Catégories
Twittérature

Positiméride – Shakespeare

Le Positiméride, projet d’un an, a démarré le 1er mai 2020.

On trouvera ici les livraisons quotidiennes du mois de Shakespeare

9 septembre – 1er Shakespeare – Montalvan

Emportant tout, la lave en passant,
Immolant trente aïeuls vendangeant,
Mit son manteau glabre au val damné.

10 septembre – 2 Shakespeare – Guillen de Castro

Grave au silex
La légende des Cathares
Terre d’Oc

11 septembre – 3 Shakespeare – Guevara

Grandeur est vent, amour sang.

12 septembre – 4 Shakespeare – Otway

Ô tramway ! tramway ! Foutu wattman, bye !

13 septembre – 5 Shakespeare – Lessing

L’hiver s’assied. Il neige,
Le vent glisse, traîne gel.
L’arbre est gris, serein, nu, gourd.

14 septembre – 6 Shakespeare – Goethe

Long soir d’été. Chaleur.
Gorgone a tes cheveux.
Garçon, veux-tu chanter ?
Grande ode à ta Phœbé,
Genoux en terre, heureux.

15 septembre – 7 Shakespeare – Calderon

C’est ça l’odeur des morts, troufion,
Cet air lourd, dangereux, poissant.
C’est la solde des forts, l’honneur.

16 septembre – 8 Shakespeare – Tirso

Tu poindras sans choix
Tu riras sans voir
Tu vaincras sans foi

17 septembre – 9 Shakespeare – Vondel

Vous tournez dans le ciel
Vos plongeons déferlants
Vont lointains dès l’envol
Vers vos mondes telliens

18 septembre – 10 Shakespeare – Racine

Rage au cœur il consent.
Renâclant il s’en vient.
Revanchard il enraie.

19 septembre – 11 Shakespeare – Voltaire

Va, solitaire, au givre, au sel,
Vogue, ô lointain navire fier,
Vague ourle au vent ta liberté.

20 septembre – 12 Shakespeare – Alfieri

Au ciel finir : espoir ? Nuit ?

21 septembre – 13 Shakespeare – Schiller

Se couche.
Pilule.
S’endort.

22 septembre – 14 Shakespeare – Corneille

Corps
Contours nus
Défilé
Lenteur

23 septembre – 15 Shakespeare – Alarcon

La lune
Atroce bonheur

24 septembre – 16 Shakespeare – Madame Rolland

Malade
L’âme en retrait
Corps lourd
La main sans doigts

25 septembre – 17 Shakespeare – Lady Montague

Lit sans draps
Hymen morne
Tabac gris
Bruits d’eau

26 septembre – 18 Shakespeare – Sterne

Sur terre éternel serf
Seul trouverai l’envers
Sous tout le morne éden

27 septembre – 19 Shakespeare – Miss Edgeworth

Mal cuits, mis sans sel dans graisse au wok, poivrons tout trash mûris sans soleil. Danger : ce stew corrompt ta chair !

28 septembre – 20 Shakespeare – Richardson

Pourquoi ce théâtre d’absurde, ô nain ? Pourquoi chercher la froideur dans nos nuits ?

29 septembre – 21 Shakespeare – Molière

Mais on lui laissera rien !
Maison, lit, rideaux, brocs… rien !
Mouchons-le. Il peut crever.

30 septembre – 22 Shakespeare – Palestrina

Pays plein de sang,
ta ruine va prendre aux loups
leurs dents.
Tuera bien, sans biais.

1er octobre – 23 Shakespeare – Grétry

Gare :
Ce train royal aggrave aux tiens frayeur.
Glorifie-toi, bruyant, gras.
Brillent tes rayons.

2 octobre – 24 Shakespeare – Lully

Lune au soul dolby
Là seule allait
Bye
Pleur aux cils ployés

3 octobre – 25 Shakespeare – Haendel

Haine au cœur !
Nie Dieu !
Sers Loi !

4 octobre – 26 Shakespeare – Weber

Whiskey :
Boire encor,
Swapper boue et trip.

Sweetheart…
Bord de mer…

Swinguaient.

(mini-bigollo)

5 octobre – 27 Shakespeare – Donizetti

Du violon bizarre entends-tu l’air,
Déroutant zigzag de tons transients ?
Dans l’or d’un dièze s’éteint ta nuit.

6 octobre – 28 Shakespeare – Mozart

Composez sans retard,
Maestro tzigane errant.
Mais dosez : sans forte,
Mignon. Zique, abruti !

Catégories
Twittérature

Positiméride – Gutenberg

Le Positiméride, projet d’un an, a démarré le 1er mai 2020.

On trouvera ici les livraisons quotidiennes du mois de Gutenberg

12 août – 1er Gutenberg – Chardin

Cherchant l’azur devins nuit.

13 août – 2 Gutenberg – Gresham

Glas, retentis : Christa meurt.
Glaires et pus, chair carmin, long soir de sèches larmes.
Guerre a dessouché l’amour. Gare à ces spahis charmeurs.
Gît prise, en son champ semant, gueuse orde, et son chant s’amuït.
Glas, retentis : Christa meurt.

14 août – 3 Gutenberg – Magellan

L’homme âgé, rebelle aux années,
Met sa grande djellaba, sort,
Mêlant gaîment le sel au pain.

15 août – 4 Gutenberg – Briggs

Boirai vin : gorge à sec.

16 août – 5 Gutenberg – Delambre

Danse, fille aux sombres rêves.
De tes cils, calme barrière,
Défends belle âme burinée
Dans l’éclatant marbre irisé.

17 août – 6 Gutenberg – Tasman

Droit à ces monts parviens,
Trouve au sommet l’ancien
Tendant ses mains au vent.

18 août – 7 Gutenberg – Colomb

Chantons les jours sombres,
Ciel couleur plomb, temps bouché,
Où le froid tomba.

19 août – 8 Gutenberg – Benvenuto Cellini

Baisse ton volet !
On veut t’accrocher
Des illuminations !

20 août – 9 Gutenberg – Wheatstone

Sweat shirt et jean
Tes seins
Ton corps
Plongeon

21 août – 10 Gutenberg – Pierre Leroy

Petite traîtrise, belle amour noyée.

22 août – 11 Gutenberg – Graham

Givre par champs, par monts,
Gel dru au chenal muet.
Long pleur au hameau mort.

23 août – 12 Gutenberg – Jacquart

J’abats ce qui suit la routine.

24 août – 13 Gutenberg – Conté

Cette honnêteté
Cache on ne peut mieux
Ce noir intérieur.

25 août – 14 Gutenberg – Vaucanson

Va canut
chantant
dansant
tonnant
Vorace aux compagnons joins toi nu
Va canut
cent canons sont pointés
Va sans peur
car ta noce est tocsin

26 août – 15 Gutenberg – Torricelli

Trois rois crurent discerner là leur dieu.
Tant d’honneur perdit ce frêle blondin :
Tout sourire, prit chaise et, là, languit.

27 août – 16 Gutenberg – Boyle

Bon foyer, belle bru, doux nylon, verbe voyou. Lestes barbons s’y plaisent.

28 août – 17 Gutenberg – Worcester

Slow fou, berçant ces corps tassés dru,
Crawle où par ce feu gris luit l’enfer.
Wagon noir court vers ces tours de mort.

29 août – 18 Gutenberg – Black

Blanc flingua ce black :
Bétail, accro crack.
Balles au cœur, kif !
Bon. Place à ce steak.

30 août – 19 Gutenberg – Fulton

Face au ciel triomphant
Fardeau pliant son rein
Fend seul l’éther mourant.

31 août – 20 Gutenberg – Thilorier

Tel choisit la mort… frémit, geint… reste au chaud.
Mais s’il voit surgir les Grands Tricheurs vite il sort l’artillerie.

1er septembre – 21 Gutenberg – Watt

Gwoka court
Tibwa bat
Tout est nwè
Va takout

2 septembre – 22 Gutenberg – Bernard de Palissy

Baisers, serments d’amour,
druides dépenaillés,
plaisirs soyeux.

3 septembre – 23 Gutenberg – Riquet

Hardi qu’un feu détruise or vil qui nous éteint

4 septembre – 24 Gutenberg – Bourgelat

Brisons tous leurs grands temples athées
Bottons aux bourgeois le cul
Fatche
Bien dodus fringués net tel Artaban
Oh qu’ils draguent le bel argent

5 septembre – 25 Gutenberg – Bouguer

Beaucoup maugréent, un seul rit.

6 septembre – 26 Gutenberg – Borda

Bien corrida va
Beau toro dansant
Bonne odeur de sang
Belle horreur d’antan

7 septembre – 27 Gutenberg – Vauban

Veux pas subir ma fin.
Verrai quoi boire avant.

8 septembre – 28 Gutenberg – Montgolfier

Maison sans toit.
Goudron lui fait litière.
Temps doux. Mendiant garde orgueil.
Fier, libre, franc.

Catégories
Twittérature

Positiméride – Dante

Le Positiméride, projet d’un an, a démarré le 1er mai 2020.

On trouvera ici les livraisons quotidiennes du mois de Dante

15 juillet – 1er Dante – Les Troubadours

Le ressac tout près,
longue ballade pour un cœur seul,
pulse mes terreurs
comme un battant de cloche au lourd glas.

16 juillet – 2 Dante – Chaucer

Cils charmants sur cet œil noir,
Cachez par un clin léger
Ce haut amour scélérat
Cherchant la source où rêver.

17 juillet – 3 Dante – Swift

Son swing vif tient les cow-girls flottant sans sweat l’air fervent.

18 juillet – 4 Dante – Cervantes

Comme un rail va la nuit dont je meurs.

19 juillet – 5 Dante – Robert Burns

Dors ombre déserte au bord du torrent sourd
Charroi bleu d’eaux roulant brusque serpent tors
L’air lourd brûle et mord ta brisure offensée

20 juillet – 6 Dante – Goldsmith

Gardons le désir mûr, intact, chaud !

21 juillet – 7 Dante – Arioste

La peur naît sous les toits quiets
Au bruit d’ignobles textes
Qu’a ourdis prosateur wesh
Quand par haine osa troller.

22 juillet – 8 Dante – Le Titien

Lentement s’instillait, geignant, la peur d’être interdits de chant, langue atrophiée et voix ternie. Le néant introduit en nous lacérait, brisant rire et sons.
La verte nuit tombait, reine à l’ailette mitée, ivre et nue. Il se tendit, terrible écran lourd, veule, et triste, un rideau noir.

23 juillet – 9 Dante – Paul Véronèse

Apparut la vierge, grisonnante et sale.

24 juillet – 10 Dante – Rembrandt

Morne, tombe un brouillard, m’endormant.

25 juillet – 11 Dante – Lesueur

Elle osa scruter du bourg le dessein pour elle ouvert.
Elle sut qui, quelle heure. Et elle s’en fut en courant.

26 juillet – 12 Dante – Murillo

Maure au rythme ailé, fol ton tambourin, vrillant l’écho, marque un tournis d’illusion.

27 juillet – 13 Dante – Rubens

Erreur ! Belle encensée !

28 juillet – 14 Dante – Raphaël

Râle alpha héla. Perla harle à pré. Harpe appela.

(beau présent)

29 juillet – 15 Dante – Joinville

Je connais un vieux.
Il bâille déjà sous l’if.
En voit-il les larmes ?

(haïku)

30 juillet – 16 Dante – Spencer

S’éprennent, penchent, serrent,
Se perdent en ces lèvres.
Espèrent sens célère.

(mono)

31 juillet – 17 Dante – Les Romancistes espagnols

Le vent saura comment annoncer, incessant messager, l’espoir baignant nos doux vallons.
Là, ce soir, rit l’homme sans nom chérissant cette osseuse épouse, à genoux, sous l’osier.

1er août – 18 Dante – Chateaubriand

Chut ! L’hématome – marque bleue – résiste. À nous deux !

( Annie Hupé )

2 août – 19 Dante – Fenimore Cooper

fin de nuit
cime encor grisée
chaque ombre oppose au jour fluet
son biais implorant penchant son dos plié pour fuir

le vent froid
rampe horrible chant
noir couplet et refrain de sang

il mène où
tremble cerf ou loup

temps de bran

3 août – 20 Dante – Manzoni

Mort aux nazis, nom inique,
mantra. N’osez non ni oui.

( Annie Hupé )

4 août – 21 Dante – Tasse

Toute à son silence
Piotr l’assassine et
Triche à son sujet.

( Annie Hupé )

5 août – 22 Dante – Bunyan

Belle eau noya ma nuit.

6 août – 23 Dante – Louis de Grenade

Il sort, rougissant de s’égarer devant sa Dame.

7 août – 24 Dante – Madame de Staël

Mourant d’un amour perdu je reste pantelant
Mais garde dans mon cœur d’ivres instants d’au-delà

8 août – 25 Dante – François de Sales

Qu’offrir à un chansonnier pris de détresse à l’âge gris ?

9 août – 26 Dante – Gesner

Garde sur ton revers,
Gueux des bas fonds, ce brin
Gagné des mains d’Esther,
Gage des nouveaux droits
Gravés sur ton sentier.

10 août – 27 Dante – Élisa Mercoeur et Shelley

Dès la fin des amours se perche l’homme en pleurs sur cette souche où hier brillaient ses yeux.
Et là laissant amer le bercer l’orde fureur, gueulant sa haine, raille le yin.

11 août – 28 Dante – Milton

Mutilerait son chien
Mais il lit tout Giono
Romprait fillette ou trans
Mais dit Voltaire orant
Mitraillerait boys noirs
Mais fait culte à Proudhon

Catégories
Twittérature

Positiméride – Charlemagne

Le Positiméride, projet d’un an, a démarré le 1er mai 2020.

On trouvera ici les livraisons quotidiennes du mois de Charlemagne

17 juin – 1er Charlemagne – Théodoric le Grand

tu, hué, ô démon réticent, lances garou au nom d’Éve

( Annie Hupé )

18 juin – 2 Charlemagne – Pélage

porte plumage envié
parle lui d’algues bleues
par le flot agitées

( Annie Hupé )

19 juin – 3 Charlemagne – Henri l’oiseleur

phonème en argile, mot tissé de lin, je suis Rom

( Annie Hupé )

20 juin – 4 Charlemagne – Henri

Hier ? Demain ? Jour d’hui ?
Changement… tournis…
Chanter notre ennui.
Hâve est notre vie.

21 juin – 5 Charlemagne – La Valette

Lola veut allumer tout triste

( Pierre Lamy )

22 juin – 6 Charlemagne – Jean Sobieski

Joyeux, hargneux, les corbeaux briment les kiwis.
Je m’en vais loin
Des tombeaux pleins de ces KKKlans froids.
Je désapprends les mots bruts qui pèsent kaki.

23 juin – 7 Charlemagne – Alfred

Allons frères mendiants
Par les forêts et fjords
À la foire aux perdrix,
Car le froid reviendra
Quand les fêtards perdront.

24 juin – 8 Charlemagne – Charles Martel

Ce champ-là tremble de soif
Mais au ru, point d’eau. Las.
Croché par trois lanciers, semeur, arrête tes pleurs.
Couché blair au blé, verse, ami, sang frais.
Temps de pluie.

25 juin – 9 Charlemagne – Tancrède

Tendre agneau
Cours sur les dévers
Trouvant en ces crêts près du ciel t’aimant
Un chant précédant le temps d’avancer vers l’Endormeur.

26 juin – 10 Charlemagne – Saladin

Sur la lande, à demi nue,
Solaire, elle a deviné
Sans parler sa destinée :
Seule, à l’abandon. Prison.

27 juin – 11 Charlemagne – Marina

Mentant, riant, mangeant,
Mon amour loin s’en va
Mangeant, riant, mentant.

28 juin – 12 Charlemagne – Walter Raleigh

Web au lit est peu rare au lycée Vigny. Bah !

( Pierre Lamy )

29 juin – 13 Charlemagne – Bayard

Bleu, rayonne, astre froid.

30 juin – 14 Charlemagne – Godefroi

Geôle où dort l’enfant roux, croupi,
Genoux dans l’eau. Fier, corrosif,
Grave, ordonne au greffier : m’occis.

1er juillet – 15 Charlemagne – Léon IV

Les vieux sont blanc givre.

2 juillet – 16 Charlemagne – Pierre Damien

Patiente retraite de l’âme ici menée
Pour libérer l’ardeur d’un amour ingénu
Par l’hiver dur brisé quand dame neige eut ban

3 juillet – 17 Charlemagne – Pierre l’Hermite

Pour qui ce refrain grêle chanté par ma triste fée ?

4 juillet – 18 Charlemagne – Éloi

Je l’abordai, elle sourit.
Je lui promis le ciel, l’oubli, le bleu corail des lagons quiets.
Elle dormit et
Plouf
Sortit.

5 juillet – 19 Charlemagne – Thomas Beckett

Touche l’homme dans son bluff de coq,
crack de trottoir,
Et pschitt son mauvais sabir de cockney se tarit.

6 juillet – 20 Charlemagne – Dominique

Dévôt mendiant, trinques-tu seul ?

7 juillet – 21 Charlemagne – Innocent III

ils ont un jour cru enfanter l’infini % crade clair
niant l’insoupçonné ont tu l’idiotie
mais nul n’encor comprend notre nuit qui fuit

8 juillet – 22 Charlemagne – Clotilde

Celant son attrait loin des rues
Celle dont ton ciel luit danse
Crains la mort toi qui l’adores

9 juillet – 23 Charlemagne – Mathilde de Toscane

Mon toit touche l’aile du ciel
De vent tournoient mes corbeaux frondeurs
Me hantent chamailleurs d’aigres descendants d’ombres scellant mon temps

10 juillet – 24 Charlemagne – Mathias Corvin

Mangeant ta chair rit au soir ce bourreau vrombissant.

11 juillet – 25 Charlemagne – Elisabeth de Hongrie

En la prison gambade ta horde de chiens.
Crocs sanglants m’horrifient.

12 juillet – 26 Charlemagne – Blanche de Castille

Belle manouche hâlée de ce caveau sort ta taille alanguie.
Brille un diamant croché près de ce cœur valsant tel l’oisel libre.

13 juillet – 27 Charlemagne – Alphonse X

Failli, preux héros vend son sexe
Aux lourds pachas qu’honneur sait véreux
Allons, prêchez ! L’on ne se vexe
Dans le Panthéon rien n’est sérieux.

14 juillet – 28 Charlemagne – Louis

Seul, sourd, nu, vain, vis.

Catégories
Twittérature

Positiméride – Saint Paul

Le Positiméride, projet d’un an, a démarré le 1er mai 2020.

On trouvera ici les livraisons quotidiennes du mois de Saint Paul

20 mai – 1er Saint-Paul – Jacques

je n’ai croqué qu’un gressin
joyau craquant du repas

( Annie Hupé )

21 mai – 2 Saint-Paul – Cyprien

croyez pas, rousse irénique
car s’y prendre active nos
clins d’yeux, parole indécente

( Annie Hupé )

22 mai – 3 Saint-Paul – Athanase

La torche au bras nous passons fiers
Par tous hameaux narrant ces temps
Quand tranchant l’annel à nos pieds
Partions hors la nuit asservie

23 mai – 4 Saint-Paul – Jérôme

Jeux et ris sont plombés
Juge rudoie mouflets
Joie est rare ô malheur
Jambe raide homme meurt

24 mai – 5 Saint-Paul – Ambroise

La mer boira nos vains secrets.

25 mai – 6 Saint-Paul – Monique

Mitonnant liqueurs sucrées
J’empoisonnai quelque beauf
Me saoulant d’inquiète humeur

26 mai – 7 Saint-Paul – Augustin

Sans rougir fuis triste maison
Car au gré du sang vient raison
Quand surgit gueuse trahison

27 mai – 8 Saint-Paul – Constantin

Corolle en sustentation terminant ce long brin, pistil, jaune étamine.
Coupe offrant les tentations terriennes.
Ce soir un sphinx boit au nectar divin.

28 mai – 9 Saint-Paul – Théodose

Ta harpe ce soir, damoiselle,
Touche le cœur de ton seigneur
Et chasse son dragon secret

29 mai – 10 Saint-Paul – Basile

Bleu faisan filait fier,
Battait son aile au vent.
Beau chasseur vit l’oiseau.
Bang bang ! Son tir logea.
Banal. Sang peint le ciel.

30 mai – 11 Saint-Paul – Martien

Mon pas retentit, géant.
Marchant rattrapais le vent.
Mais m’arrêtai incertain :
Mon amour peut-il mentir ?

31 mai – 12 Saint-Paul – Geneviève de Paris

Gens
Des sentiers
Voici le vrai temps
Du départ sans terminus.

1er juin – 13 Saint-Paul – Grégoire le Grand

Grandeur et sang font miroiter l’œil des glorieux marchandeurs

2 juin – 14 Saint-Paul – Hildebrand

Chafouin l’édile au banquier marron dit
Cher bailleur donne bel or valant dot
Habile décret barrera ton dol
Oh vin plein de miel boirons à nous deux

3 juin – 15 Saint-Paul – Antoine

L’eau monta. L’ondin nagea.
L’amante rougit songeant
Au sonnet trop bien chanté.

4 juin – 16 Saint-Paul – Austin

Par un soir trop aimant,
S’amusant et sifflant,
La rousse, trottinant,
Vague, sentit d’instinct
D’abrupt gus tapi, bond.
Pan ! D’un schlass terminal
La creuse, et tout finit.

5 juin – 17 Saint-Paul – Bruno

Bois, frère, un vin fort.

6 juin – 18 Saint-Paul – Anselme

Faneuse, belle et menue, à ton sein
en larmes
je vannais les feuilles mortes.

7 juin – 19 Saint-Paul – Béatrice

Bonheur, m’as-tu trahi, cruel ?

8 juin – 20 Saint-Paul – Bénezet

Bien nés ne perdez le temps :
Bennes ? n’en versez béton.
Branches ? n’en cueillez merlot.
Bus ? n’y monterez debout.
Banque fonderez. C’est tout.

9 juin – 21 Saint-Paul – Bernard


Belle eau dormante, au soir doux.
Brise traîne, marin dort.
Bague à brillant pare un doigt.
Baise en rêve, instant ardent.

10 juin – 22 Saint-Paul – Ignace de Loyola

Linge blanc
La corde ondule
Lin soyeux
Soleil haut

Linge blanc
Sans cesse danse
L’eau noyant
Fol l’amant

Linge blanc
Fraîche onde dort
Belle croyant sort
Plongea

11 juin – 23 Saint-Paul – Frédéric Borromée

Fondront les dures croix fichées bien droit sur leurs cœurs malheureux.

12 juin – 24 Saint-Paul – Catherine de Sienne

Catastrophes et korrigans, cendres et suicides
Vont fondre
Car l’astre changera,
Signe des détresses qu’imprègne l’enfer.
Cachant ta honte, retirant tes draps de soie, file dans l’onde,
Cherchant en haute mer
L’aimante déesse
Mirée en ton cœur.

13 juin – 25 Saint-Paul – L’abbé de l’Épée

La jambe boite de celle qu’éprit l’enfer. Elle a bien bu l’eau d’un seau plein d’épais ferments. Le sabbat blême ondule et la prépare au gel.

14 juin – 26 Saint-Paul – Claude Fleury

Coulant au sud danse, frôlé de doux rayons,
Cher fleuve au fluide argent. File en remous bruyants.
Cruel l’amour des enfants soûls t’émeut, royal.

15 juin – 27 Saint-Paul – George Fox

Gare à l’œil rouge des serfs honteux :
Gorge mordront, griffe au flanc, couteaux.
Sang et outrages défieront dieux.

16 juin – 28 Saint-Paul – Bossuet

Boirons assis sur ces troncs,
Bruns, joufflus, gros muscles, shorts.
Bien fort nos chants fous hueront.

Catégories
Twittérature

Positiméride – César

Le Positiméride, projet d’un an, a démarré le 1er mai 2020.

On trouvera ici les livraisons quotidiennes du mois de César

Année 2021

23 avril – 1er César – Miltiade

Matin laiteux
Triste à damner
M'éveille tard
Instant d'horreur
Ma ville tue
Il faut durer

24 avril – 2 César – Léonidas

Le tempo lent plein de passion
Lave mon spleen, tièdes rancœurs.

25 avril – 3 César – Aristide

Après-minuits, torride temps.
Maritimes tensions, danger,
Attraction fruste. Évidence.

26 avril – 4 César – Cimon

Scalpaient, immolaient
Ces rimeurs trop francs.
Cieux, l'immonde honneur !

27 avril – 5 César – Xénophon

Beaux vers ne sont pas chers, cochon.
Doux desseins non plus, charogne.

28 avril – 6 César – Phocion

Penche ton cou, l'ignorant.
Penche ton corps : dirlo vient.
Pioche son champ, suis ton rang.
Plus haut ton chant. Tiens, ton pain.

29 avril – 7 César – Thémistocle

Tout change
Ma vie est vent
Joue coule et meurt

30 avril – 8 César – Périclès

Les contributions du 30 avril, fêtant l’aboutissement de ce projet d’un an, sont réunies sur la page d’entrée du Positiméride sous le titre « Apothéose du Positiméride »

Année 2020

1er mai – 10 César – Démosthène

« Donne-moi ton sang ta chair et ton coeur. »
Dru, démon osa toucher, pénétrer.
De femme trop sainte chut le manteau.

2 mai – 11 César – Ptolémée Lagus

Pan ! Tue l’horloger !
Marche réveil,
l’aiguille au sang !

3 mai – 12 César – Philopoemen

Pars, cher fils, loin.
Rompts pardon
et me renie.

4 mai – 13 César – Polybe

Pré dort.
L’âne y brait.
Seul.

5 mai – 14 César – Alexandre

L’appel des cieux m’a rendu triste.

6 mai – 15 César – Junius Brutus

Jusqu’aux fonds glaiseux sombre un roi.
Qui tue ?

  • L’eau sait.

7 mai – 16 César – Camille

Comme au matin la lueur
Crie aux maris leur laideur
Ces dames filent le temps
Cachant mal mille langueurs

8 mai – 17 César – Regulus

Dormez grands saules moussus.
Sur l’étang au lent flux,
Vos reflets gris,
L’oubli du soir.

9 mai – 18 César – Annibal

l’art invincible en allé
j’avance, un fil bleu dans l’œil

( Annie Hupé )

10 mai – 19 César – Paul-Emile

pitre au supplice – émotion légère
pourrais-tu lasser ma silencieuse ?

( Annie Hupé )

11 mai – 20 César – Les Gracques

elle est sa girofle à chaque nouveau soir
la messagère au blanc carquois sûre et seule

( Annie Hupé )

12 mai – 21 César – Scipion

Seul comptait pour l’innocent
Son chemin pris sitôt né,
Sans courir, pour l’inconnu.

13 mai – 22 César – Mécène

Muet courbé noué
M’éprend ce vent nouveau
Ma descente en enfer

14 mai – 23 César – Titus

Trahi
Tout faussé
Tout finit au Styx

15 mai – 24 César – Nerva

Un pleur ravagea
Nos coeurs morts vivants.
Ne te revis pas.
Notre rêve au ban.

16 mai – 25 César – Marc-Aurèle

Mon amour,
cours sans peur
vers le plein ciel.

17 mai – 26 César – Ulpien

Sur le parvis béni,
Pour le pain,tristement,
Un lépreux, main tendant,
Humble, appelait, tremblant.

18 mai – 27 César – Aétius

la bête est intrusive
la bêtise inusable

( Annie Hupé )

19 mai – 28 César – Trajan

et prend au jeu d’arcane
tu cries au jour l’arnaque

( Annie Hupé )

Catégories
Twittérature

Positiméride

Ce projet d’un an démarre le 1er mai 2020. Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride, le zodianku, le Sankulipo et le Pataméride.  Il se base sur le calendrier positiviste d’Auguste Comte, consultable sur cette page. Chaque jour, sur ce site et sur twitter, paraît un texte suivant la contrainte de la « primitive » : Il s’agit d’écrire autant de syllabes que le nom honoré comporte de lettres, chaque syllabe devant contenir la lettre correspondante.
Ainsi, sur « Oulipo » (qui n’est pas dans la liste) on aurait pu écrire
MMMMMOh qu‘en l‘écrit peinons !
Si un nom est jugé trop court, on peut envisager de le répéter pour former un texte plus long. Ainsi, toujours sur « Oulipo » :
MMMMMPour un plaisir profond,
MMMMMOh qu’en l’écrit peinons !
MMMMML’on hurlerait parfois.
On peut consulter le calendrier positiviste au lien que voici. Notez que l’année 2020 étant bissextile, les jours où deux noms figurent nous utilisons jusqu’en décembre celui inscrit en italiques, et celui en gras à partir de Janvier.

On trouvera ici les haïkus quotidiens mois par mois : César, Saint-Paul, Charlemagne, Dante, Gutenberg, Shakespeare, Descartes, Frédéric, Bichat, Moïse, Homère, Aristote, Archimède

Variantes :

Oulipotes ou Twittérateurs étaient invités à me proposer, en plus du texte du jour, leurs variantes, accueillies avec joie. Ces variantes sont à retrouver sur la page dédiée.

Apothéose du Positiméride

30 avril – 8 César – Périclès

Un an a passé
De textes en Oulipo
Fin du Positi

Pour le dernier jour d’existence du Positiméride tous ceux qui le désirent sont invités à se joindre à la fête finale en composant un texte appliquant la contrainte au mot « Périclès ».

Emmanuel Glais

Pépère, il fiche les dèmes

Nicolas Graner

Pensée radicale en séries :
pour se rafraîchir les esprits,
peut-être épicer les écrits
par de propices clowneries ?

@bituur_esztreym

mères, riches républicains
sont délivrés par ici dès
l'épée repue ès sicaires ;
pères, sur l'isle citée dès
les premiers exégètes car
mortel péril des cèpes crus ;
frères soeurs épousaient le ciel
Périclès rit, super calé.


( Contrainte un peu modifiée : l'ordre des lettres de « Périclès » n'est pas pris en compte )

Annie Hupé :

Balivernes

1
pépé Ri rit clés clés clés clés

2
poupée ridicule hélas

3
Perec redit cela me rase

4
purge radicale préserve

5
pondération c'est lourd, épais

et

millénaires

trop plein d'or fin coule de source
pauvre Martin craint le désordre

plus que parfait crût seul Jésus
camp ferre orgueil – cruel César

coup d’œil furtif, colombe triste
pleure en particulier le sangénaires

et

Le bel avril

Par ce récit collecte nos
pensées ‒ rafiots colorés sans
prix, éther bricolé, mensonges

Loup peut surgir, chacal le suivre
présent réticulé enserre
clap secret : gicle le ressort

Pain sec, orties, ce clown désire
pondre radis, chou-fleur, persil
pour être qui comble un besoin

Optera-t-il – cœur plus épris
pour tenir ici tel message
promettre avril, câlin, tendresse

Bernard Maréchal

Penseurs français, c’est le désert.
Parler grec, voici leur désir!
Pauvres crétins, célestes fous,
Pervers rancis, collégiens saouls,
Professeurs incivils le soir,
Protester, voici leurs espoirs.

et

Pas de raki, cela n’est sain.
Pepperoni, c’est le dessert.

et

Pas de brebis, ce loup les sent !

Floriane Austruy

Pour les récits clés, le lent seuil :
Apprendre l'ici, les esprits,
Puiser Vers incalicés, sourds !

Noël Bernard-Talipo

Pudeurs
Ravies,
Chaleurs,
Envies.

Pâleurs ?
Survies ?
Couleurs
Dévies.

Splendeurs
Servies.
Cueilleurs
De vies.

Illustration : L’apothéose d’Homère (Ingres) – document Wikimedia Commons

Catégories
Twittérature

Twittérature

Contributions à la « twittérature » lancées sur twitter.

Les titres ci-dessous dépourvus d’un lien sont à rechercher sur l’archive de l’ancien site http://www.talipo.fr, en se reportant aux liens fournis dans l’article « Index des articles archivés »

Bienvenues

Twilipo

Sankulipo

Tautavent

Zodianku

Lipoméride

Pataméride

Positiméride

Héméroméride