-M Gabalda

mon plus vieux pote
philosophe scuplteur
hirsute fidjien de tabarka
quand il monte sur scène
armé de son ukulélé basse
les teufdubbers rigolent :
dès qu'il effleure une corde
ça remue profond dans
les zygos et les petits corps

Alexandre Carret

L’assassin mélomane
Retend sa corde au sol.
Sa baguette Thomann
Vise et le chœur s’envole.

soit

Albokas, yukulélés, célestas, les cors
Ah, l'beau caillou coulé, laissé, lesta les corps

( holorimes )

Noël Bernard-Talipo

lèvres boursouflées
erre cette maraudeuse
blême tabassée

quelques passants embusqués
jettent d'injurieuses flèches

( chaque mot contient un nombre pair de chaque voyelle )

3 février – Journée mondiale du gâteau à la carotte

Bernard Maréchal

Gâteau de carotte :
Mettez-y de beaux lapins, 
Au four ou au wok.

Si ça sent vite la crotte,
C'est que c'est déjà trop chaud.

(tanka et pangramme de 92 lettres)

Annie

carottes, amandes
ma recette à qui
en fait la demande
c'est sans sucre, exquis

( sélénet )

Alexandre Carret

De nappes vêtu,
Il nous prive de dessert
car nous nous moquons.

Le gars, toile à carreau, ôte
le gâteau à la carotte.

(deux derniers vers nord-sud)

Jacqueline Morel

Lapin malin cuit
Délice épicé exquis
Puis convie amis

Noël Bernard-Talipo

Diabolique un matheux nous a légué le e
L'architecte aligna le monde sous son té
Adam devint honteux qu'Ève ses habits ôte
Édicta le marchand que doit monter la cote
Du soldat vîmes char et de mailles la cotte
Le roi nous fit payer le sel l'âne la crotte
Et puis l'amour le chant le gâteau de carotte


( alexandrins, isocélisme, échelle ascendante )

4 février – Journée internationale de la fraternité humaine

Bernard Maréchal

Image
( petit morale élémentaire portative )

Annie

Raté. L'humanité freina
la fraternité humaine.

Fanant, humilié, arrêté,
le fumier a trahi. Néant,
meurt en hâte. Air final.

( dans le cas d'un opéra dramatique )

il meurt haï. Nanar fêté.

( dans le cas d'un mauvais film )


( anagrammes avec un dernier vers alternatif )

Alexandre Carret

Journée internationale de la fraternité humaine
On a l'entraide - étreinte à la joie -. Un rhum. Farniente.

( anagramme )
Image

et

- Eventually, 
You have to be sensible 
in Philosophy. 

- Non. Éventuellement, 
Je suis sensible en … Poésie !

( tanka sur faux amis :
'eventually' signifie "finalement"
'sensible' signifie "raisonnable" )

Jacqueline Morel

Une étoile luit
Elle illumine la nuit
De l'être meurtri

Nicolas Granet

Humer la fin ratatinée ?
Finir marteau le hante...
Réfutant la haine, mire
la fraternité humaine.

( anagrammes dédiées à ORPEA )

Jacqueline Jacquadit

La fraternité humaine ?
L'enfer uniate m'a trahi
L'autre m'a frit en haine !

( anagrammes )

Noël Bernard-Talipo

Faux, râteau, tracteur
Traînant citerne et charrue.
Champ d'avoine. Joie.

( primitive de « fraternité humaine » )

5 février – Journée mondiale du Nutella

Bernard Maréchal

Dans la NUit on mange
Sur l’auTEL des gourmandises
   ChocoLAt pâteux.

et

NUisible tartine
TE Leste les bourrelets,
LA pâte aux noisettes.

( deux haïkupés )

et

Trop de Nutella ?
L’abus t’a rendu hardi,
Et puis t’es là, nu…

(Médaille sur mot-clef)

Alexandre Carret

- Miroir, beau miroir,
Mon cul rentre-t-il dans ce
Costard des 3 Suisses ?

Hélas,

Laid, nu, t'annulais
la tenue, la Nutella.
Ta lune est l'Utah.

(palindromes syllabiques)

Annie

            la nudité belle
           est tellement réprouvée
    qu'il faut la cacher

( haïkupé )

Jacqueline Morel

Se sont abstenus
De tous les désirs mortels
Tu t'en régalas

(Ouliporimes)

Jacqueline Jacquadit

Et ce benêt, né de nutella bu au ballet ? Un édenté ..., ne becte !

( palindrome )

Floriane Austruy

NU blanc vesperal 
TEL un ciel couché d'étoiles 
LÀ mon cœur d'opale

( acrostiche de syllabes )

Noël Bernard-Talipo

Au supermarché
Je remplirai mon caddie
De crèmes sucrées.

Je règlerai sans contact
En flashant le QR code.

( tanka )

6 février – Journée Mondiale des intelligences animales

Bernard Maréchal

L’âne brait « I.A. !
L’Intelligence Animale,
C’est notre Journée ! »

L’imbécile lui répond
Avec Haine, et fait « Hi Han ! »

( tanka sur mot-clef )

Alexandre Carret

Ces intelligences animales
--------------------------
L'Annie mélange ces listes-ci :
Gilles (Anciennes malices) et
Ces mille singes (en cet Alain)

(anagrammes mentionnant certains oulipotes)

Annie

    Hi-Han !
il railla l'islam
 frima, criant
        IA !

#héméroméride par Annie ( suite vocalique IAIA... )

Nicolas Graner

Malin comme un singe
Rusé comme un vieux renard
Fin comme un oiseau

Ou insensé comme un rat
Qui construit son labyrinthe

( tanka )

Alain Zalmanski

Un anonyme, c’est épatant,
Rénove les appartements
A des prix plus que concurrents

Moralité
Untel agence à dix balles

( fable express )

Jacqueline Morel

L'art de s'adapter
À son environnement
Question de survie

Jacqueline Jacquadit

À l'Ena d'animal ébahi "hi.ha" : bel ami n'a d'âne là !

( palindrome )

Noël Bernard-Talipo

Comme il obéit !
Comme il est intelligent !
Je l'ai fait châtrer.

7 février – Journée de la carte postale à un ami

Bernard Maréchal

Bonjour d’Hawaï.
Cieux et plages magnifiques.
Venez-y ! Kévin.

(pangramme de 48 lettres)

et

Vieux Willy, cocktails,
La plage, Ibiza, des filles…
Jean-Michel Blanquer.

(pangramme de 58 lettres)

et

Vieux Patrick Balkany,
C'est moi qui fais le show ?
Ah zut ! C'est pas ton jour !
De la Santé, Guéant.

(pangramme de 73 lettres)

Annie

Figurine sculptée dite Dame de Renancourt
vers - 23000, découverte en 2019 sur le site archéologique d'Amiens-Renancourt

J'avance, riante ; en boitant, Henri se vengea.

( palindrome de syllabes )
Image

Gérard Le Goff

carte postale à un ami
Salut à Rica, amène pot!
Ma pote, salut à Carine!
...A Mantes , Paula et Rico
Salut à Nice, pote Amar.

( anagrammes )

et

Poignées de mains de Castelnaudary
Bons baisers du Mont Blanc
Un bonjour de Saint Jean
Carte postale à un ami

Salutations de La Baule
Je suis depuis trois jours ici
C'est plein de parisiens très drôles
Carte postale à un ami

Les Champs-Elysées un soir sous la pluie
Carte postale à un ami .

( citations tirées du "roman inachevé" d'Aragon)

Jacqueline Morel

Je t'écris ces lignes
Seule au coin du feu
Juste quelques signes
Pour te dire adieu

Au cœur de Nature
Refuge ai trouvé
Jamais je t'assure
Je ne reviendrai

( sélénet )

Alexandre Carret

Tes cartes postales
Depuis Compostelle
Étaient trop hostiles,
Vil isapostole,
Pour que tu postules
La salle hypostyle.

( babebine )

@GorgsPrc1

Ma très chère Albane,
Je t’écris, depuis Big Ben,
Une babebine.
Sous le soleil de Barbon,
Je ferai une tribune.

( babebine )

Jacqueline Jacquadit

La carte postale à un ami

Un aspic m'a tâtée à l'oral ...
À la turcomane ! À la piste !

( anagrammes )

Noël Bernard-Talipo

sommes arrivés
au camping-caravaning
il fait grave beau

arrosons la bouillabaisse
de canettes de coca

8 février – Journée internationale de l’épilepsie

Bernard Maréchal

La catalepsie
N’est pas le haut mal :
C’est l’épilepsie
Le mal comitial.

César fut victime,
Tel Napoléon, 
De ce mal intime, 
Tout comme Byron.

(sélénet)

et

Tondez tau !
Pelez upsilon !
Barbifiez phi !
Rasez khi !
***
Épilez psi !

(chicago)

Alexandre Carret

Image
( tanka justifié )

Annie

Un joli mot : épilepsie.

Écrit, il montre 3 e, régulièrement répartis, séparés par deux suites de 3 lettres contenant un i. Avec cependant une imperfection : on aimerait voir le i au milieu, pis plutôt que psi. Va, tant pis !

On observe encore que lep se retournant affronte pil ! Rébellion de la peau contre le poil, cette végétation envahissante, voire malsaine ? 

Alain Zalmanski

Variation maladive

Mal sacré pour certains 
Pour d’autres mal divin
Haut mal ou petit mal
C’est un mal comitial
Épilépsie : brute ?
Épi zut !

Nicolas Graner

L'épilepsie vient
Si l'esprit réinvestit
Des sites figés,
Si de vieilles fibres libres
Tissent d'insensibles liens.

( tanka et bivocalisme alterné )

Jacqueline Morel

Un mal démoniaque
Nul simple en herbularius
Ne le traitera

Alors jeûner et prier
Saint Valentin guérira

Noël Bernard-Talipo

Cité interdite.
Ils déchirent films et livres.
Ils peignent ciels tristes.

Piétinent l'immensité.
Glissent, sifflent, gris reptiles.

( alternance, comme dans le mot-clef, des E et des I )

9 février – Journée du mal de dents

Bernard Maréchal

Elles me font mal,
J’en ai trente-deux,
J’ai trop mal aux dents !

Je grince des dents,
Tellement j’ai mal,
Mal comme pas deux.

Dentiste, à nous deux !
« Votre mal de dents
Est un moindre mal. »

(terine sur les mots-clefs)

Alexandre Carret

Dès que l'encre sèche,
Cette dent l'emmerde.

Moralité :
Lavis, maux de dents ploient.

Annie

Le mal de dents ? Sur le mal de dents je n'ai rien à dire.
Maman j'ai mal, j'ai fait pipi
Maman j'ai peur, je suis puni.
L'énurésie ? Sur l'énurésie je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Jacqueline Morel

De douleur je pleure
Car j'ai mal dedans
Seule en ma demeure
Je crie dans le vent

Un doux chant m'apaise
Car l'oiseau me dit :
« Mâle Adam te pèse
Mais dans terre il gît »

( sélénet – langage des oiseaux )

Noël Bernard-Talipo

J'ai mal j'ai si mal
Je ne dors pas de la nuit
Et le jour c'est dur

Quand je mords rien ne va plus
Si je bois chaud c'est la fin

On ne me croit pas
Je n'ai pas droit à un plomb
Ce n'est pas mon tour

Dans un mois si tout va bien
À moins que je ne sois mort

( monosyllabes )

10 février – Journée du parapluie

Bernard Maréchal

Retombée d'atomes ?
Jugez qu'un vieux parapluie
Peut vous protéger :

Dans l’enfer de Tchernobyl,
On s'abrite d'un K-way.

(tanka et pangramme de 92 lettres sur mot-clef)

et

La marquise part,
Tranquille avant un dîner,
Pas sans un gilet.

(suite vocalique A A U I E)

Alexandre Carret

Chut, Lise ! Entendons
Ton air doux - dit militaire -
de soldate âgée
fado d'hier - pluie d'or bleu -
Sympathique au mime éthique 

(accumulation de fins de mots commençant par para-)

-chute ! -lysant -tendon
-tonnerre -dou -dis – militaire
-de – sol -da -tha -ger
-fa -dos -dière -pluie -dor -ble
-sympathicomimétique

Alain Zalmanski

On se fait une toile avec le(s) parapluies à Cherbourg ou à Hong Kong et on en vante Le Coup 
On le chante dans Un petit coin et dans une Histoire.
On le lit dans Un coin de parapluie, Le parapluie de la discorde, et surtout le remarquable Théorème du parapluie de Mickaël Launay 



Attention de ne pas oublier deux faux synonymes le paravent et le parapet

Robert Rapilly

Parfois je me demande comment au carnaval
de Cherbourg les élégantes courbures dont
les parapluies esquissent une trajectoire
esquivent du même geste l’ondée de gazole
que le Sectateur de Total a voulu épandre
après une filature jusqu’à notre terrasse
couverte d’un auvent si joliment chamarré

Et si, parades avec orbe parabole,
Séide-d’Averses rêva de diésel ?
Ô bar à pébroc évasé d’ara pisté !


( palindrome, 3 dodécasyllabes, 77 lettres )

Marc Boizeau

Commando, ondée
Chuteur, averse
Beret vert, giboulée


Para, pluie ==> Parapluie

( chicago météorologique )

et

Éructation, baguette
Flatulence,  ficelle
Vent, bâtard!


Pet, pain ==> Pépin

( chicago  diététique )

et

Fantôme, appela
Spectre, apostropha
Clair-obscur, interpella


Ombre, héla ==> Umbrella

( chicago  mystérieux )

Annie

À Cherbourg, p'tit coin
de paradis nucléaire
le banquier qui prête
avant la pluie reprendra
s'il pleut, la machine à coudre

( filigrane )

Jacqueline Morel

Oui ! Je dis oui à la pluie
Je lui offre mon visage
Mon corps, mon esprit
J'aime ses nuages
Bleus, sombres et si peu sages
Somptueux sera l'orage
Mille et un parfums révèle
Sur mon être elle ruisselle
Apaisante, vivifiante
Ondée purifiante
Alors, non au parapluie !

( HOG – utilisation du mot-clé )

Noël Bernard-Talipo

Il pleut. Elle flâne,
Sans manche, toile ou baleine.
Pas de capeline.

Sous l'orage, le cyclone,
Goûte cette nuit sans lune.

( babebine )

11 février – Journée internationale des femmes de science

Bernard Maréchal

Quels feux aviez-vous,
Aglaonice, Hypatie,
Et Jeanne Dumée ?

Et vous deux, Mary Whitney,
Katie Bouman, astronomes ?

(tanka et pangramme de 89 lettres)

et

Les femmes de science,
Ont de l’ambition,
En prennent conscience
Sans inhibition !

Que valent les hommes
Descendus d’Adam ?
Newton et ses pommes
Sont mauvais perdants.

(sélénet)

Annie

N-ième défi
dissidence ici des femmes
séisme, incendie

Semis d'idées édifie
desseins de sens incisif

( bivocalisme )

Alexandre Carret

Hommes de sciences,
Allons manger du poulet
Chez Marie Curry !

et

Fameuses sciences
Où s’immisçaient, si miss, ces
Femmes en silence. 

Jacqueline Morel

L'une déroule ses nuits
L'œil rivé au télescope
L'autre ses journées
Sur son microscope
L'une scrute les étoiles
L'infiniment grand
L'autre découvre la Vie
De l'infiniment petit
Compétentes, passionnées
Peut-être qu'un jour
Seront célébrées ?

( HOG )

Nicolas Graner

Deux, trois, cinq, onze,
Vingt-trois, vingt-neuf,
Quarante et un,
Cinquante-trois,
Quatre-vingt-trois,
Quatre-vingt-neuf,
Où vont ces nombres
Qui perpétuent
Le souvenir
D'Antoine Auguste
Le Blanc, alias
Sophie Germain ?
À l'infini ?
Nul ne le sait.

et

L'élément 109
Est le seul nommé d'après
Une scientifique

À part le 96
Qui porte le nom d'un couple

(tanka)

n° 109 = meitnérium, d'après Lise Meitner
n° 96 = curium, d'après Pierre et Marie Curie.

Alain Zalmanski

Hildegarde von Bingen
Et Trotula de Salerne
Ont honoré la médecine

Parler de Marie Curie
Ou
Pour célébrer la chimie
De Caroline Herschel
Ou de Maria Mitchell
Qui surent scruter le ciel
Championnes d’astronomie

Célébrons tous en ce jour
Sans contrainte et sans détour
Florence Nightingale 
Infirmière idéale
Et Madame du Chatelet
Traductrice de Newton 
Ou l’anglaise Ada Byron
Qui en calcul excellait.


Bibliographie : Éric Sartori, Histoire des femmes scientifiques de l’antiquité au XXe siècle , Plon (2006)

Noël Bernard-Talipo

SCellons d'un plomb chagrin le sort qu'un jour valut,
Inscrit, au rang qui fond joli brin, vamp, torchon :
Être draps bleus qu'on juche au grand foc du navire.
Nul savoir n'offre au vent beaupré, quand jonche et gire.
Courbant front, suit joug vil d'adam, qu'au polochon
Entend vanter, fringant, job qu'il chope, ample élu.

( science en acrostiche, femmes en belles absentes )

11 février – Journée des femmes de science
et
12 février – Journée internationale Darwin

Alain Zalmanski

Passerelle opportune entre deux héméroïdes consécutives.

Clémence Royer (1830-1902) fut la traductrice de Darwin qu’elle propagea avec des interprétations audacieuses et en explorant toutes les conséquences des théories darwiniennes scientifiques et sociales.
Féministe, révolutionnaire, provocante, libre et intrépide elle a été considérée par Ernest Renan comme « presqu’un homme de génie. » 

Bibliographie Geneviève Fraisse, Clémence Royer, La Découverte (2002)

12 février – Journée internationale Darwin

Bernard Maréchal

Darwin a cherché
La chaîne des ascendances,
Déchaîné la science,

A déclenché des scandales,
Sans se laisser écraser.

(tanka et beau présent sur Charles Darwin)

Annie

Ketmie, jaquier, sachez le prix. Bref, Darwin voyage. 

( pangramme de 41 lettres )

(même si Darwin s'occupa davantage d'espèces animales que végétales)

Alain Zalmanski

Heureux qui comme Ulysse a visité Darwin
Ses lougres perliers, ses vaisseaux hauturiers
Mais a su retrouver la douceur angevine
Loin de son océan aux salties meutriers

Jacqueline Morel

Chaque être vivant
Dans son environnement
Aura-t-il le temps

De s'adapter sûrement
Au changement galopant ?

( tanka monorime )

Nicolas Graner

Oryx, kiwi, bœuf...
Pratiquez l'évolution,
Jeu des changements.

( pangramme )

Jacqueline Jacquadit

De Napoléon 
Au grand président Macron
Quelle évolution :

L'un fut vaincu par le tsar
L'autre a convaincu Poutine !

Alexandre Carret

Yeux, jugez Darwin,
Copernic, Freud et Durkheim
qui nous bouleversent.

(haïku - pangramme de 57 lettres)
(évoquant les 4 révolutions ouvrant nos yeux neufs sur le Monde)
Image

Anthony Pecqueux

Histoire de Darwin
Win - gagnant / gagnant - Dewey
en alter ego

Samy Bounoua

DE L'ORIGINE DES ESPÈCES
DES RELIGIONS DÉPECÉES

( anagramme )

Noël Bernard-Talipo

Anar narra air :
Dada irradia diwan !
Raï arda nadir.

( beau présent sur « Darwin » )

13 février – Journée mondiale de la radio

Bernard Maréchal

RAminagrobis,
DIeu des rats, dit l’oraison :
Ora pro nobis…

(haïkupé)

Annie

j'écoute en silence
que dit la radio
la parole rance
de l'impresario

entrez dans la danse
se joindre aux idiots
vous portera chance
vaudra des bravos

( solénet )

Jacqueline Morel

Retrouver pour quelque temps
Ataraxie, joie, entrain...
De nouveau s'émerveiller
Il nous faudra pour cela
Ondes radio supprimer

( acrostiche )

Alexandre Carret

La radio d’Anton
le fit danser, délirer,
et enfin dormir.

soit


La java si d'aplomb fit qu'Anton guincha
puis il vit un bigfoot, cinq ou huit djinns morts,
vingt coqs, un joli porc mi-bouffi mi-chat.
Mon gars Voyl, trop fada, plaqua job, Cahors,
piquant bas du cavum. L'aigri Jaz faucha.


(belles absentes sur le mot RADIO mais sans E)

Alain Zalmanski

R O M É O
A B I D I (espoir des esclaves)
D A V I D
I S R A A (Voyage nocturne de Mahomet)
O S C A R


( double acrostiche sur des prénoms initié par l’anagramme DARIO  du mot clef )

Nicolas Graner

La radio ?... Mais c'est très simple !
est le nom d'un best-seller
qui permet à chacun d'imple-
menter seul son récepteur.

Au cours du vingtième siècle
ses ventes n'ont pas faibli
mais le numérique épècle
ce succès bien établi.

( tourniquet avec des rimes rares )

Noël Bernard-Talipo

Des océans déborde l'eau,
Déferle de marée un ras.
Nul ne le sait. Nul ne le dit.

Qui croira ce que l'info dit ?
Le speaker change vin en eau.
Le censeur taille et coupe ras.

Il fait lourd, l'oiseau vole ras.
L'innocent craint d'avoir trop dit.
Est-ce la vase ? Rouge est l'eau.

( quenine sur ras-dit-eau )

14 février – Journée internationale de sensibilisation aux cardiopathies congénitales

Bernard Maréchal

Mon cœur est en peine
À Saint Valentin.
C’est fichu, ma reine
Aime un vieux crétin.

Si une infirmière
Retrouve mon pouls,
Dessus ma civière,
Serai son époux.

(sélénet)

et

La cardiopathie,
C’est congénital,
Et l’allopathie
Ne peut rien au mal.

Est-ce une oreillette
Qu’il faut reformer ?
N’aie crainte fillette,
Faut pas t’alarmer.

(sélénet)

Alexandre Carret

Oyez la chronique fatale
De mes déboires amoureux
Cardiopathie congénitale
génération de malheureux

Papa fut hier en attente
Tout un quatorze février
De ce Jo devenu ma tente
Cocu, il prit un lévrier

( damnet isocèle )

Jacqueline Morel

En ce jour de fête
Nombreux sont les cœurs en larmes
Malades d'Amour

Annie

Image
( petite morale élémentaire portative )

Noël Bernard-Talipo

quand ratent
les cœurs
s'abattent
rancœurs

attentent
les peurs
et hantent
torpeurs

( muret )

15 février – Journée internationale du syndrome d’Angelman

Bernard Maréchal

Ses Yeux Noirs DiRont :
« On MorflE, Dos AlloNGé,
Et La Mort AtteNd. »

(primitive)

Jacqueline Morel

Vis l'ange en prière
Aura rouge sang
Morte est sa lumière
Son regard absent

Sombre en sa tunique
Ailes effilées
apocalyptique
Triste messager

( sélénet )

Annie

Le syndrome d'Angelman ? Sur le syndrome d'Angelman je n'ai rien à dire.
Est-ce un ange, un homme surgi
soudain, celui qui m'a meurtri ?
La hanche de Jacob ? Sur la hanche de Jacob je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Alexandre Carret

Any young student
Has to wear a blue coat like
Doctor Angelman.

Traduction :

L’interne est bleu comme un homme-ange.

( fable express bilingue )

Nicolas Graner

Affaiblir nos gènes
en lignage maternel
apparaît nuisible.

(haïku sur le syndrome du jour, acrostiche par mots, en 58 signes pour
l'anniversaire d'un brillant co-listier)

Jacqueline Jacquadit

Sam est petit comme un gland.

Le syndrome d'Angelman :
Le sang morne de Madlyn
Gland Sam y mord le néné

( tercet de vers anagrammatiques )

Noël Bernard-Talipo

Leurs yeux sont douceur.
Sous l'ombre du grand manguier
S'enflamment aimant.

( primitive )

16 février – Journée internationale du patrimoine canadien

Bernard Maréchal

Cinq
Jours
D’avance
Pour fêter
Le beau patrimoine,
Le patrimoine canadien.

(Fib)

et

Vingt et un,
Et non pas le seize !
Le patrimoine canadien
C’est le troisième lundi des mois de février 
***
Tabarnak !
Bernard s’est trompé,
Et l’héméroméride est faux ?
***
C’est affreux,
Car on est le seize.
***
C’est raté.

( grand bigollo ; ces deux poèmes corrigent une erreur de date sur la journée du patrimoine canadien )

Annie

Sarah chantant tralala
la-la, Laban s'agaça
Natacha narrant
sans art la saga
Mahābhārata
ça fâcha Sacha.

Nathan, charmant gars d’antan
planta, champ par champ, d'Arras
à Bar, pas mal d'ananas.

Las, las, las, là-bas..

Plan ! plan ! Rataplan
Abraham, grand khan Avar
avançant d'Astrakan à
Kazan alarma Zlatan :
"Tatar camard ! Rat bâtard !
ma smala t'battra
avant Samara ".

Navrant ramadan
Abraham calta.


( TOG et monovocalisme )

Jacqueline Jacquadit

Le patrimoine canadien ?
Pain adamien en cloître !

( anagramme )

Alexandre Carret

- Richesse des nations -
----------------------------
            Episode 1 :
            -----------
                    Du
MOINE NAIN PARTI DE ÇA
                    au
  PATRIMOINE CANADIEN


           Episode 2 :
            -----------
LE MONDE ANCIEN PARIAIT
                    sur
LE PATRIMOINE CANADIEN

( anagrammes )

Nicolas Graner

Celui qui veut être moine
Et celui qui n'y croit pas
Celui qui fond l'antimoine
Et celui qui n'en fait pas
Celui qui boit l'aigremoine
Et celui qui n'en veut pas
Celui qui craint la stramoine
Et celui qui ne sait pas
Celui qu'a du patrimoine
Et celui qu'a nada

( cf. « la rose et le réséda » d'Aragon )

Jacqueline Morel

Splendide arbre rouge
Au nectar voluptueux
Nature et merveilles

Noël Bernard-Talipo

S'alla baladant
Dans l'attachant Canada.
Là campa, chassa.

Par hasard attrapa mal.
S'alarma... Bava... Clamsa.

( tanka et monovocalisme )

17 février – Journée du geste de gentillesse

Bernard Maréchal

Duchesse renifle :
Willy, reconsidérez
Ma bête mornifle.

– Kate, que j'aime ta gifle !
– Prince, vous m'exaspérez !

(pangramme de 85 lettres)

Alexandre Carret

Image
( alexandrins justifiés et bi-presque mono-vocalisme )

Annie

Image
( boule de neige avec antérimes internes à l’œil )

Jacqueline Morel

Sourire en miroir
Et la lumière du cœur
Resplendit, rayonne

Ombre et nuage effacés
Brillant regard étoilé

Noël Bernard-Talipo

Déesse en dentelles
Lit, de l'insensé, le signe.
Ses sens le désignent.

Il sent l'intense dégel.
Destins lient : insigne liesse.

( beau présent )

18 février – Journée mondiale d’action en faveur du droit de grève

Bernard Maréchal

Pour le droit au rêve,
Et pour que ta croix soit brève,
Crois au droit de grève.

Si l’adroit croit à la trêve,
Au chemin étroit il crève.

( tanka sur mot-clef )

Annie

Tiens-toi droit !
On parle de
démarrer la grève.

Faire grève
est notre droit,
décidons-nous de

cesser de
bosser ? La grève
proteste à bon droit.

( terine en gradins )

Jacqueline Morel

Volent les pavés
Dessous, la vague ondoyant
Pose son écume argent
Sur sable doré

Par le vent portés
Sur l'aile du goéland
Se dispersent les slogans
D'avenir rêvé

Sous bottes cloutées
Roulent coquillages blancs
Reflets azurés

En faces casquées
Rougeoie le soleil couchant
Sur flots apaisés

(Sonnaïku)

Alexandre Carret

(       )

Marc Parayre

Noël Bernard-Talipo

Rue ou drève
Rien n'y croît
Vie est brève
Sale endroit
Où s'embrève
Le noroît
Qui dégrève
De l'effroi

Sans le rêve
Vient le froid
Si l'on crève
Rit l'octroi
C'est la grève
Bats-toi droit
Nulle trève
Pour ton droit

( double mômet )

19 février – Journée internationale de la baleine

Bernard Maréchal

Je n’entends plus Francis Lalanne,
Qui chantait comme une baleine.
J’aimais pourtant sa voix câline
Quand il croonait sur Babylone,
Comme un loup qui hurle à la lune.

( babebine sur mot-clef )

et

Parapluie marin
Chagriné regarde au loin
Ses baleines mortes.

Manche vide et toile molle,
Il ne se déploiera plus.

( tanka sur mot-clef )

et

Baleine,
Tu sors,
Bedaine
Dehors.

S’avance
Nippon
Qui lance
Harpon,

Remorque,
Puissant,
Une orque
En sang,

L’entraîne
Au port
Sans peine.
Quel sport !

( muret )

Jacqueline Morel

(Haïkuxl en calligramme)

Alain Zalmanski

Chalut les new Rorquais 

C’est assez dit la baleine, cache à l’eau ton dos fin. Or que débusque l’épaulart ? le bel ougaritique  en mars oint ou le nard valaisan ? 

Homophonies baléinoptères

Alexandre Carret

De la jambe à l'aine,
Mets des bas laineux !
Si ça fait baleine,
On s'en bat les noeuds.

De la Tourbe à l'Aisne,
Nul ne balaie, ne
Sent la zarbe haleine
Du bubale haineux.

( sélénet : à chantonner sur l'air d'Au clair de la lune )

Nicolas Graner

Bosse de corset
Blanche tueuse pygmée
Chasse au parapluie

Rire et chant, huile de bec
Banc gris de sel de mer bleue

( filigrane )

Noël Bernard-Talipo

Sa peur entrevue :
île divine,
graminée bénie.
La baleine bée.
Ni marge, ni vide.
Lieu vert.
Ne rue pas. 

( palindrome )

19 février – Journée internationale de la baleine

et 20 février – Journée mondiale du pangolin

Annie

( haïkupé avec double coupe )

20 février – Journée mondiale du pangolin

Bernard Maréchal

Ils noient le pangolin,
Plaidant que la nature
Attend toujours sa fin.
Ils miment la droiture…


(Quatrine de longueurs de mots, pour Robert Rapilly, son inventeur : les longueurs des mots sont
3 6 2 8
8 3 2 6
6 8 2 3
3 6 2 8
)

Alexandre Carret

En écoPANt
son gros carGO
chargé de LIN,
Un escarGOt,
mi-baboLIN
mi-égiPAN,
filait de LINt
jusqu’à LaPAN
comme un dinGO.

(TERine)

Jacqueline Morel

Pangolin enroule
Toutes écailles en boule
Est tout apeuré

Tête entre les pattes
Des très violentes attaques
Veut se protéger

(Double haïku – Utilisation du mot-clé)

Nicolas Graner

 chamois adroit      danois favori
              accomplir

ragondin anodin      anchois assortis
              ramollir

              savoir
              assombri
              parfois
              rasoir

galopin malpoli      pangolin cabotin
              abolir 

( petite morale élémentaire portative, tous les mots ont les mêmes voyelles )

Noël Bernard-Talipo

Ah voilà Covid.
Pangolin ? Ragot viral !
Bondissant tocsin !

La foi dans l'« On dit » bat froid
Savoirs. Ah, loi d'Apophis.

( voyelles du mot-clef dans l'ordre )

21 février – Journée internationale des guides touristiques

Bernard Maréchal

Guides touristiques
De toutes couleurs,
Loin d’être érotiques,
Vous êtes voleurs.
***
Vous vantez un site
Qu’il faut visiter.
Votre réussite
Nous fait hésiter.

(sélénet)

Alexandre Carret

Aux flûtiaux, les guides
Détourneront le touriste
Vers le fond des digues.

( haïku isocèle )

Jacqueline Morel

En site insolite
Il entraîne la touriste
Flâneuse en visite

( accumulation agréable )

Jacqueline Jacquadit

Les guides touristiques 

Le sud qui sue si triste : go !

( anagramme )

Annie

Mosquée ouzbek, fort chti, jeux de plage à Wallis... Venez-y ! (45)

Mosquée ouzbek, Wallis, porche Eiffel...
Voyez ! Juteux négoce. (48)

( deux pangrammes - des lieux qui se visitent habituellement sans guide )

et

Juste défi : bienveillance photographique.
Qu'il observe les gens, corps humide jeté, flic-
flac, jumelage viable, sans fond ; empathique
qu'il flashe le regard d'un jobard ‒ complice vu
face à une mosquée du Rajasthan, brave l'agape
christique de fajitas, hamburgers, pris au vol.

J'admire le chromatisme aigu, abrasif, qu'envie
n'importe quel bourgeois flétri, jeune derviche
efflanqué. Vestige du champ de jubilation
épique, le selfie ambigu au chevet de la Joconde.

( belle absente dédiée à un célèbre photographe qui a notamment représenté les touristes )

Noël Bernard-Talipo

Détruis toute digue.
Risque de sortir des grottes.
Tu es terroriste.

Tu ris des orgues grotesques,
Des tristes disques usés.

( beau présent sur « guides touristiques » )

22 février – Journée internationale du scoutisme

22022022 jour palindrome !

Bernard Maréchal

Le scout est béat :
Il va faire sa B.A.
Tout contre l’abbé.

(médaille isocèle)

et

Prêt, toujours plus près !
Le scout a béatement
Commis la B.A.

L’abbé a explicité :
Il faut aimer son prochain.

Alexandre Carret

L’oignant stoppe un char
Sur le sou du demi-scout
L’asperge à l’air libre.

Soit :

Un alipte, à l’éclaireur à la rue, rial céla et pila, nu.

( palindrome )

Robert Rapilly

Le département d’Histoire de l’Université Libre
de Bruxelles se fait écho d’une lecture inédite
des prémices situationnistes en Belgique. Raoul
Vaneigem enfant fut louveteau parmi les garçons
de soldats américains de l’OTAN. Ce lourd passé
aurait grevé son inconscient, au point qu’il en
soit devenu un prosélyte d’Aliénor d’Aquitaine.

Et si du scoutisme G.I. en avait râpé le parti à Vaneigem situ : Oc-Sudiste ?

( palindrome )

Rémi Schulz

Scoutoun jour-scout toujours

Jacqueline Jacquadit

À l'occasion d'un tournoi de jeu de quilles, un scout anglais a battu à lui tout seul l'Olympique de Crécy, bien connu sous le sigle "OC" :

Ce scout t'a battu OC sec !

( palindrome )

et

Ému, féru, bracelet : là ce scout né "dentu OC*" se calte le carbure fumé.

( palindrome )

*OC origine contrôlée

Jacqueline Morel

Avec force agite
En son intégralité
Ce que nuit écarte

( Haïku charade)

Solution : Scout toujours

Annie

Le scoutisme ? Sur le scoutisme je n'ai rien à dire.
B.A. belle absente, c'est oui.
Mais qu'est-ce que tous ces gris-gris ?
Les totems ? Sur les totems je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Nicolas Graner

Louveteaux, louvettes,
Éclaireuses, éclaireurs,
Routières, routiers,

J'ai promis d'être fidèle
Et de vivre notre loi.

Noël Bernard-Talipo

La troupe au jamboree a commis un théâtre
Dont le papal discours ennuya leur copain
Qui fort hurla Je ne mange pas de ce pain
Hola ressortit au sud cet accent saumâtre


Nô lu,
ôte du décor ta tiare, scout :
si as parlait abbatial rap,
sais-tu,
oc serait atroce dû de Toulon.

( palindrome )

23 février – Journée mondiale du biscuit pour chien

Bernard Maréchal

Un biscuit pour chien ?
Pourquoi pas pour le chat noir ?
Lui, il le vaut bien.

Speculoos, gaufre, boudoir,
Palet, c’est pas pour les chiens.

(tanka sur mots-clefs)

Jacqueline Morel

Friandise en boules :
œuf, thon, persil et fécule
Toutou en raffole !

Annie

Il tend le bras aux vieilles dames ?
On l'acclame !

Le gars verse au pauvre un bon thé ?
Charité.

Lui donner des biscuits, altruisme
ou cynisme ?

Un chèque énergie ‒ oui Madame
une prime, une subvention
ne parlez pas de déception,
cynisme... Charité s'acclame.

( ovillejo )

Alexandre Carret

Ce bis pour chien cuit
(hot-dog au pain complet) vaut
Ce biscuit pour chien.

Alain Zalmanski

À la niche en Chine le chien.
Quant au biscuit il peut être de mer, de Sèvres ou de Saxe

( entre anagrammes et filigrane )

Jacqueline Jacquadit

Le biscuit pour chien
Sorbet lui chie un pic
Lui butine prose chic
Choc publié suit rien.

( anagrammes )

Noël Bernard-Talipo

Amer biscuit !
Ce dogue en fureur gronde, horrifié.
Il jappe, knockout, la mine navrée.
Oh purée quelle ration saumâtre !
Tel un vieux whisky, xylophène y  zigouille !

( abécédaire )

24 février – Journée internationale des barmen

Bernard Maréchal

Shaker et mixeur, verre et cuiller à mélange,
Jouez du pilon, buvez whisky trafiqué.

(pangramme de 67 lettres)

et

Les barmen ? Sur les barmen je n’ai rien à dire.
Au bar on boit, quand c’est permis,
Margarita, Bloody Mary.
L’alcoolisme ? Sur l’alcoolisme je n’ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Annie

Les barmen ? Sur les barmen je n'ai rien à dire.
Cocktails, mojito, daïquiri ...
C'est pas pour les chiens, je vous l'dis.
Les restos du cœur ? Sur les restos du cœur je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Jacqueline Jacquadit

Le barman
Ce chaman
De bistrot

Te guérit
Ce prurit
De poivrot

Bois ton verre
Tu t’enferres
Mais pas trop

Solidaire
Il va traire
Tes euros

Alexandre Carret

L’excuse d’Adam :
« Elle, vile, me menace
Si je ne bois pas !»

Soit :

Coup bas : Libre, Éve (est-ce
Pervers?) au bar accouda
Sous peu, grâce aux peurs.

Soit :

Cuba libre - Vesper vert – Eau – Barracuda – Soupe - Grasshopper

Alain Zalmanski

Bollinger
Ayala
Roederer
Moet et Chandon
Egly-Ouriet
Nicolas Maillard

Champagne pour tout le monde !

d’ Agrapart à DeutZ

Jacqueline Morel

Ils se surpassent les barmen
Concoctent pour leur examen
Un fort délectable cocktail
Riches saveurs en éventail

( rimes pour l’œil )

Noël Bernard-Talipo

Ah, barman, ça va ?
Ça va, gars. T'as ta kalach ?
Pas avant ma part.

Ça va pas, fada ? Nada.
À la datcha , pas avant.

( monovocalisme )

25 février – Journée du brevet du pistolet

Bernard Maréchal

En état d’urgence
Il saisit un pistolet,
Et pissa dedans.

Il était mal conseillé,
Son organe fut grillé.


(tanka )

Annie

Le Pô et le sot
il pile le sol, le pise,
isole l'îlet.

( tous les mots sont extraits, des "avions" de pistolet )

Jacqueline Morel

Demain l'aube verra-t-il
Une dernière fois
Embraser l'horizon ?
La peur noue ses entrailles
Affront il a subi
L'arme il a choisi
Actée pour la bataille
Une balle de plomb
Brûlera front ou foie
Écoulant sang et bile

(Acrostiche et étreinte)

Jacqueline Jacquadit

Le brevet du pistolet ?
Bluette d'esprit lové !

( anagramme )

Alexandre Carret

            Au comptoir de Bricotruc.

Le client :

                  − Six vis !

La vendeuse :

                  − Paquet ?

Le client :

                  − Mmmh …

La vendeuse, levant les yeux :

                  − Para ? Bel homme !

Le client rougissant et cherchant ses mots :

                  − Si !

La vendeuse, ouvrant un bouton de sa blouse :

                  − Vise !

Le client :

                  − Pas qu…

La vendeuse, lâchant un deuxième bouton :

                  − Aime !

Le client découvrant le morceau d’acier sous la chemise :

                  − Parabellum ?

La vendeuse balayant le magasin d’un furtif regard :

                  − Si vis pacem, para bellum !

Alain Zalmanski

Petit pain de boulanger
Des courbes tu peux tracer 
D’amure ou d’embarcation
Tu sers aussi à la miction
Browning, colt ou revolver
Sont des armes de naguère
Pistolet ou parabellum
Tu en es un drôle, bonhomme

Nicolas Graner

Il et Elle

S'il est pilote, elle lit les étoiles.
S'il poste les plis, elle les  pèse.
S'il tisse, elle plie les toiles.
S'il est petit, elle le toise.
S'il se toilette, elle épile ses poils.
S'il lotit les steppes, elle teste les pistes.
S'il est élitiste, elle pose les spots.
S'il se politise, elle l'élit.
S'il est poète, elle polit ses silles.
S'il pille, lèse et spolie, elle le stoppe.
S'il poêle les petits pois, elle pile le sel.
S'il se pèle les os, elle le pelote.
S'il s'isole, pisse et pète, elle ôte les selles.
S'il peste, elle est polie et posée.
S'il est solipsiste, elle oppose ses potes.
Si l'épilepsie le ploie, elle le titille.
S'il est olipote, elle lit ses lipos.

( beau présent )

Noël Bernard-Talipo

tous les revolvers
sèmeront l'univers
de leurs balles
et tous les ados
seront desperados
cannibales
la loi du plus fort
va répandre sans effort
son outrance
tremblez douces gens
vous observent des sergents
sans patience

on est aux abois
nous n'irons plus aux bois
ça canarde
on a peur le soir
de voir chez nous s'asseoir
la camarde
on marche en zigzags
entre les rangs de stalags
sans murmure
on n'a pas d'amis
au cœur ces fous nous ont mis
la fêlure

la terre en tournant
d'un cahot lancinant
se dérègle
sur l'homme hagard
est dardé le regard
du busaigle
il naîtra demain
des enfants tenant en main
la gâchette
il meurt aujourd'hui
des hommes droits que séduit
la muette

l'argent coule à flots
la mousse est aux goulots
c'est la fête
des hommes de main
ont barré le chemin
des prophètes
en bourse coté
un armurier survolté
rire en bouche
hurle des chansons
sur les couilles des garçons
puis se couche 

( à chanter sur l'air du Chant des Partisans )

26 février – Journée du conte de fées

Bernard Maréchal

Après la fée verte,
Un peu de bicarbonate :
Il étaie un foie.

Il compte, pour une fois,
Que l’histoire finit bien. 

( tanka )

Alexandre Carret

Déboires du compteur *
--------------------

Tu compte deux faits :
- Le comte de Faix raconte
un conte de fée.

Ton compte, de fait, est faux.
Effet : Sec, on te défait.

* et non pas :
Des comptoirs du beurre

Annie

les contes de fées
qu'ont les défaites
fécondent tes lais

( anagramme de syllabes - avec une tolérance e/é)

Nicolas Graner

chasse financière
ou quête de fonds
débauche grossière
ou fête de cons

bitte d'amarrage
ou fonte de quai
récit d'enfant sage
ou conte de fées

( sélénet )

Alain Zalmanski

Sur aspioles, sylphes ou fées, j’ai beaucoup à dire
Flora,  Pâquerette, Clochette et Pimprenelle
N’évoquent pas que des fleurs de notre jardin.
Ces quatre fées sont admirables (de lapin)
Carabosse comme Ursula est bien cruelle.
Je parle en hugolien d'Urgèle et de Morgane
De Viviane ou Mélusine au corps diaphane
Sur Bettelheim et  Perrault je ne veux rien dire

Jacqueline Morel

Ce fut jour de fête au château
Pour noces du seigneur d'Héry
Jolie pucelle il a choisi
Riche dot, fastueux bliauts...

On le dit bien fait et fort beau
La belle vite s'en éprit
De contes de fée s'est nourrie
Rêvant d'amour et de héros

Mais l'homme s'avéra mauvais
Brutal, débauché et bien laid
Pour elle pleurs, lamentations

Le rustre partit guerroyer
Après qu'en sombre et froid donjon
Eut enfermé l'infortunée

( sonnet – utilisation des mots-clés )

Jacqueline Jacquadit

À qui sont les fesses, sexes dénudés ?
Les fées sont d'exquises danseuses* !

( anagramme )

* Debussy

Noël Bernard-Talipo

il était cent fois
une cité de banlieue
vécurent heureux

ils eurent beaucoup d'enfants
et touchent l'allocation

( tanka )

27 février – Journée mondiale de l’ours polaire

Bernard Maréchal

Bon anniversaire,
Tu as dix ans, ma fillotte :
Ce nounours polaire,

Blanc, tout doux, il va te plaire,
C’est un bel anniversaire.

( tanka pour les 10 ans de ma petite-fille )

et

Repu, il roupille,
Puis pleure sous le soleil
Sa peau sous ses poils.

Si sa sœur l’ourse l’appelle,
Elle lui parle à l’oreille.

( tanka et beau présent )

Alexandre Carret

Au ciel file une star.
Lourd, ce Paul erre dehors mais
L’ours polaire dormait.
Aussi, iel fit : « Lune, est-ce tard ? » 

( controlorimes )

Jacqueline Morel

Sur le toit du monde
Ours revêt son blanc costume
Tel que neige et glace

( arythmonymie : même nombre de mots dans chaque vers )

Annie

avant qu'on les tue
qu'il danse en rond dans la cage
qu'elle monte au ciel

qu'ils se fassent doux, peluche
qui vend sa peau se défausse

( filigrane )

Jacqueline Jacquadit

Ursus polaris
Sa pelure plurielle
Parue pour lui plaire

Le pollueur le spolie
Il pille les loups à l'eau.

( beau présent )

Nicolas Graner

L'ourse phénicienne,
Entre dragon et girafe,
C'est la queue du chien.

Petite ourse, l'Antarctique
Rejoint-il Septentrion ?

(tanka, acrostiche de lettres par mots dans le distique final)

Gérard Le Goff

"L'ours polaire"
De vers en vers
de verre en verre
j'ai trouvé l'anagramme
"Parolier soûl"

et

Un ours polaire est un ursidé bien connU
Rassurant? Plus ou moins selon le cas, faut voiR
Sur les écrans il nous rappelle nos pelucheS
Il est pataud gentil il est mignon jolI
Détecté filant droit vers vous dans le grand NorD
En pleine vitesse on s'en fait une autre imagE

( acrostiche doublé)

Alain Zalmanski

Vous trouverez, j’en suis certain
De Paris, l'ours et Virginie
Ce qu'ils possèdent en commun
Ce n’est pas la zootechnie

( devinette )

Réponse en deux haïkus par Nicolas Graner :

Qu'ont donc en commun
Paris, l'ours et Virginie ?
Nous demande Alain.

L'une est métropole,
Le second est maître au Pôle,
L'autre aimait trop Paul.

Noël Bernard-Talipo

Qui sème le froid ?
L'ours aux petits yeux méchants
Qui montre les dents ?
Le mâle au sexe blindé
Qui aime le sang ?

Le roi qui mange son peuple
La gueule gourmande

( TOG )

28 février – Journée mondiale sans Facebook

Bernard Maréchal

Un trust impuni
Qui nuisit, tu lui survis
Puisqu’il t’instruisit.

Si du mur l’intrus t’y suit,
Tu lui dis turlututu !

( lipogramme en [Facebook] )

Jacqueline Morel

Gueule de bois
Mine de rien
Tête de Turc
Tronche de cake

Face de bouc

( chicago )

Annie

j'ai ironisé, niais ! fui ce béké

( récupération de consonnes :
journée sans facebook
j r n s n s f c b k )

Nicolas Graner

Myspace, Reddit,
Kiwibox, LiveJournal,
CouchSurfing, Qzone.

( haïku de réseaux sociaux, pangramme de 48 lettres )

Alain Zalmanski

Face book est très décrié
Mais tout un chacun l’utilise
S’avérant un mal vicié
Qui très souvent nous mobilise


Je ne le veux comme émissaire
Pas plus que comme un fion hircin
Une censure est nécessaire
Point de barbe ou de popotin

Moralité : Point de fesse bouc

et

Mon premier et mon second refusaient la vérité
Mon troisième est un produit qui permet de stopper
Mon quatrième a refusé la vérité

( charade )

Solution   : Pas de facebook

Pa niait
De niait
Fèces : la matière fait cale
Bouc a nié 

Alexandre Carret

Journée sans Facebook :
Franck n’a rien posté !
A-t-il seulement vécu ?

(HOG isocèle)

Noël Bernard

Il rit, impuni.
Ni vil, ni dur, ni impur.
Sûr qu'un jury nuit.

Zut, dix whigs sur lui : pris, gling !
Tu ris, minus ? - N'y survis.

( tanka sans FACEBOOK mais avec toutes les autres lettres )

1er mars – Journée mondiale du compliment

Bernard Maréchal

Seize
Ans,
Fillotte,
Aujourd’hui
Ton anniversaire
Mérite bien un compliment.

(FIB pour les 16 ans de ma petite-fille)

Nicolas Graner

Un compliment élémentaire est une simagrée élémentaire dont le but est
de fournir un compliment au détriment des substantifs ayant un effet
relationnel ou psychologique (gamines, généraux placides, gars avides
ou avinés) marquants ou en qualité insuffisante dans l'intime
élémentaire moral d'un individu.

( version à peine retouchée de la première phrase d'une page de Wikipédia )

Annie

j'aurais aimé ma belle
t'écrire un compliment
un peu de bagatelle
doré à l'orpiment

mais la journée rebelle
me chicane le temps
je nettoie la poubelle
j'arrache le chiendent

( fontanet = sélénet à 6 pattes )

Alexandre Carret

Jour des compliments : 
Envoie un truc isocèle 
Et, peinard, attends !

Jacqueline Morel

Se laisser bercer
Envelopper, caresser
Par le compliment

S'épanouir sous le soleil
De mots chauds qui nous sourient

( tanka – utilisation du mot-clé )

Jacqueline Jacquadit

Chien joyeux aboie
Il complimente son maître
C'est sa raison d'être.

Ronflaguer les compliments ?
Il m'est flagorneur mon cleps !

( anagramme )

Alain Zalmanski

Sans la liberté de blâmer,
il n’est point d’éloge flatteur
En ce jour on se doit d’aimer
En chassant ces mots de licteur
     Critique
     Observation
     Médisance
   réPrimande
    bLâme
     Insulte
   adMonestation
     Epigramme
    iNsulte
   ouTrage

( acrostiche en creux ? )

Noël Bernard-Talipo

Cool, super, jouissif !
Extra, dément, fab, géant !
Chié, giga, magique !

2 mars – Journée des vieux objets

Bernard Maréchal

Bradez vos greniers,
Vieux K-way foutus, jouets
Moches qui plaisaient.

( pangramme de 57 lettres )

Alexandre Carret

Mon premier ne se dresse plus.
Mon deuxième est la première syllabe de :
     J'ai tellement honte
  que je n'avouerai jamais
       en être l'auteur.

( charade )

Annie

( petite morale élémentaire portative )

Jacqueline Morel

Au fond de l'armoire
Écrin oublié
Garde la mémoire
D'un trésor passé

Une main curieuse
Dévoile en l'objet
La pierre précieuse
D'un amour secret

( sélénet – sur le thème )

Jacqueline Jacquadit

Arquez ce vieux kandjar afghan du psy mort woke blasé !

( pangramme 44 lettres )

Alain Zalmanski

Ces vieux objets (de collection) ont-ils besoin d’être surqualifiés ?

Octavin obsolète
Boucan démodé
Joliette antique
Ecang préhistorique
Tonilière archaïque

Pour les très rares qui ne le sauraient pas : 

    Octavin : petite flûte d'orchestre
    Boucan : sorte de gril en bois utilisé dans les Caraïbes pour faire sécher la viande
    Joliette : planche couverte de potée d’étain
    Ecang : sorte couperet servant à broyer les tiges de lin et de chanvre
    Tonilière : râteau dont la tête est munie d’un filet

et

Mon premier se goinfre (facile)
Mon second donne sa langue au chat
Mon troisième s’amuse à la maison
Mon quatrième échoue chez lui

L’Acropole ou le Colisée, 
Mon tout peuvent symboliser
Vous trouverez antiquité
Mais le jeu c’est de l’expliquer

( charade )

Noël Bernard-Talipo

Les vieux objets ?
Job se vexe : il sut.
« J'eus vol ! bit ! sexe !

Je veux tels obis.
Je vêts luxes bio. »

( mini-tanka 4/5/4 5/5 en anagrammes )

3 mars – Journée mondiale de la vie sauvage

Bernard Maréchal

Pangolins, tatous,
Gorilles, rhinos et tigres,
Unissez-vous tous

Contre tous les prédateurs,
Les humains, bien entendu…

(tanka)

et

Mammouths ? Disparus !
Pangolins, rhinos, pandas,
Crapauds ou tritons,

Coraux, albatros, dauphins,
Disparaîtront. Pas l’humain…

(tanka lipogramme en [E] pour l’anniversaire de la mort de Perec, quarante ans déjà)

Jacqueline Morel

Retrouver sa place
Dans l'immensité du monde
Loin de tout tapage
Sensible reliance
Se fondre dans le sauvage
Discrétion et harmonie
Pureté des sensations
Admirer les êtres
Et les paysages
Accepter l'inouï cadeau
De la beauté de la vie


(HOG)

Annie

La vie sauvage
avalise vague
visa, égal aveu.
Aveugle avisa. 

( anagrammes )

Jacqueline Jacquadit

La vie sauvage
La saïga veuve,
Vu la gaie vase,
Laveuse a vagi.

( anagrammes )

Alexandre Carret

Va, Aigle ! Sauve
La vie sauvage !
Avale, si vague,
A la vive sauge.

( anagrammes )

Noël Bernard-Talipo

il faut emplir le seau
cours aux fontaines va
fille suspends ton jeu

pourquoi cesser le jeu
pour qui tenir le seau
amour vers qui s'en va

monde triche à tout va
chacun joue double jeu
je reste avec mon seau

( terine isocèle )
Catégories
Uncategorized

Journal 2022

<– 2021  —– Journal —– 2023 –>

30 avril : Dernier jour de l’Héméroméride

Ce projet d’un an a débuté le 1er mai. Conçu par Bernard Maréchal, il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Pour chacune de ces journées, un mot-clef (ou un groupe de mots-clefs) est mis en évidence.

Il s’agit d’écrire un micro-poème (haïku, tanka…) assorti d’une seconde contrainte au choix utilisant le mot-clef. Lire la page de ce projet.

De nombreuses contributions ont été reçues chaque jour de la part des lecteurs de Twitter et des membres de la liste Oulipo. Voici celles écrites pour le bouquet final, le dernier jour de ce projet, 30 avril 2022

Journée internationale du jazz

Bernard Maréchal

Monk, Sidney Bechet,
Gillespie ou John Coltrane,
Quel swing ont ces vieux !

Billie Holiday pleurait,
Ella Fitzgerald chantait.

(tanka et pangramme de 102 lettres)

et

Passant par hasard,
Campagnard à Manhattan,
Dansas la samba.

L’agaçant jazz t’attrapa,
Battant la java d’antan.

(tanka et monovocalisme en [A])

et

Pour que les vieux Duke Ellington, Bechet, Farmer,
Comptent toujours, tu dois guincher quel subversif ?
Charlie Parker? Buddy Johnson ? Armstrong ? Quels fauves !
Kenny Dorham joue Clifford Brown qui vous piégeait.

(Belle absente)

et

Qui écoute encore
Le cornet de Beiderbecke,
Brubeck et Rollins ?

Ellington The Duke,
Les six cordes de Scofield,
Et Sonny Rollins ?

L’époque Blue Note,
Thelonious Monk, Round Midnight,
Et puis Bud Powell,

Willie Smith le Lion
Le trombone de Mingus
Et son violoncelle ?

Remémorons-nous
Ces musiciens du désordre,
Écoutons-les bien.

Billie pleure les pendus,
Qu’un souffle de vent remue,
Les fruits noirs lynchés.

Le souffle de Miles,
Be-bop, cool, fusion ou free,
Trompette en quintet.

Privé de trompette,
Gillespie perd son tempo
Et le be-bop meurt.

Les petites fleurs
De Sidney Bechet éclosent
En bouquet sonore.

(bouquet de 9 haïkus en lipogramme de [JAZZ])

Jacqueline Morel

( calligramme )

Nicolas Graner

Vivez ce boeuf carrément listoulipique ! GEF swingue dur au saxo ;
à la batterie, Noël, habile, impose son rythme dansant de jerk.

( panscrabblogramme )

et

Quand le jazz est là
La java s'en va avec
L'héméroméride...

Jacqueline Jacquadit

Ce jazz à laïus
Ses ritournelles l'ennuient
Zazie jasa cul

( haïkunagramme )

Annie

New-York ? jazz ambigu, faux plats de chaque vie

( pangramme )

Gérard Le Goff

Sur le sol
"L'oeil , d'abord , glisserait sur la moquette grise d'un long
corridor, haut et étroit"
Haut et étroit , un long corridor,dessus la moquette grise, l'oeil,
d'abord glisserait.
Sur la moquette grise, d'abord, l'oeil glisserait, la moquette d'un
haut et étroit corridor.

L'oeil , eh l'oeil! avoir l'oeil! l Le bon! L'affûté! Le perçant!
L'attention , qualité première! La perception précise des images! Sans
ostentation! Sans désir de percer à jour des secrets enfouis! L'oeil
non agressif! Il ne va pas scruter, inciser! Il ne va pas analyser!
Tout simplement, il s"en va glisser sur les choses! Sur la moquette
grise! Sur le doux tissu gris de la moquette.
L'oeil , d'abord, glisserait sur la moquette grise.
Sur la moquette grise d'un long corridor.
Un long corridor haut et étroit.

La moquette couvre le sol. Elle est grise. Couleur neutre. On a envie
de la caresser. De marcher dessus pieds nus. Belle moquette à
respecter. Ne nous moquons des moquettes! Ne nous moquons des
moquettes! Ne nous moquons des moquettes! Grises, jaunâtres,
lie-de-vin,ocres, vermillon, magenta, bleutées, bordeaux, unies,
striées, rayées, bigarrées, quadrillées, ne nous moquons des
moquettes, dit la mouette, dit la moukère, dit la ménagère, dit le
divin vent sur le velin velours des choses.

Voici un corridor. ça c'est impressionnant! ça c'est du sérieux! Du
stress à venir . Des pas précautionneux s'imaginent sur le duveté des
moquettes, longeant le corridor long et étroit. Des portes fermées.
Vont-elles s'ouvrir? Lesquelles? On va voir la réalité cachée des
choses. Attention, c'est peut-être maintenant. Une poignée bouge.
Qu'y-a-t-il derrière la porte des choses? D'autres choses qui cachent
d'autres choses, à l'infini? Un silence de fin du monde? Une ville
bombardée? Un cataclysme qui se prépare? Une peluche? Quelques
confettis? Une guitare? Un chapeau? Un vieux sac? Un papier couvert
d'une écriture illisible? Un sérial killer?
Une star?

Sur la moquette grise, d'abord, l'oeil glisserait...
"L'oeil , d'abord, glisserait sur la moquette grise d'un long
corridor, haut et étroit

(Première phrase des "choses" de G. Perec, traitée façon jazz)

et

Excités, qu'ils swinguent
Bien fort les mots! Du Vian pour
Haïku jazzy!

( haïku-pangramme 56 lettres )

Anthony Pecqueux

Swing à toute allure
Les jambes se délient - s'affolent
Quintet au sommet

et

Un jazz effréné!
Déontologie élue -
Concert arrêté...

et

La note pique le cœur
Tel trouver un quadrutrèfle
Flegme sur le carreau

et

L'ennemi public 
& le saxo archi(e) libre
Le rythme est rossé

cf Archie Shepp en duo avec ChuckD de Public Enemy

Alexandre Carret

Jarrett, Armstrong, Zawinul, Zwingenberger
Jasent, agassent, zinzinulent, zinzibulent
Juvénilement, acribiquement, zénithalement, zygomatiquement.

( acronyme et allitération )

Noël Bernard

Picaillons,
Veut poupon ? Beaucoup ?
Presque accordé, mon camarade.
Cependant comprends juste certains trucs importants.
Surtout lorsque, retrouvant bercail, ouvrant maison commune entres, montre respect.

Star, déstresse :
Stopperai toujours
Tours bancals, fangeux, indécents,
Moyennant douceur longtemps défaillante : respect.

Combien forts
Tous poutous charmants,
Trésor. Pourquoi moins mon pognon ?

Fatiguée.
Gaffe ! Plaquerais...

Respect. Point.


( bigollo en bambochade d'ordre 3 )

Inspiré de  « Respect »  ( Otis Redding / Aretha Franklin ) 

et

... et un petit scat

babedidouda
dabedidebaba wouah
dabe bedi Houuu

wouah wouah badabadaba
badebadebadewouah

#héméroméride ( tanka lipogramme en CFGJKLMNPQRSTVXYZ )

et

Héméro
Et la vie était rose
Oulipo
Et rien n'était morose

Rime était riche
Anagramme jolie
C'est fini ma biche
Pas la folie

( sur l'air de « Summertime » de Gershwin )

Un grand merci à tous ceux qui ont participé à ce projet avec une avalanche de contributions qui nous ont ravis par leur créativité et leur beauté !

26 avril : Décès de Guy Deflaux. Sous la signature Wanatoctouillou il a signé de nombreuses contributions oulipiennes dont la beauté l’égalait avec sa grande humanité. On trouvera deux pages de Guy sur ce site, hébergées dans le cadre du partage entre blogs « La ronde »:

Empreinte de la Saint Valentin ( février 2016 ) 

La ronde de Juin 2017

24 avril : Deuxième tour des élections présidentielles.

L'homme élu ce jour
Contre les forces de haine
Est le président
De la France du malheur
Qu'il sache qu'on le vomit

9 avril : Demain le premier tour des présidentielles

demain radieux
voterai les jours heureux
puis faute de mieux
dans quinze jours larme aux yeux
contrerai la haine bleue

20 mars : La guerre encore, la guerre encore pire .

moi qui suis
viscéralement
l'ennemi de toutes les guerres
nommant assassinat la mort que donne un soldat

moi j'avoue
avoir aujourd'hui
désiré que l'on entre en guerre

ça me rend
malade malade

ô folie

3 mars : Perec est mort il y a 40 ans. Ci-dessous ma participation à la Tentative d’épuisement d’un lieu planétaire organisée sur Twitter sous le mot dièze #Perec40 ( twoosh en comptant les deux mots dièzes imposés ) :

3 mars 2022, 12h30. Devant moi le clavier avec pavé numérique. Sous l'écran, lunettes, agrafeuse, diapason, mètre-ruban. Le mur me sépare du parc où pointent violettes, primevères, jonquilles. Plainte d'une tronçonneuse. Un merle sautille, s'ébroue, s'envole.

# Chambéry #Perec40

Ce twit était accompagné d’un bigollo :

21 février : Sur l’actualité.

Un tyran - la guerre.
Tous avaient dit : Plus jamais.
Soleil, couche-toi.

20 février : Aux Jeux Totalympiques de Pékin la France finit à la 10e place avec 5 médailles de sang, 7 de larmes, 2 de deuil. La Norvège est en tête avec 16 médailles de sang, 8 de larmes et 13 de deuil, précédant l’Allemagne qui a 12 médailles de sang, 10 de larmes et 5 de deuil.

11 février : Aux Jeux Totalympiques de Pékin la France est à la 13e place avec 1 médaille de sang et 5 médailles de larmes. L’Allemagne est en tête avec 7 médailles de sang et 4 de larmes, précédant la Norvège et ses 6 médailles de sang, 3 de larmes et 5 de deuil.

10 février : Aux Jeux Totalympiques de Pékin la France est à la 11e place avec 1 médaille de sang et 5 médailles de larmes. L’Allemagne est en tête avec 6 médailles de sang et 3 de larmes, précédant la Norvège et ses 5 médailles de sang, 3 de larmes et 4 de deuil.

4 février : À Pékin, l’ouverture des Jeux Olympiques.

Des Jeux Olympiques
Nullement je ne regarde
La cérémonie

Les oiseaux de ce nid-là
Ont des griffes et des dents

18 janvier : Lecture d’une tribune collective « Fermons les zones d’attente »

Pays des lumières
La France a su fabriquer
La nuit la plus noire

La punition carcérale
Pour délit de vouloir vivre

16 janvier : Nous apprenons le décès de Michelle Grangaud, membre de l’Oulipo. En sa mémoire :

L'averse t'atterre.
Ce pan qui cède, puis l'eau
Fait veuve la lyre.

Ce haïku est en presque homophonies sur son haïku qui avait été le support de l'hommage que le site Zazie mode d'emploi lui avait rendu, comme Oulipienne de l'année 2017.

5 janvier : Sur un bon mot du président.

Un irresponsable
N'est donc pas un citoyen ?
Mots peu responsables !

L'auteur s'il n'est citoyen
Peut-il être président ?

<– 2021  —– Journal —– 2023 –>

Catégories
Uncategorized

Héméroméride – janvier

L’héméroméride, projet d’un an, conçu par Bernard Maréchal, débute le 1er mai 2021. Il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Une activité journalière est proposée : l’écriture d’un micro poème sur le thème de la journée, au format haïku, additionné d’une contrainte à son propre choix. On trouvera ci-dessous les contributions du mois de janvier.

1er janvier – Journée mondiale de la paix

Bernard Maréchal

Perses venaient aux Thermopyles au galoP ;
Artémision : match nul, tant pis pour AthénA !
Il fallut Thémistocle, et la flotte, et voicI
Xerxès battu à Salamine, et c’est la paiX.


(double acrostiche)

et

Image
 ( petite morale élémentaire portative )

Alexandre Carret

Si vile, Roma
n’a guère aidé bravement 
Alain. T’es rieur
Tant que foire Renaud, elle,
peint ta rade et déménage.



(filigramophone :
« civile » - « Romana » - « Guerre et » - « des braves » - « mentale » - « intérieure » - 
« tanque » - « foireux » - « re Noël » - « pin » - « tarader » - « des ménages » )

Annie

Tuerais-tu merles et puffins ?
Si j'ai faim.

Pourquoi es-tu si contrefait ?
Pesants faix.

Attends-tu la fin des palais ?
Non, la paix.

Toujours de nouveaux sacrifices
le bruit, la fureur plus épais
quand s'accroissent les injustices
et la faim, faix contre la paix.


(ovillejo )

Jacqueline Morel

Par-delà les monts et les vals
Aspire à offrir son rameau
Immaculée, pure colombe
Xanthophobe : la Terre est en feu...


( acrostiche )

Nicolas Graner

Appuie fort sur le champignon !
S'il produit un gaz oxydant,
Aux soubrettes nous enjoignons
De l'enlever sans accident.

Moralité :
Pressure lactaire ! Ozone ? Deux bonnes vont l'ôter.

( katrainbour )

Noël Bernard-Talipo

Paix, ami
Paix à ta smala
À l'an naissant va sans tracas
Saisissant l'instant dansant l'art sans fin jaillissant

Sans carcan
Saisis l'air filant
T'attirant à l'astral jardin

Clairs matins
Naïfs chants aimants

Sang vivant


( bigollo bivocalique ) 

2 janvier – Journée de la science-fiction

Bernard Maréchal

Le tapis volant
Et la baguette magique ?
Mieux que le laser !
***
Et les bottes de sept lieues ?
C’est « Retour vers le futur » ! 

----- 

« Science sans fiction
N’est que ruine de l’I.A. »
Disait Rabelais.
***
Un scientifique écrivain
Est-il un robot lettré ? 

(2 tankas)

Alexandre Carret

Préparons l'hiver
Un bon feu, un film de guerre
L'adjudant sourit.

Moralité :
Le beau chêne oscillant se fixe, scions profond derechef
Le boche et nos science-fictions pros font d’heureux chefs

( vers nord-sud )

Annie

la scientologie
la science-fiction
avec la magie
causes de friction

j'aime mieux le monde
les fleurs, les oiseaux
telle science immonde
abuse des mots  

( sélénet )

Jacqueline Morel

Élan créatif
Imaginaire exalté
Pour tous les possibles

Jacqueline Jacquadit

Pour croire à la science
Il nous faut quelque agrément
D'un joli récit.

La science crue si fiction.

( fable express )

Noël Bernard-Talipo

Si chaque grand savant, jouant de belle plume,
Composant vers bancals, flèche jusqu'au dégoût -
Imbu d'un fat hors jeu que plombe ingrat volume -
Éveilleurs du jeu fol qu'empêche son bagou,
N'avortons nul chant pur que son joug fade embrume.
Chiffre pervers ? Jamais ! N'abdique telugu
Et brave esquif, jugé pêcheur d'or, tout rallume.

( acrostiche et belle absente )

3 janvier – Journée de la paille

Bernard Maréchal

Chapeau d’Italie ?
Homme couché sur la chaise ?
Vin de Poligny ?
***
Un feu de seigle ou de blé ?
On peut tirer à la courte !

(tanka filigrane)

et

Ils voulaient boire à la paille,
Et rajouter de la baille
Au bon lait de notre boille,
Fondue à l’école Boulle.
Mais l’Europe s’est boulée :
La loi anglaise est boutée
Hors de France sur un boutre.
On va la pendre à la poutre.

( doublets de Carroll )

Nicolas Graner

Couché sur la pomme,
un chapeau mis sur la bitte,
il boit à la botte.

Comme un rat en queue de fer,
l'homme gratte un feu dans l'œil.

( filigrane )

Jacqueline Morel

Ces sept brins de paille
Tresserai pour toi
En ferai médaille
De paix et de joie

À ta boutonnière
Ce nœud de moisson
Entend ta prière
Et marque affection

( sélénet )

Bituur esztreym aka E-M Gabalda

armée de gris de blancs et de jaunes changeants
et démentirait presque Larbaud mais ce n’est
pas la mer de 
        paille
 ce sont les bords de Seine
cernés de quais refaits et d’entrepôts itou
l’identité de l’eau ce sont ses abords

( autocitation cf. https://seenthis.net/messages/693158 )

Alexandre Carret

Terine berryCOchonne
-------------------

Au bas de la rue PAILLEron
On voit un vieux loup emBOIter
Le pas à trois porcs faBRIQUant
Trois maisons dans l’air PAILLEté.

Un loup soufflant et giBOYant
Que les cochons soBRIQUEront :
« Grand méchant loup » en riPAILLant.

Les trois petits cochons BOIront
A l’abri d’un mur BRIQUEté.

 ( Terine berrychonne de syllabes : 
Les rimes tournant sont en - té - ron
Les syllabes d'appui sont paille - bois - brique ) 

Jacqueline Jacquadit

La paille et le grain
Lire la plage latine
La graille et le pain.

( haïku d'anagrammes )

Noël Bernard-Talipo

Il pipa la paie.
Elle le lie à la pile.
Elle l'épila,

Le pila, plia, pela.
Épaillé, piailla.

( beau présent )

3 janvier – Journée de la paille et 4 janvier – Journée mondiale du braille

Annie

une rime à paille
c'est pas compliqué
en choisissant braille
un quatrain bouclé

entre paille et braille
que j'ai rapprochés
tricotons la maille
les voici liés

( sélénet )

4 janvier – Journée mondiale du braille

Bernard Maréchal

« héméroméride »
Un coup sur les doigts
Quand ton enfant braille :
Tu marques des points !

Tu tâtes les points
Sur le bout des doigts
Quand tu lis du braille.

Pour écrire en braille,
Imprimons des points
Sensibles aux doigts.

(terine)

Alexandre Carret

Un porc aux petits pois
cuit au lait cru de bique.
C'est la recette en braille
Qu'un méchant loup se pique
De suivre. Il dit « Babaille,
Je m'en vais dans l'Aubrois
Souffler les murs en paille
d'un cochon, ou en bois,
ou en tout sauf en brique. »

( terine berrychonne :
les rimes tournantes sont ois - ique -aille
et s'appuient sur les éléments fixes p - b - br )
Image

Nicolas Graner

voir la transcription ci-dessous
Délivré par Louis Braille, écris
des livres et parle, ouïs, braille et crie !

( holorime )

Jacqueline Morel

Résonne son cri
L'oiseau braille et rit
Déploie sa traine aux cent yeux
Plumage hypnotique
Iridescentes couleurs
Sa gorge bleue gonfle
Paonne émerveillée succombe

( HOG – Utilisation du mot-clé )

Noël Bernard-Talipo

Elle raille l'arbre :
Belle, à l'air libre, babille
Il bée là brellé.

À l'Érèbe ira la belle,
Il rira, l'arbre rebelle.

( beau présent )

5 janvier – Journée des oiseaux

Bernard Maréchal

Sang vaut les lois :
S’envolait l’oie.
Haussa ailes
Au Sahel.
-----
S’envole effraie,
Sans volets frais
Éternels,
Et terne aile.
-----
Sans plus, me dois
Cent plumes d’oie
À l’autel :
Hâle ôte ailes.
-----
Là, pie et geais
Dansaient si elle
L’a piégée
Dans ces ciels.

( 4 ouïseaunets holorimes et autres variantes minimalistes )

et

Son cheval est nerveux, son colley impatient
Aboie aux ciels trop bleus des moineaux insouciants.

Si Ella piaffe,
Lassie endure
Ciel à piafs :
Là, cyans durs.

( ouïseaulorime )

Alexandre Carret

J’ai des chènevières
Où tarde à pousser l’herbe
Et tourne au tons de lierre.
La beuh, dans les bouerbes
Arables, ne génère
Ni vérole ni gerbes.
D’odorantes linières
Sarçaient le sol superbe.

( acrosémantiche avec des noms d'oiseaux :

[Geai des chênes] -vières
[Outarde] à lever l’herbe
[Etourneau] tons de lierres.
[Labbe], dans les bouerbes
[Ara bleu], ne génère
[Niverolle] ni gerbes.
[Dodo] -rantes linières
[Sarcelle] -e sol superbe. )

Nicolas Graner

Quand seront achevés tous les petits bouleaux,
quand les Californiens seront devenus gros,
quand l'ultime estivant partira au galop,
quand l'absence d'action ne sera plus leur lot,
on entendra chanter en trilles les oiseaux.

    Boulaie aboutie,
    séquoia épanoui,
    aoûtien évanoui,
    aboulie adoucie,
    moineau ioulera.

(panvocalisme isocèle : tous les mots sont composés des cinq voyelles A, E, I, O, U et de deux consonnes, comme le mot-clef)

Annie

Va, tu es mignonne
ont dit les oiseaux
Quand il polissonne
parmi les roseaux

l'autan la courtise
maître qui rend fou
L'outarde exorcise
avec le hibou

( solénet, chaque vers contient les 5 voyelles )

Jacqueline Morel

oiseau écroué
crie, rêve air, cieux, évasion
secourir oiseau !

( prisonnier )

Robert Rapilly

L’ATTAQUE DES OISEAUX 
d’après Aristophane.
Scène dans une comédie musicale inachevée.
Martin Granger avait pimenté ces répliques
de rythmes hip-hop enlevés. Bird lives. 

————————

LE CHŒUR :
— Celui-ci, l’a-t-on déjà vu ?
— Peut-être bien, au dépourvu...
— Toi, dis donc, aux grandes oreilles,
chassais-tu point geais et corneilles,
tenant une fronde à la main
et semant la mort en chemin ?

ESPÉRON s’abritant derrière COPINON :
— On t’accuse de braconnage,
de plumaison après carnage...

LE CHŒUR :
— Toi, malandrin récidivant,
onc ne m’as-tu cloué vivant
dessus la porte d’une grange
sans un remords qui te démange ?
— Enfermé sous d’étroits barreaux ?
— Cuit dans un bouillon de poireaux ?

COPINON & ESPÉRON :
— On nous harcèle, on nous assiège ;
nous voici serrés dans un piège !

LE CHŒUR :
— Aux armes, les piafs, à l’assaut !
— À bas l’assassin et le sot !
— Portons une charge mortelle,
déployons largement notre aile !
— Il nous faut recouvrer nos droits :
coquins qu’ils s’en mordent les doigts...
— Encerclons-les ces deux canailles,
pour la dernière des batailles !

COPINON puis ESPÉRON :
— Comment résister, Copinon ?
— Prends tes outils de marmiton !
— Comment survivre à tel déboire ?
— À coups de louche et d’écumoire !

(à suivre... mais il n’y a pas de suite !)

Marc Parayre

« Ne dis pas de gros mots ! » va répétant l’adulte…
Le jour des passereaux, va-t-on oser l’insulte ?
De tous les noms d’oiseaux chacun sera traité :
Petit bruant zizi, vil emberizidé !
Élégante avocette ! ou bien pipit farlouse !
Vieille huppe fasciée, non pas gueuse mais grouse
Cygne tuberculé ! Gros moine macareux !
Grosbec casse noyaux ! Méchant traquet motteux !
Cacatoès banksien, ou casoar à casque !
Obscur pingouin torda ! Talégalle fantasque !
Outardes houbaras ! Urubu virtuel !
Espèce de pouillot ! Bref, oulipote en ciel.

Noël Bernard-Talipo

Impérieuse l'oie
Au cœur des roseaux
Dont la plume ondoie
Contemple les eaux

Et la brume noie
De secrets réseaux
La luisante voie
Baignant les closeaux

( rimes induites par le mot-clef )

6 janvier – Journée mondiale des orphelins de guerre

Bernard Maréchal

Même si leur père
Est mort tout glorieux,
Orphelins de guerre
Sont bien malheureux.

Ils font leur prière,
Et souvent, sans bruit,
Vont au cimetière,
Pleurer, vers minuit.

(solénet sur mot-clef)

Annie

Or, rompu chaque lien, saigne absurdité - gidouille terraquée.

( primitive de « orphelins de guerre )

Alexandre Carret

Sans trésor, félins,
A Delhi, les Thraces firent
Cent-treize orphelins.

« Or !, fait l’un d’eux guère né,
Orphée ! l’Inde gaie renaît ! »

( vers 1 et 3 holorimes ; vers 4 et 5 holorimes )

Jacqueline Morel

Pierre grise, froide
Est écrit : « Morts pour des rois »
C'est l'Épiphanie
Les rois guidés par l'étoile
Apportent or, myrrhe, encens
Et bonne galette :
Rêve d'orphelin...

( HOG )

Noël Bernard-Talipo

son corps pue l'honneur
il saigne un sang d'ange gris
meurt père irréel

( primitive de « orphelins de guerre )

7 janvier – Journée de la quenouille

Bernard Maréchal

Un vieux royaume en kilt jadis tombe en quenouille ?
Chez les rois wisigoths, on prend femme fertile. 

(pangramme alexandrin de 81 lettres sur mot-clef)

Nicolas Graner

La quenouille, ou n-ouille, est une généralisation de la sextouille.

Certaines quenouilles portent des noms particuliers : bidouille
(quenouille d'ordre 2), trifouille (3), quartouille (4), quinouille (5),
sextouille (6), nonouille (9), découille (10), etc.

L'oulipien Ian Monk a composé de nombreuses quenouilles en chti,
appelées chtouilles.

(extrait de Wikipedzouille)
( cf. quenine sur Oulipo )

Annie

Image
( haïkupé )

Jacqueline Morel

Trois belles filent le destin
La première tisse le fil
La vie ne durera qu'un temps

Il sera long ou court le temps
À chacun unique destin
L'autre belle déroule fil

La troisième coupe le fil
Intransigeante sur le temps
Veille sur la fin du destin

( terine )

Alexandre Carret

Choisir La Quenouille,
C’est opter pour la beauté
et le bel ouvrage.

Nul ne dessine une ville
Plus vite que nos rockers.

Dit autrement :
La Quenouille orchestre à pas sonnants - tonitruants - des chantiers,
Laque New-York et strapassonne Anthony ; truande et chante : « Yeah ! ».

( holorimes )

et

Fais que ce succube
Me donne vite un garçon
Qui héritera.

et que mon bien parte en couilles
Plutôt que tombe en quenouilles. 

( cf. https://fr.wiktionary.org/wiki/tomber_en_quenouille#fr )

et

En quenouille, je filais des manteaux.
Dément tôt, je filais en quenouille.

( cf. https://fr.wiktionary.org/wiki/filer_en_quenouille )

Noël Bernard-Talipo

                    Épilogue

Je t'apprivoise, ô sommité, les vindictes de quatre annexionnistes,
La laiterie, les paysages noirs aux tétons couronnés.
Zézaye ton air et cette ligne déporte,
Tant qu'Alison, la vigneronne accroupie à la fraîche,
Qui d'un poudrier retors et d'un dentier mouillé,
Sa querelle châtrée a quasi déprisée,
Lanterne, cille une fusillade, chancelle de baisailler,
Et dans tout un numéro se précipite pour s'exalter ;
Afin qu'à mon plancher j'embusque mon rebond,
L'amoureuse Isabeau qui sous-entend auprès d'elle.

( à partir de « Épigramme » de Philippe Desportes  qui contient le mot « quenouille »
Règle S+7à14 ; V+7à14 : on remplace un substantif (verbe) par celui situé 7 à 14 rangs (au choix) plus loin dans un dictionnaire ; ici le Littré.
Ainsi quenouille -> querelle ) 

8 janvier – Journée internationale du bain moussant

Bernard Maréchal

Trop de baignoire ramollit,
Une douche froide endurcit.

-----

Dans son bain moussant,
Dès qu’il regarde sous l’eau,
Bébé se sent mou.

(médaille sur mot-clef) 

Annie

Image
( petite morale élémentaire portative )

Alexandre Carret

DEbout
MAman,
LE sein !

MA main
DEssous
LE banc.

DEmain,
LA boue
LE sang.

--
Sorte de terine de bouts (sans main).

Jacqueline Morel

Rituel enchanteur
Quelques bougies ci et là
Musique apaisante

Se plonger avec délice
En eau douce bienfaisante

Noël Bernard-Talipo

j'offris mon corps nu
aux ablutions dans un tub
où j'oubliai tout

au frais parfum du savon
long frisson m'a parcouru

( lipogramme en E )

9 janvier – Journée mondiale de la Corse

Bernard Maréchal

Cette île est un monde :
Sur ses côtes, rien qui morde,
Nulle feuille morte.

Sur ses plages, pas de morse,
Île de beauté, la Corse.

(tanka et doublets de Carroll)

Alexandre Carret

Serré, crossé sec,
Ce cercocère recosse,
Rosse ses escrocs.

(beau présent)

et

  Décor sage pour des 
    Corps s'agitant : Son 
    Corsage à terre, une 
    Corse, à genou,
    Corsa jeux et pièges.

Annie

ce corse croasse
carrée sa carcasse arrose
ses escrocs cassés

Éros sacre ses caresses
Cérès crée - rosace, écorce...

(tanka, beau présent incarcéré sur « la Corse »)

Jacqueline Morel

Hauts reliefs ocrés
En flots bleus Corse se mire
Corés pétrifiées

( anagrammes )

Nicolas Graner

Ses sols arasés
    ocres colorées
    rocs sacrés, cercles créés
    lacs salés à sec

Ses colères ressassées
    clercs accros à l'or
    escrocs à crocs acérés
    crosses caressées

Ses races locales
    scarole essorée
    ers à la corolle rose
    écorce ocellée

(beau présent et haïkus imbriqués)

Noël Bernard-Talipo

au mat amarrée
du maure tête muette
émeut âme dure

( beau présent sur « tête de maure » )

10 janvier – Journée mondiale Tintin

Bernard Maréchal

Hergé jalouse sa tata,
Mais Haddock aime bien téter
Du bon whisky chez un titi.
C’est vrai ou faux, mon bon Tintin ?
Pourquoi grattes-tu les totos
Qui te viennent de ton toutou,
Milou, ce danseur en tutu ?

(babebine, pangramme)

Annie

Tintin ? Sur Tintin je n'ai rien à dire.
Chacun le dit juste et gentil
Voyageur, vient-il aux terrils ?
Hergé ? Sur Hergé je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Jacqueline Morel

La houpette au vent
Ce héros toujours vaillant
Plaît toujours autant

Alain Zalmanski

Pas de Tintin sans Milou
Pou de satin, mite en lin

( anaphones )

et

Image
( expression et synonymes )

Alexandre Carret

.


( poème minimaliste )

et

Ce Pape aventurier lancera à 0
Cinq pétards allumés, lampromètre à 0
La Lune poursuivra - 7 Longues Lieues - Pie 7.

Texte écrit avec les initiales :
cpalà0cpalà0
llp7llp7
qui donne en braille le dessin ci-dessous.
Image

Pierre Lamy

Un soir, sur la Licorne, Haddock pinte en silence.
Il ne discerne au loin, sur l’onde et sous les cieux,
que le bruit des tam-tams que frappent en cadence
des keums audacieux.

Un autre en sa fusée, Haddock peste en silence.
Sur Séléné, nul bar, mais la noirceur des cieux.
Il rêve à Moulinsart, aux whiskies en cadence,
secs et délicieux.

Alphonse, au Purgatoire est contraint au silence.
Il en a ras le bol de contempler les cieux.
Il rêve aux avirons qui frappaient en cadence
les flots harmonieux.

Noël Bernard-Talipo

Zouave ! Moule à gaufres !
Bachi-bouzouk, joyeux drille !!
Clown, paltoquet, zèbre !!!

( pangramme )

11 janvier – Journée contre le trafic d’êtres humains

Bernard Maréchal

Le trafic ? Sur le trafic je n’ai rien à dire.
Quiconque trafique aujourd’hui
Continuera pour son profit.
Les êtres humains ? Sur l’être humain je n’ai rien à dire.

(cf. « L’herbe » de Queneau)

et

Dans trafic il y a fric.
Dans humains il y a main.
Dans un être humain,
Le trafic.
Et dans tant d’êtres humains
Se tient la main du trafic,
C’est la main du fric.
Le trafic ?
Contre le trafic des êtres,
L’être doit lever la main,
Arrêter le fric
Du trafic,
Le trafic de l’être humain.

(tog de 13 vers et 73 syllabes)

Jacqueline Morel

Appel d'affligé
Battu, bafoué, oublié
Flot agité tue

( prisonnier libéré )

Alexandre Carret

Cet esclavagiste
Cherchant son humanité
devient schizophrène.

Quelles sont donc mes valeurs ?
Et celle de cette femme ?

et

Être ou ne pas être ?
(humain en promotion)

Annie

Image
( poème isocèle )

Noël Bernard-Talipo

Achetez ces êtres
Spécimens d'humain
Je les vends par mètres
De main à la main

Cueillis par mes reîtres
Signez parchemin
Vous vous rendez maîtres
Du must de demain

( sélénet )

12 janvier – Kiss a ginger day ** Journée des roux

Bernard Maréchal

Qui fixa ce show ?
Comblez nos vœux pour toujours :
Kiss a Ginger Day !

-----

Ce whisky que j’aime
Porte le bonheur aux roux.
Buvez-le, grands fous !

(Deux pangrammes de 54 lettres)

Annie

Les roux ? Sur les roux je n'ai rien à dire.
Des mots qui sentent le roussi ?
Jeanne d'Arc les entend aussi.
L'évêque Cauchon ? Sur l'évêque Cauchon je n'ai rien à dire.

( cf. « L’herbe » de Queneau)

Jacqueline Morel

Fière allure au loin
Flamboyante chevelure
Son kilt, son tartan...

C'est lui ! Je le reconnais
Je cours, l'étreins et le baise

Alexandre Carret

A roux, E blond, I brun, U chauve, O bleu, Cheveux
Je dirai quelque jour l'alopécie naissante.
Ah, carcan gras plein de pellicules et lentes
Où progresse un lupus fort érythémateux.

Golfes clairs grisonnant aux abords de mes tempes
Lustre du crâne fier, poil blanc, tête de vieux
Plaque rouge indiquant un psoriasis squameux
Dans la tonsure ébouriffée par la cisampe.

User d'un traitement avec des stéroïdes ?
Car à trop clairsemer, on ne voit que des rides.
Que la chimie me vienne en aide ou je suis chauve !

O, Suprême chignon surmontant une frange,
Je te teindrai en bleu, j'aurai des cheveux d'anges
O, perruque au rayon shampoing, tu me sauves ! 

( cf. « Voyelles » de Rimbaud )

Noël Bernard-Talipo

vois comme s'ébroue
ce rebelle roux
comme il fait la roue
qu'est grand mon courroux

gare qu'on le roue
de bosses de trous
vite qu'on l'écroue
hop sous les verrous

( rimes induites par le mot-clef )

13 janvier – Journée mondiale sans pantalon

Bernard Maréchal

Derche qui s’exhibe,
Fessier rieur, subversif,
Visez ce derrière !
***
Je suis ému, sidéré,
De ces fesses débusquées.

(Tanka et lipogramme en PANTALON)

Jacqueline Morel

Nombreux fans l'admirent
Veulent tous même culotte
Fier Pantalone

Annie

Jour sans pull ni slip,
sans pantalon donc lipo!
Lipo ? Libido ! 

( lipogramme en E )

Alexandre Carret

O ma reine, veuve du para – direct homme -
Ton cœur a régné dans la branche d’orme et le tronc.
O tu mets en terre vivement ton serre-tête.
Les romains t’ont couvert d’or ou jais faste et tarbouches.

---


Homard / Aine
Veuve du paradis / Rectum
Thon / Cœur
Araignée / Dent
Labre / Hanche
Dormelle / Tronc
Hotu / Mésentère
Vive / Menton
Cerf / Tête
Lérot / Main
Thon / Cou
Ver / Dos
Rouget / Face
Tétard / Bouche 


Paon / Talon

( chicagomophone )

Noël Bernard-Talipo

imberbe berger
je rêve sur ce verger
que je vis semer

mes brebis y veux bercer
du murmure de ce fifre 

( lipogramme en PANTALON )

14 janvier – Journée pour habiller son animal de compagnie

Bernard Maréchal

Animaux à poil ?
C’est d’une indécence rare !
Habillons-les tous !

Bosco culotta son âne,
Et Perrault botta son chat.

(tanka)

et

Par vent froid, mon chat,
Poil doux bien chaud sous mon pull :
Beau garçon, minet !

(primitive)

Alexandre Carret

Habillez bien votre
Animal de compagnie
Nana a la chtouille

et

Habiller son ami, mâle de compagnie

Annie

animal de compagnie
aide ma ligne, mon cap

( anagramme )

Jacqueline Morel

Chat noir aime rat,
Le doux, le confort mais part
Dans grand nuit veiller

(  primitive )

Noël Bernard-Talipo

C'est un gars qui partout voit le mal
Obsédé par ce qu'il voit qu'on a
Méfiant pour un si pour un ni

Point heureux de se trouver là ni
Ailleurs il trouve partout le mal
Gémissant d'espoirs que jamais n'a

Non jamais de bonheur il n'y a
Ici bas pour ce pauvre homme ni
En ce ciel qui pour lui brille mal


( terine acrostiche ) 

15 janvier – Journée du chapeau

Bernard Maréchal

Chapeau rond breton,
Ou chapeau de cardinal,
Porter le chapeau
***
C’est la seule solution
Pour travailler du chapeau.

( tanka )

et

Sous son grand chapeau,
Le tricheur dissimulait
L’œil qu’on lui pocha !

( médaille justifiée sur le mot-clef )

Annie

Sa coiffe, une ombelle
où loge un cerveau
boucle la ficelle
autour du chapeau.

L'unique fleur rouge
de ce jeune fou
amoureux sans doute,
figure un bijou.

( solénet, référence à la carotte sauvage, en anglais « Queen Anne's lace », objet d'un poème de William Carlos Williams)
Image

Alexandre Carret

Mon premier but mon deuxième
Mon deuxième possède personnellement mon premier

( charade )
Solution

Mon premier but mon deuxième
-> C'est "cha" car "cha" picha "po" ( Chapi Chapo )

Mon deuxième possède personnellement mon premier
-> C'est "po" car "po" a son "cha" ( poisson-chat ) 

Jacqueline Morel

Un tour de magie ?
Je scrutai le haut de forme
Mais rien n'en sortit

Désillusion, désespoir
Abîme au fond du chapeau

Noël Bernard-Talipo

Apache, capé,
a échappé à épée :
échec au pacha !

Caché, a pêché chaca,
a happé cèpe haché.

( beau présent )

16 janvier – Journée de la nourriture pimentée et épicée

Bernard Maréchal

Cumin ou piment,
Cette épice épicurienne,
Nourriture inouïe,

Mue un pet inopportun
En petit éternuement.

et

Un épicier innocent
T’incorpore, impertinent,
Ce petit piment…

Cette nourriture irrite
Ton intimité trompée.

( deux tankas et beaux présents )

Alexandre Carret

Ma papille s’agace
de la rude caresse
d’une petite épice
ardente comme Éros
Et demain mon anus 

( isocélisme et rimes en as-es-is-os-us )

et

Dans le cyberespace
On soigna un herpès
Avec un peu d’épice
Et, vulgaire topos,
Une once de prépuce 

( babebine justifiée à rimes alternées )

Jacqueline Morel

Éteindre le feu
Et l'embrasement des sens
Calmer appétit

Vite, un grand verre d'eau fraîche
Encore, encore et encore

Bituur esztreym aka E-M Gabalda

tee-shirt Oaxaca : deux petits bonhommes, l'un : "me enchilé manito"
( petit poème visuel (tee trouvé à Oaxaca, Mx) :
me enchilé manito : frère, j'ai la gueule en feu )

Nicolas Graner

Piments et épices
M'incendient le bec :
Mes lèvres crépissent,
Les plis restent secs.

En ce précipice
Le remède vient :
Imbibé de pisse,
Je me sens très bien.

(sélénet bivocalique)

Crépir : au sens archaïque, se froncer, devenir grenu.

Le choix du remède a été imposé par la rime et ne constitue pas une
recommandation officielle.

Annie

Sel, poivre et curry
cumin, curcuma
cannelle, carvi
safran, paprika.

Pas si vite.. en poivre
on distinguera
blanc, vert, rouge et noir,
    de l'Himalaya
    de Madagascar
    ou de Malabar.

Bien sûr j'en oublie
mais pas le mélange
des "épices Rabelais".

( HOG ) 

Noël Bernard-Talipo

sinistres délices
les piments et les épices
giflent mes gencives

je m'enivre m'incendie
et je deviens écrevisse

( bivocalisme )

17 janvier – Journée Internationale de la cuisine italienne

Bernard Maréchal

La cuisine italienne ? Sur la cuisine italienne je n’ai rien à dire.
Pizza saumon à Helsinki ?
À Berlin, des antipasti ?
La mondialisation ? Sur la mondialisation je n’ai rien à dire.

(cf. « L’herbe » de Queneau)

Annie

Image
( haïkupé )

Pierre Lamy

Mon voisin d'en face est un pizzaïolo
loin, très loin d’avoir l’oreille alexandrine :
il pond des rondeaux, les mains dans la farine,
mais en onze pieds. C’est plus rigolo.
On dit que naguère il fut fort en philo,

qu’il aurait chopé la veine ultramarine
après un rallye aux pubs de Saint-Malo
et en pincerait pour la belle Appolline.

Suivant les conseils de sa chère Mamma,
afin d’afficher, son penchant pour la rime,
l’homme a calligraphié « La Pizza Rima »
en tratatello sur sa jolie vitrine.

Ça fait classieux dans le panorama.

( quasi-sonnet )

Nicolas Graner

Pizza au thon, museau de boeuf, olive grecque.

( pangramme sur l'alphabet italien, alexandrin romantique, hétéroconsonantique à un Z près )

Jacqueline Morel

L'enfant est ravi
Il visite l'Italie
- Que préfères-tu
Parmi ces beaux monuments ?
- J'adore la pizzéria !

Alexandre Carret

Ma qué, Talipo
Tou ozé parler dé ma
Couzine italiane ??? 

Noël Bernard-Talipo

Divine, ovidienne,
Cuisine capitolienne,
Insigne, illumine.

Origine magicienne :
Insémine indiscipline.

( à l'instar des mots-clefs, tous les mots contiennent au moins deux I et finissent par NE )

18 janvier – Journée mondiale des synonymes

Bernard Maréchal

Journée, jour, clarté,
Éclat, gloire, apothéose,
Divinisation ?

Mondiale, internationale ?
Planétaire, universelle ?

(tanka sur mot-clef)

et

Est-ce un homonyme,
Ce mot si benêt,
Ou un synonyme
Pour le solénet ?

Ces mots en –onyme
Ne sont pas nombreux.
Le dernier, « sonyme »,
Est fort savoureux.

(solénet auto descriptif)

Jacqueline Morel

Des mots adéquats
À l'égal de leurs semblables
À peu près pareils

Paraphrase équivalente
Approchante ou similaire

( tanka - synonymes )

Annie

L'anonyme et l'anaphore
entre deux vers discutaient
"L'élégante métaphore
laisse certains insatisfaits".

"Trop de répétitions lasse
il faut varier l'expression"
l'anonyme arguait, vivace.
Que faire ? Telle est la question.

Son frère, le synonyme
à merveille y répondrait
taquin, l'oncle paronyme
un grain de sel y porterait.

(clotilde)

Alexandre Carret

Prologue
----------
Ici, la concierge
Tient des cahiers plein de notes
Sur tous les Aubois.
---

Chapitre 1
-----------
Si Lou est à jour,
Claire voit, à part, Hans E.
Au bout, vers Turgy.
---



( le chapitre 1 ci-dessus est homophone à
---
Silhouette Ajour
Claire-voie Apparence
Aube Ouverture J
---

synonymes de jour  pour ce  jour des synonymes )

Pierre Lamy

Zap, Bill et Snoopy, 
Rex, Médor et Rantanplan
sont des cynomymes

Nicolas Graner

Traitement cosmique des à-peu-près

Journée
jour
extérieur
physique
terrestre
Mondial
universel
complet
adéquat
Synonyme
remplaçant
aide
prêt
rétribution
Journée

( chaque mot est un synonyme du précédent, selon le dictionnaire du
CRISCO )

Noël Bernard-Talipo

les gémissements
illimités des prisons
de cette vieillesse

écrasent notre ressort
d'une atonie psalmodique

( synonymie sur « Chanson d'automne » de Verlaine )

19 janvier – Journée de la boîte de conserve

Bernard Maréchal

Postale, à malice,
De Pandore ou d’allumettes,
Crânienne ou de nuit,

Chaque boîte de conserve
Est une boîte à images.


(tanka filigrane sur mot-clef)

Annie

Temps plein d'idées ! Prendre
les outils avec des gants
Prendre de vitesse
la musique et les ordures
pour les bijoux de Pandore. 

( filigrane sur boîte )

Nicolas Graner

Ah, les discothèques !
Je me demande à quoi ces
boîtes de cons servent.

Jacqueline Morel

« Rillettes de marmothon
Au miel et petits oignons »
Elle reste coite
Devant cette boîte
Horrifiée, court s'informer
Sur la nouveauté
Le marchand sourit
Face à sa mine ahurie
- Madame, vous vous trompez
Soyez-en assurée
Ce met délicat
Sûr, il vous plaira
Ce fin produit de réserve
En cette conserve
N'est autre qu'un bébé thon
Élevé au biberon
Sur ce la dame s'enfuit
Jamais il ne la revit

(Sardinosaure en historiette)

Alexandre Carret

Six condés boitent de conserve au zoo 20,
Si cons, déboîtent, de concert, vos os,
Vingt Sikhs ont des boîtes de conserve aux ovins.

( homophonie )

Pierre Lamy

Près d’un millier de thons s’emboîtent de conserve,
au large d’Agadir, au sein du même banc.
Épisodiquement, l’un du millier s’énerve
et s’en va vivre seul, fiérot comme Artaban.

Sans doute ignore-t-il que du ciel bleu l’observe,
un vorace escadron fort d'un cent de forbans.
Lors, sur l’aventureux, ils piquent de conserve.
En moins d’une seconde, il s’en va succombant.

( avec une homophonie )

Noël Bernard-Talipo

L'Arabe sourit
Et le désert chatoyant
S'étend merveilleux

( primitive de « la boîte de conserve » )

et

J'ai pas d'ouvre-boîte
J'ai qu'un vieux couteau
Ma couche est étroite
Me couvre un manteau

La faim me tenaille
Mes pieds sont dans l'eau
L'on me dit racaille
L'on me dit soûlot

( sélénet )

20 janvier – Journée des manchots

Bernard Maréchal

Voyez les manchots :
S’ils tombent sur la banquise,
Les voit-on chômant ?

(médaille sur le mot-clef)

Annie

manchots, grands pingouins
sont-ils du sud ou du nord ?
vivants, disparus ?

( lipogramme en E )

Jacqueline Morel

Col bas
Pan sous
Patte autour
Devant derrière

Manche haut

( chicago )

Nicolas Graner

On disait jadis :
s'il fait froid, prenez un buste
de Napoléon.

Privé de bras, ça vous donne
un Bonaparte manchot.

Alain Zalmanski

À Las Vegas ou Reno les bandits manchots 
nous tondent la laine (du Pingouin), sur le dos

Alexandre Carret

Pour trois emmanchés,
Ce type de la Mancha
Fait un One man show.

Mais il a récemment chu
Et depuis lors, l’homme en chie.

(babebine)

Noël Bernard-Talipo

Ce cadet fracasse,
Ravage, rabat
Ces terres de grâce.
Ces arbres abat.

Des fèves, des raves
S'efface art secret
Des bergères graves
Et d'âge sacré.

( sélénet pour la main gauche mais avec accents : quand on l'écrit sans accents ni ponctuation, il est totalement composé en frappant les touches de la main gauche sur un clavier français :
AZERT
QSDFG
WXCVB )

21 janvier – Journée internationale des câlins

Bernard Maréchal

Le jour des câlins,
Pizarro franchit les mers,
Zigouilla l’Inca.

(médaille)

et

Vingt-et-un janvier,
Dernier câlin pour Louis Seize :
C’est un jour maudit !

Cent trente et un ans plus tard,
Dernier câlin pour Lénine.

(tanka)

Jacqueline Morel

Comme convenu
Aujourd'hui, c'est décidé
Je sors câliner

Je descends donc dans la rue
Enlacer un inconnu

Alerte et enjouée
Je heurte sur le trottoir...
Hélas ! Quel déboire !

Un agent ventripotent
Matraque en l'air, mécontent

(Double tanka sur le thème)

Annie

Les câlins ? Sur les câlins je n'ai rien à dire.
Ça fait du bien quand c'est permis
Mais gare ! Il y a des interdits.
Les baffes ? Sur les baffes je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Alexandre Carret

Le jour des câlins,
Choie-les tiens - Le choix t’échoit -
Embrasse et enlace …

… A deux mètres de distance
Avec masque, gel et … peine.

A l'année prochaine
Vingt-et-un janvier ... peut-être

(HOG)

et

A pied, deux poules bécasses hissaient, sur Odette, Hubert, hère frais et falot. 
Est-ce Gégé ? Sache que deux liés vrillèrent bas la glace !

(Chicagolorime

Explication :
A / Pied-de-poule
B / Cassis
C / Sureau
D / Tubéraire
E / Fraise
F / Aloès
G / Gesse
H / Queue-de-lièvre
I / Herbe à la glace


K / Lin )

Jacqueline Jacquadit

Égarés s'il gela de peur ? Calin n'a banni la crue ! Pédale ! Glisse ! Rage !

Hello ! Calin n' a banni la colle H*...

( palindromes )

* la colle H élimine les tanins astringents.

Nicolas Graner

C'est un geste franc
À l'égard d'une nana
Elle en fait son miel
Y change rage en émoi
Haine en amour du prochain

( acrostiche de syllabes, télostiche de lettres )

Alain Zalmanski

Les belles lettres s’habillent de lin

B lin (mot ligurien dérivé de Belenus, nom local donné au pénis)
I  lin (coude en breton)
K lin (sans commentaire)
R lin (Philippe Herlin, économiste)
V lin (variété de parchemin)


A lin

Noël Bernard-Talipo

Sa nana cilla ?
Il la lia. La cassa.
Il l'assassina.

( « beau présent » sur le mot-clef )

22 janvier – Journée franco-allemande

Bernard Maréchal

La France en fanfare ?
Elle a le cafard :
La concorde rare
Calme le flemmard.
***
Même à la demande,
Le commerce a mal :
La force allemande
Calme le moral.

( beau présent et solénet )

Alexandre Carret

Franck, aux Halles, mande l'ami. T'y es ?

Jacqueline Morel

Sur flot millénaire
Un riche marchand
Longe la frontière
Avide d'argent

Mais Lorelei chante
Il perd la raison
Par voix envoûtante
Chavire en tréfonds

( sélénet )

Annie

La ronde flamande enflamme la nef, folle
cale enflée de colle, d'encre
remémore le marrane, le marron.
L'enfance fredonne accord
de l'orme, de l'onde
canal en allé
frère amendé de la mer recommencée.
Le frêne dénonce,
de Ferrol à Mór,
d'Arlon à Modène
de farce florale en larme,
la romance de ce monde
le commerce moral, normal, fédéral. 

( HOG en beau présent )

Alain Zalmanski

Image
( Franco-allemande disséminée dans des personnalités qui sont franco-allemande )

La sauce Allemande est également appelée sauce parisienne
Allemande : pièce musicale, débutant en générale les suites dites françaises
Allemande : danse par couple  en Allemagne, devenue danse de cour du XVIe pour quatre couples en France
Allemande : au théâtre, répétition accélérée
Loden : capote allemande des cruciverbistes
Chorale(s) franco-allemande(s) : fondées par Bernard Lallement, afin de favoriser le rapprochement des cultures à travers le chant choral.

Noël Bernard-Talipo

Fou rire au navire
Car on a laissé
L'étranger martyre
Au néant drossé

( sonyme, acronyme de « franco-allemand » )

23 janvier – Journée de la mesure des pieds

Bernard Maréchal

Berthe avait grand pied.
Mais Charlemagne chaussait
Trente-six fillette !

Les panards de sa maman
Furent son premier complexe.

et

Pieds démesurés
Aux syllabes en surnombre,
Godasses de clown,

Quand vous flanchez, mon poème
Est boiteux comme un joker. 

(tanka pangrammatique)

Alexandre Carret

Du pass vaccinal,
ils affirment qu'il fait bonne
mesure d'épier.

et

Sous le Foehn ardent
La pinède s’ébrouait
Comme un torrent fou
 
soit 

Ce vent serre
Descend vers
Des versants
déversant
deux cents verres
de sang vert.

( homophonie )

Nicolas Graner

Cinq mètres dix-huit
prolongés d'un millimètre
et six cents microns.

Ce haïku est impeccable :
il compte bien dix-sept pieds.

( tanka )

Annie

Morne salut. Repeindre, on ne sait pourquoi, ce désert.

( primitive )

Jacqueline Morel

Pieds mesureras
Inconfort éviteras
Mieux te chausseras

( proverbe monorime )

et

Pieds bien mesurés
C'est inconfort éviter
Pour se bien chausser

( proverbe monorime )

et

Prends soin de tes pieds
Surtout bien les mesurer
De tous les côtés
Pour inconfort éviter
Sûr, tu seras bien chaussé

( HOG )

Noël Bernard-Talipo

Compte les syllabes
N'impose à tes vers
Boiter comme crabes
Marchant à l'envers

Dans l'arithmétique
Suant comme un bœuf
Poète on s'applique
Comme poule à l'œuf


( sélénet isocèle ) 

24 janvier – Journée du fou rire

Bernard Maréchal

Le cri du rut est rare.
Quand j’entends un cerf raire
J’attrape le fou rire :
Il s’accouple à l’aurore
Et souille sa fourrure !

(babebine sur le mot-clef)

Annie

frou-frou d'un rire irréel
flanc obscur sœur sirène 
frisson d'un pur mirage

( primitives )

Alexandre Carret

Le rire du fou
Glace les sangs qui s’échauffent
avec un fou rire.

Nicolas Graner

Fuir effroi, fureur.
Errer. Ouïr frère rieur
Frire œuf, fourrer oie.

Ferrer fière fée : offrir
Froufrou, fourrure ou orfroi.

( beau présent)

Jacqueline Morel

À gag épicé
Rigoler timidement
Rougir ébranlé

( aléa furtif )

Alain Zalmanski

Franz Lehar s’était gondolé
Quand le Siam il invoquait
Moralité : Le pays du fou rire

Notre tortue a rigolé
En voyant le lièvre épuisé
Moralité : Rien ne sert de fou rire


Le contrepet fait se marrer
Pour que le mort repose en paix
Moralité : Partir c’est fou rire un peu

Il faut savoir se bidonner
Si l’on veut, la nuit, bien passer
Moralité : Fou rire fait dormir

( quatre fables express )

et

Mon premier et mon dernier sont des lettres tueuses
Mon second fait est une note assassine
Mon troisième tue une co-listière
Mon tout n’engendre pas la tristesse

Mon premier est de Bassan
Mon second est de Vaux
Mon troisième est de Vence
Mon tout émane de la solution de la charade précédente

( deux charades )
Solutions

Mon premier et mon dernier sont des lettres tueuses : I Scie (les Moulineaux) et T tue
Mon second fait est une note assassine : La vaut k et Ca tue le Mendes (L’avocat et Catulle Mendes)
Mon troisième tue une co-listière : Ri vaut li et Li tue Annie (Rivoli et Lithuanie)
Mon tout n’engendre pas la tristesse : HI LA RI TÉ


Basé sur des villes de France Bassan (34290) Vaux (03190) Vence (06140)

Mon premier est de Bassan : Fou de Bassan (genre de pingouin)
Mon second est de Vaux : Ris de veau 
Mon troisième est de Vence : Redevance (radiophonique
Mon tout émane de la solution de la charade précédente : FOU RI RE

Noël Bernard-Talipo

J'ose un rêve noir.
Ève étreins, d'un fol orgueil...
Un rat ! Il ronge Ève.

( acronyme sur « Journée du Fou Rire » )

25 janvier – Journée des opposés

Bernard Maréchal

Le pouce opposé
Fait la gueule aux autres doigts,
Ou bien c’est l’inverse ? 

Oppose-t-on l’homme au singe,
Ou le singe et son contraire ?

(tanka sur mot-clef)

Annie

L'apocope et l'aphérèse
peuvent raccourcir les mots
de qui en prend à son aise
savonneux de cocoricos.

Coupez en tête ou en queue
plus il est court, plus il plaît
oui, non, faux, vrai, vif ou feue
l'os, la peau, noir, blanc, l'eau, le lait.

Si je joue à qui perd gagne
- plutôt prier l'diable, — oui mais
ne va-t-on pas m'fout' au bagne ?
Aux crucifix on n'parl' jamais.


( clotilde )

va-t-on pas m'fout' au bagne ? Jean Richepin Un coup d'bleu

— Aux Crucifix on n’ parl’ jamais. Jules Laforgue Complainte de l'époux outragé

et pour mémoire le chèvrefeuil de Boileau... enfin une rime à cerfeuil

Alexandre Carret

Blouse ? Ho ! Pause ! Hé ! Stop ! 
Osez les tops hauts et, tôt,
Posez ! Opposez-vous !

( homophonie )

et

Je pars de Marly
Pour descendre à l’opposé
vers Montélimar.

(médaille - ici les deux dernières syllabes sont inversées entre le 1er et le 3ème vers - le deuxième contient l'idée d'un retournement)
(Marly est une ville du Nord et Montélimar, du Sud)

Jacqueline Morel

Luna cherche el sol
Jeune ou vieux, soit beau, soit laid
Harmonie souhaitée

Et plus si antagonisme
Ou moins si affinités

Rémi Schulz

Esope reste, Esope dicte, Esope s’oppose, pose, et ci dépose,  et se repose.

( « fablindrome » )

Alain Zalmanski

La sagesse des nations dit tout et son contraire, ainsi

À père avare fils prodigue s’oppose à  Tel père, tel fils ou à Bon chien chasse de race

Trouverez vous les opposés des proverbes donnés  ?

On n'est jamais trahi que par les siens
Pain dérobé réveille l’appétit
Pierre qui roule n'amasse pas mousse
Où peut-on être mieux qu'au sein de sa famille
Souris qui n'a qu'un trou est bientôt prise
En dormant vient la fortune
Sur le métier, cent fois remettez votre ouvrage

( acrostiche )
Solutions possibles:

On n'est jamais trahi que par les siens : Protège moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge
Pain dérobé réveille l’appétit : Bien mal acquis ne profite jamais
Pierre qui roule n'amasse pas mousse : Les voyages forment la jeunesse
Où peut-on être mieux qu'au sein de sa famille : On n'est jamais trahi que par les siens 
Souris qui n'a qu'un trou est bientôt prise :Qui trop embrasse mal étreint 
En dormant vient la fortune : Aide toi, le ciel t'aidera
Sur le métier, cent fois remettez votre ouvrage: Le mieux est l'ennemi du bien

et

La charade du jour
Mon premier assassine le Dieu cananéen
Mon second découpe sauvagement un chanteur

Mon premier fornique
Mon second  fornique
Mon tout est le prénom du chanteur précédemment en cause

( charades )
Réponses :

Ri tue El (Rituel)
Vaux  scie Ferré  (Vociférer)

 pine 
O bèse

Jacqueline Jacquadit

En rut à la nue, s'oppose un "à la turne".

( palindrome )

Noël Bernard-Talipo

Éros se crut le tsar
Et Poutine dit,
Rapport à ses opposés :
À trop parti, déni !
Tu opteras, tel turc essoré.

( palindrome )

26 janvier – Journée mondiale de la douane

Bernard Maréchal

Un âne doué
Donne à Noé dénudé
Un doudou noué,

Une nounou à néné,
Ou une année au dodo.

( tanka et beau présent )

et

La douane ? Sur la douane je n’ai rien à dire.
Les gabelous sont en sursis,
Les marchands n’ont pas de soucis.
La frontière ? Sur la frontière je n’ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

et

Le saint doit nier
Les seins doux. Annie, hélas,
Laisse un doigt niais !

Les cinq douaniers dédouanaient
Lait, saindoux, anis, haineux.

( tanka bègue )

et

Bloqué à la douane,
Écoute mes mots doux, Anne,
Mon visa, je l’ai…

Alexandre Carret

Ici, l’ibis vit
- mi-mistigri mi-grizzli -
l’Ichtys primitif.

(haïku sans les lettres DOUANE)

et

Des boas hâtent, … heu … 
Des boîtes de macédoine
De Massay. D’où … ? … Anne ?

(Haïku de vers nord-sud)
Les vers 1 et 3 enchaînés et mâchouillés donnent le vers 2.

Jacqueline Morel

Y a pas plus habile
Pour passer la camelote
L'est futé le Gilles

Un vrai as de la bricotte
Ne s'est jamais fait choper

Connaît la vallée
La montagne, leurs secrets
Et rien ne l'effraie

Marche des heures. Un loup
Qui se rit des gabelous

(Double tanka sur le thème)

Annie

La douane ? Sur la douane je n'ai rien à dire.
Douane, octroi, borne... au paradis
Ève, Adam n'en ont rien dit.
Les nuages ? Sur les nuages je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Jacqueline Jacquadit

Un âne dodu
A dénudé une anode.
On donna une ode.

Une nonne en ânonna
Un anneau du nœud d'un don*

( tanka en beau présent )

*plus simplement un chapelet !

Nicolas Graner

-- Pour l'art des louanges --

Consultante ou barde,
Boulanger ou gabelou,
Sachez nous parler !

Vos nuances fort suaves
Soulagent vos usagers.

(séquence vocalique O, U, A, E)

Noël Bernard-Talipo

La douane a saisi vrais sequins, prime et rente,
Sapant céans vol, en tel, amorçant ce cours.
Là d'où Anne a ces ivresses qu'imprime, errante,
Sa pensée envolante, est la mort sans secours.

( pantoun holorime )

Robert Rapilly

Pour borner la journée mondiale de la Douane,
j’ai cherché le mot parmi les 169 réécritures
de l’Oulipien de l’année 2009, Georges Perec,
https://www.zazipo.net/-2009-Retour-de-Babel-
Bien que commençant par "Passer une frontière
est toujours quelque chose d’un peu émouvant"
il n’y a été question de "douane" que 2 fois,
de "douaniers" 6 fois en ajoutant Le Lionnais
et Calvino — liens ci-dessous. Amitiés ; Rbt_

https://www.zazipo.net/spip.php?page=recherche&recherche=douane
https://www.zazipo.net/spip.php?page=recherche&recherche=douanier 

27 janvier – Journée de la mémoire de l’holocauste

Bernard Maréchal

Auschwitz Birkenau :
J'y vois l'alphabet des feux
Quand vient la campagne

De la haine électorale
D'Adolf, Marine, ou Zemmour.

(tanka et pangramme)

et

Alphabet des camps,
Belzec, Chelmno, Majdanek,
Auschwitz-Birkenau,
Sobibor et Treblinka,
Quel vent fangeux y souffla ?

(autre tanka et pangramme de 95 lettres)

Annie

L'holocauste ? Sur l'holocauste je n'ai rien à dire.
Je me souviens... Perec petit
et d'autres enfants avec lui.
La guerre ? Sur la guerre je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Alexandre Carret

En mémoire de l'Holocauste.
Odes. Ô, l'humanité morcelée,
liée comme la sourde honte.

( anagrammes )

Jacqueline Morel

Les dieux courroucés
Mille maux envoient sur Terre
Tonne et gronde leur colère
Rougeoient les nuées

Mortels, mains levées
Pleurent et crient leur misère
Sur l'autel ils ont offert
Un agneau grillé

Délectable odeur
Monte en fumée jusqu'aux cieux
Apaise fureur

Calme les ardeurs
Renaît clémence des dieux
Vernales lueurs

(sonnaïku)

Noël Bernard-Talipo

Mars,
Tel
Moloch,
Tire, bœuf 
De ce lourd charroi
Plein d'os craquant sous les tranchets.

( Fib en primitive de « mémoire de l'holocauste » )

28 janvier – Journée mondiale de la protection des données

Bernard Maréchal

Donner c’est donner,
Mais reprendre, c’est voler.
Données, c’est données !
***
Les géants du big data 
Protègent bien leur rata.

(tanka)

Annie

protection des hommes
des femmes et des enfants
est-c' trop demander ?

Cachez les renseignements
les saignements resteront.

Jacqueline Morel

Renforcer sécurité
Garantir légalité
Protéger et mieux traiter
Données personnalisées

( acrostiche et monorime )

Jacqueline Jacquadit

Choisir ses données 
Et offrir sa protection
Le tour est joué 
Image

Alexandre Carret

Voyez ce graphique :
Films et jeux du web qui hackent
Vos données persos !

(les deux premiers vers forment un pangramme de 42 lettres)

et

J'aime cet ami
Dont les courriels me font honte
Et je remercie

La protection des données
Dont la connerie des potes.

(Les deux derniers vers sont des anagrammes.)

Noël Bernard-Talipo

mon mur est solide
on protège mes données
ma porte est blindée

au portail un digicode
des caméras dans ma rue

ma vie est cryptée
mes amis sont sur écoute
seul je sais le code

lotissement barbelé
de nuit tournent les vigiles

l'œil électronique
le contrôle parental
l'alarme au poignet

j'attends le fusil chargé
l'heure tourne je suis prêt


( renga ) 

29 janvier – Journée du puzzle

Bernard Maréchal

Quand Bartlebooth peint la marine,
Gaspard Winckler en fait un puzzle.
Perec y met sa vie en jeux.

 (pangramme de 78 lettres sur le mot-clef)

Alexandre Carret

Le Maire fanfaron de Sainte-Eulalie-d’Ans
Promet, à la Nerval, des tours inévidents

soit

Je peux, Eulalaises,
être deux fois vainqueur au
Jeu (puzzle) à l’aise.

(vers 1 et 3 holorimes)

et

art
art
contenu
dans
du
Gestalttheorie
l'
la
puzzle
semble
un

(haïku inspiré de la première phrase de La Vie, Mode d'Emploi à reconstituer)

et

La règle de l'art :
Lenteur et mauvais outils
Ruinent la cadence.

soit

L'ulé peu pelé,
L'épée épulpe le zée.
Elle pue le zèle.

( beau présent )

Annie

les puzzles peuvent nous en apprendre ! que
 née au carrefour entraîne fournée au carré
ou que en cas de
détresse : un poteau d'angle dresse l'ange et un pot d'eau.

je vous laisse avec

o t' de do ne on or se ante dieu dire elle peut rien 

°

°

°

°

°

On ne peut rien dire de dieu. Ose-telle, l'odorante ?

°

°

°

°

°

L'orante, ton odieuse dorienne, peut-elle dédire ?


( anagrammes )

Daniel Bilous

Carne.

Nacre.

Ce ran:

"Ecran carné créna, cerna crâne nacré..."

L'Anagramme est l'idéal du Puzzle,

car elle fait d'un mot le puzzle d'un (ou de plusieurs) autre(s).

Jacqueline Morel

Image

Gérard Le Goff

Puzzle de zozo
De treize pièces sur treize!
Zozotait Zaza

Z'étiez des zizis des zinzins!
Les zigs, ce puzzle, zéro!

( saturation en z sur forme de tanka )

et

   Puzzle

"Le déjeuner sur l'herbe" , il l'a comme repeint
Mis à part un morceau un élément unique
Un blanc en forme d'x, une absence ironique.

Mais pourquoi reste-t-il dans le creux de sa main
Un w bizarre incongru et contraire?
Toute œuvre finit-elle en étrange mystère?

                                   ( fin de sonnet) .

Jacqueline Jacquadit

La journée du puzzle ?
Un jazz dur élu poêlé !

( anagramme )

Alain Zalmanski

Image

Nicolas Graner

Inventaire

Une pizza à la mozzarella.
Un  grizzly qui traverse le blizzard.
Une mezzo qui chante  mezza-voce.
Une razzia par des paparazzi.
Un palazzo construit en pouzzolane.
Un muezzin qui reçoit des lazzi.
Un jazzman qui sirote son gin-fizz.
Un intermezzo joué pizzicato.
Une piazza bâtie en mezzanine.
Un lipizzan qui broute un albizzia.
Un buzzer pour sonner la fin d'un puzzle .

( saturation de zz )
Noël Bernard-Talipo
« Le peuple pullule »
ulule l'élu zélé.
Épèle « ZUP pue ! »

( beau présent )

30 janvier – Journée scolaire de la non-violence

Bernard Maréchal

Mahatma pur jus,
Adam frappa au hasard,
À bras rabattu,
***
Tabassa Judas. Hurrah ! 
Abrah ! Abrah ! Abrah ! Paf ! 

-----

Au tamtam, fada !
Au famas, bâtard ! Maraud !
Yakuza battu,
***
Brassard au bras, pas faraud,
Martyr hagard : au SAMU.


(2 tankas enchaînés, lipogramme en [non-violence] pour Michaux et son Grand combat…)

et

La belle bagarre
En récréation,
C’est chouette, on se marre,
C’est l’éducation.
***
Pète-lui la gueule !
Casse-lui le nez !
Bourre-lui la meule !
Tu l’as bien canné !

( sélénet )

Annie

Parler de violence
supplice décrit
plutôt le silence
où le diable rit ?

Décollation, meurtres
croix au carrefour
ces supplices heurtent
le simple bonjour.

( sélénet )

Nicolas Graner

Comment, tout un jour
Sans violences à l'école ?
Ouf, c'est un dimanche !

Jacqueline Jacquadit

On cajole un cul
Cloué à l'ennui en l'air :
Jouons au nain jaune !

( beau présent sur « journée scolaire » )

Alexandre Carret

L’ânon vit au lent siècle, attend, pète et s’ennuie.
La non-violence y éclate en tempête et sans nuit.

(vers nord-sud)

et

Mon fils fait des maths
En Héméroméridien.
Ce n'est pas violent.

Jacqueline Morel

Si de non-violence
Tu fais loi, Amour luira
En paix tu vivras

 (Proverbe)

Noël Bernard-Talipo

Tu sauras,
bâtard qu'affama
star du gafam, trust du pharma,
qu'à but du taux max fatwa du staff t'a rabattu.

Ta saga
aura sa part d'art :
sûr d'azurs purs, fus jars martyr.

Faux karma
fut ta baraka.

Hagard, pars.


( bigollo sans VIOLENCE mais avec toutes les autres lettres )

31 janvier – Journée à l’envers

Bernard Maréchal

Cervelle à l’envers,
Mes neurones bousculés
Lisent du verlan.

(médaille)

et

En vers, ou en prose,
Dit Françoise Hardy,
Son amie la rose
Est morte à midi.
***
Si la rose est morte
La tête à l’envers,
Donnons-lui l’escorte
D’un poème en vers.

(sélénet)

Annie

Rechercher l'envers
renverser "rêver", penser
en vers prêle et sève.

Dépenser sel, fer et perles
se représenter Nevers.

( beau présent sur : « l'envers de se prétendre chef » )

Bituur esztreym aka E-M Gabalda

oubliée entendrez où 
éblouit l' contre
  srevne
du jour vers 
bizarre tout déport

Alexandre Carret

Ce pou au képi à l’envers, 
Russe violent, lent au virus. 
Véran l’a piqué au pouce.

(Palindrome syllabique)

et

( holorime ! )

et

Sous le Foehn ardent
La pinède s’ébrouait
Comme un torrent fou
 
soit 

Ce vent serre
Descend vers
Des versants
déversant
deux cents verres
de sang vert.

Nicolas Graner

Journée à Anvers :
Gare centrale, Grand-Place,
Rubenshuis, Het Steen,
Musée Plantin-Moretus,
Zoo, Groenplaats, MAS... que d'endroits !

( tanka )

Jacqueline Morel

etêt al rus rehcraM 
selioté sel snad sdeip xued seL 
srevne'l à erircÉ 

( écriture inversée )

Jacqueline Jacquadit

En gag, elle, Taubira, a ri, bu : a-t-elle gagné ?

( palindrome )

Alain Zalmanski

( dingbat )

et

Pour le tartare  c’est l'horreur
Le crucifix sert de planeur
Moralité : L’enfer vole en croix

( fable express )

Noël Bernard-Talipo

Dans mes cheum peupons
Veuch au vent un peu rébou
Tipar à la teuf

Un keuf chanmé m'a pécho
Fini pinco golri zik

( lexique de verlan du wiktionnaire )




( Illustration du poème d’Annie, 15 janvier : source Wikimedia Commons )

Catégories
Uncategorized

Héméroméride – décembre

L’héméroméride, projet d’un an, conçu par Bernard Maréchal, débute le 1er mai 2021. Il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Une activité journalière est proposée : l’écriture d’un micro poème sur le thème de la journée, au format haïku, additionné d’une contrainte à son propre choix. On trouvera ci-dessous les contributions du mois de décembre.

1er décembre – Journée mondiale de la générosité

Bernard Maréchal

Générosité ?
Le devoir mêlé de joie :
C’est préconisé.

(séquence vocalique E E O I E)

et

Bonté, charité ?
Bienveillance, humanité ?
Magnanimité ?

Pitié, prodigalité ?
Rien que générosité.

(tanka sur mot-clef)

Elisabeth Maitre

Ignorer ego
grogne, noires intentions,
et générer rires

( beau présent )

Alexandre Carret

Devant la générosité d’Eugène et Rosie
t’es là, gêné, rosi,
tes deux généraux «ite !» dégénèrent.
Aux cités de Gênes,
héros Sith et lants portent.

OU

Devant la générosité de générosité, la générosité de générosité des générosités de générosité l’emporte.

Nicolas Graner

Ce matin, ô délice, je fête ma nativité.
Je me remémore mon origine, ma genèse.
La même date, le site Héméroméride décide de la dédicacer à la générosité.
Ça me va, je dis OK !

( okapi )

Annie

Image
( acrostiche double isocèle )

Jacqueline Morel

L'abondance il offre
Cernunos
En forêt sacrée

( trident )

Noël Bernard-Talipo

le lacet ôté
du sac a libéré le
rire de l'ami

( okapi, à l'instar du mot-clef )

2 décembre – Journée internationale de la samba

Bernard Maréchal

Un fou de Bassan,
Tête en bas et cul en l’air,
Danse la samba.

 (Médaille)
Image

Alexandre Carret

L’héméroméride
Propose parfois un thème
Dont on samba les c...

Nicolas Graner

Souvenir de voyages lointains
Au milieu des années quatre-vingts
Migrant de saklya en isba
Balloté sur de pauvres chemins
Au volant de ma Talbot Samba

( acrostiche )

Robert Rapilly

Potemkine en poussette
tangue haut roule bas
La vogue des sambas
chaloupe sans chaussette

Amateur d’algorithme
j’avale des gambas
Dans l’onde des sambas
on pêche l’algue au rythme

Qui danse en habit guigne
pendant « Marcel Sembat’s
Lonely Hearts Sambas »
la semelle qui couine

Pas un roquet n’enrôle
ni ne fait les cent pas
Seul le pas des sambas
ne se mêle de grolle

Croquenot croquenote
font cadences en bois
Mais où sont les sambas
d’antan faut que ça trotte
Journée internationale de la samba.
Occasion d’une chanson invitant les
jambettes aux jeux de mollets, dont
un calembour par strophe qui masque
le nom d’une autre danse (*) ; Rbt_
(*) Les danses cachées :
- tangue haut
- j’ava(le)
- (ha)bit guigne
- roquet n’enrôle
- faut que ça trotte

Pierre Lamy

À Rio, la foule
danse la Samba
chacun se défoule
comme au Macumba

Avec Eurydice
le bel Orphéo
fou de sa blandice
joue les Roméo.

Ce n’est pas un rêve
au loin sur les flots
le soleil se lève
quand chante Orphéo

À Rio, la foule

danse la Samba


( sonnet sélénite autant qu'élizabéthain inspiré par le film Orféo Négro )

Annie

carnavals du monde
la samba est là
elle nous débonde
sans grand tralala

pour faire un sonyme
un mot fait défaut
cherche un synonyme
carnaval est bot 

( sélénet ; la deuxième strophe est un sonyme )

Jacqueline Morel

Seul se secoue
Sur swing syncopé, suave
Si souple sambiste

( tautogramme )

Elisabeth Maitre

Balthazar dansa
java cha-cha-cha salsa
lambada samba

( monovocalisme )

Jacqueline Jacquadit

Bal sans rap sans slam
Sans jazz-band nana dansa
La samba sans bas.

( monovocalisme )

Noël Bernard-Talipo

la samba s'emballe
belle a mal mâle la lasse
la salsa la blase

( sur les consonnes de « la samba » )

3 décembre – Journée nationale du cinéma indépendant

Bernard Maréchal

Ancien cinéma
En panne d’indépendance,
Décadent, inepte.

Cinéma indépendant,
Émancipé, décapant.

(beau présent sur mot-clef)

et

Le cinéma indépendant ? Sur le cinéma indépendant je n’ai rien à dire.
Le cinéma recrée la nuit
Mais ne sera jamais gratuit.
L’indépendance ? Sur l’indépendance je n’ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Alexandre Carret

J'hésite entre deux slogans pour mon restaurant.

Soit :
Là, rouleau impérial pauvre en jambon et assez mal refermé
soit :
Ci, nem à un dé pendant.

Pouvez-vous m'aider ?

et

Mon premier penche
Mon second est rhum et rides à la fois
Mon troisième est aimé par mon premier

( charade )
Réponses :

Mon premier penche,
c'est "Cin-" car "cin-" hoche.

Mon second est rhum et rides à la fois
C'est "ém-" car "ém-" est rhum et rides.

Mon troisième est aimé par mon premier
C'est "-a indépendant" car "cin-" aime "-a indépendant"

Cinéma Indépendant

Elisabeth Maitre

Loin des multiplex
il trace sa propre voie
mais dans le contexte
présent ça va pas de soi
Évitons qu'il ne se noie

Jacqueline Morel

Il veut s'affranchir
Des industries culturelles
Du mercantilisme

Il promeut la création
Une riche diversité

Annie

Image
( haïkupé )

Alain Zalmanski

Fou de Bassan, fou de samba, fade sans bout,  de bas s’en fout, Sade fend bout 

( anaphones )

et

SARDANE
AVIONETTE
MENUET
BOURRÉE
ALLEMANDE  

( acrostiche sur liste de danses )

et

BAMBA, BACHATA, CHAM, GARBA, KAKA,  KATHAK, KWASA-KWASA, MBALAK, PARA-PARA, SABAR, SALSA,  SAMAN,  SAMBA,  TAMZARA,  ZAMBRA.

( monovocalisme sur liste de danses )

et

Mon premier se sauve
Mon second est une note de musique
Mon troisième aussi
Mon quatrième aussi
Mon cinquième également
Mon sixième se goinfre

( charade )

Noël Bernard-Talipo

Viscéral, pista,
tira, vida, ingéra.
Siesta, digéra.

Illégal ? - Piégeant ! Nia.
Riant, disserta : Vital !

( chaque mot a pour voyelles I[E..E]A )

4 décembre – Journée internationale des banques

Bernard Maréchal

Tous les banquiers aiment les banques,
Leurs coffres sont remplis de fric,
Ce fric attire les voleurs.
***
Les banquiers sont-ils les voleurs ?
Planquent-ils leurs sous dans leurs banques
Pour les remplir de plus de fric ?
***
Les voleurs aiment bien le fric,
Les flics attrapent les voleurs
En se planquant devant les banques.

(Terine)

Elisabeth Maitre

Dans mon bas de laine
j'ai caché mes sous
fruits de tant de peine
j'en avais beaucoup

Mais dans cette planque
sûr n'est plus l'abri
j'ai mis à la banque
mes économies

( sélénet )

Bituur esztreym aka E-M Gabalda

voulez-vous, tenons-nous,
ce n’est pas à la banque
où flancher, où flancherions,
que pourrions de même

ébaucher, tâcher moyen..
lâchons tout ça. haine !
(..)
il s’en faudrait que
nous te cédassions, gros fat !

Alexandre Carret

Prends un bic,
Fais un chèque
A la banque.
C’est un choc !

C’est d’un chic !
Cet ouzbéque
Sur ses tchanques
Prend un boc.

( variante birépartie de babebine )

Nicolas Graner

Détail des données :
émission universelle,
dépôt de pitons.

Sang des yeux, graines de sperme,
font sauter le domicile.

( filigrane )

Jacqueline Morel

Il pleut sur la ville
Un homme au pas lourd
Ravale sa bile
Gris et sombre jour

Sueur froide, angoisse
Il marche tremblant
La peur le terrasse
Son banquier l'attend

( sélénet )

Noël Bernard-Talipo

Faites sauter, là.
Sperme : mot alimentaire ?
- Compte en employé.

Le monde de la centrale
passe à la donnée du sang.

( filigrane )

5 décembre – Journée Internationale du ninja

Bernard Maréchal

Nippons légendaires,
Irez-vous, coqs samouraïs,
Nos beaux fiers Ewoks,

Jouter nunchaku, yumi ?
Aujourd’hui vient Naruto !

(tanka acrostiche et pangrammatique)

Jacqueline Morel

Noir vêtus, habiles,
Infatigables guerriers
Nippons shinobi

Jouissent d'une renommée
Agents secrets et espions

( acrostiche )

Pierre Lamy

Ninji ma cistude
se la joue tortue-ninja
Elle a pris cette attitude
ya trois mois déjà

La finaude élude
sur le sujet tout débat
Ce n’est pas son habitude
et j’en suis baba

Dans les renoncules
elle occis les libellules
et les campagnols

Un projet l’enfièvre 
chasser à courre ce lièvre
qui fait le guignol
 

( sonnaïku contre-rimé )

Annie

Le ninja ? Sur le ninja je n'ai rien à dire.
Je m'effraie du peu de sursis
des eaux, grottes, chauves-souris.
Les janissaires ? Sur les janissaires je n'ai rien à dire.

(cf. « L'herbe » de Queneau)

Alexandre Carret

Janine l'enfile.
Dans la nuit, s'ennuie l'Adam,
Le filant ninja.

( Palindrome syllabique  )

Robert Rapilly

L’enchère est à la bougie
le temps stratégie
5 décembre quoi déjà ?
Hokusai Manga :
Jaques Roubaud se dépêche
de gravir la mèche
numéro quatre-vingt-neuf
Ninja mais sans bluff
pour embraser une ligne
lyrique et maligne
Image
( écrit pour l'anniversaire de Jacques Roubaud,  poète, écrivain et mathématicien français, membre de l'Oulipo )

Noël Bernard-Talipo

Nuiras, noir ninja,
Nunchaku nippon narguant
Nobliaux nigauds.

Nantis naïfs noçons, nuls :
Nos nuits nourriront najas.

( tautogramme et lipogramme en E )

6 décembre – Journée des mineurs

Bernard Maréchal

Deux accords mineurs,
Des mineurs émancipés
Aux mineurs de fond,
***
Et dans les ordres mineurs,
Détournement de mineurs ?

(tanka obsessionnel sur mot-clef)

Elisabeth Maitre

Ils vont au charbon
et ils taillent dans les veines
mineurs à la peine

Annie

courir à sa mine
ne servir à rien
raser une usine
un savoir ancien

on a vu cousine
ce coron au cœur
un musée voisine
un soin massacreur 

( sélénet et prisonnier )

Jacqueline Morel

L'enfant au visage de suie
Par le soleil est ébloui

Cette journée ensoleillée
Éclaire sa mine brouillée

Mais une ogresse antre minière
Sans son accord sa vie ingère

Être vivant insignifiant
sombre en un monde indifférent

( duplex )

Nicolas Graner

Au pied d'un nerium
La souris rumine
Sa bile murine
En mode mineur

( mots anagrammes )

Alexandre Carret

Mon premier prend la rue de Grenelle pour le Fort Boyard.
Mon second prend le théâtre de Dionysos pour un boulodrome.

( charade )
Solution :
Mon premier est "Minne" car au Fort Boyard, "Minne", y s'terre (ministère)
Mon deuxième est "Eur" car au boulodrome, "Eur" y pide (Euripide).

Noël Bernard-Talipo

Immenses murs nus
Urine sueur murmures
Ruines sur mes rues

( beau présent )

7 décembre – Journée de l’aviation civile internationale

Bernard Maréchal

L’aviation civile
Consomme beaucoup
D’énergie fossile.
Volons à Moscou !

L’internationale
Roule à la vodka.
La hutte finale
C’est en Alaska !

(sélénet)

Elisabeth Maitre

Trop de zincs en vol
leur pollution me désole
clouons-les au sol

Annie

L'aviation civile internationale ? Sur l'aviation civile internationale je n'ai rien à dire.
Voler en avion, c'est fini
Pour Al Ula prendre un tapis.
Les taxis ? Sur les taxis je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Nicolas Graner

urne de l’avion vil interné
urée de l’ion clé étiolé
orée de latin, vie terne
née de lit, île natale
joue de lait, cil trainé
e t ce tera

(  avions )

Jacqueline Morel

L'armée de l'air,
respectueuse des convenances,
mobilise les prolétaires.

( LSD )

Alain Zalmanski

Je voudrais clamer l’intérêt
D’un séjour à Jérusalem
Pourtant depuis Mathusalem
Son aura ne fait que tomber

Moralité

Vive la vie à Sion, si vile

( fable express )

Alexandre Carret

CHARADE :

Mon tout est une chimère nageant, courant et volant
C'est aviation civile internationale car
aviation civile internationale est scare, élan, poule

A vie, ah !, si on scie, vilain, terne, assis, on a l'escarre et l'ampoule !

Robert Rapilly

Amy Johnson jamais ne veille,
son œil avion de l'oreille.



( exemple d'avion : en effet « œil » s'obtient de « oreille » par ce procédé, comme le dit textuellement le deuxième vers ! 
Amy Johnson : pionnière de l'aviation )

Noël Bernard-Talipo

Image
( sonnet isocèle, tous les mots longs contiennent deux I ; rien à voir avec le sujet, sauf le double acrostiche )

8 décembre – Journée du climat

Bernard Maréchal

Le climat ? Sur le climat je n’ai rien à dire.
Des trous dans l’ozone aujourd’hui,
Demain, ouragans infinis ?
Les climatiseurs ? Sur les climatiseurs je n’ai rien à dire.

(cf. « L'herbe » de Queneau)

et

Son climat de rêve
Meurt faute de soin :
Adam regrette Ève
Disparue au loin.

La couche d’ozone
A rempli de trous
La planète atone :
Fini le Pérou !

( solénet )

Elisabeth Maitre

Camilla aima
lama amical, malt, lait
acclimata ail

( beau présent )

Jacqueline Morel

De tous mes voyeurismes, sous les lauréates du mongolisme, je rapporte le cervidé que le clinquant le plus difficile à supporter est le clinquant d'adulation qui nimbe la malformation.

( S+7 sur
« De tous mes voyages, sous les latitudes du monde, je rapporte la certitude que le climat le plus difficile à supporter est le climat d'adoration qui nimbe le mâle. »
(Sylvain TESSON.- Petit traité sur l'immensité du monde.- 2005)

et

Climat infernal
Notre monde se nécrose
En phallocratie

Clinquant infernal
Notre mongolisme se nécrose
En pharmacologie

( éclipse )

Alexandre Carret

A Marcel Lee : un climat à mil °C, nue, elle crama.
 
(palindrome)

et

Mon premier avale du whisky élevé en fût de chêne.
Mon second aussi, dès potron-minet.
Mon tout aussi, à Jérusalem.

( charade )
Solution :

Mon premier avale du whisky élevé en fût de chêne.
C'est "Clim-" car "Clim-" tise Wood (Clint Eastwood)

Mon second aussi, dès potron-minet.
C'est "a-" car "a-" boit tôt (aboiteau). Ou car "a-" picole.

Mon tout aussi, à Jérusalem.
C'est "climat" car "climat" tise à Sion.

Annie

climatosceptiques
vous êtes malins
par mots et pratiques
venez à vos fins

voir que la mer monte
n'est pas un souci
la bourse sans honte
bientôt monte aussi

 ( sélénet )

Noël Bernard-Talipo

Image
( petite morale élémentaire portative )

9 décembre – Journée internationale contre la corruption

Bernard Maréchal

Sauver la Justice,
Empêcher sa corruption ?
Les deux solutions :

On peut la mettre sous vide,
Ou dans un congélateur.

(tanka sur mot-clef)

Alexandre Carret

Ton topo connu :
Tout proton croît ou connit,
Un trou noir unit tout.

( beau présent )

Jacqueline Morel

Image
(HOG - Le mot-clé en deux segments est présent dans le poème)

Annie

Image
( haïkupé )

Noël Bernard-Talipo

Porcin, tout tortu,
Un roi cornu croupit, nu.
Prurit court tronc noir.

( beau présent )

10 décembre – Journée Mondiale des Droits De l’Homme

Bernard Maréchal

Image

(petite morale élémentaire)

Annie

Plus me plaît un homme droit que des droits de l'homme

et

droits des chats, bisons
hommes, tous autres vivants
et même zombis

( médaille )

Jacqueline Morel

Douleur, sang et feu
Fuir vers un autre horizon
Par-delà les mers

Hélas s'envole l'espoir
Rejet et indifférence

Alexandre Carret

Mon premier est laid de loin mais ne fait pas peur
Mon second est roi de Pologne
Mon troisième est l'homme jeté en pâture

( charade )
Solution :

Mon premier est laid de loin mais ne fait pas peur
C'est "laide" car "laide", hideux, n'hante (l'Édit de Nantes)

Mon second est roi de Pologne
C'est "roide" car "roide" est roi (roi des rois comme Jésus qui est aussi roi de Pologne)

Mon troisième est l'homme jeté en pâture
C'est "l'homme" car "l'homme" est au pâtis (l'homéopathie)

Mon tout est "laide", "roide", "l'homme"

Alain Zalmanski

Non pas du pain ou des sapins
Je pense à l’immense phobie
Que subissent dans les pétrins
L’akène que l’on torréfie

Moralité
La fournée d'effroi de l’orme

( fable express )

Noël Bernard-Talipo

Image
( sonnet de dissyllabes acrostiche isocèle )

et

C'est le droit de l'homme.
C'est le devoir de la femme.
Tourne, ronde. Tourne.

11 décembre – Journée internationale de la montagne

Bernard Maréchal

Montagne géante,
Ton manège m’emmena,
Montée monotone,

Étonné, à ton étage,
Gaga, mano-a-mano.

(tanka et beau présent sur mot-clef, pour Poulidor et Anquetil)

Elisabeth Maitre

Gaétan et Anne
mangent tome montagnone
goémon tomate

( beau présent )

Jacqueline Morel

Gravir la montagne
Contourner tous les obstacles
Grimper à son rythme

Pour atteindre le sommet
Et embrasser l'horizon

Nicolas Graner

Caucase Kouraï
Oural Pobeda Tchouïa
Baïkal Elbrouz

( montagnes russes )

Alexandre Carret

MON te l'hélico.
TA G uibole à angle droit
NE dit rien de bon.

et

Qu'en
Me pognant,
Montaigne
M’engonçât.

( anagrammes du mot MONTAGNE dans lesquelles se sont glissées les lettres PIC )

et

O Mont, O Géant,
Mon âme monte et te gagne
Ton ange me mène.

( beau présent )

Robert Rapilly

Shield lisse granit
Moyen ultime restant
Succinct crochet simple

#héméroméride par Robert Rapilly ( montagnes russes ; cf  Olivier Salon
https://zazipo.net/-2011-Crochet- )

et

Tabou toute pause
Sisyphe vibrant montait
cette paroi lisse

( Au contraire des montagnes russes, qui sans cesse montent et chutent, ce haïku est nivelé en 3 plateaux : les vers 1 & 3 comptent 5 syllabes et 5 lettres chaque mot, le vers 2 7 syllabes avec 7 lettres par mot )

Alain Zalmanski

Image
( chicago )

Annie

Image
( haïkupé )

Noël Bernard-Talipo

nous irons sans but
vers ces purs monts dont vents jouent
ivres fous gelés

voyant enfin sous nos yeux
luire vert nimbe irréel

(montagnes russes : chaque mot a une lettre de plus ou de moins que son prédécesseur)

12 décembre – Journée internationale de la musique heavy metal

Bernard Maréchal

Oyez, vieux gothiques,
Steppenwolf, Iron Maiden !
Joker : Black Sabbath ! 

(pangramme de 56 lettres)

Alexandre Carret

La vie mitée
 --- 

Mélie, t’y vas ?
Limer ta vie ...

Lev imita 
l’amie Yvette.

Ivy, t’aimas 
l’ Heavy metal. 
T’émis l’avis : 
Livie matait 
Mila. Évite
Amélie, vite !
Livia t’aime !

(contrepèteries)

Jacqueline Morel

Le grunt pour la voix
Bruyant volume sonore
Rythmique puissante

Chevelures tournoyantes
Look noir de cuir et de clous

Annie

Le Heavy Metal ? Sur le Heavy Metal je n'ai rien à dire.
Les métaux lourds - c'est non merci
Pomm' de reinette et pomm' d'api !
Les Rafales ? Sur les Rafales je n'ai rien à dire.

(cf. « L'herbe » de Queneau)

Nicolas Graner

Arsenic, cadmium,
cuivre, étain, plomb, sélénium,
mercure, thallium...

Prenez garde aux métaux lourds
dont la musique rend sourd.

Elisabeth Maitre

basse trépidante
guitare rugissante et
batterie qui cogne
Je vibre au rythme infernal
d'une transe heavy metal

Noël Bernard-Talipo

Image
( sonnet « argentin » ( en imitation du haïku argentin ) : dans chaque vers 8 mots et 10 syllabes ; en mésostiche un doublet de Caroll de « lourd » ( heavy) à « metal » .
La loure est une sorte de biniou )

13 décembre – Journée du violon

Bernard Maréchal

Palissandre, ébène,
Sycomore, épicéa,
Bois de Pernambouc,

Quelques beaux crins d’étalon :
Et voilà, c’est un violon !

(tanka sur mot-clef)

Elisabeth Maitre

dernier glissando
et sur une ultime note
le violon s'est tu

Annie

Un rouge lion
sur les bords du Nil
croque un novillo

La blanche Ninon
vêtue de linon
ne dit oui ni non

Rouge ou blanc le vin
rapproche de loin
Verlaine et Villon.

( tous les mots à la rime sont écrit avec les lettres VIOLN )

Jacqueline Morel

La fenêtre ouverte
Laisse s'échapper
La musique offerte
D'une mélopée

Grince à mon oreille
Le méchant crincrin
Du joueur qui essaye
Mais s'escrime en vain

( sélénet )

Nicolas Graner

Viens chez moi, musicien !
Il entre.
Occasion magnifique, incroyable.
Le violoniste est froid,
Orgueilleux, arrogant, méprisant.
Néanmoins là.

( acrostiche et morse : en remplaçant les mots d'une syllabe par un point et ceux de trois syllabes par un trait, chaque ligne code en Morse sa première lettre )

Floriane Austruy

VIens de la nature 
Ô belle littérature 
LONgue note pure

( acrostiche de syllabe par vers )

Alexandre Carret

J'ai dit au violon : rêve !

( lurapido : « Poème du violon lazare » - Louis Aragon)

et

Le goal-average n'est pas favorable à mon premier
Mon second ne marche pas (et ce n'est pas sans un certain paradoxe)

( charade )
Solution :

Le goal-average n'est pas favorable à mon premier
C'est "vi"
car "vi" perd aux points (Vipère au poing)

Mon second ne marche pas (et ce n'est pas sans un certain paradoxe)
C'est "olon"
car "olon" court (au long cours)
(paradoxe : haut-long-court)

et

Mort aux cons
Vie aux lourds
Mort aux courts
Violons

Noël Bernard-Talipo

Violon. Sanglots longs.
Sans fin l'automnal chagrin
D'un jour suffocant.

Vais, brin mort, m'abandonnant
Dans un tourbillon mauvais.

( lipogramme en E ; cf. « Chanson d'automne » de Verlaine )

14 décembre – Journée des singes

Bernard Maréchal

On voit leur cul rouge
Grimper aux barreaux rouillés,
Et leur queue qui bouge.

(Morseku) 

Elisabeth Maitre

En siège enneigé
génie es signes, gêné,
enseigne gens, singes.

( beau présent )

Nicolas Graner

Le singe en sortant de sa cage
Voudrait perdre son pucelage
         Gare au gorille

Ce petit étang si mignon
Est un bon coin à champignon
         Mare aux morilles

En Afrique on voit des belettes
Aussi étranges que coquettes
         Zarb beau zorille

Jacqueline Morel

De l'homme ou du singe
L'on pourrait s'interroger
Lequel singe l'autre ?

Zoopharmacognosie
Peut sauver humaines vies

Alexandre Carret

Mon premier arriva si facilement
qu'il étonnait mon deuxième. 

( charade )
Mon premier arriva si facilement
C'est "sin"
car "sin" vint sans l'effort (Saint-Vincent-les-Forts)

qu'il étonnait mon deuxième.
C'est "ge"
car "sin" sciait "ge" (Saint-Siège)

et

Un singe se nuit.

( lurapido ; cf  « Le Singe et les pêcheurs »  Esope )

Jacqueline Jacquadit

Les singes transgenres (appelés aussi "rares guenons" désignés RG, faisant partie de l'espèce Cercopithèque) sont connus pour leur très grande intelligence depuis la préhistoire, mais ne supportent pas le sel et chantent complètement faux.

À l'âge d'airain, le singe RG a l'agreg, ni sel ni aria de gala.

( palindrome )

Annie

Laid, mais c'est pas à
ce malin qu'on apprend à
faire des grimaces.

Il sera au désespoir
payé en monnaie de bois. 

( filigrane )

Alain Zalmanski

Dans les quartiers de nos prisons
Cent détenus sont bougons
Pensent-ils à l’ami Verlaine
Qui les chanta à perdre haleine

Moralité 
Les cent grognons des violons

( fable express )

Noël Bernard-Talipo

Seing, engins, gésine...
Insigne génisse, geins.
Gneiss enneigé: signe ?
Signe, ignés gingsengs ?
Enseigne. Singe génies.

( HOG ; chaque mot est composé de toutes les lettres du mot singe )

15 décembre – Journée (universelle) de l’espéranto

Bernard Maréchal

Arrête ton pas,
Passante sans apparat,
Pense à ton trépas.

Et pense en espéranto,
Sans présenter passeport.

(beau présent sur mot-clef)

et

Orwell en novlangue ?
Zamenhof l’espérantiste
Bloque en volapük

Le faux Klingon de Star Trek
Et Johann Martin Schleyer.

(tanka et pangramme de 98 lettres)

Elisabeth Maitre

Espoir fraternel
d'une langue universelle
lien entre les peuples

Annie

crois en α
confie toi à ω
remets-t'en à β
repose-toi sur φ
fais fond sur π
augure bien de ρ
compte sur σ 

( chicago )

Jacqueline Morel

Mi tre feliĉas
dividi kun vi cî tiujn
malmultajn versonjn.

( haïku en esperanto )
Traduction : Je suis très heureuse de partager avec vous ces quelques vers.

Alain Zalmanski

Mia unua, mia dua kaj mia tria estas muziknotoj

Mia ĉio estas fiŝo inter du fiŝoj

( charade en espéranto )
Mon premier, mon second et mon troisièmes sont des notes de musique
Mon tout est un poisson entre deux poisson

Solution évidente SOLRÉSOL

et

Image

Alexandre Carret

Espagnols, Suédois ! Parlons Ensemble ! Rassemblons, Amis, Nos Terminologies Obscures.

( acrostiche de lettres par mots )

Noël Bernard-Talipo

Elle espère entonner d'heureux vers dits souvent
Et l'espéranto naît d'eux, reverdis sous vent.

( holorimes )

16 décembre – Journée Beethoven

Bernard Maréchal

Quatuors à cordes,
Sonates et bagatelles,
Symphonies, trios,

On n’en finira jamais
De recenser Beethoven.

(tanka sur mot-clef)

et

Surtout pas de vanne !
Beethoven a de la veine.
Mais quand je m’avine,

Pour amuser Maryvonne,
Il faut que j’en écrive une…

(tanka et babebine sur mot-clef)

et

Tête au soleil
Nez en l’air
Yeux à la pluie
Pieds dans l’eau

Beethoven

(chicago sur mot-clef)

Elisabeth Maitre

Noé, entêté,
tonne: Hop, ôte ton bonnet!
Et évente tête

( beau présent )

Annie

Tempête ! Or le vent emporte tête, bonnet, presse l'homme, secret poème émondé. En temps d'ordre et de procès le révolté perd, récolte enfer clos et serre mortelle. Dehors sèche le torrent vert, ensorcelé. En colère, déconcerté, je conte ce tempo, rêve ces rondes. Telles notes ne seront détente folle et les honnêtes gens lors les entendront.

( suite de voyelles EEOE, et plus exactement EEEO )

Jacqueline Morel

Aimer en musique...
Un Ludwig pour une Élise
Quelle bagatelle !

Robert Rapilly

Pomtoum Beethoven —

Pomme ! Pomme ! Pomme ! Pomme !
Ludwig déchiffrer tes airs
En quatrain ça fait qu’en somme
Le fruit sera dans le vers

Ludwig déchiffrer tes airs
En pantoum fera tout comme
Le fruit sera dans le vers
Pomme ! Pomme ! Pomme ! Pomme !

Alexandre Carret

Image

Noël Bernard-Talipo

fol furieux vent
secouant ma baie
m'a réveillé tôt

je suis allé tôt
errer et le vent
sillonne la baie

fétu paille baie
fuse et vole tôt
mené par le vent

( terine isocèle pour ceux qui prononcent « baie-tôt-vent » )

et

vacances du trader

à l'ombre de vènes
suçotant des baies
surveille les taux

ordi web work taux
nu parmi les vènes
le sable des baies

lune sur les baies
crépitent les taux
murmures des vènes

( terine isocèle pour ceux qui prononcent « baies-taux-vènes » )

17 décembre – Journée internationale du pull de Noël

Bernard Maréchal

Un point à l’endroit…
Tricoter c’est fatigant…
Un point à l’envers…

Aujourd’hui c’est pull-over,
C’est bientôt la poule au pot.

(tanka sur mot-clef)

Elisabeth Maitre

En laine de renne
et poils de barbe du Père
Noël je tricote,
avec des aiguilles de
sapin, mon pull de Noël

Nicolas Graner

Du Tarn au Jura
On aime ce jour de fête
Du pack de nabi
Du plat de naja
Du plan de nazi
Du poil de néné
Du punk de néon
Du pont de névé
Du prix de nota
Du prof de nova
Du pied de noyé
Du piaf de nuée
Du pull de Noël

(haïku étendu, en mots de 2 et 4 lettres)

Annie

Le pull de Noël ? Sur le pull de Noël je n'ai rien à dire.
Dix points irlandais bien jolis
Joli aussi, fin point de riz.
Le cachemire ? Sur le cachemire je n'ai rien à dire. 

(cf. « L'herbe » de Queneau)

Jacqueline Morel

Rennes affolés
Aux sabots tout emmêlés
Entre fils coincés
De laine rouge enneigée
Jacquard de Noël raté

Alexandre Carret

Le militant vert
Porte son pull de noël
durant tout l’hiver

Il a peut-être l’air bête
Mais il sauve la planète.

Noël Bernard

Elle met un pull
Prend un rouge parapluie
Descend du trottoir

Ô Noël apporte-lui
Douceur et respect

( en solidarité avec les associations militant contre les violences faites aux travailleurs du sexe )

18 décembre – Journée internationale des migrants

Bernard Maréchal

Transis, amaigris,
Traînant matins gris sans gants,
Gamins sans amis,

Migrants sans train ni mamans,
Sans samaritains aimants…

(tanka et beau présent sur mot-clef)

Elisabeth Maitre

A un passeur bien gras
il confia bon gré mal gré
ses sous, pris son gris-gris
En mer il risqua gros
Une histoire incongrue

( babebine )

Annie

Image
( Haïkupé )

Nicolas Graner

Ni gras ni nantis
Agissant sans assistants
Transitant ainsi

( beau présent )

Alexandre Carret

C'est, en vérité, une terre de bonheurs discrets que l'on diminuerait en essayant de les décrire.

( lurapido sur « Les émigrants du Transwaal » (Mayne-Reid)

et

Un boxeur mi-lourd 
Pris d’une migraine 
Suivit la misère 
d’un flot de migrants. 

Son destin fut lourd, 
Il sema des graines 
d’idées dans les airs 
Qui font l’Homme grand.

Jacqueline Morel

Loin
Il part
Sur son cœur
Une photo
Des êtres aimés
Dans le creux de sa main
Un peu de sable et de terre
Il ferme les yeux et respire
Une dernière fois les parfums
De poussière et d'épices de son monde
Reviendra-t-il ? Il ne le sait. Il part. Loin

( boule de neige syllabique sur le thème )

Noël Bernard-Talipo

Sans grain, sans matins,
Gamin traînait sans agir.
S'anima : migra.

Amaigri, gagnait air sain.
Sa main tint amis naissants.

( beau présent )

19 décembre – Journée du sapin

Bernard Maréchal

En haut du sapin,
Papa Noël bascula.
Bébé le pinça.

et

Ça sent le sapin :
Tombé sur le bûcheron,
La mort les pinça.

(deux médailles)

Elisabeth Maitre

Dans la forêt noire
y'a des sapins verts
Ma colère est noire
de rage suis vert
J'ai des idées noires
mais en vert j'espère
Et c'est le trou noir
pour mon dernier ver

(  sélénet...  )

Nicolas Graner

Quels sapins font les meilleurs taillis ?
Quels sapins ont les plus jolis teints ?
Des jeunes piteuses, des bonneteurs, vont de sapin en sapin
et ces sapins se font tuer.

( contrepèteries )

Alexandre Carret

Mets sur l’arbre le rouge et l’or
Et vois s’opérer la magie :
Le ciel rose et bleu devient gris.
Ses ustensiles se colorent.

Moralité :
Sape un sapin ! Ça peint sa pince à pain.

( allitération )

Bituur esztreym aka E-M Gabalda

avec la vigueur tenace d’un bûcheron
des Vosges ce petit nuage sous les autres
au-delà du fleuve on dirait Lenz se faufiler
parmi les fûts dans le gymkhana des bruyères
des tas de lentes caillasses colonisant
les combes compliquent ..

cf. https://seenthis.net/messages/464670

Annie

Image

Jacqueline Morel

Image
( sonnaïku )

Alain Zalmanski

Mon premier et mon second navre (au sens médiéval) une même note de musique

 ( charade )

et

Image

Pierre Lamy

Ô Tannenbaum, roi des forêts,
méfie-toi de certains bipèdes
qui, pour pouvoir chanter Noël,
te bûchonneront en cinq sept.

Il te feront changer de site
afin qu’en leur foyer tu trônes.
Ô Tannenbaum, roi des forêts,
méfie-toi de certains bipèdes.

Affublé d’une étoile au faîte
et poudré de simili neige.
Dans moins d’un mois, jaunâtre et sec,
tu nourriras leur cheminée.

Ô Tannenbaum, roi des forêts.

( rondeau sans rime )

Noël Bernard-Talipo

Fêtards

J'ai vin
Où m'ombre
Un sombre
Ravin.

Nul, vain,
Encombre
Et sombre
Devin.

Un pote
Sirote
Au pot.

Par chance,
Impôt
Ne danse.

( sonnet acrostiche )

20 décembre – Journée internationale de la solidarité humaine

Bernard Maréchal

Ils morflent, vidés…
La retraite des chômeurs ?
Mon ami, on meurt !

( primitive )

et

À la racine de la solidarité,
Ce sera la minute de l’égalité,
La minute du rêve : petit à petit
On éliminera la rivalité bête.
Ce but exécuté ranimera mon âme,
La fête de l’égalité sera légale.

(okapi)

Elisabeth Maitre

Unis, solidaires,
les hommes sur cette terre?
Mais non, c'est la guerre!

Alexandre Carret

Mon premier dit manche, sanglant dimanche.
Mon second correspond au rôle (surtout si le personnage est timide et bégayant)
Mon troisième ne mérite pas ce qu’il fait.
Mon quatrième défrise @CostaElodie

Mon cinquième contre.
Mon premier dit manche, sanglant dimanche.
C'est "soli"
car "soli" cite U2 (sollicitude)
(U2 chante "Sunday, Bloody Sunday")

Mon second correspond au rôle (surtout si le personnage est timide et bégayant)
C'est "dari"
car "dari" colle (Darry Cowl)

Mon troisième ne mérite pas ce qu’il fait.
C'est "té"
car "té", salaud, nique (Thessalonique)

Mon quatrième défrise @CostaElodie

C'est "hu"
car "hu" lisse Elodie C. (Ulysse et l'Odyssée)

Mon cinquième contre.
C'est "maine"
car "maine" oppose (ménopause)

Annie

Solde hérité

Belle façon d'homme
me tendre la main
puis saluer comme
reprendre le train.

Qu'espères-tu homme
de ce geste vain ?
Habitude en somme
d'ancien souverain.

( sélénet )

Nicolas Graner

Solidarité ?
Des manœuvres dilatoires,
Des idolâtries.

( haïku sur anagrammes )

et

Journée internationale de la solidarité humaine :
soyez super hot ! Vive ce fameux grand blabla,
wokisme qui fustige trop sec !

( panscrabblogramme )

Noël Bernard-Talipo

Leurs corps lapidés
Quand rêvaient chant, et chaleur,
Main dans main, sont nés.

( primitive de « solidarité humaine » )

21 décembre – Journée mondiale de l’orgasme

Bernard Maréchal

Le jour de l’orgasme
Bride sur le cou,
Pour avoir le spasme,
Je tente le coup.

Je perds ma semence
Avant le dîner.
Mais je recommence.
Faut bien s’obstiner…

(sélénet sur mot-clef)

Elisabeth Maitre

Jouissons sans entrave
mais écrivons sous contrainte
bien sûr oulipienne.

Floriane Austruy

L'or est à portée 
Gars, prends soin de mon amour
Me fais chavirer

Alexandre Carret

On se plut. Seins, fonds d’ouzo,
Encor deux foies, quatre huîtres.
Au lit, elle fit douze Oh !
Quant à moi, j’émis huit Rrh !


(rimes onomatopées)
(1er vers homophone de 11+1=12 Oh)
(2ème :encor 2x4=8 Rrh)

Jacqueline Morel

Briser les carcans
Faire l'amour, pas la guerre
Jouir de liberté

Annie

L'orgasme ? Sur l'orgasme je n'ai rien à dire.
En faire l'objet d'un pari
Retarde l'entrée du mari.
L'origine ? Sur l'origine je n'ai rien à dire.


(cf. « L'herbe » de Queneau)

Noël Bernard-Talipo

savante anarchie
longue vision d'infini
art sauvage art choc

( primitive de « aaaah ! ouiiiii ! aaaah... » )

22 décembre – Journée des ancêtres

Bernard Maréchal

Secret entêtant,
Cet ancêtre caressant,
Sa carcasse rance,

T’a tâtée et retâtée,
Et ce stress est sans sentence.

(tanka et beau présent sur mot-clef)

Alexandre Carret

Hante ces rus, ancêtre, mécréant, sans trace, en secret.
Ancien astre sacré, tente cent réas !

(Belles présentes - suite d'anagrammes du mot ANCETRES dans lesquelles s'insinue le mot HUMANITE)

Jacqueline Morel

Racines de l'arbre
Ils nourrissent notre histoire
Nos lointains ancêtres

Et nous, leurs fruits à la cime
Tout là-haut les honorons

Annie

Image
( Haïkupé )

Elisabeth Maitre

Recense ces traces
carnées, ces crânes nacrés,
cernant cette race

( beau présent )

Noël Bernard-Talipo

Adieu altitudes,
Ambitieuses aiguilles,
Aïeux altaïques.

Aveulit jaunisse aiguë :
Humiliante inaptitude.

( tous les mots ont les mêmes voyelles que « aïeux » )

23 décembre – Journée des origines

Bernard Maréchal

Qui a commencé
La reproduction sans fin
Des générations ?

Si tu veux t’en plaindre il faut
Remonter aux origines.

(tanka sur mot-clef)

Alexandre Carret

Origines ?? 

I. Orge ? Singe ? Roi nisse ? Noir igné ? 
             Gii ? 
   Rose ? Giron ? Signe ? Iris ? Ogre ? Ions ? 

II. Régions ? Orgie ? Nise ? Gin ? Soir ?


(Ulcérations - suite d'anagrammes du mot ORIGINES -)
(IORGESIN - GEROINIS - ... )

("Gii ?" signifie "Qui ?" en Same du Nord)
(Nisse est une créature légendaire scandinave)
(Nise pourrait désigner - en trichant - le noyau de la Terre)
("Gin" signifie "soleil" ou "jour" en Afchar)

et

Aux origines,
Les eaux d'régime,
Les heur's de gym.
On imagine,
Les os d' Régine
Hors de son jean.

et

Image

Jacqueline Morel

Du souffle sacré
Du Dieu primordial
Naît mélodie envoûtante
Alors apparaît la Vie
Au cœur de l'immensité

( HOG )

Annie

Image
( petite morale élémentaire portative )

Noël Bernard-Talipo

Mon premier vint furtif rôder entre deux mers
Mon second ne s'étend point, gardien de Nature
Mon troisième ne trouve à payer l'écriture
Revenir à mon tout nous rendra moins amers

( charade )
Solution :

Comme « Ori hanta l'isthme » ORI est mon premier
Et « Gi n'écolo gît » donc GI est mon deuxième
Puisque « Nes devis perd » en NES vois mon troisième
ORI-GI-NES sera le tout du fin limier

24 décembre – Réveillon de Noël

Bernard Maréchal

Dinde,
Huîtres,
Caviar,
Pain d’épices ?
Pour le réveillon,
On mange bien, pour s’endormir…
 
-----
 
Nuits,
Beaune,
Corton,
Montrachet,
Romanée Conti,
A-t-on choisi les bons bourgognes ?
 
-----
 
Nuit
Noire,
Misère,
Solitude
De la pauvreté
Qui tend la main jusqu’au matin.
 
-----
 
Nuit
Sainte,
Sacrée,
Religieuse…
Le petit Jésus
Plaira beaucoup aux bons curés…

( quatre Fib )

Alexandre Carret

En Réveillon de Noël
De loin, vole le renne

( anagramme )

et

Rêve : ayons deux Noëls !
Réveillon de Noël

( holorime )

et

De loin, vole le renne
En Réveillon de Noël

( anagramme )

et

Sur la dune, nous, hideux, rêvions
Sûrs, las, d'une nuit de réveillon.

( vers nord-sud : les deux vers sont holorimes si on les prononce avec deux accents différents)

Annie

Revenir de loin
ne rien renier ‒ l'ordre
le devoir, en rire
n'envier ni vieil olivier
ni viorne, violier.

Dévoiler l'envol
le noir, le néon
délirer en nonne
en roi, reine, en lièvre

Revivre en rivière
Nil, Orne, Don, Loire
inonder Lvov, Lille,
Lodève, Denver.

L'oreille en éveil
ironie de l’œil
rêver, dorer le réel
Relire Villon. 

( HOG )

Jacqueline Morel

Réveillons Noël
De nos joyeux carillons
Puis ensemble ripaillons

( HOG )

Noël Bernard-Talipo

Fête des lumières
Couleurs au sapin
Familles entières
Partageant le pain

Ni mines altières
Ni fils de Jupin
Immeuble ou chaumière
Partout des copains

( sélénet  )

25 décembre – Jour de Noël

Bernard Maréchal

Noël enjôleur ? 
Jeûner, rond, jouer un rôle,
Un jour de lourdeur…
***
Neurone réordonné,
Dodo ! On ronronnera.

( tanka et beau présent sur mot-clef  )

Alexandre Carret

On fête deux Noëls
Talipo, t’as la muse ?
T’as l’hypothalamus
En fête de Noël ?

( holorimes )

et

- A la Noël, euh, supportez Lens en la mi ré, Lore !
A l’anneau, elle sut porter l’encens, la myrrhe et l’or.

( holorimes )

Annie

- Jambon-purée.
- Admettons l'omelette.

( primitive )

Jacqueline Morel

Ce jour, pour Noël
Vêtirai robe sapin
Toute scintillante

Ce présent lui offrirai
Nœud doré de l'amitié

(  tanka - utilisation du mot-clef )

Noël Bernard-Talipo

vienne le soleil
réveille petite ânesse
joli bovidé

aussitôt je danserai
avec ma troupe de fous

( accumulation agréable )

26 décembre – Jour des boîtes

Bernard Maréchal

Schrödinger, taquin,
Mit un cadeau dans sa boîte,
Sa boîte à malices…
***
C’était du papier doré,
Mais le chat l’a déchiré.

(tanka sur mot-clef)

Annie

boite
boiter
boitier

bois t'y es
tige tu y es
arbre te case
ramée t'abrite
sylve te reçoit
futaie t'accepte
bosquet t'héberge
bosquet te refoule
forêt te repousse
futaie te bannit
breuil t'écarte
sylve t'exclut
ramée te vire
bois te raie

boiterait
boiterai
boitera
boiter
boite

( boule de neige de signe par vers avec retour )

Jacqueline Morel

Que contient cette jolie boîte ?
De la ouate

Mais, dites-moi : quoi d'autre encore ?
Un sou d'or

À qui s'adresse ce présent ?
À l'enfant

Tout recroquevillé il dort
L'écrin précieux fut déposé
Là, près du petit né gelé
Pour l'enfant, sur l'ouate, un sou d'or

( ovillejo )

Alexandre Carret

   Retire   ta   HOTTE,
Père Noël, et ta BOTTE
Nous partons en  BOÎTE

( doublet de Caroll )

et

Ses boas te guettant, tu rejoins l’une de
ces boîtes gays (tentures, joints, lune d’eux).

( vers holorimes )

Nicolas Graner

Après avoir ripaillé,
Chanté, dansé, un peu bu,
On a déballé tous ensemble
Des paquets
Qui se retrouvent aujourd'hui
Revendus au plus offrant

(  petite boîte )

Robert Rapilly

La boîte s'empile

— À qui sert ta boîte
  qui grille semblant
  que ta mine épate
  et grime ton blanc ?

— Tu te désopiles,
  voisine, tu ris
  de ma boîte à piles,
  ma boîte de riz.

( sélénet de contrepèteries)

Noël Bernard-Talipo

de chaussures à gants
de conserves à outils
ouvre à bac à savon
c'est dans la noire de nuit

de dérivation à malice
privée de vitesse
aux lettres à onglets ouvre la crânienne
mets en ferme ta vocale

( filigrane )

27 décembre – Journée nationale des urgentistes

Bernard Maréchal

Tu es urgentiste ?
Tu gères stress et terreurs,
Seigneur guérisseur,
***
Et, généreuse énergie,
Tu t’entêtes, tu guéris.

( tanka et beau présent sur mot-clef )

Jacqueline Morel

L'hélico vrombit
Amas nuageux défie
Sauver une vie.

Alexandre Carret

La confiture ? J’en toaste !
Le bromure ? J’en taste !
Les enflures ? J’en tuste !
Les césures ? J’en teste !
Et les urgentistes.

( sorte de chicago )

Annie

Chute ! Cris !

- Remue-t-il ?
- Presque rien
- Tu es bien du métier ? Juste ciel ! L'urgentiste cuve, ivre d'un vers miré :

"Une vie que mite (chut !) l'énigme d'une vie..."

( suite des voyelles UEIE )

Noël Bernard-Talipo

tu ris tu t'étires
nuit se retire sereine
tristesse s'éteint

tu nies ère urgente et règnes
sur une terre enneigée

( beau présent )

28 décembre – Journée du jeu de cartes

Bernard Maréchal

Bridge ou poker ? Whist, canasta, ou mieux, blackjack ?
Ces cartes snobs, vous n’y jouez qu’aux sept familles !

( pangramme alexandrin justifié )

Alexandre Carret

J'y fais des châteaux en Espagne,
J'y cherche mes châteaux en Espagne,
J'y écris depuis mes châteaux en Espagne,
J'y tire des plans sur les comètes,
L'homme, en siennes, devine 
les oranges bleues
du menu du magasin de Mario.
Je suis, je suis ?

Jacqueline Morel

Le trèfle porte-t-il chance ?
Il prend sa pique acérée
Transperce mon cœur
Me laisse sur le carreau
Voyante a eu tort

( HOG )

Nicolas Graner

Mes jeux favoris :
poker, pyramide, bog,
couillon, quinze, whist.

( pangramme en haïku )

Alain Zalmanski

Canasta
Aluette
Rami
Tarot
Ecarté
Scopa

Crapette
Ascenseur
Ronda
Trou du cul
Eleusis
Spéculation

( acrostiche )

Robert Rapilly

Quinine triste —

Belle de Cadix
Juan Martin Diaz
Scrute ton volet
Delà la paroi
L’exil le diffame

Fin d’épithalame
C’est de profundis
Orphée oit d’effroi
Qu’Eurydice hélas
Au Styx s'en allait

Fatum feu follet
Où bout amalgame
De soufre et de gaz
S’enclenche la vis
D’Érèbe au charroi

Vivace opéra
Et vierge ballet
Un cygne jadis
Secoué rétame
Horreur patatras

Point l’or de Midas
Touchant désarroi
Sans carte sésame
Ni rien qu’il fallait
Au jeu je perdis

Sans as roi ni dame
Ni valet ni dix
Règne neuf

( quinine selon Queneau + tornada,
5 strophes sur 5 vers pentasyllabes,
permutation gidouillesque de rimes :
- dix-as-valet-roi-dame
- dame-dix-roi-as-valet
- valet-dame-as-dix-roi
- roi-valet-dix-dame-as
- as-roi-dame-valet-dix )

Noël Bernard-Talipo

Art du jeu de carte.
Carré ! - Der raté.
Jarnac ruse et jarte.
Désastre arrêté.

Sécateur essarte,
Écrase as jeté.
Rudesse ? C'est tarte :
Écart décrété.

( sélénet en beau présent )

28 décembre – Journée du jeu de cartes
et 29 décembre – Journée du dernier jour

Annie

Le jeu de cartes ? Sur le jeu de cartes je n'ai rien à dire.
Jeux de cartes, d'argent, paris
Roulette russe, et c'est fini.
La dernière heure ? Sur la dernière heure je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

29 décembre – Journée de la dernière heure

Bernard Maréchal

C’est ma dernière heure,
La cloche a sonné.
La vingt-cinquième heure,
J’y suis abonné.

J’ai pris une cuite,
On va me juger.
Qu’y a-t-il ensuite ?
L’enfer horloger.

( sélénet )

et

Une dernière heure,
Avant de m'exécuter,
Monsieur le Bourreau.

C'est la dernière supplique,
Après,  c'est la République.

( tanka )

Jacqueline Morel

Aiguilles vermeilles
Bientôt seront réunies
Sur le cadran arrondi
De l'horloge vieille

Regard sans sommeil...
Sous peu sonnera minuit
Et la fin de ses soucis
Un homme las veille

L'espoir n'est pas vain
Il croit en des jours meilleurs
Sûr, tout ira bien

Vite, être à demain
Que sonne la dernière heure
De ce jour chagrin


( sonnaïku - rimes vocaliques/consonantiques - Utilisation du mot-clé )

Alain Zalmanski

L’abominable râle,
cette respiration
semblable à une bulle
qui crève en surface
derniers souffles des corps,
Qui s'obstinent à vivre
Mais l’âme n’étant plus

( hexasyllabes blancs d’après R. ROLLAND, Jean-Christophe, Le matin, I, p. 127. )

et

Mon premier est une cité céleste
Mon second n’est pas leste
Mon troisième est presque este
Mon tout risque d’être funeste

( charade )

Alexandre Carret

Sans vie, ainsi elle est allée
Sans dromadaire, ni erreur :
« Sandro, ma dernière heure 
S’en vient. Ciel étalé. »

( controlorimes )

Nicolas Graner

Gagner au finish
Vaincre d'extrême justesse
Coiffer au poteau

Rien ne sert de bien partir
Tout se joue à l'arrivée

( tanka en télostiche - reçu à 23h20, dans la « dernière heure de la journée » )

Noël Bernard-Talipo

De quel rang n'ont prise rancœurs ?
D'heureux cœurs.

Par quel don remercient lieurs ?
Par leurs chœurs.

En quel rêve dort l'égreneur ?
L'hiver meurt.

Le champ s'est ourlé de douceur.
D'or scintille, mûr, blé charnel.
Faucheurs lents dansent, regard sans fiel.
D'heureux chœurs, chant. Gelure meurt.


( ovillejo en primitive itérée de « Dernière Heure » )

30 décembre – Journée de la liberté (Église de Scientologie)

Bernard Maréchal

Liberté, Église :
Contradiction dans les termes.
Et scientologie ?

Liberté, scientologie ?
La liberté au logis !  

(tanka sur mots-clefs)

Alexandre Carret

Éluard inscrit
Sur son cahier, le récit
Du tag de Stéphane.

Mitterrandien, sur un mur,
Bern écrit : « j'élis Tonton ! »

(Le dernier vers est une contrepèterie de « Liberté, j'écris ton nom ! »)

Jacqueline Morel

Repliant ses ailes
Il s'enferme librement
Si aveuglément

À genou face au gourou
Choisit l'endoctrinement

Noël Bernard-Talipo

secte des insectes
s'égosillent les idoles
des nèpes et lentes

ô céleste nitescence
innocente ontologie

( beau présent sur « Église de Scientologie » )

31 décembre – Réveillon du jour de l’an

Bernard Maréchal

Jeu du Jour de l’An :
Don Juan dénudera
Du lourd édredon

La doudoune de Lola…
La luronne l’a juré.

 -----

 Au jour du lardon,
Don Juan ne jeûnera,
Luron au donjon.

L’édredon annulera
L’odeur lourde de la lune.

(tanka et beau présent x 2)

Jacqueline Morel

Suis roi qui fait choix
Pour nouveau jour ai beau souhait :
Vous veux tous heureux !

( voyous liés )

Nicolas Graner

Les premiers de l'an
sont toujours quarante-trois
et quarante-sept.

Dès demain ils seront deux,
trois et trois cent trente-sept.

(tanka sur la décomposition en facteurs premiers des nombres 2021 et 2022)

Annie

Je donne un ordre de litanie
je donne un ardent élan au nu
je donne au rédimé les agneaux
je donne un radis délice au nez
je donne au radin le seul panais
je donne au roi de trèfle le nard
je donne aujourd'hui ce long rayon
***
(primitives en échelon sur J O U R D E L A N)

Alexandre Carret

Tu veilleras ce soir,
Guettant l’année nouvelle
qui naît à la nuit noire
Dans le ventre du ciel.

Si elle s’atermoie,
Retardant son envol,
Ripaille comme un roi,
Saute, embrasse, rigole !

( poème en rimes fautives )

Noël Bernard-Talipo

- Et... toquer à Dieu, l'haï nu ?
- On a trac ! On loupe ?  Crade.
- Éden prête, évacué. - Oh là !
- Île d' honneur, riant jeu,
Le flot idéal où renoue
Muse en flirt trop dual.
Là mue Dieu : on ne tolère
Art, à pleur tu, d'angelot.
Soir de faune l'adducte.

( nonine littérale bouturée à partir de « tour de l'an » 
On prend les 9 lettres toutes différentes 
t o u r d e l a n
On fait la permutation de Queneau:
n t a o l u e r d
d n r t e a u o l
l d o n u r a t e
e l t d a o r n u
u e n l r t o d a
a u d e o n t l r
r a l u t d n e o
o r e a n l d u t
Une lettre est intercalée dans chaque interstice )