Catégories
Uncategorized

Journal 2015

<– 2014  —– Journal —– 2016 –>

16 décembre : Ouf ! la marque d’infamie sur Talipo est levée. J’espère que les blacklists qui en ont résulté le seront aussi…

Un gendarme du net avait (par quel mystère)
Déclaré Talipo « malicious » et « high risk »
Que d’efforts il fallut pour qu’une instance austère
Corrige son erreur : plus dur qu’avec le fisc…
Ouf ! Talipo n’est plus condamné à se taire.

15 décembre : La ronde, échange circulaire bimestriel entre blogs sur une idée d’Hélène Verdier et Dominique Autrou, paraît aujourd’hui. J’accueille avec un grand plaisir la belle « offrande » écrit par Elise, tandis que ma contribution paraît chez Wana.

14 décembre : Google m’a forcé à «accepter» ses règles odieuses d’exploitation des données confidentielles. Sinon pas de recherche possible. Comme sous l’inquisition, j’invoque la «restriction mentale» : je ne suis pas lié par mon click.

6 décembre : Un tanka sous la coup de l’actualité.

France j’ai pleuré
Mais notre amour reste fort
Car je le sais bien


Malgré l’hiver qui s’abat
France tu n’es pas fasciste

13 novembre : Non

2 novembre : Ecrit pour les 200 ans de George Boole :

Oolong shoota Boole ? Alcool ? Oooh ! Cooptons, tycoon surbooké. Boosta goodwill : saloons relookés, igloos hollywoodiens,  backrooms cocoon zooment papooses rebootant microordinateurs, notebooks… Groovez, boomers, woofers, didgeridoos !

15 octobre : Les membres de la liste Oulipo souhaitent un bon anniversaire à Alain Zalmanski pour ses 80 ans. Voici ma participation à cet hommage :

Bon anniversaire à  Alain Zalmanski,
avec  beaucoup  d’admiration,  et de
gratitude pour  la stimulation qu’il
a prodiguée à tout le monde Oulipien

Plume droite bondissant et paraphant la page, sécrète audace, passion, fluence des mots amis du sable. Ton sang s’écoulant pose un brocard céleste sur la ligne d’où part l’infini.

Ami du motif dur ton décalage s’entrelace. Il file, s’emballe à rebours dans de rieurs envols maléfiques, fichu farceur sifflant sur les défilés sages son piquant et vif tocsin.

Des fonds abrupts montant, un tribal chant s’étire et d’indistincts secrets s’exhalent. Sinuante vie tisse fil sur l’écrit contraint, sondant les clivants océans en devenir, les cirrus grondants, les miroirs d’or.

Cri fusera sur les agoras : farine et venin, soierie et tricot, avertis et vieillots allions, et s’ouvrent lipos, jeux, rimes, défis lettrés. Vivons l’azur, respirons l’inconnu.

Ouvrir la page du poème.

12 octobre : Pour une circonstance importante et joyeuse, ce petit poème :

     Germe la vie
     Amour est là
     Bain de nuée
     Roue élancée
     Ici commence
     Egrène temps
     Le bel envol

Ouvrir la page du poème.

4 octobre : Le site Zazie mode d’emploi vient de faire peau neuve. La nouvelle présentation est magnifique. A cette occasion le nouvel Oulipien de l’année a été désigné : il s’agit de Ian Monk. Voici une première participation à ce défi :

El abandonado

Je suis le glauque esprit, – le barman sans pourboire,
Le bourge londonien au bistrot fissuré :
On a crevé mes yeux, – mes lèvres au séchoir
Ne lampent qu’une mer de possibilités.

Dans le smog du possible, où je t’ai regardée,
Sois le bleu lumineux,  la clarté de l’esprit,
Le jour qui s’est cassé quand mes yeux t’ont fixée,
Et l’instant où j’ai bu ta boisson, si joli.

Je suis quoi ?  l’âne qui butine ? un pendant clair ?
De mes yeux, juste alors, ton visage est parti ;
Je regarde un poème où nagèrent nos dits.

Ô j’ai là comme toi rampé dedans la mer
Vers ces musiques-là mais d’autres yeux extraient
Ces choses qui de l’un pour l’autre sont laissées.

Ouvrir la page du poème.

26 septembre : je viens de prendre conscience que, contrairement aux années précédentes, l’opération « Dis moi dix mots » n’invite plus l’ensemble de la population à rédiger des textes, la « ronde des mots » ayant été supprimée. N’étant ni scolaire, ni étranger (les deux catégories encore prises en compte), je ne suis plus concerné par cette opération que je quitte à regret. On peut consulter ce qui aurait été mon texte : un fait banal.

21 septembre : Aujourd’hui se referme la parenthèse dans le Sankulipo qu’a constitué la période des sans-culottides. Pendant ces cinq jours  un poème quotidien a été écrit écrit selon la contrainte de la belle absente. On trouvera le cinquième ci-dessous, et l’ensemble à la page des sans-culottides.

Il existe une sixième sans-culottide, ajoutée les années bissextiles. Nous la fêterons exceptionnellement le 29 février 2016 et son beau nom, Révolution, fera de même l’objet d’un poème en Belle absente.

Avis : En prévision de ce jour spécial, chacun est invité à m’envoyer une Belle absente sur le mot Révolution, qui sera publiée sur ce site le 29 février.

5e sans-culottide

Jouvenceau mal peigné, diable qui siffle et chasse,
Vis-tu par fol hasard joli magot qu’au banc
J’oubliai, fort hagard, quand empli de vinasse
Jusqu’au plumard vaguais, beauf déchu titubant.
Qui va, d’un jour infect abrégeant lâche passe,
Trouver mon dû juché sous quelque engin forban ?
Jovial, d’air gratifiant, promis choquant ruban.
Eh bé, dit gars fâché, quel vieux pou ! je me casse.
Quoi, d’un colifichet j’ai part, morve gobant ?
Mon cochon, j’avais rang pour flots d’acquis probant.
J’ai pigé, qu’enchaînai. Va pour dollar flambant.

9 septembre : La commutativité, qui plaît à mon âme de mathématicien, fait que je me confonds avec l’un des grands noms de la littérature contemporaine. Je m’en amusais, mais quelques péripéties récentes m’ont fait prendre conscience qu’il est temps pour moi de passer au pseudonyme. C’est l’occasion qui m’a mené à la rédaction du texte ci-dessous, en bel absent.

L’arbre efface le nom

Quand mon cher nom filial, grave, je pose à terre,
Gravant du Talipo, choix qu’à jamais fourbis,
Signe aux jeux vifs qu’Oulipo chausse à mon débit,
Je vois optique fraîche : au diable gris mystère.

Qui fit Plumes d’Eros juche œuvre en bord du songe :
Je veux, changeant mon plomb, qu’illusion fonde, et plonge.
Fais que branches voient jour égal, pour moins se taire.

Ouvrir la page du poème.

8 septembre : Honoré que le Festival Permanent des Mots m’ait fait la commande d’un poème  O bel or qui a été publié dans son numéro 6 paru le 28 août 2015.

29 juillet : Depuis samedi Los Angeles accueille les Jeux olympiques spéciaux, réunissant des concurrents du monde entier en situation de handicap mental. Voici un pantoun  composé à cette occasion :

La flamme est montée haut sur la Cité des anges.
Ils courent : s’ouvre un peu la prison de leur tête.
Qu’une lumière au cœur lave mon mal étrange.
Qu’un élan vienne un peu m’emporter dans la fête.

23 juin : Posté sur Twitter, où tout va si vite, ce petit éloge de la lenteur ajouté au recueil Ouvrir.

la poésie  m'est dure  lente  produit peu
écrire  n'est  pas  juste combinatoire
la contrainte ne m'est que cette clé
libérant   la   saveur   enfouie
poème naît au fil des heures
quand je saisis la tension
entre sens  et  musique
ô  le  long  chemin
de  l'  écriture
fait de pierre
et   de
feu

Ouvrir la page du poème.

24 mai : Dans une semaine, le 31 mai, clôture des candidatures au Prix International du Pantoun Francophone « Pantun Sayang » qui sera inauguré et décerné pour la première fois lors de la Rencontre de Barbezieux, (9 et 10 juillet 2015), le premier grand événement littéraire francophone consacré au pantoun malais. Voici ma contribution, une série de cinq pantoums lipogrammatiques sur le thème des cinq sens.

Le sens de l’absence

Ton œil et le soleil règnent sur l’horizon
Et l’on fond envoûté de leur couleur céleste.
Triste Pierrot de lune, en l’obscure prison
D’un squelette figé, mine grise, je reste.

Ta bouche, goutte à goutte, en son gouffre entrouvert,
Cèle un flot de saveurs. O douceur caressante.
Sec à force mon cœur de se mettre à couvert,
Egrène abruptement sa fadeur marcescente.

Ta narine frémit aux senteurs du printemps
Et ce nez délicat tu dresses dans la brise.
Sang à peine battant, je m’abats, haletant.
La tempête m’étrangle et gèle ma banquise.

Ton oreille, attentive à l’océan sonore,
Parée de longs pendants, berce comme la mer.
Jamais onde n’atteint mon épais crâne aflore
Et la dendrite est rase en mon désert amer.

Ta main court sur mon front, y glissant un sillon
Plus chaud qu’un harmattan, plus marin qu’un alcool.
Mon poing s’ankylosant, tirant mon portillon,
Frissonnant au mistral, roidit, nouant licol.

Ouvrir la page du poème.

15 mai : La ronde, échange circulaire bimestriel entre blogs sur une idée d’Hélène Verdier et Dominique Autrou, paraît aujourd’hui. J’accueille avec un grand plaisir le beau texte écrit par Quotiriens, tandis que ma contribution paraît chez Gilbert Pinna.

1er mai : Comme les deux années précédentes, un cycle commence, basé cette année sur le calendrier républicain.  Son nom mêle la forme du haïku utilisée chaque jour, et un hommage aux Sans Culottes qui ont écrit une page de notre histoire.

30 avril : Après un an d’existence le cycle du Zodianku s’est achevé aujourd’hui. Ses 36 textes en forme de renku usant une contrainte basée sur les signes du zodiaque ont été l’occasion d’accueillir de nombreuses contributions d’amis Oulipotes ou Twittérateurs. Merci à tous pour cet échange plein e richesse. Pour le dernier texte du Zodianku j’accueillais avec reconnaissance les membres de la liste Oulipo :

Vents, frères du fleuve
venus du sud, de la mer
nés des steppes russes.1 

Senteur exhalée d’Annan
Que le sable a répandue2

Fureur des nuées
Cet harmattan chaud s’abat,
Sec dessus l’erg nu.3

Quel mascaret d’espérance
Rechassa le vague à l’âme2

Prends l’heur en ces gemmes
Sculptant tes gestes futurs
Leurs splendeurs terrestres4

N’entends-tu pas cet augure
Que le temps mène au hasard4

Bébé des blés bleus
Né au creux du ruban blanc
De brume et de vent…5

La murène est dans le seau
Tu prends le râteau du temps5

Muse fuselée
Traverse une austère épave
Épure de fugue6

Flambeau fumant dans le vent
S’achève un labeur astral7

(1) Annie Hupé.
(2) Guy Deflaux ( @Wanatoctouillou )
(3) Françoise Guichard.
(4) Gilles Esposito-Farèse
(5) Nic Sirkis
(6) Brigitte Pellat  (@BrigittePellat)
(7) Nicolas Graner

22 avril : Journée internationale de la terre nourricière. A cette occasion un monovocalisme en e :

Ether, glèbe, cendres et mer,
Les éléments perdent le sens.
Des espèces et des essences
L’effervescence est en enfer.

Se désengendre cette terre.
De cette Mère en déshérence,
Venez, rêvez, prenez défense.
Descellez les cercles de fer.

Ouvrir la page du poème et sa traduction en anglais par Timothy Adès.

21 avril : Après un an d’existence, le Zodianku s’achève par un dernier texte dont toues les strophes sont composées par des membres de la liste Oulipo. Un grand merci à tous d’avoir accepté mon invitation. Votre participation au Zodianku est un grand honneur.

5 avril : Un message, transmis par la Ligue de l’Enseignement dans le cadre de l’opération « Jouons la carte de la fraternité », m’a été envoyé par Yanis, élève de CE2 à l’école de Villard-Sallet, en Savoie. Voici ce message:
« Je pense que c’est une bonne chose d’aider les gens qui en ont besoin. Et vous ? »
En réponse à cette belle phrase je lui ai envoyé ce poème, une quenine sur les mots «tendre», «la», «main», dédié à Yanis et la classe de CE2 de Villard-Sallet, intégré au recuil Ouvrir :

Tendre la main

Elle n’en peut plus d’attendre.
Il murmure « Je suis là »,
Doucement saisit sa main.

Comme elle est chaude la main,
Doigts noueux et paume tendre,
De celle qui reste là.

Son visage n’est plus las.
La malade, à pleines mains,
Offre son sourire tendre.

Ouvrir la page du poème.

15 mars : Heureux et fier d’avoir été invité à participer à La Ronde, un échange de poèmes sur internet, j’accueille Hélène Verdier, dans le cadre d’une ronde sur le thème « Le jeu » :

verdier2
image-verdier-ronde

Ouvrir la page du poème.

Ma propre contribution est chez Dominique Autrou.

8 mars : A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, un isonnetwoosh :

femme-isonnetwoosh

Ouvrir la page du poème.

2 mars : Il y a trois jours un homme est mort sur un pont à Moscou pour ses convictions. Aujourd’hui, j’entreprends de porter sur mon site les poèmes de bienvenue  adressés aux nouveaux abonnés à mon compte twitter. Je ne sais pourquoi j’ai trouvé une résonance entre le poème d’aujourd’hui et l’actualité.

Le sang a recouvert de sa neige figée
Les coupoles de gloire où s’éteint l’apogée
Pour libérer le rêve entamons la plongée

19 février : Nouvel an chinois. Un petit monovocalisme :

rebelles entêtées
chèvres sveltes et lestes
errent en l’herbe verte
et de bêlements tendres
mes rêves s’entremêlent

15 février : Bon anniversaire à Gilles Esposito-Farèse. Voici un petit jeu de la vie dont la source n’est autre que l’intéressé :

L’homme peut toucher l’Eden
D’un vers ébauchant le ciel
Par le mélange inventif
De métier et d’impressions

Retrouver ce texte parmi les poteries

7 janvier : Après l’attentat contre Charlie Hebdo :

Je pleure douze personnes qui avaient mis leur vie au service d’un bel idéal.
Je pleure avec tous les Français,  touchés profondément par l’horreur de cet attentat.
Je pleure avec tous les artistes car notre communauté est atteinte dans son expression et c’est très grave.
Je pleure avec tous les musulmans car leur Dieu et leur Prophète ont eu la face maculée d’un sang hideux par trois faux croyants.

En l’honneur des victimes de cet attentat, une belle absente déposée dans le recueil «Le prix de la vie» :

Charlie Hebdo : le suis-je assez ?

Ris moqueur, plongeon frais, dit juste vous habitent,
Vous qui giflez toujours nos crânes pleins de plomb.
Vos croquis grincent dur, plumes jouent fol houblon.
Quel dieu sanglant, jabot flambant, chope si vite
Vifs compagnons que meut beau jeu d’un humoriste
Prosant valse de chaque jambage gonflant
Quand sort à jour profit crochu, gambit volant ?

Jamais griffe que plante un doigt brut ne vainc, triste,
Qui s’affranchit du joug pour abolir mot vil,
Et grave dans le roc qu’homme au juste profil,
Par grave et libre jeu, charme nos nuques fières.
Dramatique janvier brûle, et feu change  pierres.

Ouvrir la page du poème.

<– 2014  —– Journal —– 2016 –>

Catégories
Uncategorized

Raymond Queneau penche sa valise

Ce poème est une contribution à L’Oulipien de l’année, rubrique du site Zazie mode d’emploi dans laquelle chaque année, en l’honneur d’un membre de l’Oulipo, un texte de lui est proposé à toutes les réécritures. C’est cette année Raymond Queneau dont un des Cent mille milliards de poèmes est donné. Inspiré par une intense activité de la liste Oulipo sur ces acrostiches internes (l’expression en acrostiche n’étant pas forcément en début de vers) on tente ici d’aligner de tels acrostiches internes sur deux colonnes successives, tout en cherchant une forme évoquant le contenu du poème – ici une valise penchée.
La disposition amène à masquer un peu la forme sonnet juste signalée par une majuscule au début de chaque strophe.
Posté sur la liste Oulipo le 24 mai 2020.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Uncategorized

Calendrier positiviste

Ce calendrier suit la version annexée au Catéchisme Positiviste. Seuls sont indiqués ici pour 2020, année bissextile, les noms d’élite adjoints ( inscrits dans cette version en italique ), tandis qu’en 2021 sont inscrits les noms principaux.

MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
JANVIER1MOÏSE1Prométhée
JANVIER2MOÏSE2Hercule
JANVIER3MOÏSE3Orphée
JANVIER4MOÏSE4Ulysse
JANVIER5MOÏSE5Lycurgue
JANVIER6MOÏSE6Romulus
JANVIER7MOÏSE7Numa
JANVIER8MOÏSE8Bélus
JANVIER9MOÏSE9Sésostris
JANVIER10MOÏSE10Manou
JANVIER11MOÏSE11Cyrus
JANVIER12MOÏSE12Zoroastre
JANVIER13MOÏSE13Les Druides
JANVIER14MOÏSE14Bouddha
JANVIER15MOÏSE15Fo-Hi
JANVIER16MOÏSE16Lao-Tseu
JANVIER17MOÏSE17Meng-Tseu
JANVIER18MOÏSE18Les théocrates du Tibet
JANVIER19MOÏSE19Les théocrates du Japon
JANVIER20MOÏSE20Manco-Capac
JANVIER21MOÏSE21Confucius
JANVIER22MOÏSE22Abraham
JANVIER23MOÏSE23Samuel
JANVIER24MOÏSE24Salomon
JANVIER25MOÏSE25Isaïe
JANVIER26MOÏSE26Jean-Baptiste
JANVIER27MOÏSE27Haroun-al-Raschid
JANVIER28MOÏSE28Mahomet
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
JANVIER29HOMÈRE1Hésiode
JANVIER30HOMÈRE2Tyrtée
JANVIER31HOMÈRE3Anacréon
FEVRIER1HOMÈRE4Pindare
FEVRIER2HOMÈRE5Sophocle
FEVRIER3HOMÈRE6Théocrite
FEVRIER4HOMÈRE7Eschyle
FEVRIER5HOMÈRE8Scopas
FEVRIER6HOMÈRE9Zeuxis
FEVRIER7HOMÈRE10Ictinus
FEVRIER8HOMÈRE11Praxitèle
FEVRIER9HOMÈRE12Lysippe
FEVRIER10HOMÈRE13Apelles
FEVRIER11HOMÈRE14Phydias
FEVRIER12HOMÈRE15Esope
FEVRIER13HOMÈRE16Plaute
FEVRIER14HOMÈRE17Térence
FEVRIER15HOMÈRE18Phèdre
FEVRIER16HOMÈRE19Juvénal
FEVRIER17HOMÈRE20Lucien
FEVRIER18HOMÈRE21Aristophane
FEVRIER19HOMÈRE22Ennius
FEVRIER20HOMÈRE23Lucrèce
FEVRIER21HOMÈRE24Horace
FEVRIER22HOMÈRE25Tibulle
FEVRIER23HOMÈRE26Ovide
FEVRIER24HOMÈRE27Lucain
FEVRIER25HOMÈRE28Virgile
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
FEVRIER26ARISTOTE1Anaximandre
FEVRIER27ARISTOTE2Anaximène
FEVRIER28ARISTOTE3Héraclite
MARS1ARISTOTE4Anaxagore
MARS2ARISTOTE5Démocrite
MARS3ARISTOTE6Hérodote
MARS4ARISTOTE7Thalès
MARS5ARISTOTE8Solon
MARS6ARISTOTE9Xénophane
MARS7ARISTOTE10Empédocle
MARS8ARISTOTE11Thucydide
MARS9ARISTOTE12Archytas
MARS10ARISTOTE13Apollonius de Tyane
MARS11ARISTOTE14Pythagore
MARS12ARISTOTE15Aristippe
MARS13ARISTOTE16Antisthènes
MARS14ARISTOTE17Zénon
MARS15ARISTOTE18Cicéron
MARS16ARISTOTE19Epictète
MARS17ARISTOTE20Tacite
MARS18ARISTOTE21Socrate
MARS19ARISTOTE22Xénocrate
MARS20ARISTOTE23Philon d’Alexandrie
MARS21ARISTOTE24Jean l’Evangéliste
MARS22ARISTOTE25Justin
MARS23ARISTOTE26Clément d’Alexandrie
MARS24ARISTOTE27Origène
MARS25ARISTOTE28Platon
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
MARS26ARCHIMÈDE1Théophraste
MARS27ARCHIMÈDE2Hérophile
MARS28ARCHIMÈDE3Erasistrate
MARS29ARCHIMÈDE4Celse
MARS30ARCHIMÈDE5Galien
MARS31ARCHIMÈDE6Avicenne
AVRIL1ARCHIMÈDE7Hippocrate
AVRIL2ARCHIMÈDE8Euclide
AVRIL3ARCHIMÈDE9Aristée
AVRIL4ARCHIMÈDE10Théodose de Bithynie
AVRIL5ARCHIMÈDE11Héron
AVRIL6ARCHIMÈDE12Pappus
AVRIL7ARCHIMÈDE13Diophante
AVRIL8ARCHIMÈDE14Apollonius
AVRIL9ARCHIMÈDE15Eudoxe
AVRIL10ARCHIMÈDE16Pythéas
AVRIL11ARCHIMÈDE17Aristarque
AVRIL12ARCHIMÈDE18Eratosthène
AVRIL13ARCHIMÈDE19Ptolémée
AVRIL14ARCHIMÈDE20Albategnius
AVRIL15ARCHIMÈDE21Hipparque
AVRIL16ARCHIMÈDE22Varron
AVRIL17ARCHIMÈDE23Columelle
AVRIL18ARCHIMÈDE24Vitruve
AVRIL19ARCHIMÈDE25Strabon
AVRIL20ARCHIMÈDE26Frontin
AVRIL21ARCHIMÈDE27Plutarque
AVRIL22ARCHIMÈDE28Pline l’Ancien
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
AVRIL23CÉSAR1Miltiade
AVRIL24CÉSAR2Léonidas
AVRIL25CÉSAR3Aristide
AVRIL26CÉSAR4Cimon
AVRIL27CÉSAR5Xénophon
AVRIL28CÉSAR6Phocion
AVRIL29CÉSAR7Thémistocle
AVRIL30CÉSAR8Périclès
MAI1CÉSAR9Philippe
MAI1CÉSAR10Démosthène
MAI2CÉSAR11Ptolémée Lagus
MAI3CÉSAR12Philopoemen
MAI4CÉSAR13Polybe
MAI5CÉSAR14Alexandre
MAI6CÉSAR15Junius Brutus
MAI7CÉSAR16Cincinnatus
MAI8CÉSAR17Regulus
MAI9CÉSAR18Annibal
MAI10CÉSAR19Paul-Emile
MAI11CÉSAR20Les Gracques
MAI12CÉSAR21Scipion
MAI13CÉSAR22Mécène
MAI14CÉSAR23Titus
MAI15CÉSAR24Nerva
MAI16CÉSAR25Marc-Aurèle
MAI17CÉSAR26Ulpien
MAI18CÉSAR27Aétius
MAI19CÉSAR28Trajan
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
MAI20SAINT-PAUL1Jacques
MAI21SAINT-PAUL2Cyprien
MAI22SAINT-PAUL3Athanase
MAI23SAINT-PAUL4Jérôme
MAI24SAINT-PAUL5Ambroise
MAI25SAINT-PAUL6Monique
MAI26SAINT-PAUL7Augustin
MAI27SAINT-PAUL8Constantin
MAI28SAINT-PAUL9Théodose
MAI29SAINT-PAUL10Basile
MAI30SAINT-PAUL11Martien
MAI31SAINT-PAUL12Geneviève de Paris
JUIN1SAINT-PAUL13Grégoire le Grand
JUIN2SAINT-PAUL14Hildebrand
JUIN3SAINT-PAUL15Antoine
JUIN4SAINT-PAUL16Austin
JUIN5SAINT-PAUL17Bruno
JUIN6SAINT-PAUL18Anselme
JUIN7SAINT-PAUL19Béatrice
JUIN8SAINT-PAUL20Bénezet
JUIN9SAINT-PAUL21Bernard
JUIN10SAINT-PAUL22Ignace de Loyola
JUIN11SAINT-PAUL23Frédéric Borromée
JUIN12SAINT-PAUL24Catherine de Sienne
JUIN13SAINT-PAUL25L’abbé de l’Épée
JUIN14SAINT-PAUL26Claude Fleury
JUIN15SAINT-PAUL27George Fox
JUIN16SAINT-PAUL28Bossuet
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
JUIN17CHARLEMAGNE1Théodoric le Grand
JUIN18CHARLEMAGNE2Pélage
JUIN19CHARLEMAGNE3Henri l’Oiseleur
JUIN20CHARLEMAGNE4Henri
JUIN21CHARLEMAGNE5La Valette
JUIN22CHARLEMAGNE6Jean Sobieski
JUIN23CHARLEMAGNE7Alfred
JUIN24CHARLEMAGNE8Charles Martel
JUIN25CHARLEMAGNE9Tancrède
JUIN26CHARLEMAGNE10Saladin
JUIN27CHARLEMAGNE11Marina
JUIN28CHARLEMAGNE12Walter Raleigh
JUIN29CHARLEMAGNE13Bayard
JUIN30CHARLEMAGNE14Godefroi
JUILLET1CHARLEMAGNE15Léon IV
JUILLET2CHARLEMAGNE16Pierre Damien
JUILLET3CHARLEMAGNE17Pierre l’Hermite
JUILLET4CHARLEMAGNE18Éloi
JUILLET5CHARLEMAGNE19Thomas Beckett
JUILLET6CHARLEMAGNE20Dominique
JUILLET7CHARLEMAGNE21Innocent III
JUILLET8CHARLEMAGNE22Clotilde
JUILLET9CHARLEMAGNE23Mathilde de Toscane
JUILLET10CHARLEMAGNE24Mathias Corvin
JUILLET11CHARLEMAGNE25Élisabeth de Hongrie
JUILLET12CHARLEMAGNE26Blanche de Castille
JUILLET13CHARLEMAGNE27Alphonse X
JUILLET14CHARLEMAGNE28Louis
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
JUILLET15DANTE1Les Troubadours
JUILLET16DANTE2Chaucer
JUILLET17DANTE3Swift
JUILLET18DANTE4Cervantes
JUILLET19DANTE5Robert Burns
JUILLET20DANTE6Goldsmith
JUILLET21DANTE7Arioste
JUILLET22DANTE8Le Titien
JUILLET23DANTE9Paul Véronèse
JUILLET24DANTE10Rembrandt
JUILLET25DANTE11Lesueur
JUILLET26DANTE12Murillo
JUILLET27DANTE13Rubens
JUILLET28DANTE14Raphaël
JUILLET29DANTE15Joinville
JUILLET30DANTE16Spencer
JUILLET31DANTE17Les Romancistes espagnols
AOUT1DANTE18Chateaubriand
AOUT2DANTE19Fenimore Cooper
AOUT3DANTE20Manzoni
AOUT4DANTE21Tasse
AOUT5DANTE22Bunyan
AOUT6DANTE23Louis de Grenade
AOUT7DANTE24Madame de Staël
AOUT8DANTE25François de Sales
AOUT9DANTE26Gesner
AOUT10DANTE27Élisa Mercœur et Shelley
AOUT11DANTE28Milton
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
AOUT12GUTENBERG1Chardin
AOUT13GUTENBERG2Gresham
AOUT14GUTENBERG3Magellan
AOUT15GUTENBERG4Briggs
AOUT16GUTENBERG5Delambre
AOUT17GUTENBERG6Tasman
AOUT18GUTENBERG7Colomb
AOUT19GUTENBERG8Benvenuto Cellini
AOUT20GUTENBERG9Wheatstone
AOUT21GUTENBERG10Pierre Leroy
AOUT22GUTENBERG11Graham
AOUT23GUTENBERG12Jacquart
AOUT24GUTENBERG13Conté
AOUT25GUTENBERG14Vaucanson
AOUT26GUTENBERG15Torricelli
AOUT27GUTENBERG16Boyle
AOUT28GUTENBERG17Worcester
AOUT29GUTENBERG18Black
AOUT30GUTENBERG19Fulton
AOUT31GUTENBERG20Thilorier
SEPTEMBRE1GUTENBERG21Watt
SEPTEMBRE2GUTENBERG22Bernard de Palissy
SEPTEMBRE3GUTENBERG23Riquet
SEPTEMBRE4GUTENBERG24Bourgelat
SEPTEMBRE5GUTENBERG25Bouguer
SEPTEMBRE6GUTENBERG26Borda
SEPTEMBRE7GUTENBERG27Vauban
SEPTEMBRE8GUTENBERG28Montgolfier
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
SEPTEMBRE9SHAKESPEARE1Montalvan
SEPTEMBRE10SHAKESPEARE2Guillen de Castro
SEPTEMBRE11SHAKESPEARE3Guevara
SEPTEMBRE12SHAKESPEARE4Otway
SEPTEMBRE13SHAKESPEARE5Lessing
SEPTEMBRE14SHAKESPEARE6Goethe
SEPTEMBRE15SHAKESPEARE7Calderon
SEPTEMBRE16SHAKESPEARE8Tirso
SEPTEMBRE17SHAKESPEARE9Vondel
SEPTEMBRE18SHAKESPEARE10Racine
SEPTEMBRE19SHAKESPEARE11Voltaire
SEPTEMBRE20SHAKESPEARE12Alfieri
SEPTEMBRE21SHAKESPEARE13Schiller
SEPTEMBRE22SHAKESPEARE14Corneille
SEPTEMBRE23SHAKESPEARE15Alarcon
SEPTEMBRE24SHAKESPEARE16Madame Rolland
SEPTEMBRE25SHAKESPEARE17Lady Montague
SEPTEMBRE26SHAKESPEARE18Sterne
SEPTEMBRE27SHAKESPEARE19Miss Edgeworth
SEPTEMBRE28SHAKESPEARE20Richardson
SEPTEMBRE29SHAKESPEARE21Molière
SEPTEMBRE30SHAKESPEARE22Palestrina
OCTOBRE1SHAKESPEARE23Grétry
OCTOBRE2SHAKESPEARE24Lully
OCTOBRE3SHAKESPEARE25Haendel
OCTOBRE4SHAKESPEARE26Weber
OCTOBRE5SHAKESPEARE27Donizetti
OCTOBRE6SHAKESPEARE28Mozart
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
OCTOBRE7DESCARTES1Jean de Salisbury
OCTOBRE8DESCARTES2Raimond Lulle
OCTOBRE9DESCARTES3Joachim
OCTOBRE10DESCARTES4Le cardinal de Cusa
OCTOBRE11DESCARTES5Erasme
OCTOBRE12DESCARTES6Morus
OCTOBRE13DESCARTES7Thomas d’Aquin
OCTOBRE14DESCARTES8Spinoza
OCTOBRE15DESCARTES9Giordano Bruno
OCTOBRE16DESCARTES10Mallebranche
OCTOBRE17DESCARTES11Madame de Lambert
OCTOBRE18DESCARTES12Duclos
OCTOBRE19DESCARTES13Georges Leroy
OCTOBRE20DESCARTES14Le chancelier Bacon
OCTOBRE21DESCARTES15Cujas
OCTOBRE22DESCARTES16Maupertuis
OCTOBRE23DESCARTES17Herder
OCTOBRE24DESCARTES18Winckelmann
OCTOBRE25DESCARTES19D’Aguesseau
OCTOBRE26DESCARTES20Oken
OCTOBRE27DESCARTES21Leibnitz
OCTOBRE28DESCARTES22Gibbon
OCTOBRE29DESCARTES23Dunoyer
OCTOBRE30DESCARTES24Fichte
OCTOBRE31DESCARTES25Ferguson
NOVEMBRE1DESCARTES26Bonald
NOVEMBRE2DESCARTES27Sophie Germain
NOVEMBRE3DESCARTES28Hume
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
NOVEMBRE4FRÉDÉRIC1Marie de Molina
NOVEMBRE5FRÉDÉRIC2Côme de Médicis l’ancien
NOVEMBRE6FRÉDÉRIC3Guicciardini
NOVEMBRE7FRÉDÉRIC4Isabelle de Castille
NOVEMBRE8FRÉDÉRIC5Sixte-Quint
NOVEMBRE9FRÉDÉRIC6Henri IV
NOVEMBRE10FRÉDÉRIC7Louis XI
NOVEMBRE11FRÉDÉRIC8L’Hôpital
NOVEMBRE12FRÉDÉRIC9Barneveldt
NOVEMBRE13FRÉDÉRIC10Gustave Adolphe
NOVEMBRE14FRÉDÉRIC11De Witt
NOVEMBRE15FRÉDÉRIC12Ruyter
NOVEMBRE16FRÉDÉRIC13Guillaume III
NOVEMBRE17FRÉDÉRIC14Guillaume le Taciturne
NOVEMBRE18FRÉDÉRIC15Ximènes
NOVEMBRE19FRÉDÉRIC16Oxenstiern
NOVEMBRE20FRÉDÉRIC17Walpole
NOVEMBRE21FRÉDÉRIC18Louis XIV
NOVEMBRE22FRÉDÉRIC19Pombale
NOVEMBRE23FRÉDÉRIC20Campomanes
NOVEMBRE24FRÉDÉRIC21Richelieu
NOVEMBRE25FRÉDÉRIC22Lambert
NOVEMBRE26FRÉDÉRIC23Hampden
NOVEMBRE27FRÉDÉRIC24Kosciusko
NOVEMBRE28FRÉDÉRIC25Madison
NOVEMBRE29FRÉDÉRIC26Toussaint Louverture
NOVEMBRE30FRÉDÉRIC27Francia
DECEMBRE1FRÉDÉRIC28Cromwell
MOIS USUELSJOURS USUELSMOIS POSITIVISTESJOURS POSITIVISTESNOMS D’ÉLITE
DECEMBRE2BICHAT1Tycho-Brahé
DECEMBRE3BICHAT2Halley
DECEMBRE4BICHAT3Varignon
DECEMBRE5BICHAT4Jean Bernoulli
DECEMBRE6BICHAT5Roëmer
DECEMBRE7BICHAT6Sauveur
DECEMBRE8BICHAT7Galilée
DECEMBRE9BICHAT8Harriott
DECEMBRE10BICHAT9Fermat
DECEMBRE11BICHAT10Poinsot
DECEMBRE12BICHAT11Monge
DECEMBRE13BICHAT12Daniel Bernoulli
DECEMBRE14BICHAT13Joseph Fourier
DECEMBRE15BICHAT14Newton
DECEMBRE16BICHAT15Scheele
DECEMBRE17BICHAT16Davy
DECEMBRE18BICHAT17Cavendish
DECEMBRE19BICHAT18Geoffroy
DECEMBRE20BICHAT19Bertholet
DECEMBRE21BICHAT20Ritter
DECEMBRE22BICHAT21Lavoisier
DECEMBRE23BICHAT22Charles Bell
DECEMBRE24BICHAT23Stahl et Barthez
DECEMBRE25BICHAT24Bernard de Jussieu
DECEMBRE26BICHAT25Vicq d’Azyr
DECEMBRE27BICHAT26Blainville
DECEMBRE28BICHAT27Morgagni
DECEMBRE29BICHAT28Gall
MOIS USUELSJOURS USUELS
DECEMBRE30Jour complémentaireMorts
DECEMBRE31Jour additionnelSaintes Femmes
Catégories
Uncategorized

Journal 2014

<– 2013  —– Journal —– 2015 –>

31 décembre : A chacun de vous mes vœux sincères pour l’année nouvelle.

Quinze :
Qu’il t’enlumine l’univers,
Qu’il reluise d’un ciel sublime,
Qu’il feutrise pluvieux hiver
Quiet, qui ne nuise sur cime.

Quinze :
Puisses-tu tirer d’un vieux livre
Un vin né du riz et du miel
Qui rend surpris le furieux ivre.
Utile cuite, un bien d’Uriel !

Quinze :
Fruit des nuits, le gui s’est mûri ;
Pendu il réunit les druides.
Qu’il te guide d’un fil fleuri.
Ressurgis neuf, libre, lucide.

Ouvrir la page du poème.

25 décembre : Le tautavent s’achève: ses 26 tautogrammes ont occupé la période de l’Avent. Il s’achève sur le vœu suivant:

Ayez bon cœur, donnez encore, faites grandir heureux instinct, joyeux korrigans, lutins merveilleux : Noël opère paix qui règne sur tout univers. Vivez week-end xénophile, yeux zen.

30 novembre : Début de l’Avent. Un calendrier d’inspiration oulipienne commence aujourd’hui sur ce site.  Le texte du jour figure en en-tête, l’ensemble des textes dévoilés se trouve sur la page du Tautavent.

26 novembre : Il y a quarante ans, Simone Veil présentait le projet de loi sur l’interruption volontaire de grossesse. Un pantoun :

Veil fit ce métier de ministre
En dépit des cris et rejets
Femme ris de l’hiver sinistre
Fière chéris les vents légers

18 novembre : L’exposition «Oulipo, la littérature en jeu(x)» a ouvert ses portes. Elisabeth Chamontin l’a signalé par le bel alexandrin  «Le quatrain était hier à l’expo Oulipo». A cette occasion :

A l’expo d’Oulipo :
Pôle où expie l’ado
Polit doxa loupée.
Hop ! L’ode, ou pâle exil.

(Le dernier vers est en clinamen : trois sons «l».  On pourrait mettre «Hop ! L’ode ou pas, exil.» Le maintien du vers à trois «l» est assumé).

13 novembre : Mort d’Alexandre Grothendieck, mathématicien majeur de notre temps. Un pangramme :

Faxez, web : Grothendieck mort, qu’y jouent pluies et vent.

Ajouté au recueil Le prix de la vie. Voir la page de ce texte.

10 novembre : En ce jour anniversaire de la mort d’Arthur Rimbaud, cette contribution  un peu spéciale à l’Oulipien de l’année rubrique que le site Zazie mode d’emploi consacre à Marcel Bénabou :

Rimbaud futur

Les voyelles que je n’ai pas écrites
– Noir corset bien velu des mouches qui bombinent
– Roi blanc tout frissonnant sous un brouillard naïf
– Pourpre du sang craché, lèvres dans la colère
– Divin cycle vibrant, rides des mers virides
– Suprême saquebute, étrange errance d’anges
Que cela quelque jour soit dit, elles sont comme latentes.

Elles naissent dans les mots, dans les groupes de mots, dans les phrases. Mais il y a tant de puanteurs cruelles, elles sont prises dans de tels pâtis semés d’animaux, que moi-même, malgré mon front studieux, n’ai pas réussi à en imprimer l’alchimie.

Les mondes me paraissent traversés de silences, ce qui fait de mon ivresse une longue pénitence, dans les rayons violets de tous ces yeux inexplicablement privés des voyelles omises.

Ouvrir la page du poème.

9 novembre : En mémoire d’un jour où l’on espéra, petit quatrain monovocalique :

Sur mur
Chu mûr
Plut dru
Rut cru !

18 octobre : Honoré de figurer dans le livre « Une poignée de pierreries« , collection de pantouns francophones constituée par Jérôme Bouchaud et Georges Voisset. Voici, pour fêter cet événement, un pantoun inspiré par le titre du livre, dédié à ses auteurs :

Pierreries

De pierreries semées sur ses cheveux de jais
Elle ouvre à mon regard la profonde lumière
Quelques graines d’amour aux hommes ravagés
Ferment des plaies la lèvre et renaît l’âme fière

Ouvrir la page du poème.

15 octobre : La liste Oulipo est rétablie grâce au travail magnifique de Nicolas Graner, Philippe Bruhat et David Verdin. Très heureux et soulagé, je marque l’événement par une morale élémentaire :

 école normale    services bons et loyaux    administration supérieure 
                         serveur arrêté 
 
 années longues      messages archivés          oulipotes listés 
                       reprise improbable 
 
raisons diverses      temps nécessaire         situation abrupte 
                      échanges déconnectés 
 
                         migration 
                         sur le temps 
                         libre 
 
                         Oulipo 
                         renaît 
                         enfin 
                         grâce à 
 
Philippe responsable   Nicolas secrétaire      David sympa 
                          un merci radieux

Ouvrir la page du poème.

30 septembre : La connivence internationale a favorisé la fulgurante apparition d’une organisation sanguinaire se parant des couleurs de la religion. Les lignes ci-dessous manifestent ma compassion envers cette religion qui n’est pas la mienne mais que je vois mutiler d’une façon qui m’horrifie.

A la religion de la paix
Des savants ont greffé des crocs
Des griffes à ses doigts sacraux
L’ont contrainte au sanglant souper

Pleurez ce beau corps mutilé
Partagez sa honte et sa peine
Retirez le masque de haine
Rendez-lui le ciel étoilé

11 septembre : La liste Oulipo vient de disparaître subitement fin août pour une raison technique. Face à ce coup du sort, quoi de plus approprié qu’une belle absente ?

Oh vite la revoir

Non, que jamais trépas ne fauche vos bonds d’anges,
Vous fantasques pêcheurs dans l’ajonc gambadant,
Jetant votre fil blond qui plonge au charme ardent
Qu’a le fleuve jonché d’improbables mélanges,
D’un maquis surplombant champs, vin, fragrant jardin.

Jeux, marquants graffiti, pleuvent en chants bien drus
Dont qat semble à l’envi plagier charme et joie forte.
Joutes, fresques, beaux vers, choux gras : pas de main morte
N’y vont choquants jongleurs, bardes frappant mots crus.
Quel fracas vient brusquer ce chœur, majeur gadin
Qui mâche, griffe, abat, jaspes et lavandin.

Ouvrir la page du poème.

14 juillet : En ce jour de fête nationale, je m’interroge sur les multiples tentatives, jusqu’ici infructueuses, de modifier les paroles de la Marseillaise. Comment procéder ?
La devise de la France, avec ses trois beaux mots, est un magnifique exemple de trivocalisme. Or le nom même de « France » est basé sur deux voyelles : une idée ne serait-elle pas de chercher du côté du bivocalisme ? Voici une tentative ajoutée dans le recueil Ouvrir :

Une autre Marseillaise

enfants des terres fraternelles
le grand appel s’est élevé
relevez les manches rebelles
détachez l’esclave entravé
détachez l’esclave entravé
entendez le chant d’espérance
scandé par les halls par les champs
le brave se lève arrachant
la gangrène et s’exalte la France

venez les affamés massés en rang serré
marchez marchez tête levée c’est la grande marée

Ouvrir la page du poème.

3 juillet : Je ne sais pourquoi, j’ai eu envie ce matin, sur une contrainte actuellement à l’étude sur la liste Oulipo, d’écrire ce petit poème  qui ne vise presque personne :

le bateleur

il nous mène en pansway
montre en télé dolby
son bureau regency
parle en parfait dandy
la gouaille d’un jockey
la dégaine goofy
un petit air groggy

il nous mène en dinghy
nous dit c’est ainsi y
croirez-vous c’est vrai j’y
fus traité tel husky

nous roule en chantilly
nous déhanche un shimmy
qui vaut pas un penny
comme on vend un sextoy
comme on gruge  papy

ses ergots de coq y
furent cuits au curry ?
il faudrait un bon psy
quand confond penalty
et danse de Saint-Guy
quand dollar ou lev y
devient oeuf de Longwy

chez lui reste sexy
sa cour sa gentry y
vénère star jazzy

Ouvrir la page du poème.

30 juin : Je découvre l’édition 2014-2015 de l’opération « Dis moi dix mots ». La liste de cette année se compose de mots empruntés aux langues étrangères : amalgame (arabe), bravo (italien), cibler (de cible, alémanique suisse), grigri (utilisé en Afrique et dans les Antilles), inuit (inuktitut), kermesse (flamand), kitsch (allemand), sérendipité (anglais), wiki (hawaïen), zénitude (de zen, japonais). Doutant de la possibilité de faire quelque chose avec un pareil attirail, j’ai fait ce petit essai, tout en plaignant les professeurs qui les années précédentes firent merveille avec leurs élèves :

Sérendipité

Que voulait dire au fait ce mot tant répété
Dans la grande kermesse aux jargons à la mode :
Sérendipité,
Brandi tel un grigri dans les salons de thé
Par les collectionneurs de parlers incommodes ?

Voulant me renseigner aux merveilleux wikis
J’ai tapé plein d’espoir sur mon clavier tactile
Sérendipité.
Las j’avais mal ciblé. Sur ce vocable exquis
Je n’eus comme retour qu’un contrepet futile.

Mais au détour du web, mystérieux amalgame,
Cherchant en vain le sens de cet étrange mot
Sérendipité,
Je découvris au coin d’un site à large gamme
Qu’il faut dire Inuit et non point Eskimo.

Mon Dieu je suis troublé dedans ma zénitude
Par ce renseignement auquel je dis bravo !
Sérendipité
Peut attendre demain. J’abandonne l’étude
Des mots kitsch… Le Grand Nord a conquis mon cerveau.

Ouvrir la page du poème.

27 juin : Je trouve un message de Géraldine Camile, Chargée de collections pour le Dépôt légal numérique à la Bibliothèque nationale de France me disant « Je vous confirme que votre site talipo.fr a été collecté ainsi que les textes présentés sur ce site le 1er juin 2014. La qualité des archives est bonne avec plus de 3 200 URL collectées. Vous pouvez consulter les archives dans les salles de recherche de la Bibliothèque. » Emerveillé par le travail d’archivage colossal réalisé par la BnF, je lui dédie ce quatrain:

L’œuvre qui se construit s’archive vers à vers
Grâce au travail patient qui collecte sans trêve.
Honneur à ceux par qui, prose ample ou ligne brève,
S’offre la création, flambant trésor ouvert !

29 mai : 150ème anniversaire de la Croix Rouge.

Hommage à celui qui ose
Ecouter son émotion
Et crée bravant les psychoses
Pour secours sans exception
La belle organisation

28 mai : L’Ouvroir de Littérature potentielle a coopté à l’unanimité
deux nouveaux membres, tous deux hispanophones, l’écrivain argentin Eduardo
Berti et l’écrivain espagnol Pablo Martin Sanchez. Pour fêter ça, un girondeau de dessous les fagots ajouté dans le recueil Oripeaux:

Berti, Sanchez

Berti, Sanchez (Eduardo, Pablo Martin)
Un jour furent pris dans le labyrinthe
D’Oulipo. Ce périlleux destin,
Que plus d’un fuirait avec crainte,
Ils l’épousent diamantins,
Mettant pieds en l’empreinte
De Pères mutins
Berti, Sanchez
Sous astreinte
Contrainte
Tint

Ouvrir la page du poème.

25 mai : Elections européennes. Les craintes se confirment. Cette strophe s’ajoute dans le recueil Ouvrir.

Dépression

Ce soir je suis un gnafron
Qui regarde avec effroi
L’approche d’un large front
Portant la vague de froid
Pluie viens laver cet affront
A l’honneur de mon beffroi
Ce soir je baisse le front

Ouvrir la page du poème.

22 mai : 5000 ! Un peu plus de deux ans après son ouverture, le site Talipo a reçu aujourd’hui sa cinq millième visite. Je suis très heureux de votre bon accueil et je souhaite à tous beaucoup de joies poétiques.

10 mai : journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. Un poème suivant la contrainte du bel absent:

Esclave, bel absent

Au champ jusqu’à la mort ils vont fauchant grains blonds.
Qui voit, au joug, l’homme perdu bêchant la fange ?
Visage aux joues de plomb, hère fantomatique,
Qu’on vend en groupe au troc, jambe enchaînée de fers.
Vient un jour blême un fruit gris qui pend, déchiré
Par des juges moqueurs dont blancheur se fait meurtre.
Aux ports marchands, joyaux qu’un gain blafard viola.

Ouvrir la page du poème.

6 mai : Oukaze interdisant les expressions grossières dans les arts et les médias. La strophe ci-dessous vise à se conformer à ce vertueux édit:

Talipo, c’est infect,
Contre toute décence,
Poutine, écrit, abject,
De grossières sentences

Note: Le lecteur tenté de déplacer ou changer les signes de ponctuation pour faire surgir quelque sens second de ce texte est avisé que de telles modifications sont tout à fait inutiles.

1er mai : Le lipoméride, après un an d’existence, s’achève pour être remplacé par un nouveau projet, le Zodianku

8 avril : Cela fait un an que mon compte sur twitter est ouvert. A cette occasion un twoosh (texte en 140 caractères):

un an de tweet aujourd’hui
oh tous vous m’avez séduit
amis en twittérature
anniversaire joyeux
du jour où fou furieux
entamai cette aventure

24 mars : En réaction au résultat des élections municipales:

Entre les fronts fuyants et le front de la haine
Des hommes affolés votent le déshonneur
Mars où rose fanée s’embrunit de malheur
Mars automnal bêchons semons une autre graine

23 mars : Premier tour des élections. Un pantoun :

Fatras de bulletins en tas
Scellés dans l’urne transparente
La vie se délite en quantas
M’ouvrant une marelle errante

21 mars : Le salon du livre ouvre ses portes. Ne pouvant y rôder, je me console avec ceci:

Là m’édite. La médite, l’âme dite.
Mot étalé, motet, ale, m’ôte, talé.
Livre livre l’ivre.

20 mars : C’est l’équinoxe ! Pour la fêter une petite médaille, à la façon d’Annie Hupé:

baiser du printemps
du bourgeon l’odeur légère
sur ma lèvre empreinte

15 mars : Honoré d’avoir été invité à participer au numéro 10 de la Revue Pantouns, revue française consacrée à cette forme poétique de Malaisie, avec le pantoun twoosh suivant:

Pêcheur qu’emportent les océans
Après treize mois la voix étrange
Qui longtemps plonge au froid du néant
Entend la musique bleue des franges

Pour l’occasion, sur une idée de @RevuePantouns voici un second pantoun lipogrammatique sur les voyelles du mot « pantoun »:

Sur l’atoll dormant court
Un paon au long dolman
D’art fol ornant sa cour
Tout brûlant va l’amant

8 mars : Journée internationale des droits des femmes. Une strophe m’est venue:

au cours d’une journée
la parole est donnée
la route illuminée
puis à la nuit sonnée
commencera l’année

28 février : le lipoméride vient de boucler son dixième mois. Une petite terine twoosh :

un lipogramme
de jour en jour
depuis dix mois

larmes émoi
merveille ou drame
y font séjour

de fin le jour
vient dans deux mois
du lipogramme

21 février : 111 ans. Quand en royaume ?

(anniversaire de Raymond Queneau)

17 février : Le site Oulipo vient d’adopter un nouveau look.

Quand le cétancodonte aime à brouter ailleurs
Renouvelant son stock de piquante pitance
Quand le fleuve perdu se détourne railleur
L’Oulipo de son site avive la prestance

L’hippo change de houx
Pô (où ?) change de lit
Ouli change de peau

15 février : Bon anniversaire à Gilles Esposito-Farèse, éminent membre de la liste Oulipo. A cette occasion lui a été offert aujourd’hui le Blogef, un ouvrage collectif auquel j’ai contribué avec  «Poésie : l’or faste glisse», poème écrit sous la contrainte harmonique et accompagné d’une partition musicale.

14 février : En cette Saint Valentin, cette strophe dédiée à tous mes amis mal voyants:

La fête est si belle aujourd’hui
Pour ceux dont la vue n’est pas claire
Car nous chantons d’un chœur célère
Le juste Valentin Haüy

Et cette autre:

L’amour est un fleuve puissant
Qui avance en de longs méandres
Parmi les glaces et les cendres
Vers le soleil en rougissant

10 février :  Monique Le Pailleur nous a quittés le 27 janvier. Pour celle qui vit encore dans les cœurs j’ai déposé sur son site cette strophe écrite selon la contrainte du « jeu de la vie »:

Monique Le Pailleur
Qu’on grave le mémorial
Car une reine du songe
Repart et le vent filant suit

7 février : Ouverture des jeux olympiques de Sotchi. A cette occasion une clotilde ajoutée au recueil « Ouvrir » :

la flamme noire de sotchi

le despote et le sportif
au bord d’une mer en larmes
oublient le soupir furtif
des anneaux passés par les armes

tombe neige sur le sang
des hommes qu’on emprisonne
qu’on assassine et crissants
skis glissent et stade résonne

de la flamme de la paix
qui brille aux yeux de l’athlète
la fumée d’un noir épais
noie le ciel le rire s’arrête

Ouvrir la page du poème.

1er février : le « lipoméride » a clôturé son neuvième mois de lipogrammes quotidiens. Il court toujours !

29 janvier : Mort de Cavanna. Ce poème est ajouté dans le recueil Le prix de la vie :

A Cavanna va ma stanza !
Parla sans fard, grand sans fatras.
Ah pars, hagard, va ahanant.
Mal tant fatal tant s’acharna,
N’abattant pas manant flambant,
Chantant, bravant, dardant chacals.
L’art s’amarra à ta saga.

Ouvrir la page du poème.

27 janvier : Mort de Pete Seeger. Exceptionnellement le lipoméride de demain mercredi a été envoyé dès aujourd’hui :

mercredi – j’entends Pete Seeger le vent se lève et mes lèvres répètent les déferlements espérés de mes frères rebelles

21 janvier : (information découverte le 27 janvier) Un faisceau d’antimatière a été créé pour la première fois. Voir le site de Guy Doyen. Ceci vaut bien la petite célébration que voici:

illuminés d’antimatière
j’ai vu des mondes inversés
qui connaissent d’autres versets
à l’Eden la Mort trône altière

21 janvier : C’est paraît-il aujourd’hui journée internationale des câlins. Pour l’occasion cette « médaille ». Il s’agit d’une forme de haïku, due à Annie Hupé, dont les derniers mots des vers courts se répondent par inversion :

joli jour d’hiver
où les câlins sont gratuits
et la rue verdit

16 janvier : Comme chaque mois le «jeudi de l’Oulipo». Cette année ces séances ont chacune pour thème une partie du corps, cette fois-ci le dos. Pour l’occasion une petite terine.

quenine d’un jeudi

Une rumeur qui sort d’où
Vient me tirer de mon lit
Moi qui suis sourd comme un pot

Ne tournons autour du pot
Vite à l’auditorium où
L’on fête l’Ouvroir qui lit

Ses mots coulent dans le lit
D’un torrent d’encre chaude où
J’emplirai mon petit pot

Ouvrir la page du poème.

9 janvier : Anniversaire de la naissance de Simone de Beauvoir. A cette occasion, un poème est ajouté au recueil Ouvrir. Ces lignes sont composées suivant la contrainte du jeu de la vie.

On ne naît pas femme, on le devient
Fruit de rage en elle régénère
La joie de finir l’instinct vil vient
Teuf osée ton poison ton tonnerre
Mit la femme hors joug brut jovien

Ouvrir la page du poème.

1er janvier : Meilleurs voeux pour cette année 2014 ! Dans le lipoméride dont les lipogrammes quotidiens se poursuivent depuis huit mois, on trouve à la ligne du mercredi premier janvier :

en ce temps premier plein de liesse
je l’espère verrez venir
liberté rires et tendresse
éveil des rêves et désirs

<– 2013  —– Journal —– 2015 –>

Catégories
Uncategorized

Journal 2013

<– 2012  —– Journal —– 2014 –>

5 décembre : Mort de Nelson Mandela. Cet hommage a été ajouté au recueil Le prix de la vie. Il  respecte la contrainte du beau présent.

Que le présent soit beau

O la lame de l’onde a donné l’élan mâle
Soldé les démons de sa lande désolée
Son nom sonna le la de danses en sandale
Old man somnole son âme à son sol mêlée

Ouvrir la page du poème.

1er décembre : le « lipoméride » a clôturé son septième mois de lipogrammes quotidiens. Il court toujours !

25 novembre :  Une triple terine à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

les yeux

tu as regardé ses yeux
qu’un khôl sertissait de noir
passé gourmette à son poing

comme épervier à son poing
la regardais dans les yeux
la nuit parliez dans le noir

tu mis un bel habit noir
pour l’anneau s’ouvrit ton poing
larme de bonheur aux yeux

mais d’où viennent dans ses yeux
qu’embrume un nuage noir
ces sanglots qu’essuie le poing

tu emprisonnes son poing
tu lis la peur dans ses yeux
tu l’enfermes dans le noir

honteuse du cerne noir
qui lui rappelle le poing
la douleur le sang aux yeux

plus d’étincelle à ses yeux
l’horloge égrène le noir
des jours que rythme le poing

ne sachant rouvrir le poing
ne la cherchant plus des yeux
tu peins la maison en noir

vois-tu dans le miroir noir
que tu brises de ton poing
la mort qui sourit des yeux

Ouvrir la page du poème.

20 novembre : Journée internationale des droits de l’enfant. A cette occasion un nouvel ajout au recueil de poèmes pour enfants Fête de linotte :

Ma rivière

Ma rivière au creux de son lit
Bercée par l’orage et la pluie
Dans l’automne aux arbres jaunis
S’assoupit en chien de fusil

La neige à son rêve frileux
Offre son édredon moelleux
Que le lièvre d’hiver joyeux
Décore de ses traces bleues

Elle s’éveille en souriant
Au rire des merles bruyants
A l’odeur des fleurs du printemps
Quand les bourgeons s’ouvrent au vent

Ma rivière fraîche en été
Danse au milieu des champs de blé
Dont les grains se gonflent dorés
J’aime son murmure enchanté

Ouvrir la page du poème.

Rappel: l’an dernier un poème avait été composé pour cette journée: Traits d’union, mis sur le site de la journée internationale.

31 octobre : déjà six mois de lipogrammes quotidiens dans le « lipoméride » !

7 octobre : Dans le lipoméride il y eut une semaine des religions en août.
Aujourd’hui débute une semaine des véhicules.

1er octobre : Le quatre-san-ku, un petit amusement chambérien, variante contrainte du haïku. Ci-dessous un exemple parmi les essais envoyés au cours du mois de septembre sur la liste Oulipo.

Pope pop épié.
Oie pipée, pipo pépie.
O pie épopée !

Retrouver les autres essais sur la page quatre-san-ku

17 septembre : un anniversaire très particulier. Le 17 septembre fut la date des accords de Camp David puis, quatre ans plus tard, la date du massacre de Sabra et Chatila. Ce sélénet placé dans le recueil «Oripeaux» est une façon de me souvenir.

l’ombelle

Que tu étais belle
Que le ciel brillait
La gracieuse ombelle
Nous émerveillait

Ta voix que j’écoute
Dans mes nuits toujours
Réveillait la voûte
Où l’astre a séjour

Cette fleur rebelle
Poison persillé
A taillé gabelle
M’a déguenillé

L’amour en déroute
Vit son dernier jour
Saignant goutte à goutte
Par un sombre ajour

Ouvrir la page du poème.

11 septembre : Mort d’Albert Jacquard. En réaction ce poème en bel absente, placé dans le recueil «Le prix de la vie».

Pleine vie

Qu’œuvre au beau changement, dans l’espace fragile,
Le gène, objet d’espoir qu’homme fit découvrir ?
Holà ! Magie fantasque, enjeu bien près d’ouvrir
Possible hiver grimaçant, fol jeu d’imbécile.
D’ample jabot, vocifère grand chant des coqs
Pour qu’éveil gifle bien chenus et jeune monde.
Flippant des blêmes vies qu’il juge chose immonde,
Brave flegme à chaque injustice porte estoc.

Ouvrir la page du poème.

28 août : Cinquantième anniversaire du discours de Martin Luther King « I have a dream ». Voici en son honneur un homosyntaxisme sur le texte de Jacques Jouet proposé cette année pour l’exercice « l’oulipien de l’année » sur le site Zazie mode d’emploi :

Le rêve

– La peur… Quand nous aurons fait un rêve, nous ne pourrons plus avoir la peur. Quand il y a le rêve, il n’y a plus que le rêve qui triomphe. Le rêve est un libérateur. Ce jour, regardez, l’homme a brisé toutes ses chaînes pour toujours ! Il a étalé sur la rue des pétales de roses, avec une fontaine vivifiante en geyser d’eau fraîche. On n’en est que plus ébloui, bien sûr, mais on respire, mais on s’aère, vient la lumière et des flots de lumière ! C’est vrai qu’il manque l’argent, mais l’homme n’est pas mal non plus comme projet de plénitude. On ne s’attendait pas à connaître une lumière aussi vive, et peut-être aussi décapante. Regardez cette couleur, je la vois, tu la vois, et pourtant elle n’accuse plus, s’il faut en croire les certitudes du cours de l’histoire.

Ouvrir la page du poème.

18 juillet : Alleg, Mandela – Une clotilde en ce jour où se croisent deux destins.

Alleg, Mandela

l’algérien et l’africain
deux résistants visionnaires
de l’un fête anniversaire
le second meurt jour arlequin

deux combats double mémoire
au prix d’années de prison
tortures et trahisons
pour que bascule enfin l’histoire

en ce jour de souvenir
le faible oublie sa faiblesse
l’humilié perd ce qui blesse
l’enténébré voit l’avenir

Ouvrir la page du poème.

16 juillet 1942 : rafle du Vel d’Hiv. Poème composé en ce jour anniversaire.

vel d’hiv

vel d’hiv
vent gifle
haine ivre
dents clivent

vel d’hiv
vieux vice
livides
veules suivent

vel d’hiv
vertige
livre veuf
feu vif

vel d’hiv
vielle juive
ciel vide
ailes vivent

Ouvrir la page du poème.

30 juin : Dans le lipoméride, un nouveau mois complet de tweets poétiques.

26 juin : aujourd’hui centième anniversaire de la naissance d‘Aimé Césaire. A cette occasion un sonnaïku ajouté dans le recueil Le prix de la vie.

danse

danse homme debout
piétine ce qui méprise
rejette ce qui dégrise
danse jusqu’au bout

refus du hibou
des paroles de traîtrise
des larcins en veste grise
du poison qui bout

danse bras ouverts
respire la plénitude
tu sors des travers

invente des vers
et rends à la négritude
place en l’univers

Ouvrir la page du poème.

21 juin : C’est l’été, c’est la fête. Joignons notre couplet:

c’est la fétuque âme de lis
c’est la mue d’elfe que tais
c’est la quête de fil à muse
c’est la fête de la musique

14 juin : Il y a un an aujourd’hui, j’annonçais sur la liste Oulipo la naissance du site Talipo. Fêtons cet anniversaire avec ce poème en bigollo , l’une des formes et contraintes qui ont vu le jour sur ce site.

déploiement

l’aventure aux jours chauds s’est envolée
mon arbre était enfin couvert de fleurs

c’est un vol
chatoyant de fleurs
qu’enlève un remous du mistral
sur la plaine enfiévrée des strideurs des sauterelles
dérivant sans crainte au dessus des champs de froment parcourus d’ondes argentées

c’est un arbre
chatoyant de fleurs
enroché dans les fonds magiques
très droit sous le cimier joyeux des guirlandes blanches

c’est un fleuve
chatoyant de fleurs
immobile et sans fin mouvant

un alpage
chatoyant de fleurs
en surplomb

un mois plus tard la Bastille est tombée

Ouvrir la page du poème.

12 juin 1964 : Une journée dans l’histoire.

– Mandela condamné à perpétuité
– Luther King arrêté
– et au Vietnam… lisez Anh Mat « lesnuitsechouees »

Trois hommes unis dans cette même journée, comme dans cette petite terine:

Geôle à vie pour Nelson
Prison contre Martin
Avions contre Oncle Ho

N’ont pas fait plier Ho
Pas bâillonné Nelson
Pas arrêté Martin

On descend de Martin
On hérite de Ho
On est fils de Nelson

11 juin : L’opération « Dis moi dix mots 2013-2014 » est lancée, sur le thème « Dis-moi dix mots… à la folie » célébrant l’invention verbale. Les dix mots sont:

ambiancer
à tire-larigot
charivari
faribole
hurluberlu
ouf
s’enlivrer (1)
timbré
tohu-bohu
zigzag
(1) « être ivre de lecture », néologisme d’un élève de CM2.

Voici une contribution:

Chahutant t’as eu chaud

A tire-larigot rigole augure hilare
Et l’herbe bue brait le bel air hurluberlu
Les lèvres enlivrées lit l’œuvre un livre rare
Fieffé fada fol ouf ô fêlé farfelu
Charrie richards ravis cherchant charivari
Fourbe roublard bouffi faribole élabore
Bête à tohu-bohu tombe tout ébahi
Sans cesser ces beaux sons censés bien ambiancer
Zig gaga dégrisé divague zigzags gores
Abruti trop beurré titubant et timbré

Ouvrir la page du poème.

5 juin : Tout le pays est bouleversé par la mort à Paris d’un jeune étudiant de 19 ans sauvagement agressé par des individus d’extrême droite, en raison de ses idées progressistes. A cette nouvelle le tweet du lipoméride de jeudi a été doublé du suivant :

(deux) Un jeune nervi, triste brute, tue un jeune épris d’idées généreuses. Cité entière, prends le deuil.

17 mai au 6 juin Un poème-feuilleton ! Du 17 mai au 6 juin j’ai écrit chaque jour une nouvelle strophe du poème «Reflets de Liberté». Ce poème est une réécriture du poème de Paul Eluard «Liberté». Cette version est un bivocalisme en e et i.

29 mai :  Honoré d’être cité sur le site Blogs littéraires de Louise andréa. Ce site est une jolie contribution à la promotion de la littérature.

28 mai : Vote de la loi sur l’enseignement supérieur à l’assemblée nationale. Là où des monarques d’ancien régime s’attaquèrent aux faibles et aux démunis, l’actuel président s’en prend aux fondements de nos institutions. Ceci vaut bien une anagramme.

Roi voyou : flairas défuntes chenilles rondes ?
– François Hollande, fossoyeur de l’université.

27 mai : Dans le recueil « Poteries » une nouvelle rubrique consacrée à l’odécaphonisme, une contrainte inventée par Strofka. Basée sur une série de 12 phonèmes vocaliques, à la manière du dodécaphonisme en musique, elle vise à des vers phonétiquement équilibrés. Exemple ajouté aujourd’hui:

Il ne faut vendre ours qu’ont tué seize assommeurs.

ainsi que douze variantes assemblées sur la page « odécaphonisme ».

17 mai : Un poème-feuilleton !

Depuis le 17 mai j’écris chaque jour une nouvelle strophe du poème « Reflets de Liberté« . Ce poème est une réécriture du poème de Paul Eluard « Liberté« . Cette version est un bivocalisme en e et i. En tout 21 strophes sont publiées pendant  trois semaines.

17 mai: Une petite énigme harmonique !

L’air qui a donné le texte ci-dessous est, j’en suis sûr, connu de chacun de vous. Le reconnaîtrez-vous ? Ce poème suit la contrainte « harmonique» . Il s’agit d’associer à chaque note une lettre imposée à la syllabe correspondante, selon la clé de correspondance suivante:
la: a,h,o,v
si: b,i,p,w
do: c,j,q,x
ré: d,k,r,y
mi: e,l,s,z
fa: f,m,t
sol: g,n,u
Soit on impose que la consonne débutant la syllabe, soit que la voyelle de la syllabe corresponde à la note chantée.

Nos gorges ce jour rendent grâce
Car la joie vient tout raviver.
La disette et la terreur sourde
Dont étaient meurtris nos tisseurs,
Nos nounous, les chargeurs, les charrons,
Sur nos cœurs droits fondent, plaies douces.
Pourvu qu’en ces jours d’incurie
De ce peuple l’âme grandie
Scande ce chant que l’audace cabre:
Unis, nous déchirons,
Unis, nos nœuds coulants !
Un cri renflé tonne hardi:
Forgeons l’homme de vie.

Cliquer ici pour vérifier votre solution et connaître le titre du poème.

16 mai: Un « haïku à taille de guêpe », sur une idée de Gilles Esposito-Farèse qui a présenté un sonnaïku à taille de guêpe ! Ce haïku est homophone, autant que faire se peut.

Vingt, d’Yvain, d’hie vainc !
Vin, dive: indy vint, divin.
Vain dit: vint d’Yves, hein ?

et son exégèse:

Juste armé d’une dame il serait le vainqueur
Du noble chevalier qu’épaulerait sa suite ?
Dieu du skate il serait, contre une bonne cuite ?
Laissez : ce long babil est d’Yves la liqueur.

15 mai: Le lipoméride s’allonge quotidiennement depuis déjà deux semaines. Chaque jour est illustré par un texte comportant les mêmes voyelles.

14 mai: 2000 pages consultées sur le site Talipo ! Le cap a été franchi cette nuit.

12 mai: Journée internationale de l’infirmière. Métier engagé et courageux dont chacun a maintes fois éprouvé combien il est indispensable. A cette occasion mon premier essai de sélénet intitulé « l’infirmière« .

12 mai: Proposition d’une nouvelle contrainte « harmonique ». Partant d’un air musical, il s’agit d’associer à chaque note une lettre imposée à la syllabe correspondante. Elle est illustrée sur l’air de « Au clair de la lune », par deux sélénets : « Chanson à boire avec modération » et « clinamen à l’harmonie« .

2 mai: Une image de l’UNICEF a été détournée sur Twitter par « La manif pour tous », provoquant une vive mise au point de l’Unicef. J’ai soutenu ce message en ces termes: « Indigné par la manipulation de @LaManifPourTous, je renouvelle à @UNICEF_france mon soutien à l’action menée dans le monde pour les enfants. »

30 avril: Très fier d’avoir été classé premier, ex-æquo avec Frank Evrard, dans le concours Tweetoulipien organisé par Les Livreurs. Il s’agissait d’écrire un tweet, lipogramme utilisant uniquement les lettres figurant dans l’expression “Bal à la Page OuLiPo”. Ci-dessous le texte qui a été retenu, parmi mes trois propositions. Les autres lauréats se trouvent sur le site du concours. Occasion de découvrir l’activité des Livreurs, association consacrée à la lecture à voix haute d’œuvres littéraires : cette mise en honneur de la lecture est une chose que je trouve magnifique. Le concours était organisé dans le cadre du Bal à la Page OuLiPo ce 30 Avril à l’auditorium Saint Germain à Paris, auquel j’espère le plus grand succès.

O la page ailée, alliée à la bougie opale, appela, égale au bel aigle, piège aboli, l’obole épelée où, à l’œil ébloui, a lui l’élégie bleue.

Ce texte est un « twoosh »: il comporte exactement le nombre maximal de 140 caractères.

24 avril: La page « alphaberrations » est enfin complète. Cette collaboration avec Françoise Guichard rassemble des poèmes anagrammatiques formés sur les dix lettres les plus fréquentes (AEILNORSTU) plus une: tous les choix possibles de cette dernière ont été explorés.

17 avril: Démarrage d’un nouveau recueil. La participation à quelques textées organisées sur la liste Oulipo a fait naître quelques textes en prose courts dans le genre « tranche de vie ». C’est l’occasion d’ouvrir le recueil « Chromos » où de tels textes trouveront place. Les premiers textes sont « Varlope et Trusquin » et « Quelques éléments« .

16 avril: « Assez ! » L’appel des Nations unies pour la Syrie. Un poème à cette occasion de forme bigollo.

Syrie

ils sont morts
au milieu de nous
sens leurs doigts raidis qui t’agrippent
vois leur visage noir leurs yeux vides qui te fixent
ils ont mal
au milieu de nous
entends leur souffle qui s’éteint
ils ont peur
au milieu de nous
qui sont ils

Rappelons le poème « Arme lourde, éveil puni » publié sur le même sujet le 19 septembre.

9 avril: Hier mort de Margaret Thatcher. Un petit adieu en forme d’anagrammes:

1- Char gratta mer. – Thé ?

2- T’armer, GATT,  hacher !

3- Ta machette: arrrgh !

8 avril: Journée internationale des Roms. A cette occasion ce poème, un bigollo en acronyme itéré.

rire ouvre marges

rêve ou meurs
renverse ordre morne
rouvre obstiné murailles roides
oublie magisters rageurs oppression mutilante
rues ont mal
renverse ordre morne
rogue oukase médiocre ruine
or massif
renverse ordre morne
reste ô mage

4 avril : Journée internationale pour la défense d’Amina Tyler. Cette jeune Femen tunisienne est menacée de mort. Ci-dessous un acronyme itéré en bigollo:

rite n’y a mal

aidez moi
ils nous auront toutes
yeux lourds effrayantes rumeurs
à mort ils nous assignent tels yaks loups et requins

au matin
ils nous auront toutes
yeux lutés entravées rouées

après moi
ils nous auront toutes
yeux livides

étranglées

répudiées

Ouvrir la page de cet article

3 avril : Suite à la mort du dessinateur Fred cette pièce sur un principe proche de la bouture.

à Fred

perdu le chiffre du code
ouvrant naufrages tropiques
au parfum orthographique
terme échu maudit diacode

et l’explication de sa construction:

      perdu le chif|fre d|u code 
    ouvrant naufrag|es  t|ropiques 
           au parfu|m ort|hographique 
           terme éc|hu  m|audit diacode

25 mars: C’est paraît-il la journée mondiale de la procrastination ! Et si le soleil décidait de ne se lever que le lendemain ? Il faut dire (en quelques anagrammes) qu’il a ses raison, le vieux bouc.

20 mars: Très honoré de recevoir de Strofka ces deux strophes isocèles qu’il a réalisées en utilisant des passages de mes poèmes ! Le premier comporte des vers de deux poèmes du recueil « Fête de linotte« , « Le cheval » et « Le caillou blanc », le troisième utilise des extraits de « il bravo », un poème de « Vagabondages« .

13 mars: Un nouveau pape est élu ! A cette occasion deux poèmes jumeaux avant/après  s’inspirant de la clotilde, forme empruntée par Annie Hupé au poème éponyme d’Apollinaire.

8 mars: Journée internationale de la femme. Occasion du poème « Un jour la femme ? »  adoptant la forme de la morale élémentaire inventée par Raymond Queneau.

24 février : La page « alphaberrations » s’est enrichie. Il s’agit d’un ensemble de poèmes composés par Françoise Guichard et moi sur le principe des ulcérations, anagrammes de la suite de lettres « ulerations » à laquelle on ajoute pour chaque poème une lettre supplémentaire. Nous en sommes à 6 textes sur les 16 possibles.

18 février : Proposition d’une nouvelle contrainte, dite « téléphonique » . Pour l’illustrer, la forme sonate est utilisée pour composer la « sonate à Bell-Meucci » .

11 février : Annonce de la retraite du Pape. En son honneur une innocente effronterie holorime:

Missa est

Le Pape est élu
Le Pape est Pierre
Le Pape bénit : la famille est normale
Le Pape jouit de l’infaillibilité
Le Pape a droit à sa retraite anticipée

Le Pape était lu
Le Pape épie hères
Le Pape, bée, nie la femme : Hyène or mâle ?
Le Pape joue, hideux, lymphe haïe, bile : ite
Le Pape adroit : « Ah, Sartre est anti ? – si paie… »

10 février: un 250ème anniversaire oublié, signalé par Annie Hupé sur la liste Oulipo: « Le 10 février 1763, par le traité de Paris, la France met fin à la
guerre de Sept Ans avec l’Angleterre, l’Espagne et le Portugal.
Négocié pour le compte de Louis XV par le duc de Choiseul, le traité se
solde par la perte de la Nouvelle-France (aussitôt rebaptisée « The
Province of Quebec »), de la Louisiane et de la plus grande partie des
possessions françaises aux Indes à l’exception des comptoirs de
Pondichéry, Chandernagor, Yanaon, Karikal et Mahé. » Ceci vaut un petit quatrain anagrammatique:

Louisiane Nouvelle France
Roi nu en faune olé les cliva
Lune force vue a soleil nain
Vanille sucrée, on a fenouil

9 février: Dans un mail à mon ami Marc, qui s’était gentiment payé ma tête en vantant ma « mémoire éléphantesque », ce petit quatrain:

Sonnez trompes en mi cornez doux olifants
Annonçant l’ennemi réveillez nos défenses
Contre ce noir griffon pesons comme éléphants
Chassons-le tels siphon sous le vase d’aisance

4 février: On a retrouvé les restes de Richard III dans un parking. Ce drame élisabéthain vaut bien un pangramme alexandrin:

Voyez coq fameux, joli parking de Bosworth

30 janvier: A l’approche d’une nouvelle loi sur l’enseignement supérieur,  essai d’un tract en lipogramme: LRU et Fioraso. Et le monovocalisme que voici:

C’t’ LRU, tumulus du Sup, qu’un nul Ubu du cru crut l’humus d’un futur brun, fut un summum du truc cucul, but nul d’un club d’us durs. D’un CHU, d’UFR, du CNU, chut un « Zut ! » cru, mû d’un flux plus dru qu’un jus chu d’un cumulus.

29 janvier: Christiane Taubira, Léon-Gontran Damas, et le musée d’Orsay. La rose et l’odeur, mélange deux nouvelles de ce jour:

27 janvier: Journée doublement placée sous le signe de l’exclusion et de la résistance. D’une part revient la question du Mariage pour tous (voir le post du 10 janvier), d’autre part c’est la Journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité (informations sur  le site de l’ONU et le site Journées Mondiales). A cette occasion, le poème « pauvre absente à Dora », qui suit la contrainte de la Belle absente sur le nom d’Anne Frank.

10 janvier: Mariage pour tous… Un petit  poème en forme d’anagrammes

<– 2012  —– Journal —– 2014 –>

Catégories
Uncategorized

Journal 2012

<–   —– Journal —– 2013 –>

26 décembre: Lendemain de fête…  La Vertu vaincue par le Vice, une pièce un peu fofolle en forme de Belle absente

20 décembre: Jour de fin du monde ! Pour célébrer ça, « Belle fin » un petit poème de circonstance (en forme de Bel absent)

5 décembre: Le fest-noz est inscrit au patrimoine immatériel de l’Humanité par l’Unesco ! Une petite pièce dans la forme mise en honneur actuellement par Annie Hupé sur la liste Oulipo, pour m’associer à la joie des Bretons:

1er décembre: Un bon anniversaire à Nicolas Graner !
En son honneur, un nouvel opus de la BLO (Bibliothèque Liste-Oulipienne) a été réalisé: BLO 16
Saluons Gilles Esposito-Farèse, qui a impulsé la réalisation de ce bel ouvrage collectif.

20 novembre: Journée mondiale de l’enfant. Un poème pour la circonstance a été mis en ligne « traits d’union« , contribution sur le site consacré aux journées mondiales.

10 Novembre: Le site Talipo a enregistré sa millième visite.
Pour l’occasion « El vino de cosecha » un poème dans la lignée des variations sur le poème de Gérard de Nerval El Desdichado, exercice cher aux Oulipotes (voir les trois cent réécritures réunies par Nicolas Graner)

<–   —– Journal —– 2013 –>

Catégories
Uncategorized

Index des articles archivés

Cette page offre des liens vous aidant à tenter une recherche de tous les textes qui se trouvaient sur l’ancien site http://www.talipo.fr aujourd’hui tombé en désuétude, classés par ordre alphabétique des titres. Ces liens disparaîtront au fur et à mesure que ces textes auront été rapatriés sur le présent site.

Certains liens ne fonctionnent pas : vous pouvez alors essayer de modifier un tel lien en remplaçant tout le début par http://www.talipo.fr. Par exemple

https://web.archive.org/web/20201204135424/http://cluster015.ovh.net/~talipo/?p=1190 sera modifié en http://www.talipo.fr/?p=1190

11 02 2011
12-11-10-09-08-07
19 mars – 25 Pédale – S. Poligraf Poligrafovitch, chien. ( de Bernard Maréchal )

A

Abandon
abat-jour
A Cavanna va ma stanza !
accumulation agréable
A Chokri Belaïd et à la Tunisie en deuil 
A Darkpalmor
Affranchis
Agreste bâtardise
Aïe ! coups !
aile s’élève
ainsi soient-ils
A l’envoi je twooshe
Alleg, Mandela
Alphaberrations
Al toro sin cuernos
Anagrammes (poteries)
ananyme anonyme
André Gorz
A Nicolas Graner pour ses cinquante ans
Après ça, que répondre ?
Arme lourde : éveil puni
Arrache
Articles
Artichauts
Atanase Périfan
au bord du gour
au cantou
au déclin
autobus
Aux demoiselles sans valise
avant / après
AZ 80 en un jeu de la vie

B

Babèle moi dix mots qui racontent la prison
Bain flou
balcon
ballade des poings fermés
Ballade du choose-France
Bardes y ont su l’air 
Belle absente carioca
Belle fin
belle main joli pied
Berlues
Berti, Sanchez
Bêtes de géhenne
Bienvenues
bigollo a Dora
bim !
bishnoï
bishnoï (2)
bistrot
Black lives
Boire
Bonne année pythagoricienne
Boson émis
Boules de neige
Boutures et quenines littérales (poteries)
Branle gai

C

Calcul différentiel 1/3
Calcul différentiel 2/3
Calcul différentiel 3/3
Canard
Captif dieu typographe épuisé voulut boire
Caresse
Ça urge ! (Bernard Maréchal)
Ca va, la baraka !
Ce fieffé béké
celui qui pleure et qu’on attend
ce n’est rien
Cent mille millions de poèmes: numéro trois
C’est traversé !
C’est un saccage
chaconne
Chahutant t’as eu chaud
Chaleurs
Chanson à boire avec modération
chanson de coloc
Chanson des Caraïbes
Chanson d’évasion
Charlie Hebdo : le suis-je assez ?
Chefs-d’œuvre bientôt anéantis
chirurgie
Chloé
Civilisation
clair de lune
claudication
Clémentine Mélois
clinamen à l’harmonie
commémoration
Complainte de l’étal veuf de sa marchande
Conte à Dora
Conte du poète désormais inutile
Crash test incongru

D

danse
dans leurs mains
Défense de « Et en même temps »
Délusion
déploiement
des arbres s’enracinent
deux femmes
Développement du binôme
déversant à plaisir un long torrent d’injures
Dévêtissement
Dors, Flore
Du livre de notre vie
du soir au matin

E

échappée
El abandonado
El derivado
El Desinhibido
El Desplazado
El Graviton
El inconcluso
El jubilado
El pequeño
El Sosdealepo
El vino de cosecha
El vocabulario nocturno
empreinte
Empreinte de la Saint-Valentin (de Guy Deflaux)
endémie
envol
eulérienne
étoile naine
Et pis, taf !
Etre Cervantes ou ne pas être
et vlan !
express côtier
Express spaghetti

F

Farandole
femme
femme entre les murs
Femme soleil
fest-noz
fille au soleil couchant
Folie amnésique à Dora
fondu
frondaison élémentaire
fugitifs
Furia créa duo
Fusion noire

G

Genre normé ( de Novella Bonelli Bassano )
glace
gorge se perce
grandeur et dénuement
Gravir marche après marche et surplomber le monde
Grothendieck

H

haïku – nothomb
Haïkus express fondus
han xin
harpe étique
harpies
hasta
Hé, mec, on sonne et sème.
Histoire du gars cogné
Holorimes préélectorales
Hombre de hielo
Homophonies (poteries)
Huy
hydrea

I

Idée internée ( de Novella Bonelli Bassano )
il bigollo
il bravo
Il n’a pas désiré
Intense
Independance Covfefe
Isocélisme (poteries)

J

j’ai regardé l’eau
jeudi
Jeux sur les digrammes
Jeux sur les lettres (poteries)
Jeux sur les mots (poteries)
Josette Audin
jour de pluie

L

La boule qui fond
La bréhaigne
La chanson de Coronaonne
La cigale et la fourmi
La clé
La concordance des temps
la corde à sauter
La cotte est en loques
la coupe sauvage
la crémation du don
La désillusion du missionnaire
la double bête 1
La double bête 2
La double bête 3
La forêt
La fourmi
L’agoraphobe et le saint homme
l’agreste et la mite
la huitième plaie
Lai mordoré
la maman que je voudrais
la maison
la mer
lame : tueur facial
la mélodie court
La mort vaincue
L’amour meurtrier
lampe au loin
La plume et le plomb
la poésie
la porte
La réconciliation
La rivière
La ronde : avril 2016      (de Jean-Pierre Boureux )
La ronde : décembre (d’Elise Lamiscarre)
La ronde : janvier 2017 (d’Elise)
La ronde : janvier 2018 (de Jean-Pierre Boureux )
La ronde, janvier 2019 (d’Hélène Verdier)
La ronde : juin 2017 (de Guy Deflaux)
La ronde : mai (de Quotiriens)
La ronde, mai 2019 (De Dominique Hasselmann)
La ronde : mars 2017  (de Céline Gouël)
La ronde : novembre 2016 (de Franck Bladiou)
La ronde, octobre 2019 (de Franck Bladiou)
La ronde : septembre 2018 (de Jean-Pierre Boureux)
La ronde de mai
La ronde du 15 mars 2015 : Jeu  (d’Hélène Verdier)
La rose et l’odeur
La ruée en masse
La sirène a chanté pour l’anabolisé
Lassitude, sale pays
L’ascension
L’astéroïde 184878
La tache rouge
La transposition de Dora
l’attendrissement
La valise ou la vie
La valise croisée
Lavande et Zygène
La Vertu vaincue par le Vice
L’aveu futur
la virée
L’avocate et le tyran
L’e
Le baiser du marin
le bateleur
Le beau baroud (Bernard Maréchal)
Le bel annihilé
Le bon accueil
le caillou blanc
Le chemin bleu
le cheval
Le cheval rouge
Le complice du pire
Le cuistot de la caserne rue Cornélie Gémond
le départ d’un ami
le dernier jour
Le détonnant
Le diable qui voulait chanter
le doc lit
Le dol à Dole
le double vé
le doux-amer
le droit d’être un enfant
le flambeau
Le G20, la sauvagine
le jeu de la nuit
le jeu de la mer
Le jeune prince et la jeune princesse
Le joyeux bariolage
le ko persan
L’empreinte secrète
Le mur de la vie
le mur d’en face
le musicien s’éveille
Le mystère de Saint Ignace
L’enfant de la forêt
le nouveau maître
l’entrée en scène
Le Pataméride rencontre l’Oulipien de l’année
Le pêcheur à la ligne
Le peuple de la vieille dame
le planeur
le poète doit mourir
Le point bleu
Le rêve
Le sang des plumes
Les cendres de la nuit
les contrebandiers
Les corbeaux et la renarde
Les cris de Paris
Le sens de l’absence
les grands et les petits
Les intérêts des uns sont la perte des autres
Les livres que nul n’a écrits
Le soleil
Le sonnet 130
les péchés capitaux
les perles de ton collier
l’espoir
Le squelette dans la valise
Les souvenirs d’une mère
Les tresses de Gef
l’été
le temps
Le temps s’est arrêté
L’éternelle rencontre
L’éthique et la contrainte
le toit

Le tour du monde du commerçant drogué
l’homme étrange
Libération
Liberté, égalité, fraternité (d’Annie Hupé)
l’infirmière
Lipogrammes (poteries)
Lipoméride (poteries)
L’O, bohème amoureux
L’oiseau
l’oiseau
L’oiseau à gueule
L’oiseau de glace
l’ombelle
L’Ouest
lueur

M

Ma biche, allons voir [Gadji, paxez, qu’y tweeta freak]
ma démesure made me sure
manga amer
mariage pour tous
Ma rivière
m’as à manger
Ma suite en viager
maurice à l’aube
Mayo pourrit diots
Médailles
Méditation circulaire
Mes livres inécrits, est-ce vide ? Nenni.
monocycle
Mon bisness
Mon explication de vote
moto
Morale pour bistrot
mots d’enfants
Mumuse avec Bébert

N

naissance
né damné ? allons !
Neige
neige
Niagaresque gratulation
Nostradamus n’est pas dans les rêves des ogres
nudité
Nuit lourde

O

O bel or
Ode à l’a
Odécaphonisme (poteries)
O ghat jadis gris
Oh vite la revoir
Oiseaux évanouis
Ombres
onze novembre
Ornements désagrégés ( de Novella Bonelli Bassano )
Oulipismes²
Outrée mie face au lacis

P

palindromes
Palindromes (poteries)
palindromes-express
Pangramme pour écrivain manchot
par carte bleue
Partage
passage
passé passé (suite)
passer la mer
Pataméride
pâte à papier
pauvre absente à Dora
Pauvre poète
Peinture à l’eau
Penché, ne retrouve aucun attaché-case
Perec = 80
Perry-Salkow
petite belette
Petit Golgotha élémentaire
Pierreries
Pierrot pleurait
Place nette
Pleine vie
Poésie : l’or faste glisse
Pondérer. Le mal décaler. Secouer les âmes. (Novella Bonelli Bassano)
Portrait en anagramme
Positiméride
Pour le retour de la liste Oulipo
princesse offerte au dieu marin
PV détonnant

Q

Quand un dieu vint trouver une nymphe rebelle
Que le présent soit beau
Quelques éléments
quenine d’un jeudi
quatre-san-ku
qu’a trône assis ?
qu’au vide disent neuf
Quinze

R

radiance
Radium à Dora
Raymond Queneau penche sa valise
Recette de chef ( de Bernard Maréchal )
reculer
renga de rupture
Renversement
Retirement Rhyme
revenir, étreindre, rêver
Réverbère ( d’Emmanuel Glais )
Rhèmes de l’invisible
Rien ( de Novella Bonelli Bassano )
Rimbaud futur
rime milliardaire, ville ruinée
rire d’acrodora
Rire ouvre marges
Ris ?
Rompt ? Plie ?
rond point
Rupture

S

saamiya
Salaam
Sa liasse saisie
Sankulipo
Sar sert, Sire, sort sûr.
scialet
semée au loin
Sérendipité
Silence
Silence à Montparnasse
si vous parlez le mandarin
Smog
soir avec gong
Solides de Platon : le cube
Solides de Platon : le dodécaèdre
Solides de Platon : le tétraèdre
Solides de Platon : l’icosaèdre
Solides de Platon : l’octaèdre
solitude
Sombre
Sonate à Bell-Meucci
Sonate des vents
Sonate quatorzine
SOS au bistrot
sous le sable
sous l’horizon
Suite berlinoise 1 Linden 2 Insel 3 Einsinken 4 Mutter 5 Gedenkstätte 6 Oberbaum
sur la rose et le réséda
sur son erre

T

Tarentelle
Tautavent (poteries)
Tendre la main
Terre
testament
théorème de l’invisible
Tire-bouchon
Topor à Porto
tougoudouxgoudous
Toxilde
Trace libre
tradition
Trafalgar à Panama
traits d’union
transgression pour elle et moi
transports
traverse la neige
Traverse, bergère
Trois amis
Trois speciwomen de moèpes maritaires
trouble désintégratif
Twilipo (poteries)

U

un aven
Un chemin
un fait banal
une fourmi
Une journée à Boueilho-Lasque
Une Marseillaise harmonique
Une pluie de bergeries
Une scraboule de neige traverse la terre
Une semaine bien remplie
Une soirée particulière
Un jugement médiéval
Un prélat trapu
un secret
Un shoot très fort
un vagabond

V

vaches de plomb
vague d’argent
Valise
Va Lise
Valise de style
Varlope et Trusquin
vel d’hiv
vent sauvage
Vers terrestres (de Timothy Adès)
Vingt-un
Visite à la paroisse
Vœu de l’irrationnel
Voix, grandes eaux
Voyelles capitales

W

W ou le Septuor dément

Z

zèle des exécuteurs
Zodianku (poteries)