Catégories
Oripeaux

Lémuriens anyctalopes

Frustrés, lamentez,
Lémuriens anyctalopes.
Tristes, condamnés,
Candides défenestrés,
Trouvez canopée.

Après la 4-bambochade du poème précédent, nous poursuivons l’exploration de cette nouvelle contrainte avec une 3-bambochade ordonnée: ici chaque mot contient 3 lettres consécutives, leur ordre étant respecté.
Publié sur la liste Oulipo le 13 avril 2022

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Bambochade

Féconds ? Débauchés ?
Pourquoi toujours compliquer ?
Fichage embrouillant.

Clabaud, dégonfle poumons :
Stupéfiera bambochade ! 




Le mot « bambochade » contient les cinq lettres consécutives de l’alphabet a,b,c,d,e. Je propose d’appeler « bambochade d’ordre n » ou « n-bambochade » un texte dont chaque mot contient au moins n lettres consécutives. Ainsi ma contribution à l’héméroméride du 27 mars était une 3-bambochade. On peut trouver une définition précise des bambochades sur la page des contraintes, avec diverses variantes suggérées par les Oulipotes.
Le tanka ci-dessus est pour sa part une 4-bambochade.
Publié sur la liste Oulipo le 12 avril 2022.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

L’opération de paix

ses sujets
nous le savons bien
sauront un jour la vérité
sauront qu'un puissant homme a fait d'eux des assassins 

ce jour-là
ils découvriront
sous des lambeaux de béton

un enfant 
dans des bras aimants

tout est mort

Ouvrir : précédent suivant

Catégories
Ouvrir

Qui perd gagne

L’amour à la haine un matin
dit jouons donc à qui perd gagne
tu prends la mer moi la montagne
tu prends la sauge et moi le thym

La haine en puissants uppercuts
changea l’amour en serpillère
l’embrasa dardant sa torchère
lui inocula le scorbut

La nuit tomba sur les déserts
le froid figea ses stalactites
de la mort se dansa le rite
burle cingla champs et couverts

Démantelé foutu saigné
souriant comme un blé qui graine
comme au loin naufrageait la haine
l’amour chuchota j’ai gagné

L’attentat politique de ce jour en Tunisie a motivé des textes émouvants sur la liste Oulipo. Le présent poème, qui ne présente pas de contrainte oulipienne particulière, a tiré son inspiration de leur lecture.
Publié le 6 février 2013

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Atanase Périfan

Atanase Périfan
in ana: fêta repas

La lecture admirative d’un ambigramme malheureusement disparu de Basile Morin dans lequel par symétrie le mot voisinage se transformait en télévision m’a inspiré ces vers anagrammatiques concernant l’homme qui a instauré des fêtes des voisins à Paris.
Publié sur la liste Oulipo le 17 juin 2012

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Crobonacci

sable
rocs
un homme
que comprime
une gangue froide
le balbutiement d'un dessein
à tire d'aile envolé vers le vide inconnu

Deuxième participation à l’hommage organisé par le site Zazie mode d’emploi à l’Oulipien de l’année, qui pour 2022 est Étienne Lécroart. La longueur de chaque vers ( 1 1 2 3 5 8 13 ) renvoie au dessin correspondant. Cette liste est le début de la suite de Fibonacci de départ 1-1.

Oripeaux : Précédent Suivant

Catégories
Uncategorized

Journal 2022

<– 2021  —– Journal —– 2023 –>

12 août : Attentat contre Salman Rushdie

As salam
La paix, l'amour où ?
Où la foi quand un sang jaillit,
Quand au poignard rit la fatwa d'un ayatollah ?

As salam
D'un corps s'affalant
Un bras abolit la passion 

As salam
Sang sur tous nos fronts

As salam

20 juin : Lendemain d’élection

    il faut que j'achète
    l'horrible chemise brune
    qu'aujourd'hui tous portent

    pour me fondre dans la foule
    des chiens qui gardent ma race

30 avril : Dernier jour de l’Héméroméride

Ce projet d’un an a débuté le 1er mai. Conçu par Bernard Maréchal, il se base sur les journées mondiales, internationales ou locales dont on trouvera une liste en page annexe. Pour chacune de ces journées, un mot-clef (ou un groupe de mots-clefs) est mis en évidence.

Il s’agit d’écrire un micro-poème (haïku, tanka…) assorti d’une seconde contrainte au choix utilisant le mot-clef. Lire la page de ce projet.

De nombreuses contributions ont été reçues chaque jour de la part des lecteurs de Twitter et des membres de la liste Oulipo. Voici celles écrites pour le bouquet final, le dernier jour de ce projet, 30 avril 2022

Journée internationale du jazz

Bernard Maréchal

Monk, Sidney Bechet,
Gillespie ou John Coltrane,
Quel swing ont ces vieux !

Billie Holiday pleurait,
Ella Fitzgerald chantait.

(tanka et pangramme de 102 lettres)

et

Passant par hasard,
Campagnard à Manhattan,
Dansas la samba.

L’agaçant jazz t’attrapa,
Battant la java d’antan.

(tanka et monovocalisme en [A])

et

Pour que les vieux Duke Ellington, Bechet, Farmer,
Comptent toujours, tu dois guincher quel subversif ?
Charlie Parker? Buddy Johnson ? Armstrong ? Quels fauves !
Kenny Dorham joue Clifford Brown qui vous piégeait.

(Belle absente)

et

Qui écoute encore
Le cornet de Beiderbecke,
Brubeck et Rollins ?

Ellington The Duke,
Les six cordes de Scofield,
Et Sonny Rollins ?

L’époque Blue Note,
Thelonious Monk, Round Midnight,
Et puis Bud Powell,

Willie Smith le Lion
Le trombone de Mingus
Et son violoncelle ?

Remémorons-nous
Ces musiciens du désordre,
Écoutons-les bien.

Billie pleure les pendus,
Qu’un souffle de vent remue,
Les fruits noirs lynchés.

Le souffle de Miles,
Be-bop, cool, fusion ou free,
Trompette en quintet.

Privé de trompette,
Gillespie perd son tempo
Et le be-bop meurt.

Les petites fleurs
De Sidney Bechet éclosent
En bouquet sonore.

(bouquet de 9 haïkus en lipogramme de [JAZZ])

Jacqueline Morel

( calligramme )

Nicolas Graner

Vivez ce boeuf carrément listoulipique ! GEF swingue dur au saxo ;
à la batterie, Noël, habile, impose son rythme dansant de jerk.

( panscrabblogramme )

et

Quand le jazz est là
La java s'en va avec
L'héméroméride...

Jacqueline Jacquadit

Ce jazz à laïus
Ses ritournelles l'ennuient
Zazie jasa cul

( haïkunagramme )

Annie

New-York ? jazz ambigu, faux plats de chaque vie

( pangramme )

Gérard Le Goff

Sur le sol
"L'oeil , d'abord , glisserait sur la moquette grise d'un long
corridor, haut et étroit"
Haut et étroit , un long corridor,dessus la moquette grise, l'oeil,
d'abord glisserait.
Sur la moquette grise, d'abord, l'oeil glisserait, la moquette d'un
haut et étroit corridor.

L'oeil , eh l'oeil! avoir l'oeil! l Le bon! L'affûté! Le perçant!
L'attention , qualité première! La perception précise des images! Sans
ostentation! Sans désir de percer à jour des secrets enfouis! L'oeil
non agressif! Il ne va pas scruter, inciser! Il ne va pas analyser!
Tout simplement, il s"en va glisser sur les choses! Sur la moquette
grise! Sur le doux tissu gris de la moquette.
L'oeil , d'abord, glisserait sur la moquette grise.
Sur la moquette grise d'un long corridor.
Un long corridor haut et étroit.

La moquette couvre le sol. Elle est grise. Couleur neutre. On a envie
de la caresser. De marcher dessus pieds nus. Belle moquette à
respecter. Ne nous moquons des moquettes! Ne nous moquons des
moquettes! Ne nous moquons des moquettes! Grises, jaunâtres,
lie-de-vin,ocres, vermillon, magenta, bleutées, bordeaux, unies,
striées, rayées, bigarrées, quadrillées, ne nous moquons des
moquettes, dit la mouette, dit la moukère, dit la ménagère, dit le
divin vent sur le velin velours des choses.

Voici un corridor. ça c'est impressionnant! ça c'est du sérieux! Du
stress à venir . Des pas précautionneux s'imaginent sur le duveté des
moquettes, longeant le corridor long et étroit. Des portes fermées.
Vont-elles s'ouvrir? Lesquelles? On va voir la réalité cachée des
choses. Attention, c'est peut-être maintenant. Une poignée bouge.
Qu'y-a-t-il derrière la porte des choses? D'autres choses qui cachent
d'autres choses, à l'infini? Un silence de fin du monde? Une ville
bombardée? Un cataclysme qui se prépare? Une peluche? Quelques
confettis? Une guitare? Un chapeau? Un vieux sac? Un papier couvert
d'une écriture illisible? Un sérial killer?
Une star?

Sur la moquette grise, d'abord, l'oeil glisserait...
"L'oeil , d'abord, glisserait sur la moquette grise d'un long
corridor, haut et étroit

(Première phrase des "choses" de G. Perec, traitée façon jazz)

et

Excités, qu'ils swinguent
Bien fort les mots! Du Vian pour
Haïku jazzy!

( haïku-pangramme 56 lettres )

Anthony Pecqueux

Swing à toute allure
Les jambes se délient - s'affolent
Quintet au sommet

et

Un jazz effréné!
Déontologie élue -
Concert arrêté...

et

La note pique le cœur
Tel trouver un quadrutrèfle
Flegme sur le carreau

et

L'ennemi public 
& le saxo archi(e) libre
Le rythme est rossé

cf Archie Shepp en duo avec ChuckD de Public Enemy

Alexandre Carret

Jarrett, Armstrong, Zawinul, Zwingenberger
Jasent, agassent, zinzinulent, zinzibulent
Juvénilement, acribiquement, zénithalement, zygomatiquement.

( acronyme et allitération )

Noël Bernard

Picaillons,
Veut poupon ? Beaucoup ?
Presque accordé, mon camarade.
Cependant comprends juste certains trucs importants.
Surtout lorsque, retrouvant bercail, ouvrant maison commune entres, montre respect.

Star, déstresse :
Stopperai toujours
Tours bancals, fangeux, indécents,
Moyennant douceur longtemps défaillante : respect.

Combien forts
Tous poutous charmants,
Trésor. Pourquoi moins mon pognon ?

Fatiguée.
Gaffe ! Plaquerais...

Respect. Point.


( bigollo en bambochade d'ordre 3 )

Inspiré de  « Respect »  ( Otis Redding / Aretha Franklin ) 

et

... et un petit scat

babedidouda
dabedidebaba wouah
dabe bedi Houuu

wouah wouah badabadaba
badebadebadewouah

#héméroméride ( tanka lipogramme en CFGJKLMNPQRSTVXYZ )

et

Héméro
Et la vie était rose
Oulipo
Et rien n'était morose

Rime était riche
Anagramme jolie
C'est fini ma biche
Pas la folie

( sur l'air de « Summertime » de Gershwin )

Un grand merci à tous ceux qui ont participé à ce projet avec une avalanche de contributions qui nous ont ravis par leur créativité et leur beauté !

26 avril : Décès de Guy Deflaux. Sous la signature Wanatoctouillou il a signé de nombreuses contributions oulipiennes dont la beauté l’égalait avec sa grande humanité. On trouvera deux pages de Guy sur ce site, hébergées dans le cadre du partage entre blogs « La ronde »:

Empreinte de la Saint Valentin ( février 2016 ) 

La ronde de Juin 2017

24 avril : Deuxième tour des élections présidentielles.

L'homme élu ce jour
Contre les forces de haine
Est le président
De la France du malheur
Qu'il sache qu'on le vomit

9 avril : Demain le premier tour des présidentielles

demain radieux
voterai les jours heureux
puis faute de mieux
dans quinze jours larme aux yeux
contrerai la haine bleue

20 mars : La guerre encore, la guerre encore pire .

moi qui suis
viscéralement
l'ennemi de toutes les guerres
nommant assassinat la mort que donne un soldat

moi j'avoue
avoir aujourd'hui
désiré que l'on entre en guerre

ça me rend
malade malade

ô folie

3 mars : Perec est mort il y a 40 ans. Ci-dessous ma participation à la Tentative d’épuisement d’un lieu planétaire organisée sur Twitter sous le mot dièze #Perec40 ( twoosh en comptant les deux mots dièzes imposés ) :

3 mars 2022, 12h30. Devant moi le clavier avec pavé numérique. Sous l'écran, lunettes, agrafeuse, diapason, mètre-ruban. Le mur me sépare du parc où pointent violettes, primevères, jonquilles. Plainte d'une tronçonneuse. Un merle sautille, s'ébroue, s'envole.

# Chambéry #Perec40

Ce twit était accompagné d’un bigollo :

21 février : Sur l’actualité.

Un tyran - la guerre.
Tous avaient dit : Plus jamais.
Soleil, couche-toi.

20 février : Aux Jeux Totalympiques de Pékin la France finit à la 10e place avec 5 médailles de sang, 7 de larmes, 2 de deuil. La Norvège est en tête avec 16 médailles de sang, 8 de larmes et 13 de deuil, précédant l’Allemagne qui a 12 médailles de sang, 10 de larmes et 5 de deuil.

11 février : Aux Jeux Totalympiques de Pékin la France est à la 13e place avec 1 médaille de sang et 5 médailles de larmes. L’Allemagne est en tête avec 7 médailles de sang et 4 de larmes, précédant la Norvège et ses 6 médailles de sang, 3 de larmes et 5 de deuil.

10 février : Aux Jeux Totalympiques de Pékin la France est à la 11e place avec 1 médaille de sang et 5 médailles de larmes. L’Allemagne est en tête avec 6 médailles de sang et 3 de larmes, précédant la Norvège et ses 5 médailles de sang, 3 de larmes et 4 de deuil.

4 février : À Pékin, l’ouverture des Jeux Olympiques.

Des Jeux Olympiques
Nullement je ne regarde
La cérémonie

Les oiseaux de ce nid-là
Ont des griffes et des dents

18 janvier : Lecture d’une tribune collective « Fermons les zones d’attente »

Pays des lumières
La France a su fabriquer
La nuit la plus noire

La punition carcérale
Pour délit de vouloir vivre

16 janvier : Nous apprenons le décès de Michelle Grangaud, membre de l’Oulipo. En sa mémoire :

L'averse t'atterre.
Ce pan qui cède, puis l'eau
Fait veuve la lyre.

Ce haïku est en presque homophonies sur son haïku qui avait été le support de l'hommage que le site Zazie mode d'emploi lui avait rendu, comme Oulipienne de l'année 2017.

5 janvier : Sur un bon mot du président.

Un irresponsable
N'est donc pas un citoyen ?
Mots peu responsables !

L'auteur s'il n'est citoyen
Peut-il être président ?

<– 2021  —– Journal —– 2023 –>

Catégories
Ouvrir

Tract : LRU et Fioraso

Un préliminaire

C’t’ LRU, tumulus du Sup, qu’un nul Ubu du cru crut l’humus d’un futur brun, fut un summum du truc cucul, but nul d’un club d’us durs. D’un CHU, d’UFR, du CNU, chut un « Zut ! » cru, mû d’un flux plus dru qu’un jus chu d’un cumulus.

Le tract

La loi LRU, loi soi-disant d’autonomisation du sup, qu’imposa N. Sarkozy à tous labos, UFR, instituts français participant à la construction, la transmission ou la valorisation du savoir, fut un trauma magistral. Jalon d’un train d’accrocs à nos lois issu d’un accord Bolognais, il connut un impact sans comparaison, tous nos savants du plus insignifiant au plus grand d’un coup contraints au joug du capital, au carcan du contrat, à la confrontation, aux mauvais coups, à l’opacification s’imposant sur nos statuts. Tandis qu’un tri signa la priorisation d’un taux minimal d’instituts qu’on favorisait à loisir, la plupart, « promus » canards boîtant, subit par sous-dotation ou par dislocation un choc frontal visant à la disparition.

Effet des décrets de V. Pécresse, l’excellence s’est présentée en référence extrême. Elle étend ses effets délétères envers recherche et ensemencement. Ses sentences perverses engendrent détresse et perte de self-respect des gens enserrés en ses rêts.

Multipliant manifs ou sit-in, tous corps confondus, chacun a fait savoir son indignation. Il faut sortir du carcan fatal qui pourrit l’important dispositif français du sup, un outil crucial pour la construction du savoir, un maillon concourant à la formation d’artisans du futur.

VOUONS AU PLUS TOT LA LOI LRU
A L’ABROGATION

Or la loi Fioraso dont on lit l’avant-propos, loin d’affadir la loi Sarko, va droit dans son aggravation. On voit dans son dispositif non l’apport d’air frais dont on a tant soif mais la prolongation d’accords Bolognais dont il assoit son inspiration.

Alors faisons savoir à N. Fioraso l’irritation croissant dans la nation. S’imposant à l’idiot diktat Bolognais, faisons saillir à jamais la raison.

Il s’agissait dans cet essai d’explorer ce que peut donner une contrainte oulipienne dans un texte aussi éloigné de la « littérature » qu’un tract. Pour son contenu, ce texte se conforme à tout ce qu’on s’attend à trouver dans un tract (contenu que par ailleurs je reprends volontiers à mon compte).
Pour la forme, il suit diverses formes de lipogramme : Lipogramme en « e » pour le début, monovocalisme en « e » pour le paragraphe sur V Pécresse, lipogramme en « e » et « u » pour les derniers paragraphes sur N Fioraso. Ainsi pour les deux ministres sont utilisées seulement les voyelles de leurs noms.
Après coup, adjonction d’un préliminaire, monovocalisme en « u ».

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Ouvrir

le téléphone tous les jours

il faut cultiver l’impatience
dans le ciel gris de nos rues plates
où le vent s’est arrêté
le vent contrebandier de l’amitié
le vent s’est fait arrêter par imprudence
il sifflait
il faut libérer le vent
débrancher les éoliennes
débrancher le téléphone
décrocher les poupées du manège
tourner tourner comme la souris
la chauve souris qui cherche le vent de la nuit
il faut souffler tous ensemble
les verriers les sopranos les vestales
les bronchitiques les tuberculeux les amiantés
les dragons les aquilons les fujins
les phoques les vieillards les forgerons
ne pas arrêter de souffler
s’arracher les poumons
s’éclater les tympans
s’exorbiter les yeux
et si ça ratait
s’il ne repartait pas le vent
catastrophe s’il ne repartait pas
les murs aveugles des maisons resteraient visqueux dans l’ombre mauvaise
les parterres de lino glissant pueraient sans fin la lessive saint marc
les poussettes inutiles resteraient cadenassées aux cages d’escaliers
à l’hyper-drive le carbone ensevelirait la file des voitures
les bancs publics déserts se couvriraient de feuilles mortes
sur les bureaux que la mélamine aurait figés
sur les bureaux où se tapirait l’écran froid du touchpad
où pas une feuille vingt-et-un vingt-neuf-sept ne se tiendrait prête à l’envol
la sonnerie
la sonnerie dans le vide et l’incolore
toujours
tous les jours
grise et solitaire
la sonnerie d’appel masqué

Ouvrir : Précédent Suivant

Catégories
Oripeaux

Articles

un de la une alla de l’un à l’une
las d’aduler le halo de la lune
de l’au delà héla un nul  élu
des « le » aux « la » l’un à la une est lu



Le 14/06/2012, Gilles Esposito-Farese a écrit :
« Parmi les dizaines de spams que je reçois quotidiennement,
j’ai vu ce matin le titre  » 3 articles pour le prix de 2! « .
Eh bien la liste oulipo fait mieux encore. En voici par
exemple quatre pour le prix de 2 :  » La une donne le la. « 
Qui tente d’en accumuler davantage ? »
J’ai fait la proposition ci-dessus, qui en contient 8 dans le premier vers et 8 dans le dernier

Oripeaux : Précédent Suivant