Catégories
Twittérature Uncategorized

Mon Papouméride

Ayant interrompu faute de temps les projets annuels dont on trouvera la liste à la page twittérature j’ai eu le plaisir de voir Bernard Maréchal reprendre l’idée et lancer le projet annuel du papouméride sur une idée empruntée à l’équipe de l’émission « Les papous dans la tête » de France Culture. On trouvera ci-dessous mes contributions à ce beau projet. ( récolement en cours, il manque un certain nombre de contributions qui seront bientôt ajoutées ) Le lecteur est renvoyé à la page de Bernard Maréchal pour la description du projet et la liste des « saints du jour » qu’il a composée.

1er mai - La Grande Déglingue

galurin lunaire
un ange dégingandé
regarde la rue

il a un rire d'anar
le dédale le rend dingue

( beau présent )
2 mai - Retour du Train-Train

Tant traînait niña,
Riant à tarantara,
Rata train : n'ira.

( beau présent )
3 mai - St Format

Affirmant sans fin
Son amour du gai savoir
Mutin troubadour
Gambadait par monts chantant.
Tocsin forma sa coda.

( lipogramme )
4 mai - Ste Patinette

Tête atteint Etna
Ta patte peine et patine
Pénate te tente

( beau présent )
5 mai - Ste Parité Municipale

Dépité, déçu,
L'avocat a remisé
Sa robe, posé
Sur un amas en épine
ce rôle du juge
par item uni. Ci, pâle,
jeta le tison.

( architog en okapi, avant dernier vers homophone et homographe )
6 mai - Oblitération des Rouleaux de Printemps

L'ombre l'habillait
De rêvante paix dormant.
Dame en son repos.

Feuille de bambou
Aux dieux éplorés, vibrant,
Dit que mort passait.

( double haïku en primitive de « oblitération des rouleaux de printemps » )
7 mai - St Garrot (À la St Garrot, Franco)

Ancêtres bouchers ?
Caudillo des Espagnols :
Franco, garroteur.
Hitler,
Innovant jugulateur, kaiser.
La mort n'oublie pas,
Qui revient sans trève.
Ulule Vladimir,
Wehrmachtoïde xénophage,
Yodlant « Z ! »

( abécédaire )
8 mai - Départ du Fourgon Blindé

au départ
du fourgon blindé
on chanta ce beau répertoire
de révolutionnaires qu'un bon tabac égaie

à la grille
de matraque coups
ont rythmé ce tintamarre

de musique
il naît volupté

camarade

( bigollo en 1-sympathie stricte )
9 mai - St Ticket de Quai

Quel quêteur comique !
Sarcastique, exquis marquis
Brusqua loqueteux
Lorsque quémandait, étique.
Quelle requête coquine !

( quollier )
10 mai - Mystère des Abat-jour

Ces gars que l'on abat,
qu'affublent ces abas,
se plaignent d'un abus ?
-Réglons ça d'un obus.

À mort chamans, obis.

Si la déesse Opis
protège leurs épis,
le dieu que tu élis,
qu'il les rapte en ses plis.

Que leurs enfants soient pris.
Qu'on étouffe leurs cris.
Qu'on les dévore crus.

Que la corde à leurs cous
Suive arrêt de la cour.
Que finisse le jour.

( doublet de Carroll de « abat » à « jour » )
11 mai - La Sucrette

Serrure secrète,
Resserres-tu sucs tueurs ?
Terreur s'est créée.

Est-ce ruse ? Erreur ? Têtue,
Creuse terre, se rue, erre.

( beau présent )
12 mai - Ste Tendinite Aiguë

Aïeule languide,
Impuissante, avaricieuse,
Maudite chialeuse,
Trafique haineux adieu :
Suicidaire sarcastique.

( dans chaque mot, AEIU mais pas O )
13 mai - Glorification de la langue de Buis
Guidé par le rire du soleiL
Le musicien prenant un tubA
Oublia le tic de son réveiL
Ravi de rejoindre une sambA

Il danse ce bougre de gitaN
Fête va légère vers l'étanG
Ici l'on ne paye pas un leU
Chacun sa part ami dites-lE

Allez-y vif léger ou patauD
Tel fada égaré wait and seE
Ignorons la morale de plomB

On est libérés de tout étaU
Nul juge suant jargon rancI
De ce marais dégagés volonS
( double acrostiche isocèle )
14 mai - Perte des Eaux Sacrées

Par dépit Rose rugit
Éjectant pied-tendre
Casse-pieds
Crâne quidam roux sexy
Mais décadent porc
Fier de ses haillons

( codage sympathique : deux mots successifs ont en commun 1 lettre ; la suite de ces lettres écrit « Perte des Eaux Sacrées » ; les mots composés traitent par une 2-sympathie exceptionnelle le cas des lettres sandwich e-d-e et e-s-e )
15 mai - St Amour d’Été … on a les preuves

Un saint amour
          se prouve l'été

L'été d'un saint
           prouve l'amour

L'amour
    ne prouve
           qu'un été saint

Être saint prouve un été d'amour

N'avoir été qu'amour

   N'être prouvé que saint

( carré lescurien )
16 mai - Ste Moumousse tiède

Édite diète :
« Semeuse ossue, émoussée ?
-Tiède déité ! »


( quadruple anagramme, vers central sur moumousse )
17 mai - St Gratin de Sardines


Dîne Sarde, teint gras,
Dur, en bas. Faim se fait ris :
Irait feu saint, bâfrant du
Gratin de sardines !

( Les vers 1 et 4 forment un pilindrome ; de même pour les vers 2 et 3 )
18 mai - St Bourricot

On a beaucoup ri
Poursuivant ce pauvre idiot
-Ânon ! -Bourricot !

( Haïku-caillou )
19 mai - Stes Olivettes meurtries

MEURTRIES

MEURTRIE autant l'une que l'autre :
MEURTRE a fauché sainte et catin.
MEURTÉ n'est, en ce jour, plus nôtre.
MEURT en laine, meurt en satin.

MEUT le mâle sa main qu'il ferme.
MET à l'amour, par le couteau
ET par le feu, son dernier terme.
T'oublieront, femme, tous, bientôt.

( damnet avec en acrostiche une échelle descendante )

Vocabulaire : meurté, en ancien français = maturité
20 mai - Sts Dendron, Philo et Rhodo

chimiste aux yeux couleur de rhodo
fait naître en l'éprouvette le dendron
super bénefs aucun besoin de philo

vivre n'est rien telle est sa philo
nul fjord nul névé nul champ de rhodo
ne surpassent la synthèse du dendron

ô macromonomère ô dendron
votre culte est mon art et ma philo
crie en tremblant le chimiste aux yeux rhodo

( terine sur un rythme 9-10-11 )
21 mai - Beignets d’acacia
de l'oeil qui se reflète au verre mesureur
le battement du cil au sucre fait promesse
de levure un sachet s'ouvrant avec douceur
pose un ferment léger semence d'allégresse

la farine alanguie en son creux protecteur
se laisse parcourir d'une main qui caresse
humide elle se lie et se boule et se meurt
d'une langueur labile en sa ronde mollesse

de l'oeuf le galbe pur et fragile se rompt
livrant l'étrange larme au lumineux vairon
que la pâte recueille en son large cratère

alors se fait sensible un vertige des sens
rehaussé d'huile vierge un alliage s'opère
de mêlement charnel et de parfums d'encens

fleur volée au rameau que la rosée abaisse
pantelant à ce doigt du désir qui corrompt
une narine explore aimant ta senteur chère
à l'envieux instinct il faut payer le cens
rejoindre le remous qui t'enserre te ruine
en subir la succion choir en sa profondeur
perdre l'éclat lilial qui te nuait naguère
surmontant ton dégoût domestique l'horreur
laisse-toi pénétrer d'une ardeur assassine
bientôt mus d'une égale errance gonfleront
les corps entremêlés qu'une commune liesse
entraînera scellant leur sulfureux consens
alors dans la moiteur régnant à la cuisine
viendra l'acte violent et dépourvu de sens
la démembrance la chute la main traîtresse
le naufrage en un flot d'affolante chaleur
et voilà que la mort par un sombre mystère
engendre une saveur que dieux couronneront

il monte tout d'un coup une fragrance fine
des soupirs extasiés redisent en tous sens
le trouble de la nuit le feu l'aube divine
( SOG - sonnet oulipien généralisé voir http://www.gef.free.fr/oulipo39.html#date080322
et isocélisme)
22 mai - Ovation des Barricades, Ste Ola

prince veuf détala
au tombeau pantela
reine au front rutila
fée au soir pétula
soupira sainte ola

( el babebinado )
23 mai - Huile Bouillante

Publicité

                BOUSILLÉ FUSIBLE ?
       OUTILLÉ : TROUILLE INUTILE !
          ACCUEILLEZ TRANQUILLE
         RUTILANCE  INDUSTRIELLE

Sourcille : Magouille ! Arsouilles !

( tanka dont  chaque mot contient dans l'ordre U I L E )
24 mai - St Vendredi Crusoë

Ô vénéneuse dérision.
Code inconnu ne se devine :
« Vice donne rêve, sens non ».
Un cœur vide couve Ninon,
Reine du service en cuisine.
Son ord souci : surir vision !

( beau spectre )
25 mai - Sts Catalogues Trois Suisses et Redoute

Au vieil homme tremblant, de l'heure qu'on redoute,
Les trois suisses en noir frac signifièrent date.
Il bégaye, confus, souffrez qu'honore dette :
Commande au catalogue. Échéance redite
Par lettre de rappel. Ah ! Qu'un mystère dote
Mon fric tel du pétrole un roi sur terres d'Ute !
Quand tout sera réglé, bonjour compère Dante.

( babebine riche )
26 mai - St Émilion bouchonné

dans les bras familiers frémit le nouveau né
du sein qui s'offre et pèse il accueille le bout
et s'abandonne heureux contre le havre chaud

le printemps de parfums émaille le vent chaud
sicle du passereau l'oisillon juste né
de vie un élan doux frôle le petit bout

dans le faitout murmure une soupe qui bout
du refrain de maman le chant résonne chaud
tout recru de bonheur s'endort le nouveau né

( terine sur bout-chaud-né )
27 mai - Ste Cravate à rayures

les yeux au levant
on croyait juste rêver
des pays célestes

mais il vint un magicien
qui dévoila nos vrais noms

( 1-sympathie stricte )
28 mai - Ste Frida Oumpapah

Pair dira : Au fou !
Para haïra homo.
Ami mourra, froid.

Où irai, moi, paria ?
Ô faim d'air impur.

( beau présent )
29 mai - St Détecteur

Tuteur te détecte,
Décrète, écrête, récure,
De terreur te tue.

Rue, éructe, et du cutter
Étête cru ce duce.

( beau présent )
30 mai - Ste Snobinarde

Faut-il être snob ?
Celle qui m'a questionné
D'une voix charmeuse
N'avait lu ni Proust ni Sade.
J'opinai d'un baiser fou.

( contrainte snob : deux mots consécutifs n'ont aucune lettre en commun )
31 mai - St Tempo boiteux

Tous les morts, partout,
Boiront d'infects thés suiffeux.
Bran vomiront, bleus.

( primitive de « Tempo boiteux boite » )
1er juin - St Mirador

Un block dans la nuit.
On dort à trois par châlit
Par un froid glacial.
Un bruit furtif. Qui court là ?
On va zigzaguant,
Glissant sous un lacs tranchant :
Loin là-bas un bois.
Au mirador un fusil.
Impact. Sursaut. Nuit.


( lipogramme - deux mètres premiers, et tout nombre impair de vers consécutifs compte ( sauf erreur ! ) un nombre premier de syllabes )

Respectant d'architog les lois sur les syllabes
Qu'impose Esposito, roi des chiffres arabes,
À ce diam ce n'est que ce qu'au rôt le hot-dog :
Le nombre de ses vers est nombre non premier !
J'aurais dû remiser mon encre et mon plumier.
Ce drôle de machin n'est qu'infra-archi-tog.
2 juin - St Discobole À St Discobole donne ton obole

Ado, béa Io :
Ô l'ont ! Ô bend obéi !
Io : benêt, ô bé !


Exégèse :

Jeune, belle, elle aimait, génisse devenue.
Zeus près d'elle, en taureau, sa guitare maniait.
Sot, fit la vache au dieu qu'elle aimait mieux en nue,
Qu'au moins ton doux baiser ne soit pas le dernier.

( double dérivée de « Saint / Dis/co/bo/le : À/ Saint/ Dis/co/bo/le/ don/ne/ ton/ o/bo/le » : de chaque syllabe est prélevée une lettre )

bend : une technique du jeu de guitare
bé : mot picard pour baiser
3 juin - Inauguration du scanner

vous serez scannés
on verra vos mains vos cœurs
vos œuvres vos rêves
on cernera vos amours
sans aucun écran
où vous irez nous serons
nus serez à nous

( architog du prisonnier )
4 juin - Ste Monica de l’A.D.N.

Tyran déchaîné
Régnant dans Ankara, quand
Finiras, vandale ?
Écrivaines condamnées
Croupissant, fondant,
Journalistes décanant...
Pourtant, bandit, parlent.

( dans cet architog les mots contiennent alternativement A,D,N et A,R,N )
5 juin - St Chichi Premier, comique troupier

Chichi ? Hit d'ici !
Biffin zinzin, incivil :
D'instinct civil rit.

Dring ! Fini clip, fini kif.
Fric pris, dit « Tchin tchin ! », gris, vil.
6 juin - St Maillon manquant

Criminel ? - Nenni,
Pleurniche maillon manquant,
Voyant catastrophe.

Arbre générationnel
Émit sataniques fleurs.


( 3-sympathie stricte )
7 juin - St CAC 40

CACardent les traders autour du café noir.
CACtus pour seul décor du derrick qui les hante.
CACochymes servants du niveau de la rente,
CAChez, cachez ce sang que je ne saurais voir.

CACiques, allongés dans la brise du soir,
CAChaço boivent sec sous la fleur chatoyante,
CACahuètes au bec dans les senteurs de menthe,
CACheton dispensant aux valets du manoir.

CACatois claque au mat de leur fringant navire,
CACaille débarquant de pays qui chavirent,
CAChots pleins d'hommes francs, pour cela torturés.

CAChoterie est reine aux salons d'où l'on chasse
CACatoès, aras, répéteurs abhorrés.
CAChemire au revers, scellent contrat sans trace.
8 juin - Ravalement

Danse, dame chaste,
Haletante, ravagée.
T'enragea, nageante,
L'âpre apparence écarlate
Dedans jatte plate :
Jehan, crâne ensanglanté.
Hélas, sacre amer.

( architog dans lequel les voyelles de chaque mot sont des A et E en nombre égal )
9 juin -  Sts Chalumeau & Dromaludaire, frères du désert
(sonnet isocèle avec acrostiche diagonal, par Noël Bernard)
10 juin -  Sts Lulu, Jojo et Dédé, la Triplette gagnante

Elle passa, belle.
Surpris, arrêtai.
Piaffa haridelle,
Craignant rareté.

Adjudant rebelle,
Raillant sainteté,
Amenant querelle,
Meurtrier, lattai.

( sélénet où dans chaque mot une voyelle et une consonne ont deux occurrences au moins )
11 juin - Vision de Ste Hérésie faux contrepet

Le prêtre insoumis,
Amalgamant l'or des fous,
Trouve fer et soufre.
Mais nom de Dieu que ça gratte :

« L'hérésie mêle pyrite »


( tanka express )

[ L'or des fous : surnom de la pyrite ]
12 juin - St Béton À la St Béton, laisse béton

Oh, baisse le ton,
Sans ça, sens ça : sang ! sasse Hans.
-Ho ! Laisse béton.

( haikunagramme )
13 juin - Ste Lanterne

Elle rentre, lente,
Tête tannée, altérée.
Le rata. La natte.

La télé narre, atterrante.
Attente terne, éternelle.

( beau présent )
14 juin - St Nectaire, fermier

Pais,
Veau.
Fini
Ton enfer :
Ce taureau vient pour
Enfermer par milliers les tueurs.

( Fib primitive de « Saint Nectaire fermier » )
15 juin - Ste Bouillasse


Oiseaux agoniques,
Dionysiaques violateurs,
Fouaillez ! Autopsiez !

Orgiaques immolateurs,
Assouvissez ossuaires !

( chaque mot contient A,E,I,O,U )
16 juin - Sts Sérosse, Otto et Rhino

Banjo ou saxo.
Où donc coulait ton Congo,
Négro orphelin ?
Washington ou Chicago
Courbe encor ton dos.

( collier architog )
17 juin - Ste Trampoline

tueurs débectés
comprennent pourquoi souvent
presque mollement
obtempèrent torturés
pleutres stockholmiens

( bambochade stricte d'ordre 4 )
18 juin - Souvenir de l’Impasse Tragique

Ils m'emportent.
Blancs plis ceins.
J'entends : « Morte,
Par Sangs Saints
Qu'aveu sorte ! »

( primitive de « Impasse tragique » )
19 juin - Destruction des Saintes Urnes

Bulletin ! Que l'urne
Où je t'ai fourré
Te vaille cavurne.
Sois incinéré.

Dépouille mon vote
L'assesseur, comptant
D'une voix dévote.
Et le monde attend.

( sélénet )
20 juin - Ste Note de bas de page

Au bas de page,
D'un mot le sens
Se noie, et sage
Perd les cinq sens.

Le cœur en rage,
Se fout du cens.
Se rue et nage
En tous les sens.

( lanet de monosyllabes )
21 juin - Chaud-froid

Faisait-il si chaud ?
Il mit de la chaux
Dans sa pâte à choux.
Puis il fit le choix
D'aller sur la croix
En laquelle croit
Tout homme de droit
Qui écrit, en droid,
Et sème le froid.


( doublet de Caroll )
droid : une police de caractères
22 juin - Annonciade de la Ratatouille

Trouble irrationnel,
Virevoltante révolte,
Trilles torrentiels
Allumèrent trouille.
Tremblements. Tribulation.

( architog ; tous les mots contiennent L,R,T )
23 juin - St Marsupilami

Lie l'os, aussi, la mer :
Vis rêver lune. Ire.
D'orbe vil, égalé ici au mètre,
Marsupilami aima li.
Pus ramer.
Te muai, ciel, à gélive broderie.
Nul revers ivre mal issu à soleil.

( palindrome )
24 juin - St Plaid et les six autres

Walt Disney
Chopa vieux Grimm : kif !
Quel job zen !

( architog en pangramme de 38 lettres )
25 juin - Ste Selle de Guérande


Ça, laisse aller,
Sa laisse à l'esse, à lé
Sa laie sale. Et
Ça, laid, ça l'est !

( antihog - nombre de vers, longueurs des vers, nombre total de syllabes sont des nombres composés - avec un vague goût salé )
26 juin - Dimanche de l’Abonné Absent

Antan, apprenions
A aider avec amour
Aussi ardemment
Adversaires, associés,
Amants, anonymes,
Anciens, ados, affaiblis,
Avocats, artistes,
Asiates, afros, arabes,
Amputés, aveugles...

Assez ! Apprends arrogance !
Affiche abonnés absents !

( hypertog en tautogramme )
27 juin - Ste Laisse du Pitbull

Pub plut.
Tutu luit.
Il but.

( architog en beau présent sur « pitbull » )
28 juin - Ste Bronchite

Du noble Quichotte
Furtive comme une chatte
Mauvaise bronchite
Faillit provoquer la chute
Que rien ne rachète

Mais le bon Pansa
Qu'on a tort de dire sot
D'un vin aigre a su
L'empêchant de trépasser
Le remettre assis

Ouf ! Ça revigore
Les grands moulins qui languirent
La belle bagarre
Où les affrontait naguère
La triste figure

( suite d'architogs en babebine )
29 juin - Jour du Sonnet

Flânai.
Ouïs, fine,
Sonner
Clarine.

Veau né
Tarine
Lèche et
Câline.

Au pré
Pourpré
D'aurore,

Court vent
Sonore,
Rêvant.


( sonnet de dissyllabes )
30 juin - Ste Denrée périssable

en cette ère
d'experts énervés
éphèbes et belles se cherchent
se rebellent et rejettent les excellents prêches
enchevêtrés entre blêmes denrées éternelles recettes préceptes secs

se révèlent
les rêves secrets
et cède le cercle de fer
les semences déferlent et germe le désert

de tendresse
de lèvres mêlées
s'épèle le serment léger

vent déferle
en ce temps de fête

véhément


( bigollo )
1er juillet - St Sparadrap

Nain, tenant petite selle,
Tâte belle tête :
Jeté du lama au trot
Passa sous sa bête.

Le para de sparadraps
Madame sa mère.
Le massa, émue.


( architog aux mots presque palindromes : à 1 lettre superflue près )
2 juillet - St Insu de mon plein gré

Igné le pierrier.
L'épine, le pin, le liège.
L'engin peine. Il grippe.

Linge en péril... Grenier grille !
Plié, nié, père prie.

( beau présent sur « plein gré » )
3 juillet - Dimanche des Révisions Frénétiques

On rêve nos vies
On inverse nos visions
Soir sonne sévère

( beau présent sur « révisions » )
4 juillet - St Beurre en motte Coulez pour nous

Chœur, en bottes, moule
Beurre : en motte, coule.
L'aube court. En meute,
Loup manque : trop bleu !
Meurt en boule. Toc.

( anaphones )
5 juillet - Ste Acrostiche

Assez couru.
Restau ouvre, servant tripes.
Ici, canons heureux entonne.

( acronyme aux dissyllabes )
6 juillet - St Accroche-cœur

Attente éternelle.
Avalanche déclenchée :
Inutilité.

Sasse stress inextinguible.
Intuition annonce horreur.

( dans chaque mot une lettre est répétée au moins trois fois )
7 juillet - St Manche À la St Manche retrousse tes manches

Gagner ! Gagner ! Gagner !
Jeu !
- Jeu ?
- Jeu.
Manche... Manche... Manche... Perdu.
Perdu, perdu !
Pleure, pleure, pleure.
8 juillet - Prélude de St Kärcher


Hacker créa krach :
Arracha arrhe cachée.
Cher CAC a erré.

Ah crache, réac carré !
Race âcre, rêche, à hacher.


( beau présent sur « Kärcher » )
9 juillet - St Bric

La pendaison du sale patron - épisode 1/3

Baie et riz cessaient :
« Bé hier, herse et hie ? »
Bey bée, hérissé.

( récit phonétique sur BRIC avec permutation de Queneau :
BRIC
CBIR
RCIB
BRIC )
10 juillet - St Broc

La pendaison du sale patron - épisode 2/3

Bey est rossé
« C'est Bey, ho hère !
- Air sais, ô Bey.
Bée ! Héros sait. »

( récit phonétique sur BROC avec permutation de Queneau :
BROC
CBOR
RCOB
BROC )
11 juillet - St Bricabrac

La pendaison du sale patron - épisode 3/3

« Bey, hérissé ? »
Abbé est racé, sait Bey à air et rit, baissé.
« Ah, ah, cessez, bébé haï erre et raira, hersé, hissé. »
« Ah bébé, béèrent béats, as air cessé. Hi hi ! »
Baissé, hersé, Bey erra.
« As haï abbé ? Ers et baie hersés, saie à air y bée assez.
Béer, raire : c'est BA, sais ? »
« Erre, haï bébé. Erre, hissé à baie. Erre assez. »

( récit phonétique sur BRICABRAC avec permutation de Queneau :
BRICABRAC
CBARRIBCA
ACCBBAIRR
RARCICABB
BRBAARCCI
IBCRCBRAA
AIABRCBRC
CARIBACBR
RCBACRAIB
BRICABRAC )
12 juillet - Ste Truelle

Cor a rêvé le lac.
À mots murés l'art sa lune tire, venu d'Annam.
Si la truelle, tel leur talisman,
n'a d'une vérité
nul astral sérum stomacal,
élèvera roc.

( palindrome )
13 juillet - Béantification de St Orifice

fume de colère
l'orifice du canon
avide de mômes

il écale la cité
la dépèce la dévore

( okapi )
14 juillet - La Brique Finale

le mur qui partage la ville
serpente et ferme les maisons
ne danse plus l'âme servile
et l'amour emplit les prisons

servants d'une vision fatale
les soldats truelle à la main
cimentent la brique finale
qui rencoigne le genre humain


( damnet )
15 juillet - St Pétard, premier degré

Mort au premier jour,
il n'a connu d'une guerre
que le maître mot.

( 1-bambochade stricte contenant le mot premier )

16 juillet - St Barbecue, deuxième degré

Épouse connut,
après deuxième semaine,
caresse des larmes.

( 2-bambochade stricte contenant le mot deuxième )

17 juillet - Ste Jeanne du Bûcher, troisième degré

Fringants militaires
troisième trimestre ouvrirent
bombardant matrones,
frangines, prêtres, docteurs...
Chagrins restez quiets :
tous cimetières prospèrent.
Mission salvatrice !

( 3-bambochade stricte contenant le mot troisième )
18 juillet - Stes Cloques

Loques, col usé,
socques clouées éculées,
ossu, sec, cloqué.
Colocs sous l'écluse celés.
Occlus, seul, se soûle.

( beau présent )
19 juillet - Souvenir des Start-Up

Tu parus, trapu,
sarrau sur tapa : pur art.
Tu passas, star rap.

Patatras : para sauta
t'attrapa, tassa, tua.


( beau présent sur « start-up » )
20 juillet - Ste Plinthe du Parquet


Plinthe, parquet ?
Quel meilleur témoin
attestant notre recours audacieux
aux matériaux offerts parés par précaire nature.

Comment remercier
générosité ainsi dispensée ?
Parfois seront nos chansons entonnées
disant sans hésitation jamais finissante bonté.

( sympathie stricte d'ordre 3  )
21 juillet - St Cul-sec

La glaise colle sur ton cul
La sueur irrite ton col
À ton pied s'agrippe le sol
Qu'avec peine entrouvre ton soc
Le ciel pleure et ton cœur est sec

( doublet de Caroll de cul à sec )
22 juillet - Ste Molette

Aveu ne lava lé : jette-le, mol et tel. Omelette ? Je l'avale nue, va.

( palindrome avec molette cachée )
23 juillet - St Danube bleu

Danube,
onde obstinée
dont souvent une lune sinueuse
danse dessus quelques vagues solitaires.

( sympathie stricte d'ordre 3  )
24 juillet - Apparition de la Fourmi Volante

La passion peu pâlit.
Amour, rite votif,
plonge dans tiédeur blême.
Accolant frayeur, fols,
tout unir.
Permettre moisson ivre.
Vont soleils,
buccal rayon,
nuit traversée limpide.

( codage sympathique de « Apparition de la fourmi volante » )
25 juillet - Ste Huile de pépins de raisin

Ainsi, nais sans as.
Saisiras sarin : air rassis.
Iras assassin.

( beau présent sur « raisin » )
26 juillet - St Niam-Niam anthropophage

ah ! n'hiver serre

c'est le jeu
tous les ans
chante en fa
mange trop
boit son pot

mise au pot
suit le jeu
risque trop
faute aux ans
perd son fa

sourd au fa
comme un pot
noie les ans
dans le jeu
pinte trop

hurle trop
fort le fa
mauvais jeu
bruit de pot
pleur des ans

tous les ans
mange trop
boit son pot
chante en fa
perd le jeu


( Quenine sur ans-trop-pot-fa-jeu )
27 juillet - Adoration des bigoudis

Mère en bigoudis
tenait le bébé tout bleu
arcade brisée.
Un infini désarroi,
de ce pauvre sein
qu'il ne téterait jamais,
tirait éploré
la sourde tirade froide
de la nuit tombée.

Et la guerre se hâtait
De quérir vite autres proies.


( chōka hypertog avec la contrainte d'accumulation agréable  )
28 juillet - Stes Ampoules 60 W

Foyer chaud ? -Job pour Kelvin ! Gaz, mieux que soixante watts !

( pangramme de 47 lettres )
29 juillet - Déclaration de la Hernie

Reine reniée,
Niée, erre. Ne rée ire.
En rire ? Nenni !

( Quatre-san-ku = haïku sur 4 lettres, ici ERNI )
30 juillet - Ste Colonne de Buren

acrostiche : Colonne de Buren

télostiche : bel ocre d'un néon

Comme une fontaine aux larmes de plomB
Otage du temps au tic martelÉ
Longs très longs instants implorant le cieL
Où meurt plainte vaine éplore l'échO

Ne calme sa peine au sommet du roC
Ni près des étangs  où l'oiseau moqueuR
En traits éclatants d'un chant décalÉ
Déraille sans gêne et règne le froiD

Et dure la nuit sur le pin tordU
Bâille un sourd ennui veuf de lendemaiN
Une attente lourde au creux du chemiN

Reste désolé seul et privé d'êtrE
Et pleure âme sourde en un noir largO
Ne sachant voler  pleure sans raisoN

( en acrostiche et télostiche apparaissent deux textes anagrammes l'un de l'autre, sur un sonnet non rimé ; mais si le dernier hémistiche est déplacé en tête du poème, on obtient un sonnet régulier avec acrostiche interne )
     pleure sans raison Comme une fontaine
    aux larmes de plomb Otage du temps
         au tic martelé Longs très longs instants
      implorant le ciel Où meurt plainte vaine

          éplore l'écho Ne calme sa peine
       au sommet du roc Ni près des étangs
    où l'oiseau moqueur En traits éclatants
      d'un chant décalé Déraille sans gêne

      et règne le froid Et dure la nuit
       sur le pin tordu Bâille un sourd ennui
      veuf de lendemain Une attente lourde

     au creux du chemin Reste désolé
   seul et privé d'être Et pleure âme sourde
       en un noir largo Ne sachant voler
31 juillet - St Coulibiac, évêque

Ils tranchent ton cou :
le libre arbitre a clamsé.
Vit vieux qui bruit peu.


( primitive de « St Coulibiac, évêque » )
1er août - Ste Schizo

« Dis-moi, toi mon fils,
nos choix sont-ils incompris,
si droits, si distincts ? »

dit, moribond, l'instit honni
dont l'horizon finit si noir.


( bivocalisme )
2 août - St Paquetage À la St Paquetage, j’enrage

pète et pègue et pue
tâte et tape et gâte et tague
quête et tète et tue

( beau présent )

3 août - St Michelin priez pour nous

L'échine inclinée
il hèle en chemin miné.
Chienne, emmène-le.
En chiche niche celée,
le cil éméché,
lèche ce hile élimé.
Immine le ciel.


( architog en beau présent )
4 août - Mystère de la valise perdue

Aussi sec qu'un sac,
il voit la gadoue. Il cherche
la fin : les agrestes.

( haïku express fondu sur la valise de RQ dans Zazipo 2020 )
5 août - St Frustré, confesseur

Fiévreux, au festin,
verse ce noir sang offert,
fossoyeur heureux.


( primitive de « Frustré, confesseur » )
6 août - Remisage de Ste Callipyge

Et, codé sur avis,
nia culer top à demi :
ainsi moins rose,
Callipyge relia, haï, le reg.
Y pilla ces ors,
ni omis ni aimé d'Apôtre Luc.
Ainsi va ruse docte.


( palindrome )
7 août - Premier dimanche de pluie

Manteau de grenouilles
nées de la dernière goutte
d'étoiles filantes ?

Tombant, un rideau de feu
tourne à seaux de sang acide.


( filigrane )
8 août - La Sous-préfète À la Sous-préfète fais la fête

Présure s'épure.
Soeur fouette, frotte et refouette.
Frère opère presse.
Père sort et, près, furète :
serpe étête pousses.
Trotteuse se presse prête
pour fête future.


( beau présent sur « sous-préfète » )
9 août - Ste Indigeste, moule

Creuse image à l'envers. Énigme du noir moule
où seul l'artiste voit en cette obscure boule
son rêve ! Et le déluge incandescent il boute.
Lunette, casque, gant, cuir épais de la botte.
Dans la clameur torride étourdissant la butte,
matin miraculeux quand d'un feu naît le buste.


( doublet de Caroll de « moule » à « buste » )
10 août - Stes Amibes

couverture carton chien noir c'est ce qu'il a
et ce godet sans grâce où brille à peine un as
il couche tout le jour sur l'âpre bois d'un ais
loin du flot des salauds des snobs des faux amis
rêvant d'un café chaud qu'offrent des mains amies
son cerveau flotte et fuit qu'ont mangé les amibes


( échelle ascendante )
11 août - Grosse Fièvre de Ste Parano

errer
vivre rêve
fieffé fifre virer ève
ivre rire
fier


( haïku épointé et beau présent sur « fièvre » )
12 août - Ste Nuisette de l’Inondation

tu fuis en nuisette
la mouvante inondation
sous le ciel féroce
qu'éclair rageur exacerbe
fleuve excave la maison


( accumulation agréable )
13 août - Les Roudoudous

démente avalanche
tonitruante secousse
ubuesque stress

cavalcade indescriptible
terreur inimaginable


( dans chaque mot exactement trois occurrences d'une même lettre )
14 août - Deuxième dimanche de pluie

Demi-muid de mix :
mime mieux dieu du Midi.
Même mie émue !


( beau présent sur « deuxième » )
15 août - Montée de Ste Pilule

Mon corps lentement
se déploie se tend se perd,
feuille au saule née.


( primitive de « Montée de Ste Pilule » )
16 août - Lendemain de Ste Pilule

De la main, de l'aile,
elle demande l'eden.
Il aime, damné.


( beau présent sur « lendemain » )
17 août - Angoisse de Ste Déprime

Ça va lent ça va pas ça va guère
Sa valence ? Ah, va ! Passe, hâve, à guerre.
D'épris déprimant,
dès pris, dépris, ment.
S'avalant sa vap, à sa vague erre


( limerog ?
combinaison à la Gef d'une structure de limerick et de tog irréductible 3+3+3+3+3+3+2+3+2+3+3 + 3+3
mais pas vraiment de chute humoristique, hormis de l'homophonie )
18 août - Splendeur et misère du vingt heures

Quand l'heure vint se présentèrent
Plein de splendeur plein de misère
Le king des trusts le sans demeure
Tous deux puèrent quand vint heure


( quasiment les quatre mots-clefs )
19 août - St Parasol, plagiste

De ce paradis,
Adam avec Ève fut
-ô Hiver- ôté.

De ce parasol,
à l'Été revenu, nu,
fit une parure


( bi-haïku en  okapi )
20 août - Sts Scrabble & Macramé, bienheureux

« À sable basée,
la salle s'écrasera !
Cabale errera ! »

Âme amère, arme acérée,
créé âcre, carme rée.


(strophes en beau présent, respectivement sur « scrabble » et « macramé » )
21 août - Troisième dimanche de pluie

Passerons dimanche :
tristesse, monotonie
cédant déclin morne.


( 3-bambochade stricte )
22 août - Abandon de Ste Crème Solaire

Lise assise a ri.
Éros, le raire éraillé,
osa rallier
l'oreille, la rose soie,
les aréoles solaires.


( beau présent sur « solaire » )
23 août - Ste Erika, naufragée volontaire À la Ste Erika, caca

Je suis volontaire,
disait le mousse excité.
Il alla seul voir
si côte abritait sauvages.
Jamais revenu :
trouva auprès inconnue
le rire, la paix.


( accumulation agréable [ chaque mot contient autant de voyelles que de consonnes ] )
24 août - Jour de l’Appendicite

frappe un coup
demande un pichet
boit et meurt


( primitive de « appendicite » )
25 août - Contrôle radar

Pas vu des radars,
seul sur mon radeau,
me voilà peinard
loin codes pénaux.

Fini les costards.
Je me sens costaud
croisant le canard
au fil des canaux.

Adieu les censeurs,
les gens bien sensés
qui m'ont fait périr

croyant, vieux tapeurs,
qu'un jour je paierai
pour leurs beaux tapis.



( sonnet sur le schéma de rimes plurielles / singulières )
26 août - Ste Perf, réanimatrice

mon amour ma reine
viens réanimer mon âme
en son noir marasme

murmure runes anciennes
où nous a mus même rêve


( contrainte du prisonnier )
27 août - St Ouichef, le retour

Et rêve,
lié, nu, dru, ôté, rude,
du retour d'une île verte.


( palindrome )
28 août - Miracle de la valise retrouvée

le demoiseleur
attrapprivoise éblousées
les créduveteuses

il les ratatitourloupe
fractouvre leur jardiscret


( mots-valises )
29 août - Détartrage de la cafetière

Là, déjà, sous l'épais drap du dais
porté sans trève jusque bien tard,
bée éphèbe emmené par les trages.

Folle sinuosité des trages
où foule en ses remous prend le dais
que son cours effréné drosse tard.

L'élu sourit mais comme il est tard :
la ténèbre est épaisse en les trages.
Lui flotte, calfeutré sous le dais.

( dans cette terine sur « dais-tard-trage » chaque vers code en morse une lettre de « cafetière » = -.-. .- ..-. . - .. . .-. .
code : "-" = accent grave ; "." = accent aigu -variante d'une idée de Rémi Schulz- )

trage : mot bourguignon désignant une traboule
30 août - Ste Carte Bleue, paiement différé
   carte bleue       paiement différé
                crédit

     argent facile    monde virtuel
               intérêts

              au siècle
              des néons
             l'aurore est
               boréale


 bulle spéculative    emprise managériale
                bonheur
( petite morale élémentaire portative )
31 août - Ste Obsolescence du Homard Sacré

Danseuse au corps sacré,
soie, velours, lin écru
ont fait place au lycra.
Couvrent ton luth les cris
des traders aux longs crocs.

Le vieux pêcheur amer
fuit la criée aux murs
si vétustes. Gémir ?
Qui voudrait son homard ?
Longe le ponton mort.

Terre est à nouveau plate.
Paradent les hoplites.
Moloch rôde et complote.
Amour est obsolète,
illusoire la lutte.


( triple babebine )
1er septembre - St Pierre aux Mânes, jour des flambeurs
Quand il viendra l'autobus S
Ne monte point reste où tu es
Il est plein de types bien nés
Hargneux coiffés comme des ânes
Se foutant des gens et des mânes
( échelle ascendante )
2 septembre - St Taux d’écoute, nouv. progr.

Écoute ! Écoute ! C'est moi, c'est Ondine, sinuant en ces flux dangereux sortis du froid ombrage encerclant les enfers.

Au fond, sans but, vont cruelles vives et seiches semant un errant nuage d'encre. Je vis entre ces êtres avides d'amers et sinistres reflets, d'insipides échos vides de sens.

J'inscris des rides d'ivoire dessus l'oscillement infini des miroirs longs de l'eau.

Dors.


( obtenu à partir de « Écoute ! - Écoute ! - C'est moi, c'est Ondine », début du poème Ondine d'Aloysius Bertrand par application de la contrainte du jeu de la vie https://taliporefleuri.fr/contraintes/#c_jeudelavie )
3 septembre - Ste Scolasse du Poulpe

Ni fat, ni vu.
Ah ! ceci, le décor, t'a déplu ô poulpe,
d'atroce délice chauvin : ta fin.


( palindrome )
4 septembre - Augmentation des amygdales

La rose amygdale
divaguer me fait.
Je crie et suis pâle,
fume, bois café.

Quelle nuit atroce !
Qu'arrête ma toux :
Coup, outrages, noce,
accepterai tout.


( sélénet en accumulation agréable )
5 septembre - St Cassis & St Cassette

Chaud ! Sis,
chaussettes,
est assis.
Est à Sète,
buvant cassis.
Bu. Vend cassette.
Abécassis
a bec ascète.


( homophonies en escalier )
6 septembre - Ste Gomme de Ste Robe de St Grillet

Robe
sport,
probe
port,

mèche
d'or,
fraîche,
dort.


( diablotet )
7 septembre - Racket, premier essai

Au premier racket
le mafioso mouille un peu.
Ça lui passe vite.

Quel kif quand, le regard dur,
rafle le fric, ricanant.


( règle sage (nom donné par Gef à la 0-bambochade stricte) : chaque mot ne contient aucun couple de lettres consécutives )
8 septembre - Saut du permis à points

Sur la route du troupeau
le fermier rit seul :
Part poule - oh, pile en travers !

( hog primitive de « Saut du permis à points » sur un thème classique https://fr.wikipedia.org/wiki/Pourquoi_le_poulet_a-t-il_travers%C3%A9_la_route_%3F )
9 septembre - St Fifti-Fifti

Courir tant qu'on peut,
quand chantent les profondeurs.
Chercher l'enfant mort.


( primitive de « cinquante pour cent » )
10 septembre - Racket, deuxième essai

Encore un essai
aplati sous les poteaux.
La foule, la houle.

Oh l'équipe déferlante !
Oh le pack aux torses d'or !
11 septembre - Dimanche des Modifications d’emploi du temps

Divin mendiant,
cheveux défaits,
monadique effigie
qu'affection ardente ploie,
pendule attend.


( interpolation syllabique : prenant une syllabe sur deux on obtient le titre du jour )
12 septembre - Ste Gouttière percée

Apprête-toi, roi.
Égare-toi par ces grottes,
Ôte cette tiare,

Retire épée, or et cotte.
Petit, air pur te rira.


( écrit avec les consonnes de « gouttière percée » )
13 septembre - Bière de Mars

Blamais
l'écart.
Le dragueur
met : « Car
drakkars ! »

( Ce texte est
   - uneprimitive de « bière de mars »
   - un dichotog : architog de 7+3+1 syllabes, chaque partie donnant la suivante en extrayant les syllabes de rang pair :

bla mè lé car le dra gueur
    mè    car    dra
          car  )

Exégèse :

Dévions ! Sillonnant les golfes scandinaves
N'abîmons pas les fonds où gisent les épaves.
14 septembre - Illumination de Ste Interro

Après le déluge
royauté parade, antique,
nocturne, vulgaire.

Barbare angoisse ? - Autres phrases :
fleurs ! jeunesse ! aube mystique !


( à partir des titres des Illuminations de Rimbaud )
15 septembre - Ste Nandrolone, athlète de haut niveau

Athlète de haut niveau, hautain, hâlé d'été, veut un thé au lait d'hévéa et aneth étuvé.
Il a hâté, du veau haï, lutte de hanté.
Hâve a, de la hutte, nuité.


( 6 anagrammes :
athlète de haut niveau
hautain hâlé d'été veut
un thé au lait d'hévéa et
aneth étuvé il a hâté du
veau haï lutte de hanté
hâve a de la hutte nuité )
16 septembre - Consécration du Labyrinthe

La consécration nous vint d'un labyrinthe.
   Consécration qui nous consola de tant de privations :
      Vers cette consécration s'étaient si longtemps dirigés tous nos efforts,
      Quand le labeur nous consolait de nos doutes
      Et que l'exaltation l'emportait sur la privation.
   À nous les rats vint une idée
      - Le rat se révèle parfois grand bonhomme.
      Par quelle astuce lui viendrait la libération ? - facile !
      Un peu de réflexion nous guida vers une formidable idée.
   La solution ? s'enfermer dans le plus inextricable labyrinthe
      Dont la solution résiste à toute investigation raisonnable.
      Au rongeur s'enfermant lui-même sans aucun espoir
      La seule réponse apparaîtra : le labyrinthe lui-même, bien sûr.

( pissenlit de profondeur 3 sur la structure S1-V-S2 ; voir https://taliporefleuri.fr/contraintes/#c_pissenlit )
17 septembre - Instauration de St Racket

Ta trace t'arrête.
Tracte ta race, ta tare.
Acte cet état :
ta tête rare t'écarte.
Raté, crack ! Erre et te terre.


( beau présent sur « racket » )
18 septembre - Dimanche après Ste Interro

Dans quel fleuve aux flots lourds se jette, calme, l'Ain ?
Quel savant nous fit don de la pomme de terre ?
La glace, à quel degré, se change-t-elle en eau ?

Quel livre dit « Tous les méchants sont buveurs d'eau » ?
Du plastique est le fief quelle ville de l'Ain ?
Quel riant luminaire orne la nuit sur terre ?

Quel engin creuse droits les sillons dans la terre ?
Qu'obtient-on quand de mer on évapore l'eau ?
Rouge, dans quel amas d'étoiles scintille Ain ?


( quinine, et vous avez une heure )
19 septembre - Fromage et Dessert

Godiveau ! jambon sec ! chou ! quart de porc ! andouille !
Jus pâme bouche en feu. Quel gueuleton divin.
Ma fringale a passé, j'abdique et liche un vin
qui dissout gras chapon, bœuf frit, joviale rouille.

Verse force liqueur ! D'un pichet joug m'embrouille.
Pour ma soif étancher je bois plus qu'un devin.
J'ai franchi d'obscurs quais, domptant tout gaillard vain,
pour venir jusqu'à ce guichet bouffer ma nouille.

Glou ! Ravissant chahut ! - Faquin, jobard, clampin,
quand va finir grabuge, eh ? J'aime un tel copain
qui vomit le champagne au bord du jaune fleuve,

avant qu'un joli chant, grimpant du fond du bois,
débloque un moche flot d'images qu'ajoncs peuvent
à peine, au jour chagrin, masquer. Deuil... veuf... abois...


( sonnet en bel absent )
20 septembre - Rénovation des Embrayages
ma baraka capotant
patina l'embrayage
le levier décroché

étalé sol verglacé
cata moto raplapla
( tanka isocèle ; mots palindromes vocaliques : leurs voyelles sont disposées de façon symétrique )
21 septembre - St Strapontin

Sur siège éjectable
je me sens léger,
les pieds sur la table,
prêt à dégager.

Des ailes me poussent.
Adieu les ordis,
l'horaire, la frousse,
le spleen des lundis.


( sélénet )
22 septembre - Déprime d’automne, faux contrepet

Les sanglots longs des violons filent corrosifs.

Ô son trop nocif, ô flot corrompu, sourd rondo d'un duo fou. Accords touffus s'ordonnant lento pour un sonore frisson confus qu'on croit dogon ou huron.

Nos corps sont mus sous un cours toujours plus dru, un cours à flux gluant, chaud d'un sang pers suppurant par un fluet sinus.

Suc dansant purpurin où, hurlant faux, ruons.


( jeu de la vie depuis « Les sanglots longs des violons ».

Voyelles à utiliser dans l'ordre :
eaooeioo
ieooiooo
oioooouo
uoouuoou
aoouuooa
eoouuooe
ioouuooi
ooouuooo
ououuouo
uouuuuou
auuaauua
euuaauue
iuuaauui
ouuaauuo )
23 septembre - Bouquet garni

Bois tordu
quand fuit le temps
glissant sur nos croix.


( primitive et structure 3-4-5 )
24 septembre - St Office Notarial

Iran. L'air tarit.
L'artillant attila noir
tait l'irritant « Non ».

La noria anti-talion
rôtit la loi. Naîtra rire.


( beau présent sur « notarial » )
25 septembre - Dimanche du graffiti
Dimanche sera lonG
Il tardera le soiR
Ma montre tournerA
À lent pas vomitiF

Nu nauséeux pensiF
Chercherai mon amI
Hélant et relisanT
Encor ses graffitI
( architog isocèle avec accumulation agréable )
26 septembre - Première punition collective
quel maître infligea
la première punition
haut grouilla férule
preuve eurent élèves
de la dureté du bois
( architog isocèle avec accumulation agréable )
27 septembre - Ste Écrevisse

Alla l'écrevisse,
tendant ses serres sauvages,
sous l'épave enfouie.
D'écluse encore entrouverte
aima rumeur envoûtante.


( tanka et aléa furtif )
28 septembre - Ste Gare de Perpignan
un salvador qui n'estoit que dali
vit une femme au justaucorps sali
lui enjoignit de chercher un sari
douce la belle dit c'est mon mari
qui me jeta la brute dans la mare
à perpignan dont tu aimes la gare
( doublet de Caroll de « Dali » à « gare » )
29 septembre - Apparition de St Bubon

En ce temps de peste
errent et tremblent des êtres,
reflets de l'enfer.
Des renflements délétères
en blessent les membres.
Les gens rejettent ces spectres
telles bêtes en géhenne.


( chōka de structure 5757577 et lipogramme )
30 septembre - St René, gars de la marine

arrière ma reine
rien ne mènera ma main
mer m'emmène amer


( beau présent et notamment prisonnier )

PERIODE NON ENCORE COMPLETEE

21 janvier - Ste Litho, tirage

Rue l'âpre rêve révélé.
LOTO !
Le tirage : méga-rite.
Lot ! Olé !
Levé, révérer pâleur.

( palindrome avec le mot « tirage » )
22 janvier - Dimanche après les Utopies

Le léger spectre de Beffes, Henze,
jeté en pêche,
rebelle de genre revêche et véhément,
fermente.
Je n'en brevète certes même
le dément de cette légende :
« Envers le sévère Cerbère,
révérend des Enfers,
je  hèle,
bêtement déterré,
prélevé en Géhenne
en prétexte
de venger et celer
cette descente. »


( M+E : chaque mot est remplacé par un mot monovocalique en E venant après lui dans le dictionnaire ; appliqué au premier paragraphe de « L'Utopie » de Thomas More : « L'invincible roi d'Angleterre, Henri, huitième du nom, prince d'un génie rare et supérieur, eut, il n'y a pas longtemps, un démêlé de certaine importance avec le sérénissime Charles, prince de Castille. Je fus alors député orateur en Flandre, avec mission de traiter et arranger cette affaire. » http://classiques.uqac.ca/classiques/More_thomas/more_thomas.html )
23 janvier - St Kodak, retirage

Sous révélateur,
effigie elle admira.
Éphèbe troublant
tout ensoleillé tenait,
soumis, serpents, sous extase.


( aléa furtif : chaque mot commence et finit par la même lettre )
24 janvier - St Toto, grattage

Gratta maigrement
cette terre rocailleuse
gaillard fainéant.
Arrosant surtout luette,
cueillit minime moisson.


( dans chaque mot, une voyelle et une consonne ont 2 occurrences )
25 janvier - Ste Table Ronde, chevalière
si ronde est table vue
où vins aidant oins nu
que fable eût monde su
( ce tercet isocèle est un palindrome de paronymes différant d'une lettre : si <-> su ; ronde <-> monde ; est <-> eût ...
c'est aussi une vusine , càd. rythme 11121/11211/11121 )

Exégèse possible :

Ô saint, qui baptisais les compagnons d'Arthur,
pour peu serais fameux, tel meuble au contour pur.
26 janvier - Alzheimer

Eh! Contrainte mise
était « lipogramme en E » !
Navré : oublié...


( clinamen à chaque mot )
27 janvier - St Jean Trope, paléontologue

Sur son arbre attentif nous surveille le singe.
Sur le fil claque au vent, plein de couleurs, le linge.
Le fleuve se repose. Une aigrette le longe.
Le vieillard sur un banc sent l'âge qui le ronge.
Sa chèvre près de lui se délecte de ronce.
Le pêcheur accroupi rainure, râpe, ponce,
adroit, guidant la gouge à la force du pouce
pour façonner sa barque et fignoler la poupe.
La femme emplit la cruche au jet pur de la pompe.
L'enfant tient dans sa main le trésor d'une pomme.
Un chant raconte, au soir, la naissance de l'homme.


( doublet de Caroll du singe à l'homme )
28 janvier - Ste Menotte À la Ste Menotte, on se trotte

Pernette l'aimes-tu
toujours, l'homme en la geôle ?
On l'arrêta, ce drôle,
pour son discours tortu.



Là, ment. Dames notent.
Pour dol a mandat : menotte.
L'amant d'âme n'ôte.


( quasi homophonie - le « quasi » pour l'ô fermé )
29 janvier - St Robert, grand patron

Rue : mur à l'Éden.
Robert, en  Éros,
seul patron, gis.
Aveu : grand nord rond nargue.
Va, signor !
T'a plu,
essoré,
n'être borné
de la rumeur.


( palindrome avec les mots « Robert », « grand » et « patron » )
30 janvier - St Souhait, dernier rappel


Vois pur gypaète :
vol soyeux au soir.
Sur canyon dieu jette
rayons. Lieu d'espoir.

Y mourir souhaite,
fuyant le ciel noir
qu'y parfois reflète,
au croyant, miroir.


( sélénet aux vers panvocaliques : chaque vers contient a,e,i,o,u,y )
31 janvier - Jour de la Redevance

Caravane va
accéder à ce redan,
ce carré d'éden.
Verra cèdre vénéré,
recevra verre nacré.


( beau présent sur « redevance » )