Catégories
Oripeaux

Pauvre sole

Pauvre sole
Au fond vit
Souffre et râle

Ô mer sale
Satan vole
L'homme rit

Comme si
Mort cavale
Et vérole 

Essai d’une nouvelle contrainte, la terine berrychonne, proposée sur la liste Oulipo par Michel Clavel, qui la décrit ainsi : « Les finales vocaliques permutent selon les règles de la terine et les consonnes d’appui restent fixes comme dans les rimes berrychonnes »

Posté sur la liste Oulipo le 7 septembre 2021

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

Ballade damascène

On ne voit en ce funèbre goulet
Nulle couleur, nulle courbure belle.
Rien que pruine, rien que béton croulé
En ce long bourg qui penche et encorbelle,
Piège terrible, grotte où le cœur gèle.
Ni tourterelle en ce ciel boutonné,
Ni ritournelle, ni vol effréné.
Tige ni feuille le tronc noir ne porte.
Herbe flétrie, terre-plein retourné.
O quel vent fier peut ouvrir une porte ?

Tel un fleuve qui peine pour filer
Pour ce qu’un bief étreint le flot rebelle,
En ce couloir fou grouille refoulé
Un cortège lent, et l’heure cruelle
Tourne. Que cherchent en cette ruelle
Jeune, vieux, fille, peuple confiné,
Front penché, lèvre pincée, œil tourné ?
Foule qui peine, piétine, reporte
Lutte et foi, pour ce vivre portionné.
O quel vent fier peut ouvrir une porte ?

Qui voit en cette robe, en ce gilet
Revêtu pour un jour en bleu prunelle,
Ce linge noir terreux, ce cou brûlé,
Coton bourré, brune coulure grêle,
Cette terreur qui hurle nue et frêle ?
Qui lit en ce bel œil vif étonné
Le récit horrifié qui vient ruiner
Le rêve en toute nuit lugubre et torte ?
Et ce ventre que brûle trop jeûner ?
O quel vent fier peut ouvrir une porte ?

Peuple en tout lieu répète un cri tonné
Qu’en linceul jette un prince forcené.
Elève une voix inflexible et forte :
Que ceux qui pleurent voient le jour tourner.
O quel vent fier peut ouvrir une porte ?

Cette photo prise par un représentant de l’ONU montre une distribution de vivres le 31 janvier 2014 à Yarmouk, faubourg de Damas peuplé de réfugiés palestiniens. Elle m’a inspiré cette ballade lipogrammatique : en sont absentes les lettres du mot DAMAS.

Une interprétation musicale m’a été offerte par Jacques Ponzio, lisant le texte accompagné en improvisation par lui-même au piano et par le violoncelliste slovène Cosic. À écouter ci-dessous :


Posté sur la liste Oulipo le 8 mars 2014.

Ouvrir : Précédent   Suivant

Catégories
Uncategorized

Héméroméride – septembre

L’héméroméride, projet d’un an, conçu par Bernard Maréchal, débute le 1er mai 2021. Il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Une activité journalière est proposée : l’écriture d’un micro poème sur le thème de la journée, au format haïku, additionné d’une contrainte à son propre choix. On trouvera ci-dessous les contributions du mois de septembre.

1er septembre – Journée de prévention des catastrophes naturelles

Bernard Maréchal

Si nous attendons
Les petites catastrophes,
Nous aurons les grandes.

L’avenir est incertain
Si nous lâchons la nature.

(beau présent… pour avenir incertain)

Alexandre Carret

- Serait-ce le son lointain de catastrophes naturelles ?
- Putain non ! Haro ! Taille-toi ! C'est la rentrée des classes !

( anagrammes )

Elisabeth Maitre

Séismes, cyclones
tsunamis, inondations
feux, effondrements
L'homme s'obstine à détruire
la planète et pleure en vain

Jacqueline Morel

     Tout se tut tout à coup et
      là, il erre seul, hagard,
     choqué mais vivant après la
            catastrophe
     si violente et dévastatrice
   que tout s'effondre et se meurt.

( petite boîte )

Nicolas Graner

Ton quatrain, au début, paraît très naturel
Mais il montre à la fin un défaut structurel :
Un dernier vers trop court. Aussi je t'apostrophe :
Qu'a ta strophe ?

( sollicitude )

Noël Bernard-Talipo

corps
sang
vent chaud
hystérie
troupeau d'hommes lents
traînant au cœur leur folle horreur

( Fib et primitive de « catastrophe naturelle » )

2 septembre – Jour de la démocratie ( au Tibet )

Bernard Maréchal

Dans ces maisons-ci,
Vers l’autre Tibet, là-haut,
Tu ris bien, yéti.

( Primitive de « démocratie au Tibet » )

Alexandre Carret

Démocratie. Euh ...
Des mots, des crasses, des si
Aux crimes d'état.

La pire des gouvernances
A l'exclusion de toute autre.

(contrepèterie généralisée entre les vers 1 et 3)

Jacqueline Morel

Drapeau flamboie, crie
Brillante foi répandue
Stop liberté tue

( Primitive de « démocratie au Tibet » )

Nicolas Graner

Jour de la démocratie,
j'ai douté de l'amer roc,
décidé à jouer la mort.

( anagrammes )

Noël Bernard-Talipo

douce m'approcha 
rêvante fille sans peur 
et libre s'en fut 

( Primitive de « démocratie au Tibet » )

3 septembre – Journée mondiale des gratte-ciel

Bernard Maréchal

Quand New York s'écroule,
Et quand le vieux monde perd
Le World Trade Center,

Dubaï fait Burj Khalifa,
Guangzhou a ses gratte-ciel.

(pangramme)

Nicolas Graner

Les grues lèvent la tête devant l'églantier :
les gratte-culs, y en a plein le ciel.

Les glands lèvent la tête devant les grutiers :
les gratte-ciel, y en a plein le dos.

( contrepèteries )

Elisabeth Maitre

Du haut du building
mes yeux plongent sur la ville
qui bruit et palpite

Jacqueline Morel

Gratouiller les cieux
Brandir prestige et pouvoir
Vaine démesure

La lune se moque et rit
Seules les étoiles brillent

Annie

les avions heurtèrent
les tours, bousculant la morgue
ce fut la terreur 

( médaille )

Alexandre Carret

La ville est froide  et grise
d'elle, 
            si torve et si fragile
Gratte-ciel de béton
et  cigarette  blonde

( anagrammes )

Noël Bernard-Talipo

Pas par la fatwa
( Sabbats, kalachs, crashs sanglants )
N'affalas Nasdaq.

Tags, samba, rap, slam, mangas,
L'art abattra Manhattan.

( monovocalisme )

4 septembre – Journée des immigrés

Bernard Maréchal

Bon gré ou mal gré
Émergent les immigrés,
De mirage en pogrom, malgré notre morgue.
On grimace, gourmé, on grommelle des gros mots,
On gamberge, on maugrée, on les marginalise sans argument.

(HOG)

Nicolas Graner

Coupant au quota,
On fout tout ça au boulot
Ou plutôt au bloc !

( lipogramme en i, m, g, r, e, s )

Annie

Cinq riches indiens
six princes chiites
dix, vingt héritiers irrités.
Grisbi ! Servir, vite !
Invités civils en visite : fin prix, crédit direct.

Midi. Teint bistré, tifs frisés
ils rient, ils prient
ils vivent ...

D'instinct, les vigiles virils :
" ces sidis, ces simiens, ils trichent, ils brisent,
incidents criminels, sinistres imminents,
Fi ! Simple tir ! Filez vils chiens !"

Strict prince, ministre insigne :
inscrivez, intimez, limitez,
fichiers, fric, fisc et flics discrets.

Milliers d'indigents timides,
s'ils triment - bisbilles, cris d'impéritie,
fin d'intérim...

Rive d'ici, permis d'hier, vicié.



( répétition de la suite des voyelles IIE  -  à l'inverse d'ennemis EEI ) 

Alexandre Carret

Clandestinement
Tu as posé ton barda
Dans mon cœur-asile

et

Résister à l'idée des larmes.
Triste, marri dès le rite de laisser le désert agir.
S'alerter.
Désirs de se tirer.
Le sas d'asile.
Rester ?

( anagrammes de "TERRES D'ASILE" enchaînées dans lesquels chaque lettre du mot IMMIGRES est insérée :

Resister à l' I dé
e des lar M es tri
ste, M arri des le
rite de la I sser
le désert a G ir s
alerter desi R s 
de se tirer l E sa
s d'asile re S ter. )

Jacqueline Morel

Sur la haute vague
Le regard doré se perd
Scrute la rive inconnue
Et le cœur déchiré pleure
Le dernier baiser

( HOG )

Noël Bernard-Talipo

ils ont fui
misère faim guerre
ils ont traversé la frontière
ils n'ont que leurs bras leurs souvenirs et leur sourire

le fermier
arrose la graine
que le vent jette en son humus

un rameau
lève lourd de fruits

que c'est beau

( bigollo )

5 septembre – Journée mondiale de la barbe

Bernard Maréchal

Barbe bleue ou noire
Autour d’un menton pirate :
Rasoirs aiguisés,

Barbifiez les talibans,
Et relâchez-les imberbes.

(tanka acrostiche sur le mot-clef)

Alexandre Carret

Papa boit là-bas
trois caouas, trois armagnacs.
A part ça, nada !

Voilà qu’aboie Barbara,
La femme à barbe à poil ras !

(monoconsonnance - je tente des mots - avec le son "a")

Nicolas Graner

Barbecue à la Barbade :
un barbon en barboteuse
barbouille comme un barbare
et barbote en se barbant.

( mots significatifs en barb... )

Annie

La barbe ? Sur la barbe je n'ai rien à dire.
Neuve et dure comme émeri
Majesté quand elle a blanchi.
Les poils ? Sur les poils je n'ai rien à dire.

( sur un patron de Queneau, " l'herbe " dans Chêne et chien )

Gérard Le Goff

Barbe à papa barbe
Bouclée barbe fleurie barbe
Bleue rousse oh la barbe

( Haïku avec mot-clé répété )

Elisabeth Maitre

Berbère ébarbé
barrera abbé baba
à Ré bébé erre

( beau présent )

Jacqueline Morel

Cendrillon chausse ses bottes
Pour en ces lieux retrouver
Poucet, le beau chevalier
Endormi chez Mère-Grand
Depuis si longtemps.
D'un baiser effleure
Sa très longue barbe bleue
Qui se parsème de fleurs,
Augure de jours heureux.
Puis dansent les fées
Dans la forêt enchantée.


(HOG – Méli mélo conté incluant le mot-clé)

Noël Bernard-Talipo

Arbre aère bar.
Barbare aberre, baba.
Ra ébarbe Érèbe.

( beau présent )

6 septembre – Journée internationale de sensibilisation aux vautours

Bernard Maréchal

Vache reine
Taureau roi
Bœuf fou
Broutard cavalier


Veau tour

(Chicago)

Elisabeth Maitre

Vorace vautour
vise viscères verdâtres
vole virevolte

( tautograme )

Annie

Les vautours ? sur les vautours je n'ai rien à dire.
La rumeur publique leur nuit
mais voyez-les faire leur nid.
Les poules ? sur les poules je n'ai rien à dire.

( cf. " l'herbe " de Queneau )

Nicolas Graner

un veau tourmenté
qui pivote ou reste quiet
ça vaut tout Rohmer

( chaque vers fait entendre le mot-clef )

Alexandre Carret

Vos tours de veaux tournent
autour de Vaux et de Tours
Ça vaut le détour.

et

Gardien, regarde rire, mourir Nemours.
Tournent vautours, chevaux, touraches, autour.

( kyrielle cousue )

et

Dansent au ciel ces deux vautours
Se détachant tels les émaux
Mis au revers de mon caban

Ces pierres sont mon ex-voto
Maintenu par de vieux aimants
Achetés un jour à Cabourg.

Au loin s’agitent des votants
D’un candidat nommé Zemmour.
Je prends le chemin des cabots. 

( terine berrychonne )

Jacqueline Morel

Sur les ailes du rêve
M'emporte le vautour
Pour mieux voir alentour
Le court temps d'une trêve

Se révèle mon monde
Et l'ampleur de ma vie
Réaliser un tri
De nature féconde

Transmuer, purifier
Évacuer le passé
S'apaiser et renaître

Merci oiseau divin
Sagesse emplit mon être
Je poursuis mon chemin

Jacqueline Jacquadit

L'ami n'a le bon sel à vautour cru ? Ô tu avales nobel animal !

( palindrome )

Ariane Musarde

Vautours alentours 
Vos tourments valent retour
Vos tours sont détours 

( homophonies )

Noël Bernard-Talipo

Sourd courroux aux cieux !
Peureux couleuvreau meurt fou :
Vautour luit, tueur.

( les voyelles apparaissent par groupes d'au moins 2 dont un U )

7 septembre – Journée internationale de l’air pur pour des ciels bleus

Bernard Maréchal

Mon cœur n’est pas plus pur
Que tes profonds yeux bleus
Qui reflètent le ciel.

Dégagez de ce ciel
Et rendez-moi l’air pur,
Fumées et brouillards bleus !

Pour oublier mes bleus,
Je pleure un arc-en-ciel
Et bois mon whisky pur.

(Terine)

et

Voici venir le jour
Où l’on va sauver l’air
Et le rendre enfin pur
En dégageant le ciel
De tout le brouillard bleu.

Moi, je ne suis qu’un bleu
Je m’en vais au grand jour
Pleurer des arcs-en-ciel.
Tu ne manques pas d’air,
Malgré ton regard pur.

Mon cœur n’est pas plus pur
Que ton œil droit, le bleu,
Quand tu dis ton grand air
De me quitter un jour
Pour nous revoir au ciel.

Les yeux tournés au ciel,
Je bois mon whisky pur :
Je suis saoul tout le jour,
Tu n’y vois que du bleu,
Je passe en courant d’air.

Toi, la fille de l’air
Qui ne crois pas au ciel,
Tu m’as voué au bleu :
Je suis un esprit pur,
Et meurs au petit jour.

(Quenine)

Jacqueline Morel

Un écrin turquoise
Où, les yeux au ciel, je flotte
Pur azur s'y mire

Harmonie du lieu secret
Entouré de sapins bleus

Annie

L'air pur ? sur l'air pur je n'ai rien à dire.
Est-ce colère, est-ce mépris ?
Est-ce l'eau sale des cœurs gris ?
Les ciels bleus ? Sur les ciels bleus je n'ai rien à dire. 

( cf. " l'herbe " de Queneau )

Alexandre Carret

Ah ! Vexé, t’es horrible ! Si elle épure Hair
avec ses théories bleu ciel et pur air.

(holorimes)

Noël Bernard-Talipo

J'écoute un air monter vers le ciel au bleu si pur
Que le ciel est bleu que cet air est pur
Et dans le ciel pur cet air sonne bleu
Bleu comme le ciel quand pur souffle l'air
Oh pur est le bleu du ciel où prenant l'air
J'écoute l'air qu'un homme bleu fait monter vers le ciel pur.

( Carré lescurien )

8 septembre – Journée internationale de l’alphabétisation

Bernard Maréchal

Alphabétiser,
Abolir fat bêtisier,
Ne plus bêtifier.

À la fin de l’alphabet,
Vous saurez lire, ô mes gars !

(tanka)

Annie

Alphabets, trésors du monde
Latin, braille, cyrillique
Pétition de bureaucrates
Habit de la poésie
À quoi de plus est-il bon ?
Bâton pour faire obéir :
État ! La foule s'agite :
Tison rouge qu'on brandit.
Iota – petit trublion
Sain, sportif, quand je m'essouffle
Ai-je raison de poursuivre ?
Ton badin ? docte à propos d'
Ion ? Délions le farfadet
On s'en fiche des lions, on
N'a qu'à se rouler dans l'herbe.


( Acrostiche et le premier mot de chaque vers est extrait des lettres restant après la lettre de son rang, ce qui donne peu de possibilités  à partir de -tion. )

Jacqueline Morel

Éclatante ou sombre
Chaque lettre a sa couleur
Écrits et paroles

Émotions tourbillonnantes
Sensations multicolores

Nicolas Graner

Do, fa, la, mi, ré, si, sol.

Cinq, deux, dix, huit, neuf, quatre, sept, six, trois, un.

Dimanche, jeudi, lundi, mardi, mercredi, samedi, vendredi.

Août, avril, décembre, février, janvier, juillet, juin, mai, mars, novembre, octobre, septembre.

Automne, été, hiver, printemps.

Bleu, indigo, jaune, orange, rouge, vert, violet.

Alphabétiser
des expressions familières
les rend surprenantes.

(alphabétisation de internationale Journée l’)

Alexandre Carret

A, B, C, D, F,
G, H, I, J, K,
L, M, N, O, P,
Q, R, S, T, U,
V, W, X, Y, Z.

G. Prc.

( Jour d'l'alphabtisation )

et

A rose, B noir, C vert, D rouille, coquille d’E
F orpiment, G jais, H fumée, I bis, tabac J,
Kca d’oie, Or L M isabelle, Safre N O rouge feu,
Sang P, cacao Q, Sanguine R, ambre S, T vanille
U beurre, V lin, W céleste, bouton d’or X,
héliotrope Y, Roux Z, lettres de l’alphabet.
Je dirai un de ces quatre vos naissances latentes.


(une lettre + une couleur = un jeu de mots :
Arrose, baignoire, sévère, dérouille, coquille d’oeufs,
Et fort piment, Gégé, hash fumé, ibis, tabagie,
caca d’oie, Aurel aime Isabelle, Ça freine au rouge feu,
Sempé, caca au cul, sanguinaire, en Bresse, thé vanille,
Uber, vélin, WC lestes, bouton d’oryx,
héliotropie grecque, Rouzède. )

Ariane Musarde

Mots privés de sens
Inertes sur le papier
Lettres inconnues

Trouveront usage et vie
Par l'alphabétisation 

Noël Bernard-Talipo

Au bois courent
des écureuils fous.
Gare ! Habilement ils jonglent,
kif long, manipulent noix ou pignons qui ricochent,
simulant tout un vertical waterpolo. Xylocopes y zonzonneraient.

Au bois chantent
d'errantes fauvettes.
Grises, happent insecticules
jaunes, kakis, lilas, mauves, nuisibles ou pas.

Quelquefois
ramperont serpents :
trémoussements ultralégers.

Verdoyant
western xylophile.

Yeuses zen.

( bigollo en double abécédaire )

9 septembre – Journée mondiale de la peluche

Bernard Maréchal

La peluche
Des petits enfants,
C'est leur doudou pour bien dormir,
C'est le doudou qu'ils ont perdu, leur maman le cherche.

La peluche
Des petits enfants
Maman la retrouve toujours.

La peluche
Des petits enfants,

C'est tout doux.

( bigollo )

Nicolas Graner

Que tu es cruel !
Sur deux peluches du legs,
L'une fut vendue.

( bivocalisme alterné en U et E )

Elisabeth Maitre

Élu pêchu, Luc
lèche pêche peu pelée
pull épucé pue

( beau présent )

Jacqueline Morel

Fragrance apaisante
Diffuse une douce chose
Contre joue blottie

( e durs )

Annie

La peluche ? Sur la peluche je n'ai rien à dire.
Câlins, doudous, l'enfance fuit
Récits d'écrivains, des pays.
Les ours ? Sur les ours je n'ai rien à dire.

( cf. " l'herbe " de Queneau )

Ariane Musarde

Tu viens d'où Doudou
Peluche d'or qui m'endort 
T'es bien doux dis donc 

Alexandre Carret

Qui, comme le GRain,
Sèment au vent leurs Peluches
Sur la terre en FRiche,

Au lieu de luPin,
Récoltent des fanFReluches
Les ventres creux GRichent.

Le code est enFReint.
Tremblez, gredins et GReluches 
Jusqu’à KerpiPiche !

( les blocs d'appui GR, P et ENFR sont permutés selon une quenine ; les rimes restent en place dans un triple haïku )

et

Serrée contre moi,
son odeur est écœurante.
Il lui manque un œil.

On ne la lave jamais.
Hélas, je suis sa peluche.

Noël Bernard-Talipo

le roman sur la table est composé sans e
près de lui le dé le fil l'aiguille et le lé
la corbeille à papier et la lettre non lue
dans le berceau paisible un peu s'agite Luce
la dentelière achève un ouvrage à la luche
il lui faudra bientôt retourner à la pluche
et pour l'enfant qui pleure apporter la peluche

( fins de vers en échelle ascendante )

10 septembre – Journée Mondiale de prévention du suicide

Bernard Maréchal

Poison salvateur Flingue bienfaisant
            Accablement

 Corde tentatrice Pilule illusoire
             Désespoir

            La solution
              ultime
             à l’envie
            du suicide ?

Prévention active Affection patiente
              Courage

( petite morale élémentaire portative sur mot-clef )

Nicolas Graner

Tuto sur TikTok :
« T'es trop critiqué ? Tue-toi ! »
Qui traque ces kits ?

( allitérations )

Elisabeth Maitre

Désespoir extrême
ou libre choix assumé
doit-on s'en mêler?
C'est un vrai débat éthique
qu'un tanka ne peut trancher

et

La vie m'insupporte
de la mort j'ouvre la porte
la pulsion m'emporte
Main tendue me réconforte
et ma tentative avorte

Jacqueline Morel

Rayonne un sourire
Et se dissipe l'angoisse
Une main se tend

Des bras délicats enserrent
Fuient douleur et solitude

Alexandre Carret

A quoi cela rime ?
Un poète pris de doutes
Bascula en prose.

Ariane Musarde

Repousser la vie
Ne pas savoir ignorer
L'envie de partir

Attirés par le néant 
Violence des sentiments

Noël Bernard-Talipo

Perdre rêve et joie
Sentir d'inconnus signaux
Fiancer vide et vent

( primitive de « prévention  suicide » )

10 septembre – Prévention Du Suicide

et

11 septembre – lutte contre le Terrorisme

Annie

attentat suicide
voisins de palier
tel qui se liquide
meurt accompagné

crâne sous la meule
sans plus résister
ne pas partir seule
suicide assisté

( sélénet )

11 septembre – Journée mondiale de lutte contre le terrorisme

Bernard Maréchal

Mémoires stressées,
Miroirs morts et émiettés,
Sort immérité.
***
Tête morose, irritée,
Métier moisi : Terroriste.

(beau présent)

Jacqueline Morel

Isthme en terre rouge
Séisme sous ciel de glace
Abisme en mer morte

Elisabeth Maitre

Ne pas renoncer
à nos valeurs c'est lutter
contre cette horreur

Alexandre Carret

Mercure – Argent  – Terre rare
Vénus   – Mercure – Passage
Saturne – Nickel  – Lien fragile
Jupiter – Soufre  – Pont entre les hommes
               
Terre    –     Or     –  Isthme

(chicago)

Ariane Musarde

Terre torturée 
Terribles traîtres tapis
Terroristes tuent

( tautogramme )

Noël Bernard-Talipo

armes automatiques    bombes artisanales
              fascination

      espoir nul  horizon bouché
                laideur

              que le feu
                dévore
                notre
                dégoût

  paroles flamboyantes    porte secrète
                cendres
( petite morale élémentaire portative )

12 septembre – Journée Mondiale des Premiers Secours

Bernard Maréchal

Les premiers secours
Ou les derniers sacrements ?
Laissez passer l’ambulance des pompiers !
Leur devise est gravée, il faut sauver ou périr.
Infirmiers, brancardiers, sirènes et pin pon, voilà les secours.

(HOG)

Alexandre Carret

En dernier recours,
Je jette une bouée de secours
Dans la Mer morte.

Ariane Musarde

Sauvons nous vivants
Où trouver les gestes sûrs ?
Suivons notre instinct 

( acrostiche )

Annie

têtes brûlées, têtes chaudes
circulation perturbée
faut les arroser
vite des canons à eau
et des lacrymo 

( HOG )

Elisabeth Maitre

Au trente-sixième
dessous, mon sixième sens
pressent la venue
tardant des premiers secours
Ai-je une deuxième chance?

Jacqueline Morel

Qui est la femme de l'aven ?
C'est Cerridwen

Que cuit-elle dans son chaudron ?
Sa potion

À quoi sert ce philtre enchanté ?
À soigner

Elle s'est cachée loin des bûchers 
Toutes plantes elle connaît
Qui lui délivrent leurs secrets
Potion Cerridwen pour soigner


( Ovillejo )

Nicolas Graner

découvrir la huitième merveille du monde
partir au septième ciel
se fier à son sixième sens
isoler le cinquième élément
briser le quatrième mur
parler à la troisième personne
jouer les seconds couteaux
attendre les premiers secours

( peut être vu comme une généralisation du chicago )

Noël Bernard-Talipo

Pleurais
rivage,
étiage,
marais.

Irais ?
- en rage
rouage
serrais.

Étreinte
contrainte...
Ô voir

un cours !
Ravoir
secours !

( sonnet acrostiche sur « premier secours » )

13 septembre – Journée mondiale de la cacahuète

Bernard Maréchal

Une cacahuète
Ça n’est pas chérot.
Tous à la cafète
Pour un apéro !

L’huile d’arachide
Pour frire un donut,
C’est bien trop acide
Mais ça vaut peanut.

( sélénet sur mot-clef )

Jacqueline Morel

L'ami Cacahuète
En sa drôle de maison
Fait une pirouette

Annie

La cacahuète ? Sur la cacahuète je n'ai rien à dire.
C'est la noisette des Targuis.
Grillée, salée, keske t'en dit ?
Le sel ? Sur le sel je n'ai rien à dire.

( cf. " l'herbe " de Queneau )

Alexandre Carret

CACAHUÈTES
Eustache accusa Cheeta :
T'es caché au château, c'est ça, hé ? Au sec ?


( enchaînement d'anagrammes :
CACAHUETES
EUSTACHEAC
CUSACHEETA
TESCACHEAU
CHATEAUCES
TÇAHEAUSEC )

et

J’attendais ce jour
Depuis le 6 août dernier
Journée de la bière

Ariane Musarde

Conte de faits
Apéritif festif
Coques monsieur ou madame
Arachides grillées 
Habituel rituel
Unique
Entre amis
Trinquer
Égrainer , profiter

( acrostiche )

Elisabeth Maitre

Trop de cacahuètes
accompagnant l'anisette
taille grassouillette

Noël Bernard-Talipo

Arachide et cacahuète
Sonnent au creux de mon cœur
Comme le nom de la fête
Où se colore la liqueur

Quand mon doigt plonge en la tasse
Remuant les grains dorés
Remonte un rêve tenace
De longs fleuves inexplorés

Et l'œil perdu dans la brume
Laissant ces fèves rouler
Comme une vague d'écume
J'entends le flot de l'Uélé

( clotilde )

14 septembre – Journée de la langue hindi

Bernard Maréchal

Sans ruser, Wilfrid
Au zénith, friand, cueillit
La prude Sissi.

Pauvre viking au teint gris !
L’aube finit chaude ici … 

(tanka et homovocalisme AUEII)

et

Sans luth le Sikkim
Assume d’instinct
Parlure pidgin,
Chant pur et divin.
Là plus de british :
A chu le crincrin.

(homovocalisme AUEII)

Elisabeth Maitre

Six mini kiwis
vivifient Lili, hippie
Hindie rikiki

(monovocalisme phonétique : seul le son I est entendu )

Floriane Austruy

H avre de la langue 
I nvesti d'un doux accent
N ous mentons aussi

D ire ou maudire, pareil
I rradiants chants que j'écoute 

( tanka acrostiche )

Alexandre Carret

Heureux Attila
Qui, ayant donné des ordres,
Ce soir, se régale.
---
Gai, l’Hun dîne hui d'agnelin d'Agen ni huilé ni langui, d'hin de gin ;
a hululé : Ghandi, ni linguine d'Ahigal ni hunde !


( enchaînements d'anagrammes de LANGUE HINDI )

et

इदनइ गऑल एलऍब 
यऍरऑ सऍद ऍ ए सऍद ऍफ 
उकऐ रउप ऑरकऍ

Transcription très approximative des sons de l'haïku écrit de droite à gauche en photo 
( https://dcode.fr/ecriture-speculaire-miroir )

Belle langue hindi
Fée des yeux et des oreilles
Ecrin pour haïku

Jacqueline Morel

Un frisson de joie
Inonde le cœur et l'âme
Il suffit d'un mot
Il fait vibrer l'être entier
Ce mot : namasté

(  HOG sur le thème )

Annie

cris vifs, rififi 
vingt-six flics gris, vingt-six tirs
ci-git chtimi frit

( monovocalisme )

Ariane Musarde

Parler l'Hindi beau
Gazouillis langue d'oiseaux 
Aux persans propos...

Noël Bernard-Talipo

Au paradis
Chante en Hindi
Dans les nues
Mouette nue

( ouïseaunet )

15 septembre – Journée mondiale des lymphomes

Bernard Maréchal

Docteur, j'aime mieux
Bon whisky que gros lymphomes.
Voyez donc mon foie !

(pangramme sur le mot-clef)

Elisabeth Maitre

Molly sème lys
elle pose molles myes
les pommes elle pèle

( beau présent )

Annie

les hommes, les mômes
mes épopées, mes poèmes
Ésope s'y mêle

( beau présent )

Alexandre Carret

L’info ment, malin !
L’un fomente seul des faux :
« Meuf aime Folin ! »
( LYMPHOME en ma-       LYM
LYMPHOME ente seul des  PHO :
                        ME   -f  ai- ME-PHO-LYM )

Jacqueline Morel

LNH
Kyste
Lymphome

LLC
R CHOP

LCP


( la structure Bigollo -ici 3-5-8/3-5/3- est appliquée non plus aux syllabes mais aux lettres )

Noël Bernard-Talipo

Mol, épèle lemmes.
Pèse le sel, pèle pommes...
Ployé, ose somme.

Molosse s'oppose, hèle !
Empesé, l'homme s’emmêle.

( beau présent )

16 septembre – Journée internationale pour la protection de la couche d’ozone

Bernard Maréchal

Tout nus sous les douches,
Nous buvons un coup.
Nous trouons les couches,
Nous sommes trop fous.

Les couches d'ozone,
Nous les boucherons.
Boostons nos neurones, 
et évoluons.

( sélénet et lipogramme en [AIY] sur les mots-clefs )

Elisabeth Maitre

La couche d'ozone
trouée comme une passoire
N'est-il pas trop tard?

Annie

La couche d'ozone. Sur la couche d'ozone je n'ai rien à dire.
On la dit percée, qu'elle fuit
La couche d'Oscar fuit aussi.
La dernière couche ? Sur la dernière couche je n'ai rien à dire.

( cf. " l'herbe " de Queneau )

Jacqueline Morel

La terre en apnée
Sous le soleil ardent grille
Torturée la Vie

Hadès au regard de braise
Guette et étend son royaume

Ariane Musarde

On devrait savoir
Zéro risque garantir
Ouvrir grand les yeux

Nos résolutions couchées
Endormies dans le déni 

( acrostiche )

Alexandre Carret

Lange   d’  argent
Culotte de  plomb
Linge   d'  étain
Change  de  bore

    
Couche d’ozone

(Chicago)

Noël Bernard-Talipo

Zone où bougres couchent
Trou dévorant mon espoir
Couche où bougres zonent

( haïku isocèle et collier )

17 septembre – Journée Mondiale de l’arthrose

Bernard Maréchal

L’arthrose nécrose :
Arrose au rosé ta rose,
L’orthèse est morose.

Ta prothèse te sclérose ?
Ose ta névrose en prose !

(tanka obsessionnel et paramédical)

Alexandre Carret

Arthrose, Escarre, Ichtyose, Ulcère, Œdème, vérole
Je dirai quelque jour mes souffrances latentes

et

Mamie, allons voir si l'arthrose
(...)

et

(...)
Et la vieille où la crampe à l'arthrose s'allie.

( vers célèbres revisités )

Annie

L'arthrose ? Sur l'arthrose je n'ai rien à dire.
La rose en rime n'éclaircit
la douleur qui laisse estourbi.
L'art ? Sur l'art je n'ai rien à dire.

( cf. " l'herbe " de Queneau )

Ariane Musarde

Théâtre rose
Tarte et thé tôt 
Orthèse ose
Tâter tes os

( calembours )

Jacqueline Morel

Une canne noueuse soutient le corps endolori.
La canne solide est un appui précieux.
Son bois noueux provient d'un châtaignier ancien.
Ce bâton lustré soutient la démarche chancelante.
La douleur irradiante tourmente le corps souffreteux.
La vieille courbée frotte ses articulations endolories.

( pissenlit ; ici l'auteure donne l'amorce du fractal )

Elisabeth Maitre

Eros, taré et
retors, erra, s'arrêta
et rossa Hera

( beau présent )

Noël Bernard-Talipo

ra sort
art rose
eros ? - hart !

( chaque vers est composé en prélevant des lettres du mot-clef )

et

Migraine matinale

Rê sort, rose, hors.
Tôt : sa hâte est sotte.
Hère à  rares ors
À sa stase trotte.
Hôte sasse état,
Harassé, s'arrête
À terre. Ho,  tête,
Sort trash t'assota !

( en pentamètres rimés, combinaison du beau présent et de la belle absente : dans chaque ligne
- la lettre correspondante du mot-clef est absente
- toutes les autres lettres du mot-clef sont utilisées, et elles seules )

18 septembre – Journée internationale du bambou

Bernard Maréchal

Je veux bambous frais.
N'y goûtez jamais au wok :
Le panda s'en choque.

(pangramme de 53 lettres sur mot-clef)

Alexandre Carret

Boum au ban du bourg :
Des bambins boûbes bamboulent
Bang au bout du banc.

Jacqueline Morel

Délicate estampe
Pousses de bambou vivantes
Sur papier de soie

Poétique intimité
Légers tons doux délavés

Annie

Trouvant le bambou, le beau bambou, louons Allah !
Bonzaï biscornu ? non, pardi ! Mat érigé, abondant, agitant ses longues soies.
Massif baobab ? non, non ! l'étendue d'un pli superficiel, gramen trustant un à un tout l'espace.
Employable, économique : tout bâti, logis, toit, dock, bateau, échafaudage.
L'ailuropoda glouton a faim ? aliment envié, assouvissant.

Le talent méditatif d'un lettré le tracera à l'encre.

( aléa furtif généralisé d'écart 7 )

Jacqueline Jacquadit

Hola walkyries,
Adjugez ce vieux bambou
Typique fin bout !

( pangramme )

Noël Bernard-Talipo

Boubous ! Bamboula !
Aux sons africains
Mon sang s'affola.
Bravant tous coquins,
Ôtant falbala,
Ululai pasquins.

#héméroméride ( acrostiche )

19 septembre – Journée mondiale du nettoyage

Bernard Maréchal

Balai, serpillière,
Aspirateur et chiffon,
Et l’huile de coude.

Savon noir et détergent,
Et toujours l’huile de coude.

Alexandre Carret

Savonnez parquets, 
Jeux, woks, bidets et margelles !
Nettoyez chiffons !

( pangramme )

Annie

Le nettoyage ? Sur le nettoyage je n'ai rien à dire.
Sur la terre il y a des taudis.
Nettoyez-moi ces cagibis !
Le chef ? Sur le chef je n'ai rien à dire.

( cf. " l'herbe " de Queneau )

Elisabeth Maitre

Gente nonne Anna
gaga yoyote à gogo
tâtant ange en tête

( beau présent  )

Jacqueline Morel

Mains rouges enflées
Regard méprisant du maître
Au sol, elle astique

Nicolas Graner

Si vous aimez nettoyer
les voyelles une à une,
procédez avec prudence.
En abusant de ce jeu,
le sens va se dégrader.
Restent des termes bébêtes :
Psst ! « Brr » vs « grr » ? Hmm... Pff !

( une voyelle disparaît à chaque vers )

Noël Bernard-Talipo

Sut omega ? 
Yot tenu de laid nome ? 
En ru : « Ô journée mondiale du nettoyage. »  
Motus !

( palindrome ; une exégèse ci-dessous :

Un jeune enfant, sachant l'alphabet dire à peine, 
Au savoir pollué de modes décadents,
Ose la propreté louer ( à mots prudents ).
Son maître est courroucé : qu'au silence on se tienne ! )

20 septembre – Journée européenne de la prostate

Bernard Maréchal

La prostate est-elle
Utile à la république ?
Comme Clemenceau, le général de Gaulle
A bien su plaisanter sur ce sujet délicat :
« Mais enfin, ce n'est tout de même pas la prostate de l'État ! »

(HOG)

et

La prostate ? Sur la prostate je n’ai rien à dire.
L’urologue a toujours raison :
Opération à l’horizon.
Sur l’hôpital ? Sur l’hôpital je n’ai rien à dire.

pour Annie (cf. « L'herbe » de Queneau)

Nicolas Graner

Souvent je constate
que consommer de l'astate
nuit à ma prostate,
se plaignait un épistate
en sculptant un orthostate.

( tanka monorime )

Elisabeth Maitre

Paresser repose
têtes pressées et stressées
prêtes à trépasser

( beau présent )

Alexandre Carret

Satrape à-propos,
Topor perpétra Pop rose.
Sa prose épata.

(beau présent)

Jacqueline Morel

Fier et protecteur
Le mâle puissant se tient
En première ligne

Annie

La prostate ? Sur la prostate je n'ai rien à dire.
Probes procédés, pur profit.
Projet ? Propos prolos proscrits.
Le sous-chef ? Sur le sous-chef je n'ai rien à dire.

(cf. « L'herbe » de Queneau)

Jacqueline Jacquadit

Égaré parano, ta prostate s'étuve vu tes états : or ? Pâton à râper âgé !

( palindrome )

Noël Bernard-Talipo

Étrange prostate,
Trop gonflant pressing, salop,
Es dingue échafaud.

( kyrielle cousue littérale : la dernière lettre de chaque mot est égale à la première lettre de son prédécesseur )

21 septembre – Journée internationale de la bibliodiversité

Bernard Maréchal

Brevets desserrés,
Le délire irrésistible :
Le désir de lire.

Et le livre se libère
Si le rêve se réveille.

(tanka et beau présent)

Jacqueline Morel

Je connais un lieu
Où il fait bon oublier
La hâte des jours

S'immerger avec délice
En écrits à profusion

Annie

                bibliodiversité

                 biodiversité

                   diversité

                vérité  diverse

                   vert  dire

et

diseurs de bonnes paroles
défenseurs de bonnes causes
parleront verlan ?
au palais d'été
la diversité explose
vérité diverse
langue de bois vert 

( HOG )

Alexandre Carret

Hervé Le Tellier
Noue, relie en scoubidou 
Tolkien et Caroll

Le seigneur des 
               Anoma-
                     -li-
                         -ce au pays des merveilles

( tank-a-pproximatif )

Ariane Musarde

Bibi lit l'idiot 
Odile le voit vidé 
Livre bibelot

( beau présent )

Noël Bernard-Talipo

Le livre est-il île
Est-il rivière est-il ville
Le livre est dérive

Il dévie et brise et blesse
Réveille délire et vole

( beau présent )

22 septembre – Journée mondiale du rhinocéros

Bernard Maréchal

Ce roc encorné,
Rhinocéros honoré,
Cerné, écorché.

Ses cornes incinérées,
Sorcier chinois enrichi.

(tanka et beau présent)

Annie

le cochon c'est sale
le croco c'est méchant
le loup c'est dangereux
l'opossum c'est lassant
la loutre marine pareil
le chien c'est insupportable

le rhino c'est rosse


( chicago )

Jacqueline Morel

Image
( Spirale – Lire en commençant en haut puis vers la droite et en tournant jusqu'au centre )

Alexandre Carret

RHINOCEROS
Sire Chronos : 
Honorer ici son cher or.
Orner, choisir son rocher chéri, 
Son Orion, 
Choser.

( anagrammes enchaînés :
RHINOCEROS
SIRECHRONO
SHONORERIC
ISONCHEROR
ORNERCHOIS
IRSONROCHE
RCHERISONO
RIONCHOSER )

et

L’athée rhinocéros :
---
La terrine au cerf austère, Ino, sert aussi nos serfs aux sauces. 
Eros, c'est rosse !
Os !
---

( homophonies :
         Laterinocéros
           terinocéros
              inocéros
                océros
                 céros
                    os )

Ariane Musarde

Réserve ralliée 
Roi rhinocéros rêvait 
Respect retrouver 

( tautogramme )

Jacqueline Jacquadit

Élu, ce rhinocéros se tut, essoré, con ...ih ... RECULE !

( palindrome - pour évoquer la pièce de Ionesco )

Noël Bernard-Talipo

La femme et l'homme ont ri
Le vent sonna la noce
Le témoin fut Éros

Haine envers fils d'Éros
Mépris pour qui a ri
Dévastèrent la noce

Mais rien n'arrête noce
Et la danse d'Éros
Tourne en ceux qui ont ri

( terine )
Catégories
Uncategorized

Héméroméride – Août

L’héméroméride, projet d’un an, conçu par Bernard Maréchal, débute le 1er mai 2021. Il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Une activité journalière est proposée : l’écriture d’un micro poème sur le thème de la journée, au format haïku, additionné d’une contrainte à son propre choix. On trouvera ci-dessous les contributions du mois d’août.

1er août – Journée internationale de la frite belge

Bernard Maréchal

Belle frite belge,
Frétille légère et fière :
Bière te libère.

(beau présent)

Alexandre Carret

Vous reconnaîtrez
La frite belge à l'accent
Le sel de la langue.

Elisabeth Maitre

Elle a la patate
la frite belge, elle épate
partout lauréate

Nicolas Graner

bergère fébrile
flétrit filière fertile
liberté filtrée

briefer fifille rebelle 
griller effigie griffée

(  tanka, beau présent en mots de 7 lettres )

Annie

ni les elfes
ni les fées
ni Ève ne 
griffent même
si de brèves 
rimes mentent

( dans chaque vers voyelles IEEE )

Jacqueline Morel

Pour une bonne purée
Onctueuse et délicate
Écrabouiller une fois
Une belle bintje belge
Ou « retour vers la friture »

( heptasyllabes )

Noël Bernard-Talipo

Fondu tel le plomB
Rincé par la pluiE
Ivre à noyer deuiL
Trempé par le sanG
Encor je peux rirE

( double acrostiche isocèle )

2 août – Journée des médiums

Bernard Maréchal

Mage extralucide,
Prophète jusqu'au show-biz,
Fakir et voyant.

(pangramme)

et

Médium sans talent,
Extralucide fictif,
Raseur impuni,

Exorciste irréfléchi,
Radoteur élémentaire.

(tanka et aléa furtif)

Alexandre Carret

J'ai vu l'avenir
Et je vous conseille de
Faire demi-tour.

et

Médis, homme et Dieu
Mais dis au médium Eddy :
« Omets Dioméde ! »

(Homophonies :
Mediumediu-
-mediumediumedi- :
« -umediumed ! » )

Elisabeth Maitre

Dîmes émises dûes,
usé, médusé, Dédé,
demi-ému, mise.

( beau présent  )

Floriane Austruy

M émoire
E levée
D oute
I nné 
U ne
M...

médiumS ! 

( acrostiche et boule de neige fondante )

Jacqueline Morel

et

( calligrammes sur le thème )

@SpinelleR

Mort la peur sentie
Vis le cœur ravi vivant
Chante ton appétit.

Noël Bernard-Talipo

Jour où tous renient.
Heure des espoirs trompés,
Des piteux semblants.

( primitive de « Journée des Médiums » )

3 août – Journée Mondiale de la capoeira

Bernard Maréchal

Pépère pérore ?
Périra par apocope :
Par ici, papa ! 

Papi repéré ! Répare 
Ce pic acéré, pécore !

(tanka, okapi et beau présent)

et

Prière acérée
Accapare ce paria :
Capoeira, crie !

Opéra rap épicé
Ce cocorico perça.

(tanka et beau présent)

Alexandre Carret

CAP ? Où ira  -t-on ?
     OEIl ra  ccrochant l'horizon
          RA  ttrapant nos rêves.

( acrostiche de syllabes par vers, avec homophonie de fragments décroissants )

Elisabeth Maitre

Entre en résistance
combats sans relâche et danse
va jusqu'à la transe

Jacqueline Morel

Combat athlétique
Prise ondoyante et inouïe
Ronde acrobatique

( acrostiche de lettres par mots  )

Noël Bernard-Talipo

Capoeira ! Gouaille,
Saoulante Chorégraphie,
Brouillonne Empoignade !

( chaque mot comporte 5 voyelles )

4 août – Journée des garde-côtes

Bernard Maréchal

La côte d’Adam,
Vermeille, ou rôtie au four
Ève l’a gardée,

Arrosée de Roussillon,
Du Rhône ou bien de Provence.

et

Ce week-end pluvieux,
Profitez-en, garde-côtes,
Jusqu'à ce beau mythe.

(pangramme de 54 lettres)

Alexandre Carret

Le vieux coq de noix
Arbore un COAT CÔTelé
POUSSE UN cri d'alarme

Guette à BAbord et TRIbord
Dans sa GARE DE COT-cot.

(Homophonies)

Elisabeth Maitre

Le guetteur de mer
arpente la lande et veille
du haut des falaises

Jacqueline Morel

Démon ou ange-gardien
Il traque le long des côtes
Un corps échoué sur le sable

Parmi les cristaux de sable
Cherche la main du gardien
Du sang inonde les côtes

Espoir enfui loin des côtes
Des os enfouis sous le sable
Craquent les pas du gardien


(Quenine – Utilisation d'un des mots-clés)

Noël Bernard-Talipo

souvenance garde
enfant d'une auto garée
de quais et de gares

de paix que tu gâtes
m'entraînant aux mornes gîtes
d'un clan des cités

ton poing me fêlant trois côtes

( HOG et doublet de Caroll de GARDE à CÔTES )

5 août – Journée des sous-vêtements

Bernard Maréchal

Sous tes mouvements
Tes sous-vêtements m’émeuvent.
Je me sens tout nu.

Tu m’envoûtes toute nue.
Tu me mens même vêtue.

(tanka et beau présent)

Elisabeth Maitre

Ah le charme fou
des panties, jupons, frou-frous
si jolis dessous

Jacqueline Morel

Peau douce nacrée
Sous moult chiffons empilés
Longues cicatrices

Alexandre Carret

Très cher kangourou,
Il fait beau à Arcachon.
Je rentre le 7.

Dans ce camping naturiste,
Tu me manques tellement.

et

Bijoux de famille,
Sous, sous mes sous-vêtements,
Loin des convoitises.

Noël Bernard-Talipo

Slip, string, bikini :
D'instincts virils rikikis
L'infini misfit.

( monovocalisme )

6 août – Journée internationale de la bière

Bernard Maréchal

J'avais plus que trop soif, je veux mousses grand choix !
J'ai vœux que gueuze blonde en mes chopes fermente !
J'ai bu, tout vif, trois grands Lambick, Pils ou Chimay.
- Je me doutais que vous bluffiez face aux champagnes...
- Jargon crypto flamand : Holà ! Buvons six Kwak !

( belle absente )

Annie

Middelkerke

ville, grève,

silence des sirènes enfiévrées
brise de mer grise les gens
crise de vers brise le temps

triste verre vide, je l'emplis
thé léger ? vin de messe ?

bière et frites belges

( voyelles I,E,E,E... )

Elisabeth Maitre

Filles, clops et bières
ont un point commun : y'en a
des brunes et des blondes

Jacqueline Morel

Fraîcheur pétillante
Réjouit mon gosier avide
Moiteur de l'été

Floriane Austruy

B onhomie acerbe 
I rradiant de son superbe
E coulement vif

R essac de mousse incisif 
E ncore offert à tes lèvres 

( acrostiche )

Alexandre Carret

Ō fleur d'abbaye,
Nous serons, brunes houblondes,
A ta mise en bière.

Noël Bernard-Talipo

Béri-béri erre.
Érèbe bée. " É bé, bib ? "
Ire : bébé rée.

( beau présent )

7 août – Journée mondiale de l’éducation

Bernard Maréchal

Ministre sinistre  Réforme difforme
               Grève

  Examen stressant Élève stressé
               Grève

           Tout va bien
            On y croit
            On éduque
             Encore

   École future Avenir radieux
               Rêve


( Petite Morale élémentaire portative )

Alexandre Carret

Ton doigt dans le nez !
Tiens la porte pour la dame !
Tirez dans le tas !!

et

L’éducation a conduit le code à l'inutile.
A-t-on du caleçon du Tit un idéal occidental ou acidulé ? 
Note l’action du coude, l’anti-délation culte ! 
Au coin du latin, décode-lui Caton !

( 14 anagrammes enchaînées :
LEDUCATION
ACONDUITLE
CODEALINUT
... )

Jacqueline Morel

Longues heures a rêvé
Le regard au loin perdu
Fixant le vol des choucas
Envoûtante giration


( Heptasyllabes - Rimes déterminées par les syllabes phoniques du mot-clé )

Elisabeth Maitre

Ce sont nos enfants
qui font notre éducation
d'apprentis parents

Noël Bernard-Talipo

Oiseau nautonier,
Rougeoyait l'Éducation.
L'épousai, gouailleur.

( tous les mots de plus d'une lettre possèdent les cinq voyelles )

et

Pilate est Zélé duc à Sion
Pile athées et l'Éducation

( vers holorimes isocèles )

8 août – Journée internationale du chat

Bernard Maréchal

Puisque vous habitez dans mon foyer la jungle
Pourquoi me flattez-vous, juges bien doucereux ?
Quels minets de gouttière ! Perchés, vos jeux me bluffent,
Mes beaux félins peu dangereux, vous que je cache.

( belle absente )

Alexandre Carret

Sur un chachacha
Mon chat tchatche sur un tchat
Plein de chattes tchèques

Macha, ma chatte, le checke :
«  Tchao, macho ! Je te chasse ! »

( prosonomasie )

Annie

Machination des sycophantes ! Cahotant, clochetant, chaste chanteuse et charmant achanti cohabitaient. Ils bichaient, chahutaient un peu, choisissant la vie multichromatique. Chicanant la charité, chantre chevrotant, catéchisant l'eucharistie crachotait qu'ils chuteraient prochainement, crachant "peu me chaut ce chambardement champêtre". Ce chapitre les chagrinait, ils échappèrent à ce châtré en l'écorchant.

( à l'exception des mots de 2 ou 3 lettres, chaque mot contient les lettres C H A T, dans l'ordre )

Jacqueline Morel

Dans l'herbe tapi
Soudainement il bondit
Croque la souris

( monorime )

Noël Bernard-Talipo

Charia pourchasse.
Chaleur décharne, acharnée.
Chars revanchards chargent.

Échappent, chassant chagrin.

Chargée, chaloupe chavire.

( tous les mots font entendre le son "cha" )

et

Perec le révère,
Le fête en vers exempts d'E,
Le décrète frère.

Cette présence légère,
Est-ce bête ? est-ce déesse ?

( monovocalisme )

9 août – Journée internationale des peuples autochtones

Bernard Maréchal

Peuples autochtones,
Vous sortez du sol,
Destins monotones,
Victimes du vol.

Sortis de la terre,
Pourquoi être nés,
Puisqu’on vous enterre,
Soumis, bétonnés ?

( sélénet sur mot-clef )

Alexandre Carret

Il pleut peu : l'Automne toque.

et

Mes frères m'enterrent
En cette terre éternelle,
Celle de mes pères.

Mes restes de belle femme
T'ensemencent, Terre Mère !

( monovocalisme )

et

Sers-moi un blanc sec
Du celui-là que ton père
Servait à mon père

Et raconte-moi encore
L'histoire de la fontaine.

Elisabeth Maitre

Tant de droits violés
et tant d'espaces spoliés
des peuples premiers

Jacqueline Morel

Le Louis, à Chalain
Il r'guigne les bonn'amies
En maillot de bain

Faut l'voir, il a les quinquets
Tout grands ouverts. Nom de Diou !

( Tanka franc-comtois )

Noël Bernard-Talipo

Chez le peuple de l'Eau
Le bonheur vient et toque
Dès que l'orage tonne.

Lorsqu'est vide la tonne,
Que s'évapore l'eau,
Que la famine toque,

Le vieux coiffe sa toque.
Monte sa voix qui tonne.
Ordonne. Et coule l'eau

( quenine sur trois fragments du mot-clef )

10 août – Journée mondiale du lion

Bernard Maréchal

Quand je mange accroupi, chez vous, c'est vos beefsteaks !
Quelque gnou perdu meurt ? Je vous bouffe tout chaud.
Quand je capte Hemingway, Kessel parle aux beaux fauves.
Tigres fauchés de fric, pourquoi vous blâmerais-je ?

( belle absente )

Alexandre Carret

L'ion K+, qu'à Lyon
On lie à Pygmalion
Né au lit et lyonnais.

(Vers en palindromes syllabiques)

Nicolas Graner

Le moucheron, l'âne,
Le chasseur, le rat, le pâtre,
Le loup, le renard,

Amoureux devenu vieux,
Malade abattu par l'homme.

( filigrane sur des titres de fables de La Fontaine )

Jacqueline Morel

Au loin le lion dort
Le gnou boit au bord du lac
La mort veille et rode

Annie

         alimentation

          aliénation

           lie-t-on

             lion


   que dit-on rugit le lion ?

  Pauvre Martin ne répond rien

     aliéné ne se souvient

  cousu d'or fin ricane et part

   déguster Koons et du homard 


( première partie en avion itéré : les lettres de chaque mot figurent dans son prédécesseur en respectant l'ordre )

Noël Bernard-Talipo

Rugis, rage à ras.
J'errais, jurant, joue rougie.
Rongeant rats, girais.

J'ai ri : j'erre ? ô joie !
Roi, genre ange , ai rue !

( les syllabes commencent alternativement par le son R et le son J )

11 août – Journée mondiale du steel pan

Bernard Maréchal

Le talent t’appelle,
Et la salsa t’a lassé ?
Tape le Steel Pan.

(beau présent sur le mot-clef)

Nicolas Graner

La télé est en panne.
Papa a le spleen et peste en ses pénates.
Les passants l'appellent : « tape les steel pans ! »
Le plan est épatant :
Papa étale ses talents en salsa
et se tape sa nana.

( résumé en beau présent de la chanson « C'était un soir, messieurs, mesdames » de Pierre Perret )

Jacqueline Morel

Rythmes cristallins
Danse endiablée, colorée
Sons caribéens

Sonnent les tambours d'acier
Allégresse déchaînée

Elisabeth Maitre

Satanée télé
en panne peste Stella
pelant ses patates

( beau présent  )

Alexandre Carret

Vieille casserole
Battue par la pluie des doigts
Rythme la nuit chaude.

Noël Bernard-Talipo

Pan pan pan pan pan
Pan pan pan pan pan pan pan
Pan pan pan pan pan

Ô steel : ostie ? lot ? stylo ?
Oh style hostile hausse-t-il haut ?

( holorimes )

12 août – Journée mondiale des éléphants

Bernard Maréchal

Avec son grand nez, 
L'éléphant, ce pachyderme,
Trompe énormément

Mais il n'est pas sans défenses,
Et se souvient des offenses.

Et Romain Gary
Dans « Les racines du ciel »
Fait brailler Morel,

Parce qu'à ses yeux « les hommes
Ont b esoin des éléphants. »

( double tanka )

et

Dans sa grosse tête,
Le vent souffle fort,
Et dans sa trompette
Il a du renfort.

Géant sur la terre,
Il craint le chasseur,
Surtout son tonnerre,
Qui fait toujours peur.

( morsélénet sur le mot « Éléphantin » )
··−··  ·−··  ··−··  ·−−·  ····  ·−  −·  −  ··  −· 

Alexandre Carret

ELLE EST FENdue, mon
 AILE ET FANtôme, je suis !
   ET LES FANtastiques
      ELEPHANTs roses s'éteignent
  ET LES FANfares au loin …

( Drame ordinaire d’une nuit trop arrosée qui termine sa course dans l’écran publicitaire d’une station de lavage )

Annie

écris la girafe
et les éléphants
formes d'orthographe
trompent les enfants

tête et cou Sophie
crève le plafond
d'orfin à orphie
l'informe est profond

( sélénet  
Sophie : la girafe
orfin : https://www.cnrtl.fr/etymologie/orphie )

Nicolas Graner

Quand un éléphant
tue un trafiquant d'ivoire,
qui prend sa défense ?

Quand un éléphant
joue de la trompe bouchée,
za le fait barrir ?

Quand un ailé faon
a terminé sa croissance,
est-ce un cerf volant ?

Jacqueline Morel

Ailés sont les faons
Pour les fous et les enfants
Fans des éléphants

Noël Bernard-Talipo

Tuas, cruel au rêve humain.
Cime ? T'y erre, d'aise ailé, faon.
Tu as cru et l'aurais vu : maint
Cimetière des éléphants.

( holorimes )

13 août – Journée internationale des gauchers

Bernard Maréchal

Cendrars amputé
N’écrira plus comme avant.
Sa main droite est morte.

Le gaucher, minoritaire,
On voudrait le faire taire.

Alexandre Carret

Déçu par la gauche
Et peu tenté par la droite
Je m'abstiens d'écrire.

et

La GauCHE CHEmine
Aussi adroitement que
La gauche MIMIne.

Elisabeth Maitre

Gars gaucho gaga
goba goulûment ganja
galère gastrique

( tautogramme )

et

Gauchers contrariés
remis en dextre chemin
sinistre pratique

Jacqueline Morel

L'enfant est en larmes
Le maître furieux
D'une trique s'arme
S'écroulent les cieux

« Pas de la main gauche,
Garçon maladroit ! »
Mais l'ange s'approche
Et le sacre roi

(  sélénet )

Nicolas Graner

Noël Bernard-Talipo

De la gauche cueille 
La droite tient le rameau 
La framboise est mûre 

14 août – Journée internationale du rosé

Bernard Maréchal

Quel champagne bois-tu ? - Du vif et du joyeux !
Bien déprimé, j'en veux : il faut que tu t'en charges.
- J'ai du champagne blanc. Veux-tu bien qu'on te l'offre ?
- Plutôt qu'un grand whisky, j'avais bu mon cafard.

( belle absente )

et

Au cubi j’ai bu
Du vin ni blanc ni blanchi,
Divin, qui m’a plu.

Bilan : ça vaut du ti-punch !
Vacillant, j’ai fini cuit…

(lipogramme en [ROSÉ])

Nicolas Graner

Le papier hygiénique étant devenu rare,
Les confinés, hélas, gâchèrent du pinard.

Moralité :
Et rosé lavait culs ; ce covid il est rosse.

( fable express )

Elisabeth Maitre

Faire macérer
rosé sucre basilic
fraîchement cueilli

deux jours dans un bocal clos
filtrez voici l'apéro

( c'est effectivement la recette d'un apéro-maison très doux, parfumé, à boire bien frais, se conserve une semaine au frigo. pour une bouteille d'un bon vin rosé, mettre une bonne poignée de feuilles de basilic, et selon votre goût, deux ou trois cuillers à soupe de sucre en poudre )

Jacqueline Morel

De sa lyre Éros
Charme et envoûte la rose
Sur mon cœur la pose

( anagramme et monorime )

Alexandre Carret

T'attrapas les rougets, douze héros du Bugey.
J'ai bu du rosé doux. J'ai roulé. Patatras !

(Palindrome syllabique)

Noël Bernard-Talipo

Éros, essoré,
Erre, se resserre, rée.
Ô roses rossées.

( beau présent )

15 août – Journée internationale du géocaching

Bernard Maréchal

La vierge est montée : 
Mon GPS ne peut plus 
La localiser !

Géocaching dans les cieux :
Tricherait-on chez les dieux ?

( tanka )

Nicolas graner

C'est localisé.
On laisse donc train, vélo...
À pied on arrive.

( séquence vocalique tirée du mot-clef : E O A I E O A I... )

Jacqueline Morel

Sur l'océan une bouteille
Dans la bouteille un parchemin
Sur le parchemin une énigme
Dans l'énigme un endroit secret
Dans l'endroit secret un trésor...

( Poème gigogne - Octosyllabes )

Alexandre Carret

GEOrges perec CACHa INGénieusement
Comme un GEOCACHING dans La disparition
un e GEant cOmme un CACHalot INtriGuant
Nul GEns dOCte ou sACHant ne vit l’INtéGration !

et

J’ai, au calme, uriné à jets hauts car au twist
La vessie peut flamber du zizi jusqu’aux yeux

( Dans ces deux alexandrins, toutes les lettres de l’alphabet sauf G, O et K
Le premier peut se lire :
GOK -lme, uriné à GOK -r au twist )

Noël Bernard-Talipo

ce gène gâché
a changé cane en cigogne
caniche en ânon

gain négocié à canon
a changé génie en haine

( beau présent )

16 août – Journée mondiale du cerf-volant

Bernard Maréchal

Ton vol affolant,
Le tonnerre l’écartèle.
Le vent l’accélère.

Contrôle ta force ! Avance,
Et flotte en fanfaronnant !

( beau présent )

et

Pieds rapides.
Genoux agiles.
Ventre mou.
Langue pâteuse.
 
Cerveau lent.

(chicago)

Annie

lance, lance enfant 
lance ton franc cerf-volant 
vole, vole cerf-volant 
vole, vole avec le vent 
affolant terre et forêt 
le lac affalé, la ronce 
le roc entravé 
t'enlevant, te racontant 
à la crête cévenole 
à l'océan frelaté 
le vent te fera oracle

( HOG et beau présent )

Elisabeth Maitre

Une montgolfière
dans le ciel là-haut
s'envoyait en l'air
sous le soleil chaud

Mais tomba par terre
quand un cerf-volant
lui dit t'es trop fière
je passe devant

( sélénet avec alternance consonantique/vocalique )

Alexandre Carret

Mon serf ! Vos lanternes !
Qu'on serve aux lampistes
Cons (cerveaux lents), proies,
Concerts, vol en piste,
Conserve aux lamproies,
Mon cerf-volant terne.

(Holorimes)

Nicolas Graner

dans un nuage pâle
au bout de sa ficelle
une forme gracile
entre les mains d'Éole
monte comme une bulle

( babebine )

Noël Bernard-Talipo

Il fit savoir à ses serfs
Que seule fortune vaut ;
Qu'au pauvre échoit trépas lent.

D'abord sourd, minime et lent,
Monte le courroux des serfs,
Ceux dont l'âme rien ne vaut.

Telle morgue au maître vaut
Un engloutissement lent
Sous le mascaret des serfs.

( quenine )

17 août – Journée internationale du chat noir

Bernard Maréchal

Ce chaton tout noir
Va-t-il te porter malheur ?
Caresse-le bien doucement, n'aie pas peur !
Les proverbes sont faux, les chats nous portent bonheur.
Chat noir, chat blanc, chacun cherche son chat, et son chat perdu le trouve.

( HOG )

Alexandre Carret

      Kiwi  orange
   Diamant  améthyste
  Gendarme  pervenche
     Milan  parme
       Pic  quatre-couleurs
    Rouget  blanc
 Turquoise  tourterelle
        - - -
      CHAT  NOIR


( chicago )

Floriane Austruy

C haton du desti N
H aï dans un imbrogli O
A lliciant et jol I
T out en douceu R 

( double acrostiche )

Elisabeth Maitre

La célèbre écharpe
de Bruant, rouge écarlate,
au Chat Noir, Montmartre

Noël Bernard-Talipo

Au soir j'ai cru voir
Un malfaisant animal
Bondir d'un coin noir.

Crachin mauvais. Pas un chat.
Aucun abri. Pas d'ami.

( lipogramme en E )

18 août – Journée des vétérans du Vietnam

Bernard Maréchal

Chantez, vétérans,
Vieux Bérets verts nostalgiques :
Full Metal Jacket,

Platoon, Good Morning Vietnam,
Et Apocalypse Now.

(pangramme et tanka)

Alexandre Carret

Heureux, à la gare,
Jo, l’homme, au quai : « Faut qu’j’y aille! »
La guerre est finie.

le vieux Viêt Cong  répliqua :
«Go home ! Okay ! Fuck GI ! »

---
(les vers 2 et 5 presque-z-holorimes)

Noël Bernard-Talipo

vogue en toutes mers
marin saoul du vieux voilier
et tourne à jamais

( primitive de « vétérans du Vietnam » )

19 août – Journée mondiale de la photographie

Bernard Maréchal

La photographie,
Après Sainte Véronique,
A perdu beaucoup d’originalité.
Niépce et Daguerre ont tenté de la rééditer.
Il manque un volontaire à la crucifixion : qui veut essayer ?

(HOG)

Alexandre Carret

Tout l’ α bet grec
Se trouvait dans un bas τ
Bien qu’on ait ϙ
La β coulé à π que
Est-ce la faute au gras φ ?

( Tout l’alphabet grec
Se trouvait dans un bateau
Bien qu’on écopa
La bette a coulé à pic
Est-ce la photographie ? )

Noël Bernard-Talipo

quel bonheur que vivre caché
contemplant d'un rire éméché
ce temps du toc et du cliché
du doux par le fort embroché
sur un palmier restant juché

( babebine isocèle )

20 août – Journée mondiale du moustique

Bernard Maréchal

Quoique tu sois mou,
Tu me tues si tu m’estoques,
Moustique mutique,

Et tu émiettes mes siestes !
Mute ! Et imite tsé-tsé !

(tanka et beau présent sur mot-clef)

et

Je t'ai vu passer à l'attaque
Telle une boule de pétanque.
Avec ta gueule de métèque,
As-tu bien lu le Pentateuque,
Jojo Culex, dit le Moustique ?
Envole-toi ou je t'estoque,
Je t'écrase dans la fétuque,
Et je t'enferme dans ma touque.
J'ai dit ta mort dans un triptyque.

( babebine )

Annie

la pastèque et le moustique
se sont mariés
le petit mastique
est leur premier né
ils désiraient une fille
l'ont faite sans précaution
poustèque née bien gentille
est objet de dérision
c'est ainsi chacun se moque
méchamment, cruellement
de la grosse sans ami
qui bientôt rétorque
"ça vaut mieux que sale ami"

( HOG )

Alexandre Carret

La  miss toque
Le  mousse tique
      Moi, stoïque
Je  mastique
      Mon steak
De mustang
      Mastoc.

      Mon stock
De mous, sticks,
      Mousses, tiques
Et moustiques
S'émousse. Tic
Tac mystique.
On m'extorque,
On m'estoque.

Elisabeth Maitre

Minuscules insectes
assoiffés de sang assaillent
nos peaux dénudées

Noël Bernard-Talipo

Le moustique qui voulait se faire aussi costaud qu'un tigre.

Un moustique aperçut un tigre
Balaise d'épaule et de tronc.
Le chétif animal se découvrant bien maigre
Pique et suce et se gonfle : eh, moi, piètre ? allons donc !
Veut surpasser ce félin d'au moins mille
Disant : « Holà de ma famille,
Est-ce assez ? ai-je enfin vaincu ce fauve amer ?
— Nenni. — M'y voici donc ? — Point, faut encor trimer.
La chétive qui pique et sa peine ne compte,
Une main, l'écrasant, la dompte.
Le monde est plein de gens qui n'ont pas plus de sens :
Tout Bourgeois pour bâtir, dans son délire obtus,
Vient en Prince te demander quitus
Sans soin de ce que tu ressens.

( d'après « La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf » de La Fontaine ; avec rimes pour l’œil )

21 août – Journée mondiale de la mode

Bernard Maréchal

Le bœuf à la mode
Se vêt piqué de lardons
Aux petits oignons.

Lady Gaga s’en habille
Et met le bœuf à la mode.

(tanka sur mot-clef)

variante

Le bœuf à la mode
S’est habillé de lardons
Aux petits oignons.

Lady Gaga en haillons
Remet le bœuf à la mode.

(tanka sur mot-clef)

Alexandre Carret

La mode d'hier
Sera celle de demain
Mais pas d'aujourd'hui.

et

En mode émotion,
J'ai, pour modérer des maux,
Des mots démodés.

Elisabeth Maitre

Démon dolent donne
donjon doré décoré
drone démodé

(tautogramme avec les deux voyelles du mot-clé)

Noël Bernard-Talipo

Mémé démodée.
Môme emmode, de modem,
Démo : ô œdème !

( beau présent )

22 août – Journée de la bienveillance

Bernard Maréchal

La violence éveille ?
Bénévole, veille bien
Et sois bienveillant.

( haïku isocèle sur mot-clef )

Elisabeth Maitre

Communication
non violente, tolérance,
empathie, respect

la bienveillance attitude
harmonie ou utopie?

Alexandre Carret

« BIENVEnue à vous ! »
          IL salue l'enseignant ... puis
                  LANCE une boulette.

( fragments du mot-clé en acrostiche )

Noël Bernard-Talipo

Le regard brillant
Le maître écoute l'enfant
Qui bâtit le monde

23 août – Journée mondiale topless

Bernard Maréchal

Tu gardes le bas,
Mais tu enlèves le haut :
Les gars te regardent.

(lipogramme en [O])

et

Teste tes lolos,
Poétesse potelée.
Ose le topless !

(beau présent)

Elisabeth Maitre

 Les pots elle pèse
Polo s'oppose: stop, sotte!
solo elle peste

( beau présent )

Alexandre Carret

Sto plé, laiss’ top !
C’est l’top : sel, potes, pelles, seaux, tel spot hot spell,...
Elles postent topless.
Les stops les stoppent !

( suite de contrepéteries du mot-clé )

Noël Bernard-Talipo

L'eau palpe ta peau
Souple soyeuse pulpeuse
Le soleil s'y pose

( sur les consonnes du mot-clef )

24 août – Nuit internationale de la chauve-souris

Bernard Maréchal

Cet oiseau poilu,
Pipistrelle ou bien vampire,
Tranquille en sa grotte,

Mammifère déplumé,
Voilà la chauve-souris.

(tanka)

Alexandre Carret

Colloque mondial :
Les chauves-souris tuent-elles ?
Un savant s'avance,
Laid, chauve  souris-tu ?  tel
Kojak et dit : « ça dépend ! ».

( Vers 2 et 4 holorimes )

Elisabeth Maitre

La nuit tombée, une kyrielle de chauve-souris, bêtement réputées effrayer gosses, hommes, femmes jeunes ou mémés, wallabys, pourchassent, quinquets aveugles, zig-zaguant yo-yo, xanthies, insectes volants.

( pangramme )

Annie

Cette souris chauve
s'aise couverte... Chut ! 
Ce chat trouve issue.

( anagrammes )

et

chat fourré
chien assis
cheval vapeur
mouton à cinq pattes
merle blanc


souris chauve 

( chicago )

et

chat pelé
chien rasé
mouton tondu
merle déplumé
loup écorché


souris chauve 

( chicago )

Noël Bernard-Talipo

Elle sort d'une profonde grotte
Sous un voile où se mire la nuit.

La nocturne rôdeuse voilée
Décrit un long cercle autour de moi.

Et cette parade circulaire
Veut m'inviter en sa solitude,

Moi, le solitaire promeneur
Goûtant le silence revenu.

Devant la silencieuse prière
De cette visiteuse charmeuse,

Trop lâche, par l'effroi visité,
Je me retourne vers la lumière.

Lors égrenant un pleur lumineux
Elle se fond dans les profondeurs.


( duplex  : le 1er vers de chaque strophe prend en adjectifs les substantifs du vers précédent,  voir la définition par Nicolas Graner de cette contrainte inventée par le poète américain Jericho Brown dans son recueil « The Tradition ». )

25 août – Journée mondiale des vêtements d’occasion

Bernard Maréchal

– Vêtements d'occase ?
– J'y change beaux kilts pur wax.
Contre quoi ? – Des fez !

(pangramme de 56 lettres sur mot-clef)

Alexandre Carret

Pantalon à vendre
Rapiécé au genou
État presque neuf
Braguette coincée au tiers
Cent six euros. A débattre

( tanka )

Noël Bernard-Talipo

En ces temps de dèches
L'ami toxico
Met l'herbe en ses sèches
Boit du moricaud

Ses vêtements serre
À bout d'illusions
Se ferme s'enterre
Sourd aux occasions

( dans ce sélénet, les vers impairs sont monovocaliques, les vers pairs lipogrammatiques )

26 août – Journée mondiale du chien

Bernard Maréchal

Perdus sans collier,
De fusil ou de faïence,
Assis ou couchants,

De caserne ou de sa chienne,
Ou chiens dans un jeu de quilles ?

( tanka proche du filigrane )

Elisabeth Maitre

Rusé Idéfix, 
satanée Mirza, Snoopy
fidèle Lassie
Milou, Croc-blanc, Rintintin
et les cent un dalmatiens

Alexandre Carret

Votre dogue albanais qui jappe en haut-de-forme
Joue à sauve-qui-peut tel un Clumber, grand fou,
Juchant sur l'empaffé Braque d'Auvergne énorme
qu'abhorrait un lourd Jug mauvais, flapi du cou !
Je vous dois, chers cabots flegmatiques, mes poux !

(Belle absente)

Annie

      oreilles droites          oreilles pendantes
                        aguets

         mufle baveux             mufle béant
                        abois

                     le chiendent
                   peste au jardin
                      l'arracher
                       toujours

           queue haute          queue basse
                        crottes


( petite morale élémentaire portative )

Nicolas Graner

Ce cher carnivore
Habite habituellement
Ici. Il imite,
En être extra-empathique,
Notre naturel nunuche.

( tanka, acrostiche, tautogrammes )

Noël Bernard-Talipo

Chiche. Échec inné.
En chie, échine hiée.
« Ici ! » henni. « Niche ! »

( beau présent )

27 août – Journée du hamburger

Bernard Maréchal

New York, hamburgers,
Jeux cyniques de fast-food,
Pouvez-vous les fuir ?

(pangramme de 56 lettres sur mot-clef)

Alexandre Carret

Notre jambon beurre
Vaut bien tous les hamburgers
Renommons ce jour !

et

A la guerre, en bure,
Contre tous les hamburgers
Nous, gais, r’beurrâmes.

(A la ger hambur, contre tous les ham bur gers, nous ge r’bur ham)

Elisabeth Maitre

Armure égarée
à Bourg Homère maugrée
bougre bourru rage

( sur les consonnes du mot-clef )

Noël Bernard-Talipo

J'ai les doigts qui collent
Le veston taché
La pitance est molle
Pas dure à mâcher

Sur les frites rances
Le ketchup jeté
Met mon cœur en transes
Coin d'éternité

( sélénet )

28 août – Journée du nœud papillon

Bernard Maréchal

Papillon noué,
Le populo le déplie,
Il pendouille nul.

On le noue, épanoui,
À l’appel d’une poupée.

(tanka et beau présent)

Alexandre Carret

moineau  moineau
dard         abeille
serpent   serpent
nerf         bœuf
bourdon  bourdon
nouille     orque
asticot     asticot
queue      vache
anchois   anchois
chauve    souris
bélier       bélier 
couteau  huître
  --
nœud     papillon

( chicago )

Elisabeth Maitre

Cravate ou nœud pap'?
Thé ou café? Pop ou rap?
Ben moi je m'en tape

Noël Bernard-Talipo

Mon cou, tout autour,
Éprouve ton frôlement,
Tortueuse corde.

Comment dénouer ton joug,
Ô garrot papillonnant ?

( collier strict )

29 août – Journée internationale contre les essais nucléaires

Bernard Maréchal

Essai nucléaire
À Mururoa ?
Faut pas trop s’en faire.
Bye bye ! Aloha !

La France est experte
En sécurité.
Notre île est déserte,
C’est la vérité.

(sélénet sur les mots-clefs)

Alexandre Carret

Avoir l’ouïe à l’œil,
Est-ce énucléer un ombre
Ou lire les lèvres ?

Et combien de morts lors d’un
Essai nucléaire ? un nombre !

(vers 2 et 5 holorimes)

Jacqueline Morel

L'État imposteur
Assassine de sang-froid
Secrets dévoilés

Annie

Cesse, sais-tu, nous sommes nus - bouclé l'éclair prestigieux.

Noël Bernard-Talipo

C'est juste un essai.
Ce ne sont que des sauvages.
C'est rien, un atoll.

30 août – Journée internationale des victimes de disparition forcée

Bernard Maréchal

Reste-t-on vivant
Si forcé de disparaître ?
Nos mémoires vivent.

(beau présent)

Alexandre Carret

Chère belle lettre,
Je te cherche chez Perec 
désespérément.

( monovocalisme )

et

Journée internationale des Victimes de Disparition Forcée
Ils reviendront au second petit matin. Ce sera fini. Joie dorée.

( anagrammes )

Elisabeth Maitre

Soudain tu m'effaces
de moi tu te débarrasses
sans aucune trace

Jacqueline Morel

Portraits exposés
Vies brisées à l'infini
Qu'a-t-on fait de vous ?

Larmes, désespoir, angoisse...
Indicible cruauté

Nicolas Graner

Ma contribution
À ton blog pour aujourd'hui
Ayant disparu
Je tente présentement
D'en régénérer le texte

( tanka, lipogramme puis monovocalisme en E )

Noël Bernard-Talipo

où va mon amour
emmené sans rien savoir
en mains inconnues

un mur noir une rumeur
un souvenir une veuve

( contrainte du prisonnier )

31 août – Journée mondiale du blog

Bernard Maréchal

Lorsque je veux gâcher un flux improductif
De mon graphique web, zut, j'y fais vingt morceaux,
Je ferme les widgets privés qui branchaient bien,
Beaux pseudos qui foiraient : j'achève les forums.

( belle absente )

Nicolas Graner

C'est là que je griffonne un poème vachard,
Un jeu de mots piquant, un vague chant funèbre,
Des vers, un fragment brut sur lequel j'ai planché
Et parfois des brouillons que je vois m'échapper.

( belle absente )

Elisabeth Maitre

Babillage vain
Logorrhée égocentrée
Ou libre expression
Générant débat d'idées?
Blogs fleurissant sur le web

( tanka avec acrostiche )

Alexandre Carret

Bigle sur mon blog :
Gloubi-boulga de blabla
et blagues bling-bling.

( allitérations )

Jacqueline Morel

  B aiser rouge san G
  L 'astre et son hal O
   O eil de feu crue L
G ril sous ciel de plom B

( Acrostiche et télostiche inversé )

Noël Bernard-Talipo

Ignoble bignole,
Bulldog obligeant blocage,
Boulègue guiboles !

Blogues « Bungalow logeable » ?
Gablous bigleront bourgueil.

( tous les mots contiennent les lettres B, L, O, G )

Catégories
Oripeaux

Journée du Mystère Des Oulipotes

L’héméroméride, projet d’un an, conçu par Bernard Maréchal, débute le 1er mai 2021. Il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Une activité journalière est proposée : l’écriture d’un micro poème sur le thème de la journée, au format haïku, additionné d’une contrainte à son propre choix.

Le 8 juillet, seul de l’année où nous n’avons pu trouver de journée mondiale ou internationale, a été décrété « Journée du Mystère des Oulipotes » et a donné lieu à un riche ensemble de contributions. Les contraintes, non dévoilées dans l’héméroméride, sont explicitées ci-dessous.

Bernard Maréchal

Tu dis le mot « lettre »
Sur liste oulipo ?
L’esprit doit s’y mettre
Pour polir des mots.

Lettres mystérieuses
Pour dépoussiérer
Les rimes miteuses,
Puis les dérouiller.

Sortir des litotes
Où tout se dissout,
Et des polyptotes
Des puristes fous :

Mystères limpides
Pour liste oulipo,
Mes rimes stupides
De petit Pierrot.

(sélénets et beau présent)

et

Mystère des oulipotes :
Le dieu mort s'y est posé.
Le myope sort des étuis
Et pousse solide myrte.
Os du mystère, lépiotes,
Dieu y pelote ses morts.
S'il t'y mord époussetée,
Myste, sois étole prude.

(prophétie en huit anagrammes)

Rémi Schulz

jeu puéril ou vaine anecdote

pour qui refuse l’élan mutin

tout ce fatras emberlificote

le rustre comme le philistin

les nicodèmes et les bigotes

l'indélicat y perd son latin

mystère opaque des Oulipotes

 

pour coder la fable rigolote

il se faut détenir un dessin

un fantasme su sans antidote

émotif on y vient et revient

étrange cuisine qu'on mijote

suivant l’aptitude de chacun

mystère intime des Oulipotes

 

pour la décoder tel numérote

tel rumine le texte oulipien

tel tire le fil de la pelote

tel surdétermine et à la fin

découvre comme ça se tricote

logique clé du trésor surfin

mystère vaincu des Oulipotes

 

qui n’a tête vide de linotte

avouera n'être qu'un ripolin

et pourra crier saperlipotte

je ne sais encore quel moyen

élargit au-delà des jugeotes

un écrit digne d’un magicien

mystère infini des Oulipotes


( l'isocélisme et l'acrostiche oblique sont mis en évidence par l'image ci-dessous ; s'y ajoute un nombre de lettres égal à 666 et une gématrie égale à 7992, avec 7992 = 666 x (6+6) 

Elisabeth Maitre

Ecrire contraint
fol imaginaire fuse
pensée libérée

Jacqueline Morel

Mais qui sont les oulipotes ?
Virtuoses de la plume
Même passion les anime

Érudits poètes
Leur art nous révèle
La beauté du monde
Et l'infini des possibles

( HOG )

Annie

laisse le vent
courir devant
car la terre

lui a souri
là-bas aussi
adultère

c'est le credo
de l'oulipo
son mystère 

( sur le schéma de rimes de la « Chanson d'automne » de Verlaine )

Nicolas Graner

Oh, qu'allez-vous lire ?
Un sélénet ? Non !
L'acrostiche ? On vire :
Idiot, jeu bidon.

Pas plus : plat pangramme
Où on offrirait,
Tiens, trois tautogrammes
Et vieux whisky frais.

( quadruple prétérition )

Alexandre Carret

Mis au sottisier, l’oulilipotien (*) s’tâte ici ou là, rêve de folles prairies nues, ombrées, de belles muses. Près d’elles, va ici ou là ; vient, si insouciant, le vers à la rime facile, ici ou là-haut, pour plaire aux oulipotes en tiaulée- amis ? - si vous lisez ces lignes-là, de là ou d’ici !

(acrosémantiche avec noms de fleurs)


(*) L’oulilipotien est un mini-oulipien rêvant un jour d’être un oulipote.

Noël Bernard-Talipo

Quel trophée offre un jeu chébran, grave et sadique,
Mystifiant jeune et grand plus que ce bleu vishnou ?
Quel djinn hante, mutin, ce golf privé de balle,
Qui par chemins, jouissif, va d'un genou oblique,
Saoul d'un vin chaud fragrant bu au pot jusqu'au moût ?
Il chante au vent gonflé d'abjects mots qu’ouït pibale,
Fol spam  qu'on voit jaillir du bagout d'un chinou.

( Belle absente )

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Uncategorized

Héméroméride – Juillet

L’héméroméride, projet d’un an, conçu par Bernard Maréchal, débute le 1er mai 2021. Il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Une activité journalière est proposée : l’écriture d’un micro poème sur le thème de la journée, au format haïku, additionné d’une contrainte à son propre choix. On trouvera ci-dessous les contributions du mois de juillet.

1er juillet – Journée mondiale du reggae

Bernard Maréchal

Beau son chaud, pouls vivant, gifle la Jamaïque,
Bob provoquant congas, chant jamais maladif,
Rocksteady vraiment fou, beau punch quand Marley jouit.
Rythme explosif du ska, jouez, quatre bons cuivres !
Jimmy Cliff, Peter Tosh, jungle qui vit debout,
Kingston ! Au bal divin, pourquoi jamais la chnouf ?

( belle absente )

Elisabeth Maitre

J'aime du reggae
ce tempo si régulier
swinguant en douceur

et

Agrégée âgée
à la gare égarée rage
râle erre gaga

( beau présent sur « le reggae » )

Nicolas Graner

Un prof de physique
qui semblait très gai
ouït un nasique
faisant un vrai guet.

De ce son basique
chez les Touareg est
née une musique
du nom de reggae.

( sélénet )

Jacqueline Morel

Rythme
Cœur cadence
Afrique des opprimés
Art spirituel et militant
Universalité

( onzinet )

Noël Bernard-Talipo

belle plantation
esclaves rastafari
scandant insoumis

quelque guttural reggae
noblesse arborant dreadclat

( dans chaque mot une voyelle et une consonne figurent deux fois chacune  )

2 juillet – Journée mondiale des OVNI

Bernard Maréchal

Mystère, hélas, blafard, ça, j’ai paniqué grave.
Quand, non identifié, l’objet chut, quel gros poum !
Faiblard, presque fiévreux, j’ai déchargé mes colts,
Hagard, mes quatre coups frappant l’objet volant.

(belle absente)

Elisabeth Maitre

Surgi des nuées
il clignote mystérieux
aérienne sphère

Jacqueline Morel

Homme Vert sanglote
En son palais d'émeraude
Car humain ravage

Sa belle, Dame Nature,
Généreuse sacrifiée.

Nicolas Graner

On vient nous instruire :
Ils observent notre vie ;
Voient-ils nos orgasmes ?



( haïku isocèle et quenine sur les initiales des mots : O V N I / I O N V / V I N O )

Alexandre Carret

O RION -s de cette soucoupe
V ENUS -ur Terre. Propos i-
N EPTUNE bien ancienne hypocr-
I SIS -tellaire du Grand Chien.


( acrosémantiche )
---
Ô rions de cette soucoupe venue sur Terre.
Propos inepte.
Une bien ancienne hypocrisie stellaire du Grand Chien.

Noël Bernard-Talipo

où vont nos fils
sort vole envies
bovins sans vies
mouvons nos cils

( primitive et isocélisme )

3 juillet – Journée internationale des coopératives

Bernard Maréchal

Créatives
Coopératives,
Elles font vivre le pays,
Elles sont les forces vives de la société.

Réactives
Coopératives,
Travaillant pour le bien commun.

Travailleurs
Coopératifs ?

Quels sportifs !

( bigollo )

Alexandre Carret

Poe et Cie : sa vive
Poésie récréative
et si créative.

(beau présent)

Elisabeth Maitre

Créer collectif
compagnonnage confiant
collégialité

( tautogramme )

Nicolas Graner

Opéré à perte
Ce père copte a prié
À cor et à cri

( tous les mots sont inclus dans le mot-clef en conservant l'ordre des lettres )

Jacqueline Morel

Il était un monde
Égoïste en plein chaos.
Reine Fourmi dit :

Humain, observe et apprends ;
J'ai cent millions d'années d'âge...

Noël Bernard-Talipo

Mange le caux,
Butte son père,
File sans hâte
Mâchant une ive.

Amère est l'ive,
Lourd est le caux,
Grande la hâte.
Est froid le père.

Salaud de père.
Salade d'ive.
Sale temps : hâte.
Salé, ce caux.

( quatrine sur quatre fragments du mot-clef mis à la rime )

4 juillet – Journée mondiale du naturisme

Bernard Maréchal

Tu mates mes seins,
Austère séminariste.
Mais si tu t’entêtes

Et si tu te sens serein,
Tu te mens sérieusement.


(tanka et beau présent)

et

Une truite saine
Matée au ruisseau
À terre se traîne,
Et saute au restau.

Et saisie entière,
Tu as mérité
Ta truite meunière
Sans être attristé.


(sélénet et beau présent)

Alexandre Carret

Nature nous fit nus, gracieux, élancés.
Culture nous vêtit. On se laissa aller.
Quand Naturisme dit : « Enlevez-moi tout ça ! »
Culturisme s’émut : « Suivez-moi de ce pas ! »

Elisabeth Maitre

Premier mai, premier
thème: jardinage nu
naturisme en herbe

Jacqueline Morel

Naïade assoupie...
Discrète, la source bruit
Et la lune luit.

Nicolas Graner

si tu restes nue
tu seras assurément 
une muse aimée

naturiste méritante
et marraine intéressante


( beau présent )

Noël Bernard-Talipo

Parvenu cornu
Reconnut nurse ingénue.
Nudité menue.

Nuptiale nuit obtenue !
... Chenu, ennuya vénus.


( tous les mots contiennent le groupe de lettres « nu » )

5 juillet – Journée du bikini

Bernard Maréchal

Tes deux bonnets roses
Soutiennent, très élastiques,
Deux bombes. Mystère !

Et sous ce triangle, en bas,
Quel atoll nous caches-tu ?

(tanka)

et

Bimbo de piscine,
Kilotonnes en vitrine :
Nitroglycérine.

(acrostiche syllabique)

et

Bimbo, l’alibi,
Kilotonne de kiki,
Nirvana fini.

(acrostiche syllabique double)

Annie ( sur les 4 et 5 juillet simultanément )

le bikini de la naturiste
d'Ukraine n'était lisible
ni rituel basket enlaidi
Irakien débita l'insulte
le saint burkini te délia

(anagrammes)

Nicolas Graner

Djinn viril mit bikini,
prit cinq gin-fizz, fit six whists.

( panconsonantisme monovocalique )

Elisabeth Maitre

Beau bikini bleu
Betty brave berichonne
bodybuildée bronze

( tautogramme )

Alexandre Carret

Poète et héros
Prend ses compères aux mots
Pour des bikinis.

ou

Poète hétéro
Prend ses compères homos
Pour des bi qui nient.


( homophonie )

Jacqueline Morel

Oh ! Oh ! Il rosit !
Ton si joli nombril rit.
Mini bikini

( bivocalisme )

Noël Bernard-Talipo

Ni ricin, ni gin.
Biffin prit vin gris divin :
Mini infini !

( monovocalisme )

6 juillet – Journée Internationale du baiser

Bernard Maréchal

Barbare brasier,
Barbe, barrière à briser,
Baiser abrasé.

Sabre bas, barbe rasée,
Baiser saisi, rassasié.

( tanka et beau présent )

Elisabeth Maitre

Brasier Allumer
Intensément Savourer
Exsangue Rester

( acrostiche de lettres par mots )

Jacqueline Morel

Soudées sont leurs lèvres
Pour l'éternité
Ô sensuelle fièvre
Des corps enlacés

Main tendue j'effleure
Le doux marbre blanc
D'émotion je pleure
Mémorable instant

( sélénet inspiré par Rodin )

Nicolas Graner

Bouffi d'aplomb,
À la geisha
  Il dit : J'ai !
Serrant les lèvres,
Elle se lève :
  Rien ce soir.

( double acrostiche sur le rythme de  la « Chanson d'automne » de Verlaine )

Alexandre Carret

Le grand bâtisseur
Balise dans tous les coins.
Plus tard, il baptise.

(quelques lettres se sont heureusement glissées dans ce texte pendant que j'avais le dos tourné)

Noël Bernard-Talipo

À trompées, as, promets bas, poster, bars, prose, sabre, éros. Baiser ose.

( les mots impairs forment une échelle ascendante, les mots pairs une échelle descendante :

À trompées
As promets
Bas poster
Bars prose
Sabre éros
Baiser ose

)

7 juillet – Fête de San Fermin

Bernard Maréchal

Le taureau attend
La fête de San Fermin
Pour passer au rouge,

Attend le toréador
Et son habit sang et or.

(tanka sur mot-clef)

Elisabeth Maitre

Je boycotterai
la San Fermin car je suis
anti corrida

Nicolas Graner

ma femme affamée
mène ses fines affaires
feria raffinée

( beau présent )

Alexandre Carret

SAN FERMIN bruit, il
SAN FERMIN temps seul dans ses
SAN FERMIN tendues.

SAN FERMIN -térieures lui tournent
SAN FERMIN un peu plus son monde.


( Sans faire maint bruit, il s’enferme un temps seul dans ses enfers, mains tendues.
Cent fermes intérieures lui tournent sang, ferment un peu plus son monde. )

Jacqueline Morel

À la San Fermín
Non à la Bénédictine
Oui à la taurine !

Noël Bernard-Talipo

C'est à Pampelune
Qu'un mâle taureau
Voit au clair de lune
Comme un blanc pierrot

Du foulard qui bouge
Son désir puissant
Suit la fête rouge
Et cherche le sang

( sélénet )

8 juillet – Journée du Mystère Des Oulipotes

Ce jour particulier a donné lieu à un riche ensemble de contributions. Pour préserver le mystère, les contraintes de ces contributions ne sont pas précisées ici. Si vous ne parvenez pas à les deviner, vous les trouverez dévoilées sur la page consacrée à cette journée.

Bernard Maréchal

Tu dis le mot « lettre »
Sur liste oulipo ?
L’esprit doit s’y mettre
Pour polir des mots.

Lettres mystérieuses
Pour dépoussiérer
Les rimes miteuses,
Puis les dérouiller.

Sortir des litotes
Où tout se dissout,
Et des polyptotes
Des puristes fous :

Mystères limpides
Pour liste oulipo,
Mes rimes stupides
De petit Pierrot.

et

Mystère des oulipotes :
Le dieu mort s'y est posé.
Le myope sort des étuis
Et pousse solide myrte.
Os du mystère, lépiotes,
Dieu y pelote ses morts.
S'il t'y mord époussetée,
Myste, sois étole prude.

Rémi Schulz

jeu puéril ou vaine anecdote

pour qui refuse l’élan mutin

tout ce fatras emberlificote

le rustre comme le philistin

les nicodèmes et les bigotes

l'indélicat y perd son latin

mystère opaque des Oulipotes

 

pour coder la fable rigolote

il se faut détenir un dessin

un fantasme su sans antidote

émotif on y vient et revient

étrange cuisine qu'on mijote

suivant l’aptitude de chacun

mystère intime des Oulipotes

 

pour la décoder tel numérote

tel rumine le texte oulipien

tel tire le fil de la pelote

tel surdétermine et à la fin

découvre comme ça se tricote

logique clé du trésor surfin

mystère vaincu des Oulipotes

 

qui n’a tête vide de linotte

avouera n'être qu'un ripolin

et pourra crier saperlipotte

je ne sais encore quel moyen

élargit au-delà des jugeotes

un écrit digne d’un magicien

mystère infini des Oulipotes

Elisabeth Maitre

Ecrire contraint
fol imaginaire fuse
pensée libérée

Jacqueline Morel

Mais qui sont les oulipotes ?
Virtuoses de la plume
Même passion les anime

Érudits poètes
Leur art nous révèle
La beauté du monde
Et l'infini des possibles

Annie

laisse le vent
courir devant
car la terre

lui a souri
là-bas aussi
adultère

c'est le credo
de l'oulipo
son mystère 

Nicolas Graner

Oh, qu'allez-vous lire ?
Un sélénet ? Non !
L'acrostiche ? On vire :
Idiot, jeu bidon.

Pas plus : plat pangramme
Où on offrirait,
Tiens, trois tautogrammes
Et vieux whisky frais.

Alexandre Carret

Mis au sottisier, l’oulilipotien (*) s’tâte ici ou là, rêve de folles prairies nues, ombrées, de belles muses. Près d’elles, va ici ou là ; vient, si insouciant, le vers à la rime facile, ici ou là-haut, pour plaire aux oulipotes en tiaulée- amis ? - si vous lisez ces lignes-là, de là ou d’ici !

(*) L’oulilipotien est un mini-oulipien rêvant un jour d’être un oulipote.

Noël Bernard-Talipo

Quel trophée offre un jeu chébran, grave et sadique,
Mystifiant jeune et grand plus que ce bleu vishnou ?
Quel djinn hante, mutin, ce golf privé de balle,
Qui par chemins, jouissif, va d'un genou oblique,
Saoul d'un vin chaud fragrant bu au pot jusqu'au moût ?
Il chante au vent gonflé d'abjects mots qu’ouït pibale,
Fol spam  qu'on voit jaillir du bagout d'un chinou.

9 juillet – Journée de la destruction des armes légères

Bernard Maréchal

Civilisons-nous !
Fusillons tous nos fusils !
Soyons vifs, oisifs !

Boutons nos instincts nocifs !
Bichonnons nos bons voisins !

#héméroméride (tanka et lipogramme en [ARME])

Elisabeth Maitre

La sale galère
armes légères geler
légale sagesse

Alexandre Carret

Destruction des armes légères
Légère destruction des armes
Armes de destruction légère
Destruction légère des armes
Légères armes de destruction
Destruction des légères armes

et

La destruction des armes légères
de guerre délicate sans les morts

( anagramme )

Jacqueline Morel

Marquante journée
Contre ce fléau mondial
Détruisons les armes

Nicolas Graner

Pour détruire
Les armes légères
Il nous faudrait des armes lourdes

Peut-on rendre
Une arme légère

Suicidaire

( bigollo )

Noël Bernard-Talipo

Un engin de destruction
Que j'avais gagné aux dés
Rejoint la collection d'armes
Où mes heures sont légères

En songe des voix légères
M'ordonnent la destruction
Par la flamme et par les armes
De cibles au choix des dés

Chaque jour jetant les dés
Tous ces beaux aux mœurs légères
Je les passe par les armes
Ô grandiose destruction

Moi l'ange de destruction
Tandis que roulent les dés
Je graisse et fourbis mes armes
Au son de valses légères

( quatrine )

10 juillet – Journée mondiale des « Femmes Sans Voiles »

Bernard Maréchal

     Yeux cernés    Coton noir
               Voile

  Pensée contrainte     Dogme pesant
               Charge

                Les
               Femmes
             Dévoilées
            Respireront

        Tête nue   Esprit libre
               Danse

#héméroméride (petite morale élémentaire portative)

Elisabeth Maitre

Carcan de tissu
il enchaîne et asservit
dévoilez-vous, femmes!

Jacqueline Morel

Pour l'égalité
Au nom de la liberté
De la dignité

Du voile elles s'affranchissent
Et en rien ne défléchissent

Nicolas Graner

Soutient-on leur luth
En faisant cithare et lyre
Des femmes sans violes ?

( homophonie )

Noël Bernard-Talipo

Fraîcheur du flot glissant sur la jambe qui plonge.
Étrange et brusque jeu d'impies au chef velu :
Masque tombe. Jargon perd sa verve. Ô chant fol !
Mais qui veut dégrafer ce hijab rompt un songe.
Enfin qui part brandir chagrin jamais voulu,
Sourde affliction bloquant jump hardi, grand envol.


( « femmes » est en acrostiche mais, lorsqu'on l'efface, « voiles » est en belle absente )

11 juillet – Journée mondiale de la population

Bernard Maréchal

Tâtonnant au lit,
Un poutou à ta pin-up ?
Ton patin lui plut !

Punition polluant tout :
Un loupiot ! Population…

(tanka et beau présent sur mot-clef)

Alexandre Carret

Peu Ou Prou, Un Livret Autorise Toute Interprétation Ou Note. 

( acrostiche de lettres par mots )

Elisabeth Maitre

Papillon nuptial
au p'tit popotin poilu
lutinant, lippu

( beau présent )

Jacqueline Morel

Poèmes popu
Ponctuellement postés
pots-pourris pour potes

( tautogramme  – Comme le mot-clé, tous les mots commencent par « po » )

Nicolas Graner

Écrits des populations :

la population du Caire,
la population du Cap,
la population qui crie,
la population mise en cause,
la population restée en clan,
la population qui donne des coups,
la population qui donne des grandes claques dans le dos,
la population qui quête,
la population qui se came,
la population en crise,
la population qui prend son canard,
la population dans les caillasses,
la population qui casse partout,
la population avec un corps,
la population avec un camp,
la population avec un coussin,
et toutes les autres populations dont je garde les squares.

( contrepèteries )

Noël Bernard-Talipo

Pars
Loin,
Perdu,
Laissant tout.
L'inconnu pour toi,
Pour eux le haut trafic d'or noir. 

( Fib et primitive du mot-clef répété )

12 juillet – Journée des yeux vairons

Bernard Maréchal

Quels beaux yeux vairons
Jean Gabin prête à Michèle !
Zut ! Fin du week-end…

(Mot-clef et pangramme de 58 lettres)

Alexandre Carret

En cette journée,
Nos yeux vairons attablés
Guettent le signal

Nous hurlons au coup fatal :
« JoYEUX anniVersAIRONS !! »

et

Puis les Dieux verront
Le cyclope aux yeux vairons
Et son vieux vers rond.

( homophonie )

Nicolas Graner

J'aime un visage original : yeux vairons (prunelles hétérochromes) au drôle d'effet, bec de kiwi, abats tout empâtés, nez aquilin.

( panscrabblogramme )

Elisabeth Maitre

Yeux vairons verront
à Vérone des vairons
traçant des V ronds

( homophonies )

Jacqueline Morel

Et si je vous dis...
Un homme-caméléon
Aux milles visages
À l'hypnotisant regard
Un écrin d'étoiles

Androgynie assumée
C'est un chanteur culte
Un acteur talentueux
Il nous a tant fait rêver
Vous me répondrez...

C'est David Bowie, bien sûr !


(HOG sur le thème)

Noël Bernard-Talipo

N'y peux mais. Noyé.
Nu mais joyeux vais, voyeur,
L'air soyeux, vain, sot.

( dans l'ordre les 6 voyelles y,e,u,a,i,o du mot-clef de façon itérée )

13 juillet – Journée des Frites

Bernard Maréchal

Image
( belle absente )

Alexandre Carret

Image
( belle absente )

Jacqueline Morel

Peler la cartoufle
Découper en bâtonnets
Frire et déguster

( haïku recette )

Elisabeth Maitre

Fantasmer, Rêver
Intemporellement Tout
Ensoleiller, Si!

( acrostiche de lettres par mots )

Noël Bernard-Talipo

abandonne les rates
les purées toutes prêtes
fais dorer force frites
t'encenseront les protes
s'adouciront les brutes 

( babebine )

14 juillet – Fête Nationale

Bernard Maréchal

Image
( bigollo )

Alexandre Carret

« Faites nasse ! », dit le préfet
Tenace, y ondulant sans effet de
Nation à la Bastille.

( homophonies

Fête nat-, 
     dit le pré-

fê-
     Te nation- 
        dulant sans ef-

fêde 
       Nationale – 
                a Bastille.)

Elisabeth Maitre

Flonflons et baudruches
tricolores m'embastillent
au petit baluche

Jacqueline Morel

Musette et flonflon
Au son de l'accordéon
Valsent les jupons

Noël Bernard-Talipo

rue pava
l'ère de Fête Nationale
là n'oit âne
te fédère la vapeur 

( palindrome )

15 juillet – Journée mondiale des compétences des jeunes

Bernard Maréchal

Jeunesse empotée ?
Tu te sens déconnectée ?
On te pense stone ?

Ce concept est désuet :
Nos jeunes sont compétents.

(tanka et beau présent)

Alexandre Carret

Qu’on pète en ce dé, je ne
consens : des jeux peu nets.

(homophonie du vers 1 et du thème ; anagrammes syllabiques entre les vers 1 et 2)

et

Tes jeunes cons dépensent
sans compter ; déjeunent
constants, peu gênés de
péter. Que n’en sais-je donc
de ces jeux quand on peine ?
Se pendait qu’on ne jetait
Nœuds, jeux, dès. T’es con sans ...
Ne paie-t-on quand je cède ?

(chaque vers est une anagramme syllabique - ou contrepèterie généralisée - du thème du jour ; les vers 1 et 6 , 2 et 7 , 5 et 8 sont des palindromes syllabiques)

Jacqueline Morel

Les ailes coupées
Comment reprendre un envol ?
Et toujours ce mot,

En boucle, encore et encore :
Résilience...Résilience...

Elisabeth Maitre

CONs, les vieux? Les jeunes,
PÉTANT plus haut que leur cul?
CE poncif m'agace!

( acrostiche de mots par vers )

Noël Bernard-Talipo

ce
soir
me plaît
d'entonner
un chant très très doux
et puis je me tourne et je pars 

( Fib et primitive )

16 juillet – Journée mondiale des serpents

Bernard Maréchal

Aspic ou cobra, 
Mamba au poison cuisant, 
Animaux maudits, 

Rampants au corps ondoyant, 
Pourquoi craignons-nous vos crocs ?

(tanka et lipogramme en [E])

Alexandre Carret

Ses serpents sennés
Serpentent sentes, sensés,
Se serrent, se sentent.

( beau présent et tautogramme )

Elisabeth Maitre

Six serpents sifflant
surgis si sournoisement
sinuant se suivent

( tautogramme )

Jacqueline Morel

Lové en spirale
Dans un nid d'herbes caché
Vipéreau est né.

Langue fourchue affolée
Goûte les odeurs du pré.

Nicolas Graner

Voyez ses grands bois
Qu'il déploie en une roue
Superbe cerf-paon

( sardinosaure )

Noël Bernard-Talipo

Dents effervescentes,
Femme de ses cercles verts
Me prend et me serre.

( monovocalisme sur la voyelle du mot-clef )

17 juillet – Journée mondiale des émojis

Bernard Maréchal

Émojis, mes joies,
Si moi-même je me mime,
J’ose mes sosies.

Si je mise mes émois
Je sème mes mimesis.

(tanka et beau présent)

Alexandre Carret

Vois cet homme triste !
Inverse la parenthèse,
Miracle ! Il sourit.

et

Moi je sème mes joies
Mes émois : Ô émojis
J'ose même Cœur

(beau présent sur le thème)

Nicolas Graner

Je vois des non-dits
De jolis échos divers
Sortir de nos signes

( les voyelles se suivent comme dans le mot-clef : E O I E O I... )

Elisabeth Maitre

La petite bouille
sourit sur l'écran
mais parfois la trouille
la fige un instant

la tristesse amère
peut voiler ses yeux
et c'est la colère
qui les rend furieux

( sélénet )

Jacqueline Morel

Un émoji cœur
Ou bien une émoticône ?
Peut-être un smiley ?

Non, je t'écris un poème
Pour te dire que je t'aime.

Noël Bernard-Talipo

Moi, miss ? Je moisis.
Môme ose semi-émoi.
Si osmose, ô joie !

( beau présent )

18 juillet – Journée internationale Nelson Mandela

Bernard Maréchal

Nelson Mandela,
Nous chanterons ta naissance.
À Robben Island on a vu ta puissance.
L’apartheid, Pieter Botha, De Klerk, puis le Nobel.
Ils ont voulu te briser, ils n’ont fait que renforcer ton esprit.

(HOG)

Alexandre Carret

- Mandez l’âne !
                Elle sonne.
Son amant l’aide.
                Elle 
                    sonde l’âme en elle.
(Mandela N
          Elson
suivi de deux anagrammes syllabiques)

Nicolas Graner

Souvorov, Nîmes n'est pas loin
Wellington, Rodez traîne dans le coin
Koutouzov, Privas s'avère proche
Blücher, Aurillac se trouve ici

Nelson, Mende est là

( chicago )

Elisabeth Maitre

Toute une vie de lutte
combattant tous azimuts
pour qu'apartheid chute

Jacqueline Morel

Faire scintiller
Et offrir notre lumière
Pour effet miroir.

Les paroles de Nelson
Guident ma plume avisée.

Noël Bernard-Talipo

noirs et blancs
tours fous pions mus par nos dieux
paient leurs mats

( HOG, monosyllabes et primitive de « Nelson Mandela » )

19 juillet – Journée Internationale des châteaux

Bernard Maréchal

Ta hutte cachée,
Château acheté taxé,
T’attache à ta tâche.

Et cette haute cachette,
Ta cahute te chahute.

( tanka et beau présent )

et

Neuschwanstein, Versailles,
N'y jouez pas, faux marquis
du Haut-Kœnigsbourg !

( pangramme de 63 lettres )

Nicolas Graner

Les châteaux de France
Ont des noms incomparables
Pour les gens de lettres :

Birkenwald,  Champchevrier,
Jarnioux, Quierzy, Saint-Fargeau.

( tanka terminé par un pangramme de 50 lettres )

Elisabeth Maitre

Au château Cath tchatche
et, cata, taxe à haut taux
chat et cacahuète

( beau présent )

Jacqueline Morel

La lune est aveugle
La brume enserre les ruines
Erre le fantôme

Alexandre Carret

 Chat tôt
        ou
Potron minet

Noël Bernard-Talipo

Shhhh.. Hâte au château.
Shah tôcha tôt.
Chatte hocha toche :
Att... Oh chatte ! Eau !

( homophonie
tôcher ( chez les écoliers suisses ) : atteindre le but
toche : vase )

20 juillet – Journée mondiale du jeu d’échecs

Bernard Maréchal

Une dame, un roi,
Deux fous et deux cavaliers,
Deux tours, et huit pions.

Le premier jouera les blancs,
Et le deuxième les noirs.

Ton pion noir mourra,
J'ai fait mon gambit gagnant, 
Mon fou blanc l'a pris.

Sur ta tour j'ai mis blocus.
Ton roi noir finira mat.

( double tanka )

Alexandre Carret

JE signe dEs CHÉQues
en blanc pour des JEUX D'ÉCHECS
en bois. Ou l'inverse ?

Nicolas Graner

Jeu paradoxal
Où le succès est brillant
Quand l'échec est mat

et

Humains, votre règne
Sur les pièces des échecs
Arrive à son terme

Roi dame tour cavalier fou pion
IA corna défi mortel au pouvoir

( anagramme )

Elisabeth Maitre

Ce duc hué sec,
déchu ! Juché, écus dûs,
dèche ! Chu, déchu!

( beau présent )

Jacqueline Morel

Le roi des échecs,
Sa reine fière le mate
Elle le rend fou.
Dans la tour, le cavalier
Avance ses pions.

(  HOG  )

Floriane Austruy

E ntre deux coups 
C oup de foudre, coup du sort
H uis clos entre nous 
E ntre deux coups 
C oups de pions, coups de cœur
S uccomber... 

( acrostiche )

Noël Bernard-Talipo

pion
fou
menace
petit roque
gambit de la reine
échec et mat en quatre coups

( Fib )

21 juillet – Journée mondiale de la malbouffe

Bernard Maréchal

La malbouffe. Fable ou blâme ?

Œuf flambé ou beau bœuf bleu,
Le beauf bouffe mal.

Le fléau
Bouffe le falafel mou,
Allume le feu au fuel.

Le beauf a la flemme.

Le mafflu
Flambe la moule au beau feu,
La moelle allumée embaume.

La bouffe l'emballe.

Bulbe mou,
Le mufle affalé fabule.

( HOG et beau présent )

Nicolas Graner

La femme bouboule,
Belle, m'emballa.
Affable ou maboule,
Elle m'affola.

Malbouffe blâmable ?
Folle bamboula ?
Ô la molle fable,
Le flou blablabla !

( sélénet et beau présent  )

Elisabeth Maitre

Sus à la malbouffe
mais gare à l'orthorexie
qui bouffe la vie

Goûtons avec appétit
la bonne bouffe entre amis

Jacqueline Morel

Frites...
Sodas...
Fastfood
Attention
À malnutrition
Société de consommation

(  Fib  )

Floriane Austruy

Je n'ai pas trouvé 
Avec mon cholestérol 
La malbouffe saine... 

Alexandre Carret

- MAgret d’aLBi aux trOis trUFFEs
Au  poivre de MALaBar, cuit à l’étOUFFéE

- éMincé d’ALoyau de BOeUF FlambÉ
au MArc de caLva sur son Banc de chOU-Fleur et FritEs

- MALiBu et mini sOUFFlé aux airElles
et sa MArmeLade de Baies rOUges Fraîches.
                               caFÉ

Noël Bernard-Talipo

Le bœuf mol.
Floue, la flamme,
Mal à l'âme.
La bémol.

Mâle fol
A bu. Blâme ?
Baffa femme
Fêla bol.

Le beau mufle,
Mule, buffle,
Foula meuf.

Feu, à balle.
Mal ? ou bluff ?
Bam ! L'affale.

( sonnet en beau présent )

22 juillet – Journée du hamac

Bernard Maréchal

Hamac suspendu.
À l’ombre je me balance,
Mollement couché,

Accroché dans l’épuisette
Comme carpe en son filet.

(tanka, mot-clef et acrostiche)

Alexandre Carret

Image
( Pinacogramme )

Annie

quand tu te balances
au creux du hamac
à qui, à quoi penses
tu ? à l'estomac
quadruple des vaches ?
aux nuages blancs ?
aux trésors que cachent
pirates, forbans ?

( sélénet )

Elisabeth Maitre

Sacha avala
pasta, mâcha carambars
babas, malabars

( monovocalisme )

Jacqueline Morel

Sieste délicieuse
Brise douce caresseuse
Lumière soyeuse

Noël Bernard-Talipo

Môme à mèche chiche 
À même chaume cachée 
Hachich a mâché

( sur les consonnes du mot-clef  )

23 juillet – Journée mondiale des dauphins

Bernard Maréchal

Quel wok abject ! Vexé, j'y fris dauphin : mangez !

(pangramme alexandrin de 36 lettres sur mot-clef)

Annie

ventre plat
fesses fermes
nuque souple

dos fin

( chicago )

Jacqueline Morel

Comme les dauphins
Créer des vagues de rire
Plongée salvatrice

Alexandre Carret

Des fadas font du
Fondant fait d'aulx frais, d'oeuf et
D'un faux dauphin. Fin.

( syllabes débutant alternativement par F ou D )

Noël Bernard-Talipo

Du nid d'un panda
Dans un sapin d'Ispahan
N'ai saisi pia-pia.

Passai, dandin aussi niais,
Assassin d'appâs insus.

( beau présent )

24 juillet – Journée de la tequila

Bernard Maréchal

L’eau ? la tequila ? 
L’aïeul tète-t-il le lait ? 
Têtu, il le tait.

Au lit, quelle utilité ? 
¿Qué tal? La qualité tue.


(tanka et beau présent)

Elisabeth Maitre

Laquée et étique
au taquet Léa attaque
le quai elle quitte

( beau présent )

Jacqueline Morel

Tequila, Whisky
Ajout de citron
Puis réfrigérez
Mixez et buvez

( pangramme et mot-clef )

Alexandre Carret

Bien qu'un homme sans foi l'abandonna et tenta de lui faire endosser ses crimes, cet homme répondait aux curieux :

T’es qui ? L’acquitté
Qui tait là où l’athé qui
 L’a quitté killa.

( palindromes syllabiques ; double acrostiche )

Noël Bernard

ce n'est pas vraiment du thé
cette boisson folle qui
m'a mis dans cet état-là

tout part et je reste là
œil blanchâtre teint de thé
dans les bras d'on ne sait qui

je ne veux pas savoir qui
rit et danse avec moi là
au fond du salon de thé

( quenine )

25 juillet – Journée du fil et de l’aiguille

Bernard Maréchal

De fil en aiguille
Dedans mon filet,
J’enfile une anguille,
J’en fais des filets.

Dans la casserole,
Je la grillerai.
Sur du riz créole
Je la mangerai.

( sélénet )

Nicolas Graner

Des filles enfilent des fils
Dans le chas de leur aiguille
Des fils enfilent leur aiguille
Dans le chas des filles
De fil en aiguille
Tout le monde s'enfile
Même les téléphones

( homophonies et homographies )

Elisabeth Maitre

Une jeune aiguille
voulait épouser
un fil de famille
soyeux satiné

La belle romance
ne tourna pas rond
et fila sans transe
un mauvais coton

( sélénet )

Jacqueline Morel

Remonte le temps
Suis le fil, encore, encore...
Et tu trouveras

Elles seront révélées
Aiguille et main de l'aïeule

Alexandre Carret

Aiguillon des mots
Ses métaphores filées
Recousent le monde.

Noël Bernard-Talipo

Fille bâille, cille,
Vaillante veille, travaille.
Aiguille scintille.

Maille mantilles fragiles,
Taille toiles. File, vile.

( à l'instar des mots-clefs, tous les mots contiennent le groupe "il" )

26 juillet – Journée du tout ou rien

Bernard Maréchal

Rien ne te retient ?
Toute routine t’ennuie
Et un rien t’étonne ?

Tout te tente et tout te tue ?
Tout te réunit en rien !

(tanka et beau présent)

Nicolas Graner

Aimez-vous mieux la partie ou le TOUT ?
Qu'adoptez-vous, le milieu ou le BOUT ?
Optez-vous pour le cidre doux ou BRUT ?
Choisirez-vous le cheveu roux ou BRUN ?
Chérirez-vous le bon grain ou le BREN ?
Préférez-vous vous sentir mal ou BIEN ?
Demanderez-vous quelque chose ou RIEN ?

( doublet de Carroll en lignes isocèles )

Alexandre Carret

Enterré, tout Terrien nie être tout ou rien

(alexandrin · beau présent)

Jacqueline Morel

Aucun compromis
C'est à prendre ou à laisser
Pas content ? Tant pis !

Bituur esztreym aka E-M Gabalda

si fort tenté du tout
« Ne hurtez plus a l’uis de ma pensée » 
si fort tenté du rien
là y enté et c’est à voir tout
passer ne vous aura échappé
que n’ai tiré dessus du tout 
pendant que vous passiez

Elisabeth Maitre

Un tout petit rien
de rien du tout tente en vain
le tout pour le tout

Tout ou rien, joue son va-tout
rien ne va plus, il perd tout

Noël Bernard-Talipo

je
veux
tout ou
rien de rien
aucune demi-mesure
seul me duit un ciel sans nuages

( Fib dans lequel, à l'instar des mots-clefs, tous les mots ont un nombre pair de lettres )

et

N'erre ni ne rée.
Renie ère, nie inné.
Reine ? Nenni. Rien. 

( beau présent en réponse à Brigitte Celérier dont un message célébrait la « Saint Rien » )

27 juillet – Journée internationale du fonio

Bernard Maréchal

Fonio noir ou blanc,
On le cultive au Mali,
Nigeria, Bénin.

Il se cuisine en couscous,
On en fait aussi du pain.

( tanka acrostiche )

Alkexandre Carret

    AU  CHAMP  DE   FONIO
la  POCHE  À  FOIN  DU  MA li
     ON Y FAUCHE EN HAUT

(anagrammes des majuscules entre les vers 1 et 2)
(anagrammes syllabiques entre les vers 1 et 3)

Jacqueline Morel

Tout sec au soleil
Ou ondulant sous le vent
Fonio généreux

Chasse les mauvais esprits
Et tous les ventres remplit

Nicolas Graner

Fonio, potiron,
Witloofs, oignons, cornichons,
Brocolis, poivrons.

Options : chorizo, poisson.
Boisson : Trobonix. Bonsoir.

( tous les mots ont pour voyelles un I et deux O )

Noël Bernard-Talipo

Croisons, moribonds...
À l'horizon, à foison
Moisson de poissons !

Tombions ? Goinfrons ! Offrirons
Boissons, fonio, cotillons !

( comme dans « fonio » tous les mots de plus de deux syllabes ont trois voyelles : o,i,o dans l'ordre )

28 juillet – Journée mondiale contre l’hépatite

Bernard Maréchal

Je souffre fort de la prostate
Et mon gros intestin m’entête.
Depuis que j’ai cette hépatite
Je me survis ! Quelle litote !
Maman ! J’ai perdu ma tutute !

( babebine justifiée )

Alexandre Carret

L’épatante
Hépatite
De Patrick
Rapetisse
C’est patent
Et pratique.
Et petit
A petit
L’apathie
Est partie.

( prosonomasie )

Nicolas Graner

Qu'attrape un Martien
qui dine à la trattoria ?
L'hépatite alien.

Moralité : l'hépatite vient en mangeant.

( calembour )

Elisabeth Maitre

Hépatite, en toi
j'ai foie. Ne te bile pas
si je dois l'hic taire

J'honnis ce teint si rosé
Je suis en crise de foi

( calembour )

Jacqueline Morel

La bête est tapie
En un foie toute petite
Pointe l'hépatite

Noël Bernard-Talipo

Pape tète thé,
Petit à petit, à pipette.
Hait appétit, hâte.

Pâté appâte piété :
Épaté, Pie happe et paie.

( beau présent )

29 juillet – Journée nationale du rouge à lèvres

Bernard Maréchal

Sur ses lèvres rouges
Le voleur goulu se gave,
Savoure leur sel.

La gueuse valse, rêveuse.
Leurre légal, rouge à lèvres.

(beau présent)

Nicolas Graner

ROUGE, la ROUÉE
dans sa voiture LOUÉE
restait bien LOVÉE.

Elle s'est LEVÉE, ourlant
sa fine LÈVRE en parlant.

( tanka et doublet de Carroll de rouge à lèvre )

Elisabeth Maitre

Coup d’œil avisé
au miroir pour s'assurer
d'un parfait tracé

Et la soif de vivre éclate
sur ses lèvres écarlates

Alexandre Carret

       Vert     à    pied
   Byzantin     à    genou
   Moutarde     à    nez
     Ivoire     à    dents

      Rouge     à    lèvres

( chicago mêlé de polysémie )

Jacqueline Morel

Par un beau soir d'été
Dame Jehane coquette
Par la porte secrète
Se rend à pas feutrés

Au jardin parfumé
Elle y cueille en cachette
Mûres et pâquerettes
À joindre au miel doré

Et pétales de rose
En très petite dose
Pour un parfait mélange

Avec grande attention
Elle oint ses lèvres d'ange
Va au diable Apollyon !

( sonnet sur le thème )

Noël Bernard-Talipo

Sur les commissures
Du sourire aimé
Vives enchâssures
M'ont rêve allumé

Me posant je cueille
Au pétale frais
La sève et recueille
Des trésors secrets

( sélénet )

30 juillet – Journée internationale de l’amitié

Bernard Maréchal

Ma mie m’aime tête-à-tête,
Mate ma tête mitée.
Amitié mimée ?
Imitée ? 
Emma m’aimait, et Mimi ?

(HOG et beau présent)

Nicolas Graner

Ma mamie Amy
mime hammam à Miami
à imam ami.

(  beau présent phonétique sur le mot ami )

Elisabeth Maitre

Ma aimée Mamie
imitait tatie et mie
mitée émiettait

( beau présent  )

Jacqueline Morel

Si douce émotion
Sensation multicolore
Sentiment puissant

Se sentir tel que l'on est
S'épanouir libre et confiant
Soutien si réconfortant 

Sláinte mon  ami !

( HOG et S en début de vers )

Alexandre Carret

A MoITIE AMIsh
un TIErs AMbITIEuse, AMIne
TIEnt son AMnIsTIE.

( Lettres du mot-clef incorporées dans l'ordre )

Noël Bernard-Talipo

vent
fleuve
amis
murmurants
vos chemins croisés
tracent l'entrelacs de la vie

( Fib )

31 juillet – Journée Mondiale des administrateurs système

Bernard Maréchal

Au calendrier,
L’Administrateur Système
Retarde d’un jour.

Bien qu’on l’attende le trente,
Il vient sur son trente et un.

(tanka et mea culpa sur mot-clef)

Jacqueline Morel

Mince ! Encore un bug...
Administrateurs système,
À l'aide ! Au secours !

Alexandre Carret

- j'Ai Deux MINISTRAbles.
- TirEz aU soRt, Sir, pour Y
STatuEr sur le Moins stablE
(...)
Et le plus pourri !

( Lettres du mot-clef incorporées dans l'ordre )

Nicolas Graner

Notre SysAdmin
qui es en salle machine
loué soit ton login

`echo / se- ze | tr a-z n-za-m | rev`

( attention, la deuxième strophe tue ! ne la copiez surtout pas dans votre ordinateur ! C'est une commande Unix/Linux qui, si on l'exécute, efface tous les fichiers de l'ordinateur. À condition d'avoir les "droits" suffisants, ce qui est généralement le cas des administrateurs système. )

Noël Bernard-Talipo

L'administrateur
M'enferma dans son système.
Sans fin j'ai tourné.
Catégories
Uncategorized

Un mouvement perpétuel

Enviant de ces gens la passion tenace
Il pose des billets à tâtons puis frémit
Lorsque le défiant l'abusant on rit fort
Un cave mise gros ça va valser un coup

Pâle il sent sinuant l'envahir mal brutal
C'est l'hiver s'imposant et bat le sang de glace
Bille filoute passe passe ralentit
Bondit sort du rail et sans égards te dit « Non »

Du rouage nocif enrage l'inconnu
Au grand déni du sort mise sitôt jurant
Et pâle tripotant d'un doigt ossu l'argent

Il sent l'infortuné chant qu'ont brûlants désirs
Tocsin fou la bille sans nuance dit « Non »
Du rouage nocif enrage l'inconnu
https://taliporefleuri.files.wordpress.com/2021/06/0b315-1280px-automates-jaquet-droz-p1030490.jpg
Les automates Jacquet-Droz, musée de Neufchâtel (CH)                                                          (Rama, Cc-by-sa-2.0-fr)

Ce poème est ma participation à l’opus du 15 mars 2015 de « La ronde », un échange entre blogs sur un thème donné – ici « Le jeu ». Il a été publié sur le blog de Dominique Autrou tandis que sur talipo j’accueillais Hélène Verdier pour son beau tombeau de Stéphane Mallarmé.

Ce sonnet non rimé est composé selon la contrainte du jeu de la vie, à partir du vers « Enviant de ces gens la passion tenace » extrait du poème de Charles Baudelaire « Le jeu ». Dans cette contrainte inspirée d’un célèbre automate cellulaire, toutes les voyelles, déterminées par application des règles de cet automate, sont imposées. En appliquant ce jeu au vers de Baudelaire, j’ai observé qu’à partir du quatorzième vers une répétition infinie se met en place, d’où l’idée de mouvement perpétuel bien en accord avec le sens du poème.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Poèmes accueillis

La ronde du 15 mars : jeu

La ronde est un échange périodique bimestriel de blog à blog sous forme de boucle. Le premier écrit chez le deuxième, qui écrit chez le troisième, et ainsi de suite. Pour chaque échange, un thème, un simple mot : aujourd’hui «Jeu».

Pour ma première participation à la ronde, je suis heureux d’accueillir Hélène Verdier.

https://i1.wp.com/cluster015.ovh.net/~talipo/wp-content/uploads/2015/03/verdier2.jpg
https://i1.wp.com/cluster015.ovh.net/~talipo/wp-content/uploads/2015/03/image-verdier-ronde.jpeg
Valvins, le jardin vu par la fenêtre de la chambre de Stéphane Mallarmé.

Hélène Verdier écrit à propose de ce texte:«Voici donc, en 707 signes (espaces comprises) un tombeau de Stéphane Mallarmé. faisant suite à ma visite à Valvins à l’automne dernier.– 707 signes, – 7 vers de 12 syllabes, deux fois, séparés par 1 vers monosyllabique, 1 vers qui tend, dans sa forme, le Ô des poètes, vers l’impossible zéro.L’ensemble fait bien sûr référence au dernier poème : un coup de dés jamais n’abolira le hasard, qui contient 707 mots.cf : le nombre et la sirène, par Quentin Meillassoux, Fayard, 2011.»

Pour ma part je suis très honoré d’être accueilli chez Dominique Autrou qui publie «Un mouvement perpétuel». Voici comment, ce mois-ci, va la ronde :

 Poèmes accueillis : Suivant

Catégories
Ouvrir

Le Talipot

Il dresse vers le ciel son tronc de colosse. La brise d’orient berce l’éventail de ses feuilles démesurées. Leurs dentelures découpent dans l’espace des jaillissements étoilés qui rythment le regard.
Vénérable vieillard, l’arbre se tient très droit, ému du murmure maladroit des amants qui dissimulent leur bonheur dans la pénombre complice de sa ramure.
Ce matin des enfants ont poussé un grand cri: regardez le talipot, il a fleuri ! Les villageois se massent en cercle au pied du centenaire. Jamais au fil des ans ne lui était venu cette parure immaculée. Il projette orgueilleusement ses longues tiges constellées de perles de lumière.

Sait-il, ce grand palmier dont la stature impose le respect, sait-il que cette éclosion fulgurante sera suivie, dans peu de temps, de sa mort ?

Dans les yeux de tous ceux qui sont venus l’entourer, ces yeux émerveillés par ces inflorescences nacrées, on voit l’ombre du désespoir. Le sort a jeté son verdict sur l’arbre téméraire qui défie le créateur par une si parfaite beauté.

Le talipot ce matin a fleuri, et de sa cime un panache de neige se courbe majestueusement en scintillante giboulée.



Merci à Isabelle qui m’a autorisé à reproduire la photo du talipot sur son site « Isa Bidouille ». On reconnaîtra également une partie de cette photo dans le bandeau d’en-tête de ce blog.

Ouvrir : Précédent   Suivant

Catégories
Ouvrir

si la chaise

si la chaise est confortable
lève toi d’un bond
si tu vois la lumière
crève ton œil
si le toit te garde au sec
arrache les tuiles

quand le tourbillon te déportera
que ton sang répandu brouillera ta conscience
que le froid percera ton rein de seringues fulgurantes

ne regarde pas en toi
ne regarde pas derrière
accompagne la glissade sans espoir

des couleurs hallucinées te gifleront au visage
des sonorités noires sueront du sol englueront tes oreilles
de glaciaux attouchements se loveront sur tes jambes
tes souvenirs s’arracheront
laissant des plaies qu’un acide empêchera de cicatriser

as-tu peur
oui tu as peur
allonge ton pas exténué
tu es sur la route poisseuse
qui mène à ce que personne ne veut rencontrer
allonge le pas



Publié le 20 mai 2012

 

Ouvrir : Précédent   Suivant