Catégories
Uncategorized

Pataméride – Sable

Le Pataméride, projet d’un an, démarre le 1er mai 2019. Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride le zodianku et le Sankulipo, et fait l’objet d’une parution quotidienne sur ce site et sur twitter. Il se base sur le calendrier pataphysique inspiré par Alfred Jarry. Chaque jour paraît un haïku suivant la contrainte du beau présent : il ne comporte que les lettres du nom donné au jour considéré par le calendrier adopté par le Collège de ‘Pataphysique. Si la contrainte ne l’impose pas, placer toutes les lettres est un surcroît d’élégance souvent recherché. On trouvera sur une page séparée la version du calendrier conforme à l’original, utilisée pour ce travail.

On trouvera ici les haïkus quotidiens du mois de Sable :

1er décembre – 1er sable – Noces de Balkis et de Salomon

Les tanks, le talion,
Est-ce bien ton idéal ?
Ton éden à toi ?

2 décembre – 2 sable – S. Doublemain, idéologue.

Du gnomon l’aiguille
À l’aube allonge son neume,
Signal de l’oubli.

3 décembre – 3 sable – S. Phlegmon, doctrinaire.

Si delà son porche
Daigne la mort t’emporter,
À ton sort sois prêt.

4 décembre – 4 sable – Se Barbe (femme à), femme-canon.

Ma face s’abrase,
Ma robe efface mes formes,
Ma rose se fane.

5 décembre – 5 sable – Se Savate, avocate.

À sec, accosta,
Ôta sa veste, sa cotte,
Et cessa ses scats.

6 décembre – 6 sable – S. Navet et Se Perruque, humanistes.

Sais-tu qui tu es ?
Hiver ? Printemps ? – Que nenni :
Tu es temps passé.

7 décembre – 7 sable – S. Birbe, juge.

Je beurre, j’essuie,
Je gère, je ruse, j’urge.
Erreur : suis grugé.

8 décembre – 8 sable – Conception du P. Ubu (A. J.)

Dieu jeta un dé.
Battu au jeu, a tonné :
 » Un beau coup, boudiou ! « 

9 décembre – 9 sable – S. Sagouin, homme d’Etat.

Un saint homme gît.
Ton nom ? demande un agent.
– Suis nommé Satan.

10 décembre – 10 sable – Exaltation d’Ubu roi (Ubu d’hiver).

Hideux le vortex
Où, tel un radeau, la vie
Tourne abandonnée.

11 décembre – 11 sable – Nativité de S. Grabbe, scherziste.

Bénis ce vin gris.
Chéris-en cette ascendance
De cave en zénith !

12 décembre – 12 sable – Se Choupe, mère de famille.

Las d’amis fidèles,
Ce cher roi les supplicia,
Puis les dépeça.

13 décembre – 13 sable – S. Flaive, concierge.

La vigne s’incline.
Le fragile raisin noir
Offre sa folie.

14 décembre – 14 sable – Don Quichotte, champion du monde.

À cet inconnu
Chante, niño. Qu’émotion
Nuance dépit.

15 décembre – 15 sable – Khurmookum du Dr Faustroll.

Ô kohl, fard astral,
La mort à l’amour soudas.
Lors tout s’affola.

16 décembre – 16 sable – S. Nul, exempt.

Menue et pulpeuse
En ses luxueuses plumes,
Me tente, sélène.

17 décembre – 17 sable – S. Moyen, français.

Mare, amer miroir,
A miré sa face en cire.
Môme s’y noya.

18 décembre – 18 sable – Se Lurette, joconde.

Un jeune être est né.
Ses oncles sonnent du cor
Et tournent en rond.

19 décembre – 19 sable – Gravidité de Mère ubu.

Vite, maigre barde !
Rire de vuivre mugit,
Ta terreur t’égare.

20 décembre – 20 sable – S. Sabre, allopathe.

La phrase trop belle.
La parole trop pesée.
L’éplorée à terre.

21 décembre – 21 sable – Se Tape, pompette.

À ta masse ! Assomme !
Stoppe popes, mate papes !
Étête, poète !

22 décembre – 22 sable – César-Antéchrist.

Se traîne. S’échine.
Sa chair, à terre, est crachat.
Rien : ne sert à rien.

23 décembre – 23 sable – Se Viole, vierge et martyre.

visage amaigri
elle régit gravité
et légèreté

( Annie Hupé )

24 décembre – 24 sable – Se Pochetée, gouvernante.

rouge et vert et autre
aucun sang n’est étranger
cesse tout chantage

( Annie Hupé )

25 décembre – 25 sable – Nativité de l’Archaeoptéryx.

Le rayon te tente.
Le prix te retient. La honte
Déchire le rêve.

26 décembre – 26 sable – Monsieur Sisyphe.

Perséphone épie
une nymphe, un héros nu
personne ne pousse

( Annie Hupé )

27 décembre – 27 sable – S. Tic, conjoint.

Ici, sois concis,
Isis, son conjoint, cotis,
n’ont toit ni toison.

( Annie Hupé )

28 décembre – 28 sable – S. Cervelas, penseur.

Casser la serrure.
S’en aller au lac sans lune
Laver sa parure.

Catégories
Uncategorized

Pataméride – As

Le Pataméride, projet d’un an, démarre le 1er mai 2019. Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride le zodianku et le Sankulipo, et fait l’objet d’une parution quotidienne sur ce site et sur twitter. Il se base sur le calendrier pataphysique inspiré par Alfred Jarry. Chaque jour paraît un haïku suivant la contrainte du beau présent : il ne comporte que les lettres du nom donné au jour considéré par le calendrier adopté par le Collège de ‘Pataphysique. Si la contrainte ne l’impose pas, placer toutes les lettres est un surcroît d’élégance souvent recherché. On trouvera sur une page séparée la version du calendrier conforme à l’original, utilisée pour ce travail.

On trouvera ici les haïkus quotidiens du mois d’As

3 novembre – 1er as – Nativité de Pantagruel.

Vide le vin pur,
Ingurgite la géline,
Dilate le ventre.

4 novembre – 2 as – Se Rrose Sélavy, héroïne.

Le rayon solaire
Viole, en son salon vénal,
La nonne hâlée.

5 novembre – 3 as – Couronnement de Lord Patchogue, miroitier.

La goutte de lait
Lapée à même le plat,
La chatte ronronne.

6 novembre – 4 as – S. Cravan, boxeur.

Va, corbeau sans cœur,
Croasser sur un sureau,
Caverneux crâneur.

7 novembre – 5 as – S Van Meegeren, faussaire.

Frime ! Images fausses !
Vrai ? – ravage imaginaire.
Vie aime mirage.

8 novembre – 6 as – S. Omnibus, satyre.

Irons-nous, ma mie,
Abriter sous un noyer
Notre émoi naissant ?

9 novembre – 7 as – S. Cyrano de Bergerac, explorateur.

La belle aux yeux d’ange
Pleure à gorge déployée
Sa candeur perdue.

10 novembre – 8 as – S. Rimbe, oisif.

bois, rebois, Rimb…bof!
bribes, rimes, éros même,
ombres formées ? biffe !

( Annie Hupé )

11 novembre – 9 as – Equarrissage pour tous.

esquisse tragique
sage qui tue gras et gris
agioteur prospère

( Annie Hupé )

#pataméride12 novembre – 10 as – S. Abstrait, bourreau.

art brut au bistrot
sa brosse austère attribue
très rare beauté

( Annie Hupé )

#pataméride#pataméride13 novembre -11 as – S. Ossian, barde postiche.

Dernier porte-sabre,
Ce héros périt par terre.
Pan ! Trophée en cendres.

#pataméride14 novembre – 12 as – Dispute du signe + et du signe –

Déguisée en guêpe,
Une déesse teigneuse
Piège un dieu stupide.

15 novembre – 13 as – Moustaches du Dr Faustroll.

Âtre. Odeur du feu.
La chaleur te remémore
L’eau, douce au fœtus.

16 novembre – 14 as – S. P. Bonnard, peintre des phynances.

Notre hôte s’endort.
Sa chienne à ses pieds s’assied
Sans aboyer. Tendre.

17 novembre – 15 as – Navigation du Dr Faustroll.

Il fallut ouvrir,
Un à un, tous nos logis
Au froid du grand nord.

18 novembre – 16 as – S. Cap, captain

Pantin sans instinct
Pinça, tapa, s’attisa :
 » Ni pain, ni pasta ! « 

19 novembre – 17 as – S. Pangloss, humoriste passif.

La foule hurlante
Fit irruption, le sommant :
 » Ton trône ou ta gorge ! « 

20 novembre – 18 as – S. Chambernac, pauvrisseur.

Pauvre suis, née brave
au curé suis asservie
Murmure vipère !

( Annie Hupé )

21 novembre – 19 as – S. Courtial des Péreires, aérostier et inventeur.

À ce roi trop veule
Toutes prières ardentes
Terniront tripailles.

( Boule de neige : mots de 1 lettre puis 2,3, etc. )

22 novembre – 20 as – S. Olibrius, augure.

bariolage oblige
à égaliser les blagues
l’or le blé la bouse

( Annie Hupé )

23 novembre – 21 as – S. Possible, schizophrène.

Bénissez les choses,
Philosophes prisonniers :
En elles l’espoir.

24 novembre – 22 as – S. Lautréamont.

Tonne le métro
Et sa lueur me torture
Sous la terre morne.

25 novembre – 23 as – S. Quincey, critique d’art.

Seyante crinière
De cet artiste assassin
Qui trucide et rit !

26 novembre – 24 as – S. Berbiguier, martyr.

Y es-tu, berger ?
Ta brebis s’est égarée,
Titube et gémit.

27 novembre – 25 as – S. Lewis Caroll, professeur.

Sur le slow paresse
Leur corps à corps érosif,
Sueurs accolées.

28 novembre – 26 as – S. Mensonger, évêque.

Vous, guerre, vous, morgue,
Qu’un semeur serre vos gorges.
Que rose se rouvre.

29 novembre – 27 as – Se Visité, fille du précédent.

Elle file et tisse.
Nette, et de vêture stricte,
Pleure, et ne dit rien.

30 novembre – 28 as – Nativité de S. Swift, chanoine.

Sa descente en snow
S’acheva sans accident
Dans ce tas de foin.

Catégories
Uncategorized

Pataméride – Haha

Le Pataméride, projet d’un an, démarre le 1er mai 2019. Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride le zodianku et le Sankulipo, et fait l’objet d’une parution quotidienne sur ce site et sur twitter. Il se base sur le calendrier pataphysique inspiré par Alfred Jarry. Chaque jour paraît un haïku suivant la contrainte du beau présent : il ne comporte que les lettres du nom donné au jour considéré par le calendrier adopté par le Collège de ‘Pataphysique. Si la contrainte ne l’impose pas, placer toutes les lettres est un surcroît d’élégance souvent recherché. On trouvera sur une page séparée la version du calendrier conforme à l’original, utilisée pour ce travail.

On trouvera ici les haïkus quotidiens du mois de Haha.

6 octobre – 1er haha – L’âge du Dr Faustroll.

sauf le gel des fleurs
gueuse flouée tu refuses
la fatale roue

( Annie Hupé )

7 octobre – 2 haha – Dissolution d’E. Poe, dinomythurge.

erreur polygone
il entretient l’imprudent
poudroiement du style

( Annie Hupé )

8 octobre – 3 haha – S. Gibus, franc-maçon.

Sans rougir, sans cris,
Imaginons un soir fou.
Brisons nos miroirs.

9 octobre – 4 haha – Se Berthe de Courrière, égérie.

Tu triches, bridgeur.
D’où sort ce roi de coeur sec ?
Oh ce doigt crochu !

10 octobre – 5 haha – Se Belgique, nourrice.

soleil, lune, ou sucre
qui berce les cœurs blessés
grise les souris

( Annie Hupé )

11 octobre – 6 haha – Se Tourte, lyrique, et Se Bévue, sociologue.

l’étroite Belgique
libère et voile les rêves
outre les critiques

( Annie Hupé )

12 octobre – 7 haha – S. Prout, abbé.

Ô soeur ta beauté
Sous ta robe au sobre apprêt
Parut pure aurore.

13 octobre – 8 haha – Fête du Haha.

Hue, tête de feu !
Du haut du fût, tète eau fade,
Faute de ta fée.

14 octobre – 9 haha – Tautologie.

Elle ôte la toile :
Là gît l’élu ligoté.
La Loi l’a tué.

15 octobre – 10 haha – S. Panmufle, huissier.

L’huile sur le feu,
La saumure sur ma plaie,
Sa peine, la mienne.

16 octobre – 11 haha – Sortie de S. L. Cranach, apocalypticien.

Interdit de rire,
Parler, chanter, réciter.
Essayons la haine.

17 octobre – 12 haha – S. Cosinus, savant.

Nos instincts vaincus,
On va sciant nos canons.
On vit sans tocsin !

18 octobre – 13 haha – Bse Fenouillard, sainte famille.

Fille au bord de l’eau,
L’amour flotte et l’oubli file.
As-tu froid ? Tu trembles.

19 octobre – 14 haha – Exhibition de la Daromphe.

La mère, âpre nixe,
Héroïne débonnaire,
Portait l’habit d’homme.

20 octobre – 15 haha – Nativité de l’Œstre, artificier.

De ce nord livide
Le vent déferle et la côte
Siffle sa folie.

21 octobre – 16 haha – Se Vadrouille, emblème.

Il verse au baril
La bière à la mousse ambrée.
L’odeur me réveille.

22 octobre – 17 haha – S. Homais d’Aquin, prudhomme.

Ruinés, presque nus,
On s’endormira dehors
Sous un marronnier.

23 octobre – 18 haha – Nativité de S. Mce le baron Mollet ( S. Pipe ).

De sa main sorcière,
Elle, pareille à la brise,
Caresse mon ventre.

24 octobre – 19 haha – S. Raphaël, apéritif et philistin.

La théière siffle.
Les narines éternisent
L’aérien plaisir.

25 octobre – 20 haha – Strangulation de Bosse-de-Nage

Tel un singe belge,
Diantre, saurons-nous rester
Inagonisables ?

26 octobre – 21 haha – Zimzoum de Bosse-de-Nage

Bonbons, soignez-moi
De mes angoisses oiseuses
De gominé bègue.

27 octobre – 22 haha – Résurrection de Bosse-de-Nage

Sans outrecuidance,
Rien ne bat notre beauté !
Traits dignes d’un dieu.

28 octobre – 23 haha – Chapeau de Bosse-de-Nage

Ce nabab poussa
Un beau Haha d’ange chu.
– Un peu de décence !

29 octobre – 24 haha – S. Cl. Terrasse, musicien des Phynances.

Ayant pris sa main
Il attire l’autre mâle
Et leurs hanches dansent.

30 octobre – 25 haha – S. J.-P. Brisset, philologue, prince des penseurs.

Pleur d’un jour trop long.
Les espoirs se sont éteints,
L’échine est brisée.

31 octobre – 26 haha – Commémoration du Cure-dent.

D’un croc acéré,
Mordre une reinette acide :
Amour d’un automne.

1er novembre – 27 haha – Occultation d’Alfred Jarry.

Le feu a rejoint
La terre. Il y trace un trait
Fait de cendre et d’or.

2 novembre – 28 haha – Fuite d’Ablou.

La toile flottait.
L’eau du bief, tiède, fluait.
Le bateau filait.

Catégories
Uncategorized

Pataméride – Absolu

Le Pataméride, projet d’un an, démarre le 1er mai 2019. Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride le zodianku et le Sankulipo, et fait l’objet d’une parution quotidienne sur ce site et sur twitter. Il se base sur le calendrier pataphysique inspiré par Alfred Jarry. Chaque jour paraît un haïku suivant la contrainte du beau présent : il ne comporte que les lettres du nom donné au jour considéré par le calendrier adopté par le Collège de ‘Pataphysique. Si la contrainte ne l’impose pas, placer toutes les lettres est un surcroît d’élégance souvent recherché. On trouvera sur une page séparée la version du calendrier conforme à l’original, utilisée pour ce travail.

On trouvera ici les haïkus quotidiens du mois d’Absolu.

8 septembre – 1er absolu – Nativité d’Alfred Jarry.

tel jardin t’invite
à enfreindre l’interdit
lierre et trèfle y vivent

( Annie Hupé )

2 absolu – S. Ptyx, silentiaire (abolition de).

Si, des pâles nixes,
Brillant te rit l’oeil d’onyx,
Passeras le Styx.

10 septembre – 3 absolu – S. Phénix, solipsiste, et S. Hyx, factotum.

La chasseuse occulte
Tisse un filament soyeux,
Patiente assassine.

11 septembre – 4 absolu – S. Lucien de Samosate, Voyageur.

Longue, autour du monde,
Va sa route au ciel sauvage.
Messager sans ordres.

12 septembre – 5 absolu – S. Bardamu, voyageur.

Brader ses ravages,
dommage ! à vous revers, rêves !
Même rage égaye.

( Annie Hupé )

13 septembre – 6 absolu – Se Vérola, assistante sociale.

Vaillante la vieille
s’envola, alors le vent
caressa son ventre.

( Annie Hupé )

14 septembre – 7 absolu – S. Alambic, abstracteur.

Le brame. La meute.
Le mâle acculé se bat.
Sublime, le crime.

15 septembre – 8 absolu – Absinthe, ci-devant S. Alfred.

Le chandail de laine,
À l’envers il l’enfila.
Le vit-elle, enfin ?

16 septembre – 9 absolu – Descente du S. Esprit ( de vin )

D’un esprit rieur
Une prêtresse sévère
Dit  » Prie, triste sire. « 

17 septembre – 10 absolu – Dilution.

Un lutin du Nil
Dit  » L’intuition lit ton lot,
toi ludion tout nu. « 

18 septembre – 11 absolu – Se Purée, sportswoman.

Sur terre et sur mer
Tourne un pow-wow où notre être
Épouse âme morte.

19 septembre – 12 absolu – Vide.

Dive Ève, vivide,
Évide ide : vive idée !
Vé ! vie déviée…

20 septembre – 13 absolu – S. Canterel, l’illuminateur.

Aimes-tu le miel
Étalé sur cette mie,
Au matin serein ?

21 septembre – 14 absolu – S. Sophrotatos l’Arménien, pataphysicien.

Notre hymen sacré,
Respirant l’arôme noir,
Scella notre sort.

22 septembre – 15 absolu – Ethernité.

Reine reniée,
Retirée en terre terne,
Rit, et tète thé.

23 septembre – 16 absolu – S. Ibicrate le Géomètre, pataphysicien.

Il boira mon sang,
Le soleil, et ses rayons
Chanteront l’espoir.

24 septembre – 17 absolu – Céphalorgie.

Le pal, l’écorchage,
Le croc, la gorge pliée :
La chair parlera !

25 septembre – 18 absolu – Flûtes de Pan.

Feu à la planète.
Steppes fendent, sel s’étend.
La fête est à l’eau.

26 septembre – 19 absolu – SSes Grues, ophiophiles.

Pleure, philosophe.
Péris, gloire. Gèle, orgie :
Péril sur le rire !

27 septembre – 20 absolu – Se Mélusine, souillarde de cuisine.

L’énorme saumon
Sinua sous l’eau morose,
Démon écaillé.

28 septembre – 21 absolu – S. Venceslas, duc.

Elle se sauva,
Seule, dans l’évanescence
Des landes sans lune.

29 septembre – 22 absolu – Emmanuel Dieu.

Un édile amène
À la dame à demi nue
Amena un muid.

30 septembre – 23 absolu – Se Varia-Miriam, amphibie.

Barbe pas rasée,
Paria brave, mais hâve,
Aima brève vie.

1er octobre – 24 absolu – SS. Rakirs et Rastrons, porte-côtelettes.

Ni côte, ni steak,
Ni pain, carotte, poisson.
C’est le soir. Il tient.

2 octobre – 25 absolu – Nativité de Sa Magnificence Opach.

On n’a pas changé.
On vend des machins faits main.
On ne pense pas.

3 octobre – 26 absolu – S. Joseb, notaire à la mode de Bretagne.

J’aime barboter,
Jambes dans l’amas morbide
De goémon noir.

4 octobre – 27 absolu – SSes Gigolette et Gaufrette, dogaresses.

Dieu file ta foi
Sur le rouet des regrets.
Sa gloire te tord.

5 octobre – 28 absolu – Xylostomie

momie métissée
moitié os et moitié sel
existe et sommeille

( Annie Hupé )

Catégories
Uncategorized

Pataméride – Phalle

Le Pataméride, projet d’un an, démarre le 1er mai 2019. Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride le zodianku et le Sankulipo, et fait l’objet d’une parution quotidienne sur ce site et sur twitter. Il se base sur le calendrier pataphysique inspiré par Alfred Jarry. Chaque jour paraît un haïku suivant la contrainte du beau présent : il ne comporte que les lettres du nom donné au jour considéré par le calendrier adopté par le Collège de ‘Pataphysique. Si la contrainte ne l’impose pas, placer toutes les lettres est un surcroît d’élégance souvent recherché. On trouvera sur une page séparée la version du calendrier conforme à l’original, utilisée pour ce travail.

On trouvera ici les haïkus quotidiens du mois de Phalle.

11 août – 1er Phalle – S. Chibre, planton.

Noir le scarabée,
Chocolat le hanneton,
Bai le perce-oreille.

( Bernard Maréchal )

12 août – 2 Phalle – Se Ruth, zélatrice.

La terre se creuse.
Le tueur hilare cache
Treize autres cercueils.

13 août – 3 Phalle – S. Zebb, passe-partout.

Stop! pur zèbre arabe !
Beau sauteur, pattes au top,
robe raturée.

( Annie Hupé )

14 août – 4 Phalle – S. Mnester, confesseur.

Comme cette femme
Te mène, monstre cornu !
Tu meurs sous son feu.

15 août – 5 Phalle – Assomption de Se Messaline.

On pesa son âme.
Elle était si désolée,
L’Eden s’étiola.

16 août – 6 Phalle – Penis angelicus.

Agnus nullius,
Nisi canes in aula,
Agnus lupinus.

Traduction littérale :

L’agneau de personne,
Aucuns chiens en bergerie ?
C’est l’agneau du loup.

Traduction en beau présent :

Agneau esseulé,
Nul épagneul ne l’épaule :
Canaille le guigne.

( Bernard Maréchal )

17 août – 7 phalle – S. Patrobas, pompier.

Ris petit rosier,
embrase âme, ombre et matière,
tristesse m’abîme

( Annie Hupé )

18 août – 8 phalle – Se Léda, ajusteuse.

Tu t’étales seul,
Jeté. Du sel et de l’eau
Te lasse le jeu.

19 août – 9 phalle – S. Godemiché, économe.

Ni chemin, ni signes.
De ces cimes enneigées,
Domine ce monde.

20 août – 10 phalle – Se Nitouche, orante.

Au soir tu es roi,
Troussant saintes et sorcières.
Aurore est ta chute.

21 août – 11 phalle – Se Lèchefrite, botteuse.

Elle sort, heureuse.
Cille, fleuri, l’oeil où brille
Ce reflet rebelle.

22 août – 12 phalle – Se Andouille, amphibologue.

Sous la lampe à huile,
Le beau hâle du pain bis,
L’oignon, l’opinel.

23 août – 13 phalle – Se Bitre, ouvreuse, et S. Etalon, couvreur.

La crinière au vent,
Inverse le noir, le blanc,
Le clos et l’ouvert.

24 août – 14 phalle – Bataille de Morsang.

Baigne dans son sang.
Est-il d’islam ? nègre ? gai ?
Mérite son sort.

25 août – 15 phalle – Mort de Dionysos, surhomme.

Ordre des Monsieurs :
Tout mythe doit être ôté
Des rimes et thèses.

26 août – 16 phalle – Nat. de S. Vibescu, pohète, et Commémoration de S. Cuculine d’Ancône.

Naître, découvrir,
Bâtir, plier, chavirer,
Déserter, mourir.

27 août – 17 phalle – Se Gallinacée, cocotte.

L’ange et la cigogne
Sillonnent le ciel glacé.
Le songe s’allonge.

28 août – 18 phalle – S. Lingam, bouche-trou.

À gauche, le cœur.
En haut, la bouche rieuse.
Saute, mon bonhomme !

29 août – 19 phalle – S. Prélote, capucin.

Autour, le tonnerre,
L’acier, l’estoc, la rapine.
Ici, nos caresses.

30 août – 20 phalle – S. Pie VIII, navigant.

Sa vie enneigée
Passe. Ni signes ni teintes.
Sasse envies éteintes.

31 août – 21 phalle – S. Erbrand, polytechnicien.

En chienne loyale,
À l’ordre, donne sa patte.
Son oeil épris brille.

1er septembre – 22 phalle – S. Dragonne, pyrophage.

Happons nos sodas.
On a pas gagné de ronds :
On payera pas.

2 septembre – 23 phalle – S. Lazare, gare.

Le zèle se lasse.
Elle sasse sa galère.
La rage l’égare.

3 septembre – 24 phalle – Se Orchidée, aumonière.

saumon cru sans sauce
chou romanesco, amandes
chicorée en crème

( Annie Hupé )

4 septembre – 25 phalle – Nativité apparente d’Artaud le Momo.

Mortel météore,
Antonin vrilla le monde.
Vandale lumière.

5 septembre – 26 phalle – Disparition de l’Ancien Breughel, incendiaire.

Sous la chape lourde
Nous regardons le soleil.
Tout basculera.

6 septembre – 27 phalle – S. Priape, franc-tireur.

Retentit un rire
Et ces prêtres effarés
Prièrent Satan.

7 septembre – 28 phalle – Transfixion de Se Messaline.

Le sexe transi,
Il s’enferme en sa retraite,
Dominant le monde.

Catégories
Uncategorized

Pataméride – Tatane

rution quotidienne sur ce site et sur twitter. Il se base sur le calendrier pataphysique inspiré par Alfred Jarry. Chaque jour paraît un haïku suivant la contrainte du beau présent : il ne comporte que les lettres du nom donné au jour considéré par le calendrier adopté par le Collège de ‘Pataphysique. Si la contrainte ne l’impose pas, placer toutes les lettres est un surcroît d’élégance souvent recherché. On trouvera sur une page séparée la version du calendrier conforme à l’original, utilisée pour ce travail.

On trouvera ici les haïkus quotidiens du mois de Tatane.

14 juillet – 1er Tatane – Fête du P. Ubu.

Député futé
Fut fêté. Dette fut tue…
Pute fut butée.

15 juillet – 2 Tatane – Commémoration du P. Ebé.

A beau crier « Droit ! »
Empire « Idiot ! » mettra nom.
Ou : « Pour roi trône urne ».

(acronyme : ABCDEIMNOPRTU, liste alphabétique des lettres du nom du jour)

16 juillet – 3 Tatane – Se Crapule, puriste, et S. Fantomas, archange.

l’homme est fait pour croire
l’animal pour ignorer
le sang pour couler

17 juillet – 4 Tatane – Ascension du Mouchard, statisticien, psychiatre et policier.

Pur était l’idiot,
Chaude la main caresseuse,
Soyeuse l’étreinte.

18 juillet – 5 Tatane – S. Arsouille, patricien.

Le pain, le couteau.
Soupe où tourne la cuillère.
C’est le soir. On rit.

19 juillet – 6 Tatane – SS. Robot et Cornard, citoyens.

Décès correct : rien
n’accrédite actes barbares
ni atrocités.

( Annie Hupé – Ecrit en écho à la mort de Lakhdar Bey à Chambéry )

20 juillet – 7 Tatane – S. Biribi, taulier.

serre aussi la bielle,
l’arbre, l’essieu, le tueur
est lié au treuil

( Annie Hupé )

21 juillet – 8 Tatane – Susception du Croc à Merdre.

Un idiot passait
Sur cette route poudreuse.
Nos armes se turent.

22 juillet – 9 Tatane – SS. Ecrase-Merdre, sectateurs.

M’est astre ce mur.
Cette rue est ma demeure
Et ma mer secrète.

23 juillet – 10 Tatane – SS. Pieds Nickelés, trinité.

Le serpent stressé
Et le teckel de Perec
Désertent le ciel.

( Bernard Maréchal )

24 juillet – 11 Tatane – SSes Canicule et Canule, jouvencelles.

Jeunesse joviale
souviens-t’en, nous enjolive
juin, juillet et août.

( Annie Hupé )

25 juillet – 12 Tatane – SS. Cannibales, philanthropes.

Ariane et Thésée
échappent à l’appétit
bestial. Ô cornes !

( Annie Hupé )

26 juillet – 13 Tatane – S. Dada, prophète.

Ode, drap de prose
Hôtesse de rose et d’or
Rôde. Essart de phrases

( Hussarde )

27 juillet – 14 Tatane – Se Anne, Pèlerine énergumène.

L’asperge alanguie,
Ménélas au lupanar
Guigne une sirène.

( Bernard Maréchal )

28 juillet – 15 Tatane – Procession aux Phynances.

Son sari s’irise,
Soyeux, sur sa chair nacrée.
Soucieuse, soupire.

29 juillet – 16 Tatane – Transfig. de S. V. van Gogh, transmutateur.

Noir, un astre immense
dévore sa vie fuguée.
Éden étranger.

( Annie Hupé )

30 juillet – 17 Tatane – Se Flamberge, voyante.

Affréter la barge
y entrer sans embarras
s’en aller affable

voyage amont est amer
voyage aval est mortel

transversal, mensonge.
Besogne à tâtons sans blâme
semblable à ton sang.

( Annie Hupé )

31 juillet – 18 Tatane – S. Trou, chauffeur.

Tu sors face au feu.
Tu es fauché, tu te couches.
Tu es effacé.

1er août – 19 Tatane – Se Taloche, matrone

L’homme marche encore,
Lance sa canne et s’acharne.
À l’arrêt, la mort.

2 août – 20 Tatane – S. Tiberge, frère quêteur.

Fier berger étique,
quitte tes brusques fureurs.
Bref, que tu irrites !

( Annie Hupé )

3 août – 21 Tatane – SS. Cartoblepas, lord, et Anoblepas, amiral.

Lord ! Amiral ! Donc
ôtons ici nos mots ronds
mal inscrits, pas clos

( Annie Hupé )

4 août – 22 Tatane – Ubu ès liens.

Belle, sinueuse,
Une îlienne sensuelle
Se blesse, s’enlise.

5 août – 23 Tatane – S. Pissembock, oncle.

Il pose son kil.
Il somnole, son poil colle.
Il pèse son plomb.

6 août – 24 Tatane – S. Pissedoux, caporal des hommes libres.

Le saxo déchire
De ses bémols chaloupés
Les couples dépris.

7 août – 25 Tatane – S. Panurge, moraliste.

Toutes, il les trousse.
Sa morale élémentaire
amnistie la plaie.

( Annie Hupé )

8 août – 26 Tatane – S. Glé, neurologue-aliéniste.

À la longue, il gagne ;
aigri, l’isolé s’éteint,
ligoté sans lutte.

( Annie Hupé )

9 août – 27 Tatane – S. Pistolet à Merdre, jubilaire.

Armes. Tirs d’obus.
Balle : bijou mâle, itou ?
Sable. Dis, dors-tu ?

( séquence vocalique AEIOU… )

10 août – 28 Tatane – Nativité de S. Bruggle.

Se vêtir d’un linge,
Brûler le livre très saint
Détruire le Graal.

Catégories
Uncategorized

Pataméride – Gidouille

Le Pataméride, projet d’un an, démarre le 1er mai 2019. Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride le zodianku et le Sankulipo, et fait l’objet d’une parution quotidienne sur ce site et sur twitter. Il se base sur le calendrier pataphysique inspiré par Alfred Jarry. Chaque jour paraît un haïku suivant la contrainte du beau présent : il ne comporte que les lettres du nom donné au jour considéré par le calendrier adopté par le Collège de ‘Pataphysique. Si la contrainte ne l’impose pas, placer toutes les lettres est un surcroît d’élégance souvent recherché. On trouvera sur une page séparée la version du calendrier conforme à l’original, utilisée pour ce travail.

On trouvera ici les haïkus quotidiens du mois de Gidouille.

15 juin – 1er Gidouille – Se Bouzine, esprit.

Ironisez : soit
un sentier boisé, posez
un piéton béni

(Annie Hupé  : 1ère strophe d’un triptyque à retrouver en intégralité dans les variantes)

16 juin – 2 Gidouille – S. Lucullus, amateur (Bloomsday)

Su l’us, lu l’usus : Luc
Trama meurtre, tua mère.
Mollo, boy sado !

(beaux présents séparés sur les trois parties de la source)

17 juin – 3 Gidouille – Se Dondon, amazone.

dansons nos édens
adossés à des années
de mondes nomades

(Annie Hupé)

18 juin – 4 Gidouille – Se Tripe, républicaine.

ces alliés patients
sculpteur et peintre butinent
les élans sans crainte

ni éclipse, ni censure
ni ennui ne les ternissent

(Annie Hupé)

19 juin – 5 Gidouille – S. Ugolin, mansuet.

Au loin sous ton aile
Aigle somnole un sillon
Où tu suis le sang

20 juin – 6 Gidouille – S. Dieu, retraité.

Tu ris de détresse,
Artiste au rideau tiré.
Désir de détruire.

21 juin – 7 Gidouille – S. Bébé Toutout, évangéliste.

La nuit. Sans bougie,
Sans assiette, sans valise.
Son logis : le sol.

22 juin – 8 Gidouille – Se Boudouille, bayadère.

Ordolibéral
Redébordélisera
Bioaérosols

( toute ressemblance avec une propagande électorale est fortuite et non revendiquée par l’auteur )

23 juin – 9 Gidouille – Se Outre, psychiatre.

prose ou poésie
choisis tes phrases précises
car ta source est proche

(Annie Hupé)

24 juin – 10 Gidouille – S. Boudin, recteur.

Désir obstiné
De briser ces nœuds bénis.
Rire et terreur noire.

25 juin – 11 Gidouille – Sacre de Talou VII, empr. du Ponukélé.

Dédale secret.
Lacérante mélopée
d’un doute érodé.

( extrait du poème « Pondérer. Le mal décaler. Secouer les âmes. » de Novella Bonelli Bassano )

26 juin – 12 Gidouille – Se Confiture, dévote, et Se Cliche, donatrice.

Violent ou câlin ?
Déchiffrer est difficile,
Alors on s’enfuit.

27 juin – 13 Gidouille – SS. Intestins, conseillers intimes

L’osé ! tire Mère.
Sors, noir ! Ici, rions. Rose
Remérite sol.

( palindrome )

28 juin – 14 Gidouille – S. Colon, artilleur.

Le soc, le ciseau,
La truelle, le saloir ?
Nul n’en sait user.

29 juin – 15 Gidouille – Se Giborgne, vénérable.

SES VOIES

En rêve se venge.
La belle sirène ailée.
Ses envies sans genre.

Sans règles vibre sa gorge.
Sans vergogne se libère.

Les ogres bannis.
Songe à ses riens, à la vie.
Reboise les sens.

( Novella Bonelli Bassano  )

30 juin – 16 Gidouille – S. Inventaire, poète.

Prévert averti
Ernst tenta son inventaire :
sept pavots trois pierres

(Annie Hupé)

1er juillet – 17 Gidouille – Se Femelle, technicienne.

Le chef, lentement,
Mène ces têtes fêlées
En sentes célestes.

( monovocalisme )

2 juillet – 18 Gidouille – Visitation de Mère Ubu.

Au monde inversé,
Tout remords anéanti,
Demeure ubuntu.

3 juillet – 19 Gidouille – S. Sein, tautologue

L’agnel sitôt nu,
L’ange tint louanges. Sion
Tua gentils : oust !

( séquence vocalique a -> e -> i -> o -> u -> a … )

4 juillet – 20 Gidouille – S. Périnée, zélateur.

Parents esseulés,
Pleurez assis en l’asile.
Nul rire ne reste.

5 juillet – 21 Gidouille – S. Spéculum, confesseur

Mesurons les fleurs.
Pesons le pollen, les plumes.
Corrélons l’éros.

6 juillet – 22 Gidouille – Fête de Gidouille.

Tel le doigt du fou,
Te guide où gèle le feu
L’utile. Ô dégoût.

7 juillet – 23 Gidouille – S. Ombilic, gymnosophiste.

Glisse, lentement.
S’ estompent les symphonies.
Émotions, glycines.

Son bois. Limbe. Long soleil.
Tombent les mythologies.

( Novella Bonelli Bassano  )

8 juillet – 24 Gidouille – S. Gris-gris, ventre.

Grisette éreintée,
Terne sirène t’éteint.
Vis. Résiste. Règne.

9 juillet – 25 Gidouille – S. Bouffre, pontife.

reboire une pinte
bouffer œuf et bœuf, péter,
bref se putréfier

(Annie Hupé)

10 juillet – 26 Gidouille – Se Goulache, odalisque.

Qu’à la gouache, à l’huile,
Saisisse à cuisse la houle,
À cou l’algue douce.

11 juillet – 27 Gidouille – Se Gandouse, hygiéniste.

Honteuse agonie
D’ange tutoyant Satan !
Nuit d’os et de sang !

12 juillet – 28 Gidouille – Poche du P. Ubu.

D’où ce choc ? Ce coup ?
Hop ! Du bec, coucou pêchu
Chope puce ou pou.

13 juillet – 29 Gidouille – Nom d’Ubu.

Bonobo ? un mou !
– Non ! Don du bond ! No bobo.
– Doudou ! Bu ? Dodo …

Catégories
Uncategorized

Pataméride – Merdre

Le Pataméride, projet d’un an, démarre le 1er mai 2019. Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride le zodianku et le Sankulipo, et fait l’objet d’une parution quotidienne sur ce site et sur twitter. Il se base sur le calendrier pataphysique inspiré par Alfred Jarry. Chaque jour paraît un haïku suivant la contrainte du beau présent : il ne comporte que les lettres du nom donné au jour considéré par le calendrier adopté par le Collège de ‘Pataphysique. Si la contrainte ne l’impose pas, placer toutes les lettres est un surcroît d’élégance souvent recherché. On trouvera sur une page séparée la version du calendrier conforme à l’original, utilisée pour ce travail.

On trouvera ici les haïkus quotidiens du mois de Merdre.

18 mai – 1er Merdre – Accouchement de Se Jeanne, papesse

Couché sous un chêne
Un poète éméché joue.
Son chant est démence.

19 mai – 2 Merdre – Le moutardier du pape.

Pour tout idéal
Il a l’empire du rut,
Le rire et la mort.

20 mai – 3 Merdre – S. Siège, sous-pape.

Ageasse, posée,
Au gué puise eau, puis s’apaise.
Sage oiseau pépie.

21 mai – 4 Merdre – Nativ. de S. H. Rousseau, douanier.

      Détourne sans honte
      Ta sordide destinée
      Vers un noir serein

( isocélisme )

22 mai – 5 Merdre – S. Crouducul, troupier.

Il porte le corps
Poilu du roi supplicié,
Ce prêtre stupide.

23 mai – 6 Merdre – S. Cucufat, mécène

cet amant me ment
écumant tu me menaces
ma faute m’enfête

(deuxième volet d’un triptyque d’ Annie Hupé )

24 mai – 7 Merdre – Nativ. de Mr Plume, propriétaire.

Le potier pétrit.
Lourde terre maternelle.
Le tour virevolte.

25 mai – 8 Merdre – Cocuage de M. le P. Ubu.

Du puceau goulu
La dame a blagué le galbe.
Déçu, l’égo mâle.

26 mai – 9 Merdre – Vidange

Diane va, naïve.
Devine génie en nage :
 » Indigne gandin ! « 

27 mai – 10 Merdre – S. Barbapoux, amant

marmots ou mourants
partout murmurons amour
sans barons brutaux

(troisième volet d’un triptyque d’ Annie Hupé )

28 mai – 11 Merdre – S. Memnon, vidangeur.

Navire dérive
Sur une vague amoureuse
Vers d’ivres mirages

29 mai – 12 Merdre – SSes Miches, catéchumènes.

Chat n’aima ta sauce.
Taché, à ta main, suça
Tian : « smac ! » à château.

(haïku anagrammatique)

30 mai – 13 Merdre – Se Lunette, solitaire.

essaie, seule, essaie
la lune, elle aussi est seule
et l’orient lointain

( Annie Hupé )

31 mai – 14 Merdre – S. Sphincter, profès.

Chiffres serpentins
Froissent nos esprits étroits
Noire théorie

1er juin – 15 Merdre – SS. Serpents d’airain.

Passé terne. Sien.
Tant ses idées s’entassaient !
Pensant, attendait.

( extrait d’un double tanka « Rien » de Novella Bonelli Bassano )

2 juin – 16 Merdre – Nativ de S. Donatien A. François.

Tes idées d’enfant
inondaient de fantaisie
tes rêves dorés.

( extrait du poème « Idée internée » de Novella Bonelli Bassano )

3 juin – 17 merdre – S. Woland, professeur.

peul ou andalou
parle wolof, danse un slow
le peuple répond

(Annie Hupé )

4 juin – 18 merdre – S. Anal, cordelier, et Se Foire, anagogue.

De forêts, Al, cor
Délié, a naguère, à gué,
Relié rets à gord.

(Beau présent digrammatique : chaque couple de lettres successives figure dans le nom du jour. Contrainte due à Gilles Esposito-Farèse)

5 juin – 19 merdre – Se Fétatoire, super.

Tu as fait ta fière,
Refusé pot-au-feu, soupe…
Te reste os pourri.

6 juin – 20 merdre – Se Colombine, expurgée.

Le soleil implose.
Erre, son ego usé.
Inconsolé.e., seul.e.

( extrait du poème « Genre normé » de Novella Bonelli Bassano )

7 juin – 21 merdre – Se Pyrotechnie, illuminée.

Semence de gemmes,
Les repères de l’éther
En cercle te mènent.

(monovocalisme)

9 juin – 23 merdre – Interprétation de l’Umour.

Du maître a paru
Au détour d’un rire morne
L’amour immolé

10 juin – 24 merdre – Se Purge, sage-femme.

Muse a refusé
Au mage, par sa parure
Ému, grappe mûre.

11 juin – 25 merdre – Apparition d’Ubu Roi.

Au bord du ponton,
Un barbu rit, titubant.
Boit au pot au noir.

12 juin – 26 merdre – Se Barbaque, naïade.

Une reine, au bain,
D’un eunuque désira
Subir rude ardeur.

13 juin – 27 merdre – SS. Courts et Longs, gendarmes

Un réel sans nom.
La tourmentent ses démons.
Mots. Langue ou langage ?

( extrait du poème « Ornements désagrégés » de Novella Bonelli Bassano )

14 juin – 28 merdre – S. Raca, cagot.

Crocs, toc ! Garrot, tac !
Gars rossa castrat rasta.
Sot : star à oscar !

Catégories
Uncategorized

Pataméride – Palotin

Le Pataméride, projet d’un an, démarre le 1er mai 2019. Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride le zodianku et le Sankulipo, et fait l’objet d’une parution quotidienne sur ce site et sur twitter. Il se base sur le calendrier pataphysique inspiré par Alfred Jarry. Chaque jour paraît un haïku suivant la contrainte du beau présent : il ne comporte que les lettres du nom donné au jour considéré par le calendrier adopté par le Collège de ‘Pataphysique. Si la contrainte ne l’impose pas, placer toutes les lettres est un surcroît d’élégance souvent recherché. On trouvera sur une page séparée la version du calendrier conforme à l’original, utilisée pour ce travail.

On trouvera ici les haïkus quotidiens du mois de Palotin.

2020

20 avril – 1er palotin – SS. Crocodiles, crocodiles.

Le cèdre de l’île
Se dresse, orlé de soleil.
Ce soir rôde Éros .

21 avril – 2 palotin – Fête des écluses.

Fluette tu flûtes
Et des déesses tu cèles
Le sel et le feu.

22 avril – 3 palotin – SS. Trolls, pantins.

Partisan sans loi.
Son tir arrosa l’or roi.
Son sort ? Tâta pal.

23 avril – 4 palotin – Se Suzanne Calvin, docteur.

Odeur des luzernes
Récoltées au vent du sud.
Torride soleil.

24 avril – 5 palotin – Se Poignée, veuve, et Se Jutte, recluse.

Légers nous volions.
Stupeur : nocturne cloison
Grignote nos joies.

25 avril – 6 palotin – Se Oneille, gourgandine.

La laine à l’aiguille,
La gueuse songe, engelée,
Au rire de l’aigle.

26 avril – 7 palotin – S. Fénéon ès Liens.

On sonne, elle file.
En elle le sens s’effile.
Folle, elle s’isole.

27 avril – 8 palotin – S. Bougrelas, prince.

Nubile, l’a prise.
Cigogne, a brisé son aile.
Pure, l’a noircie.

28 avril – 9 palotin – SS. Boleslas et Ladislas, polonais.

Il boit le soleil.
Dans son œil païen, splendide,
L’étoile des diables.

29 avril – 10 palotin – S. Forficule, Barnabite.

La baise, le foutre !
Le cul, la bite, le con !
Et l’enfant riait !

30 avril – 11 palotin – Explosion du Palotin.

Un an a passé
De textes en Oulipo
Le Pata s’éteint

Le 30 avril, dernier jour du cycle d’un an du Pataméride, a été fêté par l’envoie de poèmes par les amis Oulipotes. On trouvera ces textes sur la page principale du Pataméride.

2019

1er mai – 12 Palotin – Réprobation du travail

L’idole dorée
Te boit, dévore œil et ventre.
Riante, t’oublie.

2 mai – 13 Palotin – Esquive de S. Léonard (de V.), illusionniste

Sous l’œil des touristes,
Lisa quittera la toile,
Laissant Louvre vide.

( Bernard Maréchal )

3 mai – 14 Palotin – S. Équivoque, sans-culotte

Ils ont vu cinq èves
Enlacées au vent salin
En un viol céleste.

4 mai – 15 Palotin – Adoration du pal

Paroi d’or poli :
Pourtour pour l’anodin trou
Où l’on doit pourrir.

5 mai – 16 Palotin – Déploration de S. Achras, éleveur de Polyèdres

Hors du rayon noir
Venu de l’œil du cyclope,
Nous vivrons sans crainte.

6 mai – 17 Palotin – S. Macrotatoure, caudataire

Ce dieu, mort de rire,
Sort du Sacré Merdrier,
Décidé à mordre.

7 mai – 18 Palotin – Canotage

Gente nonne en cage,
Conte à ton ange étonné
Ta noce géante.

8 mai – 19 Palotin – Occultation de S. Gauguin, océanide

Un doigt de son gant
Enlace le cou docile
L’instant d’un silence

9 mai – 20 Palotin – S. Ti Belot, séide

L’idiote Sissi,
ses toilettes de déesse,
ses belles sottises.

( Bernard Maréchal )

10 mai – 21 Palotin – Occultation de S. Mce le Dr Sandomir

Du monde la roue
Tourne tourne sans sortir
De la souricière

11 mai – 22 Palotin – SS. Palotins des Phynances

La polyphonie
Des capons et sycophantes
Sicle en ce pays.

12 mai – 23 Palotin – SS. Quatrezoneilles, Herdanpo, Mousched-Gogh, palotins

Quand le gaz de schiste
À la pompe apparaîtra,
L’oiseau rampera.

13 mai – 24 Palotin – Se Lumelle, écuyère

Les mûres sucrées
Sur l’écuelle essuyée.
Écume crémeuse

14 mai – 25 Palotin – SS. Potassons, acolythes

Passé le chalet,
Le layon s’élance en pente.
Lac… Lacets… Le col !

15 mai – 26 Palotin – Se Prétentaine, rosière

n’appartenir ni
à ta nation, à ton père
ni à ta prière

(premier volet d’un triptyque d’ Annie Hupé )

16 mai – 27 Palotin – S. Foin, coryphée

Ces chiffres, ce fric,
On s’y chiffonne, on s’y noie.
Non, rien n’y respire.

17 mai – 28 Palotin – Nativ. de S. Satie, Gd Parcier de l’Eglise d’Art

Parade grisante,
La cavalcade enivrante
Dérive vers l’est.

Catégories
Uncategorized

Journal 2021

<– 2020  —– Journal —– 2021 –>

8 juin : anniversaire de la mort de Robert Desnos, au camp de concentration de Theresienstadt le 8 juin 1945. En hommage, une primitive sur le nom du poète :

Grande ombre des retours diapre les endormis.

5 mai : Journée de mobilisation en soutien à la chercheuse Fariba Adelkhah, retenue en Iran depuis deux ans. Un Fib :

où
est
l'Iran ?
dans le fond
d'une geôle sombre
où la prière est venimeuse

15 mai : En Israël la poursuite d’une politique meurtrière, en France la condamnation par le président des attaques palestiniennes et non israéliennes, et l’interdiction par le ministre de l’intérieur des manifestations de soutien au peuple Palestinien. Un poème en réaction :

Ce qui aujourd'hui se passe en Israël
donne la claire mesure
de ce qu'est devenu le sionisme

J'ai un grand respect pour la religion Israélite
et un intérêt plein d'affection pour le peuple Juif, sa culture bien vivante et ses traditions préservées
mais je condamne le sionisme

Ce qui a pu sincèrement être pensé comme un mouvement de libération
comme l'aspiration à vivre dans un pays de paix et d'amour
comme un rempart contre le racisme antisémite et les agissements les plus noirs envers les Juifs
se présente maintenant comme une entreprise coloniale
comme ce qu'un président français a pu déclarer crime contre l'humanité
comme un régime d'apartheid
dans lequel un peuple entier est plongé dans le mépris l'humiliation et l'asservissement

Les dirigeants français ont édicté qu'être antisioniste
était une forme d'antisémitisme
Ils ont tort
Qu'ils m'emprisonnent s'ils le veulent
mais je condamne le sionisme

Le ministre de l'intérieur interdit
les manifestations à Paris contre les violences israéliennes
Il a tort
car l'histoire se souviendra
des yeux fermés de la France
Pour moi
je condamne le sionisme

Lire la page de ce texte

6 mai : Hier commémoration ( « et non pas célébration » ?? ) solennelle de la mort de Napoléon 1er.

Un jour Marx est né.
Même jour meurt Napoléon.
Macron l'honora.

( Inspiré par un article d'Arnaud Maïsetti « et tout le travail recommence » )

1er mai : Démarrage d’un nouveau projet d’un an prenant la suite du Positiméride, l’Héméroméride. Conçu par Bernard Maréchal, il se base sur la liste des journées mondiales.

23 avril : Le Positiméride prendra fin le 30 avril – 8 César, jour de Périclès. Vous pouvez contribuer à fêter ce jour en composant un petit poème formé de groupes de 8 syllabes, contenant chacune successivement l’une des 8 lettres de « Périclès » ?

Vous pouvez me le faire parvenir soit en utilisant la page contact de ce site, soit en le diffusant sur twitter avec le mot dièze #positiméride.

18 avril : J’ai signé la pétition lancée par ATD-Quart Monde pour demander que cette organisation continue de porter la vois des plus pauvres au CESE. Ceci accompagnait ma signature :

Dans les yeux du pauvre
Je contemple immense et bleu
L'océan de l'homme

13 avril : Mort du poète Bernard Noël. En beau présent :

le renard rebelle
ébranla la belle donne
le bon nard de l'erre

2 avril : Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Le texte ci-dessous répond au défi #1mot1haïku lancé par Floriane Austruy, avec aujourd’hui le mot « traverser » :

Clandestin, l'autiste,
À fond de cale oublié,
Traverse la vie.

1er avril : Après 5 ans de procès pour avoir secouru les migrants, Cécric Herrou est définitivement acquitté. Pour saluer son courage, un dystique anagrammatique :

Cédric Herrou : il est enfin acquitté ! 
Destin écorché ? Traqué ? Crie « Luit fin ! »

16 mars : Tandis que le transfert sur ce site de l’ensemble de l’ancien site talipo se poursuit, ce qui prendra du temps, aujourd’hui un premier texte nouveau est ajouté : « Empédocle », un sonnet irrationnel.

8 mars : Journée internationale des droits des femmes

Pour marquer la renaissance de Talipo sous des auspices aussi symboliques, le premier texte remis en ligne sur le nouveau site sera un poème écrit à l’occasion du 8 mars 2013, « Un jour la femme ? »

8 mars : Aujourd’hui talipo refleurit

Le site talipo est tombé dans un état de mort clinique en septembre 2020. Il reprend vie aujourd’hui sur cette nouvelle adresse. L’opération sera longue, combinant trois actions simultanées :

  • récupérer le contenu de l’ancien site (les lecteurs pressés en retrouveront une grande partie sur l’archive disponible ici )
  • mettre en ligne les textes rédigés depuis septembre
  • mettre en ligne au fur et à mesure les textes qui seront rédigés à partir d’aujourd’hui.

Merci d’avance pour votre patience !

8 mars : Renaissance de Talipo

quand l'arbre se meurt
le silence étreint le cœur
mais vit le poème

Une grande reconnaissance doit être manifestée au site « Internet Archive » dont l’action non lucrative d’archivage massif permet de réaliser le sauvetage d’un site parti à la dérive comme Talipo.

<– 2020  —– Journal —– 2022 –>