Catégories
Poèmes accueillis

Empreinte de la Saint-Valentin

La ronde est un échange périodique bimestriel de blog à blog sous forme de boucle. Le premier écrit chez le deuxième, qui écrit chez le troisième, et ainsi de suite. Pour chaque échange, un thème, un simple mot : aujourd’hui « Empreinte(s) ».

Je suis heureux d’accueillir Guy Deflaux.

La ronde autour du mot empreinte(s) tourne dans ce sens :
JP Boureux chez
Guy Deflaux
noël talipo
Élise L.
quotiriens
Dom A.
Hélène Verdier
le promeneur
Céline Gouël
JP Boureux

[ première publication sur l’ancien Talipo 15 février 2016 ]

Poèmes accueillis : Précédent Suivant.

Catégories
Poèmes accueillis

Vers terrestres

Ether, glebe, embers, the deep,
The elements descend, senselessness whelms them well.
Essences, bees, trees : these sleep,
even effervescences : yes, here’s hell.

The sphere seems ever less engendered,
the begetter herself bereft.
Then let’s meet, ye seers, ye brethren : let her be defended !
Be the steel fetters cleft.

                                                                        Timothy Adès

Timothy Adès, membre de la liste Oulipo, est un poète anglais qui s’est fait une spécialité de traductions dans sa langue de poèmes, et notamment de poèmes français. Je suis très honoré qu’il ait écrit cette belle traduction de mon poème Terre, dont il a repris l’écriture monovocalique. Comme l’original, ce poème a été écrit lors de la Journée internationale de la terre nourricière. On retrouvera ce poème sur sa page Facebook

[ première publication sur l’ancien Talipo 25 avril 2015 ]

 Poèmes accueillis : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux Uncategorized

l’abeille

m'éveille,
douceur
dans la treille,
ma sœur
l'abeille 

Cette structure 2,2,3,2,2 est un exemple de l’architog, forme inventée par Gilles Esposito-Farèse parmi les généralisations du tanka initiées par Jacques Roubaud et étendues par lui.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Del Borracho

Triste, veuf, ombrageux, divague inconsolé,
Prophète Aquitain dont toute œuvre est abolie.
Mon astre dépéri, mon rebec constellé,
Plombent de leurs noirceurs orde mélancolie.

Ténébreux fut tombeau : pouvais-tu consoler ?
Rendis Santo Strato, baie offrant parhélie,
Fleur dont béance émut mon esprit désolé,
Arbre dont sur raisin rose emperlait folie.

Mon nom ? Chaddaï, Éros ? Raymond, Gontaud-Biron ?
Mon front encor rougit baisante Souveraine ;
Rêveur hantai noir gouffre idolâtrant Sirène...

Bravai, double vainqueur, fleuves -Styx, Achéron,
Modulant dessus trois cordes, mimant Orphée,
Soupirs magnifiant Sainte, éclats trahissant fée.

Nouvel essai de la nouvelle contrainte de la bambochade. Dans la tradition de la liste Oulipo, ce sonnet est une réécriture du « Desdichado » de Gérard De Nerval, composée en 2-bambochade ( on trouvera des réécritures bambochantes du Desdi plus difficiles réalisées par Gilles esposito-Farèse: 3-bambochade stricte et 1-bambochade ).

Notes les noms propres ont été choisis pour approcher au mieux ceux du Desdichado :
Santo Strato est l’une des communes du Pausilippe,
(El) Chaddaï est l’un des noms du Dieu de la Bible,
Raymond est le prénom du Lusignan époux de Mélusine,
Gontaud-Biron le nom complet du 1er duc de Biron qui tantôt servit tantôt trahit Henri IV.

Publié sur la liste Oulipo le 14 avril 2022

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Lémuriens anyctalopes

Frustrés, lamentez,
Lémuriens anyctalopes.
Tristes, condamnés,
Candides défenestrés,
Trouvez canopée.

Après la 4-bambochade du poème précédent, nous poursuivons l’exploration de cette nouvelle contrainte avec une 3-bambochade ordonnée: ici chaque mot contient 3 lettres consécutives, leur ordre étant respecté.
Publié sur la liste Oulipo le 13 avril 2022

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Bambochade

Féconds ? Débauchés ?
Pourquoi toujours compliquer ?
Fichage embrouillant.

Clabaud, dégonfle poumons :
Stupéfiera bambochade ! 




Le mot « bambochade » contient les cinq lettres consécutives de l’alphabet a,b,c,d,e. Je propose d’appeler « bambochade d’ordre n » ou « n-bambochade » un texte dont chaque mot contient au moins n lettres consécutives. Ainsi ma contribution à l’héméroméride du 27 mars était une 3-bambochade. On peut trouver une définition précise des bambochades sur la page des contraintes, avec diverses variantes suggérées par les Oulipotes.
Le tanka ci-dessus est pour sa part une 4-bambochade.
Publié sur la liste Oulipo le 12 avril 2022.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Uncategorized

Héméroméride – avril

L’héméroméride, projet d’un an, conçu par Bernard Maréchal, débute le 1er mai 2021. Il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Une activité journalière est proposée : l’écriture d’un micro poème sur le thème de la journée, au format haïku, additionné d’une contrainte à son propre choix. On trouvera ci-dessous les contributions du mois d’avril.

1er avril – Journée internationale de la blague

Bernard Maréchal

Belle blague belge :
Bébel, le bel abbé bègue,
À l’aube a la gaule.

La belle l’élague là :
L’abbé, allégé, ulule.

(tanka et beau présent)

et

Journée de la blague :
Imite le loup la nuit :
De jour, l'agneau bêle.

(haïkūnagramme)

Nicolas Graner

Le pélican porte
Une poche marsupiale.
Non, c'est une blague !

Rémi Schulz

La truite adverbiale
Ne se pêche qu’un seul jour,
Le premier avril.

( marsupiailku )

Annie

Bal à Balagué.
Élague le bla-bla-bla
la belle, l'élue
l'égale à la blague belge
"eau gelée, blé bleu".

( beau présent Hogué )

Jacqueline Morel

Le cuir craquelé
Laisse s'échapper
L'odeur de vieux gris
Acre et épicée
Suscitant nausée
L'étui tout moisi
Épargné par les souris
Dort en veston rapiécé
Spectre de l'aïeul surgit
Éclat de rire édenté
Sa pipe cassée ci-gît

( fatrasie )

Jacqueline Jacquadit

Bientôt l'élection 
Avril est nom du poisson
Intellection bote !

( haïkunagramme )

et

Élu découverte, Avril bon à anoblir va être vu : Ô cédule !

( palindrome )

Noël Bernard-Talipo

Histoire d'un fou
Qui rencontre un autre fou
Peignant le plafond
Accroche-toi au pinceau
J'enlève l'échelle

( ready made à la manière de Marcel Duchamp ; architog )

2 avril – Journée du livre jeunesse

Bernard Maréchal

J’éveille, j’enivre
Une jeunesse enlisée,
Je lève ses leurres.

Je suis lu, je suis relu,
Je suis le livre jeunesse.

(tanka et beau présent)

Alexandre Carret

L’ivre jeu n’est sans
Doute qu’à lécher, du verre,
Le givre naissant.

(Haïku - caillou)

et

S'il pond un savoir
aujourd'hui, nous croirons à
Un poisson d'avril.

(haïkūnagramme et lipogramme)

et

Luce, L'osée blague
Sur tes fesses (ça m'aura
eu !) galbées : Ô le Cul !

(Haïkukïah)

Nicolas Graner

Paul-Jacques Bonzon, Anthony Buckeridge, Maxwell Eaton, Paul Féval.

( pangramme en 55 lettres et 4 auteurs, entre autres, de livres jeunesse )

Annie

si le jeune dévers ....

n'eussé-je de livre

les jeudis en rêve

jeu vide, sens réel

( anagrammes de : livre de jeunesse )

Jacqueline Morel

Sous la couverture
Vacille lueur
Secrète aventure
En monde enchanteur

Un enfant dévore
Caché des regards
L'album qu'il adore
Brille son regard

( sélénet )

Noël Bernard-Talipo

Vivent emmurés,
Et gisent dessus le grès,
Liés, englués.
Les libérer ? Une clé ?
L'ivresse du Rêve.

( architog et suite vocalique IEEUEE... )

3 avril – Journée mondiale de la fête

[ Certaines contributions sont écrites en relation avec un anniversaire ]

Bernard Maréchal

On fait la foraine
De fin d’année nationale
Du travail des mères,

Lendemain de patronale
De charité et légale.

(tanka filigrane)

et

Dansons la java,
Courons à la bamboula,
Voyons-y nos psys !

Sourions à la nouba :
Voulons-nous mourir sans jouir ?

(tanka lipogramme en [FETE])

et

Allons à la boum,
Bambochons, courons aux bals,
Saoulons-nous aux zincs !

Puis oublions nos chagrins
Dans du pinard, dans l’humour.

(tanka lipogramme en [FETE])

Alexandre Carret

J'ordonne une enquête
Que justice soit fête
Qu'on tranche la tête 

( haïku isocèle )

Annie

graine d'avril, départ facile
à fille d'avril, plaît le persil
fille d'avril renaît en mai
janvier chagrine fille d'avril
fille d'avril cherche la rive
marine afflige fille d'avril
escale en avril, réveil en l'an mil
nadir hélas ! brille sans rime
avril et laine, sabirs défaits

( « anniversaire d'avril, m'égratigne caprice à six vers » )

Nicolas Graner

Bébé d'avril, charmant babil
Naissance en avril, mariage à Chaville *
Fille d'avril a l'âme tendre
Femme d'avril sait l'art de plaire
Avril en fête, Annie en tête

( « Happi birthdai ! » )

Jacqueline Morel

Pétille la vie
Chanter, danser et puis rire
S'étourdir l'esprit

Chasser la mélancolie
Radieux sourires amis

( tanka sur le thème )

Noël Bernard-Talipo

la pimbêche était trop fate
pour faire au sage une fête
craignant qu'icelui profite
pour signaler quelque faute
qu'elle ergote et la réfute

( babebine isocèle )

4 avril – Journée mondiale de batailles d’oreillers

Bernard Maréchal

Zéro de conduite !
C’est la bataille au dortoir.
Panique des pions.
***
Quand les polochons éclatent
Leurs plumes montent au ciel.

(tanka pour Jean Vigo)

Annie

plutôt les combattre ainsi
coups plaies ridicules ont
par bonne rencontre écarté
nombre des champions ratés

( quatrine de longueur des mots )

Alexandre Carret

Visant la néphile,
Ces veufs noirs bandent ; mais fuient
Devant une argiope.

(Chez les araignées, la néphile est dorée,
le veuf noir et le mari de qui l’on sait
et l’argiope est une épeire fasciée)

soit :

Là-bas ! Taille d’or !
Ayez (censuré) la batte !
Aïe ! Dos rayé. 

( homophonie )

Jacqueline Jacquadit

Batailles : le cours de l'or est impacté !

Là l'or brille tiédasse
L'or déstabilisé : aller !
Batailles d'oreillers
L'or déraille : balistes* !

*catapultes

( anagrammes )

Nicolas Graner

Le soldat rebelle
Sort l'oreiller de sa taie
Et le laisse à terre.

La très barbare soierie,
Dit-il, doit être abolie !

( tanka et beau présent )

Jacqueline Morel

Duveteux délire
Offensive cotonneuse
Rires emplumés

Vieux polochon éventré
Libère agressivité

( tanka sur le thème )

Noël Bernard-Talipo

Soldats qui cherchez la bagarre
Venez prendre sur mon plumard
Cet oreiller dont chacun narre
La douce plume de canard

Laissez vos frappes criminelles
Vos mines antipersonnels
S'il vous faut montrer votre sexe
Jouez aux poupées en latex

Quelqu'un vous a promis la gloire
Vous connaîtrez seul le parloir
Des prisons pour crime de guerre
Où s'en vont les fans de Luger

Soldats qui bavez de folie
Nul n'abattez comme bétail
Cet oreiller pour la bataille
Venez le prendre sur mon lit

( rimes fautives )

5 avril – Journée de l’entretien des tombes

Bernard Maréchal

Hécatombe.
Explose la bombe !
Et maintenant il nous incombe
D’attendre la fin du monde dans les catacombes.
Au-dessus de nos têtes plane encore le joli nuage qui nous surplombe
Puis retombe.
***
Les voix des colombes,
Les sinistres voix d’outre-tombe
Nous rappellent la journée de l’entretien des tombes.
***
Dans la combe,
Dès que la nuit tombe
C’est le silence qui nous plombe.
***
Dans ma tombe,
Mort, je fais la bombe.
***
La pluie tombe.


(grand bigollo)

Alexandre Carret

J'entre. Tiens, des tombes !
J'interroge les squelettes
Bien qu'ils soient mutiques.

Je repose ma question.
Hélas ! J'entretiens des tombes !

( homophonie )

et

L’entretien des tombes
Commence par composter
Les bien tendres tontes.

(haïku - caillou)

Annie

( quatrine de longueur des mots )

Nicolas Graner

Sandrine Destombes
Nous accorde un entretien
Sur ses derniers livres

On parle de Max Tellier
Et des Jumeaux de Piolenc

( tanka )

Jacqueline Jacquadit

L'entretien des tombes
Elles n'ont plus rien à dire
Des mots, lent bien-être.

( haïkunagramme )

Jacqueline Morel

( mésostiche )

Noël Bernard-Talipo

Ils le laissent là, comme il tombe,
Boue aux lèvres, mouches à l'œil.
Tôles et gravats sont sa tombe.
La neige lui fait un cercueil.

Est-ce le glas qui se désole ?
Qu'entend-on sans fin gémissant ?
De ce cortège sans étole
Quel prêtre avance bénissant ?

Du canon c'est l'âme qui tonne.
Des sirènes c'est la strideur.
Des tanks c'est la brune colonne
Dont l'officiant chante l'horreur.

La neige lui fait un cercueil.
Tôles et gravats sont sa tombe.
Boue aux lèvres, mouches à l'œil,
Il restera là. La nuit tombe.


( damnet à fin renversée )

6 avril – Journée internationale du sport au service du développement et de la paix

Bernard Maréchal

( petite morale élémentaire portative )

Annie

sport pour la paix
score pour le pèze
corps pour la pute
chair pour le père
croix pour la pile
cœurs pour le pire
colle pour la page
curée pour le pain
crème pour la peau
chêne pour le porc
chien pour la puce

( isocélisme et allitération )

Alexandre Carret

Tiens-toi droit !
-----------------

Le sport pour la paix
Un moyen pour une fin
Le port pour l'aspect

( haïku - caillou - hasardeusement isocèle )

et

La paix par le sport
Qui vide la rage et perce
L'abcès par le pore.

(haïku - gaillou)

Daniel Bilous

Que si résolument, mon ami, par un esse
Tu veux crocher la paix,
Ne te dépêche point, calme-toi. Prends de l'eau
(Il n'est pas besoin d'air),
Et de feuilles choisies, fais-toi d'abord un thé.

( télostiche en épellation lexicalisée )

Jacqueline Morel

Socialisation Santé
Persévérance Progrès
Olympisme Obligations
Respect Règles Relations
Talent Trève Tolérance

( acrostiche – tous les mots de chaque heptasyllabe commencent par la même initiale )

Jacqueline Jacquadit

L'absorption de céleri avant l'effort peut entrainer l’apparition de démangeaisons et de sensations de brûlure à la bouche, aux lèvres et à la gorge et, curieusement l'impossibilité de lever le bras, d'où :

Verbe : le céleri ôta du sport trop sudatoire le célèbre V*

*V de la victoire naturellement !

( palindrome )

Noël Bernard-Talipo

Non je ne ris pas du sport
Il me rend le nord
Tant sur nos corps cet art mord
On y vit plus fort
Et gît hors du temps la mort

( architog monorime - une voyelle par mot )

7 avril – Journée mondiale de la santé

Bernard Maréchal

En bonne santé,
Tu fais l’hypocondriaque
Et ronges tes sangs.

(médaille)

et

Être à Fontevraud ?
Mieux vaut avoir la Santé,
On y est faraud.

Et à Fleury-Mérogis ?
On mange comme à Rungis.

(tanka)

Alexandre Carret

Je suis équerre, herbe, 
enveloppe d'oreiller, 
infusion, dancing.

Vous y prenez un moka
Ou un maxi Schweppes gazeux.

- Anka - 
(Tanka - pangramme sans T - pourtant partout -)

Jacqueline Morel

Je lève mon verre
S'y mire un ciel sans nuage
En bulles dorées

Je le vois à moitié plein
Des vœux les meilleurs. Santé !

( tanka – utilisation du mot-clé )

Annie

sans thé
sans toit
tu as tout
n'es-tu
sadhu ?

( architog )

Nicolas Graner

Jean Genet et Booba, Carlos et Xavier Niel
Comme Léon Daudet, Jacques Crozemarie,
Mitterrand (Jean-Christophe) ou Jérôme Kerviel,
Et Patrick Balkany, Papon, Bernard Tapie,
Même Claude Guéant et Ahmed Ben Bella,
Mesrine, Georges Tron, Guillaume Apollinaire,
Puis Yvan Colonna, Joey Starr, Benalla :
La Santé se souvient de chaque pensionnaire.

( accumulation en alexandrins )

Noël Bernard-Talipo

Satan se sent net
A ses antennes testé
Assène sa nasse

Tentée Anne a sens tannés
Sa tête tâte néant.

( beau présent )

8 avril – Journée nationale des ambulanciers

Bernard Maréchal

Je suis l’ambulance…
On m’enfourne un corps tout chaud,
Ça me met en transe,

Et je monte la cadence,
Fais « pin-pon-pin » sur trois tons.

(tanka)

et

Trois imbus lanciers
S’engagèrent au Bengale
Comme ambulanciers.

Un tigre eut des officiers
Pour apaiser sa fringale.

(tanka)

Annie

m b l n c r s

mai, blanc rosé
aimable noce iroise
mobile en Corse
mai, bilan : c r s

( correspondance de consonnes )

Jacqueline Morel

Dans la nuit sombre
Rodent les ombres
Éclair bleu
Dans les cieux

( ouïseaunet )

Jacqueline Jacquadit

Les ambulanciers 
Ils actionnent leurs sirènes 
"Branle samu" : ciels !

( haïkunagramme )

Nicolas Graner

À l'usine nucléaire,
un salarié surmené
a eu la main écrasée,
l'auriculaire brisé.
Un ambulancier s'amène,
un ancien marin musclé.
Il amarre le blessé,
bien sécurisé, à l'aise.
Il allume sa lumière,
lance même sa sirène,
l'emmène à un clinicien.
Là, le blessé se rassure.
Il aura une IRM,
un scanner si nécessaire.
Il sera rasséréné.

( beau présent )

Alexandre Carret

Tire le cochon !
Ca nous fera quatre poingues !
En but, lance ! Yeah !

( haïkembour : version haïku de la fable express )

et

- Que dit l’ambulancier ?
- Colorons tout ! Exprime-toi, Copie, dessine !
- Quoi ?
- Pimpons, pimpin, ponts, pains, pins. Pompe un peint ! Ponds ! Peins !

Noël Bernard-Talipo

les ambulanciers
avec les sirènes vont
tout vêtus de blanc

( marsupiailku )

9 avril – Journée mondiale de la licorne

Bernard Maréchal

C’est le jour de la Licorne
Cheval mythique et cornu.
Cette tapisserie orne
Un musée très bien connu.
Elle dresse sa crinière,
Fière de son poil si blanc,
La Dame fait sa prière,
C’est un spectacle troublant.

( tourniquet )

et

Journal d'écolier.
On fête les poneys roses :
Jour de la Licorne !

( haïkūnagramme )

et

Une vieille carne,
Qu’un maître violent décharne,
Persiste et s’acharne,

Se laissant pousser la corne,
Réincarnée en licorne.

(tanka)

et

Du chaud poney noir
Qu'aima la jeune licorne
Un week-end pluvieux,

Naquit le zèbre cornu,
Faisant la gloire au zoo.

(tanka pangramme de 91 lettres)

Jacqueline Morel

Une licorne
La corne d'une licorne
La poudre de la corne d'une licorne
Le dragon avec la poudre de la corne d'une licorne
La bave du dragon avec la poudre de la corne d'une licorne
Le mélange de la bave du dragon avec la poudre de la corne d'une licorne
Le pouvoir du mélange de la bave du dragon avec la poudre de la corne d'une licorne

( boule de neige de génitifs )

Nicolas Graner

Invisible et rose
La licorne en qui je crois
Aime la pizza

Elle ravit les chaussettes
Que bénis soient ses sabots

( cf la Licorne Rose Invisible ) 

et

L'icône licorne
Lie sa corne, cône en or,
À ce con de lion.

(marsupiailku multipare, ou escadrille d'avions)

Annie

licorne entêta
mère parfaite, sa gloire
tente Cornélia 

( haïkunagramme ) 

Cornélia : mère des Gracques

Alexandre Carret

Écrire, créer,
Croire encorneiller, relire,
Noircir, réécrire.

Relire encore, crier,
Colorer,orner,coller.

(tanka - beau présent)

Jacqueline Jacquadit

Licorne et Alice
L'autre côté du miroir 
Recelaient Clio

( haïkunagramme )

et

Et s'il a vu la licorne de Paca à Cap-Eden-Roc, il a lu :" va, liste " !

( palindrome )

Robert Rapilly

En roc il alerte
Polydecte répudie
être la Licorne

( haïkukïah )

Noël Bernard-Talipo

Dam ! Hallali corne !
Furieux abois
D'amas... La licorne
Fut rieuse à bois.

Cavale aimant songe,
-Tuss !- heure a morts sceaux.
Cas valait mensonge :
Tu seras morceaux.

( sélénet d'holorimes )

À noter un illustre prédécesseur, Gilles Esposito-Farèse

10 avril – Journée internationale des frères et sœurs

Bernard Maréchal

C’est le Jour des sœurs et frères ?
Vive les fraternités !
Nous avons tous nos misères,
Même les célébrités.

C’est le drame des Lagides
Qui régnaient au bord du Nil :
Des générations limpides,
Pourvu qu’on suive le fil.

La dynastie Ptolémée
Ne manque pas d’agrément :
Si d’un frère elle est aimée,
Une sœur devient maman.

Le papa de Cléopâtre,
Surnommé Philopator
Car son papa l’idolâtre,
Épousa sa sœur senior,

Cléopâtre Sept, à Delphes,
Sur les conseils du pater.
On le nomma Philadelphe :
« Qui aime bien son frater ».

Et sans se laisser abattre
Il lui fit quelques enfants
Du même nom, le folâtre !
Ce patronyme est bluffant…

Après un premier mariage
Avec son frère germain,
La guerre au pays fit rage,
Son sort devint inhumain.

Lors la belle au teint d’albâtre
Avec César fit union.
Le grand Jules, ce bellâtre,
L’engrossa d’un Césarion.

Quand arriva Marc Antoine,
Elle lui offrit sa main.
Mais ce n’était pas un moine,
Il lui donna trois gamins :

Une fille, Cléopâtre,
Et un frère moins connu.
Shakespeare en fit du théâtre,
C’est ce que j’ai retenu.

Et Pascal, cet opiniâtre,
A prétendu que son nez
(C’est un point qu’on peut débattre)
Était beau à se damner.

Cette histoire vous inquiète ?
C’est le manège des rois.
Ça vous fait tourner la tête ?
Il faut la mettre à l’endroit.


( grand tourniquet ) ( trop grand... )

et

Mon enfant, ma bonne
Cadette de charité,
Petite des Pauvres,

Jumelle germaine,
Benjamine de couleur,
Et ta consanguine ?

Faux mineurs de lait,
Puînés hétérozygotes,
Aînés de la côte,

Jumeaux utérins,
Mes bien chers homozygotes,
Ennemis siamois.

( 4 haïkus en filigrane )

Jacqueline Morel

Fragiles repères
Liens du sang et liens du cœur
Sourdent les rancœurs
( mots-clés fracturés )

Alexandre Carret

Je te reconnais.
Quand tu ris, je te ressemble.
Dans tes yeux, je vois.

Dans tes silences, j'entends
Mes failles les plus intimes.

et

Six, frère, ont le cœur
Inquiet en voyant l’air fourbe
Qu’ont leurs fières sœurs.

(haïku - caillou)

et

Sa sororité,
Au petit jour, de bouton
À rose, rosit.

-

La fraternité
S'écoule dans cette immense
artère, filant.

-

(haïkūnagrammes)

et

( architog )

Annie

( isocélisme et suite vocalique EEEŒU )

Rémi Schulz

mes frères et sœurs,
Cain, Seth, Isis, Antigone…
éros, fesse, meurtres

( haïkūnagramme )

Noël Bernard-Talipo

( isocélisme pour un doublet de Caroll de frère à soeur )

11 avril – Journée mondiale de la maladie de Parkinson

Bernard Maréchal

( petite morale élémentaire portative )

Annie

damné Parkinson
sans pinsons ni raisons, rode
ladre emprisonné

pâle, élimé, ramolli
modèle son idéal 

Nicolas Graner

Cette main qui tremble
Est aussi ta main ;
Chaque homme rassemble
Tout le genre humain.

Comme eût dit John Donne :
Ne demande pas,
Quand meurt un neurone,
Parkinson le glas.

( sélénet )

Jacqueline Jacquadit

Une suite possible du sélénet précédent :

Parkinson le glas
Des traits passés sous silence :
Plagions le snark !

( haïkunagramme )

Jacqueline Morel

Le mal galopant
Envahit son corps
Le bloque, le mord
Affreux tremblements
Les mots désarticulés
Sur ses lèvres échoués
N'expriment plus ses pensées
Il pleure, affolé
Violente dégringolade
Dans les bas-fonds d'un EHPAD
La peur et le froid l'enserrent
Démuni, sans préavis
Il sombre en enfer
Suffoque sa vie
On l'a privé d'air

Alexandre Carret

Sans frapper, il entre,
Te frappe. Entretemps, esquive,
Pare qui ne sonne.

(haïkulembour)

Noël Bernard-Talipo

se lève se penche
ses tremblements gênent
elle se démène

rentre ses tendres pensées
sent ses rêves se fêler

( HOG monovocalique )

12 avril – Journée internationale du vol spatial habité

Bernard Maréchal

Canard en ballon,
Laïka, chienne en Spoutnik,
Youri en Vostok.

Qui, chez les cow-boys d'Houston,
Rejouera aux Montgolfier ?

( tanka et pangramme de 96 lettres )

Alexandre Carret

Sans frapper, il entre,
Te frappe. Entretemps, esquive,
Pare qui ne sonne.

( haïkulembour )

et

Enfin dans mes bras,
Ton vol spatial habité
Commence aujourd'hui.

Et c'est parti pour un tour
Du couloir et du Soleil.

et

Dans cette berline,
Ils noircissent des poèmes
En fumant du gris.

Soit :

Volutes spartiates,
Habitacle figeant trois
Tueurs d'hypoxeuzes.

( 3-bambochade moyennée : chaque mot contient en moyenne 3 lettres consécutives)

Jacqueline Morel

Ultra fortunés
Les cieux ont accaparé
Jusqu'à la nausée

Virées ultra-carbonées
Lune si pâle, attristée

( tanka monorime )

Annie

Le vol spatial habité ? Sur le vol spatial habité, je n'ai rien à dire.
Je regarde, cet astre luit
Que nul ne salisse ce fruit.
Les touristes ? Sur les touristes, je n'ai rien à dire.

( cf « L'herbe » de Queneau )

Alain Zalmanski

ESSAIM	BAIN	    DO	    SN
ARNAQUE	PROTECTRICE TUBE    CAPONE
LARCIN	JACUZZI	    ÉGOÏNE  SB

???	???	    ??	    ??

( chicago )

Noël Bernard-Talipo

sans bouger
tu fermes les yeux
ton âme d'un coup prend son vol
pour un exode spatial habité de silence

long ton vol
bleu le temps spatial
cœur habité de lueurs douces

vol d'un son
spatial habité

d'échos vagues


( bigollo ; mots clefs en boucle )

13 avril – Journée du scrabble

Bernard Maréchal

Trouvez moi le malade qui a tout placé :
Aiglons baveux, baragouiné, chinons pirates,
Entrefilets, demi whisky, journées de fer.

( panscrabblogramme )

et

Impôt ou guignon :
Un voyou voit mon pognon.
Punition : un gnon !

Un moignon fou ? Un chignon ?
Ou un tondu tout mignon ?

 ( lipogramme en [SCRABBLE] )

Alexandre Carret

- Scrabe-les, grive ! Ois
ce que Rabelais, gris, voit :
scrabble et grivois.

(haïku nord-sud)

et

Scrabble ou puzzle ? en France,
Il faut choisir. But here, it's
Scrabble and puzzle.

(juste pour le plaisir de perdre pied)

et

Essayez l'art panscrabblogrammatique,
Exigeant  un  temp*  de  wiktionnaristes,
Un   jou*  de   fièvre  où   l'hiver   filoche,
désaoulé.

(panscrabblogramme)

Annie

Cabale à Barbès.
Barrabas rase le blé
À bas le barbare
la sale carcasse à barbe!
César le rase, l'écrase.

Caresse à Babel.
Cérès berce le bel arbre
le scarabée sacré, rare
les belles bécasses
sarcle les serres arables

À Arras l’abbesse
a brassé, brassé
accablée, lassée,
elle erre, ababa
bêle, se casse le bras
l'escale sera
serrée, carcérale 

( HOG )

et

scrabble signifie
malin bricolage
respectant graphie, nombres. 

( bambochade de rang 3 ; HOG )

Jacqueline Jacquadit

La journée du scrabble
Qui a trop l'amour des mots
Sur Babel nord éjacule

( katautanagramme )

Jacqueline Morel

Le crabe carré
Racle le sable brassé
Râle le ressac

( beau présent )

Nicolas Graner

Cette phrase vaut cinquante-huit points.
Celle-là, qui parle d'un kiwi et trois lynx, vaut cent seize points.
Ici, il y en a pour cinquante neuf points.
Vingt et un points.
Dix-n*uf.

-- Nicolas [9]

(autoréférence)

Alain Zalmanski

SCOPA
CANASTA
RAMI
ALUETTE
BRIDGE
BELOTE
LANSQUENET
ÉCARTÉ

( acrostiche de jeux de cartes )

Noël Bernard-Talipo

Boutcha horrifiée voyait
Les cadavres dénazifiés
Par jeux d'un Kremlin
Qui butait les gens.
Ô parte le wagon :
Où l'emmène Seth ?

( panscrabblogramme )

14 avril – Journée mondiale de la maladie de Chagas

Bernard Maréchal

Cher Carlos Chagas,
Nous avions la belle vie,
Tu nous la gâchas.

(Médaille)

Alexandre Carret

Trie pas nos zoos ! Ma
mère y vit la réduve à
Trypanosoma.

(haïkūlorimes)

Annie

La maladie de Chagas ? Sur la maladie de Chagas, je n'ai rien à dire.
Consultez Calchas, il sait lui,
ce que j'ignore il vous le dit.
Les devins ? Sur les devins, je n'ai rien à dire.

(cf « L'herbe » de Queneau)

Jacqueline Morel

Punaise vampire
Harponne le derme, avide
Distille poison

De sève rouge s'enivre
Essaime nuisible engeance

Noël Bernard-Talipo

Chagas accusa
Trypanosoma cruzi
D'ouvrir l'huis au mal.

Quand Darwin dans la pampa
L'attrapa, souffrit la mort.

( lipogramme en E )

15 avril – Journée mondiale de l’art

Bernard Maréchal

( haïkupé double )

et

J'évite les gens chic qui tremblent pour du fric,
Qui m'affligent beaucoup ; je devine les hommes,
Je hais ces laids pignoufs que mon job donne à voir.

(belle absente)

Gérard Le Goff

Tous ceux qui se piquent d'art
Vivent bouffée d'air
Du désir avant des ires!
C'est paillette d'or
Brillante au sein de l'ordure.

Ils ont besoin de ce dard
Tous ils y adhèrent
Ardemment et c'est peu dire
Quand ailleurs tout dort
Muré dans un monde dur.

(architogs et babebines)

Annie

Penser, dire l'art ?
Est-ce un jeu barbare
qui part en autocar ?
Tu cours dare-dare
au pays sans cafard
sourire à Lehár.
Tu jettes un regard
à ce bobard, le zohar
‒ lis un poème goliard !
Décor mudéjar
ou mozarabe à Dakar...
C'est du cochon ou du lard ?
Article de cauchemar.
Je me marre et narre
des canulars, Lecroart
nous fait parfois part
bonne des croqarts
croquis, crobards, rares.
Arches de César ?
Je saurai plus tard
si c'est un douar
un pont dans le Var
le Gard ou le Delaware.
Chartre d'un exar-
que byzantino-magyar
qui nargue Mozart ?


( alfabart ardécelé ou alpharimes )

Alexandre Carret

La crotte de nez
habilement façonnée
Devient un cornet.

Soit :

Abracadabra !
Rhinotillexomaniaques,
Transubstantiez !

( haïkrūstiche et 4-bambochade )
(le 2ème est même un double 4-bambochade)

Nicolas Graner

Métiers appliqués :
Martial, vivre de la guerre.
Essai d'état brut.

Ou beau, nouveau, libéral,
Décoratif, poétique.

(tanka en filigrane)

Jacqueline Jacquadit

L'art hait la manière 
Et le maniérisme alors ?
Animalier, théâtral !

( katautanagramme )

et

Nature contre culture :

Égaré de l'art, épelé le pet râle de rage !

( palindrome )

Jacqueline Morel

Mon âme éblouie
Au sublime s'abandonne
l'extase l'emporte

Alain Le Pourhiet

Gabrielle d’amour, un courant schismatique
Te mène au chevalet d’un peintre novateur ;
Il te prouve au pinceau ses talents de bretteur
Puis, reçu comme amant, s’ancre dans ta boutique. 

Pour un tableau cubiste ou néo-synthétique
Tu te présentes nue à ce déchiqueteur
Qui révèle au final — étrange séducteur ! —
De ton corps écorché le concept esthétique.

Tes chats en septuor, à ta pose invités,
Ronronnent de concert sans paraître affectés
Par le dessin tordu de ton anatomie.

De ta chambre l’artiste a fait son atelier ;
Et moi, mis à l’écart de ton académie,
J’écris ces vers, hélas, à poil sur le palier !

( écho en prosodie classique - voir le site de l'auteur )

Noël Bernard-Talipo

arts graphiques ? - non.
littéraires ? - point monsieur.
pourquoi ça ? - calembredaines !

freluquet ! - aboyez donc,
vaniteux ponte oulipien

( 3-bambochade cyclique assouplie )

16 avril – Journée mondiale de la voix

Bernard Maréchal

Tant de jugements faux qui me crispent la bouche,
Mes cris qu'un vif chagrin ne dit jamais publics,
Quelques gouffres méchants déjà parlent et bravent
Le grand pouvoir des fables que j'aimais chanter.

(belle absente)

et

Actives, passives,
Exprimées de la conscience,
Grosses de son maître,

Les chères qui se sont tues
Sans timbre de Jeanne d’Arc.

(tanka filigrane)

Jacqueline Morel

V ocifèrent lucifériens
O urdissent sombres desseins
I nstillent fiel en esprits
X énophobes nauséeux

( acrostiche )

Annie

Tu donnes à la blanche colombe
te prêtes à la sagesse
te refuses au sang, aux urnes
à l'outre-tombe.

Du peuple ou de Dieu
lequel écoute ?
Jeanne entend
vive, se porte haute contre
les ténors, les stentors.

Les sirènes ?
Sirène : le fausset de son maître.

(filigrane)

Alexandre Carret

Il se murmura 
Que la piste était bénie
Et qu'Elle s'en vient.

Soit :

Vois ! La Voix voua 
La voie, l'avoua, voila,
Voit l'hâve Oie ! Voilà !

( homophonie )

et

Échange de dupes :
Je vous donne ma parole,
Donnez-moi vos voix !

et

J'entendis sa voix
Cherchant, dans l'écho, sa voie
En Haute-Savoie.

( homophonie )

Anthony Pecqueux

D'abord toute fluette
Comme un appel de couleurs
Sa voix tapa l’œil 
Épiphanie de présence
Première orchidée de l'an

( tanka )

Alain Le Pourhiet

Gabrielle me trompe avec un ténor

Gabrielle d’amour, ici pas de chantage,
Adieu sole mio ! Car voilà qu’un ténor,
Caruso de retour en star du Mogador, 
Arrive dans ton lit sûr de son avantage.

Le bel canto succède à notre chuchotage.
Tu écoutes Mozart, Rossini… mais encor
Francis Lopez parfois. Ta chambre est le décor
Où ce nouvel amant t’offre son héritage.

Polyglottes tes chats répondent au galant ;
À Cadix en français les voici miaulant ;
L’italien demain ce sera pour Séville.

Hélas ! je n’eus jamais ton goût pour l’opéra
Sauf pour nos duos quand, soulevant ta mantille,
Je mêlais mon murmure au tien, ma señora.

Noël Bernard-Talipo

le soupir ténu
la sonore ondulation
la voix qu'on module

du rêve ardeur partagée
assouvit la faim ultime

( accumulation agréable )

17 avril – Journée mondiale des luttes paysannes

Bernard Maréchal

Moderne Karl Marx,
Le français José Bové,
Cow-boy du Larzac,

A imaginé un show
Pour le paysan qui lutte.

(pangramme de 81 lettres)

Alexandre Carret

Lutte, ah, paysanne
Repeins le monde avec ton
Usine à pétales !

(vers 1 et 3 en contrepets)

Lutte, oh, paysanne
T’effraies ton coq au pré mais 
N’y hantes ta poule.

(vers 1 et 3 en anagrammes)

Lutte, eh, paysanne !
Danse contre le roi, le
Nazi … et pétule !

(vers 1 et 3 en palindrome sonore)

Jacqueline Morel

Gronde jacquerie
Nuée de fourches brandies
Tremblent les nantis

( monorime )

Annie

là où tout spuise en ânes
lie-toi à tes pies naines
alouette s'apaise en nous

(suite des consonnes l t t s p s n n s )

Noël Bernard-Talipo

Au juge il vend son champ sous le fusil braqué :
Du labour joug fait trou, quand mord chairs plomb volant.
Déjà va galopin chômant, bas, efflanqué.
Feu vide pueblos. Jongle chaman toqué.
Jadis fauchait gamin qui prit bon vin soûlant.

( belle absente )

18 avril – Journée mondiale des radio amateurs

Bernard Maréchal

Radioactifs,
Amateurs du monde entier,
Dansez sur les ondes,

Internationalement,
Opérateurs de services.

(tanka acrostiche)

et

Radioamateurs,
Agioteurs vêtus d’un beau
Maillot à traders.

(Haïku-caillou)

et

Radioamateurs
Suivent l’onde autour du monde,
Rame des rimeurs.

(Marsupiailku)

et

Radioamateur,
Ta radio susurrera
Sur mer et sur terre

Des murmures maraudeurs,
Tu ameuteras des rois.

(tanka beau présent)

Annie

Radio amateur :
À mardi ! A. outré
a mordu (à taire).

( anagrammes )

Alexandre Carret

Audiard rameuta
Sa gouaille au micro de ma
Radio amateur.

(Vers 1 et 3 en contrepet)

Jacqueline Jacquadit

Radio amateur

Art audio rame
Ralliez la cryptomonnaie :
Ada* roi mature !

*Vive le Cardano !

( haïkunagramme )

Jacqueline Morel

Amer ramera
À marée amarrera
Armée armera

( quatre-san-ku  sur les 4 lettres a,m,e,r - avion du mot-clef )

Noël Bernard-Talipo

ma terre se meurt
ses artères se saturent
marasme muet

semeur amer emmuré
émet ses terreurs ses stress

( beau présent sur « amateurs » )

19 avril – Journée du cannabis thérapeutique

Bernard Maréchal

Mon cher fils, ton wagon de cannabis thérapeutique est arrivé enfumé.
Tu peux téléguider les abeilles au zoo.
O.K. ! J’y vais mardi.

(panscrabblogramme)

et

Stupéfiant afghan,
Cannabis thérapeutique,
Topique clément.

(bambochade stricte d’ordre 3, ou 3-bambochade)

Annie

barcasse suspecte
pouvant conduire direct
fichage‒cabane

brancard désintoxiqué
corbillard moins lamentable

( tanka, bambochade de 3° classe )

Jacqueline Jacquadit

Cannabis thérapeutique *
Confus, il ne comprend plus ce qu'il a écrit :
Ta phrase t'a niqué, incubé !*

( *anagramme )

Jacqueline Morel

Au Soleil déploie
Fins folioles dentelés
Seshat enivrée

Nicolas Graner

Na ne veut plus boire
De l'eau pure. Pour ses noces,
Il la change en vin.
    Qu'a Na ?

Na ne fume plus
De tabac pur. Il y joint
Comme un air de beuh.
    Qu'a Na ? (bis)

( sollicitudes en haïkus )

Alexandre Carret

Anna t'as mis au
Cannabis thérapeutique
Mais hélas, toujours,
Ce crack t'habite. À peine, i'
Te pique, Anna bisque, à terre.

( « tanka - quanta » : vers 2, 4 et 5 en contrepet )

et

Il mourut encore
Mais il ressassera sa
Maladie de Lyme.

Soit

Cana (bis), taira peu tique.

( haïku en fable express )

Robert Rapilly

À fumer des joints
j'ai pris la beuh pour de l'herbe
ah ! j'humais des foins

( haïku-caillou )

et

La guerre prit fin
qu'allumait le calumet
round about midnight

Paix tard

( « aïe-coup », forme de fable express )

Noël Bernard-Talipo

Fin câline ( bas ) :
Thérapeute shoote-moi
File cannabis.

( haïkunagramme )

20 avril – Journée de la langue chinoise

Bernard Maréchal

C’est le jour de la langue chinoise,
À Pékin s’écrit le mandarin.
Les idéogrammes de l’ardoise
Se tatouent sur le bras au surin.

C’est la langue de la République
Populaire au bon temps de Mao.
Avec moins de rigueur on l’applique
Sur les murs et les dazibao.

( dégrafet )

et

Dialectes secrets,
Hiéroglyphes formosans, 
Écrits pékinois,

Décodage délicat :
Apprentissage requis.

( bambochade stricte d’ordre 3 ) 

et

Les idéogrammes
Des dazibaos chinois
Racontent des drames.

( marsupiailku )

Alexandre Carret

La langue chinoise
Goûte fort le berger belge
Ou le chien anglais.

(haïkūnagramme)

Annie

vertu lorsque
graphie mystérieuse
maîtrisée
musicalement
signifie

( bambochade de degré 3, HOG )

Nicolas Graner

Bien laver à grande eau la langue de canard.
Blanchir rapidement et laisser refroidir.
Saler, puis macérer au vinaigre trois heures.
La laver à nouveau. La saisir à feu vif.
Ajouter piments secs, cannelle, coriandre,
Cumin, poivre, gingembre et bouillon de légumes.
Cuire à feu doux une heure et laisser refroidir.
Laisser toute la nuit mariner dans le jus.
C'est un amuse-bouche apprécié des Chinois.

( je n'ai rien inventé : http://cuisinebizarre.unblog.fr/2010/08/03/langues-de-canard/ )

Jacqueline Morel

Cang Jig aux quatre yeux
Vit secrets des Ciel et Terre
Phénix l'inspira

Noël Bernard-Talipo

L'orante
Au grès
N'a frais
Gisante.

Une ante
Exprès
Chut très
Heurtante.

Instant
N'ouis tant
Où reine

Iodla
Sereine
En la.

( sonnet de dissyllabes acrostiche )

21 avril – Journée de la crèche

Bernard Maréchal

On nous dit que Jésus dans la paille
Est tranquille entre l’âne et le bœuf,
Que chez lui on ne fait pas ripaille,
Ses parents interdisent la teuf.

À la ZUP on te pose à la crèche,
On reviendra te chercher ce soir.
Tes parents sont toujours dans la dèche,
Mais au moins tu n’as pas peur du noir.

(dégrafet)

et

Tout doux dans son foin,
Bavant, un divin gamin
Finit son dodo.

Sa maman a du bon lait.
Mais s’il finit mal ? Tant pis !

( lipogramme en [CRÈCHE] )

Nicolas Graner

Jadis dans leurs crèches
Les fermiers versaient
Grains ou herbes sèches
Que les bœufs paissaient.

Depuis que Marie
Y mit son petit,
La ménagerie
N'a plus d'appétit.

( sélénet )

et

Le premier miracle
De Jésus : dès sa naissance,
Une place en crèche !

( haïku dédié aux jeunes parents en difficulté )

Alexandre Carret

L'aimé crèchait
L'homme aux crocs chauds.
Lama cracha,
L'eũt mû, crut, chut,
L'y mit, crie, chie.

( babebine améliorée )

Annie

Jeux au parc Monceau 
nounous noires pour bébés 
blonds, rose saumon. 

( médaille )

Alain Zalmanski

CHAUMIÈRE
RÉSIDENCE
ÉDIFICE
CABANE
HABITATION
ENTREPRISE

PAVILLON
ASILE
LOGIS
ABRI
IMMEUBLE
SUITE

(Acrostiches de circonstance)

Jacqueline Morel

Crèche au foin sec rêche
Âne et bœuf un air chaud soufflent
Dort un roi si frêle

( monosyllabes )

Noël Bernard-Talipo

rentre au jour tombé
le marmot mis à la crèche
il dit à sa mère
d'une voix en clarinette
j'ai fait un soleil
avec un jaune pinceau
et puis doux il dort

( architog et règle sage ou 1-bambochade stricte )

22 avril – Journée internationale de la terre nourricière

Bernard Maréchal

Ne la mange pas !
C’est la terre nourricière,
Tu lui dois la vie.

Si tu ne la nourris pas
Elle te dévorera.

(tanka sur mot-clef)

Nicolas Graner

Terre noire et nue,
Terne, trouée, encroûtée,
Contrée éreintée.

Un crétin inconnu court,
Tout nu, tout crotté, tout con.

( tanka, beau présent )

Jacqueline Morel

Au pied mort de l'arbre
Mêle larmes à l'humus
Navrée, accablée

Le cœur blotti contre Terre
Ardentes sont mes prières

Annie

   La lumière,  ô  Nour,
si terne qu'elle arrive, entre.
   Recule       sorcière

(haïkupé)

Alexandre Carret

Terre nourricière
Qui s'épuise en suivant les
Sirènes routières.

(haïku - caillou)

Jacqueline Jacquadit

Terre nourricière 
Des hommes ont toujours faim
Erreur ce noir rite

( haïkunagramme )

et

Elle a l'ambition de fonder une famille, d'où l'annonce suivante :

Terre nourricière
Reine recruter roi

( anagramme )

Noël Bernard-Talipo

Nourricière,
La terre
M'a doucement
Regardé
Sans un blâme

Et puis a
Disparu

( hypertog littéral )

Citons deux poèmes monovocaliques se répondant l’un à l’autre pour la journée de la terre il y a 7 ans :

Terre

Vers terrestres (de Timothy Adès )

23 avril – Journée Mondiale du Livre et du Droit D’Auteur

Bernard Maréchal

Les livres sont morts
Si un jour le droit d’auteur
Ne pèse plus rien.

( morseku sur le mot-clef « livre » )

et

Toujours incompris,
Mélancoliques auteurs,
Furtifs, indomptés,

Mollement récompensés,
Malheureusement frustrés.

( bambochade stricte d’ordre 4 )

Jacqueline Morel

Des mots pour créer
Refuges et univers
Explorer des mondes

S'y perdre ou s'y retrouver
Voyager dans l'infini

Annie

Le livre ? Sur le livre, je n'ai rien à dire.
Je prends un livre, je le lis
quelquefois ce n'est qu'un produit.
Les droits d'auteur ? Sur les droits d'auteur, je n'ai rien à dire.

(cf «L'herbe» de Queneau)

Alexandre Carret

Non, Victor Hugo
N'a jamais écrit de livre
Contrairement à
L'un de ses contemporains
Dénommé Victor Hugo.

et

Lecteurs ingrats
-----
Vois ! Nos droits d'auteurs
N'ont consisté qu'à subir
Vos trois doigts d'honneur.

(haïku - caillou)

Nicolas Graner

Qui publie un livre
Pour les droits d'auteur
Voudrait bien en vivre
C'est son vrai moteur

Qui publie en libre
Pour les droits d'honneur
Voudrait bien qu'on vibre
C'est son vrai bonheur

(sélénet)

Noël Bernard-Talipo

scribouillards pompants
défricheurs artisanaux
auteurs monstrueux

monacales écritures
impressions tonitruantes

( 4-bambochade stricte )

24 avril – Journée de la révolution dans la mode

Bernard Maréchal

Mettez des bretelles,
C’est le dernier cri.
Osons les dentelles,
Tentez le pari.

Habit toujours moche
Porté sans pudeur ?
Quelque chose cloche :
Sapez-vous sans peur !

( morsélénet sur le mot Carmagnole : -.-. .- .-. -- .- --. -. --- .-.. . )

et

La mode est à la carmagnole,
Le jour du vote est arrivé.
Sapons-nous, courons à l’école,
Car le scrutin est activé.

Falzar en soie artificielle ?
Robe en coton, laine ou satin ?
La tenue est présidentielle :
Choisissons le bon bulletin.

( damnet )

et

"En dévots du dollar, jeune, on a aimé l'or."

( anagramme )

et

La révolution,
Je la ferai dans la mode :
Mon pantalon se démode ?
J’ai la solution !

Plus de pollution,
De coton qui incommode,
De trous que je raccommode :
La dissolution !

Oui, j’irai tout nu !
Et je ferai voir mon cul
Ma peau roturière.

Les fesses à l’air
Je vous montrerai la chair
De mon beau derrière.

(sonnaïku)

Jacqueline Morel

Démoder le monde
Le recréer en couleur
Aller de l'avant

Avec ses rêves, son cœur
Tombent les murs et les chaînes

( tanka - référence au livre de Bernard WERBER : « Livre du voyage » )

Annie

révolution dans la mode
avons lu : monde idolâtre

Ô l'Inde ! désamour volant
va nu, idolâtrons modèle
vendu, l'idolâtre n'osa "Om" 

( anagrammes )

Alexandre Carret

La révolution dans la mode :
Crée avant que tu ne te perdes
Dans ce monde hideux et ses codes.
Ô ! L’ovulation dans la merde.

( vers 1 et 4 en contrepet et anagrammes)

et

Perec offrit un livre où les mots, dedans, ploient
Sous la révolution dans les modes d’emplois
De lecture des vies, entre-deux, ordinaires,
Comme ces amants qui, un soir, dehors, dînèrent.

Nicolas Graner

Mon utile dame
Refuse de céder à
La mode mutine

( haïkunagrammokapi )

Jacqueline Jacquadit

Révolution dans la mode*
Vive le métal
Vantons Dior modèle alu !*

( *anagramme )

Noël Bernard-Talipo

« vieillot » date en diable,
« démodé » vaut « révolu ».
« dead » : quel avenir ?

la langue si bien pendue
ailleurs fumera la came

( accumulation agréable )

25 avril – Journée mondiale contre le paludisme

Bernard Maréchal

Madame s’épuise,
Elle se lasse des spasmes ?
Mais elle se pâme…

Le paludisme l’amuse :
Allumée, elle pépie… 

(tanka et beau présent sur le mot-clef)

et

L’allumeuse passe,
Elle simule le spasme
Au seuil du malade.

Le mâle se pâme,
Mais le malaise s’apaise,
Le palu l’épuise.

Las du paludisme,
Le malade la supplie,
L’âme se délie.

La lampe s’allume,
Le séisme se dilue.
Elle le délaisse.

L’idéal se lasse :
La maladie l’a dupé.
Adieu le passé !

(5 haïkus en beau présent sur le mot-clef)

et

Non, le paludisme
Ne peut pas être soigné
À l’huile de palme.

(Marsupiailku)

Alexandre Carret

Conférencier érudit en Cher
-------
Celui-ci qui cause
Du paludisme au Blétois
Sait du simple au double

(vers 2 et 3 anagrammes)

et

Maudit paludisme
Qui te guette dans la mare
Juste après la pluie.

(marsupiailku)

Annie

Pluie de mars enclot
ce démon pâli lustré
code mille-un trépas.

Drame celé "Ont-ils pu ?" 

( anagrammes de : contre le paludisme )

Nicolas Graner

Craignez pas luddisme !
Soutenez les ouvriers !
Flinguez les machines !

( haïku isocèle )

Jacqueline Morel

La brume
Son vent
De plume
Étend

Il règne
Ici
De sphaigne
L'esprit

Fétide
Étang
Avide
De sang

Eau noire
Fadets
Vont boire
Follets...

( double muret – sur le thème )

Jacqueline Jacquadit

Contre le paludisme
Le président M coula !

( anagramme )

Noël Bernard-Talipo

Anophèle et paludisme
Un pacte étrange ont scellé :
Dame Nature en cynisme
Égale l'Homme au cœur gelé.

Le petit corps qui grelotte
De l'enfant qu'elle perdra
Brise celle qui sanglote
Quand la fièvre mouille le drap.

Le pauvre abri d'une case
Est le chœur inconsacré
D'un temple au rite sans phrase.
Le dieu des gueux y vient pleurer.

( Clotilde )

26 avril – Journée internationale du souvenir de la catastrophe de Tchernobyl

Bernard Maréchal

Jazz à Tchernobyl
Dans un vieux wagon fumant,
Et panique à Kiev.

(pangramme de 51 lettres)

et

La légende dit qu’à Bâle
Devant l’atome on ne bêle.
L’UBS, très volubile,
Donne aux irradiés l’obole :
Tout banquier est funambule.
Mais un Suisse à Tchernobyl
Ne perdrait-il pas la boule ?

(babebine)

Annie

Osez Gravelines
j'explique Windscale,
Tchernobyl, Fukushima.

( pangramme 51 lettres, HOG  )

Jacqueline Morel

Dans son sarcophage
Spectre de l'apocalypse
Guette, attend son heure

Nicolas Graner

Cyclone moyen :
foyers noyés, oxydés,
embryons broyés.

Oyez doyens flytoxés,
voyez lymphomes, syndromes.

( tanka ; tous les mots ont pour voyelles E, O, Y )

Alexandre Carret

Peuchère ! Nos billes
Cherchèrent Nono pis Bill
Près de Tchernobyl.

Noël Bernard-Talipo

Ni finir, ni fuir.
Unis d'un flux incisif,
Punir vil hubris.

Nul gri-gri, nul divisi,
Nul rif : un jury civil !

( tanka sans ATOME )

27 avril – Journée du code Morse

Bernard Maréchal

Codez Zed ainsi : −−••
Un double tiret d’abord,
Suivi de deux points.

(Morseku sur le mot « code » pour écrire « Zed » en code morse)

Code = −•−• −−− −•• •

et

Code « Morse » ainsi : −− −−− •−• ••• •
Trait doublé, ensuite espace
Suivi de trois traits ;

Poursuis : point tiret
Point ; ensuite écris encore 
Triple point, puis point.

(double Morseku sur le mot « code » pour écrire « Morse » en code morse…)

Code = −•−• −−− −•• •

Annie

Le code morse ? Sur le code morse, je n'ai rien à dire.
Si vous pouvez lire ceci
−··· ·−· ·− ···− −−− et −− · ·−· −·−· ·· C'est écrit.
La traduction ? Sur la traduction, je n'ai rien à dire.

( cf « L'herbe » de Queneau )

Nicolas Graner

·–·· ·   –·–· –––
–·· ·– ––· ·   · –·
–– ––– ·–· ··· ·
··–· ·– ·· –   –··
· ···   ···– · ·–·
···   –·· ·   ·––––
··–––   ·––· ·· ·
–·· ··· ·–·–·–

titatiti ti   tatitati tatata
tatiti tita tatati ti   ti tati
tata tatata titati tititi ti
tititati tita titi ta   tatiti
ti tititi   tititita ti titati
tititi   tatiti ti   titatatata
tititatata   titatati titi ti
tatiti tititi titatitatita

(traduction : Le co|dage en| Morse| fait d|es ver|s de 1|2 pie|ds.)

Jacqueline Morel

Pitié ! Au secours !
Son appel poignant résonne
L'écho vain se perd...

( Morseku avec pour titre le mot-clé :
CODE : -.-|. --- | -.. . )

Alexandre Carret

Si l'aveugle est sourd,
Préfère le code en Braille
A celui en Morse.
Mais s'il vient avec des moufles
Ne cherche plus ! Tu l'ennuies.

et

Morse et Braille ont inspiré à Juan
Miro, sa noble lettre, à Paris, en juin.

( anagramme )

et

Oh Samuel Morse, on
lit ce télex d'un chien qui
Mord son os à moelle.

(haïku - caillou)

Jacqueline Jacquadit

··−· −−− ·−· −− ·− −−· ·−·· ·· ··−  ·−−· · −·−· ··− ·−· ·−

Vue en code morse
Du fromage de brebis 
A la mode corse

Formagliu pecura

( calembourg )

et

Relevé, rasé tôt, Il se mania : morse lu, Jules Romain* a mes litotes à révéler.

* c'est un Jules Romains sans s !

( palindrome )

Noël Bernard-Talipo

Non, je ne verrai jamais finir le long cours
De ce noir fleuve glacial traînant ma vie orde.
Ne va Dieu laisser enfin peser sur la corde
Mon cou de bagnard, posant scellés sur mes jours ?

Va mon cœur amer, longtemps bercé des sons sourds
Du vent mort glissant, mauvais, pendant que la horde
Des gens biens toujours cherche moyen qu'on me morde.
Va aux cieux trouver quelque repos loin des bourgs.

Je ne sais pourquoi l'hiver revient sur la terre
Et sur moi s'abat, plantant l'ongle de sa serre.
J'ai si froid dessous l'étau glacé qui me prend.

De ton nœud coulant, rêche câble qui me croche,
Fais de moi, jadis radieux rêveur, pur et franc,
Un bloc mou, tordu, croulant, couleur de la roche.


( sosnet ) 

28 avril – Journée Mondiale sur la sécurité et la santé au travail

Bernard Maréchal

La sécurité,
C’est la santé sans travail.
L’essentiel est là.

(beau présent)

Jacqueline Morel

Besoin d'une pause
Urgent : stopper stress
Respirer, dormir
Noyer l'incendie
Ondulent les blés
Un souffle balaie
Tout : l'avant, l'après

( acrostiche en lien avec le thème )

Annie

In memoriam Christine Renon

Santé et sécurité
au travail. Peut-être
voulez-vous parler
d'agents d'assurance
dont le travail est
d'encaisser, puis retourner
l'argent d'assurés.
Routiers sur la route
pompiers dans le doute
Infirmières, médecins
aide-soignantes souffrant
de ne pas pouvoir soigner
leurs patients souffrants.
Intérimaires maliens
et autres forçats
meurent aux chantiers.
À l'école, même
maternelle, on meurt
écrasé par son métier

 ( HOG 12x5+7x7=109 )

Alexandre Carret

Ces culs irrités
et lassants ! Théo travaille
Aux tests, chez Lotus.

(les deux premiers vers se lisent à peu près :
« sécurité et la santé au travail »)

Noël Bernard-Talipo

L'amant, seul, espère
Comme un rare idiot.
Triste enfance enterre,
Tue l'autoradio.

Son amour nu traîne.
Enfle, âcre, un tourment.
Rien. Attente vaine.
Aime Io lâchement.

( solénet ; en acronyme « la sécurité et la santé au travail » )

29 avril – Journée mondiale de la danse

Bernard Maréchal

Badinguet, tu danses,
Mais ton armée est tombée :
Tu perds à Sedan.

(Médaille)

et

Madisons fringants,
Bergamasques stupéfiantes,
Astaire épuisant :

Charleston estomaquant,
Claquettes éblouissantes.

(bambochade stricte d’ordre 3) 

Annie

Nous n'irons plus à Sète
les lauriers sont coupés
dansez Marie, Lisette
avant de vous faner.

La colombe est gentille
le pivert insensé
la maclotte sautille
les filles vont danser. 

( fontanet, pensé pour être chanté sur l'air de « Nous n'irons plus au bois » )

Jacqueline Morel

Les feuilles dansent
Tout là-haut sous la canopée
Les feuilles dansent
Le grand vieux hêtre me balance
Sur sa forte branche allongée
Par le vent me laisse bercer
Les feuilles dansent

( rondelet )

Alain Zalmanski

Dansons la carmagnole
Le boléro et la java
Dansons la farandole
Le menuet et la salsa

Aimons la contredanse
La mazurka et la roulée
Faisons la révérence
Dans la csardas et la raclée

( Dansons sur l’air voulu )

et

DOUNDOUNBA
AN-DRO
NOVA
SAMBA
ESTAMPIE

( acrostiche de circonsdanse )

Alexandre Carret

Dansent mes mots, dansent
Sous l'averse de tes yeux
Dans ce mémo dense.

(haïkūlorime)

et

Arès sera !
------------

Arès, Odette dosera !
Arès, Sibelle bissera !
Arès, Olga glosera !
Arès, Éve sera !
Arès, Iris irisera !
Arès, Sam massera !

(palindromes)

Arès, Nadège dansera !

Anthony Pecqueux

Bras liés jambes lancées
Fièvre du parterre ordinaire
Printemps en folie

Nicolas Graner

Allemande, branle,
Ballet, marche, ländler, valse,
Lambeth walk, set dance...

Traversant les ans, les bals,
Les danses changent d'aspect.

( alternance A-E )

Noël Bernard-Talipo

Nuptiale leçon.
Piste où des étoiles entrent.
Macabre salon.

Promettez, exécutez :
Ventre de l'ours mène sabre.

( filigrane )

30 avril – Journée internationale du jazz

Bernard Maréchal

Monk, Sidney Bechet,
Gillespie ou John Coltrane,
Quel swing ont ces vieux !

Billie Holiday pleurait,
Ella Fitzgerald chantait.

(tanka et pangramme de 102 lettres)

et

Passant par hasard,
Campagnard à Manhattan,
Dansas la samba.

L’agaçant jazz t’attrapa,
Battant la java d’antan.

(tanka et monovocalisme en [A])

et

Pour que les vieux Duke Ellington, Bechet, Farmer,
Comptent toujours, tu dois guincher quel subversif ?
Charlie Parker? Buddy Johnson ? Armstrong ? Quels fauves !
Kenny Dorham joue Clifford Brown qui vous piégeait.

(Belle absente)

et

Qui écoute encore
Le cornet de Beiderbecke,
Brubeck et Rollins ?

Ellington The Duke,
Les six cordes de Scofield,
Et Sonny Rollins ?

L’époque Blue Note,
Thelonious Monk, Round Midnight,
Et puis Bud Powell,

Willie Smith le Lion
Le trombone de Mingus
Et son violoncelle ?

Remémorons-nous
Ces musiciens du désordre,
Écoutons-les bien.

Billie pleure les pendus,
Qu’un souffle de vent remue,
Les fruits noirs lynchés.

Le souffle de Miles,
Be-bop, cool, fusion ou free,
Trompette en quintet.

Privé de trompette,
Gillespie perd son tempo
Et le be-bop meurt.

Les petites fleurs
De Sidney Bechet éclosent
En bouquet sonore.

(bouquet de 9 haïkus en lipogramme de [JAZZ])

Jacqueline Morel

( calligramme )

Nicolas Graner

Vivez ce boeuf carrément listoulipique ! GEF swingue dur au saxo ;
à la batterie, Noël, habile, impose son rythme dansant de jerk.

( panscrabblogramme )

et

Quand le jazz est là
La java s'en va avec
L'héméroméride...

Jacqueline Jacquadit

Ce jazz à laïus
Ses ritournelles l'ennuient
Zazie jasa cul

( haïkunagramme )

Annie

New-York ? jazz ambigu, faux plats de chaque vie

( pangramme )

Gérard Le Goff

Sur le sol
"L'oeil , d'abord , glisserait sur la moquette grise d'un long
corridor, haut et étroit"
Haut et étroit , un long corridor,dessus la moquette grise, l'oeil,
d'abord glisserait.
Sur la moquette grise, d'abord, l'oeil glisserait, la moquette d'un
haut et étroit corridor.

L'oeil , eh l'oeil! avoir l'oeil! l Le bon! L'affûté! Le perçant!
L'attention , qualité première! La perception précise des images! Sans
ostentation! Sans désir de percer à jour des secrets enfouis! L'oeil
non agressif! Il ne va pas scruter, inciser! Il ne va pas analyser!
Tout simplement, il s"en va glisser sur les choses! Sur la moquette
grise! Sur le doux tissu gris de la moquette.
L'oeil , d'abord, glisserait sur la moquette grise.
Sur la moquette grise d'un long corridor.
Un long corridor haut et étroit.

La moquette couvre le sol. Elle est grise. Couleur neutre. On a envie
de la caresser. De marcher dessus pieds nus. Belle moquette à
respecter. Ne nous moquons des moquettes! Ne nous moquons des
moquettes! Ne nous moquons des moquettes! Grises, jaunâtres,
lie-de-vin,ocres, vermillon, magenta, bleutées, bordeaux, unies,
striées, rayées, bigarrées, quadrillées, ne nous moquons des
moquettes, dit la mouette, dit la moukère, dit la ménagère, dit le
divin vent sur le velin velours des choses.

Voici un corridor. ça c'est impressionnant! ça c'est du sérieux! Du
stress à venir . Des pas précautionneux s'imaginent sur le duveté des
moquettes, longeant le corridor long et étroit. Des portes fermées.
Vont-elles s'ouvrir? Lesquelles? On va voir la réalité cachée des
choses. Attention, c'est peut-être maintenant. Une poignée bouge.
Qu'y-a-t-il derrière la porte des choses? D'autres choses qui cachent
d'autres choses, à l'infini? Un silence de fin du monde? Une ville
bombardée? Un cataclysme qui se prépare? Une peluche? Quelques
confettis? Une guitare? Un chapeau? Un vieux sac? Un papier couvert
d'une écriture illisible? Un sérial killer?
Une star?

Sur la moquette grise, d'abord, l'oeil glisserait...
"L'oeil , d'abord, glisserait sur la moquette grise d'un long
corridor, haut et étroit

(Première phrase des "choses" de G. Perec, traitée façon jazz)

et

Excités, qu'ils swinguent
Bien fort les mots! Du Vian pour
Haïku jazzy!

( haïku-pangramme 56 lettres )

Anthony Pecqueux

Swing à toute allure
Les jambes se délient - s'affolent
Quintet au sommet

et

Un jazz effréné!
Déontologie élue -
Concert arrêté...

et

La note pique le cœur
Tel trouver un quadrutrèfle
Flegme sur le carreau

et

L'ennemi public 
& le saxo archi(e) libre
Le rythme est rossé

cf Archie Shepp en duo avec ChuckD de Public Enemy

Alexandre Carret

Jarrett, Armstrong, Zawinul, Zwingenberger
Jasent, agassent, zinzinulent, zinzibulent
Juvénilement, acribiquement, zénithalement, zygomatiquement.

( acronyme et allitération )

Noël Bernard

Picaillons,
Veut poupon ? Beaucoup ?
Presque accordé, mon camarade.
Cependant comprends juste certains trucs importants.
Surtout lorsque, retrouvant bercail, ouvrant maison commune entres, montre respect.

Star, déstresse :
Stopperai toujours
Tours bancals, fangeux, indécents,
Moyennant douceur longtemps défaillante : respect.

Combien forts
Tous poutous charmants,
Trésor. Pourquoi moins mon pognon ?

Fatiguée.
Gaffe ! Plaquerais...

Respect. Point.


( bigollo en bambochade d'ordre 3 )

Inspiré de  « Respect »  ( Otis Redding / Aretha Franklin ) 

et

... et un petit scat

babedidouda
dabedidebaba wouah
dabe bedi Houuu

wouah wouah badabadaba
badebadebadewouah

#héméroméride ( tanka lipogramme en CFGJKLMNPQRSTVXYZ )

et

Héméro
Et la vie était rose
Oulipo
Et rien n'était morose

Rime était riche
Anagramme jolie
C'est fini ma biche
Pas la folie

( sur l'air de « Summertime » de Gershwin )

Un grand merci à tous ceux qui ont participé à ce projet avec une avalanche de contributions qui nous ont ravis par leur créativité et leur beauté !

Catégories
Ouvrir

L’opération de paix

ses sujets
nous le savons bien
sauront un jour la vérité
sauront qu'un puissant homme a fait d'eux des assassins 

ce jour-là
ils découvriront
sous des lambeaux de béton

un enfant 
dans des bras aimants

tout est mort

Ouvrir : précédent suivant

Catégories
Uncategorized

Héméroméride – mars

L’héméroméride, projet d’un an, conçu par Bernard Maréchal, débute le 1er mai 2021. Il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Une activité journalière est proposée : l’écriture d’un micro poème sur le thème de la journée, au format haïku, additionné d’une contrainte à son propre choix. On trouvera ci-dessous les contributions du mois de mars.

1er mars – Journée mondiale du compliment

Bernard Maréchal

Seize
Ans,
Fillotte,
Aujourd’hui
Ton anniversaire
Mérite bien un compliment.

(FIB pour les 16 ans de ma petite-fille)

Nicolas Graner

Un compliment élémentaire est une simagrée élémentaire dont le but est
de fournir un compliment au détriment des substantifs ayant un effet
relationnel ou psychologique (gamines, généraux placides, gars avides
ou avinés) marquants ou en qualité insuffisante dans l'intime
élémentaire moral d'un individu.

( version à peine retouchée de la première phrase d'une page de Wikipédia )

Annie

j'aurais aimé ma belle
t'écrire un compliment
un peu de bagatelle
doré à l'orpiment

mais la journée rebelle
me chicane le temps
je nettoie la poubelle
j'arrache le chiendent

( fontanet = sélénet à 6 pattes )

Alexandre Carret

Jour des compliments : 
Envoie un truc isocèle 
Et, peinard, attends !

Jacqueline Morel

Se laisser bercer
Envelopper, caresser
Par le compliment

S'épanouir sous le soleil
De mots chauds qui nous sourient

( tanka – utilisation du mot-clé )

Jacqueline Jacquadit

Chien joyeux aboie
Il complimente son maître
C'est sa raison d'être.

Ronflaguer les compliments ?
Il m'est flagorneur mon cleps !

( anagramme )

Alain Zalmanski

Sans la liberté de blâmer,
il n’est point d’éloge flatteur
En ce jour on se doit d’aimer
En chassant ces mots de licteur
     Critique
     Observation
     Médisance
   réPrimande
    bLâme
     Insulte
   adMonestation
     Epigramme
    iNsulte
   ouTrage

( acrostiche en creux ? )

Noël Bernard-Talipo

Cool, super, jouissif !
Extra, dément, fab, géant !
Chié, giga, magique !

2 mars – Journée des vieux objets

Bernard Maréchal

Bradez vos greniers,
Vieux K-way foutus, jouets
Moches qui plaisaient.

( pangramme de 57 lettres )

Alexandre Carret

Mon premier ne se dresse plus.
Mon deuxième est la première syllabe de :
     J'ai tellement honte
  que je n'avouerai jamais
       en être l'auteur.

( charade )

Annie

( petite morale élémentaire portative )

Jacqueline Morel

Au fond de l'armoire
Écrin oublié
Garde la mémoire
D'un trésor passé

Une main curieuse
Dévoile en l'objet
La pierre précieuse
D'un amour secret

( sélénet – sur le thème )

Jacqueline Jacquadit

Arquez ce vieux kandjar afghan du psy mort woke blasé !

( pangramme 44 lettres )

Alain Zalmanski

Ces vieux objets (de collection) ont-ils besoin d’être surqualifiés ?

Octavin obsolète
Boucan démodé
Joliette antique
Ecang préhistorique
Tonilière archaïque

Pour les très rares qui ne le sauraient pas : 

    Octavin : petite flûte d'orchestre
    Boucan : sorte de gril en bois utilisé dans les Caraïbes pour faire sécher la viande
    Joliette : planche couverte de potée d’étain
    Ecang : sorte couperet servant à broyer les tiges de lin et de chanvre
    Tonilière : râteau dont la tête est munie d’un filet

et

Mon premier se goinfre (facile)
Mon second donne sa langue au chat
Mon troisième s’amuse à la maison
Mon quatrième échoue chez lui

L’Acropole ou le Colisée, 
Mon tout peuvent symboliser
Vous trouverez antiquité
Mais le jeu c’est de l’expliquer

( charade )

Noël Bernard-Talipo

Les vieux objets ?
Job se vexe : il sut.
« J'eus vol ! bit ! sexe !

Je veux tels obis.
Je vêts luxes bio. »

( mini-tanka 4/5/4 5/5 en anagrammes )

3 mars – Journée mondiale de la vie sauvage

Bernard Maréchal

Pangolins, tatous,
Gorilles, rhinos et tigres,
Unissez-vous tous

Contre tous les prédateurs,
Les humains, bien entendu…

(tanka)

et

Mammouths ? Disparus !
Pangolins, rhinos, pandas,
Crapauds ou tritons,

Coraux, albatros, dauphins,
Disparaîtront. Pas l’humain…

(tanka lipogramme en [E] pour l’anniversaire de la mort de Perec, quarante ans déjà)

Jacqueline Morel

Retrouver sa place
Dans l'immensité du monde
Loin de tout tapage
Sensible reliance
Se fondre dans le sauvage
Discrétion et harmonie
Pureté des sensations
Admirer les êtres
Et les paysages
Accepter l'inouï cadeau
De la beauté de la vie


(HOG)

Annie

La vie sauvage
avalise vague
visa, égal aveu.
Aveugle avisa. 

( anagrammes )

Jacqueline Jacquadit

La vie sauvage
La saïga veuve,
Vu la gaie vase,
Laveuse a vagi.

( anagrammes )

Alexandre Carret

Va, Aigle ! Sauve
La vie sauvage !
Avale, si vague,
A la vive sauge.

( anagrammes )

Noël Bernard-Talipo

il faut emplir le seau
cours aux fontaines va
fille suspends ton jeu

pourquoi cesser le jeu
pour qui tenir le seau
amour vers qui s'en va

monde triche à tout va
chacun joue double jeu
je reste avec mon seau

( terine isocèle )

4 mars – Journée mondiale de l’obésité

Bernard Maréchal

À l’apéritif,
Un obèse dépité
Se tâte le bide,

S’il a relativisé
La menace du régime.

et

L’obèse se pèse,
Rêve de légèreté,
De menu ténu.

Se désole du régime :
L’apéro vitaminé…

et

Péril adoré,
L’obésité le menace,
Dévitalisé,

De finir éliminé.
L’obèse miné s’exile.

( 3 tankas en okapi sur le mot-clef )

et

Poutine a un creux.
Voici, qu'il mange l'Ukraine :
« J'avais faim, dit-il. »

Waouh ! Sera-t-il obèse ?
Zelensky est indigeste.

(pangramme de 89 lettres)

Alexandre Carret

Illich théorise
la perte du but premier
d'une association

Qui, petit à petit, tend
vers son unique survie.

A l'organisation internationale
du travail, Illich prédit : O baise IT !

(HOG )

Nicolas Graner

Avaler un âne ?
L'obésité te menace !
Vas-y pas à pas.

( okapi )

Annie

Ô, délice
Bêtise -hélas
Écume de
Sirop, or
Inégalé.

Tout de suite
Encore une !

( acrostiche et okapi dans la 1° partie
et la photo pour que personne ne s'y trompe )

Jacqueline Morel

Rondeur de la Terre
Rondeur douce de ton être
Rondeur de la mère

( anaphore )

Jacqueline Jacquadit

Libé libelle l'obésité ?

Libé liste les bêtises, toilette les élites, lobe les télés :

"Le site lesté obèse "Belles-Bites" est obsolète ! "

( beau présent sur l'obésité )

Alain Zalmanski

Mon premier fait la chose
Mes deux premiers font aussi la chose
Mon troisième s’y prend à deux fois pour faire la chose
Mon salaud de quatrième fait encore la chose
Mon tout peut rendre la chose difficile

(charade)

et

Deux mariés se mirent au régime
Leur vie de couple en fut vite victime
L’un d’entre eux voulut reprendre du poids
Un nouveau lien couronna cet exploit

Moralité
Un embonpoint vaut mieux que deux tuent le gras

Gérard Le Goff

Sur l'obésité
Faut pas en faire des tonnes
C'est de l'évidence

Juste dire quelques mots
Sans trop de détails, en gros.

( tanka )

Noël Bernard-Talipo

elle boite et tisse
bot il lite toile et soie
elle bosse il bosse

belle étoile il s'ose leste
sitôt elle se blottit

( beau présent sur « l'obésité » )

5 mars – Journée de l’absinthe

Bernard Maréchal

Bannis tes absinthes,
Tes sabbats si insensés
Et tes anisettes.

Satan t’a tétanisé,
Hébété, anesthésié.

(tanka et beau présent sur mot-clef)

Annie

Aïe, aïe, aïe,
traître habile, pair de famine, l'ami s'enracine, sa mine attire, sait se faire câline.
Annie salive, s'agite, s'aligne. Gaie, la fille aime sa riche, fraîche patrie...
Mais cet abri précaire a brisé, calciné sa vie.

( suite vocalique A I E )

Jacqueline Morel

M'enivrer de la puissance de la fée verte
Goutte à goutte raison floutée court à sa perte

( courte échelle )

Rémi Schulz

Esthète bibine,
Hit anesthésiant,
Hantant ta babine,
Shabbat entêtant.

Sa bise t’hébète,
Inhibe assassin,
Absente anisette,
Habitat si sain.

( beau présent )

Alexandre Carret

Nulle âme à l’abside,
L’ascète est absente.
La scène est absurde !
Qui priera l’absoute
Si ma plaie s’abcéde
Et l’abbé s’absinthe ?

(Presque babebine quasiment isocèle)

Alain Zalmanski

Amis, il faut boire une dose,
J’aperçois l’ombre d’une pinte,
Buvons jusqu’à l’apothéose
Enivrons nous avec l’absinthe

Refrain
Ah ! que son entretien rend saoul
C’est son mérite et c’est sa gloire
Elle aide à vivre,  elle aide à boire
Elle aide à boire tels des trous
Oui, tels des trous !

( air connu )

et

Américano
Baccardi
Side car
Irish car bomb
Négroni
Ti-punch
Hemingway special 
Egg nog

( acrostiche de coquetèles )

et

Hommage 

N’oublions pas Raoul Ponchon
Son ode au vin et ses chansons
Sa raison de vivre et sa perte
Furent sa muse, la fée verte

Elle lui fit supporter la vie
Tel un vain paradis
En l’habituant à la mort
Qui l’attendait au port

(en italique des « centons » de L’Absinthe, de Raoul Ponchon)

Robert Rapilly

À moins d’ivrognesse descente,
deux verres – bonjour le Degas –
suggèrent qu’à côté du gars
siège sa copine l’Absente.

Noël Bernard-Talipo

Nuit sainte
S'étend,
L'absinthe
Flottant.

À l'âme
L'ennui.
Ma flamme
S'enfuit.

( muret )

6 mars – Journée des dentistes

Bernard Maréchal

L’arracheur dedans,
Et trente-deux dents dehors ?
Il sent l’accident…

À la vue du cannibale,
Le dentiste fou détale.

(tanka sur mot-clef)

Annie

Les dentistes ? Sur les dentistes je n'ai rien à dire.
La fraise surtout fait du bruit
Et je n'aime que le kiwi.
Les glaciers ? Sur les glaciers je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Jacqueline Morel

Place du marché
Forte musique enjouée
Concourt à masquer
Cris de douleur des patients
Du sombre arracheur de dents

( HOG )

Alexandre Carret

AU CABINET VERT
---------------

Depuis huit jours, j’avais déchiré ma dentine
Aux cailles des chemins. J’entrais chez Charles-Henry.
Au cabinet vert, je demandai à Martine
Un fort meulage, en bon client, à moitié prix.

Très anxieux, j’allongeais la bouche sous la lampe
Verte. Je contemplais l'objet acuminé
De l’odontologie. - Quand elle prit la clampe
Et la vrille au coton énorme, j’ai couiné.

« Celui-là, ce n’est pas un bébé que j’épeure ? »
Rieuse, elle posa l’écarteur. Est-ce un leurre ?
D’abord tiède, elle dit sur un ton corrosif

Que ces tons – rose et blanc – la rendent maladive.
Aïe ! Sa main pliée chope mon incisive
Je mords. Un oreillon m’assomme, décisif. 

( réécriture de  Au cabaret vert d'Arthur Rimbaud )

Robert Rapilly

Un été d’incisive sans orge
le gros n’a sévi (sic) ni détenu

Si Robert sa canine décède
ce déni n’a castré Boris

Eh ! cafétéria l’omet-on amère ?
ma note molaire te fâche

( 3 palindromes )

Noël Bernard-Talipo

Trente-deux dents


À l'ombre du redan
S'abritent, chargés d'ans,
Quatre ancêtres prudents
Du soleil trop mordant.

Tout le jour, lézardant,
Palabrent, se tordant,
Une flasque vidant
D'un vin noir et ardent.

Passe le claquedent
Riant et gambadant.
Sitôt cris abondants
Se déchaînent, stridents.

Hors d'ici l'excédent,
À nos biens prétendant.
Nos poulaillers sondant
Tu voles nos houdans.

On voit briller tes dents
De fils du ramadan.
Défendons l'occident,
Nous, ses fiers descendants !

Prends garde : nos bidents
T'arracheront, chiendent.
Dieu père nous aidant,
Tu seras le perdant.

Que fait le président ?
Siffle un vieil adjudant.
Il dort, c'est évident,
Ce bobo, ce pédant.

L'homme est parti pendant
Que ces héros, grondant,
Remisent leurs tridents,
Fiers d'un bel incident.

7 mars – Journée des céréales

Bernard Maréchal

Faut avoir du blé,
Pour sucer des sucres d’orge,
Fumer des maïs,

Biftons en papier de riz,
Et sans se faire avoiner.

(tanka)

Alexandre Carret

L'ARS aide Kev avecque des céréales.

(Palindrome sonore :
l-a-é-r-é-s-é-d-e-k-é-v-a-v-é-k-e-d-é-s-é-r-é-a-l
)

Annie

Cérès créa-t-elle
blé, millet, seigle, orge, épautre
riz et sarrasin
- j'en oublie peut-être,
par amour des animaux ?

( HOG léger )

Jacqueline Morel

Ces galions
Ces goélettes
Ces galiotes
Ces galères

Ces réales

( chicago )

Robert Rapilly

À l’ouest du Péloponnèse, le blé
importé de la Mer Ionienne sèche
au vent tournant du Silo d’Éole.
D’où cette moralité palindrome :

Élide l’aère cette céréale d’île

Noël Bernard

Ah blé, céréale dorée !
Épis fous, graminée hardie !
Immole jonc kaki le moissonneur.
N'oublie pas que retourna sa terre
Un vieux woofer xylophobe.
Yoyotant zigomar !

( abécédaire )

8 mars – Journée internationale des droits des femmes

Bernard Maréchal

Droits des femmes
Recroquevillées
Ou soumises par un conjoint
Ignorant le droit et criant plus fort que la loi,
Toutes les fois qu’on les bafoue, qu’on les écrase et qu’on les tue, c’est le droit des femmes,
***
Sourdement,
Durement, les femmes
Entendent mourir tous leurs droits
Sous les coups mauvais du conjoint violent qui les tue,
***
Forcément
Exécrablement,
Mais très définitivement,
***
Méchamment,
Et les droits des femmes
***
Sont bien morts.


(bigollo acrostiche)

Alexandre Carret

Le huit mars, c’est la
Journée internationale
Des droits des madames
Arrachés à ceux-là qui
Célèbrent le Dieu Zizi

( tanka isocèle )

Alain Zalmanski

Sur les droits de la femme, j’ai beaucoup à dire
La femme est l’avenir de l’homme, elle est la couleur de son âme
Sur l’homme je n’ai rien à dire

Sur les pâtes Panzani non plus

Annie

Mère, dites-moi
Déméter est morte ?
Dites-moi mes frères
tristesse est métier ?
Être fessée, rossée est sort mérité ?

Frémir est désordre
et rimer témérité
Imiter, rester derrière
sorties timorées, toit étroit, soirées froides.
Offertoire de misère.

Femmes fortes d'oser rire, désirer
d'offrir des miettes, de tisser des trésors
fières de tresser trois rides de mémoire.


( beau présent en HOG 101 syllabes, 13 vers )

Jacqueline Morel

Clos voie de l'enfer
Écoute la voix des mères
La voix de la Terre

( monorimes )

Nicolas Graner

Pour le droit des fanes
De radis ou de carottes
Aux vieilles recettes !

En pesto, en garniture,
En soupe, dégustez-les.

(tanka isocèle)

Jacqueline Jacquadit

À femme qui montre la lune
On ne regarde le doigt
Pour corriger cette lacune
Voici la journée des doigts

D'où le doigt à l'image.

Noël Bernard-Talipo

Les
Droits
Seront
Adjugés
À ceux frappant dur
Ainsi Esprit a décrété

( dans ce Fib chaque mot comporte un nombre pair de consonnes )

9 mars – Journée de la poupée Barbie

Bernard Maréchal

Ken, Barbie, allez sans risque,
Car le grand moulin mixeur
De Jean-Christophe Averty
A fini, hélas, le show.

(pangramme de 84 lettres)

Annie

Hantise d'acier, assise d'argile, laisse sa grise famille à l'index.
La fille transie, ravie d'absinthe, admire la triste magie Barbie.

( suite de voyelles A-I-E  )

Jacqueline Morel

Physique improbable
Mais plastique inaltérable
Ken en perd la tête

Alexandre Carret

Barbie art-déco :
Supprimez ventres et hanches !
Barbarie des corps.

( haïku-caillou : contrepet entre vers 1 et 3 )

Jacqueline Jacquadit

La poupée Barbie
Opéra pipe au rabbi
Pépié priapé.

Beau pape paré barbu
Au bar épuré pria.

( beau présent )

Alain Zalmanski

De bois ou de chiffon
Le boucher de Lyon,
N’a rien d’une poupée
Plutôt une poutrône*
Comme on dit dans le Rhône
D’une prostituée
J’ai désigné Barbie
Presqu’une nécrobie

Robert Rapilly

Barbie en poupée
au rebut mord la poussière
papille embourbée

( haïku-caillou )

Noël Bernard-Talipo

Érèbe a barré
Erre à Ibère barbare.
Baba, a barri.

Rire aère barbe rare.
Arbre à baie ira à bière.

( beau présent sur Barbie )

10 mars – La Journée Mario

Bernard Maréchal

Marionnette absurde,
Aux pixels inanimés,
Rangé dans ta boîte,

Inconsolé, Nintendo.
On préfère Superman.

(tanka acrostiche et isocèle)

et

La Journée Mario ?
Si ton cœur brésilien gèle,
L’amour neige à Rio.

La Journée Mario ?
Trop nul à l’auto-école,
Ajourné, mariolle !

La Journée Mario ?
Un flot de bêtes noie Lyon,
Loups morts, Herriot nage.

( 3 contrepets médailles )

Annie

Mario et Barbie
barrio et abîme.
Marions les ! ils sèmeront
beaucoup de petits
abonnés à facebook

( HOG 29 syllabes, 5 vers )

Jacqueline Morel

Mario le plombier
À grosse moustache
Rêve de sauver
Innocente Peach
Ombrageux Bowser
La tient prisonnière
En sombre château
Prêt à affronter
Les pires dangers
Oubliant tuyaux
Mario mange fleurs
Brandit des étoiles
Invincible ardeur
Ennemis affole
Recluse l'attend

(Potence)

Marc Parayre

Mais ai-je dit qu’on en a marre
Assez du gars droit comme un I
Rebondissant mais pas bien haut
Il a une moustache en brosse
On opte pour la « gamme au vert ».

( acrostiche )

Alexandre Carret

Juste un Mario Bros
Puis il fera le ménage.
Justin, mari aux brosses.

(haïku - aïe-cou)

et

Super Mario Bros
Fit le beau dans le Jura,
Posa sur Morbier.

(haïku - au khi)
(anagrammes entre les vers 1 et 3)

Noël Bernard-Talipo

le vent souffle serre les ris
fais gaffe on prend des paquets d'eau
hauban se plaint grince le mât

beau matelot monta au mât
au hunier faut prendre trois ris
beau matelot tomba dans l'eau

frémit l'épouse au bord de l'eau
à l'horizon cherche le mât
fini l'étreinte adieu les ris

( terine sur mât-ris-eau )

11 mars – Journée mondiale de la plomberie

Bernard Maréchal

Siphon qui fuit ?
Joint de l'évier ?
Tuyaux zingués ?
WC bouché ?
OK ! Plombier !

(pangramme de 57 lettres)

et

L’étameur du bac

« C’est un trou qui perdure, et ça coule derrière !
Je vous l’avais bien dit qu’il y avait trop d’ pression ! »
C’est ainsi qu’en gueulant s’exprime la rombière
Accueillant le plombier qui vient voir son siphon.
 
Celui-ci lui répond : « Je vous avais prév’nue,
Fallait pas l’ nettoyer avec des trucs foireux ! »
« J’ l’ai jamais nettoyé » lui répond l’ingénue,
« C’est votre faute à vous, vos tuyaux sont poreux ! »
 
« Vous voulez pas m’ fair’ croir’ que j’ai mis du ch’wing-gomme ?
Moi, quand j’ répare un joint, j’y coll’ du chattertomme.
Si vous en voulez pas, z’avez qu’à mett’ le doigt,
 
Pendant qu’ vous appuierez, ça servira d’ rustine. »
« Non mais quoi, ça suffit, lui répond la taquine,
C’était pour rigoler, perdez pas vot’ sang-froid. »

 ( vieux pastiche retrouvé (décembre 2013) du Dormeur du val )

et

Plombs de Notre-Dame
Vous êtes fondus.
Voilà de la came
Pour poumons perdus.

Après l’incendie,
Au lieu des pompiers,
Quelle tragédie,
Faudrait des plombiers.

(sélénet)

Annie

j'avise cinq, six aghas du Koweït - fuyez plombiers !

( pangramme 40 lettres )

Pierre Lamy

Une senteur nauséabonde
avilissant son bel évier,
la romanesque Floribonde
a mandé son pote Olivier.
 

Inspiré, l'humeur vagabonde,
tel un poète à son clavier,
il dévisse l'écrou de bonde
en ce clair matin de janvier.

En position mahométane,
dans les effluves de méthane,
il offre au regard son aubier.

Floribonde, habile au smartphone,
vite capture en polissonne,
le frais sourire du plombier.

Alexandre Carret

Le plombier sourit
- Tout en conservant son masque -
De toute sa raie.

( haïku - écho au poème de Pierre )

et

Plombiers à l’Est
Ne travaillant pas au noir,
Peu l’on biaisa leste.

(haïku - aïeux coup)
(vers 1 et 3 - nord-sud)

et

Mon premier se moqua de mon troisième
Mes deuxième, quatrième et sixième en firent autant
Mon cinquième le fit juste avant eux
Mon tout est une conversion de temps bien connue de tous.

( charade )
Solution :
Mon premier se moqua de mon troisième :
Mon premier est « la » car « la » rit (Larry)
Mon troisième est « vaut » car UN rit de « vaut » (un ris de veau)

Mes deuxième, quatrième et sixième en firent autant
C’est « plombe » car « plombe » rit (plomberie)
« soi » car « soi » rit  (soierie)
et « minutes » car « minutes » rit (minuterie)

Mon cinquième le fit juste avant eux
C’est « sante » car « sante » eut ri (centurie)

Mon tout est une conversion de temps bien connue de tous.
« La plombe vaut soixante minutes »

Nicolas Graner

Soleil de Venise
Ciel de mine blanc dans l'aile
Ceinture de fil

Les années dans la cervelle
Ont fait sauter le sommeil

( filigrane )

Noël Bernard-Talipo

dans la fuite
nul salut
sous poursuite
du chalut

l'enfer ruse
nul écu
nulle excuse
au vaincu

(  mômet )

Rapport avec le mot-clef ? ben ça parle de fuite...

et

il vit au Kremlin
un plombier qu'on voit boucher
toujours il dessoude

sa méthode c'est le plomb
quand il passe c'est la fuite

( tank ah ? )

12 mars – Journée contre la censure sur internet

Bernard Maréchal

La cybercensure,
Chez certains cerveaux,
C'est la fermeture,
Le web des barreaux.

Big Brother adore
Punir, surveiller.
Le geek qu'il dévore,
Je vais l'éveiller.

( sélénet et pangramme de 126 lettres )

et

Du Kremlin, jusqu'à Pékin,
Chez Vladimir, Xi Jinping,
Fermeras ton bec, cow-boy.

( pangramme isocèle de 61 lettres )

Nicolas Graner

XXXXXX XX censure
XXX X XXXX susurré
X XXXXX XX serrure
XXXX XXX XX curé

Enserré XXX XXX
XX recense XXXX
XXXX X encre XXXX
Succès XXXXXXXXX

( XXXXXet, beau XXXXXXX )

Jacqueline Morel

Censure et torture
Motus et bouche cousue
Prudence, danger

Avec les non-dits jouer
Propos détourner

( tanka )

Annie

( haïkupé double )

Alexandre Carret

Il est interdit
d'interdire d'interdire
de se censurer.

et

Rue ! Ce Russe encense 
Sa sœur Essence et ressasse
cent censures sûres.

(palindrome sonore)
(haïku - Où qu'y'a ...)

Alain Le Pourhiet

Mon premier n'a aucun besoin d'être censuré ;
Mon deuxième est rarement censuré ;
Mon troisième fut une championne de la censure ;
Mon tout EST la censure. 

Pierre Lamy

Fatrasie pour Anasthasie

Frappée d’aphasie,
Dame Anasthasie
pond des vers en vrac.
Nul ne s’extasie
en Papouasie
ni même en Aubrac.

Si l’on suit mon beauf (un crack) :
— Foin de jargonaphasie,
je vous le dis tout à trac.
Il faut qu’on l’euthanasie.
Censurons son bric-à-brac.

( 11 vers de 5 et 7 syllabes : pas très loin du HOG )

Jacqueline Jacquadit

Contre la censure, la contre-censure :

Censure sans mesure n'est que ruine du slame !
Censure sans bavure n'est que ruine du drame !
Censure sans exclure n'est que ruine d'amalgame !
Censure sans lecture n'est que ruine de réclame !
Censure sans murmure n'est que ruine du brame !
Censure sans procure n'est que ruine du blame !
Censure sans roulure n'est que ruine d'igame !


Censure sans culture n'est que ruine de l'âme !

Noël Bernard-Talipo

Remède,
grogna Mort,
n'a ni la censure sur internet
( ô brut aveu que va turbot en ret ),

ni ruse :
rus ne câlinant
roman gorgé de mer.

( palindrome )

Note : Furetière admet ret comme autre écriture de rets.

13 mars – Journée mondiale de la schizophrénie

Bernard Maréchal

La schizophrénie ?
Quand tu bois mon vieux whisky,
Je flaire du gin !

( pangramme de 53 lettres )

et

La schizophrénie
Montre un chauve reposé
Au skin las frisé.

( contrepet médaille, ou haïku-caillou )

et

La schizophrénie ?
Ni oui, ni non, dédoublée,
Sophie niait la crise.

(contrepet médaille, ou Haïku-caillou)

Robert Rapilly

Ô schizophrénie
hurlement de Pan mon double
faune et cri sosie

( haïku-caillou )

Annie

n'écris ni zéro
ni encore zéro, rien
n'écris rien. Sophie

( beau présent )

et

Criez : Non, Zénon !
Cherchez hors ces spires perses
hors ces herses resserrées
ces porcheries insensées.
Cherchez sorciers encornés
sorcières en pierre ponce
rois croisés, épine noire
Reprisez prose, horizon
repos, soir. Ironisez
ni essor, ni score
en rien honorés.

( HOG  et beau présent )

Alexandre Carret

S'il me suit, je suis
Celui qui suit en retour.
S'il m'est, je le suis.

Bref,
Sur la schizophrénie, je n'ai rien à dire
Mais encore, quelles sont ces identités
multiples qui se déploient frénétiquement
Twitter : Sur Twitter, je n'ai rien à dire

( cf. « L'herbe » de Queneau )

et

La schizophrénie
La prit sur la piste bleue.
Lise, au ski, freina.

(haïku - caillou)

Jacqueline Morel

Rêves se bousculent
En son esprit éprouvé
Mais qui donc est-il ?

Erre une âme hallucinée
En délires insensés

( tanka )

Nicolas Graner

Une voix m'a dit :
« Va, tu n'es plus schizophrène ! »
Me voilà guéri.

D'autres voix disent l'inverse,
Je sais bien qu'elles me mentent.

( tanka )

Jacqueline Jacquadit

L’oisillon en sol
Ses ailes séparées hop !
Il caresse l’air.

Pinacle en apnée si proche
L’acné s’aliène la roche

( beau présent )

et

Paf ! J'y moque le vieux schizo borgne du Koweit !

( pangramme hétéroconsonantique de 37 lettres )

Noël Bernard-Talipo

je suis là
je ne suis pas là
je suis ce que je ne suis pas
je ne sais pas que ce que je suis a fui de moi

on me suit
on me veut du mal
on suit ce que je ne suis pas

je suis vu
je vois qui me voit

je le fuis


( bigollo de monosyllabes ) 

14 mars – Journée mondiale du nombre Pi

Bernard Maréchal

– Le pape Pie Trois* ?
– Quatorze cent quinze, ou seize.
– Non ! Quinze cent trois !

Le cercle vicieux des Pie
Est un sombre irrationnel.

(tanka)

* Francesco Todeschini Piccolomini,  215e pape, le 22 septembre 1503.

et

À la Sixtine, en douce, un pape s’est tapi.
Dans un cercle vicieux il se terre accroupi.
En enfer, bien plus bas, le diable rit sous cape,

Car le Pie est cerné d’un nombre irrationnel.

Il ne pourra sortir de cette chausse-trape
Où Lucifer peinard le retient assoupi :
C’est lui qui inventa le fumeux nombre pi,
Et, diabolique, avance toujours d’une étape,

Car le Pie est cerné d’un nombre irrationnel,

Et dans son désarroi s’efforce de compter.
Il divise vingt-deux par sept, il recopie,
Il sait qu’au bout du compte il devra confronter
Ces chiffres infernaux que Satan sait dompter
À celui que son dieu regarde comme impie.


(Sonnet irrationnel)

Gérard Le Goff

Pi

Piment mathématique des plus forts
Piaffante joie devant l'infinitude
Pieuse lecture dans la solitude

Pi nombre obsessionnel illimité

Pie qui jacasse en parler sans effort
Pipe éternelle à fumer en silence
Piège infini chemin de la démence
Pianotage à lasser tous les pianistes

Pi nombre obsessionnel illimité

Pire suite en interminable liste
Pile inusable en une  éternité
Pièce sans fin d'un Beckett entêté
Piste où chaque jour se pose le sable
Pic enivrant du calcul insondable

Pi

( sonnet irrationnel )

Annie

un sonnet se doit de parler d'amour, celui-ci est un sonnet pis


Je l'aime, elle me repousse
je me déclare, elle tousse
que faire en ce mauvais pas ?

L'infortune me désole.

Si pénibles les tracas
que m'inflige cette rousse
la mort me serait plus douce
que chaque jour un trépas.

L'infortune me désole.

Que j'aille me perdre au pôle
-moins cruels y sont les ours
ou qu'au désert je m'isole,
je sais qu'avec la frivole
ils s'en amuseront tous.

( sonnet irrationnel )

et

cloués au monde en périls
quand la saveur des avrils
nous offre un port de fortune

quand minuit verse son baume

la fièvre nous est commune
bonnes gens, méchants profils
se jouent des calculs subtils
indifférence opportune

quand minuit verse son baume

se résoudra pourtant l'homme
aux pas mis en équations
- scansion de bêtes de somme
à courir, à concourir 
combien de fois ? Puis mourir.


( un autre  sonnet irrationnel )
J'ai observé que l'exemple cité dans la définition sur le site oulipo, ne respecte pas le schéma de rimes proposé.

Nicolas Graner

Trois virgule un quatre
Un cinq neuf deux six cinq trois
Cinq huit neuf sept neuf

( haïku paresseux )

et

Il y a
pi
sortes de gens :
ceux
qui sont amateurs
d'humour irrationnel, et les autres.

( découpage en lignes de 3, 1, 4, 1, 5, 9 syllabes )

Jacqueline Morel

Fin du monde

3 « La Terre aspire à respirer »,
14 Annonce le grand érudit,
15 « Elle s'apprête à exploser.
9 De diamants son ventre est empli.
2 Voyons comment les exploiter.
6 Je propose des solutions :
5 Déluge d'abord provoquer ;
3 Des tempêtes et des typhons
5 Grand nettoyage assureront.
8 Prenez des notes, cela presse.
9 Pensez ressources et richesses.
7 Nous excaverons, creuserons... »

(Les crobards muets de Lécroart en Pi= 3,1415926535897...)

Claire Grivet

Moi, j'irai à grand chauffage de braise cuire une pizza sûrement orientale : papille réveillée !

( mots de longueurs 3,1,4,1,5,... )

Alain Zalmanski

Albert Einstein et Johann Strauss (père)
Patrick Dupond fut aussi expert
Tous les trois sont, de plus, transcendants

Albert II de Monaco aussi
Toutefois il n’a pas réussi
À mettre son chiffre en base Pi

Alexandre Carret

Sir', la conférence
sur Pi débutera par
La circonférence.

( haïku-caillou )

et

Toto fait tapis.
Il parie qu'hier, modeste,
Tau, tôt, fêta Pi. 

( haïku et homophonie )

Rémi Schulz

3-14 > 17 alexandrins, soit 204 pieds
TROIS QUATORZE = 81 + 123 = 204 ( gématrie* )
204 = (3*1*4)(1+5+9+2)

Voici le fameux mnémonique dont j’ai adapté les trois premiers vers. Ce texte  est de gématrie 7056 pour les 3+14 vers, soit 84^2 ou (3.14.2)^2

---

Que j'aime à faire apprendre un nombre utile aux ronds!
Craquant, paradoxal, loquace compagnon,
Tel est Pi, constant acte infini du patron…

Sans lui, tel cylindre est en tristes psychoses…
Jadis, mystérieux, un problème bloquait
Tout l'admirable procédé, l'œuvre grandiose
que Pythagore découvrit aux anciens grecs.
O, quadrature ! vieux tourment du philosophe !
Insoluble rondeur, trop longtemps vous avez
Défié Pythagore et ses imitateurs.
Comment intégrer l'espace bien circulaire ?
Former un triangle auquel il équivaudra ?
Nouvelle invention : Archimède inscrira
Dedans un hexagone, appréciera son aire
Fonction du rayon. Pas trop ne s'y tiendra
Dédoublera chaque élément antérieur ;
Toujours de l'orbe calculée approchera.

(*) Gématrie d'un mot ( ou d'un texte ) = somme des rangs des lettres le constituant ( a=1, b=2, etc.)

Noël Bernard-Talipo

Un vieux maître
Fit connaître
Ce savoir :

Roue !

Et nous fit voir
Par une lettre
Combien peut être
Grand son pouvoir.

Roue !

Ton centre qu'on troue
Dans sa rotation
Grince. Ainsi s'enroue
L'homme qui boit broue,
Fêtant l'invention.


( sonnet irrationno-irrationnel : strophes de 3,1,4,1,5 vers, et de plus ici les vers sont, dans chaque strophe, de longueurs respectivement 3,1,4,1,5 )

Broue : au Québec la mousse, et par extension la bière.

et

A peine
Là, reine
Brûlant,

Étoile,

Régnait
Ta traîne
En thrène
Igné.

Nu voile

Sans toile
Tomba.
Et poêle
-In foille-
Nimba.

( pour les 143 ans d'A. Einstein, sonnet irrationnel acrostiche )

15 mars – Journée contre la brutalité policière

Bernard Maréchal

Il circulait là.
Le policier l’arrêta,
Cria, le palpa,

Le battit, et le tua,
Et, troublé, le libéra.

et

La brutalité 
Policière et tolérée
A la loi pour elle :

La bureaucratie recrute,
La police électrocute.

et

Il a beau tirer,
Le policier réputé
A raté la cible.

La patrouille le rattrape.
Patati et patata…

(3 beaux présents)

et

Rustre souffrant
Violent malade
Sauvage étendu
Barbare couché

Brute alitée

Rousse jadis
Garde autrefois
Milice naguère
Armée avant-hier

Police hier

(chicago en partie double)

Annie

( petite morale élémentaire portative )

Jacqueline Jacquadit

La mère police mêle le feu : tue fêlé ! Le mec, il opère mal.

( palindrome )

Jacqueline Morel

Brandit sa matraque
Regard de haine et d'acier
Fureur déchaînée

( haïku guère sympathique... )

Alexandre Carret

( cf. « Voyelles » de Rimbaud )

et

Talipo brûle, hier, la cité ! 
La brutalité policière !

(contrepèterie)

Noël Bernard-Talipo

Une brute
Portant l'uniforme
Fait une clé d'étranglement.
Est-il innocent, coupable, celui qui suffoque ?

Une brute
Dans un uniforme
Clé de l'ordre clé de la paix

Policière
La brutalité

Plaît aux nasses


( bigollo express ) 

16 mars – Journée des cœurs d’artichaut

Bernard Maréchal

De l'ail, de la crème,
Faites revenir au wok
Deux cœurs d’artichaut.

Découpez-y du jambon,
Poivrez, goûtez. Que c’est bon !

(tanka et pangramme de 93 lettres)

et

Un cœur d’artichaut
Pique ma dame de trèfle,
Tricheur d’un carreau.

(contrepet médaille ou haïku-caillou)

Nicolas Graner

Les cœurs d'artichaut
Sont arrivés par le train
D'Autriche à quelle heure ?

Les cœurs d'artichaut
Ont rôti dans le grand four,
Chaleur qu'est torride.

Les cœurs d'artichaut
Mixés à la viande ? Pouah !
Trop d'hachis l'écœure.

Les cœurs d'artichaut
Finis, pour se rincer il
Torcha des liqueurs.

(haïkus cailloux)

Annie

côtes de blettes
pieds de champignons
yeux de pommes de terre 
tête de chou
sang de navet
....
cœur d'artichaut

( chicago )

Alexandre carret

Son torse poilu
Et son air piquant cachaient
un cœur d'artichaut.

et

Le mâle alfalfa
a des couilles d'artichaut
au cul d'artichaut.

Alain Zalmanski

On a besoin de vinaigrette
Pour manger les coeurs d’artichaut
Il faut aimer la clarinette
Pour apprécier Artie Shaw

( homophonie )

et

De Jérusalem (ou Sion)
L’artichaut est le pâtisson
De même goût que le cardon
Dégusté à la moelle, à Lyon

( monorime )

et

Mon premier se paie une lettre
Mon second se paie quiconque comme une chèvre
Mon troisième se paie à tout va

( charade )

Jacqueline Morel

Vert
Dur
Piquant
En ses feuilles
Cache le secret
De son tendre cœur d'artichaut

( Fib )

et

Fin des haricots
Avec son cœur d'artichaut
Il a fait chou blanc

Noël Bernard-Talipo

cassez-leur la tige
coupez la pointe des feuilles
retirez le foin

ail oignons lardons carottes
couvrir de vin mijoter

17 mars – Saint Patrick

Bernard Maréchal

Patrick ? sur Patrick je n’ai rien à dire.
L’Irlande est le plus beau pays,
La bière toujours y jaillit.
Les saints ? Sur les saints je n’ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

et

Plaisante baguette
Gracieuse chicotte
Amicale cravache
Cordiale badine
***
Sympa trique

( chicago )

Annie

Pas marrant Saint Glinglin
dans vingt ans, vrai marin.

Saint Martin si martial
si charmant gai canal.

L'Irlandais Saint Patrick
paradait, grand trafic.

Climat frais, sans amis
nirvana mal parti
sans isba, ni palais
vivra gars à Calais. 

( bivocalisme )

Jacqueline Jacquadit

Patrick n'a trouvé
Que des trèfles à trois feuilles
Sainte trinité !

Des trèfles à quatre feuilles
C'est sainte quaternité !

Nicolas Graner

Elle aurait bien aimé ce soir au pub
Pouvoir pécho une teub
Mais elle a beau étaler ses nibards
Elle reste seule au bar

Moralité :
Seins, pas trique.

( fable express )

[sur l'air de la « Ballade irlandaise » : un oranger sur le sol irlandais...]

et

À trop fêter la sympatrique,
Il est tombé allopatrique.
L'adieu de ma parapatrique :
« Tu as trop tôt péripatrique ! »

(rimes riches avec les quatre modes de spéciation géographique, cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9ciation )

Jacqueline Morel

( mots croisés )

Alexandre Carret

Hola ! Saint Patrick !
Pourquoi bénir ce docteur
Qui r'tape un salaud ?

(haïku - Où qu'y a)
(vers 1 et 3 en palindrome sonore)

Noël Bernard-Talipot

les serpents... le trèfle...
des gens errent éméchés
en vêtements verts

de ce père révéré
reste le verre levé

( monovocalisme )

18 mars – Journée du biodiesel

Bernard Maréchal

Les belles bisbilles :
Les obsédés de Belle-Île,
Le diesel les blesse…

Les bolides des débiles ?
Le biodiesel les délie !

 ( beau présent )

et

Biodiésel
À la pompe dieu déboise
Idole bisé

(haïkūnagramme)

Jacqueline Morel

À la barbe de Total
Bricoler du biodiesel
En remplir tout un baril
Se méfier du méthanol
Bien réussir son calcul

( babebine - forme faible )

Robert Rapilly

Biodiésel
Survivrons-nous goutte-à-goutte
Liés au débit

Biodiésel
L’air d’un paradis fiscal
Iodez Bélize

Biodiésel
Carmen t’enfume prends garde
Olé dit Bizet

Biodiésel
Pleins crétins au lieu de pain
Hé ! blés idiots

Biodiésel
Piston qui pousse en nos têtes
Bielle aux idées
En "haïkucaillou" les vers 1 et 3
font contrepèterie dont le vers 2
énonce irréfutable exégèse / Rbt_

et

Biodiésel
Un bol de méthane à vache
Sébile d’Io
Forme apparentée au haïkucaillou
& à la médaille, l’haïkūnagramme
(subst. fém.) se caractérise par
des vers 1 et 3 anagrammes, le 2
en donnant cinglante exégèse. R_

Annie

Le biodiesel ? Sur le biodiesel je n'ai rien à dire.
Qui dit "bio", fronce les sourcils
Carbure et fonce au paradis.
Les transports ? Sur les transports je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Alexandre Carret

Tête en TT, Eve
Erre et se cèle. Vers Leer,
elle est étêtée.

Soit

Bille au dièse, elle
Fuit loin mais en Basse Saxe :
« Billot », dit Hesel.

(heëke + haïkolorime)
Etre en TT (TopTweet) signifie être parmi les hashtags les + mentionnés du moment sur le réseau (pour le pire ou le pire)
"Tête en TT" est donc la traduction fidèle de "Bille au dièse"
Hesel est une municipalité de Basse Saxe dans l'arrondissement de Leer

et

Biodiesel !
Naturel ? écologique ?
Bois l'idée !

(haïkūnagramme )

et

Biodiesels,
Trompez la Ford à la pompe !
Biaisez l’Audi !

(haïkūntrepet ou haïku - caillou  )

Alain Zalmanski

Thème connu

Mon premier fait la bête à deux dos
Mon deuxième donne un coup de guiseau
Mon troisième trousse comme un ovin
Mon quatrième te donne le picotin
Mon cinquième se plait à défoncer

Mon tout génère du tourteau (et chacun sait que le tour nique et teau nique aussi)

et

Vêtements, jeans et accessoires
La marque Diesel est illusoire
Le Diesel n’est pas écolo
Seul s’y fait prendre le gogo

Jacqueline Jacquadit

Biodiesel
Copie de l'original ?
Débile iso !

( haïkūnagramme )

Noël Bernard-Talipo

un hydrocarbure
booste mon auto
qui forçant l'allure
fonce agitato

manant qui pédales
roule de côté
car sardanapales
rient de ta santé

( sélénet )

19 mars – Journée nationale du sommeil

Bernard Maréchal

On a bien dormi,
Vendredi complet, hier.
Et ce samedi

C’est le jour du canari !
On fait beaucoup moins le fier…

(tanka d’excuse : la journée du sommeil tombe le vendredi qui précède l'équinoxe de mars)

et

Millième soleil…
Moïse mime l’émoi,
Le messie sommeille.

Mélo ? Mimesis ? Osmose ?
Le môme ose les mélismes.

(beau présent)

et

J’attends que passe le marchand.
Mes yeux se ferment au demi.
J’aurai les douceurs du premier,
Du grand paradoxal de plomb.
Je ferai peut-être un bon gros,
Puis dormirai de l’éternel.
Ne me réveillez pas en plein.

(filigrane)

Annie

Suffit ! j'ai sommeil
On verra plus tard.
Maintenant, j'embarque
Mon bateau m'attend.
En vogue bateau
Ivre ! Emporte-moi
Loin du monde en feu.

( acrostiche )

Jacqueline Morel

( astérie : SOMMEIL réparti aux sommets et au centre, puis par symétrie et rétrécissement ; on lit :

« Satin élimé pour mes émois et six mois d'hôtel » )

Alexandre Carret

Vous, pauvres Martins,
toujours bêchant, sans repos.
Misère que vous
En somme, ayez, l'an, biné.
Ensommeillés, lambinez !

(tankolorime - les deux derniers vers holoriment - le reste n'est q’exégèse -)

et

Journée nationale du sommeil
Où je m'endormis tel un aï à Noël.

( anagrammes )

Anthony Pecqueux

Piqué par une mouche
Le sommeil est r'venu t'sais -
Rêvé des tropiques...

Noël Bernard-Talipo

las il dort
recroquevillé
dans la boue et dans le froid
la couleur de sa peau n'est pas celle qu'on accueille
dans sa fuite il a tout perdu langue famille espoir et droit à la dignité

il est jeune
mais dans son sourire
se lit cette étrange vieillesse
des spectres qu'on a poussés de côté pour toujours

dans son rêve
tournent des étoiles
qui s'éteignent à tour de rôle

et la pluie
cruellement berce

son sommeil

( bigollo ) 

20 mars – Journée internationale de la francophonie

Bernard Maréchal

Luxembourg, Rwanda,
Djibouti, Québec, Seychelles,
Burkina Faso,

Soyez la francophonie
Du Vietnam à l'Arménie.

(tanka et pangramme de 88 lettres)

Annie

La start-up nation
du clic et des claques
à Choose France est mise en vente.

( HOG - choose france comme on l'entend à la radio : 2 syllabes )

Alexandre Carret

La francophonie
Met la langue en croustille et
L'aphone en fricot.

(haïku - caillou)

Jacqueline Morel

Français en commun
Liberté puis droit humain
Pays divers, paix

Anthony Pecqueux

FRANc du COllier
Devenu aPHOne et chauve
NIa le forfait

( utilisation dans l'ordre des lettres du mot-clef )

Alain Zalmanski

On peut tout faire avec les mots de la francophonie

Faire boutique son cul (Côte d’Ivoire)
Faire couloir (Mali) se faire recommander
Faire caïman (Côte d’Ivoire) travailler de nuit pour un étudiant
Faire coup d’état (Mali) prendre à quelqu’un son ou sa petit(e) ami(e)
Faire le boum boum (Cameroun) jouer sans finesse - au football entre autres.
Faire le chat (Belgique) faire l'école buissonnière 
Faire le deux doigts (Mali) voler à la tire
Faire le ronron ((Côte d’Ivoire) se rendre intéressant 
Faire longue table (Belgique) banqueter
Faire ses besoins (Sénégal) vaquer à ses occupations
Faire un tour de lit avec quelqu’un (Quebec) coucher avec quelqu’un

et

La francophonie et les mots de l’amour ou pouvant  s’y rapporter

Fiançailles académiques (Zaïre) liaison éphémère entre étudiants
Rincer ses yeux (Louisiane)
Accoté(e) (Québec) concubin(e)
Natte (Mali) appellatif d'affection
Cour d’amour (Laos) faire la cour en chantant
Occasion (Niger), 
Parcourir (Tchad) faire la cour
Hisser-pousser (Maurice) marchander
Ouvrir le linge (Réunion) à toute fins utiles
Nobscuriter (Cameroun) faire l'amour
Injection (Tchad) piqure par seringue
Enfant de fortune (Val d’Aoste) enfant du péché

( acrostiche )

Noël Bernard-Talipo

ce grand âge que je nie
me fut expédié franco
par la dame qui tient la faux

j'ai beau dire que c'est faux
plus je clame et plus je nie
et plus fort rient amis franco

moi je chevauche franco
sans souci de cette faux
fendant la brume qui me nie

( terine à la mode clotilde : strophes en 7/7/8 )

21 mars – Journée mondiale de la marionnette

Bernard Maréchal

Un mari honnête
Devra consentir
Qu’à sa marionnette
Il ne peut mentir.

Aux yeux des pucelles
C’est un bon montreur :
Tirer les ficelles
Est à son honneur.

(sélénet)

et

Ami téméraire,
Ma main montre à ta menotte
Mon itinéraire.

Marionnette inanimée,
Éternité imminente.

(tanka en beau présent)

et

La marionnette
Épuise son vieux chameau,
Méhari l’atone.

La marionnette,
Inquiétante étrangeté
Mâtinée Horla.

La marionnette
Voulant suivre La Callas
Talonnait Marie.


(trois haïku-caillou)

Annie

Polichinelle
tout guilleret
monte à l'échelle
se cass' le nez

Lafleur y monte
mieux dégourdi
Picard sans honte
est applaudi.

(sur l'air de la comptine : Polichinelle / monte à l'échelle / monte plus haut /...
Lafleur est à Amiens ce que Guignol est à Lyon)

Nicolas Graner

Ainsi font font font
Les petites marionnettes
Ainsi font font font
Trois p'tits tours et puis s'en vont

Ainsi fond fond fond
La banquise mignonnette
Ainsi vont au fond
Trois p'tits ours sur un glaçon

Ainsi font font font
Les élites malhonnêtes
Un cirque bouffon
Trois p'tits jours les satisfont

Jacqueline Morel

Dans un recoin noir du grenier
Une très vieille malle gît
Sous bric-à-brac empoussiéré

Délicatement je l'ouvris
Brocart coloré apparut
Fine soierie d'or embellie

J'écartai les plis du tissu
Étrange sourire de bois
Moqueur et ridé m'apparut

Je l'effleurai du bout des doigts
La marionnette s'anima
Ébahie j'en restai sans voix

Tirant sur fils elle dansa
Soudain les liens usés cédèrent
Encore elle virevolta

Tourbillonna libre dans l'air

( terza rima )

Alexandre Carret

Mario, n'étant qu'ombre
Sous l'estrade, est l'homme qu'une
Marionnette encombre.

(haïkolorime : les vers 1 et 3 sont holorimes)

et

Ma marionnette
Me fait la tête

Tête de bois,
Elle est chiffon
Comme ainsi font
Ceux qui aboient

Ma marionnette
Me fait la fête

Frappe trois fois
Sans balafon
S’emballe à fond
et trop parfois.

Elle s’agite
Si sagement
Remet sa jupe
Prête à jouer
Et sa jeunesse
Met à genoux
Moins vieux que nous
Pourvu que naisse
Ce secouer
Qui préoccupe.
Qui sait comment
Elle s’acquitte ?

Donc, écartons
Le voile orange
sur l’épopée
de mes poupées
Déjà qu’on range
Dans les cartons.

( SOG avec rimes en étreinte )

Noël Bernard-Talipo

partenaire fiable ne dure qu'un contrat
amant fidèle ne dure qu'un moment
amour sincère ne dure qu'un printemps
compagne franche ne dure qu'un laps

mari honnête ne dure

( chicago )

22 mars – Journée(s) internationale(s) du livre voyageur

Bernard Maréchal

Le livre voyage.
Vogue la galère ! Il va,
Arrive à la gare,

À la ville, à la rivière,
Éveiller la rêverie.

(tanka en beau présent)

et

Vouloir lire, aveugle,
Avoir la rage à la gorge,
Avaler le livre,

Rêver le verre à la lèvre,
À la geôle grillagée.

(tanka en beau présent)

Robert Rapilly

Livre voyageur
Origami sous Éole
Y gaver voilure

Livre voyageur
Pour fendre l’onde Odyssée
Avoyer virgule

Livre voyageur
Souffle sirène en Ulysse
Orgue l’y ravive

( 3 haïkūnagrammes )
Plus difficile qu’en médaille ou
en haïkucaillou, l’haïkūnagramme
s’attachera à compter 5 syllabes
dans le troisième vers anagramme
du premier, 7 au vers médian qui
préfère une transition implicite
d’autant mieux poétique. Robert_

Jacqueline Morel

Reine Terre pare
De ses inouïes fééries
Le lac ondulé

( sublimation : texte formé de lettres empruntées dans l'ordre à l'extrait de Sylvain Tesson ci-dessous )
« Vénérer ce qui se tient devant nous.
Ne rien attendre. Se souvenir beaucoup.
Se garder des espérances, fumées au-dessus des ruines.
Jouir de ce qui s'offre. Chercher les symboles
et croire la poésie plus solide que la foi.
Se contenter du monde.
Lutter pour qu'il demeure. »

( Citation de l'écrivain voyageur Sylvain TESSON. - La panthère des neiges )

Alexandre Carret

L'ivre voyageur
En exhibant sa baguette
Givra le voyeur.

et

L'ivre voyageur
Fut pêcheur, coupeur de
Goyave, livreur.

et

L’ivre voyageur
Aime une fille d’Y mais
Va guère l'y voir.

( haïkūnagrammes )

et

Livre voyageur
Mélangeant plusieurs dialectes,
Give your ravel !

(haïkūnagramme - moins un pied - à récupérer dans la prononciation anglaise ????? -)

(Give your ravel ! : Livre ton enchevêtrement !)

et

Livre voyageur
Qui nous transporte là où
Vivre l’Art joyeux.

(haïku - caillou)

Nicolas Graner

Vu grive royale !
L'y revoir, vague ?
Voyeur, il grave :
« Agur, vive le Roy ! »

( anagrammes )

Jacqueline Jacquadit

Livre voyageur
Tu le mets dans tes baskets
Il y ouvre grave !

( haïkūnagramme )

Gilles Esposito-Farèse

Y vagir l'œuvre

« Vive Orly ! », argue
Valéry, « Ove rugi ! »
Lyre ivre vogua,
y revigora velu 
vil yoga rêveur :
y a vu léviger or
via ru lévogyre.

( hypertog 5+7+5+7+5+7+5 anagrammatique )

Alain Zalmanski

1) Un Voyageur (Marcel Ophuls, 2013 )
2) Si par une nuit d’hiver un voyageur (Italo Calvino)
3 Le Voyage d’hiver (Georges Perec)
4)Voyage au bout de la nuit (Céline)
5) Voyage autour du monde sans la lettre A (Jacques Arago)
6) Voyage au centre de la terre (Jules Verne)
7) Voyage sur la lune (Méliès, 1902)
8) Le Voyageur sans bagage (Jean Anouilh)
9) Le Voyageur imprudent (René Barjavel)
10) Le Voyageur de la Toussaint (Georges Simenon)
11) Bon voyage (Alfred Hitchkock 1943)
12) Voyage sans retour (François Gérard, 2013)


*Qui aurait dû s’appeler : "Périple autour du monde dont la première lettre de notre lexique est exempte »

Il s’agit d’un récit à graphe indéterminé que le lecteur peut composer à son gré .
Ainsi je propose : l’histoire d’un voyageur (1) ses hypothèses de calendrier de départ (2) (3) sa décision finale (10)
les conditions matérielle (8) (9) les destinations envisagées (4) (5) (6) les diverses conclusions possibles (11) (12)

et

On peut-être commis sans être voyageur
Ou faux con pèlerin sans être migrateur
Le touriste est souvent un simple visiteur
De nombreux vagabonds sont des globe-trotteurs
Un pérégrin parfois était un  bourlingueur
L’ambulant au marché est toujours un vendeur
Et le nomade a tout pour être explorateur

Accumulation d’itinérants à rime unique

Noël Bernard-Talipo

une main
a tenu ce livre
dans un lit sur un banc sous l'ombre
des doigts ont effleuré ces pages avec douceur

un regard
embué de larmes
s'est ému de ces mots de braise

je respire
le souffle d'une autre

qui rêva


( bigollo  : surnom de Fibonacci « celui qui voyage loin » )

et

Journée internationale de l'eau

De glace et de brume
De sel de sable et de feu
S'arrachent les pages
De ce livre desséché
Que la terre en pleurs
Tient en ses mains de squelette
Lancée à jamais
Dans une fuite sans but
Et qui cherche en vain
Sur ces lignes qui s'effacent
Quelque vérité
Quelque vague de fraîcheur
Qui apaiserait
Cette fièvre inextinguible
Ce mal qui la mine
Cette géhenne infligée
Par l'enfant gâté

( TOG sans O )

22 mars – Journée internationale du livre voyageur
et 23 mars – Journée Mondiale de la météorologie

Annie

les livres voyageurs, les oiseaux migrateurs
consultent la météo, et partent à l'heure

23 mars – Journée Mondiale de la météorologie

Bernard Maréchal

Bel éclair en faisceau,
Détonant tel un diable,
Change tonnerre en eau,
Bon nimbus en coupable.

( quenine de longueur de mots et proverbe de météorologue )

Robert Rapilly

Météorologue
Juliette est au chaud inside
Roméo gèle out

Météorologue
chenilles sur le verglas
ou moto légère ?

Météorologue
en Terre de Feu ça neige
ou grêle ô Tomé !

Météorologue
aux vents l’adieu de Spirou
tue Éole groom
Entre les vers 1 et 3 le rapport
est strictement mécanique : cinq
syllabes en anagramme. Le vers 2
d’une haïkūnagramme est beaucoup
plus délicat à régler, puisqu’il
s’agit d’éclairer sémantiquement
une zone de proxémie commune. R_

Nicolas Graner

Qu'il fasse beau, qu'il fasse laid,
Chaque jour Diderot allait
Se promener près du Palais
Où sur un banc il s'installait.

Moralité :
La météorologie,
Là, mettait hors au logis.

( en référence à l'incipit du « Neveu de Rameau » )

Alexandre Carret

C'est la météo :
Hiver rude, printemps sec
et été calmos.

(haïkūnagramme)

et

C'est la météo :
La grisaille est à se pendre.
Ôtez mes lacets !

(vers 1 et 3 en palindromes syllabiques)

et

Scène quotidienne chez la
grand-mère des scénaristes
de la série American Crime Story
--------------------------------

Mettez au logis
Mes météorologies,
Mes théologies.

Mémé, Théo rôle O.J. !
Et Joey ! T'as l'holorime ?

(holorime et contrepet)

et

Météorologue,
Poète et poteux s'emporte :
Ô mégot ! Roulée !

(haïkūnagramme)

et

A la météo,
Catherine, d’Evelyne,
A ôté l’amé.

(haïkūnagramme)
(amé est un synomyme désuet d’aimé)

et

A la météo,
Dieu, tu commandes, tout comme
à l'âme et t'es haut !

(haïkūlorime) 

et

A la météo,
- Les Matelots sous les flots -
Ohé matez là !

(haïkūntrepet) 

Jacqueline Jacquadit

Météorologue
Ses prévisions il assume
Ô morgue tôlée !

( haïkūnagramme )

et

La météorologie
Ô Léo mate l'orgie !

( anagramme )

Rémi Schulz

C’était un soir de vent,
de tonnerre et de pluie.
Les Hauts de Hurlevent,
météorologie ?
A la lueur de l’éclair,
Catherine s’alarme : 
« La goutte sur mon blair,
ne serait-ce une larme ?

( cf. « Sainte Catherine » de Mathews, Oulipien de l'année 2012 )

Jacqueline Morel

Aujourd'hui le gris
Demain tout resplendira
Grêle puis orage

Blizzard ou crachin
Instabilité du temps
En moi grand tumulte

( double haïku, chaque vers appliquant séparément la contrainte snob : deux mots successifs n'ont aucune lettre commune )

Alain Zalmanski

Noël Bernard-Talipo

Folle météo,
Quelle guêpe vous darda ?
Zeus tonne, insensé.

Vieille hahane, groggy.
Sort, appelle bêtes,
Rentre vite, referme huis.

Tempête hulule.

( HOG de 4-oligogrammes forts = mots formés de 4 lettres différentes )

24 mars – Journée européenne de la glace artisanale

Bernard Maréchal

Bon sorbet si moelleux,
Chocolat que je guette,
Glaces pistache en jeu,
Sur citron ou noisette.

(Quenine de longueur de mots)

et

Glace artisanale,
Où la belle qui s’enflamme
S'éclaira, galante.

(haïkūnagramme)

Annie

La glace artisanale ? Sur la glace artisanale je n'ai rien à dire.
Le dentiste l'a déjà dit
rachetez vos dents à crédit.
La santé mentale ? Sur la santé mentale je n'ai rien à dire. 

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Jacqueline Morel

Gelato o sorbetto ?
Les mots chantent gouleyants
Asticotent les papilles
Cajolent, exquis, gourmands
Enchanteurs et parfumés

( acrostiche )

Jacqueline Jacquadit

Glace artisanale
Gluante, son apparence
N'écarta la glaise.

( haïkunagramme )

Nicolas Graner

Lâchez-vous ! Je mange
deux boules kiwi-pastèque,
il faut y aller.

( haïku pangramme )

Alexandre Carret

Glace artisanale,
à l'anis grec et à la
gala claire, en tas.

( haïkūnanagramme - les 3 vers sont anagrammes )

Alain Zalmanski

Je suis le bien crémeux*, l’esquimau, le parfait
Tranche napolitaine ou sorbet en cornet
Mon seul glaçon liégeois complète les mystères
De bombe** noire et de cassate ou de plombières

*ice-cream bien sûr
** truffée

( vocabulaire explicite  ; cf. « El Desdichado » de Nerval )

Noël Bernard-Talipo

Fis samedi-glace béni.
Artisanale saveur, César !
Cédrat tard écrasé, cru :
évase l'ana, si traîne bec.
Algide ! Massif !

( palindrome avec les mots-clefs )

25 mars- Journée mondiale de la procrastination

Bernard Maréchal

Au jour d’aujourd’hui
Je veux attendre demain,
Ou après-demain.

Je crois que ma vocation,
C’est la procrastination.

(tanka et mot-clef)

et

N’anticipons pas !
Ratiocinons sans action,
Traînons sans passion.

Posons nos pions à tâtons,
Procrastinons pas à pas.

(beau présent sur le mot-clef)

et

Procrastination ?
Tu as trop tardé, l’évêque :
Nation prit ta crosse.

(Haïku-caillou)

Annie

précaire soutien a tenu
parcours ton atonie 

( remploi des consonnes )

Jacqueline Morel

La liste s'allonge
De tâches qui s'amoncellent
Par quoi commencer ?

J'y songerai tout à l'heure
Ou alors demain... Peut-être...

Alexandre Carret

Après-demain sera peut-être
Le premier jour
Du reste de ma vie.

( SOG polymétrique )

Nicolas Graner

[ voir cette contribution à la date du 26 mars ]

Solution : Solution : pro – crasse – tee – nation

Noël Bernard-Talipo

Procrastination !
Nul n'a jamais vu futur
Plus fort ni plus doux.

Procrastination !
Qui m'aurait pu sans mourir
Ravir son cocon ?

Procrastination !
J'y consacrais mon action
Sans jamais faillir.

( lipogramme en E )

et

procrastination
dès qu'enfin seul je t'adore
copain sort tarin

( haïkunagramme )

26 mars – Journée des épinards

Bernard Maréchal

Oui, Popeye en mangeait,
Pourtant, cru, ça énerve.
Brutal, soignait le jet
Des boîtes de conserve.

( quenine de longueur de mots )

et

Popeye abusait
Des épinards en conserve
Pour séduire Olive.

(haïku sur mot-clef)

Nicolas Graner

Mon premier gagne sa vie en jouant au golf.
Mon second couvre parfois les chaussures du golfeur.
Mon troisième est à l'origine d'un parcours de golf.
Ma quatrième peut en affronter une autre dans un tournoi de golf.
Mon tout empêche de jouer au golf aujourd'hui.

( charade )

Précision de l'auteur : pas d'erreur, c'est exprès que cet envoi est à la date d'aujourd'hui et pas d'hier. Non, il n'y a pas de rapport avec les épinards, même si le golf brasse pas mal d'oseille. 

Solution

et

baragne piot
fourré ginglet
buisson criquet
hallier guinguet
bouchure reginglard

→ haie pinard

( chicago )

Jacqueline Jacquadit

Repas d'épinards
On écarte ses deux pieds
Prise de panards !

( haïkunagramme )

Annie

( haïkupé )

Jacqueline Morel

Pénurie de beurre
Bien que vie de dur labeur
C'est la dernière heure

Rongerons par les racines
Épinards tout desséchés

Alexandre Carret

Voyage de Pi
------------

Épie loups, renards 
Et tire pies, paons, canards 
Et fameux pinards.

Robert Rapilly

Sublime déport
les exos de style sont
trope de mil bus


En roc il assume
toi lui dédiant l’onyx
émus sa licorne


Égale pudeur
contre une nixe ce feu
rué du pelage
haïkukïah :

Vers 1 + 3 = palindrome,
vers 2 = exégèse mandant
un auteur, ici RQ et SM.
( dans le 1er haïku, de plus, le nombre de lettres (44)  et la gématrie (575) sont aussi palindromes )

Noël Bernard-Talipo

Du beurre
Dans mes
Épinards ?
Quel mets !
Que meure.

( architog )

27 mars – Journée nationale du fromage

Bernard Maréchal

Géromé âgé,
Ma fromagère affamée
Me réformera.

Arôme fermé, amer,
Ma méforme m’agréera.

( tanka et beau présent )

et

Sandwich au Limbourg ?
Vous kiffez plus que jamais :
J'y mets deux Maroilles !

( pangramme de 60 lettres )

Annie

épinards fromage
se marient parfois
étrange ménage
ils sont au moins trois

anecdote absurde
qui ne parle pas
de Nartes, de Kurdes
mais conte un repas.

( sélénet )

Jacqueline Jacquadit

Fromage qui pue
A vite trouvé son maitre :
Ego qui parfume !


La pita fromage
On la garde sous le coude :
Amor fati, plage !


( deux haïkunagrammes )

Alexandre Carret

Plaïkuteau de fromages
---------------------

Quand t’allais, poisseux,
Paver d’harengs Berlin, - God ! -
Hubert gemottait. 

( haïkumulation )
( Cantal - Époisses - Pavé d'Aremberg - Lingot du Berger - Mothais )

et

T'es con, debout, hein ?
Sans même une bière ni
Un bout de comté.

( haïkukuhaï )
( les vers 1 et 3 sont des palindromes syllabiques )

et

Est-on que doux ? Ben,
oui, sauf s'il ne reste plus
Un bout de comté.

( haïkuoukya )
( vers 1 et 3 en palindromes phonétiques )

et

Art de la réception
------------------

Un as à cela,
Sur son plateau de fromages,
A le casanu.

( haïkukïah )
( vers 1 et 3 en palindromes )

et

Ah ! L’emmental est
La joie de cet homme qui
A les mains talées.

( haïkolorime )
( vers 1 et 3 holorimes )

et

Plateau de fromages,
Champagne, trois statues en
Faux plâtre. Dommage !

( haïku-caillou )
( vers 1 et 3 en contrepet )

Jacqueline Morel

Grimper le Mont d'Or ?
Comptez sur moi, je m'y colle
Je n'suis pas un bleu !

(Jeux de mots avec des fromages franc-comtois : Mont d'Or, comté, cancoillotte (« la colle ») et bleu (de Gex)

Nicolas Graner

Métathèse étrange
Le mot grec morphê
En latin se change
En forma tôt fait

Le français formage
Décalant les sons
Devient le fromage
Que nous connaissons

( sélénet )

Noël Bernard-Talipo

L'heure a un raté
Donnons unanimité
Au Beaufort d'Été 

et

Moulant mon fromage,
Tressaille : opaque senteur,
Délice poignant.

Aussitôt chagrin remonte,
Berçante passion déçue.


( 3-bambochade : chaque mot comporte trois lettres consécutives ) 

28 mars – Journée des mauvaises herbes

Bernard Maréchal

Les mauvaises herbes ? Sur l’herbe je n’ai rien à dire.
Le chiendent pousse on le détruit.
Il est mauvais, on vous l’a dit.
Le glyphosate ? Sur le glyphosate je n’ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Annie

( morale élémentaire )

Jacqueline Jacquadit

Les mauvaises herbes
Bouder ou brouter ? Dilemne !
Avale ! Bisser ses "meuh" ?

( HOG - 1er et 3e vers anagrammes )

Alexandre Carret

Les mauvaises herbes
Inspirent aux Oulipotes
Les verbes et mots.

(haïku - caillou)

et

Mauvaise, ces herbes
Sont utiles. Nourris-les !
Va chier bas, semeuse !

(haïkunagramme)

Alain Zalmanski

1) Mon premier et mon second condamnent
Mon troisième exécute la condamnation
Mon tout en fait une vraie salade


2) Mon premier et mon second sont des assassins
Les bienfaits de mon tout étaient sus des Romains

3) Mon premier découpe des filles de joie
Mon second découpe des vers
Mon troisième découpe des lettres
Mon tout est pain de coucou, alleluia !


Rappel pour mémoire le classique
Mon premier se sert de mon second pour manger mon entier

( charades )

et

Dans les jardins de Croatie
Certains jardiniers génocides
Utilisent des herbicides
Jetons les hors de Dalmatie.

Moralité : Éliminons les mauvais Serbes

( fable express )

Nicolas graner

Si les mauvais zèbres
Envahissent le jardin
Il faut sans attendre
Se hâter de les rayer
Du nombre des invités

( tanka isocèle )

Jacqueline Morel

En monde vivant
Il n'est pas d'herbes mauvaises
Vil regard de l'homme

Noël Bernard-Talipo

Frères, désherbez !
Enlevez ce vert des prés,
Créez le désert,
Ensemencez-le de sel.
Renversez les frênes,
Les chênes mettez en cendres !
Et règne le vent.

( architog et monovocalisme )

29 mars – Journée du tour de passe-passe

Bernard Maréchal

Tu regardes bien,
Mais l’escamoteur* t’arnaque,
Ni vu ni connu.

Il est passé par ici ?
Il revient : passez, muscade !

(tanka) 

Annie

tôt ou tard tu passes
- ordre des rousses déesses
au port de détresse

pas de porte de retour
pas d'art, de dorure. Saute! 

( beau présent, tanka )

Nicolas Graner

Distique ou haïku ?
J'escamote la syllabe
inutilisée.

Distique ou haïku ? J'escamote
la syllabe inutilisée.

( haïku de 17 syllabes devenant distique de 16 syllabes )

Alexandre Carret

Tour de passe-passe :
Le jour meurt. Vont, dans la nuit
Tard, deux pousse-pousse.

(haïku - huïka : les "a" du vers 1 deviennent des "ou" du vers 3 et inversement)

et

Tour de passe-passe :
Dans l'impasse de Tourtour,
Passent deux pastours.

Jacqueline Jacquadit

Tour de passe-passe 
Information mensongère
Pétasse russe dopa.

( « katautanagramme » : katauta (structure 5/7/7)  et vers 1 et 3 anagrammes )

Jacqueline Morel

Bonneteur habile
Arnaque et poliment ruse
À flots l'argent coule

Alain Zalmanski

Coucou à Tourtour ou cachecache  à Singsing : Passe-passe ?`
Dans un bouiboui de Baden Baden,  les loulous Tintin et son toutou chowshow, Nini avec son tutu, et Nono cracra vont leur traintrain planplan, mangeant couscous au pilipili et buvant du jaja à gogo. Miammiam. Jojo joue du tamtam dans son youyou, et Isis dans son poussepousse fait zigzig vitevite avec un pioupiou . Quinquin dans son quatrequatre joue daredare à touche touche et à zizi panpan avec Fifi. Pas jolijoli ! Tous vont chercher mémé à Tourtour et rentrent avec pépé , tonton et tata à Quemuquemu. Histoire zinzin ! Bye bye

Zaza (au doudou parfumé à l’ylangylang)

( tout petit extrait de 510 mots doublons )

Noël Bernard-Talipo

ô passe-passe
ton joli tour
à nulle trace
chipa l'amour

et de la rose
fragile fleur
perdit morose
toute couleur

( lanet isocèle )

30 mars – Journée mondiale des troubles bipolaires

Bernard Maréchal

Si ta vue se trouble,
La vodka ne vaut qu’un rouble,
Et tout se dédouble :

La double étoile polaire
N’en est qu’une, bipolaire.

-----

Un ours bipolaire,
De l’arctique à l’antarctique,
C’est un ours qui erre.

Il a la bonne tactique :
C’est sa fourrure polaire.

-----

Une belle étoile
Est maniaco-dépressive,
C’est la Petite Ourse.

La Grande Ourse est bipolaire,
Mais elle est inoffensive.

(trois tankas)

et

Troubles bipolaires ?
Va négocier chez Poutine
Roubles bio partiels.

-----

Troubles bipolaires ?
Le courrier caractériel
Barbouille postiers.


(deux haïkūnagrammes)

Nicolas Graner

Trouble bipolaire,
Le chirurgien veut l'extraire :
Trou bleu, Bill opère.

Trouble bipolaire
Est discret chez les hobbits :
Bilbo troue peu l'air.

Trouble bipolaire,
La religion le rejette :
Pour Bible, trop laid.

( haïkus cailloux )

Annie

"troubles bipolaires"
fait entendre un air ancien
l'air : bible et troupeau

( haïku avec permutation de syllabes)

Jacqueline Jacquadit

Troubles bipolaires 
Du pôle sud ou bien nord
Pilote sobre l'airbus

( katautanagramme )

Jacqueline Morel

Ce jour sombre abîme
Délire exalté demain
Redouter folie

Alexandre Carret

Sonnet bipolaire
---------------

Deux pôles : L’ouïe et l’œil
Imposent le dilemme
Du poète en éveil
Qui rencontre une femme.

Flatte-t-on son oreille
Au risque du grand dam
que le mot qu’elle accueille
trouble l’œil ibidem ?

Ou faut-il pour l’aimer
- Ô pavillons amers -
Dessiner les amers ?

A ses yeux arrimer
Les rimes éphémères ?
Ô, Villon ! Ô, Homère !

Mais plutôt que Villon
Ronsard s’impose-t-il ?
Certes, ces pavillons
tendus, sont bien gentils

Mais le lourd handicap
du second, en l'action,
Mettrait dans de beaux draps
Si jamais nous l’actions.

( SOG, valse-hésitation entre rimes pour l’œil et rimes pour l'oreille.)
(Ronsard était sourd et Homère, aveugle)

Alain Zalmanski

Bipolaire
Brie à poil
Le pari bio
L’obier api

( anagrammes )

et

BIPOLAIRE
OBIR ALPE ville autrichienne
BALOIRE gabarit d’un bateau
ABLIER filet de pèche
BARIL
RAIL
LAI
IA
A

( escalettres )

Noël Bernard-Talipo

Ô terre de joie
Oh que de pourriture oh que de chairs putréfiées
Déployant mes ailes
Sur mon front le baiser de la mort laisse une cendre
Dans l'azur je danse
Le poids de tant d'horreurs m'entraîne et s'ouvre l'abysse
Pour l'éternité


( métatog ) 

31 mars – Journée mondiale de la sauvegarde des données informatiques

Bernard Maréchal

Gouge sans vergogne,
Une gueuse vous dévore ?
Rêve sans danger !
***
Un nuage de sagesse
Vous sauvera des névroses.

-----

Rêves de drogués :
Dans un verre d’eau de rose
Nage une daurade.
***
Un veau désossé se gorge
D’orangeade ou de dragées.

-----

Une odeur de sauge ?
Un ogre dodu se gave
D’un graves suave,
***
Ou dévore une daurade,
Ou une darne de sandre ?


(trois tankas en beau présent)

Annie

La sauvegarde des données informatiques ? Sur la sauvegarde des données informatiques, je n'ai rien à dire.
Ce que je garde, je l'écris
Avec moi le papier vieillit.
Les albums photo ? Sur les albums photo, je n'ai rien à dire.

( cf. « L'herbe » de Queneau )

Nicolas Graner

Juste avant la panne
J'avais recopié
Sur un disque idoine
Mes derniers fichiers

Mais cette mesure
N'a que peu d'izcnpg
Si rien bs a'oggifs
Qu'irpicx tgjtbts ax

( sélénet )

Jacqueline Morel

Il eut une longue vie
Scrute recoins de mémoire
Que de souvenirs enfuis !

Hélas il peine à les voir
Car se vide son esprit
Qui le regarde en miroir ?

Il aurait dû tout noter
Belles années, non les pires

Pourrait alors s'en aller
Avec aux lèvres sourire

(Sonnetin sur le thème)

Noël Bernard-Talipo

elle se sauve
fuyant la garde
la mort donnée
la ruine informe

nul ne l'informe
rien ne la sauve
on l'a donnée
elle est sous garde

en son coeur garde
dans l'ombre informe
la foi donnée
la fierté sauve

( quatrine sur sauve-garde-donnée-informe )
Catégories
Ouvrir

Qui perd gagne

L’amour à la haine un matin
dit jouons donc à qui perd gagne
tu prends la mer moi la montagne
tu prends la sauge et moi le thym

La haine en puissants uppercuts
changea l’amour en serpillère
l’embrasa dardant sa torchère
lui inocula le scorbut

La nuit tomba sur les déserts
le froid figea ses stalactites
de la mort se dansa le rite
burle cingla champs et couverts

Démantelé foutu saigné
souriant comme un blé qui graine
comme au loin naufrageait la haine
l’amour chuchota j’ai gagné

L’attentat politique de ce jour en Tunisie a motivé des textes émouvants sur la liste Oulipo. Le présent poème, qui ne présente pas de contrainte oulipienne particulière, a tiré son inspiration de leur lecture.
Publié le 6 février 2013

Ouvrir : Précédent Suivant