Catégories
Ouvrir

Tract : LRU et Fioraso

Un préliminaire

C’t’ LRU, tumulus du Sup, qu’un nul Ubu du cru crut l’humus d’un futur brun, fut un summum du truc cucul, but nul d’un club d’us durs. D’un CHU, d’UFR, du CNU, chut un « Zut ! » cru, mû d’un flux plus dru qu’un jus chu d’un cumulus.

Le tract

La loi LRU, loi soi-disant d’autonomisation du sup, qu’imposa N. Sarkozy à tous labos, UFR, instituts français participant à la construction, la transmission ou la valorisation du savoir, fut un trauma magistral. Jalon d’un train d’accrocs à nos lois issu d’un accord Bolognais, il connut un impact sans comparaison, tous nos savants du plus insignifiant au plus grand d’un coup contraints au joug du capital, au carcan du contrat, à la confrontation, aux mauvais coups, à l’opacification s’imposant sur nos statuts. Tandis qu’un tri signa la priorisation d’un taux minimal d’instituts qu’on favorisait à loisir, la plupart, « promus » canards boîtant, subit par sous-dotation ou par dislocation un choc frontal visant à la disparition.

Effet des décrets de V. Pécresse, l’excellence s’est présentée en référence extrême. Elle étend ses effets délétères envers recherche et ensemencement. Ses sentences perverses engendrent détresse et perte de self-respect des gens enserrés en ses rêts.

Multipliant manifs ou sit-in, tous corps confondus, chacun a fait savoir son indignation. Il faut sortir du carcan fatal qui pourrit l’important dispositif français du sup, un outil crucial pour la construction du savoir, un maillon concourant à la formation d’artisans du futur.

VOUONS AU PLUS TOT LA LOI LRU
A L’ABROGATION

Or la loi Fioraso dont on lit l’avant-propos, loin d’affadir la loi Sarko, va droit dans son aggravation. On voit dans son dispositif non l’apport d’air frais dont on a tant soif mais la prolongation d’accords Bolognais dont il assoit son inspiration.

Alors faisons savoir à N. Fioraso l’irritation croissant dans la nation. S’imposant à l’idiot diktat Bolognais, faisons saillir à jamais la raison.

Il s’agissait dans cet essai d’explorer ce que peut donner une contrainte oulipienne dans un texte aussi éloigné de la « littérature » qu’un tract. Pour son contenu, ce texte se conforme à tout ce qu’on s’attend à trouver dans un tract (contenu que par ailleurs je reprends volontiers à mon compte).
Pour la forme, il suit diverses formes de lipogramme : Lipogramme en « e » pour le début, monovocalisme en « e » pour le paragraphe sur V Pécresse, lipogramme en « e » et « u » pour les derniers paragraphes sur N Fioraso. Ainsi pour les deux ministres sont utilisées seulement les voyelles de leurs noms.
Après coup, adjonction d’un préliminaire, monovocalisme en « u ».

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

le téléphone tous les jours

il faut cultiver l’impatience
dans le ciel gris de nos rues plates
où le vent s’est arrêté
le vent contrebandier de l’amitié
le vent s’est fait arrêter par imprudence
il sifflait
il faut libérer le vent
débrancher les éoliennes
débrancher le téléphone
décrocher les poupées du manège
tourner tourner comme la souris
la chauve souris qui cherche le vent de la nuit
il faut souffler tous ensemble
les verriers les sopranos les vestales
les bronchitiques les tuberculeux les amiantés
les dragons les aquilons les fujins
les phoques les vieillards les forgerons
ne pas arrêter de souffler
s’arracher les poumons
s’éclater les tympans
s’exorbiter les yeux
et si ça ratait
s’il ne repartait pas le vent
catastrophe s’il ne repartait pas
les murs aveugles des maisons resteraient visqueux dans l’ombre mauvaise
les parterres de lino glissant pueraient sans fin la lessive saint marc
les poussettes inutiles resteraient cadenassées aux cages d’escaliers
à l’hyper-drive le carbone ensevelirait la file des voitures
les bancs publics déserts se couvriraient de feuilles mortes
sur les bureaux que la mélamine aurait figés
sur les bureaux où se tapirait l’écran froid du touchpad
où pas une feuille vingt-et-un vingt-neuf-sept ne se tiendrait prête à l’envol
la sonnerie
la sonnerie dans le vide et l’incolore
toujours
tous les jours
grise et solitaire
la sonnerie d’appel masqué

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

la rivière

mon enfant
tu vois la rivière
son courant t’invite au grand large
tu   redoutes   sa   fraîche   accolade   et   tu   frémis
de tes yeux
tu vois la rivière
ma voix tremble en t’encourageant
de ton corps
tu sens la rivière
t’accueillir

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

Mosaïque

c’est l’homme tout en mosaïque
cligne des yeux
cligne des yeux
si tu veux le voir un peu

est-il sombre est-il clair cheveux bruns ou roux
parle-t-il fort ou doux
c’est un homme qui ne se voit pas en entier
c’est l’homme tout en mosaïque

les uns me disent qu’il inonde les couloirs des frais ruissellements d’une joie simple et belle
quelques amis le croient en voyage
la fille aux cheveux de cuivre connaît sa blessure enfouie
l’un sait qu’il prend le bus l’un connaît sa voiture

c’est l’homme tout en mosaïque
cligne des yeux

qui l’a vu les armes à la main courir sans respirer dans les rues serpentines
pour quelle affaire chez le banquier son regard dur
une malade a reçu sa visite ce matin
oh sa voix métallique pour humilier son collègue au point de non retour

est-il grand baraqué porté sur le sexe
on m’assure qu’il s’agenouille à la messe
il emprunte certains jours le sentier qui s’enfonce à flanc d’ubac et traverse un bois saturé de senteurs de mousse et de chanterelle sans réduire son allure quand une échelle mal fixée franchit une barre de rochers en surplomb au dessus des lacs où se reflète le camaïeu vert des alpages

c’est l’homme tout en mosaïque
cligne des yeux
cligne des yeux
si tu veux le voir un peu

lorsque la flamme bleue se coupe il relève sa visière et vérifie la soudure
on  dit qu’il déteste le gruyère
il possède un ami qui lui parle et rit fort
au parc la fillette orange considère un instant le monsieur qui s’est arrêté puis elle redémarre sa trottinette
il garde son portable sur vibreur

c’est l’homme qui attrape l’avion sans bagage
c’est le timide en arrêt devant une porte entr’ouverte
c’est l’ombre qui s’efface au bord du trottoir

cligne des yeux
si tu veux le voir un peu

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

Clore sa nuit

« C’est où l’Iran ? »
Lou, se cirant
cil, se tourna :
« Où, n’est clair;
Oncle, iras-tu ?
— Un sort à ciel:
Car tu n’es loi. »
Lou, craintes:
« Croit à lunes ! »
Laïc, torse nu:
« L’arc tue soin,
Soin tue l’arc. »

Dialogue en ulcérations. Posté sur la liste Oulipo le 27 novembre 2012.

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

La dose et le beretta

Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Tous deux sentaient l’immortelle
Prisonnière des diktats
Lequel fit oeuvre éternelle
Lequel ne restera pas
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Qu’importe comment s’emmêle
Cette rumeur sur leur pas
Que l’un soudain s’ennobelle
Que l’autre y voie Carabas
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Tous deux se voyaient modèles
Des lèvres du coeur des bras
Tous deux roman ou libelle
Lançaient qui vivra verra
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Quand les blés sont sous la grêle
L’un cisèle délicat
L’autre attise ses querelles
Coeurs sourds au lointain combat
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Sentant la froideur mortelle
Une victime appela
L’un tonne et cherche querelle
L’autre défend son aura
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Ils sont écoutés Lequel
A les plus bruyants vivats
Lequel plus que l’autre excelle
Lequel fédère médias
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux tombeaux font un seul glas
Au crépuscule cruel
La balance pèsera
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
Egrenant les noms de celles
Qu’aucun des deux ne trouva
Et la nuit sur eux ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
La lune tourne fidèle
À la terre qui s’en va
Chaque saison renouvelle
L’appel que l’on n’entend pas
Celui qui versait du fiel
Celui qui ne parlait pas
L’un court et l’autre a des ailes
De directoire en compta
Cannabis noire morelle
Quel grillon rechantera
Disant flûte ou violoncelle
L’amour que l’on refusa
Busard  faucon crécerelle
La dose et le beretta

Semi homosyntaxisme composé sur « La rose et le réséda » d’Aragon. Posté sur la liste Oulipo le 13 octobre 2012.

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

allons enfants

allons enfants longtemps bercés
le lange entravant bras et jambes
va-t-il enfin vous libérer

entendez-vous le vent frais qui vous invite à le suivre au delà des  blés courus de vagues argentées pour jouer avec lui dans les futaies profondes

allons enfants de la patrie
le jour du grand large est levé

 

allons enfants à quatre pattes
la barrière au boulier pimpant
du parc s’ouvrira-t-elle en grand

devinez-vous derrière les ombres qui vous rassurent ce soleil ce désir ce basculement du haut et du bas cet énervement de rires et coups de poings cette faim déçue ce trésor débordant de perles irisées

allons enfants de la patrie
le jour de fièvre est arrivé

 

allons enfants inconsolables
la tétine aux lèvres boudeuses
va-t-elle ôter son clapet gris

ressentez-vous l’autre présence qui vous fait la courte échelle dans l’obscurité curieuse où votre maraude s’enfonce

allons enfants de la patrie
le jour de vertige est levé

 

allons enfants bien élevés
votre masque tombera-t-il
il empêche de respirer

sentez-vous dans vos bras qui l’étreignent le poids la chaleur le tressaillement de ce corps au votre enlacé

allons enfants de la patrie
le jour de l’homme est arrivé

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

le minotaure

elle est assise au bord d’un terrain vague
sans un mot
drapée dans un linge grisâtre elle attend immobile

des voix d’hommes récitent les écrits sacrés
se répondent en accéléré
les yeux sont durs mentons levés

Minotaure est par ici
sentez-vous le sol vibrer sous sa danse titubante
entendez-vous contre les murs de pierre le choc de ses cornes trop grandes
respirez-vous son odeur de bête
Minotaure aujourd’hui veut la femme

elle ne bouge pas sous les insultes
elle ne s’enfuit pas
aucun souffle de vent n’agite la bure sur sa tête

de sages chefs jugent et condamnent en chantant
tous les visages sont souriants
que s’avance l’homme vêtu de blanc

Minotaure est ivre
le sang déborde de sa chope qu’il balance
un vertige envahit l’esplanade qui se soulève et tangue
des vapeurs fétides brouillent la lumière
Minotaure aujourd’hui veut la femme

beau servant d’office joli froc
droit sur ses ergots de coq
spadassin blanc porteur d’estoc

elle ne sursaute pas au cliquetis du cran
elle se tient redressée devant la kalashnikov

elle est tombée




Note : ce poème m’a valu le beau commentaire en homophonie de Gilles Esposito-Farèse :

Probant talipot

Une violence à cris ficelés de barbarie
veut qu’atrocement cesse à Qimchok
une vie, ô lent sacrifice ! Les deux
barbes arrivent : quatre ossements…
C’est ça qui me choque.


J'avais répondu :

Où lit poète, ois: « Qu’ont damné là beaux minables ?  »
Oulipo et toi condamnez l’abominable

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

Paulette Nardal

Paulette Nardal
Alluma le noir
Un jour où l'espoir
Lisait le journal.

Esclave ? Animal ?
Tenta faire voir
Trésors qu'un pouvoir
Écrase, fatal.

Nègre fièrement
Avance, clamant
Radieuse beauté.

Dépouille le froid,
Arbore l'été.
Le chemin court droit.


Le 12 octobre 1896 naissait Paulette Nardal, aujourd’hui honorée après un long oubli, pour avoir joué un rôle premier dans la naissance de l’idée de Négritude. Pour cet anniversaire, j’ai suivi la contrainte de potence récemment proposée sur la liste oulipo par Michel Clavel la définissant ainsi : « Le premier vers est acrostiche et donne le mètre aux autres vers. »

Le prix de la vie : précédent – suivant

Catégories
Ouvrir

Ballade damascène

On ne voit en ce funèbre goulet
Nulle couleur, nulle courbure belle.
Rien que pruine, rien que béton croulé
En ce long bourg qui penche et encorbelle,
Piège terrible, grotte où le cœur gèle.
Ni tourterelle en ce ciel boutonné,
Ni ritournelle, ni vol effréné.
Tige ni feuille le tronc noir ne porte.
Herbe flétrie, terre-plein retourné.
O quel vent fier peut ouvrir une porte ?

Tel un fleuve qui peine pour filer
Pour ce qu’un bief étreint le flot rebelle,
En ce couloir fou grouille refoulé
Un cortège lent, et l’heure cruelle
Tourne. Que cherchent en cette ruelle
Jeune, vieux, fille, peuple confiné,
Front penché, lèvre pincée, œil tourné ?
Foule qui peine, piétine, reporte
Lutte et foi, pour ce vivre portionné.
O quel vent fier peut ouvrir une porte ?

Qui voit en cette robe, en ce gilet
Revêtu pour un jour en bleu prunelle,
Ce linge noir terreux, ce cou brûlé,
Coton bourré, brune coulure grêle,
Cette terreur qui hurle nue et frêle ?
Qui lit en ce bel œil vif étonné
Le récit horrifié qui vient ruiner
Le rêve en toute nuit lugubre et torte ?
Et ce ventre que brûle trop jeûner ?
O quel vent fier peut ouvrir une porte ?

Peuple en tout lieu répète un cri tonné
Qu’en linceul jette un prince forcené.
Elève une voix inflexible et forte :
Que ceux qui pleurent voient le jour tourner.
O quel vent fier peut ouvrir une porte ?

Cette photo prise par un représentant de l’ONU montre une distribution de vivres le 31 janvier 2014 à Yarmouk, faubourg de Damas peuplé de réfugiés palestiniens. Elle m’a inspiré cette ballade lipogrammatique : en sont absentes les lettres du mot DAMAS.

Une interprétation musicale m’a été offerte par Jacques Ponzio, lisant le texte accompagné en improvisation par lui-même au piano et par le violoncelliste slovène Cosic. À écouter ci-dessous :


Posté sur la liste Oulipo le 8 mars 2014.

Ouvrir : Précédent   Suivant