Catégories
Le prix de la vie

signal a rôdé

à Aslı Erdoğan

Vers sauvages.
Œuvre où grave rage.
O Sœur à verve ravageuse !
Au rivage s’agrège vase où ruse s’égare :
Ose voguer, rouge gourse, sur vague susurreuse où vue ouvre vers aurore.

Aga voue
Œuvre où grave rage
A ses rouages égorgeurs.
Réseau gore agresse gueuse, rosse, serre gorge.

Sous servage,
Œuvre où grave rage
Verse sève à grosses gorgées.

Sage orage,
Son lied noir de rage

Sauve rêve.

Ce poème accueilli par Hélène Verdier sur son beau site Simultanées dans le cadre de La Ronde de septembre 2016 dont le thème est « ouvrage(s) », est dédié à Aslı Erdoğan,  femme de lettres emprisonnée dans les geôles turques. Ce texte suit la contrainte du beau présent selon laquelle il est écrit
avec les seules lettres eu mot « ouvrages ». La forme utilisée est le bigollo  : dans chaque strophe les vers ont pour longueur les nombres successifs de la suite de Fibonacci 3-5-8-13-21… et les strophes sont de longueur décroissante; par ailleurs les vers de longueur 5 sont identiques, formant une sorte de refrain. En hommage à la dédicataire, un double clinamen (dérogation aux contrainte) est ménagé dans l’avant dernier vers : il ne respecte pas la règle du refrain, et ses lettres sont en beau présent sur le nom « Aslı Erdoğan ».

Le prix de la vie : Précédent Suivant

Catégories
Le prix de la vie

l’attendrissement

celui qui a
lu qui a ri
ravi de ma
prose aurait-ti
fui ne sais où

je me tords le cou
ne restons pas là
je m’en vais chez toi
à portée de tir
toi mon grand ami

tu m’as tendu la main
tu m’as offert un coup
sans aucun autre rite
l’amitié vint sans mal
ton chat fit le trio

ô douleur est-ce une ortie
brusquant ma douce manie
est-ce un dard est-ce une lame
c’est te voir vider ta coupe
t’étendre et sans fin te taire

aujourd’hui ton chemin m’attire
sur lequel s’ouvre la sortie
irai-je seul irai-je en couple
au royaume exempt de demain
trouver l’or caché sous l’émail

Le 25 janvier 2017 est mort Harry Mathews, un des membres de l’Oulipo. HM avait écrit une sextine à anagrammes croissantes intitulée « L’agrandissement » qu’on pourra trouver par exemple dans l’Anthologie de l’Oulipo de Marcel Bénabou et Paul Fournel. Pour un modeste hommage j’ai pensé à une quenine à anagrammes croissantes.
Posté sur la liste Oulipo le 28 janvier 2017.

Le prix de la vie : Précédent Suivant

Catégories
Le prix de la vie

Le prix de la vie

Réflexion par l’exemple sur le sens et la grandeur de la vie telle que la mènent au quotidien des personnes que j’aime ou dont le destin m’a frappé.

Les titres ci-dessous dépourvus d’un lien sont à rechercher sur l’archive de l’ancien site http://www.talipo.fr, en se reportant aux liens fournis dans l’article « Index des articles archivés »

le départ d’un ami

l’entrée en scène

deux femmes

chirurgie

le dernier jour

maurice à l’aube

princesse offerte au dieu marin

saamiya

au cantou

théorème de l’invisible

André Gorz

pauvre absente à Dora

bishnoï

né damné ? allons !

l’infirmière

les perles de ton collier

danse

vel d’hiv

Alleg, Mandela

Pleine vie

Que le présent soit beau

A Cavanna va ma stanza !

le poète doit mourir

Grothendieck

Charlie Hebdo : le suis-je assez ?

La ronde de mai

naissance

Trace libre

Perec = 80

être Cervantes ou ne pas être

peaks as here

Mort aux cons

Pour Nettie Stevens

signal a rôdé

O ghat jadis gris

L’astéroïde 184878

Le pêcheur à la ligne

l’attendrissement

l’été

Le bel annihilé

À contre-cœur

si vous parlez le mandarin

Paulette Nardal