Catégories
Uncategorized

Journal 2022

<– 2021  —– Journal —– 2023 –>

18 janvier : Lecture d’une tribune collective « Fermons les zones d’attente »

Pays des lumières
La France a su fabriquer
La nuit la plus noire

La punition carcérale
Pour délit de vouloir vivre

16 janvier : Nous apprenons le décès de Michelle Grangaud, membre de l’Oulipo. En sa mémoire :

L'averse t'atterre.
Ce pan qui cède, puis l'eau
Fait veuve la lyre.

Ce haïku est en presque homophonies sur son haïku qui avait été le support de l'hommage que le site Zazie mode d'emploi lui avait rendu, comme Oulipienne de l'année 2017.

5 janvier : Sur un bon mot du président.

Un irresponsable
N'est donc pas un citoyen ?
Mots peu responsables !

L'auteur s'il n'est citoyen
Peut-il être président ?

<– 2021  —– Journal —– 2023 –>

Catégories
Ouvrir

Tract : LRU et Fioraso

Un préliminaire

C’t’ LRU, tumulus du Sup, qu’un nul Ubu du cru crut l’humus d’un futur brun, fut un summum du truc cucul, but nul d’un club d’us durs. D’un CHU, d’UFR, du CNU, chut un « Zut ! » cru, mû d’un flux plus dru qu’un jus chu d’un cumulus.

Le tract

La loi LRU, loi soi-disant d’autonomisation du sup, qu’imposa N. Sarkozy à tous labos, UFR, instituts français participant à la construction, la transmission ou la valorisation du savoir, fut un trauma magistral. Jalon d’un train d’accrocs à nos lois issu d’un accord Bolognais, il connut un impact sans comparaison, tous nos savants du plus insignifiant au plus grand d’un coup contraints au joug du capital, au carcan du contrat, à la confrontation, aux mauvais coups, à l’opacification s’imposant sur nos statuts. Tandis qu’un tri signa la priorisation d’un taux minimal d’instituts qu’on favorisait à loisir, la plupart, « promus » canards boîtant, subit par sous-dotation ou par dislocation un choc frontal visant à la disparition.

Effet des décrets de V. Pécresse, l’excellence s’est présentée en référence extrême. Elle étend ses effets délétères envers recherche et ensemencement. Ses sentences perverses engendrent détresse et perte de self-respect des gens enserrés en ses rêts.

Multipliant manifs ou sit-in, tous corps confondus, chacun a fait savoir son indignation. Il faut sortir du carcan fatal qui pourrit l’important dispositif français du sup, un outil crucial pour la construction du savoir, un maillon concourant à la formation d’artisans du futur.

VOUONS AU PLUS TOT LA LOI LRU
A L’ABROGATION

Or la loi Fioraso dont on lit l’avant-propos, loin d’affadir la loi Sarko, va droit dans son aggravation. On voit dans son dispositif non l’apport d’air frais dont on a tant soif mais la prolongation d’accords Bolognais dont il assoit son inspiration.

Alors faisons savoir à N. Fioraso l’irritation croissant dans la nation. S’imposant à l’idiot diktat Bolognais, faisons saillir à jamais la raison.

Il s’agissait dans cet essai d’explorer ce que peut donner une contrainte oulipienne dans un texte aussi éloigné de la « littérature » qu’un tract. Pour son contenu, ce texte se conforme à tout ce qu’on s’attend à trouver dans un tract (contenu que par ailleurs je reprends volontiers à mon compte).
Pour la forme, il suit diverses formes de lipogramme : Lipogramme en « e » pour le début, monovocalisme en « e » pour le paragraphe sur V Pécresse, lipogramme en « e » et « u » pour les derniers paragraphes sur N Fioraso. Ainsi pour les deux ministres sont utilisées seulement les voyelles de leurs noms.
Après coup, adjonction d’un préliminaire, monovocalisme en « u ».

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Articles

un de la une alla de l’un à l’une
las d’aduler le halo de la lune
de l’au delà héla un nul  élu
des « le » aux « la » l’un à la une est lu



Le 14/06/2012, Gilles Esposito-Farese a écrit :
« Parmi les dizaines de spams que je reçois quotidiennement,
j’ai vu ce matin le titre  » 3 articles pour le prix de 2! « .
Eh bien la liste oulipo fait mieux encore. En voici par
exemple quatre pour le prix de 2 :  » La une donne le la. « 
Qui tente d’en accumuler davantage ? »
J’ai fait la proposition ci-dessus, qui en contient 8 dans le premier vers et 8 dans le dernier

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Crash test incongru

L’asservi tondu
murant son dépit
-rituel maso-
opina du chef.
Le gros dur siffla.

Dévot du ricard,
l’appétit dodu,
rosi, parfumé,
cru salop festif,
il but des canons.

Dit: « Tu es bardot !
Le froc chu, migrant,
tu vas m’obéir. »
Après, rit tordu,
crocs brillants, du serf.

Orbital succès :
l’hirsute crado
cabré dit : « Mon cul!
L’ethno nu rira
sur ta tombe, zig ! »

Jurant comme dix,
l’occit sans ruser.
Démon rugissant,
il hume la mort,
part vers l’inconnu.

Partant des 5 voyelles aeiou on obtient par une quinine littérale 5 permutations (au lien que voici on trouvera l’explication de la quinine; la quinine littérale applique le même principe sur des lettres au lieu de mots):
aeiou
uaoei
iueao
oiaue
eouia
On réexécute les mêmes permutations, obtenant 5 strophes.
Enfin, chacune de ces voyelles est incorporée dans une syllabe pour donner le texte final.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

Clore sa nuit

« C’est où l’Iran ? »
Lou, se cirant
cil, se tourna :
« Où, n’est clair;
Oncle, iras-tu ?
— Un sort à ciel:
Car tu n’es loi. »
Lou, craintes:
« Croit à lunes ! »
Laïc, torse nu:
« L’arc tue soin,
Soin tue l’arc. »

Dialogue en ulcérations. Posté sur la liste Oulipo le 27 novembre 2012.

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Dans la ronde éternelle

0                  Dans la ronde éternelle
1                  Retournant en poussière
2                  Je cherche en vain le sens
3                  Au milieu du chaos

4                  Personne pour m'aider

5                  Et je me laisse fondre
6                  Emportant avec moi
7                  Ces profondes richesses
8                  Que la plume et le vent
9                  M'ont offert en présent

10                 Rugueux et taciturne
11                 J'apprends avec lenteur
12                 L'impuissance qui hante

13                 Les sables solitaires
14                 Me donnent à toucher
15                 La trop grande clarté
16                 Des confuses pensées
17                 Où tout se désintègre

11                 J'apprends avec lenteur
16                 Des confuses pensées
7                  Ces profondes richesses
1                  Retournant en poussière

4                  Personne pour m'aider

13                 Les sables solitaires
9                  M'ont offert en présent
12                 L'impuissance qui hante

6                  Emportant avec moi
15                 La trop grande clarté
17                 Où tout se désintègre
3                  Au milieu du chaos
10                 Rugueux et taciturne
2                  Je cherche en vain le sens
8                  Que la plume et le vent
14                 Me donnent à toucher

5                  Et je me laisse fondre
0                  Dans la ronde éternelle 

Première participation à l’hommage organisé par le site Zazie mode d’emploi à l’Oulipien de l’année, qui vient d’être désigné en la personne d’Étienne Lécroart. La numérotation renvoie à chaque dessin de E. Lécroart illustré par le vers correspondant. Chaque vers apparaît deux fois : d’abord dans l’ordre des numéros attribués aux dessins d’EL, ensuite dans l’ordre (lignes/colonnes) où ces dessins apparaissaient sur le site lorsque je l’ai consulté (cet ordre se modifie périodiquement). Tout lien même vague entre un vers et le dessin de même numéro est l’effet d’un hasard aussi peu fortuit que possible.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

L’oiseau à gueule

Suisse comme More.
N’ont ni repos ni répit.
Envoyé d’enfer dévore
Corbac, pic, bovin hapi,
Capri, vil chacal.
Hallali sur qui glapit.
Rapace ducal
Et fond l’âme seule
Son élan bancal
Ne sauve d’ongle ni gueule.

Une première version en alexandrins du même poème :

Les spires de son vol pétrifient Suisse et More.
Dès que survient, point de repos ni de répit.
Voyez venir d’enfer fier envoyé: dévore
Corbac, oryx, cochon, baby, bovin hapi,
Capri, papy gaga, pic, ara, vil chacal.
Hallali qui s’abat sur l’appât qui glapit.
Dès qu’est paru fatal le rapace ducal
Une onde désolée tombe et fond l’âme seule
Et le fuyant sujet dans son élan bancal
N’évite ni l’estoc des ongles ni la gueule.

Le 15 mai 2012 Pascal Kaeser a écrit  sur la liste Oulipo: « Rappel : la roue-mémoire est une forme poétique brevetée Kaeser. La succession des mètres 5777575557 est une configuration combinatoire qui permet par
décalage d’obtenir les 8 triplets possibles de deux objets (ici 5 et 7). Le schéma de rimes est celui de la classique Terza rima. »
Pour mieux matérialiser les 8 triplets, je me suis demandé quel caractère distinctif leur attribuer à chacun. Une idée m’est venue: imposer à chaque triplet un lipogramme en trois des lettres de l’alphabet: abc, puis def,ghi,jkl,mno,pqr,stu,vwx; les deux dernières yz étant interdites aux deux vers extrêmes peu touchés par les précédentes contraintes. Ceci donne en résumé les interdictions suivantes sur chaque vers:
5 abc yz
7 abc jkl
7 abc jkl stu
7 def jkl stu
5 def mno stu
7 def mno vwx
5 ghi mno vwx
5 ghi pqr vwx
5 ghi pqr
7 pqr yz
Pour tout dire j’avais d’abord oublié la contrainte métrique d’où la première version en alexandrins.
Posté sur la liste Oulipo le 24 mai 2012.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Branle gai

Organisme oint d’écoute, on te salue !
Tu créas âme d’innommés, ô tuant code.
Ode, ulcérant Anu: j’avoue sévir menu,
Âne de moulin, cœur peiné, ô fada pur.

Suant aède aime opus noir encarter.
Ne fuir une chape ? admis au nom du fou.
Boxe au mur mur une niac, chie au dieu.
Fécond létal, unique combat, rune nu.

Un cerne ocre dû à gemme au cou mutin.
Rit neuf éburné, choral remédie, bal,
Matin et nid qu’émie prou main douce.

Écran orienté, tain qui dira une âme :
Émacié va, musoir, l’indenture en pal.
Larme ne crève où nain guide, ô givré.

Exemple de quatorzine littérale monobouturée: Sur une liste de 14 lettres on pratique les substitutions usuelles des quenines. On intercale ensuite exactement une lettre entre chacune des lettres de cette quatorzine.
J’ai remarqué que Raymond Queneau comporte précisément 14 lettres: reculant devant la difficulté du « y » et du « q » j’ai pris comme semence les lettres « RAIMONDCUENEAU ».
Vient alors:
RAIMONDCUENEAU
URAAEINMEOUNCD
DUCRNAUAOEEIMN
NDMUICERENOAAU
UNADAMOUNIECRE
EURNCAEDIANMUO
OEUUMRNNACIADE
EODEAUIUCMARNN
NENORDAEMACUUI
INUEUNCOARMDEA
AIENDUMERUANOC
CAOINEANUDRUEM
MCEAUORIDNUENA
D’où, en notant en minuscules les lettres ajoutées dans les intervalles:
oRgAnIsMe OiNt D’éCoUtE oN tE sAlUe
tU cRéAs AmE d’InNoMmEs O tUaNt CoDe
oDe UlCéRaNt AnU j’AvOuE sEvIr MeNu
aNe De MoUlIn CoEuR pEiNé O fAdA pUr
sUaNt AèDe AiMe OpUs NoIr EnCaRtEr
nE fUiR uNe ChApE ? aDmIs Au NoM dU fOu
bOxE aU mUr MuR uNe NiAc, ChIe Au DiEu
fEcOnD lEtAl, UnIqUe CoMbAt, RuNe Nu
uN cErNe OcRe Dû A gEmMe Au CoU mUtIn
rIt NeUf EbUrNé ChOrAl ReMèDiE bAl
mAtIn Et NiD qU’eMiE pRoU mAiN dOuCe
éCrAn OrIeNtE tAiN qUi DiRa UnE âMe
éMaCiE vA mUsOiR l’InDeNtUrE eN pAl
lArMe Ne CrEvE oU nAiN gUiDe O gIvRe
Note: musoir = terme militaire : partie la plus avancée d’une ligne de front.
Posté sur la liste Oulipo le 14 mai 2012.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Aïe ! coups !

Pas cossard ? Pas casse !
Hors ! Crocs: pas ça. Pas oscar…
Ah ! Oh ! Sarko part.

Posté sur la liste Oulipo le 5 mai 2012

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

La dose et le beretta

Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Tous deux sentaient l’immortelle
Prisonnière des diktats
Lequel fit oeuvre éternelle
Lequel ne restera pas
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Qu’importe comment s’emmêle
Cette rumeur sur leur pas
Que l’un soudain s’ennobelle
Que l’autre y voie Carabas
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Tous deux se voyaient modèles
Des lèvres du coeur des bras
Tous deux roman ou libelle
Lançaient qui vivra verra
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Quand les blés sont sous la grêle
L’un cisèle délicat
L’autre attise ses querelles
Coeurs sourds au lointain combat
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Sentant la froideur mortelle
Une victime appela
L’un tonne et cherche querelle
L’autre défend son aura
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Ils sont écoutés Lequel
A les plus bruyants vivats
Lequel plus que l’autre excelle
Lequel fédère médias
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux tombeaux font un seul glas
Au crépuscule cruel
La balance pèsera
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Egrenant les noms de celles
Qu’aucun des deux ne trouva
Et la nuit sur eux ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
La lune tourne fidèle
À la terre qui s’en va
Chaque saison renouvelle
L’appel que l’on n’entend pas
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
L’un court et l’autre a des ailes
De directoire en compta
Cannabis noire morelle
Quel grillon rechantera
Disant flûte ou violoncelle
L’amour que l’on refusa
Busard  faucon crécerelle
La dose et le beretta

Semi homosyntaxisme composé sur « La rose et le réséda » d’Aragon. Posté sur la liste Oulipo le 13 octobre 2012.

Ouvrir : Précédent Suivant