Catégories
Oripeaux

Hop, avion dans ce foin.

Au pavillon dansent fous, hein ?
Armenonville ouit cieux :
Arme non vile ou, ici, œufs,
Hop, avion dans ce foin.
Une exégèse :

Près d'un asile où chaque aliéné peut valser,
Un chasseur bombardier -non pas un piètre flingue-
S'écrase dans le chaume : ô tonnerre insensé !
Poules ont vite élu refuge en sa carlingue.

Sur la liste Oulipo, Gilles Esposito-Farèse a proposé de composer des controlorimes, contrerimes à la manière de Paul-Jean Toulet : « quatrain croisant octosyllabes et hexasyllabes 8/6/8/6 mais à rimes embrassées AbbA.
La différence est que ces rimes doivent reproduire l’ensemble des vers, de la première à la dernière syllabe, en se servant de diérèses & synérèses (ou d’E caducs élidés ou non, si l’on est encore plus moderne) ». J’ai tenté de partir de l’alexandrin célèbre de Max Jacob « On fait les foins au pavillon d’Armenonville » en le triturant jusqu’à obtenir des diérèses et synérèses placées aux bons endroits.
Posté sur la liste Oulipo le 4 novembre 2021.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

L’Oulipote

L'oulipathe,
fol qui gratte
pour d'ingrates
souris, hâte
ou dilate
nos nuits mates.

L'Aulipote
va, qui trotte
sans fuir grottes.
Maudit vote,
Car qui note
Vaut bigotes.

L'Oulapite
fou sans gîte
croquant frites
doubla vite
sots qu'agite
souk à rites. 

Ce 21 octobre 2021 la liste Oulipo fête ses 25 ans ! Pour l’occasion un petit poème dans lequel chaque strophe est bâtie sur une séquence vocalique où les cinq voyelles sont rangées dans un ordre donné.
Posté sur la liste Oulipo le 21 octobre 2021

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

le ko persan

votre jargon chauvin marque d’un air trop fourbe
vos fichus discours dont qui voit jour lit gros plomb
à mal foutons qui jonche nos vies de gibets
goût flambant du pouvoir jusqu’à traits d’oustachis
qui déjà fait ce pas bleu vers hitler m’agresse

Souhaitant pour un proche avenir l’absence de deux personnes à la fois, il m’a pris l’idée d’un double bel absent: Chaque vers est écrit en retirant à tour de rôle de l’alphabet la lettre correspondante de chacun des deux noms.
La teneur un peu rugueuse est seulement l’effet de l’effort qu’il m’a fallu fournir pour respecter la contrainte.
Posté sur la liste Oulipo le 26 avril 2012.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Passé passé (suite)

« Retournez empreinte
Comme on traverse un miroir
il viendra printemps. » (Annie Hupé)

au fond du tonneau
sorti juste du pressoir
volupté d’automne

la vieille vairie
sent bon cuir poil embauchoir
marche au vent d’hiver

mais qui n’a été
aveuglé par l’astre noir
ignore l’été

Admiratif devant le haïku qu’Annie Hupé avait posté sur la liste Oulipo sous le titre « Passé passé » j’ai risqué les trois autres composés selon le même principe.
Posté sur la liste Oulipo le 16 avril 2012.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

accumulation agréable

tu déployas licous de tourelle en tourelle
bourdalous de loggia en loggia
sautoirs en or de comète en comète
et tu gigues

L’ « accumulation agréable » était une proposition d’Eric Angelini sur la liste Oulipo: il s’agissait d’écrire des textes en utilisant uniquement des mots équilibrés en nombre de consonnes et de voyelles.
(Posté sur la liste Oulipo le 30 mars 2012).

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Mumuse avec Bébert

La pédale est dans la voiture la commande essentielle, et un grand coureur se reconnaît à son enfoncement de la pédale.

Le chou est dans la potée le légume essentiel, et un grand cuisinier se reconnaît à son braisage du chou.

L’enfant est dans la famille le membre essentiel, et un grand père se reconnaît à son exaltation de l’enfant.

L’x est dans l’équation l’inconnue essentielle, et un grand algébriste se reconnaît à son calcul de l’x.

La fantaisie est dans la vie l’ingrédient essentiel, et un grand sage se reconnaît à son art de la fantaisie.

Le sexe est dans la littérature le sujet essentiel, et un grand romancier se reconnaît à son obsession du sexe.

Le sexe est dans l’ange le mystère essentiel, et un grand exégète se reconnaît à sa détermination du sexe.

La fantaisie est dans le répertoire le morceau essentiel, et un grand pianiste se reconnaît à son exécution de la fantaisie.

L’x est dans le défilé l’uniforme essentiel, et un grand quatorze-juillet se reconnaît à son canular de l’x.

L’enfant est dans notre société le parasite essentiel, et un grand réformateur se reconnaît à son éradication de l’enfant.

Le chou est dans le pluriel l’exception essentielle, et un grand grammairien se reconnaît à sa singularisation du chou.

La pédale est dans la négociation la douceur essentielle, et un grand diplomate se reconnaît à son édulcoration de la pédale.

Le 21 mars 2012 Pascal Kaeser, dit « Le Suisse », a cité plaisamment sur la liste Oulipo cette phrase due, comme il l’écrivait, à « Bébert » Thibaudet : « Le verbe est dans la phrase le mot essentiel, et un grand styliste se reconnaît à son emploi du verbe. »
J’y répondis par cette petite mumuse aller-retour en remerciement à l’inventivité scélérate du Suisse.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Babèle moi dix mots qui racontent la prison

s’envaser en un univers incarcéré a un caractère insensé : un transport sans rien voir, enserré comme un acarien venimeux, amène en ce morne chez soi où se saisira autrement songe ou vécu naturel : même air, même saison, mais aucun souvenir où confier son âme. aucune vision ne ravive une histoire connue. sournoise maison où s’assassine un penchant sans cesse inexcusé, maison noire aux amours sevrés.

L’opération « Dis moi dix mots » 2012 consistait à écrire un texte contenant les mots suivants:
âme,autrement,caractère,chez,confier,histoire,naturel,penchant,songe,transports
Le site Zazipo a proposé d’y participer en choisissant librement un texte dans le site : J’ai choisi « Le Retour de Babel » de Georges Perec. Ce texte, avec son passage de limite imaginaire, m’a fait penser à un prisonnier: Cette contrainte consiste à s’interdire toutes les lettres à jambes ou hampes ainsi que tous les accents.
Mais il n’est pas possible dans le cadre des « 10 mots » de réaliser un prisonnier sans un nonuple clinamen (exception à une règle oulipienne), car seul le mot « âme » respecte cette contrainte.
Ce texte mis sur la liste Oulipo le 16 mars 2012 a ensuite été mis sur son site par Zazipo.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Le cuistot de la caserne rue Cornélie Gémond

femme en herbe qu’en jonglant la mort vint surprendre
chant du père affligé jusqu’aux cîmes vibrant
de ton beau nom j’ai vu l’affichage à ces plaques
forgées pour qu’au marcheur beau trajet se dévoile

comme aux variations
nuit la rationalisation
sourit aux rations
la variationalisation

j’avais ma garnison qui bills d’alpins chiffrait
un grand cuistot vif mijotait bisques et perches
quel grand chef déjeuna de veau bardé et pommes
coq au vin frai d’un lump bar au jus ou hot dog

comme aux variations
nuit la rationalisation
sourit aux rations
la variationalisation

sous l’uniforme vert chaque bleu plein de joie
troufions adjoints pachas bravi galants quidams
jusqu’au préfet changeait, voie de la belle absente

comme aux variations
nuit la rationalisation
sourit aux rations
la variationalisation

chef jamais las d’inventer par quel beau génie
chaque bref jour multiples régals d’amour ivre
au corps qu’héberge veuf l’amour au temps jauni

comme aux variations
nuit la rationalisation
sourit aux rations
la variationalisation

Mis le 4 mars 2012 sur la liste Oulipo, en réponse à un défi lancé par Latelio:

« la pregunta secreta:
¿ d’où nous vient le mot
* variationalisation *
(all styles allowed) ?
les 29 meilleures définitions feront exemple
les autres peut-être aussi
tout le monde peut participer
y c. acad. »


Voici l’explication qui accompagnait mon texte:
« je me suis lancé dans une réflexion du type « A est à B ce que
C est à D ». L’idée de ration et de rationalisation qui en a
découlé, en lien avec la variation, m’a rappelé les nourritures
diverses et succulentes auxquelles j’ai goûté dans la caserne
sise rue Cornélie Gémond. Le sort émouvant de cette dernière,
honorée pour n’avoir point vécu, m’a paru faire un intéressant
contrepoint. Ceci m’a orienté vers une belle absente.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

PV détonnant

Des notes d’un fonctionnaire en guise de procès verbal:
Il détonna, je dénotai
Il lapa fort c’t’ eau, je l’apostrophai
Il te lança , je le tançai
« Il ne faudra », je fredonnai
Il baisa Elvire, je verbalisai
Il lâcha crocs, je l’accrochai
Il me tonna, je menottai
Il chevala, je l’achevai


Posté sur Oulipo le 13 février 2012 à l’occasion d’une discussion humoristique sur la confusion entre dénoter et détoner

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Perry-Salkow

Faim de Perry-Salkow : chant, bijoux qui voguez.
« Flambe, joyeux kahwa ! » quand avez écrit pages.
Jeux, qu’en rock dévoyiez, bègue fatwa, l’emphase,
Vil wazari qu’au champ faux judokas bégayent.


Pangramme hétéroconsonnantique (sauf le R de Perry): Chaque vers comporte toutes les lettres de l’alphabet.
Posté le 12 février 2012 sur la liste Oulipo en modeste hommage après l’envoi par l’intéressé d’un poème en pangrammes salué pour sa beauté.

Oripeaux : Précédent Suivant